Les documentaires que vous conseilleriez aux autres ?

"la première chose qu'il faut enseigner aux hommes c'est qu'ils ne sont pas libres" https://www.youtube.com/watch?v=HFoiBWUXvYQ https://www.youtube.com/watch?v=mRwzI-MktcU
suffragettes AB Il y a 4 mois

"la première chose qu'il faut enseigner aux hommes c'est qu'ils ne sont pas libres"


https://www.youtube.com/watch?v=HFoiBWUXvYQ


https://www.youtube.com/watch?v=mRwzI-MktcU

Je ne savais pas trop où mettre cette bande annonce, mais comme c'est celle d'un documentaire, je la pose ici... je n'ai pas encore vu le documentaire lui-même, mais je sais déjà que j'irai le voir : il cause entre autre des squats autogérés en Grèce, de la situation des migrants et de leur accueil, et d'un projet d'aéroport en Crète qui fait étrangement écho à notre-dame des landes... https://www.youtube.com/watch?v=4LHHR9LBga4 l'avenir de ce film repose sur le bouche à oreilles : les infos pratiques et l'adresse du site sont à la fin de la bande-annonce, notamment pour proposer le film à votre cinéma ou organiser une projection-débat ...
noukadanslesnuages Il y a 4 mois

Je ne savais pas trop où mettre cette bande annonce, mais comme c'est celle d'un documentaire, je la pose ici...

je n'ai pas encore vu le documentaire lui-même, mais je sais déjà que j'irai le voir : il cause entre autre des squats autogérés en Grèce, de la situation des migrants et de leur accueil, et d'un projet d'aéroport en Crète qui fait étrangement écho à notre-dame des landes...


https://www.youtube.com/watch?v=4LHHR9LBga4

l'avenir de ce film repose sur le bouche à oreilles : les infos pratiques et l'adresse du site sont à la fin de la bande-annonce, notamment pour proposer le film à votre cinéma ou organiser une projection-débat ...




[quote="noukadanslesnuages"]https://www.youtube.com/watch?v=4LHHR9LBga4[/quote] Ce n'est pas étrange. Les mouvements de lutte sont connectés par delà les frontières. Amour & Révolution ! <3
Meduse Il y a 4 mois


https://www.youtube.com/watch?v=4LHHR9LBga4

Ce n'est pas étrange. Les mouvements de lutte sont connectés par delà les frontières.
Amour & Révolution !
<3

En ce moment sur Arte, un Thema hyper intéressant sur le dopage généralisé dans le sport. C'est... flippant tout ce que les gens sont prêts à s'injecter ou avaler comme produits pour améliorer leurs performances :S
Isa Il y a 3 mois

En ce moment sur Arte, un Thema hyper intéressant sur le dopage généralisé dans le sport.

C'est... flippant tout ce que les gens sont prêts à s'injecter ou avaler comme produits pour améliorer leurs performances

Une projection proposée par Le Studio MJC Dole le 13 mars à 20h Un film d’Antoine Page, France - 2013 Présenté par Antoine Page Durée/ 1h44 Au volant d’un vieux camion des années 1970, Bilal, street artiste, et Antoine, réalisateur, se sont lancés dans un voyage de plusieurs mois jusqu’aux confins de la Sibérie. Au fil des pannes du camion et des rencontres avec les habitants s’improvise une aventure qui les mènera des montagnes des Carpates au cimetière de bateaux de la mer d’Aral, d’Odessa à Vladivostok. Un voyage artistique, alternant dessins et vidéo, entre road-movie et conte documentaire. https://vimeo.com/87666508 " Bilal Berreni, alias Zoo Project, fait partie de ces artistes exceptionnels qui ont repoussé les limites et refusé les cadres préconçus, qui ont vécu pleinement l’art non comme une simple forme, mais comme un message universel. Du carnet de dessin, aux murs de Paris puis aux portraits grandeur nature des martyrs du Printemps arabe aux grands espaces désaffectés de la ville de Détroit où il sera assassiné, l’œuvre de Bilal Berreni n’a pas eu de frontières mais a incarné un projet global : donner sens à notre société. "
éoline Il y a 3 mois

