Est ce que vous croyez aux secondes chances...? j'avoue qu'après m'être un peu penchée sur le problème, j'ai un peu de mal à y croire en ce qui concerne la reprise d'études..<br /><br />Les études post bac... normalement c'est juste après le bac ! OK mais certaines études nécessitent un travail sur soi approfondi. A 20 piges, on n'a pas forcément la maturité pour exercer certains métiers ^^<br />D'où l'idée d'arrêter les études, d'entrer dans la vie active et de mettre sa vocation entre parenthèses.<br /><br />Seulement voilà, quelques mois ou années plus tard, quand on se sent prêt, comment reprendre ses études ? Matériellement, c'est quasiment impossible si on n'a personne pour jouer les mécènes ^^<br /><br />Quand on rattaque un cursus où les stages sont indispensables, comment cumuler le stage, le ptit boulot pour financer ses études et le travail sur un mémoire de recherche ? On pourrait se dire qu'on peut éventuellement se passer du p'tit boulot mais comment survivre quand on ne touche pas le chomage (le statut d'étudiant est apparemment incompatible avec le statut de personne en recherche d'emploi)...ni les APL qui sont calculées par rapport aux revenus de l'année précédente...<br /><br />Et vous, qu'est ce que vous pensez de la reprise d'études... est ce que vous voyez ça comme quelque chose de possible ou comme quelque chose de totalement illusoire ? Est ce que vous pensez que derrière une reprise d'études se cache un pas en avant ou un gros pas en arrière pour la personne concernée ? Quel est le risque de se lancer là dedans ?<br /><br />Et enfin, si vous avez des tuyaux pour rendre ça possible, hésitez pas !
idem Il y a 14 ans

Est ce que vous croyez aux secondes chances...? j'avoue qu'après m'être un peu penchée sur le problème, j'ai un peu de mal à y croire en ce qui concerne la reprise d'études..<br /><br />Les études post bac... normalement c'est juste après le bac ! OK mais certaines études nécessitent un travail sur soi approfondi. A 20 piges, on n'a pas forcément la maturité pour exercer certains métiers <br />D'où l'idée d'arrêter les études, d'entrer dans la vie active et de mettre sa vocation entre parenthèses.<br /><br />Seulement voilà, quelques mois ou années plus tard, quand on se sent prêt, comment reprendre ses études ? Matériellement, c'est quasiment impossible si on n'a personne pour jouer les mécènes <br /><br />Quand on rattaque un cursus où les stages sont indispensables, comment cumuler le stage, le ptit boulot pour financer ses études et le travail sur un mémoire de recherche ? On pourrait se dire qu'on peut éventuellement se passer du p'tit boulot mais comment survivre quand on ne touche pas le chomage (le statut d'étudiant est apparemment incompatible avec le statut de personne en recherche d'emploi)...ni les APL qui sont calculées par rapport aux revenus de l'année précédente...<br /><br />Et vous, qu'est ce que vous pensez de la reprise d'études... est ce que vous voyez ça comme quelque chose de possible ou comme quelque chose de totalement illusoire ? Est ce que vous pensez que derrière une reprise d'études se cache un pas en avant ou un gros pas en arrière pour la personne concernée ? Quel est le risque de se lancer là dedans ?<br /><br />Et enfin, si vous avez des tuyaux pour rendre ça possible, hésitez pas !

je pense que c'est très courageux de prendre ce genre d'iniative car tres tres difficile. Un de mes anciens chefs (enfin unt res gentil chef dans un camping) a repris ces études voyant comment ca se bouchait dans ce qu'il faisait. Il a passé le concours pour rentrer à l'IFSI de Niort, il l'a eu. Il est à l'heure actuelle bien placé pour devenir infirmier à la fin de l'année. Il a eu le droit a des aides de l'ANPE ou jene sais quoi tout au long de sa formation car il avait deja bossé pas mal avant.<br />J'ai connu d'autre gens comme ca a l'iufm. y a des aides pour ca. mais ca ne simplifie ce coté de "retour à l'école".<br /><br />enfin y a ceux qui sont vraiment motivé pour refaire vivre leur reve, et ceux qui pensent à ca parce qu'ils ne savent pas ce qu'il veulent.
Maitre Kaio Il y a 14 ans

