Edit Atala: Fil de discussion séparé depuis le topic "Lula": Pour ce qui est de Lula, je n'en sais trop rien... par contre concernant Marguertite, un membre de saez.mu semble dire que Damien ne s'inspirerai pas que de sa vie privée pour ses chansons. [url=http://saez.mu/forum/comments.php?DiscussionID=212&page=1#Item_0]Marguerite, serais une interpretation de la Dame au camélias d'Alexandre Dumas.[/url] Point de vue interessant. Par contre, je ne peux confirmé, n'ayant pas lu le livre.
viper82 Il y a 11 ans

Edit Atala: Fil de discussion séparé depuis le topic "Lula":



Pour ce qui est de Lula, je n'en sais trop rien...

par contre concernant Marguertite, un membre de saez.mu semble dire que Damien ne s'inspirerai pas que de sa vie privée pour ses chansons.

Marguerite, serais une interpretation de la Dame au camélias d'Alexandre Dumas.

Point de vue interessant.

Par contre, je ne peux confirmé, n'ayant pas lu le livre.

Je l'ai écrit sur le forum mais c'est juste un avis personnel... J'y ai pensé en écoutant le début de la chanson mais je n'ai jamais dit qu'il s'en était inspiré!
AnonymeIl y a 11 ans

Je l'ai écrit sur le forum mais c'est juste un avis personnel...
J'y ai pensé en écoutant le début de la chanson mais je n'ai jamais dit qu'il s'en était inspiré!

Pourquoi Marguerite ne serait elle pas une drogue ?
ilhan100907 Il y a 11 ans

Pourquoi Marguerite ne serait elle pas une drogue ?

Le fait que l'héroïne du roman s'appelle Marguerite (Marie dans la vraie vie!), qu'elle soit courtisane mais qu'elle soit en même temps vertueuse et femme d'esprit... Et cette énumération de fleurs, camélias, roses et lilas... Marguerite n'aime que les camélias et se moque de son prétendant au début qui lui offre un bouquet de roses et de lilas et elle l'évince, lui demandant de prendre du recul (de n'être qu'un ami pour elle...) Bref!
AnonymeIl y a 11 ans

Le fait que l'héroïne du roman s'appelle Marguerite (Marie dans la vraie vie!), qu'elle soit courtisane mais qu'elle soit en même temps vertueuse et femme d'esprit...
Et cette énumération de fleurs, camélias, roses et lilas... Marguerite n'aime que les camélias et se moque de son prétendant au début qui lui offre un bouquet de roses et de lilas et elle l'évince, lui demandant de prendre du recul (de n'être qu'un ami pour elle...)
Bref!

Il l'aurait appelée "Marie-Jeanne"! :)
AnonymeIl y a 11 ans

Il l'aurait appelée "Marie-Jeanne"!

http://www.youtube.com/watch?v=TEIHIsIhx6o Je ne sais pas si c'est moi qui vois Marguerite un peu partout mais plus j'écoute "Madeleine" et plus j'y trouve des similitudes... ;)
AnonymeIl y a 11 ans


http://www.youtube.com/watch?v=TEIHIsIhx6o

Je ne sais pas si c'est moi qui vois Marguerite un peu partout mais plus j'écoute "Madeleine" et plus j'y trouve des similitudes...

[url]http://www.youtube.com/watch?v=nRXnoHDD6T4[/url] titre keepsake de State radio. évidemment pas de plagiat mais je trouve que les 2 chansons (celle ci et Marguerite)se répondent bien que ça soit en rythmique ou en tonalité.
pedrosaez Il y a 10 ans


http://www.youtube.com/watch?v=nRXnoHDD6T4
titre keepsake de State radio.
évidemment pas de plagiat mais je trouve que les 2 chansons (celle ci et Marguerite)se répondent bien que ça soit en rythmique ou en tonalité.

Pour moi, c'est l'histoire d'un homme qui vient de perdre son amour, Marie ("moi mon coeur est chrysanthème, et mon âme est triste")et qui n'a pas l'habitude que les femmes lui résiste. Là, il trouve en Marguerite une maîtresse qui lui permet de s'évader quelqes instants mais qui a entièrement le pouvoir sur lui ("t'approche pas trop de moi", "parce qu'elle elle dit jamais je t'aime, parce que sans équivoque aucune, la liberté au bout des doigts,...", "l'insoumission qui dit je n'ai Dieu ni maître ni qui que ce soit",...). Mais ce n'est que mon idée!
FANOU Il y a 10 ans

Pour moi, c'est l'histoire d'un homme qui vient de perdre son amour, Marie ("moi mon coeur est chrysanthème, et mon âme est triste")et qui n'a pas l'habitude que les femmes lui résiste. Là, il trouve en Marguerite une maîtresse qui lui permet de s'évader quelqes instants mais qui a entièrement le pouvoir sur lui ("t'approche pas trop de moi", "parce qu'elle elle dit jamais je t'aime, parce que sans équivoque aucune, la liberté au bout des doigts,...", "l'insoumission qui dit je n'ai Dieu ni maître ni qui que ce soit",...). Mais ce n'est que mon idée!

