C'est une question qui me travaille depuis quelques temps. C'est pas tant le problème des rides, c'est davantage le fait que je n'aurai plus jamais de nouveau 28ans, 3 mois et 6 jours. Vieillir, c'est renoncer. Un peu comme les grains de sable d'un sablier doivent renoncer au fait de pouvoir remonter ( à moins que quelqu'un ne vienne retourner le sablier mais là on entre dans un débat d'ordre théologique ^^) Est ce qu'on a peur de vieillir parce qu'on ne veut renoncer à rien ? Est ce que le fait de n'avoir aucune croyance joue un rôle la dedans ? Est ce que cette peur survient à des moments charnières de notre vie ? J'ai l'impression que des fois on vit notre vie comme si c'était une vie d'essai. Très peu de gens ont le courage (ou la folie) de vivre pleinement (à la "Carpe Diem", "Seize the day" et tutti quanti). On vit dans une société où on cherche à construire pour l'avenir (une maison, un boulot, une famille, etc...) et on doit attendre la retraite pour pouvoir pleinement profiter de tout cela. Est ce qu'il faut vivre le moment présent à n'importe quel prix ? Est ce qu'il faut faire des sacrifices présents pour s'assurer un potentiel avenir sympa ? Est ce qu'il faut mélanger les deux points de vue au risque d'être de perpétuels insatisfaits ?
idem Il y a 9 ans

C'est une question qui me travaille depuis quelques temps.
C'est pas tant le problème des rides, c'est davantage le fait que je n'aurai plus jamais de nouveau 28ans, 3 mois et 6 jours. Vieillir, c'est renoncer. Un peu comme les grains de sable d'un sablier doivent renoncer au fait de pouvoir remonter ( à moins que quelqu'un ne vienne retourner le sablier mais là on entre dans un débat d'ordre théologique )

Est ce qu'on a peur de vieillir parce qu'on ne veut renoncer à rien ?
Est ce que le fait de n'avoir aucune croyance joue un rôle la dedans ?
Est ce que cette peur survient à des moments charnières de notre vie ?

J'ai l'impression que des fois on vit notre vie comme si c'était une vie d'essai. Très peu de gens ont le courage (ou la folie) de vivre pleinement (à la "Carpe Diem", "Seize the day" et tutti quanti). On vit dans une société où on cherche à construire pour l'avenir (une maison, un boulot, une famille, etc...) et on doit attendre la retraite pour pouvoir pleinement profiter de tout cela.

Est ce qu'il faut vivre le moment présent à n'importe quel prix ?
Est ce qu'il faut faire des sacrifices présents pour s'assurer un potentiel avenir sympa ?
Est ce qu'il faut mélanger les deux points de vue au risque d'être de perpétuels insatisfaits ?

C'est le débat philosophique le plus courant du 21ème siècle je pense ... Juste s'imaginer quelques instants de vivre le moment présent à fond, ce serait ne plus avoir d'attache, plus de boulot, plus de revenu, plus de marche arrière ... de la façon dont je conçois cette utopie, c'est irréalisable dans ce système actuel, même si dans les mangas ça marche toujours :) "Peut-être que le bonheur, c'est quand t'arrête de penser que c'était tellement mieux avant. Parce qu'aujourd'hui si ça se trouve c'est pas si mal et on est malheureux parce qu'on le verra seulement plus tard." dixit Didier super, ironiquement le plus grand philosoque de tout les temps, n'empêche que cette phrase ma marqué, et elle réponds plutôt bien à ton sujet je trouve. "Est ce qu'il faut faire des sacrifices présents pour s'assurer un potentiel avenir sympa ?" Le "potentiel" est très important pour moi, car on ne peux penser à l'avenir si l'on est même pas sur d'en avoir, et surtout car on ne sait absolument pas de quoi il sera fait. Au final, on aura toujours des regrets, autant les accumuler si ça accumule aussi les moments de bonheur. Si un truc me botte, je le ferai ou je l'acheterai. Je veux surtout pas me priver. Le seul facteur qui rentre en jeux pour moi ce serait un enfant, j'aviserai quand j'ai aurais.
flippeur Il y a 9 ans

C'est le débat philosophique le plus courant du 21ème siècle je pense ...

Juste s'imaginer quelques instants de vivre le moment présent à fond, ce serait ne plus avoir d'attache, plus de boulot, plus de revenu, plus de marche arrière ... de la façon dont je conçois cette utopie, c'est irréalisable dans ce système actuel, même si dans les mangas ça marche toujours

"Peut-être que le bonheur, c'est quand t'arrête de penser que c'était tellement mieux avant. Parce qu'aujourd'hui si ça se trouve c'est pas si mal et on est malheureux parce qu'on le verra seulement plus tard." dixit Didier super, ironiquement le plus grand philosoque de tout les temps, n'empêche que cette phrase ma marqué, et elle réponds plutôt bien à ton sujet je trouve.