Une projection proposée par Le Studio MJC Dole le 13 mars à 20h
Un film d’Antoine Page, France - 2013
Présenté par Antoine Page
Durée/ 1h44

Au volant d’un vieux camion des années 1970, Bilal, street artiste, et Antoine, réalisateur, se sont lancés dans un voyage de plusieurs mois jusqu’aux confins de la Sibérie. Au fil des pannes du camion et des rencontres avec les habitants s’improvise une aventure qui les mènera des montagnes des Carpates au cimetière de bateaux de la mer d’Aral, d’Odessa à Vladivostok. Un voyage artistique, alternant dessins et vidéo, entre road-movie et conte documentaire.

https://vimeo.com/87666508
" Bilal Berreni, alias Zoo Project, fait partie de ces artistes exceptionnels qui ont repoussé les limites et refusé les cadres préconçus, qui ont vécu pleinement l’art non comme une simple forme, mais comme un message universel. Du carnet de dessin, aux murs de Paris puis aux portraits grandeur nature des martyrs du Printemps arabe aux grands espaces désaffectés de la ville de Détroit où il sera assassiné, l’œuvre de Bilal Berreni n’a pas eu de frontières mais a incarné un projet global : donner sens à notre société. "

[quote="éoline"]Une projection proposée par Le Studio MJC Dole le 13 mars à 20h [/quote] Encore une bonne raison de venir en Franche-Comté :)
Alextine Il y a 3 mois

Une projection proposée par Le Studio MJC Dole le 13 mars à 20h


Encore une bonne raison de venir en Franche-Comté

[quote="Alextine"][quote="éoline"]Une projection proposée par Le Studio MJC Dole le 13 mars à 20h [/quote] Encore une bonne raison de venir en Franche-Comté :)[/quote] A vol d'oiseau, ce n'est pas trop loin, mais je manque de plumes pour pouvoir voler. Sans rire, c'est unj'ti peu loin mais qui sait un d'ces 4 peut-être, au détour d'un trajet...
éoline Il y a 3 mois

Une projection proposée par Le Studio MJC Dole le 13 mars à 20h


Encore une bonne raison de venir en Franche-Comté


A vol d'oiseau, ce n'est pas trop loin, mais je manque de plumes pour pouvoir voler. Sans rire, c'est unj'ti peu loin mais qui sait un d'ces 4 peut-être, au détour d'un trajet...

LA BOMBE ET NOUS Vu hier ... choc ! http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19574015&cfilm=258907.html pour en savoir + https://nonviolence.fr/Le-film-La-Bombe-et-Nous
Meduse Il y a 3 mois

LA BOMBE ET NOUS
Vu hier ... choc !
http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19574015&cfilm=258907.html

pour en savoir +
https://nonviolence.fr/Le-film-La-Bombe-et-Nous

Les banques & assurances françaises qui financent ces armes : BNP Paribas Le crédit Agricole Axa #balancetonterroriste
Meduse Il y a 3 mois

Les banques & assurances françaises qui financent ces armes :

BNP Paribas
Le crédit Agricole
Axa

#balancetonterroriste

Lafargue Areva Bouygues Bolloré Total Accord Danone Nestlé #balancetonterroriste
Maitre Kaio Il y a 3 mois