Marguerite c'est un peu tout, la vie la liberté mais surtout l2 reflet de l'inconscient de son auteur
Maitre Kaio Il y a 10 ans

Marguerite c'est un peu tout, la vie la liberté mais surtout l2 reflet de l'inconscient de son auteur

ou alors c'est juste un plan cul hystérique, passionnant au début un peu trop chiant sur la fin une emmerderesse de première qui vous fascine comme un feu d'artifice, que vous regardez d'un peu trop près tout ça pour finir aux urgences un samedi soir à trois heures du mat' à moitié aveugle avec le sourcil qui sent le cochon grillé. l'amour pyromane à la va vite ou pas ou en fait j'en sais foutre rien, ça dépend des jours... (ça dépend ça dépasse...-_-' )
Atala Il y a 10 ans

ou alors c'est juste un plan cul hystérique,
passionnant au début
un peu trop chiant sur la fin
une emmerderesse de première qui vous fascine comme un feu d'artifice,
que vous regardez d'un peu trop près
tout ça pour finir aux urgences un samedi soir à trois heures du mat'
à moitié aveugle avec le sourcil qui sent le cochon grillé.
l'amour pyromane à la va vite



ou pas

ou en fait j'en sais foutre rien,
ça dépend des jours...
(ça dépend ça dépasse...' )

[quote="Maitre Kaio" date="2010-12-17 15:26:23"]Marguerite c'est un peu tout, la vie la liberté mais surtout l2 reflet de l'inconscient de son auteur[/quote] Je crois que tu as trouvé les mots justes, même si ce n'est pas uniquement l'inconscient qui s'exprime. ;)
FANOU Il y a 10 ans

Marguerite c'est un peu tout, la vie la liberté mais surtout l2 reflet de l'inconscient de son auteur


Je crois que tu as trouvé les mots justes, même si ce n'est pas uniquement l'inconscient qui s'exprime.

Il parle d'un plan cul hysterique ca c'est sur. Après soulevons la fesse et regardons ce qu'il s'y cache.. La femme vue par son imaginaire, et la peur de tt homme fasse a la feminité assumée. Margurite c'est un fantasme, une crainte, celle qui vous tiens par les couilles en souriant comme un ange, a la limite de broyer tte virilité, sur cette limite si fine entre envie bestiale et emasculation.
Maitre Kaio Il y a 10 ans

Il parle d'un plan cul hysterique ca c'est sur. Après soulevons la fesse et regardons ce qu'il s'y cache.. La femme vue par son imaginaire, et la peur de tt homme fasse a la feminité assumée.

Margurite c'est un fantasme, une crainte, celle qui vous tiens par les couilles en souriant comme un ange, a la limite de broyer tte virilité, sur cette limite si fine entre envie bestiale et emasculation.

[quote="FANOU" date="2010-12-15 10:55:04"]Pour moi, c'est l'histoire d'un homme qui vient de perdre son amour, Marie ("moi mon coeur est chrysanthème, et mon âme est triste")et qui n'a pas l'habitude que les femmes lui résiste. Là, il trouve en Marguerite une maîtresse qui lui permet de s'évader quelqes instants mais qui a entièrement le pouvoir sur lui ("t'approche pas trop de moi", "parce qu'elle elle dit jamais je t'aime, parce que sans équivoque aucune, la liberté au bout des doigts,...", "l'insoumission qui dit je n'ai Dieu ni maître ni qui que ce soit",...). Mais ce n'est que mon idée![/quote] C'est un peu mon ressenti aussi...
gwen Il y a 10 ans

Pour moi, c'est l'histoire d'un homme qui vient de perdre son amour, Marie ("moi mon coeur est chrysanthème, et mon âme est triste")et qui n'a pas l'habitude que les femmes lui résiste. Là, il trouve en Marguerite une maîtresse qui lui permet de s'évader quelqes instants mais qui a entièrement le pouvoir sur lui ("t'approche pas trop de moi", "parce qu'elle elle dit jamais je t'aime, parce que sans équivoque aucune, la liberté au bout des doigts,...", "l'insoumission qui dit je n'ai Dieu ni maître ni qui que ce soit",...). Mais ce n'est que mon idée!