"Est ce qu'il faut faire des sacrifices présents pour s'assurer un potentiel avenir sympa ?"

Le "potentiel" est très important pour moi, car on ne peux penser à l'avenir si l'on est même pas sur d'en avoir, et surtout car on ne sait absolument pas de quoi il sera fait. Au final, on aura toujours des regrets, autant les accumuler si ça accumule aussi les moments de bonheur.

Si un truc me botte, je le ferai ou je l'acheterai. Je veux surtout pas me priver. Le seul facteur qui rentre en jeux pour moi ce serait un enfant, j'aviserai quand j'ai aurais.

J'aime beaucoup la citation de Didier Super. Du coup peut être que la peur de vieillir, c'est un peu pareil. C'est peut être quand on cogite trop aux renoncements que vieillir implique. Avoir peur, c'est sans doute le meilleur moyen de passer à côté de plein de petits bonheurs au quotidien. C'est se stresser, se mettre la pression. Mais comment empêcher le cerveau de mouliner ?
idem Il y a 9 ans

J'aime beaucoup la citation de Didier Super. Du coup peut être que la peur de vieillir, c'est un peu pareil. C'est peut être quand on cogite trop aux renoncements que vieillir implique. Avoir peur, c'est sans doute le meilleur moyen de passer à côté de plein de petits bonheurs au quotidien. C'est se stresser, se mettre la pression.
Mais comment empêcher le cerveau de mouliner ?

J'dirais bien une bouteille de vodka, mais c'est pas vraiment recommandé ;)
flippeur Il y a 9 ans

J'dirais bien une bouteille de vodka, mais c'est pas vraiment recommandé

vivre c'est vieillir, il doit falloir une sacré sagesse pour accepter que je vais mourir sans en avoir peur. ou alors il faut être croyant. moi je ne suis ni sage, ni croyante, mais je ne crois pas non plus qu'il faille bruler la vie par les deux bouts sous prétexte qu'elle nous échappe. je me souviens d'un truc en espagnol qui parlait de la peur de la mort. je cherche et je le post après.
Eléa Il y a 8 ans

vivre c'est vieillir, il doit falloir une sacré sagesse pour accepter que je vais mourir sans en avoir peur.
ou alors il faut être croyant.
moi je ne suis ni sage, ni croyante, mais je ne crois pas non plus qu'il faille bruler la vie par les deux bouts sous prétexte qu'elle nous échappe. je me souviens d'un truc en espagnol qui parlait de la peur de la mort. je cherche et je le post après.

voila c’était ca: La muerte es algo que no debemos temer porque, mientras somos, la muerte no es y cuando la muerte es, nosotros no somos. - Antonio Machado - "la mort est quelque chose dont nous ne devons pas avoir peur, car tant que nous sommes, la mort n'est pas et quand la mort est, nous ne sommes plus" il devait pas croire en dieu non plus Machado.
Eléa Il y a 8 ans

voila c’était ca:

La muerte es algo que no debemos temer porque, mientras somos, la muerte no es y cuando la muerte es, nosotros no somos. - Antonio Machado -

"la mort est quelque chose dont nous ne devons pas avoir peur, car tant que nous sommes, la mort n'est pas et quand la mort est, nous ne sommes plus"

il devait pas croire en dieu non plus Machado.

bien sûr qu'on a peur de vieillir, vieillir c'est mourir .... on vieilli depuis le début de notre vie sans s'en rendre compte et un jour on devient un jeune vieux .... ;) moi je bosse avec des vieux comme ça j'ai toujours la sensation d'être jeune et puis meme à presque 40 ans , mes résidents me disent que je suis jeune et belle lol ! et après on me demande comment je fais pour faire ce boulot .. ^ allez Carpe diem ! à force de passer du temps à avoir peur de vieillir on oublie que le temps passe vite
Gawel Il y a 8 ans

bien sûr qu'on a peur de vieillir, vieillir c'est mourir .... on vieilli depuis le début de notre vie sans s'en rendre compte et un jour on devient un jeune vieux ....
moi je bosse avec des vieux comme ça j'ai toujours la sensation d'être jeune et puis meme à presque 40 ans , mes résidents me disent que je suis jeune et belle lol ! et après on me demande comment je fais pour faire ce boulot .. ^

allez Carpe diem ! à force de passer du temps à avoir peur de vieillir on oublie que le temps passe vite

En ce qui me concerne ce n'est pas la peur de vieillir, mais celle de mourir parce que comme on l'a déjà dit vieillir c'est mourir....Mais de toute façon "j'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux" le principal pour moi c'est de garder mon âme d'enfant et de toujours m'émerveillé devant tant de chose ou de faire le con....
kurdtkobane Il y a 8 ans

En ce qui me concerne ce n'est pas la peur de vieillir, mais celle de mourir parce que comme on l'a déjà dit vieillir c'est mourir....Mais de toute façon "j'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux" le principal pour moi c'est de garder mon âme d'enfant et de toujours m'émerveillé devant tant de chose ou de faire le con....