je pense que c'est très courageux de prendre ce genre d'iniative car tres tres difficile. Un de mes anciens chefs (enfin unt res gentil chef dans un camping) a repris ces études voyant comment ca se bouchait dans ce qu'il faisait. Il a passé le concours pour rentrer à l'IFSI de Niort, il l'a eu. Il est à l'heure actuelle bien placé pour devenir infirmier à la fin de l'année. Il a eu le droit a des aides de l'ANPE ou jene sais quoi tout au long de sa formation car il avait deja bossé pas mal avant.<br />J'ai connu d'autre gens comme ca a l'iufm. y a des aides pour ca. mais ca ne simplifie ce coté de "retour à l'école".<br /><br />enfin y a ceux qui sont vraiment motivé pour refaire vivre leur reve, et ceux qui pensent à ca parce qu'ils ne savent pas ce qu'il veulent.

Hum, j'aurais tendance à penser que le plus dur c'est pas le coté matériel/financier... Pcq qq part on se retrouve dans la même situation que quelques années avant. Après c'est pas toujours évident, pcq on a plus papa et maman pour financer, pourtant tout le monde ne les a pas eu durant ses études, et on peut s'en sortir qd même. On fait des stages la journée, on bosse le soir et le week end, on en chie, mais ca reste faisable.<br /><br />Finalement le plus dur c'est la régression que ca entraine. On est écolier, puis collegien, puis lycéen, puis étudiant, et enfin travailleur pour fini retraité. C'est le chemin normal, et retour aux études veut dire retour en arrière. D'un on gagne bcp moins d'argent, de deux, socialement on se retrouve à regresser...<br /><br />Quoi qu'il en soit, c'est un truc que j'admire. Deja parce que j'ai rien branlé durant mes propres études et que voir qq'un bosser ca represente un truc enorme pour moi, ensuite pcq choisir d'y retourner, se remettre à poser son cul 8h par jour pour écouter un mec nous réciter des trucs, devoir les apprendre, quand on a connu le luxe d'aller bosser et de sortir de ca, wow !<br /><br />Bref, l'idée générale restant que pour moi le pb financier est un faux problème, et que si on le veut vraiment, on le peut.
blat Il y a 14 ans

Hum, j'aurais tendance à penser que le plus dur c'est pas le coté matériel/financier... Pcq qq part on se retrouve dans la même situation que quelques années avant. Après c'est pas toujours évident, pcq on a plus papa et maman pour financer, pourtant tout le monde ne les a pas eu durant ses études, et on peut s'en sortir qd même. On fait des stages la journée, on bosse le soir et le week end, on en chie, mais ca reste faisable.<br /><br />Finalement le plus dur c'est la régression que ca entraine. On est écolier, puis collegien, puis lycéen, puis étudiant, et enfin travailleur pour fini retraité. C'est le chemin normal, et retour aux études veut dire retour en arrière. D'un on gagne bcp moins d'argent, de deux, socialement on se retrouve à regresser...<br /><br />Quoi qu'il en soit, c'est un truc que j'admire. Deja parce que j'ai rien branlé durant mes propres études et que voir qq'un bosser ca represente un truc enorme pour moi, ensuite pcq choisir d'y retourner, se remettre à poser son cul 8h par jour pour écouter un mec nous réciter des trucs, devoir les apprendre, quand on a connu le luxe d'aller bosser et de sortir de ca, wow !<br /><br />Bref, l'idée générale restant que pour moi le pb financier est un faux problème, et que si on le veut vraiment, on le peut.