C'est un peu mon ressenti aussi...

[quote="Maitre Kaio" date="2010-12-18 12:15:22"]Margurite c'est un fantasme, une crainte, celle qui vous tiens par les couilles en souriant comme un ange, a la limite de broyer tte virilité, sur cette limite si fine entre envie bestiale et emasculation.[/quote] Je suis tout à fait d'accord avec toi sauf peut-être sur un point: je ne suis sure qu'il s'agisse d'un fantasme au sens strict du terme: je table plutôt sur la réalité. Pour moi, "Marguerite" existe. C'est un fantasme dans le sens où c'est une femme libre et émancipée qu'il n'arrive pas à se faire!
FANOU Il y a 10 ans

Margurite c'est un fantasme, une crainte, celle qui vous tiens par les couilles en souriant comme un ange, a la limite de broyer tte virilité, sur cette limite si fine entre envie bestiale et emasculation.


Je suis tout à fait d'accord avec toi sauf peut-être sur un point: je ne suis sure qu'il s'agisse d'un fantasme au sens strict du terme: je table plutôt sur la réalité. Pour moi, "Marguerite" existe. C'est un fantasme dans le sens où c'est une femme libre et émancipée qu'il n'arrive pas à se faire!

pourquoi je ne vois pas tout ça, pour moi marguerite c'est la bonne co(nne)pine que les mecs vont voir qd ils sont en manque...(quand on va pointer à sa porte sur qu'on est tous un peu chomeur.
esi427 Il y a 10 ans

pourquoi je ne vois pas tout ça,
pour moi marguerite c'est la bonne co(nne)pine que les mecs vont voir qd ils sont en manque...(quand on va pointer à sa porte sur qu'on est tous un peu chomeur.

[quote="esi427" date="2011-01-28 15:36:58"]pourquoi je ne vois pas tout ça, pour moi marguerite c'est la bonne co(nne)pine que les mecs vont voir qd ils sont en manque...(quand on va pointer à sa porte sur qu'on est tous un peu chomeur.[/quote] "Quand on va pointer à sa porte, sûr qu'on est tous un peu chômeur" > Je ne le vois pas comme ça. Pour moi, ça signifie que l'homme qui est fou de Marguerite (fou, pas forcément dans le sens amoureux) n'a pas été le seul, qu'elle a un attrait incroyable pour les hommes qui se sont retrouvés seuls, malheureux.
Spleen Il y a 10 ans

pourquoi je ne vois pas tout ça,
pour moi marguerite c'est la bonne co(nne)pine que les mecs vont voir qd ils sont en manque...(quand on va pointer à sa porte sur qu'on est tous un peu chomeur.


"Quand on va pointer à sa porte, sûr qu'on est tous un peu chômeur" > Je ne le vois pas comme ça. Pour moi, ça signifie que l'homme qui est fou de Marguerite (fou, pas forcément dans le sens amoureux) n'a pas été le seul, qu'elle a un attrait incroyable pour les hommes qui se sont retrouvés seuls, malheureux.

Marguerite c'est encore une des ecortes girls de Damien. Comme lula , Betty ect... Il faut pas chercher trés loin , Saez aime allé voir les filles de joies mais il a le défaut d'être un trop grand romantique et dans tomber amoureux.
pietro-saez Il y a 9 ans

Marguerite c'est encore une des ecortes girls de Damien. Comme lula , Betty ect...
Il faut pas chercher trés loin , Saez aime allé voir les filles de joies mais il a le défaut d'être un trop grand romantique et dans tomber amoureux.

[quote="pietro-saez" date="2012-10-26 11:21:50"]Marguerite c'est encore une des ecortes girls de Damien. Comme lula , Betty ect... Il faut pas chercher trés loin , Saez aime allé voir les filles de joies mais il a le défaut d'être un trop grand romantique et dans tomber amoureux. [/quote] des fois si justement, il faut aller chercher un peu plus loin ;-)
Maitre Kaio Il y a 9 ans

Marguerite c'est encore une des ecortes girls de Damien. Comme lula , Betty ect...
Il faut pas chercher trés loin , Saez aime allé voir les filles de joies mais il a le défaut d'être un trop grand romantique et dans tomber amoureux.