"Et puis si la vieillesse Vient frapper à la porte C’est qu’on aura vaincu Ce temps qui nous escorte" J'adore cette phrase!! Je bosse dans une maison de retraite depuis 3 ans et mon regard sur la vieillesse et la mort ont beaucoup changé, ça fait moins peur quand ce n'est plus de l'inconnu... Ça fait juste partie de la vie, une fois compris ça on peut vraiment profiter de la "jeunesse" Et puis tout est relatif, j'ai une centenaire qui traite de "jeunettes" les dames de 80 ans, alors...
Maryyne Il y a 8 ans

"Et puis si la vieillesse
Vient frapper à la porte
C’est qu’on aura vaincu
Ce temps qui nous escorte"

J'adore cette phrase!!
Je bosse dans une maison de retraite depuis 3 ans et mon regard sur la vieillesse et la mort ont beaucoup changé, ça fait moins peur quand ce n'est plus de l'inconnu...
Ça fait juste partie de la vie, une fois compris ça on peut vraiment profiter de la "jeunesse"

Et puis tout est relatif, j'ai une centenaire qui traite de "jeunettes" les dames de 80 ans, alors...

tiens une collègue ;)
Gawel Il y a 8 ans

tiens une collègue

[quote="Gawel"]tiens une collègue ;)[/quote] Hi ;)
Maryyne Il y a 8 ans

tiens une collègue


Hi

[quote="Maryyne"] Et puis tout est relatif, j'ai une centenaire qui traite de "jeunettes" les dames de 80 ans, alors...[/quote] j'adoore les mamies de 80 balais qui disent : "non je reste pas là , y a que des vieux !"
Gawel Il y a 8 ans



Et puis tout est relatif, j'ai une centenaire qui traite de "jeunettes" les dames de 80 ans, alors...


j'adoore les mamies de 80 balais qui disent :
"non je reste pas là , y a que des vieux !"

[quote="kurdtkobane"]En ce qui me concerne ce n'est pas la peur de vieillir, mais celle de mourir parce que comme on l'a déjà dit vieillir c'est mourir....Mais de toute façon "j'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux" le principal pour moi c'est de garder mon âme d'enfant et de toujours m'émerveillé devant tant de chose ou de faire le con....[/quote] la mémoire du vieux ... ouai ça laisse rêveuse mais ça fait flipper .... mais oui continuer à s'émerveiller c'est le principal .... comme je dis parfois au boulot quand on me dit : "faut pas vieillir !'" "oui mais moi je préfère vieillir que de mourir jeune "
Gawel Il y a 8 ans

En ce qui me concerne ce n'est pas la peur de vieillir, mais celle de mourir parce que comme on l'a déjà dit vieillir c'est mourir....Mais de toute façon "j'ai l'âme de l'enfant et la mémoire du vieux" le principal pour moi c'est de garder mon âme d'enfant et de toujours m'émerveillé devant tant de chose ou de faire le con....



la mémoire du vieux ... ouai ça laisse rêveuse mais ça fait flipper .... mais oui continuer à s'émerveiller c'est le principal ....

comme je dis parfois au boulot quand on me dit : "faut pas vieillir !'"

"oui mais moi je préfère vieillir que de mourir jeune "

En ce qui me concerne.. la vraie question c'est "vieillir comment??"... et quand je croise certaines destinées ( encore une collègue ;-) ) , j'avoue que j'aurais un penchant pour le mourir jeune... mais c'est p't'être mon côté pessimiste :-s Je crois que quand la dépendance vient se mêler de tout ça, ça change drôlement la donne... Bref.. Vieillir oui.. mais dans des conditions que j'aimerai pouvoir choisir...
Rustine Il y a 8 ans

En ce qui me concerne.. la vraie question c'est "vieillir comment??"... et quand je croise certaines destinées ( encore une collègue ) , j'avoue que j'aurais un penchant pour le mourir jeune... mais c'est p't'être mon côté pessimiste

Je crois que quand la dépendance vient se mêler de tout ça, ça change drôlement la donne...

