Salut à tous ! Aujourd'hui, un nouveau texte. Un peu différent de ce que je vous propose d'habitude. Peut être plus un "début" de nouvelle qu'autre chose, je ne sais pas vraiment.. N'hésite pas à me dire ce que vous en pensez ! À la lueur des étoiles Parfois, la nuit, je sors dans les rues. Je me promène dans les ruines et je lève les yeux au ciel. Je regarde au loin, bien au delà des tours et du bitume. Je me surprends alors à rêver. Je me vois chevalier dans la brume, traversant le temps et les histoires, un héros immortel. Ou alors, je ferme les yeux quelques instants et je deviens un romantique, amoureux éperdu, mais amoureux de qui ? De l’absence sûrement, de celle que je n’ai jamais rencontré. La lumière des étoiles éclaire mon chemin et je me perds dans le dédale des rues de ce qui, en son temps, avait était une ville. Quand j’étais petit, je me souviens les avoir connus vivantes. C’était il y a bien longtemps, trop longtemps pour que je m’en souvienne bien. Et puis, à quoi bon s’en souvenir de toute façon ? Les années se sont écoulées et désormais, il ne reste plus que des ruines. Je marche alors, porté par mes pensées sans savoir où je vais, sans vraiment m’y intéresser. Souvent, je me perds. Je me retrouve dans un cul-de sac ou face à un cimetière d’engins rouillé trop dur à déplacer. Alors j’entame mon escalade. Sans un regard en arrière, sans prendre le temps de réfléchir, je m’agrippe à la première prise et je me hisse le plus haut que je peux. Le monde, c’est toujours plus beau vu du ciel. Je me souviens, quand j’étais petit, on y allait parfois. Tout en haut. Au dessus des villes. Je regardais par le hublot et j’essayais de reconnaitre les paysages. C’était beau. Aujourd’hui, je monte moins haut. Je n’arrive plus aux dessus des villes. Je crois bien que plus personne ne peut. Les paysages ont changé aussi. Le monde n’est plus le même. Mais qu’importe. C’est toujours aussi beau. Alors je m’allonge. Je cale mon dos contre des plaques de métal, de pierre ou de bois et je regarde, devant moi, vers l’horizon. Et j’attends. Le lever du soleil, le retour de la lumière. Nuit après nuit, saison après saison, j’attends. Souvent, je me suis assoupi là, étendue entre le béton et le ciel. Rêvant de légendes et d’amour, de ces choses que je n’ai jamais connu mais qui remplissaient mon coeur. De celle que j’aimai sans la connaître. De celui que je voulais être sans jamais pouvoir le devenir. Toutes ces choses qui enivrent l’esprit et font monter les larmes aux yeux. La tristesse de n’être que soit et de n’avoir que ses rêves pour se réconforter. C’étaient peut être les meilleures nuits. D’autres fois, je m’asseyais sur le rebord. Les pieds dans le vide, le regard au loin. Je contemplais la ville. Je me perdais dans le passé. Alors, je me revoyais enfant, marchant en bas, perdu dans la foule. J’étais juste un gamin et je n’avais aucune idée de la chance que j’avais. Je me surprends alors à sourire, à la mémoire de celui que j’étais, de celui que j’aurais pu devenir, à ma naïveté perdue, à la beauté de l’enfance, à la mémoire de chacun, de toi et puis de moi. De tous ceux dont j’ai croisé le chemin et que j’ai perdu en route, de toi que je connais pas et de lui que je reverrais pas. Je les revois tous, fantômes hantant les ruines de mon passé, ombre à la lumière des étoiles. À travers la nuit, à travers le temps. Je les revois et je leur souris. Et qui sait, peut être qu’eux aussi, ils me sourient.
Léo Ch Il y a 3 ans

Salut à tous ! Aujourd'hui, un nouveau texte. Un peu différent de ce que je vous propose d'habitude. Peut être plus un "début" de nouvelle qu'autre chose, je ne sais pas vraiment.. N'hésite pas à me dire ce que vous en pensez !

À la lueur des étoiles


Parfois, la nuit, je sors dans les rues. Je me promène dans les ruines et je lève les yeux au ciel. Je regarde au loin, bien au delà des tours et du bitume. Je me surprends alors à rêver. Je me vois chevalier dans la brume, traversant le temps et les histoires, un héros immortel. Ou alors, je ferme les yeux quelques instants et je deviens un romantique, amoureux éperdu, mais amoureux de qui ? De l’absence sûrement, de celle que je n’ai jamais rencontré.