des fois si justement, il faut aller chercher un peu plus loin

Je vous salue à tous ! (Je me décide enfin à poster sur ce forum que je suis depuis bien longtemps; histoire de participer à vos hypothèses et critiques concernant ce vieil ami Saez, histoire d'essayer d'un peu mieux le comprendre, mais aussi parce que cette chanson, Marguerite, m'avait arrêté un bon moment, notamment sur les sens possibles de son interprétation). Donc passé la première interprétation de l'escorte girl, dans la lignée des Marie, Marilyn & co, j'avais pensé à de la drogue comme vous (du style "Marie-juana"). D'abord parce qu'il "préfère les pétards aux pétales", puis pour les "coups de jus/de blues" qu'elle procure. Et surtout pour ces phrases qui me tuent d'ambiguïté à chaque fois que je les écoute : "parce que sans équivoque aucune la liberté au bout des doigts (...) Tous les possibles au bout des doigts " Après il y avait tous les [i]interdits[/i], du style : rouler sans le permis, les accidents de bagnoles, pointer à sa porte comme à la porte du dealer, comparée à "l'ivresse, à la folie, à la fois Française, Mexicaine, un "parfum de nocturne", etc... Bref, vous voyez le truc. Bien sûr, c'est du vent et Saez en tant qu'artiste travaille les mots et s'amuse à nous mener en bateau ("sans équivoque aucune" dit-il. A d'autres...). Parce qu'aussi, tout bêtement il nous met en garde dès le début pour nous dire ce qu'elle n'est pas. (Couplet 1 : "J'me suis dit, quel prénom étrange..." / Couplet 2 : "T'approches pas trop de moi..." histoire de ne pas émettre un jugement dogmatique et catégorique / Couplet 3 : " J'me suis dit, Elle sort d'où celle-là... Et puis c'est quoi ce prénom à la con", comme si Saez avait pensé à nous). Donc les 3 premiers couplets sont une définition négative, ce qui est déjà louche en soi. Ensuite il passe à l'anaphore "C'est...". Généralement, la tournure sert à définir. C'est ce qu'il fait, mais il se marre toujours autant, puisqu'il y a un torrent définitionnel, sans parler des comparaisons (exemple : "c'est comme un doigt levé bien haut" etc). Évidemment, les figures comme métaphores et comparaisons ouvrent un nouvel horizon de sens, indéterminé et indéterminable. Donc Saez masque et travesti à dessein : pour ouvrir les possibles (càd, l'imagination, les interprétations, pour donner de la perspective à son texte, bref c'est un texte d'artiste, okay). Mais ce qui est cool, c'est que tous ces possibles restent virtuellement inscrit dans la chanson. Il suffit pour chacun d'entre nous de les actualiser, selon nos propres expériences. Et notre intérêt pour apprécier la beauté du texte est précisément de ne pas trancher. A la fois fleur et femme, fleur personnifiée ou femme en fleur dans la nuit. Vous y verrez une référence à Proust et vous aurez raison, parce que le récit "A l'ombre des jeunes filles en fleur" raconte en partie, l'éclatement de l'identité, la représentation kaléidoscopique d'Albertine dans l'imaginaire et le souvenir du narrateur. Tout ça pour dire (si vous vous êtes pas endormis ou révoltés en chemin) que l'essence et le charme de Marguerite c'est d'être "tout c’qu’on veut qu’elle soit". Sinon, ça serait pas Marguerite.
Yan Il y a 9 ans

Je vous salue à tous !

(Je me décide enfin à poster sur ce forum que je suis depuis bien longtemps; histoire de participer à vos hypothèses et critiques concernant ce vieil ami Saez, histoire d'essayer d'un peu mieux le comprendre, mais aussi parce que cette chanson, Marguerite, m'avait arrêté un bon moment, notamment sur les sens possibles de son interprétation).

Donc passé la première interprétation de l'escorte girl, dans la lignée des Marie, Marilyn & co, j'avais pensé à de la drogue comme vous (du style "Marie-juana"). D'abord parce qu'il "préfère les pétards aux pétales", puis pour les "coups de jus/de blues" qu'elle procure. Et surtout pour ces phrases qui me tuent d'ambiguïté à chaque fois que je les écoute :

"parce que sans équivoque aucune
la liberté au bout des doigts (...)
Tous les possibles au bout des doigts "

Après il y avait tous les interdits, du style : rouler sans le permis, les accidents de bagnoles, pointer à sa porte comme à la porte du dealer, comparée à "l'ivresse, à la folie, à la fois Française, Mexicaine, un "parfum de nocturne", etc... Bref, vous voyez le truc.

Bien sûr, c'est du vent et Saez en tant qu'artiste travaille les mots et s'amuse à nous mener en bateau ("sans équivoque aucune" dit-il. A d'autres...). Parce qu'aussi, tout bêtement il nous met en garde dès le début pour nous dire ce qu'elle n'est pas.