Bref.. Vieillir oui.. mais dans des conditions que j'aimerai pouvoir choisir...

remarque avec ce qu'on vit ds notre taf pas étonnant qu'on écoute Saez lol ! nous au taf on a une super thérapie pour le perso, c'est l'humour noir et la dérision , on rigole mais on s'moque pas ;) c'est une bonne carapace.
Gawel Il y a 8 ans

remarque avec ce qu'on vit ds notre taf pas étonnant qu'on écoute Saez lol !

nous au taf on a une super thérapie pour le perso, c'est l'humour noir et la dérision , on rigole mais on s'moque pas c'est une bonne carapace.

A mes yeux , la peur de vieillir (et de mourir aussi) c'est un peu à cause de la société. Même si on le veut pas , on nous mets dans la tête pleins de stéréotypes sur la vieillesse,la mort etc. Et je pense que y'a 200 ans par exemple,quand les médias n'existaient pas,les gens avaient moin/pas peur de vieillir... Mais moi personnellement , ça me fait peur et en même temps non. Il y a des jours où j'aimerai me réveillée et déjà avoir 60 ou 70 ans,simplement pour avoir ma vie tracé,faite,plus trop de soucis et avoir combattu,et vaincu la vie et ses problèmes! Mais après,je pense pas que vieillir c'est une tare. Autant au niveau mental,physique ou de la santé. Peut-être on est plus tout neuf,ni tout beau... Mais quoi de plus beau après tout que le visage d'un vieillard marqué par tout ses rides creusés dans sa peau qui signifie chaque étape de sa vie , nous racontons ses histoires avec le sourire? Et bon .. . Une des choses les plus tristes, chez l'homme, c'est sa manière de vieillir, comme dirait Edward Franklin Albee mais pas la vieillesse de l'homme...
LulaBee Il y a 8 ans

A mes yeux , la peur de vieillir (et de mourir aussi) c'est un peu à cause de la société.
Même si on le veut pas , on nous mets dans la tête pleins de stéréotypes sur la vieillesse,la mort etc. Et je pense que y'a 200 ans par exemple,quand les médias n'existaient pas,les gens avaient moin/pas peur de vieillir...

Mais moi personnellement , ça me fait peur et en même temps non.
Il y a des jours où j'aimerai me réveillée et déjà avoir 60 ou 70 ans,simplement pour avoir ma vie tracé,faite,plus trop de soucis et avoir combattu,et vaincu la vie et ses problèmes!
Mais après,je pense pas que vieillir c'est une tare. Autant au niveau mental,physique ou de la santé.
Peut-être on est plus tout neuf,ni tout beau... Mais quoi de plus beau après tout que le visage d'un vieillard marqué par tout ses rides creusés dans sa peau qui signifie chaque étape de sa vie , nous racontons ses histoires avec le sourire?

Et bon .. . Une des choses les plus tristes, chez l'homme, c'est sa manière de vieillir, comme dirait Edward Franklin Albee mais pas la vieillesse de l'homme...

Il y a 200 ans l'espérance de vie était de 50 ans....Aujourd'hui les choses sont bien différentes, les maladies, la dépendance, la pauvreté, les couches, l'oublie.....Comme je le dis souvent à mes amis toutes les peurs sont issus d'une ignorance dans ce cas on ignore l'après....Mais en ce qui me concerne je cherche à me rassurer dans les textes de notre gourou qui bien qu'il parle d'amour parle aussi souvent de la mort: Montée là-haut, Les hommes, Voici la mort, etc.....et plus récemment il nous sort des textes, plutôt des poèmes sur la vieillesses qui sont magnifiques et qui me permettent d'avoir moins peur....il joue un peu le rôle de philosophe....
kurdtkobane Il y a 8 ans

Il y a 200 ans l'espérance de vie était de 50 ans....Aujourd'hui les choses sont bien différentes, les maladies, la dépendance, la pauvreté, les couches, l'oublie.....Comme je le dis souvent à mes amis toutes les peurs sont issus d'une ignorance dans ce cas on ignore l'après....Mais en ce qui me concerne je cherche à me rassurer dans les textes de notre gourou qui bien qu'il parle d'amour parle aussi souvent de la mort: Montée là-haut, Les hommes, Voici la mort, etc.....et plus récemment il nous sort des textes, plutôt des poèmes sur la vieillesses qui sont magnifiques et qui me permettent d'avoir moins peur....il joue un peu le rôle de philosophe....

De toute façon , si on écoute Damien d'un côté , c'est qu'on est tous un peu touché par ses paroles donc soit du vécu , soit qu'on se rassure un peu.. C'est mon point de vue.
LulaBee Il y a 8 ans

De toute façon , si on écoute Damien d'un côté , c'est qu'on est tous un peu touché par ses paroles donc soit du vécu , soit qu'on se rassure un peu..
C'est mon point de vue.

