Bonjour les gens, Vu qu'en ce qui concerne Damien pour le moment c'est un peu en stand-by, j'aurais voulu vous faire découvrir Lucio Bukowski. C'est un rappeur, beatmaker, compositeur et poètes français de Lyon. « Le Lyonnais est de ceux qui pratiquent le rap pour sa puissance poétique, ne visent ni un hypothétique succès commercial, ni les colonnes littéraires, préférant approcher des émotions indicibles, des dilemmes bien réels et ses angoisses intimes qui n’ont pas le sens des affaires. » Je ne vais pas me lancer dans une explications du personnage, rien de mieux que de le découvrir à travers sa musique, j'espère que vous apprécierez ou du moins que vous aurez l'envie de découvrir un pouce gone de Lyon. https://www.youtube.com/watch?v=wzx7QvcHOiY https://www.youtube.com/watch?v=sBHmJ7p9kTo https://www.youtube.com/watch?v=S95XljMXxVs https://www.youtube.com/watch?v=Ms77BVI_FN8 https://www.youtube.com/watch?v=XZK7PZMA7ec https://www.youtube.com/watch?v=byOVvvvsh2w https://www.youtube.com/watch?v=Kmf8py3qgZ4 https://www.youtube.com/watch?v=9ebeA05ud6w https://www.youtube.com/watch?v=DeakgzY6NHU https://www.youtube.com/watch?v=WhKiFD-lNo4&t=86s https://www.youtube.com/watch?v=V9eWsPWaIZo https://www.youtube.com/watch?v=btQy9VsSkAo https://www.youtube.com/watch?v=heuhMqbtajs https://www.youtube.com/watch?v=lENA9m-QcoY Bonne écoute pour les curieux ;-)
beru79 Il y a 4 ans

Bonjour les gens,

Vu qu'en ce qui concerne Damien pour le moment c'est un peu en stand-by, j'aurais voulu vous faire découvrir Lucio Bukowski. C'est un rappeur, beatmaker, compositeur et poètes français de Lyon.

« Le Lyonnais est de ceux qui pratiquent le rap pour sa puissance poétique, ne visent ni un hypothétique succès commercial, ni les colonnes littéraires, préférant approcher des émotions indicibles, des dilemmes bien réels et ses angoisses intimes qui n’ont pas le sens des affaires. »

Je ne vais pas me lancer dans une explications du personnage, rien de mieux que de le découvrir à travers sa musique, j'espère que vous apprécierez ou du moins que vous aurez l'envie de découvrir un pouce gone de Lyon.