(Couplet 1 : "J'me suis dit, quel prénom étrange..." / Couplet 2 : "T'approches pas trop de moi..." histoire de ne pas émettre un jugement dogmatique et catégorique / Couplet 3 : " J'me suis dit, Elle sort d'où celle-là... Et puis c'est quoi ce prénom à la con", comme si Saez avait pensé à nous).

Donc les 3 premiers couplets sont une définition négative, ce qui est déjà louche en soi. Ensuite il passe à l'anaphore "C'est...". Généralement, la tournure sert à définir. C'est ce qu'il fait, mais il se marre toujours autant, puisqu'il y a un torrent définitionnel, sans parler des comparaisons (exemple : "c'est comme un doigt levé bien haut" etc). Évidemment, les figures comme métaphores et comparaisons ouvrent un nouvel horizon de sens, indéterminé et indéterminable. Donc Saez masque et travesti à dessein : pour ouvrir les possibles (càd, l'imagination, les interprétations, pour donner de la perspective à son texte, bref c'est un texte d'artiste, okay).

Mais ce qui est cool, c'est que tous ces possibles restent virtuellement inscrit dans la chanson. Il suffit pour chacun d'entre nous de les actualiser, selon nos propres expériences. Et notre intérêt pour apprécier la beauté du texte est précisément de ne pas trancher. A la fois fleur et femme, fleur personnifiée ou femme en fleur dans la nuit. Vous y verrez une référence à Proust et vous aurez raison, parce que le récit "A l'ombre des jeunes filles en fleur" raconte en partie, l'éclatement de l'identité, la représentation kaléidoscopique d'Albertine dans l'imaginaire et le souvenir du narrateur.

Tout ça pour dire (si vous vous êtes pas endormis ou révoltés en chemin) que l'essence et le charme de Marguerite c'est d'être "tout c’qu’on veut qu’elle soit". Sinon, ça serait pas Marguerite.

Perso je pense que Marguerite c'est l'anarchie :) "Comme un doigt levé bien haut, à tous les Dieux tous les suppos" Et pas mal d'autres trucs entre le rouge / noir etc... Enfin bref c'est qu'une supposition, après y'a aussi beaucoup de phrases qui font penser que c'est effectivement une femme mais c'est peut être juste des méthaphores..
Maloulou11 Il y a 7 ans

Perso je pense que Marguerite c'est l'anarchie
"Comme un doigt levé bien haut, à tous les Dieux tous les suppos"
Et pas mal d'autres trucs entre le rouge / noir etc...
Enfin bref c'est qu'une supposition, après y'a aussi beaucoup de phrases qui font penser que c'est effectivement une femme mais c'est peut être juste des méthaphores..

Aaaah Marguerite cette insoumise... Ce texte est génial.
Maitre Kaio Il y a 7 ans

Aaaah Marguerite cette insoumise...

Ce texte est génial.