[quote="Gawel"]remarque avec ce qu'on vit ds notre taf pas étonnant qu'on écoute Saez lol ! nous au taf on a une super thérapie pour le perso, c'est l'humour noir et la dérision , on rigole mais on s'moque pas ;) c'est une bonne carapace.[/quote] Excellent!.. ça ça manque par chez nous.. chacun bricole avec ses petites "armes" persos.. (et l'humour noir est ma préférée!...) Bref.. Pour en revenir au sujet d'origine... il est aujourd'hui à la fois plus facile et plus dur de vieillir!.. Parce que durée de vie ne rime pas toujours avec qualité de vie.. et la souffrance (pas uniquement physique) est parfois telle que je ne suis pas sûre que le jeu en vaille la chandelle à tous les coups :-s
Rustine Il y a 8 ans

remarque avec ce qu'on vit ds notre taf pas étonnant qu'on écoute Saez lol !

nous au taf on a une super thérapie pour le perso, c'est l'humour noir et la dérision , on rigole mais on s'moque pas c'est une bonne carapace.


Excellent!.. ça ça manque par chez nous.. chacun bricole avec ses petites "armes" persos.. (et l'humour noir est ma préférée!...)

Bref.. Pour en revenir au sujet d'origine... il est aujourd'hui à la fois plus facile et plus dur de vieillir!.. Parce que durée de vie ne rime pas toujours avec qualité de vie.. et la souffrance (pas uniquement physique) est parfois telle que je ne suis pas sûre que le jeu en vaille la chandelle à tous les coups

Tous ces prénoms grotesques je les ai sur la peau gribouillés et pourquoi sinon que m'en faire une stèle de chair et de voix. Cette effluve incolore d'amours qui n'en furent pas. Ces idées trop mal-élevées pour sortir de la rue. J'ai vieilli et je croyais dans les joues des filles mettre par mes dents, ma vie, je croyais par mes actes mettre deux fois mon nom dans l'Histoire. Être certain d'avoir été. Rien. Rien. Rien. Et trois fois ce mot revient dans la marée. Rien. Rien. Rien. L'eau se fiche de tout ça. Les gloires suffoquent là-bas dans le large, le phare les ignore. La mer les couvrira de ses baisers pâles, de ses langes de deuil. Rien. Rien. Rien. Nous n'avons rien été. Déjà il est très tard dans ma vie, et derrière moi qui peut dire ce passé ? Mes yeux se sont usés sur ces corps balbutiants le plaisir et le courage. Il fait si noir qu'on ne trouve déjà plus la trace de ma vie, mes souvenirs. Il reste l'éclairage public, la mémoire publique, et tous ces corps qu'interroge la froideur du regard. Qu'est ce que je fus ?qui peut le dire, mon corps est trop vieux, mon cou est trop dur, je ne peux déjà plus me retourner. Quelle certitude d'avoir été, quand la jeunesse est un mirage. Quand mes vingt ans sont un regret. Ce n'est plus ma rue ; ce n'est déjà plus ma vie. Et ce chemin ne se fait qu'en un sens qui vous courbe le cœur. Tout le long de la course nous entendions rire des ombres. Et la vie, et la fête, et nos semelles en voilaient l'obscurité . Nos pas ont ralenti ; Nos rires ont baissé. Tous, moins nombreux. Ces ombres suivent ma solitude. Je ne comprends pas leurs yeux. Ils sont incrustés, joyau maudit, dans mon souvenir. Que reste-t-il de nos rages ? Des yeux aveugles, des mains fébriles, et la peur quand le vent ridé secoue nos volets. Le silence ne sursaute plus à notre passage. Nous étions fiers ; nous sommes misérables. Que s'est il passé ? La vie, la vie, la vie. Trois fois, et ce n'était pas assez que vivre si fort. Ce n'était donc que ça d'avoir des idées, que ça que d'agir. De se rendre là-bas, sans jamais se rendre. Nulle part, nulle part, nulle part. Et c'est pour ce devenir là que nous avions serrés nos poings, barricadés nos joies ? Et pour nos songes combien de larmes, combien de crimes pour un seul rêve, pour un matin qui n'était qu'un soupir, qui n'était qu'un répit. Pour devenir de cet âge là, immobiles dans la nuit. J'ai couru dans la vie, et ma course renversait les petites filles fragiles, les joues de porcelaine, combien j'ai rué pour arriver là où je suis aujourd'hui presque de l'autre côté de la vie, à l'autre extrémité du silence, où la nuit se racle la gorge et apprend son texte. Et nous avions des voix je crois. La vie nous les a prises. Reste ce murmure, cette bouche morte, ces lèvres fines, diminuées, de tous les cris poussés. Ce cri devenu le gémissement, gémissement et c'est tout notre corps qui te traîne. Nos genoux, nos lèvres, nos paupières et nos doigts te récitent. C'est mon avenir que tu entends se rompre quand une syllabe monte plus haut qu'une autre. Nous avons fini de croire. Je plie le genou. Tu entends un crépitement. Nos espoirs brûlés. Que reste-t-il ? Le sang à nos paumes même s'efface...l'encre de nos idées est toute bue. Il nous fallait une dernière ivresse. A Grenade, à Paris, dans nos cafés, dans nos chambres, sous nos uniformes, nous l'avons bue et nos lèvres pourtant n'ont pas changé de couleur . Nous avons attendu une longue nuit que le soleil de la victoire nous éblouisse. Nous avons attendu d'être aveugles. Et nous le sommes devenus. La nuit a posté son ombre alentour de nous. Nous tremblons sans plus l'excitation de nos premiers périls, nous tremblons de cette nuit, de son gros doigt posé sur nos bouches tombantes. Qu'il est triste d'avoir cru, qu'il est triste de ne plus croire. Demain se fera avec d'autres idées, d'autres révoltes, et ceux-là encore attendront ce soleil que nous ne vîmes pas, et ceux-là encore ne pourront tourner la tête à l'heure noire. Nous ne serons pas là pour leur dire qu'il est vain d'attendre, nous ne leur pourrons rien transmettre de n'avoir été rien.
boudi Il y a 8 ans