https://www.youtube.com/watch?v=wzx7QvcHOiY


https://www.youtube.com/watch?v=sBHmJ7p9kTo


https://www.youtube.com/watch?v=S95XljMXxVs


https://www.youtube.com/watch?v=Ms77BVI_FN8


https://www.youtube.com/watch?v=XZK7PZMA7ec


https://www.youtube.com/watch?v=byOVvvvsh2w


https://www.youtube.com/watch?v=Kmf8py3qgZ4


https://www.youtube.com/watch?v=9ebeA05ud6w


https://www.youtube.com/watch?v=DeakgzY6NHU


https://www.youtube.com/watch?v=WhKiFD-lNo4&t=86s


https://www.youtube.com/watch?v=V9eWsPWaIZo


https://www.youtube.com/watch?v=btQy9VsSkAo


https://www.youtube.com/watch?v=heuhMqbtajs


https://www.youtube.com/watch?v=lENA9m-QcoY

Bonne écoute pour les curieux

puisque vous en parler ailleurs je suis allée voir du côté de Lucio je vais les faire dans l'ordre mais c'est pas gagné parce que rien que la première me laisse assez froide. La diction j'aime pas, tant qu'à faire pas chanter vraiment, je préfère Grand Corps Malade. Alors je suis allée voir du côté du texte, et là non plus pas beaucoup d'émotions. je vous pose ci-dessous le texte du premier morceau, moi j'ai du mal à lire jusqu'au bout. je retiens quelques jolies phrases mais sinon je trouve ça difficile à aborder comme texte. Ogni giorno è la scuela (traduc: tous les jours à l'école) L'orage sur la vitre, joue son tempo rituel La rue est vide, la nuit pleine d'un Bel Canto résiduel Le café fume formant quelque chose dans la veine de Monet (b]J'ai l'impression que le silence est un refrain que je connais[/b] A cet instant je suis en ville, le doute bégaye et puis la ferme Je sens l'air dans mes poumons, le cœur crachant, lâchant la sève Le temps n'a plus aucun effet et n'est qu'une question sans réponses Derrière le mur, loin des chutes à venir, le petit pionce Quelque part dans la transparence des arts L'opiacé de la beauté ne se traduit qu'au fond des âmes Eternel, dans chaque détails demeure l'étincelle primordiale Appelle la Dieu, Nature ou Néant, la dialectique est peu cordiale Apprendre c'est se dissoudre, jamais je n'connaitrai L'étendue est trop vaste mais dans sa paume je me remettrai Il s'agit de plus que de papiers dans une BU La moindre réponse nourrit chacune de mes cellules Et je lis dans des successions de ciel, des neutrons de siècle Dénotons de suite mon avis gratté sous bourbon de seigle Mélangé à la couleur semi-boréale des songes M'imprègne et le chante, je n'suis qu'une chorale d'éponge J'avance en roue libre dans l'existence pendant qu'la soif me nargue Ephémère, m'élève pour une vie brève en papillon monarque J'me dis que mes chansons ne reproduisent que le miracle des millénaires La nuit âcre des villes et merde Retiens une leçon du simple déplacement d'un merle Dans la terreur d'une tempête, là où la pire angoisse t'emmène Heureux quand même vu que la mort n'a pas d'empire Reviens sur mes pas car l'Homme nouveau n'est qu'un Adam pire [Refrain] x2 L'esprit et l'amour seraient mort mais là j'en doute La faucheuse m'a raté une fois donc je respire en double Demain sera meilleur que la pisse d'âne dans leur Coca Le vieillard a dit jadis : "Ogni giorno è la scuola" [Couplet 2] Je peux pas vraiment l'expliquer Ténèbres et lumières doivent être liés a un même piquet Tout est dans la bonne manière de répliquer L'image poétique scandée est ma façon de les sticker Sur les murs abstraits d'une époque étriquée L'or dans le plomb des cerveaux morts demeure domestiqué L'Homme apathique ne gratte que la moitié du ticket Éternel perdant car acceptant de n'être que dupliqué La faim d'apprendre sous forme de fil ténu Sans début ni fin, faut croire qu'elle n'est qu'un bénéfique ténia L’œil en alerte tel le sculpteur qui vit des nues Ecole dans le nerf, la vie comme le seul diplôme c'est indéniable Dans l'épreuve, dans la douleur Dans les jours heureux jadis, dans la grisaille, dans la couleur Partout et toujours, savoir lire même sans les mots Est le propre du sage, la totalité dans des heaumes Le calme regagne la pièce, l'aurore est en marche L'université des âmes libres se fait en marge Fais ton arche, le déluge est porteur de savoir De sa voix crée le souffle qui vient se loger dans sa voile Du coup l'orage, sur la vitre, joue son tempo rituel La rue est pleine, la nuit vide, disons le truc habituel Le café fume formant quelque chose dans la veine de Monet J'ai l'impression que le silence est un refrain que je connais [Refrain] x2 L'esprit et l'amour seraient morts mais là j'en doute La faucheuse m'a raté une fois donc je respire en double Demain sera meilleur que la pisse d'âne dans leur Coca Le vieillard a dit jadis : "Ogni giorno è la scuola"
Eléa Il y a 3 ans

puisque vous en parler ailleurs je suis allée voir du côté de Lucio

je vais les faire dans l'ordre mais c'est pas gagné parce que rien que la première me laisse assez froide.
La diction j'aime pas, tant qu'à faire pas chanter vraiment, je préfère Grand Corps Malade. Alors je suis allée voir du côté du texte, et là non plus pas beaucoup d'émotions. je vous pose ci-dessous le texte du premier morceau, moi j'ai du mal à lire jusqu'au bout. je retiens quelques jolies phrases mais sinon je trouve ça difficile à aborder comme texte.

Ogni giorno è la scuela (traduc: tous les jours à l'école)

L'orage sur la vitre, joue son tempo rituel
La rue est vide, la nuit pleine d'un Bel Canto résiduel
Le café fume formant quelque chose dans la veine de Monet
(b]J'ai l'impression que le silence est un refrain que je connais[/b]
A cet instant je suis en ville, le doute bégaye et puis la ferme
Je sens l'air dans mes poumons, le cœur crachant, lâchant la sève
Le temps n'a plus aucun effet et n'est qu'une question sans réponses
Derrière le mur, loin des chutes à venir, le petit pionce
Quelque part dans la transparence des arts
L'opiacé de la beauté ne se traduit qu'au fond des âmes
Eternel, dans chaque détails demeure l'étincelle primordiale
Appelle la Dieu, Nature ou Néant, la dialectique est peu cordiale
Apprendre c'est se dissoudre, jamais je n'connaitrai
L'étendue est trop vaste mais dans sa paume je me remettrai
Il s'agit de plus que de papiers dans une BU
La moindre réponse nourrit chacune de mes cellules
Et je lis dans des successions de ciel, des neutrons de siècle
Dénotons de suite mon avis gratté sous bourbon de seigle
Mélangé à la couleur semi-boréale des songes
M'imprègne et le chante, je n'suis qu'une chorale d'éponge
J'avance en roue libre dans l'existence pendant qu'la soif me nargue
Ephémère, m'élève pour une vie brève en papillon monarque
J'me dis que mes chansons ne reproduisent que le miracle des millénaires
La nuit âcre des villes et merde
Retiens une leçon du simple déplacement d'un merle
Dans la terreur d'une tempête, là où la pire angoisse t'emmène
Heureux quand même vu que la mort n'a pas d'empire
Reviens sur mes pas car l'Homme nouveau n'est qu'un Adam pire