Je me lance à mon tour, je vais donner ma vision personnelle, bien après la bataille, mais n'ayons pas peur d'être lâche... Il y a des chances pour que je paraphrase un peu certains d'entre vous d'ailleurs. Bon bah déjà, rien que le choix du nom est lourd de sens à lui tout seul. En dehors du fait, il le souligne d'ailleurs, que ce soit un prénom qui date des croisades (Sans déconner, les croisades quoi..), c'est une fleur qu'on peut facilement visualiser comme sauvage (« C'est pas vraiment la saison à faire l'amour dans les champs »), c'est pas celle qu'on plante en premier lieu dans son jardin. Je m'arrête donc sur la théorie du plan cul de Maitre Kaio, mais hystérique je ne suis pas sûre. Il succombe quand même et le regrette à demi mot/maux "Ne t'approche pas trop de moi, moi j'ai pas écouté tu vois". Sur le 3ème couplet, toujours selon moi, il se bat contre ses propres démons, ceux qui le poussent vers elle, et se rappelle à quel point c'est pas son genre de fille, et nous dresse un très joli tableau de tout ce qu'il n'aimera jamais chez elle, une auto-persuasion préventive (« prénom à la con », « j'aime pas bien les fleurs et puis j'aime pas ce qui sent bon »). Et nous voilà au refrain des justifications, il s'explique, se justifie, raconte pourquoi elle est si exceptionnelle. Il nous dit qu'il s'amuse et, quelque part, qu'il se sent en vie avec elle, malgré sa violence certaine, comme le laisse deviner la répétion (5x) du mot « coup ». Les libertés qu'elle prend le ramène à sa propre liberté, et ça rend la beauté de cette relation presque irréelle (« "C’est comme un parfum de nocturnes qui auraient l’goût des levers du jour »). Elle est à la fois beauté « luciole » et douleur « entre le marteau et l'enclume », elle est grisante comme un risque à prendre « rouler sans le permis ». Dans le 4ème couplet, il nous raconte un peu ses engagements politiques, qui sont en accord avec sa personnalité puisque c'est une femme de cœur et pourquoi pas une prostitué oui... Fût un temps oui les filles de bordels étaient les seules femmes considérées comme pouvant faire preuve de bonté « quand on va pointer à sa porte ». Il se reproche ensuite de ne pas voir qu'elle, finalement cette relation libertine ne lui convient plus, on peut supposer qu'il devient jaloux du même coup. Dans le 5ème couplet, il nous rappelle sa violence la rend sublime mais incontrôlable, ce qui donne lieu à de nombreuses prises de bec qui amènent parfois à des discours incohérents « qu'elle dit qu'elle aime pas mes chanson ». La variation du deuxième refrain implique une modification de leur relation, peut être sont ils plus intimes. Du moins il aimerait bien, mais elle s'y refuse « qui s'arrête pas dans les gares », elle est consciente que ça n'ira nulle part « C'est pas la bonne ». Mais il voudrais bien essayer quand même, il pense que ça vaut le coup. Bon là, je vais citer une phrase hyper clair, et sur laquelle j'ai rien à dire, mais juste pour le plaisir, c'est LA perle de cette chanson : «  C’est sûr que j’peux mourir demain tant qu’elle m’habite entre ses reins » (et si facilement plaçable..) Sur le dernier couplet, il réalise que son agressivité n'est dû qu'à ses blessures passées, elle est sur la défensive en permanence comme « un chien qui a mal à la patte » et même s'il en souffre « elle à le goût de la mer »- de l'amer (t'as raison Damien, c'est sympa de jouer sur les mots) il l'accepte pour tout ce qu'elle est. [quote="Yan"] Tout ça pour dire [...] que l'essence et le charme de Marguerite c'est d'être "tout c’qu’on veut qu’elle soit". Sinon, ça serait pas Marguerite.[/quote] Et là il s'adresse directement à nous « Voyez y qui vous voulez ! », et je crois que c'est l'une des grandes forces des chansons nominatives. Le prénom ancre l'histoire dans le réel mais nous ne sommes pas obligés de nous y arrêter. Là, il nous propose d'y apposer le nom qui colle à notre histoire personnelle, parce qu'on a tous eu une Marguerite. La vôtre, c'était qui ? Pardon, j'ai été un peu longue là... (et pardon pour toutes les fautes que je n'ai pas encore vu..)
Theo Putnam Il y a 7 ans

Je me lance à mon tour, je vais donner ma vision personnelle, bien après la bataille, mais n'ayons pas peur d'être lâche... Il y a des chances pour que je paraphrase un peu certains d'entre vous d'ailleurs.

Bon bah déjà, rien que le choix du nom est lourd de sens à lui tout seul.
En dehors du fait, il le souligne d'ailleurs, que ce soit un prénom qui date des croisades (Sans déconner, les croisades quoi..), c'est une fleur qu'on peut facilement visualiser comme sauvage (« C'est pas vraiment la saison à faire l'amour dans les champs »), c'est pas celle qu'on plante en premier lieu dans son jardin.

Je m'arrête donc sur la théorie du plan cul de Maitre Kaio, mais hystérique je ne suis pas sûre.
Il succombe quand même et le regrette à demi mot/maux "Ne t'approche pas trop de moi, moi j'ai pas écouté tu vois".

Sur le 3ème couplet, toujours selon moi, il se bat contre ses propres démons, ceux qui le poussent vers elle, et se rappelle à quel point c'est pas son genre de fille, et nous dresse un très joli tableau de tout ce qu'il n'aimera jamais chez elle, une auto-persuasion préventive (« prénom à la con », « j'aime pas bien les fleurs et puis j'aime pas ce qui sent bon »).

Et nous voilà au refrain des justifications, il s'explique, se justifie, raconte pourquoi elle est si exceptionnelle. Il nous dit qu'il s'amuse et, quelque part, qu'il se sent en vie avec elle, malgré sa violence certaine, comme le laisse deviner la répétion (5x) du mot « coup ». Les libertés qu'elle prend le ramène à sa propre liberté, et ça rend la beauté de cette relation presque irréelle (« "C’est comme un parfum de nocturnes qui auraient l’goût des levers du jour »). Elle est à la fois beauté « luciole » et douleur « entre le marteau et l'enclume », elle est grisante comme un risque à prendre « rouler sans le permis ».