Tous ces prénoms grotesques je les ai sur la peau gribouillés et pourquoi sinon que m'en faire une stèle de chair et de voix. Cette effluve incolore d'amours qui n'en furent pas. Ces idées trop mal-élevées pour sortir de la rue.

J'ai vieilli et je croyais dans les joues des filles mettre par mes dents, ma vie, je croyais par mes actes mettre deux fois mon nom dans l'Histoire. Être certain d'avoir été. Rien. Rien. Rien. Et trois fois ce mot revient dans la marée. Rien. Rien. Rien. L'eau se fiche de tout ça. Les gloires suffoquent là-bas dans le large, le phare les ignore. La mer les couvrira de ses baisers pâles, de ses langes de deuil. Rien. Rien. Rien. Nous n'avons rien été.

Déjà il est très tard dans ma vie, et derrière moi qui peut dire ce passé ? Mes yeux se sont usés sur ces corps balbutiants le plaisir et le courage. Il fait si noir qu'on ne trouve déjà plus la trace de ma vie, mes souvenirs. Il reste l'éclairage public, la mémoire publique, et tous ces corps qu'interroge la froideur du regard. Qu'est ce que je fus ?qui peut le dire, mon corps est trop vieux, mon cou est trop dur, je ne peux déjà plus me retourner. Quelle certitude d'avoir été, quand la jeunesse est un mirage. Quand mes vingt ans sont un regret. Ce n'est plus ma rue ; ce n'est déjà plus ma vie. Et ce chemin ne se fait qu'en un sens qui vous courbe le cœur.

Tout le long de la course nous entendions rire des ombres. Et la vie, et la fête, et nos semelles en voilaient l'obscurité . Nos pas ont ralenti ; Nos rires ont baissé. Tous, moins nombreux.
Ces ombres suivent ma solitude. Je ne comprends pas leurs yeux. Ils sont incrustés, joyau maudit, dans mon souvenir.

Que reste-t-il de nos rages ? Des yeux aveugles, des mains fébriles, et la peur quand le vent ridé secoue nos volets. Le silence ne sursaute plus à notre passage. Nous étions fiers ; nous sommes misérables. Que s'est il passé ? La vie, la vie, la vie. Trois fois, et ce n'était pas assez que vivre si fort.

Ce n'était donc que ça d'avoir des idées, que ça que d'agir. De se rendre là-bas, sans jamais se rendre. Nulle part, nulle part, nulle part. Et c'est pour ce devenir là que nous avions serrés nos poings, barricadés nos joies ? Et pour nos songes combien de larmes, combien de crimes pour un seul rêve, pour un matin qui n'était qu'un soupir, qui n'était qu'un répit. Pour devenir de cet âge là, immobiles dans la nuit.

J'ai couru dans la vie, et ma course renversait les petites filles fragiles, les joues de porcelaine, combien j'ai rué pour arriver là où je suis aujourd'hui presque de l'autre côté de la vie, à l'autre extrémité du silence, où la nuit se racle la gorge et apprend son texte.