Lafargue
Areva
Bouygues
Bolloré
Total
Accord
Danone
Nestlé

#balancetonterroriste

" Les mots d' Alain Rault.L’histoire d’Alain, l’homme de la gare de Rouen Les deux frères se sont séparés lorsqu’Alain a commencé à vivre dans la rue, il y a plus d’une vingtaine d’années. L’Autobus aide Jean-Paul et Alain, qui vit à la gare de Rouen, à se retrouver. Alain, c’est le monsieur qui déambule dans la gare de Rouen. Il est souvent enveloppé dans une couverture, d’où sa tête aux longs cheveux ébouriffés et son visage mangé par la barbe dépassent. Alain, c’est un sans-abri, devenu au fil des années, un mythe de la ville. Notamment à cause de son art. Des gravures pratiquées à l’aide de bouts de métal, qu’il sème sur les murs de la ville. Des mots mis les uns à côté des autres, un langage à lui. On le rêve ancien professeur de philo. Mais « rien n’est vrai dans tout ça », contredit Evelyne, directrice du l’Autobus-Samu Social. Il y a quelques années, l’association a permis à Jean-Paul, le frère d’Alain, de le retrouver. Dans un discours touchant et plein de tendresse pour un frère avec qui il tente de renouer, Jean-Paul, 63 ans, ancien responsable LGBT, nous raconte, dans les grandes lignes l’histoire de son frère, Alain. Les dates ne sont pas précises mais là n’est l’important pour comprendre celui qu’on a surnommé le playboy communiste. Pendant notre conversation, Jean-Paul défend son frère : « Il n’est pas méchant, il ne boit pas, il fume quelques cigarettes. Je ne crois pas qu’il fasse la manche, mais il mange chaque jour à sa faim ». De Sotteville-lès-Rouen à Amsterdam Quelques gravures urbaines ont été volées et se retrouvent dans les salons de certains Rouennais. Alain est né le 6 juillet 1952, à Sotteville-lès-Rouen. C’est le troisième d’une fratrie de quatre garçons. « C’était peut-être le plus intelligent de nous quatre », soupçonne Jean-Paul. Scolarisé à Saint-Etienne-du-Rouvray, il passe son adolescence dans le quartier du Château-Blanc. « A un moment, il s’est passé quelque chose. L’un de ses profs s’est suicidé », se rappelle celui qui avoue avoir vu tout cela de loin. Alain se rapproche alors de la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR) et « fréquente des amis qui parlent de vivre en marge de la société ». Et puis, à un moment, « on s’aperçoit qu’il est parti », à Amsterdam. Il y reste plus ou moins un an, Jean-Paul ne se rappelle pas vraiment. Ce dont il se souvient, c’est son retour. « Il revient pieds nus, avec les cheveux longs, des poux et malade, sous substances, notamment l’héroïne », souffle Jean-Paul qui considère que c’est le parcours normal « d’un jeune post 1968″. Le refus de la société mercantile est toujours là, mais déplaît à ses parents. Un père qui considérait que « pour manger il faut travailler ». Alain trouve un travail dans le bâtiment. Un travail qu’il ne garde pas longtemps. Il « part », une nouvelle fois. Comme un gamin qui fugue. Mais lui tente d’échapper à une société dont il refuse le système. « Il part et dort dans des caves. Cela dure des années. Puis un jour, il est pris par la police. C’était l’époque où l’on préférait soigner les drogués plutôt que les mettre en prison », raconte Jean-Paul. Celui qui