La reprise d'études après avoir travaillé, c'est quelque chose auquel il faut vraiment réfléchir car cela n'est pas un choix anodin. Que cela soit financièrement déjà et surtout pour ton avenir car tu vas devoir faire ce nouveau job pendant 40 ans et qu'au début va falloir les défendre tes choix devant les recruteurs.<br /><br />Je sais pas dans quelle branche tu veux reprendre donc cela sera plus des conseils d'ordre général. Si tu peux ne retourne pas à la fac et essaye plus de trouver une formation par alternance (financièrement ça sera plus facile pour toi déjà, même si la recherche d'une entreprise n'est pas forcement évidente). Après pour trouver la formation que tu cherches faut regarder du coté des CCI qui ont souvent leurs propres centre de formation, certaines écoles d'ingénieurs proposent des formations en alternance et après il y a les organistes de formations privés (mais là faut faire le tri).<br />Après niveau aide faut que tu te renseignes au niveau des assedic pour les aides, je sais qu'il existe une aide très intéressante pour les entreprises et pour toi pour tout ce qui est alternance (tu es en stage dans l'entreprise et c'est un organiste qui tu payes) mais je sais pas trop qui gèrent ça. Il y a aussi des aides aux niveaux des régions et des départements mais là c'est spécifique à chaque fois.<br /><br />Donc si c'est vraiment un truc qui te tiens à coeur; c'est vraiment maintenant qu'il faut que tu commence à te renseigner
petit nounours Il y a 14 ans

La reprise d'études après avoir travaillé, c'est quelque chose auquel il faut vraiment réfléchir car cela n'est pas un choix anodin. Que cela soit financièrement déjà et surtout pour ton avenir car tu vas devoir faire ce nouveau job pendant 40 ans et qu'au début va falloir les défendre tes choix devant les recruteurs.<br /><br />Je sais pas dans quelle branche tu veux reprendre donc cela sera plus des conseils d'ordre général. Si tu peux ne retourne pas à la fac et essaye plus de trouver une formation par alternance (financièrement ça sera plus facile pour toi déjà, même si la recherche d'une entreprise n'est pas forcement évidente). Après pour trouver la formation que tu cherches faut regarder du coté des CCI qui ont souvent leurs propres centre de formation, certaines écoles d'ingénieurs proposent des formations en alternance et après il y a les organistes de formations privés (mais là faut faire le tri).<br />Après niveau aide faut que tu te renseignes au niveau des assedic pour les aides, je sais qu'il existe une aide très intéressante pour les entreprises et pour toi pour tout ce qui est alternance (tu es en stage dans l'entreprise et c'est un organiste qui tu payes) mais je sais pas trop qui gèrent ça. Il y a aussi des aides aux niveaux des régions et des départements mais là c'est spécifique à chaque fois.<br /><br />Donc si c'est vraiment un truc qui te tiens à coeur; c'est vraiment maintenant qu'il faut que tu commence à te renseigner

Je vais donner un petit exemple :<br /><br />Dans ma promo, la plupart ont 30-32 ans , donc ils ont arrêté leurs etudes puis les ont repris quelques années après... Et ils arrivent à suivre mieux que ceux qui sont en cursus normal ^^. Aussi si je ne me trompe pas, ya le cursus "CONTINU" , et la faut pas cracher dessus puisque c'est l'entreprise qui te finance une grosse partie de tes etudes, deux mecs en promo avec moi suivent ce cursus et si je ne m'abuse touche comme aide à peut prêt le smic ou plus<br /><br />Après ma foi, je trouve ça intéressant de reprendre ces etudes, mais faut bien être sur de ce qu'on veut faire...
Simo Il y a 14 ans

Je vais donner un petit exemple :<br /><br />Dans ma promo, la plupart ont 30-32 ans , donc ils ont arrêté leurs etudes puis les ont repris quelques années après... Et ils arrivent à suivre mieux que ceux qui sont en cursus normal . Aussi si je ne me trompe pas, ya le cursus "CONTINU" , et la faut pas cracher dessus puisque c'est l'entreprise qui te finance une grosse partie de tes etudes, deux mecs en promo avec moi suivent ce cursus et si je ne m'abuse touche comme aide à peut prêt le smic ou plus<br /><br />Après ma foi, je trouve ça intéressant de reprendre ces etudes, mais faut bien être sur de ce qu'on veut faire...