Dans le 4ème couplet, il nous raconte un peu ses engagements politiques, qui sont en accord avec sa personnalité puisque c'est une femme de cœur et pourquoi pas une prostitué oui... Fût un temps oui les filles de bordels étaient les seules femmes considérées comme pouvant faire preuve de bonté « quand on va pointer à sa porte ». Il se reproche ensuite de ne pas voir qu'elle, finalement cette relation libertine ne lui convient plus, on peut supposer qu'il devient jaloux du même coup.

Dans le 5ème couplet, il nous rappelle sa violence la rend sublime mais incontrôlable, ce qui donne lieu à de nombreuses prises de bec qui amènent parfois à des discours incohérents « qu'elle dit qu'elle aime pas mes chanson ».

La variation du deuxième refrain implique une modification de leur relation, peut être sont ils plus intimes. Du moins il aimerait bien, mais elle s'y refuse « qui s'arrête pas dans les gares », elle est consciente que ça n'ira nulle part « C'est pas la bonne ». Mais il voudrais bien essayer quand même, il pense que ça vaut le coup.
Bon là, je vais citer une phrase hyper clair, et sur laquelle j'ai rien à dire, mais juste pour le plaisir, c'est LA perle de cette chanson : «  C’est sûr que j’peux mourir demain tant qu’elle m’habite entre ses reins » (et si facilement plaçable..)

Sur le dernier couplet, il réalise que son agressivité n'est dû qu'à ses blessures passées, elle est sur la défensive en permanence comme « un chien qui a mal à la patte » et même s'il en souffre « elle à le goût de la mer »- de l'amer (t'as raison Damien, c'est sympa de jouer sur les mots) il l'accepte pour tout ce qu'elle est.

Tout ça pour dire [...] que l'essence et le charme de Marguerite c'est d'être "tout c’qu’on veut qu’elle soit". Sinon, ça serait pas Marguerite.


Et là il s'adresse directement à nous « Voyez y qui vous voulez ! », et je crois que c'est l'une des grandes forces des chansons nominatives. Le prénom ancre l'histoire dans le réel mais nous ne sommes pas obligés de nous y arrêter. Là, il nous propose d'y apposer le nom qui colle à notre histoire personnelle, parce qu'on a tous eu une Marguerite. La vôtre, c'était qui ?

Pardon, j'ai été un peu longue là... (et pardon pour toutes les fautes que je n'ai pas encore vu..)

pour moi ton explication est un peu trop une paraphrase du texte originale. Tu détailles ce qu'il chante en le prenant au premier degré, je pense, sans mauvais jeu de mot, que Marguerite est bien plus prfonde que ça. J'en suis même à me demander, écoute après écoute, si Marguerite n'est pas la personnification par l'artiste des multiples facettes de l'homme.
Maitre Kaio Il y a 7 ans

pour moi ton explication est un peu trop une paraphrase du texte originale. Tu détailles ce qu'il chante en le prenant au premier degré, je pense, sans mauvais jeu de mot, que Marguerite est bien plus prfonde que ça.

J'en suis même à me demander, écoute après écoute, si Marguerite n'est pas la personnification par l'artiste des multiples facettes de l'homme.

[quote="Maitre Kaio"]pour moi ton explication est un peu trop une paraphrase du texte originale.[/quote] Tout à fait, ici je me suis arrêtée sur la "2ème lecture", je n'ai pas voulu approfondir d'avantage de peur d'emmerder un peu trop le monde... Mais effectivement, mis à part sur ses textes d'impulsions, Saez aime jouer aux lectures multidimensionnelles: Une impression générale, une histoire et enfin une ou plusieurs significations. Et j'avoue m'être intéressée à la deuxième étape. Non pas que la dernière m'ennuie, loin de là, mais je trouve que, souvent, la paraphrase permet une troisième lecture plus pointue. Au final, je pense que j'ai pondu ça, juste histoire de me replacer moi même dans le contexte qu'il impose pour y voir plus clair. Je te le concède, c'est très égoïste de ma part d'utiliser le forum comme tremplin pour ma propre réflexion, mais j'assume plutôt bien ؟
Theo Putnam Il y a 7 ans

pour moi ton explication est un peu trop une paraphrase du texte originale.


Tout à fait, ici je me suis arrêtée sur la "2ème lecture", je n'ai pas voulu approfondir d'avantage de peur d'emmerder un peu trop le monde...
Mais effectivement, mis à part sur ses textes d'impulsions, Saez aime jouer aux lectures multidimensionnelles: Une impression générale, une histoire et enfin une ou plusieurs significations. Et j'avoue m'être intéressée à la deuxième étape.