refuse les barrières se retrouve alors enfermé à l’hôpital psychiatrique de Rouen. On lui trouve ensuite un appartement au Château Blanc, « mais ce n’était pas son projet. Il avait envie de liberté. Une liberté qui l’a fragilisé. » Une maison où il ne mettra jamais les pieds C’est à ce moment qu’Alain quitte pour de bon la vie sédentaire. « Avec mes parents, on l’imaginait la nuit dehors, l’hiver. Il a vécu sans amour, dans cette solitude imposée. On aurait pu le soigner, mais c’est trop tard maintenant », déplore Jean-Paul, dont on imagine bien la douleur. Il décrit son frère comme aimant les enfants et les animaux « car eux ne font pas de mal« . Malade, le père des quatre frères rédige son testament et donne une maison à Alain. Celui-ci n’y mettra jamais les pieds. gravurealain02 « Mon frère ne veut pas aller dans les structures spécialisées. Heureusement que l’Autobus et les bénévoles de la maraude sont là « , remercie Jean-Paul. Evelyne, présidente de l’association, raconte les premières rencontres avec Alain, il y a vingt ans : « Les liens étaient difficiles au départ. Et tout se faisait à la gare, maintenant, on arrive à aller ailleurs pour se rencontrer. Cela a été un vrai travail de souris. Alain a choisi une forme de liberté, il faut respecter ses choix. On l’accompagne, on le béquille, mais on ne lui impose rien. Il essaie de vivre dans la discrétion » Au moment du décès de son père, des « histoires de testament » obligent la fratrie à se tourner vers Alain. « Il fallait qu’il signe. Mais il n’avait aucune carte d’identité et l’argent, pour lui c’est rien ». L’Autobus, qui suit Alain, grâce à ses maraudes, depuis un moment intervient. L’association fait le forcing auprès du préfet pour que celui-ci puisse figurer sur ses papiers avec ces cheveux longs et sa barbe, « tel qu’il est« , précise Evelyne. L’Autobus fait désormais office de passerelle entre le frère éloigné et le reste de la famille, dont l’une de ses nièces, très investie. A tel point qu’au décès de ses parents, c’est l’Autobus qui est allé annoncer la triste nouvelle à Alain. Tous les mois depuis quelques temps, Jean-Paul vient à Rouen pour voir son frère, en compagnie d’Evelyne. Des rencontres facilitées par la présence des bénévoles, mais qui ne sont pas dénuées de problèmes. Un téléphone portable ou un appareil photo peuvent effrayer Alain, « resté dans les années 70« , selon son frère. Un travail de longue haleine. Fin avril, les deux frères se retrouveront au siège de l’Autobus, pour un vrai déjeuner en famille, « pour qu’Alain réapprenne les gestes du quotidien ». Si les relations sont parfois difficiles, Alain a toujours conscience de son passé et de son histoire. « Il y a des trucs où il est très sain d’esprit », promet Jean-Paul. Un esprit parfois chahuté par quelques maladies mentales peut-être développées dans la rue. Ni Jean-Paul, ni Evelyne ne nous en diront plus. Ce que l’on sait c’est ce que Michel Audiard disait : « Heureux soient les fêlés car ils laisseront passer la lumière ». Le blog de Playboy Communiste, un documentaire sorti en 2009. Le réalisateur a passé un an et demi aux côtés d’Alain. " http://playboycommunistedocumentaire.unblog.fr/
éoline Il y a 2 mois