[quote author=Blat link=topic=2563.msg95433#msg95433 date=1232811469]<br />Hum, j'aurais tendance à penser que le plus dur c'est pas le coté matériel/financier... Pcq qq part on se retrouve dans la même situation que quelques années avant. Après c'est pas toujours évident, pcq on a plus papa et maman pour financer, pourtant tout le monde ne les a pas eu durant ses études, et on peut s'en sortir qd même. On fait des stages la journée, on bosse le soir et le week end, on en chie, mais ca reste faisable.<br /><br />Finalement le plus dur c'est la régression que ca entraine. On est écolier, puis collegien, puis lycéen, puis étudiant, et enfin travailleur pour fini retraité. C'est le chemin normal, et retour aux études veut dire retour en arrière. D'un on gagne bcp moins d'argent, de deux, socialement on se retrouve à regresser...<br /><br />Quoi qu'il en soit, c'est un truc que j'admire. Deja parce que j'ai rien branlé durant mes propres études et que voir qq'un bosser ca represente un truc enorme pour moi, ensuite pcq choisir d'y retourner, se remettre à poser son cul 8h par jour pour écouter un mec nous réciter des trucs, devoir les apprendre, quand on a connu le luxe d'aller bosser et de sortir de ca, wow !<br /><br />Bref, l'idée générale restant que pour moi le pb financier est un faux problème, et que si on le veut vraiment, on le peut.<br />[/quote]<br /><br />+1. J'pense moi, qu'une fois qu'on a quitté le monde scolaire, il me paraît difficile (voire impossible) d'y retourner. surtout lorsque que l'on a connu entre-temps le monde du travail (qui a pas mal de pt commun avec le scolaire niveau mentalité, mais qui est quand même à des années lumières de la monotonie du bahut).
AnonymeIl y a 14 ans

[quote author=Blat link=topic=2563.msg95433#msg95433 date=1232811469]<br />Hum, j'aurais tendance à penser que le plus dur c'est pas le coté matériel/financier... Pcq qq part on se retrouve dans la même situation que quelques années avant. Après c'est pas toujours évident, pcq on a plus papa et maman pour financer, pourtant tout le monde ne les a pas eu durant ses études, et on peut s'en sortir qd même. On fait des stages la journée, on bosse le soir et le week end, on en chie, mais ca reste faisable.<br /><br />Finalement le plus dur c'est la régression que ca entraine. On est écolier, puis collegien, puis lycéen, puis étudiant, et enfin travailleur pour fini retraité. C'est le chemin normal, et retour aux études veut dire retour en arrière. D'un on gagne bcp moins d'argent, de deux, socialement on se retrouve à regresser...<br /><br />Quoi qu'il en soit, c'est un truc que j'admire. Deja parce que j'ai rien branlé durant mes propres études et que voir qq'un bosser ca represente un truc enorme pour moi, ensuite pcq choisir d'y retourner, se remettre à poser son cul 8h par jour pour écouter un mec nous réciter des trucs, devoir les apprendre, quand on a connu le luxe d'aller bosser et de sortir de ca, wow !<br /><br />Bref, l'idée générale restant que pour moi le pb financier est un faux problème, et que si on le veut vraiment, on le peut.<br />[/quote]<br /><br />+1. J'pense moi, qu'une fois qu'on a quitté le monde scolaire, il me paraît difficile (voire impossible) d'y retourner. surtout lorsque que l'on a connu entre-temps le monde du travail (qui a pas mal de pt commun avec le scolaire niveau mentalité, mais qui est quand même à des années lumières de la monotonie du bahut).