[Refrain] x2
L'esprit et l'amour seraient mort mais là j'en doute
La faucheuse m'a raté une fois donc je respire en double
Demain sera meilleur que la pisse d'âne dans leur Coca
Le vieillard a dit jadis : "Ogni giorno è la scuola"

[Couplet 2]
Je peux pas vraiment l'expliquer
Ténèbres et lumières doivent être liés a un même piquet
Tout est dans la bonne manière de répliquer
L'image poétique scandée est ma façon de les sticker
Sur les murs abstraits d'une époque étriquée

L'or dans le plomb des cerveaux morts demeure domestiqué
L'Homme apathique ne gratte que la moitié du ticket
Éternel perdant car acceptant de n'être que dupliqué
La faim d'apprendre sous forme de fil ténu
Sans début ni fin, faut croire qu'elle n'est qu'un bénéfique ténia
L’œil en alerte tel le sculpteur qui vit des nues
Ecole dans le nerf, la vie comme le seul diplôme c'est indéniable
Dans l'épreuve, dans la douleur
Dans les jours heureux jadis, dans la grisaille, dans la couleur
Partout et toujours, savoir lire même sans les mots
Est le propre du sage, la totalité dans des heaumes
Le calme regagne la pièce, l'aurore est en marche
L'université des âmes libres se fait en marge
Fais ton arche, le déluge est porteur de savoir
De sa voix crée le souffle qui vient se loger dans sa voile
Du coup l'orage, sur la vitre, joue son tempo rituel
La rue est pleine, la nuit vide, disons le truc habituel
Le café fume formant quelque chose dans la veine de Monet
J'ai l'impression que le silence est un refrain que je connais

[Refrain] x2
L'esprit et l'amour seraient morts mais là j'en doute
La faucheuse m'a raté une fois donc je respire en double
Demain sera meilleur que la pisse d'âne dans leur Coca
Le vieillard a dit jadis : "Ogni giorno è la scuola"



"L'étendue est trop vaste mais dans sa paume je me remettrai Il s'agit de plus que de papiers dans une BU La moindre réponse nourrit chacune de mes cellules Et je lis dans des successions de ciel, des neutrons de siècle Dénotons de suite mon avis gratté sous bourbon de seigle Mélangé à la couleur semi-boréale des songes M'imprègne et le chante, je n'suis qu'une chorale d'éponge" "L'image poétique scandée est ma façon de les sticker Sur les murs abstraits d'une époque étriquée" ça résume bien la démarche, un langage ludique, et dont le flow est l'écrin, ça s'apprécie mieux scandé que lu, il faut s'accrocher pour trouver les césures, des mots dans toutes leurs intensités quand il sont un temps cités :), on bat la mesure avec le dico, moi j'ai découvert y a pas longtemps il fait donc parti désormais de ma petite playlist rap (car ce n'est pas ce que j'écoute le +) où il rejoint oxmo puccino, odezenne arkana et mc solaar, il est très talentueux, un verbe goutu. accroche toi pour ne pas perdre la phrase en route, les mots te chahutent https://www.youtube.com/watch?v=3BWR1kfvfys
suffragettes AB Il y a 3 ans

"L'étendue est trop vaste mais dans sa paume je me remettrai
Il s'agit de plus que de papiers dans une BU
La moindre réponse nourrit chacune de mes cellules
Et je lis dans des successions de ciel, des neutrons de siècle
Dénotons de suite mon avis gratté sous bourbon de seigle
Mélangé à la couleur semi-boréale des songes
M'imprègne et le chante, je n'suis qu'une chorale d'éponge"

"L'image poétique scandée est ma façon de les sticker
Sur les murs abstraits d'une époque étriquée"

ça résume bien la démarche, un langage ludique, et dont le flow est l'écrin, ça s'apprécie mieux scandé que lu, il faut s'accrocher pour trouver les césures, des mots dans toutes leurs intensités quand il sont un temps cités , on bat la mesure avec le dico, moi j'ai découvert y a pas longtemps il fait donc parti désormais de ma petite playlist rap (car ce n'est pas ce que j'écoute le +) où il rejoint oxmo puccino, odezenne arkana et mc solaar, il est très talentueux, un verbe goutu.

accroche toi pour ne pas perdre la phrase en route, les mots te chahutent


https://www.youtube.com/watch?v=3BWR1kfvfys