" Les mots d' Alain Rault.L’histoire d’Alain, l’homme de la gare de Rouen Les deux frères se sont séparés lorsqu’Alain a commencé à vivre dans la rue, il y a plus d’une vingtaine d’années. L’Autobus aide Jean-Paul et Alain, qui vit à la gare de Rouen, à se retrouver. Alain, c’est le monsieur qui déambule dans la gare de Rouen. Il est souvent enveloppé dans une couverture, d’où sa tête aux longs cheveux ébouriffés et son visage mangé par la barbe dépassent. Alain, c’est un sans-abri, devenu au fil des années, un mythe de la ville. Notamment à cause de son art. Des gravures pratiquées à l’aide de bouts de métal, qu’il sème sur les murs de la ville. Des mots mis les uns à côté des autres, un langage à lui. On le rêve ancien professeur de philo. Mais « rien n’est vrai dans tout ça », contredit Evelyne, directrice du l’Autobus-Samu Social. Il y a quelques années, l’association a permis à Jean-Paul, le frère d’Alain, de le retrouver. Dans un discours touchant et plein de tendresse pour un frère avec qui il tente de renouer, Jean-Paul, 63 ans, ancien responsable LGBT, nous raconte, dans les grandes lignes l’histoire de son frère, Alain. Les dates ne sont pas précises mais là n’est l’important pour comprendre celui qu’on a surnommé le playboy communiste. Pendant notre conversation, Jean-Paul défend son frère : « Il n’est pas méchant, il ne boit pas, il fume quelques cigarettes. Je ne crois pas qu’il fasse la manche, mais il mange chaque jour à sa faim ». De Sotteville-lès-Rouen à Amsterdam Quelques gravures urbaines ont été volées et se retrouvent dans les salons de certains Rouennais. Alain est né le 6 juillet 1952, à Sotteville-lès-Rouen. C’est le troisième d’une fratrie de quatre garçons. « C’était peut-être le plus intelligent de nous quatre », soupçonne Jean-Paul. Scolarisé à Saint-Etienne-du-Rouvray, il passe son adolescence dans le quartier du Château-Blanc. « A un moment, il s’est passé quelque chose. L’un de ses profs s’est suicidé », se rappelle celui qui avoue avoir vu tout cela de loin. Alain se rapproche alors de la Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR) et « fréquente des amis qui parlent de vivre en marge de la société ». Et puis, à un moment, « on s’aperçoit qu’il est parti », à Amsterdam. Il y reste plus ou moins un an, Jean-Paul ne se rappelle pas vraiment. Ce dont il se souvient, c’est son retour. « Il revient pieds nus, avec les cheveux longs, des poux et malade, sous substances, notamment l’héroïne », souffle Jean-Paul qui considère que c’est le parcours normal « d’un jeune post 1968″. Le refus de la société mercantile est toujours là, mais déplaît à ses parents. Un père qui considérait que « pour manger il faut travailler ». Alain trouve un travail dans le bâtiment. Un travail qu’il ne garde pas longtemps. Il « part », une nouvelle fois. Comme un gamin qui fugue. Mais lui tente d’échapper à une société dont il refuse le système. « Il part et dort dans des caves. Cela dure des années. Puis un jour, il est pris par la police. C’était l’époque où l’on préférait soigner les drogués plutôt que les mettre en prison », raconte Jean-Paul. Celui qui refuse les barrières se retrouve alors enfermé à l’hôpital psychiatrique de Rouen. On lui trouve ensuite un appartement au Château Blanc, « mais ce n’était pas son projet. Il avait envie de liberté. Une liberté qui l’a fragilisé. » Une maison où il ne mettra jamais les pieds C’est à ce moment qu’Alain quitte pour de bon la vie sédentaire. « Avec mes parents, on l’imaginait la nuit dehors, l’hiver. Il a vécu sans amour, dans cette solitude imposée. On aurait pu le soigner, mais c’est trop tard maintenant », déplore Jean-Paul, dont on imagine bien la douleur. Il décrit son frère comme aimant les enfants et les animaux « car eux ne font pas de mal« . Malade, le père des quatre frères rédige son testament et donne une maison à Alain. Celui-ci n’y mettra jamais les pieds. gravurealain02 « Mon frère ne veut pas aller dans les structures spécialisées. Heureusement que l’Autobus et les bénévoles de la maraude sont là « , remercie Jean-Paul. Evelyne, présidente de l’association, raconte les premières rencontres avec Alain, il y a vingt ans : « Les liens étaient difficiles au départ. Et tout se faisait à la gare, maintenant, on arrive à aller ailleurs pour se rencontrer. Cela a été un vrai travail de souris. Alain a choisi une forme de liberté, il faut respecter ses choix. On l’accompagne, on le béquille, mais on ne lui impose rien. Il essaie de vivre dans la discrétion » Au moment du décès de son père, des « histoires de testament » obligent la fratrie à se tourner vers Alain. « Il fallait qu’il signe. Mais il n’avait aucune carte d’identité et l’argent, pour lui c’est rien ». L’Autobus, qui suit Alain, grâce à ses maraudes, depuis un moment intervient. L’association fait le forcing auprès du préfet pour que celui-ci puisse figurer sur ses papiers avec ces cheveux longs et sa barbe, « tel qu’il est« , précise Evelyne. L’Autobus fait désormais office de passerelle entre le frère éloigné et le reste de la famille, dont l’une de ses nièces, très investie. A tel point qu’au décès de ses parents, c’est l’Autobus qui est allé annoncer la triste nouvelle à Alain. Tous les mois depuis quelques temps, Jean-Paul vient à Rouen pour voir son frère, en compagnie d’Evelyne. Des rencontres facilitées par la présence des bénévoles, mais qui ne sont pas dénuées de problèmes. Un téléphone portable ou un appareil photo peuvent effrayer Alain, « resté dans les années 70« , selon son frère. Un travail de longue haleine. Fin avril, les deux frères se retrouveront au siège de l’Autobus, pour un vrai déjeuner en famille, « pour qu’Alain réapprenne les gestes du quotidien ». Si les relations sont parfois difficiles, Alain a toujours conscience de son passé et de son histoire. « Il y a des trucs où il est très sain d’esprit », promet Jean-Paul. Un esprit parfois chahuté par quelques maladies mentales peut-être développées dans la rue. Ni Jean-Paul, ni Evelyne ne nous en diront plus. Ce que l’on sait c’est ce que Michel Audiard disait : « Heureux soient les fêlés car ils laisseront passer la lumière ». Le blog de Playboy Communiste, un documentaire sorti en 2009. Le réalisateur a passé un an et demi aux côtés d’Alain. "