[quote author=Maitre Kaio link=topic=2563.msg95429#msg95429 date=1232809407]<br />je pense que c'est très courageux de prendre ce genre d'iniative car tres tres difficile. Un de mes anciens chefs (enfin unt res gentil chef dans un camping) a repris ces études voyant comment ca se bouchait dans ce qu'il faisait. Il a passé le concours pour rentrer à l'IFSI de Niort, il l'a eu. Il est à l'heure actuelle bien placé pour devenir infirmier à la fin de l'année. Il a eu le droit a des aides de l'ANPE ou jene sais quoi tout au long de sa formation car il avait deja bossé pas mal avant.<br />[/quote]<br /><br />Hé oui comme moi!!<br />Effectivement selon certaines formations (et régions) l'anpe peut prolonger les droits aux assedics le temps la formation, ce qui est trèèèès utile!<br /><br />Perso ça va car je n'ai travaillé que quelques mois et donc la remise en route dans les études a été plutot simple.<br />Mais dans ma promo je cotoie des gens d'une quarantaine d'années pour qui c'est plus difficile. Heureusement pour la majorité ils restent motivés et ne semblent pas regretter leur choix concernant leur nouvelle orientation.<br />C'est effectivement pas une décision à prendre à la légère.<br />Cela dit même si l'aspect financier rentre evidemment en jeu, cela reste, je pense, plus abordable quand on n'a pas encore d'enfants à charge.<br />En gros si c'est vraiment une vocation, il faut foncer le plus tôt possible ;)<br /><br />
Mel Il y a 14 ans

[quote author=Maitre Kaio link=topic=2563.msg95429#msg95429 date=1232809407]<br />je pense que c'est très courageux de prendre ce genre d'iniative car tres tres difficile. Un de mes anciens chefs (enfin unt res gentil chef dans un camping) a repris ces études voyant comment ca se bouchait dans ce qu'il faisait. Il a passé le concours pour rentrer à l'IFSI de Niort, il l'a eu. Il est à l'heure actuelle bien placé pour devenir infirmier à la fin de l'année. Il a eu le droit a des aides de l'ANPE ou jene sais quoi tout au long de sa formation car il avait deja bossé pas mal avant.<br />[/quote]<br /><br />Hé oui comme moi!!<br />Effectivement selon certaines formations (et régions) l'anpe peut prolonger les droits aux assedics le temps la formation, ce qui est trèèèès utile!<br /><br />Perso ça va car je n'ai travaillé que quelques mois et donc la remise en route dans les études a été plutot simple.<br />Mais dans ma promo je cotoie des gens d'une quarantaine d'années pour qui c'est plus difficile. Heureusement pour la majorité ils restent motivés et ne semblent pas regretter leur choix concernant leur nouvelle orientation.<br />C'est effectivement pas une décision à prendre à la légère.<br />Cela dit même si l'aspect financier rentre evidemment en jeu, cela reste, je pense, plus abordable quand on n'a pas encore d'enfants à charge.<br />En gros si c'est vraiment une vocation, il faut foncer le plus tôt possible <br /><br />

j'pensais pas qu'il y aurait autant de réactions ^^ merci bien !<br /><br />en fait les études en question c'est les études de psycho.. j'ai arrêté en master 1 (année non validée pour plein de raisons ^^)... il s'agirait donc de reprendre en master 1, année sanctionnée par une sélection drastique pour passer en master 2 ( et c'est l'obtention du master 2 qui permet d'avoir le titre de psychologue)... donc 2 ans d'études en théorie.<br /><br />Le master 1 de psycho, c'est des cours, et en grande majorité des stages et la rédaction d'un mémoire de recherche... en général les étudiants prennent 2 ans pour préparer leur master 1 (ce que j'avais fait la première fois), mais y'a quelques rares personnes qui y arrivent en 1 an et qui trouvent une place en master 2... (autant dire que ces personnes là n'ont pas un p'tit job à côté pour financer leurs études... il faut vraiment bosser son mémoire de recherche comme un acharné).<br /><br />les études ne me font pas peur, la motivation est présente, le but est clair.... mais mon souci c'est bel et bien le côté matériel : je ne veux pas demander quoi que ce soit à mes parents qui m'ont déjà trop aidée.. le truc c'est que les factures vont continuer à tomber... et j'ai peur de manquer de temps pour tout faire ! (d'autant plus que je vais perdre une quantité de temps monstrueuse dans les transports pour aller d'un point à un autre et que ça va être archi compliqué de faire coincider trois emplois du temps cours-stage-taf)<br /><br />et en ce qui concerne mon entreprise, elle est plus que fragilisée ces temps ci et je doute qu'elle puisse financer quoi que ce soit (risque de dépôt de bilan), et si en plus c'est destiné à quelqu'un qui les laisse tomber, n'en parlons pas !
idem Il y a 14 ans