La lumière des étoiles éclaire mon chemin et je me perds dans le dédale des rues de ce qui, en son temps, avait était une ville. Quand j’étais petit, je me souviens les avoir connus vivantes. C’était il y a bien longtemps, trop longtemps pour que je m’en souvienne bien. Et puis, à quoi bon s’en souvenir de toute façon ? Les années se sont écoulées et désormais, il ne reste plus que des ruines.
Je marche alors, porté par mes pensées sans savoir où je vais, sans vraiment m’y intéresser. Souvent, je me perds. Je me retrouve dans un cul-de sac ou face à un cimetière d’engins rouillé trop dur à déplacer. Alors j’entame mon escalade. Sans un regard en arrière, sans prendre le temps de réfléchir, je m’agrippe à la première prise et je me hisse le plus haut que je peux. Le monde, c’est toujours plus beau vu du ciel. Je me souviens, quand j’étais petit, on y allait parfois. Tout en haut. Au dessus des villes. Je regardais par le hublot et j’essayais de reconnaitre les paysages. C’était beau.
Aujourd’hui, je monte moins haut. Je n’arrive plus aux dessus des villes. Je crois bien que plus personne ne peut. Les paysages ont changé aussi. Le monde n’est plus le même. Mais qu’importe. C’est toujours aussi beau.
Alors je m’allonge. Je cale mon dos contre des plaques de métal, de pierre ou de bois et je regarde, devant moi, vers l’horizon. Et j’attends. Le lever du soleil, le retour de la lumière. Nuit après nuit, saison après saison, j’attends. Souvent, je me suis assoupi là, étendue entre le béton et le ciel. Rêvant de légendes et d’amour, de ces choses que je n’ai jamais connu mais qui remplissaient mon coeur. De celle que j’aimai sans la connaître. De celui que je voulais être sans jamais pouvoir le devenir. Toutes ces choses qui enivrent l’esprit et font monter les larmes aux yeux. La tristesse de n’être que soit et de n’avoir que ses rêves pour se réconforter.

C’étaient peut être les meilleures nuits.

D’autres fois, je m’asseyais sur le rebord. Les pieds dans le vide, le regard au loin. Je contemplais la ville. Je me perdais dans le passé. Alors, je me revoyais enfant, marchant en bas, perdu dans la foule. J’étais juste un gamin et je n’avais aucune idée de la chance que j’avais. Je me surprends alors à sourire, à la mémoire de celui que j’étais, de celui que j’aurais pu devenir, à ma naïveté perdue, à la beauté de l’enfance, à la mémoire de chacun, de toi et puis de moi. De tous ceux dont j’ai croisé le chemin et que j’ai perdu en route, de toi que je connais pas et de lui que je reverrais pas. Je les revois tous, fantômes hantant les ruines de mon passé, ombre à la lumière des étoiles. À travers la nuit, à travers le temps. Je les revois et je leur souris.

Et qui sait, peut être qu’eux aussi, ils me sourient.

J'aime beaucoup ... peut-être, parce que j'y me retrouve ... Merci à toi
attachiante Il y a 3 ans

J'aime beaucoup ... peut-être, parce que j'y me retrouve ...
Merci à toi

C'est trop court. J'aime bien le petit passage sur l'enfance
Marta012 Il y a 3 ans

C'est trop court.
J'aime bien le petit passage sur l'enfance

[quote="attachiante"]J'aime beaucoup ... peut-être, parce que j'y me retrouve ... Merci à toi[/quote] Merci à toi, ça me fait très plaisir ! [quote="Marta012"]C'est trop court. J'aime bien le petit passage sur l'enfance[/quote] Je suis d'accord, mais est-ce qu'une nouvelle dans ce style ne serait pas trop "lourde" ? J'ai des doutes...
Léo Ch Il y a 3 ans

J'aime beaucoup ... peut-être, parce que j'y me retrouve ...
Merci à toi


Merci à toi, ça me fait très plaisir !

C'est trop court.
J'aime bien le petit passage sur l'enfance


Je suis d'accord, mais est-ce qu'une nouvelle dans ce style ne serait pas trop "lourde" ? J'ai des doutes...

Je sais pas, mais c'est surtout que j'ai bien aimé lire et que j'en voulais un peu plus :)
Marta012 Il y a 3 ans

Je sais pas, mais c'est surtout que j'ai bien aimé lire et que j'en voulais un peu plus

C'est très gentil ! Je pense essayer d'écrire la suite ! :)
Léo Ch Il y a 3 ans

C'est très gentil ! Je pense essayer d'écrire la suite !

[quote="Léo Ch"]C'est très gentil ! Je pense essayer d'écrire la suite ! :)[/quote] Très envie de lire dans le même thème même si ce n'est pas une suite :)
attachiante Il y a 3 ans

C'est très gentil ! Je pense essayer d'écrire la suite !


Très envie de lire dans le même thème même si ce n'est pas une suite

Pas forcément tout à fait dans le même style mais partageant beaucoup de thématiques, j'ai posté ces quelques autres textes ici : Les quais de métro : https://www.saezlive.net/topics/view/5099/les-quais-de-metro?page=1 Insomnie : https://www.saezlive.net/topics/view/5156/insomnie?page=1#270236 Lettre à Pierrot : https://www.saezlive.net/topics/view/5227/lettre-a-pierrot?page=1#273587 En espérant qu'ils te plaisent aussi ! :)
Léo Ch Il y a 3 ans

Pas forcément tout à fait dans le même style mais partageant beaucoup de thématiques, j'ai posté ces quelques autres textes ici :

Les quais de métro : https://www.saezlive.net/topics/view/5099/les-quais-de-metro?page=1

Insomnie : https://www.saezlive.net/topics/view/5156/insomnie?page=1#270236

Lettre à Pierrot : https://www.saezlive.net/topics/view/5227/lettre-a-pierrot?page=1#273587


En espérant qu'ils te plaisent aussi !