http://playboycommunistedocumentaire.unblog.fr/

ça y est!! les projections-débats commencent!! comme tjs les parisiens sont dans les premiers servis... mais je ne me plaindrai pas car il n'y a pas de "diagonale du vide" (contrairement à certaines tournées... m'enfin je me comprends...) 20h30 : projection-débat du film en présence du réalisateur Cinéma le Chaplin 6 rue Peclet 75015 Paris (métro Vaugirard ou Commerce, bus 88 et 70) Avec le soutien d’ATTAC Paris 15 sur l'image ci-dessous toutes les dates et villes prévues jq'en mai.... [url=https://pix.blizzart.net/image/1520458733][img]https://pix.blizzart.net/image/1520458733/medium.jpg[/img][/url] Pour plus d'info http://lamouretlarevolution.net/spip.php?article12&lang=fr la bande annonce est un peu plus haut sur cette même page de topic Alors comme chez moi il ne passera qu'en mai si parmi vous certains vont le voir, des retours ce serait chouette...
noukadanslesnuages Il y a 2 mois

ça y est!!
les projections-débats commencent!!
comme tjs les parisiens sont dans les premiers servis... mais je ne me plaindrai pas car il n'y a pas de "diagonale du vide" (contrairement à certaines tournées... m'enfin je me comprends...)

20h30 : projection-débat du film en présence du réalisateur
Cinéma le Chaplin 6 rue Peclet 75015 Paris
(métro Vaugirard ou Commerce, bus 88 et 70)
Avec le soutien d’ATTAC Paris 15

sur l'image ci-dessous toutes les dates et villes prévues jq'en mai....



Pour plus d'info
http://lamouretlarevolution.net/spip.php?article12&lang=fr

la bande annonce est un peu plus haut sur cette même page de topic

Alors comme chez moi il ne passera qu'en mai si parmi vous certains vont le voir, des retours ce serait chouette...

Bon je vais pas déterrer un truc obscure puisque Netflix l'a mit partout sur sa page d'accueil :D mais: Wild Wild Country vaut vraiment le coup! Un documentaire (de 6h divisé en 6 épisodes) sur l'établissement d'une secte/communauté religieuse indienne (très ambitieuse!) aux États-Unis et son expansion. Tout le docu est raconté via les témoignages de personnes ayant fait partie de cette communauté, de personnes s'étant battues pour la dissoudre etc. C'est pas juste un documentaire de type "ahlala regardez cette secte, elle est méchante, c'est pas cool" et c'est plié; on rentre vraiment dans le détail, on suit leur évolution dans les moindres recoins.. C'est vraiment très prenant, je recommande vivement!
HarmonyK Il y a 2 mois

Bon je vais pas déterrer un truc obscure puisque Netflix l'a mit partout sur sa page d'accueil mais: Wild Wild Country vaut vraiment le coup!
Un documentaire (de 6h divisé en 6 épisodes) sur l'établissement d'une secte/communauté religieuse indienne (très ambitieuse!) aux États-Unis et son expansion. Tout le docu est raconté via les témoignages de personnes ayant fait partie de cette communauté, de personnes s'étant battues pour la dissoudre etc.
C'est pas juste un documentaire de type "ahlala regardez cette secte, elle est méchante, c'est pas cool" et c'est plié; on rentre vraiment dans le détail, on suit leur évolution dans les moindres recoins..
C'est vraiment très prenant, je recommande vivement!

