Elle était profonde

Paroles

Paraît qu'elle est en ville
Celle dont on tait le nom
Celle qui a fait oui
Ramper mon âme sur le goudron
Paraît qu'elle danse au soir
Quand la nuit vient mouillante
Aux marins dans les bars
Ouais qu'elle pleure comme elle chante
Oh non n'y retourne pas
Tu vas bouffer des clous
Elle mangera ton cœur
Et tu deviendras fou
A ne garder d’honneur
Que l’acide des sanglots
Qui couleront sur tes joues
Emportés par les flots

Éloigne-toi de moi toi qui parles trop bien
Et viens plutôt chercher le monde entre mes reins
Et puis les dents serrées à lacérer les cœurs
Viens pleurer contre moi me faire voir ta douleur
Éloigne-toi de moi toi qui parles bien trop
Le dandy est puant à tout ce qui m'entoure
Vampirisant tes lames, couché sur la banquette
Toujours le corps de ces femmes qui ont trop fait la fête
Ne crois pas la connaître, elle et ses grands sourires
En amour, mon amour, il faut être vampire
Comme un loup solitaire, elle va dans la nuit noire
Et se nourrir de sang est bien son seul espoir
Puisque rien ne tarit la faim de la chair tendre
Tu le sais bien, ici, ici, tout est à vendre
Éloigne-la de moi avant qu'elle ne me bouffe, à pleines dents
Ses seins sur l'étendard avant qu'ils ne m'étouffent

On est là pour s'aimer
On est là pour se battre
On est là pour saigner nos amours sur l'asphalte
On est là pour sentir le bien qu'on fait aux autres
Pour mieux les voir pleurer quand la marée descend

Elle était sexuelle
Elle était profonde
Putain qu'est ce qu'elle est belle
Putain quand elle s’inonde
Elle était un peu ronde
Elle avait l'air féconde
Et t'aurais dû la voir
Comme un tonnerre qui gronde
Allez, tournez sanglots
Allez tournez les terres
Dans la folie ici
Dans les tortionnaires
J'ai des mélancolies
A en creuser des tombes
A n'aimer la vie
Que quand elle est profonde
Il faudra rester fort
Il faudra rester fou
La tête reposée sur leurs seins à genoux
Sûr qu’on jouera à des riches sans avoir le sou
Doigt levé vers le ciel
Oui pisser sur l'amour
Allez frappe mon cœur
Pour qu'il se batte encore
Avec le tien toujours
Toujours jusqu'à la mort
A croquer l'infini
Allez mord dans la chair
De ces amours qui font l'amour
Et puis la guerre
Mon cœur ne bande plus
que pour des insipides
Mes yeux ne pleurent plus
que pour des terres arides
Mes poings ne se serrent plus
Que pour serrer l'enfer
Mes bras ne lèvent plus
Que le poids de ta chair

Il n'y a plus rien dedans
Faut jeter à la casse
Le vieux chien va mourir
Oui sans laisser la trace
Je n'ai peur de personne
Je peux mourir demain
Allez vas y plus fort
A faire pleurer mes reins © Damien Saez

Compléter les paroles ou signaler une erreur