Et nous avions des voix je crois. La vie nous les a prises. Reste ce murmure, cette bouche morte, ces lèvres fines, diminuées, de tous les cris poussés. Ce cri devenu le gémissement, gémissement et c'est tout notre corps qui te traîne. Nos genoux, nos lèvres, nos paupières et nos doigts te récitent. C'est mon avenir que tu entends se rompre quand une syllabe monte plus haut qu'une autre. Nous avons fini de croire. Je plie le genou. Tu entends un crépitement. Nos espoirs brûlés.
Que reste-t-il ? Le sang à nos paumes même s'efface...l'encre de nos idées est toute bue. Il nous fallait une dernière ivresse. A Grenade, à Paris, dans nos cafés, dans nos chambres, sous nos uniformes, nous l'avons bue et nos lèvres pourtant n'ont pas changé de couleur . Nous avons attendu une longue nuit que le soleil de la victoire nous éblouisse. Nous avons attendu d'être aveugles. Et nous le sommes devenus. La nuit a posté son ombre alentour de nous. Nous tremblons sans plus l'excitation de nos premiers périls, nous tremblons de cette nuit, de son gros doigt posé sur nos bouches tombantes. Qu'il est triste d'avoir cru, qu'il est triste de ne plus croire. Demain se fera avec d'autres idées, d'autres révoltes, et ceux-là encore attendront ce soleil que nous ne vîmes pas, et ceux-là encore ne pourront tourner la tête à l'heure noire. Nous ne serons pas là pour leur dire qu'il est vain d'attendre, nous ne leur pourrons rien transmettre de n'avoir été rien.




Pfiou .. La ride en travers plein mon visage. Celle du temps consacré à te lire. Sourires et consorts.
AnonymeIl y a 8 ans

Pfiou ..
La ride en travers plein mon visage. Celle du temps consacré à te lire.
Sourires et consorts.

@boudi, m**** tu me creuses encore la ride du sourire ....et je serai poussière et les traces de vos pas s'imprimeront sur moi :) y a une chanson toute bête de je ne sais plus qui, qui dit un truc du genre: ..." le plus important c'est de vivre au jour le jour, le temps c'est de l'amour" je suis bien d'accord avec ça. Ne plus croire, ne plus voir, ne plus s'émouvoir, c'est pire que la vieillesse du corps, et c'est pourtant cette dernière que l'on a l'air de craindre. des gens morts de l'intérieur
Eléa Il y a 8 ans

boudi, m**** tu me creuses encore la ride du sourire

....et je serai poussière et les traces de vos pas s'imprimeront sur moi



y a une chanson toute bête de je ne sais plus qui, qui dit un truc du genre:

..." le plus important c'est de vivre au jour le jour, le temps c'est de l'amour"

je suis bien d'accord avec ça. Ne plus croire, ne plus voir, ne plus s'émouvoir, c'est pire que la vieillesse du corps, et c'est pourtant cette dernière que l'on a l'air de craindre.

des gens morts de l'intérieur

Je crois que tu viens de citer du Obispo. Grand philosophe qui t'inspire. Ça marque le respect
Samurai_Mugen Il y a 8 ans

Je crois que tu viens de citer du Obispo. Grand philosophe qui t'inspire. Ça marque le respect

je connais pas la chanson mais cette phrase m'est restée en tête, et je suis d'accord avec ce qu'elle dit. Je n'ai pas de liste noire de gens pas cool, qu'il ne faut surtout pas citer. Snob?
Eléa Il y a 8 ans

je connais pas la chanson mais cette phrase m'est restée en tête, et je suis d'accord avec ce qu'elle dit.
Je n'ai pas de liste noire de gens pas cool, qu'il ne faut surtout pas citer. Snob?

"le plus important c'est de vivre au jour le jour" Putain Obispo il contredit Hegel tout de meme. il pose ses couilles sur la bibliothèque le mec, il déconne pas.
Maitre Kaio Il y a 8 ans

"le plus important c'est de vivre au jour le jour"

Putain Obispo il contredit Hegel tout de meme.

il pose ses couilles sur la bibliothèque le mec, il déconne pas.

rho...., ce que j'essaye de dire (mal, je sens) c'est que au final cette peur de vieillir, ma façon a moi de la combattre c'est de chérir le au jour le jour, l'instant présent, pas de faire tout et n'importe quoi, juste histoire de tuer ce temps (justement) et de me foutre des conséquences, mais de remplir tout le temps possible, ce crédit temps que j'ai reçu, avec autant d'amour et d'émotions que possible, parce que c'est ça qui nous fait vibrer nous les humains. Non? je me trompe? a vous lire sur les autres topics, vous n'allez tout de même pas me dire, que vos moments d'émotions sur les textes et musiques de Saez (par exemple), ne comptent pas, que vous ne vous sentez pas pleinement vivants quand vos émotions sont si fortes. Et que donc a ces moments la, vous êtes, je suis, nous sommes à des années lumières de la vieillesse. Hegel???? il disait quoi Hegel?
Eléa Il y a 8 ans

rho....,
ce que j'essaye de dire (mal, je sens) c'est que au final cette peur de vieillir, ma façon a moi de la combattre c'est de chérir le au jour le jour, l'instant présent, pas de faire tout et n'importe quoi, juste histoire de tuer ce temps (justement) et de me foutre des conséquences, mais de remplir tout le temps possible, ce crédit temps que j'ai reçu, avec autant d'amour et d'émotions que possible, parce que c'est ça qui nous fait vibrer nous les humains. Non? je me trompe?