j'pensais pas qu'il y aurait autant de réactions merci bien !<br /><br />en fait les études en question c'est les études de psycho.. j'ai arrêté en master 1 (année non validée pour plein de raisons )... il s'agirait donc de reprendre en master 1, année sanctionnée par une sélection drastique pour passer en master 2 ( et c'est l'obtention du master 2 qui permet d'avoir le titre de psychologue)... donc 2 ans d'études en théorie.<br /><br />Le master 1 de psycho, c'est des cours, et en grande majorité des stages et la rédaction d'un mémoire de recherche... en général les étudiants prennent 2 ans pour préparer leur master 1 (ce que j'avais fait la première fois), mais y'a quelques rares personnes qui y arrivent en 1 an et qui trouvent une place en master 2... (autant dire que ces personnes là n'ont pas un p'tit job à côté pour financer leurs études... il faut vraiment bosser son mémoire de recherche comme un acharné).<br /><br />les études ne me font pas peur, la motivation est présente, le but est clair.... mais mon souci c'est bel et bien le côté matériel : je ne veux pas demander quoi que ce soit à mes parents qui m'ont déjà trop aidée.. le truc c'est que les factures vont continuer à tomber... et j'ai peur de manquer de temps pour tout faire ! (d'autant plus que je vais perdre une quantité de temps monstrueuse dans les transports pour aller d'un point à un autre et que ça va être archi compliqué de faire coincider trois emplois du temps cours-stage-taf)<br /><br />et en ce qui concerne mon entreprise, elle est plus que fragilisée ces temps ci et je doute qu'elle puisse financer quoi que ce soit (risque de dépôt de bilan), et si en plus c'est destiné à quelqu'un qui les laisse tomber, n'en parlons pas !

Je pense que si t'es motivée c'est largement possible! De plus, si c'est pour reprendre un Master 1, tu n'as que deux ans d'étude et puis basta... Bon j'avoue il y a le mémoire mais bon comparé à squatter les auditoires pendant des journées interminables et bien le mémoire c'est le grand luxe :D<br /><br />Financièrement, ca sera pas facile tous les jours mais en bossant les w-e tu devraient y arriver ou économise pendant un an et puis relance toi dans tes études. Faut juste vérifier combien de temps des trois années de BAC sont valables (en tous cas, en Belgique y a un temps limite je crois que c'est 5 ans mais je suis pas sûre).
tortillo Il y a 14 ans

Je pense que si t'es motivée c'est largement possible! De plus, si c'est pour reprendre un Master 1, tu n'as que deux ans d'étude et puis basta... Bon j'avoue il y a le mémoire mais bon comparé à squatter les auditoires pendant des journées interminables et bien le mémoire c'est le grand luxe <br /><br />Financièrement, ca sera pas facile tous les jours mais en bossant les w-e tu devraient y arriver ou économise pendant un an et puis relance toi dans tes études. Faut juste vérifier combien de temps des trois années de BAC sont valables (en tous cas, en Belgique y a un temps limite je crois que c'est 5 ans mais je suis pas sûre).