https://www.arte.tv/fr/videos/052426-000-A/jacques-higelin-par-sandrine-bonnaire/ Jacques Higelin par Sandrine Bonnaire Ce que le temps a donné à l’homme disponible jusqu'au 13/04
éoline Il y a 1 mois

https://www.arte.tv/fr/videos/052426-000-A/jacques-higelin-par-sandrine-bonnaire/
Jacques Higelin par Sandrine Bonnaire
Ce que le temps a donné à l’homme
disponible jusqu'au 13/04

biologie biologie :) https://www.franceculture.fr/conferences/universite-de-nantes/les-effets-de-lamour-sur-le-corps
suffragettes AB Il y a 1 mois

biologie biologie

https://www.franceculture.fr/conferences/universite-de-nantes/les-effets-de-lamour-sur-le-corps

Le documentaire de Data Gueule sur la démocratie est sorti. ça s'appelle "Démocratie(s) ?". Ils sont allé en France, en Espagne, en Belgique, en Grèce et en Irlande pour voir et parler de la démocratie en action dans une ville, une école, une usine... C'est super intéressant et très bien fait (en même temps c'est Data Gueule), je vous le conseil fortement : https://www.youtube.com/watch?v=RAvW7LIML60
petit nounours Il y a 2 semaines

Le documentaire de Data Gueule sur la démocratie est sorti. ça s'appelle "Démocratie(s) ?". Ils sont allé en France, en Espagne, en Belgique, en Grèce et en Irlande pour voir et parler de la démocratie en action dans une ville, une école, une usine... C'est super intéressant et très bien fait (en même temps c'est Data Gueule), je vous le conseil fortement :


https://www.youtube.com/watch?v=RAvW7LIML60

Libre est un film documentaire réalisé par Michel Toesca sorti en 2018, il est consacré au combat de Cédric Herrou pour l'accueil et la protection de migrants dans la vallée de la Roya. Sélection du festival de Cannes. http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=264020.html
éoline Il y a 1 semaine

Libre est un film documentaire réalisé par Michel Toesca sorti en 2018, il est consacré au combat de Cédric Herrou pour l'accueil et la protection de migrants dans la vallée de la Roya. Sélection du festival de Cannes.

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=264020.html

C'est pas vraiment un documentaire mais une série de courts documentaires qui parlent de vélo. C'est proposé par Arte. Ça s'appelle Vélorution et c'est pas mal du tout : https://www.arte.tv/fr/videos/RC-016130/velorution/ mes préférés : Biking Boom - La révolution en selle parce le vélo c'est féministe, c'est la lutte des classes bref c'est la vélorution ;) Bike wars : Mad Max à pédales parce que le vélo c'est punk Biking Boom - Le vélo, un style de vie parce que le vélo c'est cool En selle ! (4/10) - Copenhague, le royaume du vélo parce que toutes les villes devraient être comme ça En selle ! (5/10) - Re-cycle mantra parce que le vélo c'est la décroissance
petit nounours Il y a 1 semaine

C'est pas vraiment un documentaire mais une série de courts documentaires qui parlent de vélo. C'est proposé par Arte. Ça s'appelle Vélorution et c'est pas mal du tout :
https://www.arte.tv/fr/videos/RC-016130/velorution/

mes préférés :
Biking Boom - La révolution en selle parce le vélo c'est féministe, c'est la lutte des classes bref c'est la vélorution
Bike wars : Mad Max à pédales parce que le vélo c'est punk
Biking Boom - Le vélo, un style de vie parce que le vélo c'est cool
En selle ! (4/10) - Copenhague, le royaume du vélo parce que toutes les villes devraient être comme ça
En selle ! (5/10) - Re-cycle mantra parce que le vélo c'est la décroissance

Répondre
Contacter un modérateur Statistiques Badges