a vous lire sur les autres topics, vous n'allez tout de même pas me dire, que vos moments d'émotions sur les textes et musiques de Saez (par exemple), ne comptent pas, que vous ne vous sentez pas pleinement vivants quand vos émotions sont si fortes. Et que donc a ces moments la, vous êtes, je suis, nous sommes à des années lumières de la vieillesse.

Hegel???? il disait quoi Hegel?

Souvent souvenirs=nostalgie=mélancolie donc ne pensez pas au passé et l'avenir s'ouvre en grand!
AnonymeIl y a 8 ans

Souvent souvenirs=nostalgie=mélancolie donc ne pensez pas au passé et l'avenir s'ouvre en grand!

Vous donnez quel sens à vieillir? Devenir aigri et étranger aux choses de la vie, c'est ça pour moi vieillir. Il y a grandir, vieillir, mûrir. Je m'imagine comme un vin, dans sa bouteille, à se prendre les journées dans le liège, sans doute que je vais me bouchonner un peu, mais je prendrais goût du temps, non par peur qu'il vienne trop vite, bien qu'il file rapidement, ce n'est pas la peur du temps qui passe, mais de son arrêt, de son terminus. Ca c'est effrayant, ne pas savoir quand va se péter le goulot. On ne devrait pas avoir peur de l'inéluctable pourtant, mais le prendre avec.un grand sourire
AnonymeIl y a 8 ans

Vous donnez quel sens à vieillir?
Devenir aigri et étranger aux choses de la vie, c'est ça pour moi vieillir.
Il y a grandir, vieillir, mûrir.
Je m'imagine comme un vin, dans sa bouteille, à se prendre les journées dans le liège, sans doute que je vais me bouchonner un peu, mais je prendrais goût du temps, non par peur qu'il vienne trop vite, bien qu'il file rapidement, ce n'est pas la peur du temps qui passe, mais de son arrêt, de son terminus.
Ca c'est effrayant, ne pas savoir quand va se péter le goulot.
On ne devrait pas avoir peur de l'inéluctable pourtant, mais le prendre avec.un grand sourire

@Peb', d'accord avec toi, vieillir c'est ne plus s'émouvoir, devenir juste passager involontaire du temps qu'il nous reste. (je dois super mal écrire, pour que tu poses la question :( )
Eléa Il y a 8 ans

@Peb', d'accord avec toi, vieillir c'est ne plus s'émouvoir, devenir juste passager involontaire du temps qu'il nous reste. (je dois super mal écrire, pour que tu poses la question )

[quote="Peb'"]Vous donnez quel sens à vieillir? Devenir aigri et étranger aux choses de la vie, c'est ça pour moi vieillir. Il y a grandir, vieillir, mûrir.[/quote] Oui suis ok avec toi Peb'.. vieillir à 30 ans ce n'est pas vieillir à 80 ans (même si certaines personnes vieillissent très bien à cet âge, elles ne sont pas majoritaires)... Perso pour le moment, ça ne me pose pas souci de vieillir, disons grandir ou mûrir comme tu dis, en revanche je suis plus réservée concernant la vieillesse plus avancée qui est parfois un peu enjolivée... Pour ma part, l'aspect effrayant de la vieillesse, c'est la dépendance (plus ou moins associée à une saloperie de maladie quelconque..) qui vient sournoisement mettre son grain de sel dans un quotidien qui peut du coup devenir lourd à vivre...
Rustine Il y a 8 ans

Vous donnez quel sens à vieillir?
Devenir aigri et étranger aux choses de la vie, c'est ça pour moi vieillir.
Il y a grandir, vieillir, mûrir.
@Peb'


Oui suis ok avec toi Peb'.. vieillir à 30 ans ce n'est pas vieillir à 80 ans (même si certaines personnes vieillissent très bien à cet âge, elles ne sont pas majoritaires)...

Perso pour le moment, ça ne me pose pas souci de vieillir, disons grandir ou mûrir comme tu dis, en revanche je suis plus réservée concernant la vieillesse plus avancée qui est parfois un peu enjolivée...

Pour ma part, l'aspect effrayant de la vieillesse, c'est la dépendance (plus ou moins associée à une saloperie de maladie quelconque..) qui vient sournoisement mettre son grain de sel dans un quotidien qui peut du coup devenir lourd à vivre...