Pour faire partager mon expérience, je suis en 2ème année de formation d'éducateur spécialisé à Amiens (80).<br />Et dans ma promo, de 70 personnes, la majorité des gens ont 24-25 ans, ils ont fait des études, puis ont finalement passé le concours d'ES après une certaine expérience et un temps légitime de réflexion.<br />Dans ma promo, il y a aussi des gens de 30 ans, et même deux femmes de 44 et 46 ans, qui avant étaient coiffeuse, comptable, un autre gars de ma promo a 27 ans et était auparavant CPE.<br /><br />Ils ont des aides pour reprendre leurs études, ils touchent ainsi les Assedics, et ont le statut de " en recherche d'emploi en formation ", ce qui est assez spécial je vous l'avoue, mais bon, même si financièrement c'est pas toujours tip top, c'est envisageable, d'autant plus si tu es en couple et qu'il y a un deuxième salaire qui tombe, c'est clair.<br /><br />C'est un peu la débrouille, mais on a la chance d'avoir une promo et une école solidaire ce qui fait qu'ils connaissent plus ou moins "les combines" niveau administratif pour s'en sortir.
AnonymeIl y a 14 ans

Pour faire partager mon expérience, je suis en 2ème année de formation d'éducateur spécialisé à Amiens (80).<br />Et dans ma promo, de 70 personnes, la majorité des gens ont 24-25 ans, ils ont fait des études, puis ont finalement passé le concours d'ES après une certaine expérience et un temps légitime de réflexion.<br />Dans ma promo, il y a aussi des gens de 30 ans, et même deux femmes de 44 et 46 ans, qui avant étaient coiffeuse, comptable, un autre gars de ma promo a 27 ans et était auparavant CPE.<br /><br />Ils ont des aides pour reprendre leurs études, ils touchent ainsi les Assedics, et ont le statut de " en recherche d'emploi en formation ", ce qui est assez spécial je vous l'avoue, mais bon, même si financièrement c'est pas toujours tip top, c'est envisageable, d'autant plus si tu es en couple et qu'il y a un deuxième salaire qui tombe, c'est clair.<br /><br />C'est un peu la débrouille, mais on a la chance d'avoir une promo et une école solidaire ce qui fait qu'ils connaissent plus ou moins "les combines" niveau administratif pour s'en sortir.

J'ai arrêtée à bac +2 et aujourd'hui j'ai un master 2. En fait j'ai toujours travaillée a temps complet après mon bac + 2 et ensuite je me suis inscrite au CNAM en cours du soir et enfin dans une fac pour terminer mon cursus. C'est un choix de vie de cumuler boulot et études mais je ne le regrette pas. <br />Donc si le souci c'est le côté finance le CNAM est parfait mais ce sont des cours du soir et à la différence de la fac cela peut s'étaler sur plusieurs années (5 ans maximum pour valider les UVs).<br />Pour les stages j'ai toujours fait en sorte que mes boulots correspondent à la formation. <br />Sinon il y a le congé individuel de formation mais qui n'est pas toujours accordé par l'entreprise et par les organismes de formation mais qui permet de garder 80% de son salaire (conditions d'ancienneté, un dossier à monter etc).
biyouna Il y a 14 ans

J'ai arrêtée à bac +2 et aujourd'hui j'ai un master 2. En fait j'ai toujours travaillée a temps complet après mon bac + 2 et ensuite je me suis inscrite au CNAM en cours du soir et enfin dans une fac pour terminer mon cursus. C'est un choix de vie de cumuler boulot et études mais je ne le regrette pas. <br />Donc si le souci c'est le côté finance le CNAM est parfait mais ce sont des cours du soir et à la différence de la fac cela peut s'étaler sur plusieurs années (5 ans maximum pour valider les UVs).<br />Pour les stages j'ai toujours fait en sorte que mes boulots correspondent à la formation. <br />Sinon il y a le congé individuel de formation mais qui n'est pas toujours accordé par l'entreprise et par les organismes de formation mais qui permet de garder 80% de son salaire (conditions d'ancienneté, un dossier à monter etc).

le CIF c'est l'entreprise qui l'accorde, mais ils ont droit de refuser seulement 2 ans, sinon ce sont les organismes de formation qui financent la formation.<br />(je sais mon post ne sert a rien mais c'était pour compléter celui de biyouna :P)
celiate Il y a 14 ans

le CIF c'est l'entreprise qui l'accorde, mais ils ont droit de refuser seulement 2 ans, sinon ce sont les organismes de formation qui financent la formation.<br />(je sais mon post ne sert a rien mais c'était pour compléter celui de biyouna )