Non pas que la dernière m'ennuie, loin de là, mais je trouve que, souvent, la paraphrase permet une troisième lecture plus pointue. Au final, je pense que j'ai pondu ça, juste histoire de me replacer moi même dans le contexte qu'il impose pour y voir plus clair.

Je te le concède, c'est très égoïste de ma part d'utiliser le forum comme tremplin pour ma propre réflexion, mais j'assume plutôt bien ؟

t'as rien à me concéder, encore moins si t'assumes ;)
Maitre Kaio Il y a 7 ans

t'as rien à me concéder, encore moins si t'assumes

J'assume, mais avec un point d'ironie؟ Donc j'assume moyen au fond XD
Theo Putnam Il y a 7 ans

J'assume, mais avec un point d'ironie؟
Donc j'assume moyen au fond XD

[quote="Suzie"] La vôtre, c'était qui ?[/quote] la mienne c'est une de mes filles et je ne veux rien savoir d'autre! ;) et dire quelles la chantent bien...m'enfin!
AnonymeIl y a 7 ans

La vôtre, c'était qui ?
@Suzie

la mienne c'est une de mes filles et je ne veux rien savoir d'autre!

et dire quelles la chantent bien...m'enfin!

hier j'ai acheté des fleurs, des jacinthes et des tulipes..... c'est joli ça sent bon, on dirait le printemps......bref et puis le "....et j’suis là comme un con à effeuiller les pétales de tulipes...." m'est revenu dans la tête. Tiens donc ça a combien de pétales les tulipes? ah ben 6 dites donc... alors 1. je t'aime... 2.un peu... 3. beaucoup... 4. passionnément... 5. á la folie... 6. pas du tout. ah oui il est con :) et puis en voulant citer les paroles exactes (milles mercis Mr Saez de nous les écrire blanc sur noir) je trouve ça: "et j’suis là comme un con à effeuiller les pétales de Tulipe et de Camélia de Rose et puis de Lila" aaaaaaaaaahhhhhhhhhh! Il met des majuscules aux noms communs des fleurs, et il sait pas écrire lilas!!! donc il déshabille les filles aux jolis noms de fleurs, parce que la Marguerite elle lui a dit d'aller voir ailleurs. Je dois vous dire des trucs que vous savez déjà mais moi au moins je me dévoue pour l'écrire. Ne me remerciez pas.
Eléa Il y a 6 ans

hier j'ai acheté des fleurs, des jacinthes et des tulipes..... c'est joli ça sent bon, on dirait le printemps......bref

et puis le "....et j’suis là comme un con à effeuiller les pétales de tulipes...." m'est revenu dans la tête.
Tiens donc ça a combien de pétales les tulipes? ah ben 6 dites donc...

alors
1. je t'aime...
2.un peu...
3. beaucoup...
4. passionnément...
5. á la folie...
6. pas du tout.

ah oui il est con

et puis en voulant citer les paroles exactes (milles mercis Mr Saez de nous les écrire blanc sur noir) je trouve ça:

"et j’suis là comme un con
à effeuiller les pétales
de Tulipe et de Camélia
de Rose et puis de Lila"

aaaaaaaaaahhhhhhhhhh!
Il met des majuscules aux noms communs des fleurs, et il sait pas écrire lilas!!!

donc il déshabille les filles aux jolis noms de fleurs, parce que la Marguerite elle lui a dit d'aller voir ailleurs.

Je dois vous dire des trucs que vous savez déjà mais moi au moins je me dévoue pour l'écrire. Ne me remerciez pas.

MARGUERITEUH
Maitre Kaio Il y a 6 ans

MARGUERITEUH

Je viens défendre mon point de vue bien après la bataille mais je pense que Marguerite est l'alcool Margarita (cocktail). "Elle est un peu Mexicaine et un peu française aussi". Il compare l'alcool au joint : "presqu'aussi bonne que Marie[juana] en un peu moins putain aussi" Et c'est ses coups de jus et coups de gueule parce qu'il se réfugie dans l'alcool quand ça ne va pas. Je ne sais pas ce que vous penserez de cette explication mais en re ecoutant la chanson, je pense qu'elle peut se défendre !
RoseLilas Il y a 5 ans

Je viens défendre mon point de vue bien après la bataille mais je pense que Marguerite est l'alcool Margarita (cocktail).
"Elle est un peu Mexicaine et un peu française aussi".
Il compare l'alcool au joint : "presqu'aussi bonne que Marie[juana] en un peu moins putain aussi"
Et c'est ses coups de jus et coups de gueule parce qu'il se réfugie dans l'alcool quand ça ne va pas.
Je ne sais pas ce que vous penserez de cette explication mais en re ecoutant la chanson, je pense qu'elle peut se défendre !