En ce matin de neige, je propose un nouveau sujet (qui peut-être a déjà été dit ici mais bon pas l'envie de lire les 546895 messages précédents). Quand je dis chansons moins, je parle tout d'abord des chansons moins chantées en concert, voire pas du tout. Est-ce que cela revient à dire que ce sont des chansons moins appréciées par le public, par son auteur lui-même, que ce sont des chansons moins percutantes, moins bien que les autres tout simplement? Je vais donner ici les titres de chansons qu'on n'entend jamais en concert ( sauf peut-être lors de la tournée qui a suivi sur quelques dates, pas la peine de me contredire en citant quelques exceptions car oui il y en a), dont on parle peu sur les forums et qui pourtant selon moi font partie des vraiment plus belles, et qui sont aussi bien que pas mal d'autres qu'on entend souvent. (je mets aussi des titres de "A lovers prayers") En tous cas elles font partie de celles que j'écoute plus que souvent. Varsovie (le texte, la voix, l'originalité de la chanson, magnifique) Qui je suis, d'où je viens? (disponible si je ne me trompe qu'en live, vraiment belle et très puissante) Pleure pas bébé (honteusement décriée ici, alors qu'elle est magnifique, pas facile à chanter en live on l'a vu) Le gaz (vraiment énorme) Notre Dame mélancolie (même si je crois que tout le monde en a dit du bien ici) Que sont-elles devenues? (pour moi le dernier couplet est grandiose, la voix, les références ciné, juste trop court on a envie que ça dure même si ce n'est pas très gai il faut bien l'avouer) Webcam de nos amours (sujet pas passionnant mais super rythme) Ma putain du showbiz (une de mes préférées du dernier, tellement actuelle et plus profonde que ce que j'ai pu lire ici, la fin est tellement jouissive) et en vrac : Your leather jacket Faut s'oublier Quand on perd son amour Ami de Liège So gorgeous Les infidèles Is it ok? Château de brume (sublime, qui mériterait vraiment d'exister sur disque) Alors c'est sûr que certaines ici ne sont pas faîtes pour bouger en live, on les verra peut-être prochainement dans une tournée acoustique (en tous cas je l'espère). Voilà j'avais juste envie de parler de chansons dont on parle moins (enfin je crois).
samoht Il y a 3 ans

En ce matin de neige, je propose un nouveau sujet (qui peut-être a déjà été dit ici mais bon pas l'envie de lire les 546895 messages précédents).
Quand je dis chansons moins, je parle tout d'abord des chansons moins chantées en concert, voire pas du tout. Est-ce que cela revient à dire que ce sont des chansons moins appréciées par le public, par son auteur lui-même, que ce sont des chansons moins percutantes, moins bien que les autres tout simplement?
Je vais donner ici les titres de chansons qu'on n'entend jamais en concert ( sauf peut-être lors de la tournée qui a suivi sur quelques dates, pas la peine de me contredire en citant quelques exceptions car oui il y en a), dont on parle peu sur les forums et qui pourtant selon moi font partie des vraiment plus belles, et qui sont aussi bien que pas mal d'autres qu'on entend souvent. (je mets aussi des titres de "A lovers prayers")
En tous cas elles font partie de celles que j'écoute plus que souvent.

Varsovie (le texte, la voix, l'originalité de la chanson, magnifique)

Qui je suis, d'où je viens? (disponible si je ne me trompe qu'en live, vraiment belle et très puissante)

Pleure pas bébé (honteusement décriée ici, alors qu'elle est magnifique, pas facile à chanter en live on l'a vu)

Le gaz (vraiment énorme)

Notre Dame mélancolie (même si je crois que tout le monde en a dit du bien ici)

Que sont-elles devenues? (pour moi le dernier couplet est grandiose, la voix, les références ciné, juste trop court on a envie que ça dure même si ce n'est pas très gai il faut bien l'avouer)

Webcam de nos amours (sujet pas passionnant mais super rythme)

Ma putain du showbiz (une de mes préférées du dernier, tellement actuelle et plus profonde que ce que j'ai pu lire ici, la fin est tellement jouissive)

et en vrac :
Your leather jacket
Faut s'oublier
Quand on perd son amour
Ami de Liège
So gorgeous
Les infidèles
Is it ok?
Château de brume (sublime, qui mériterait vraiment d'exister sur disque)

Alors c'est sûr que certaines ici ne sont pas faîtes pour bouger en live, on les verra peut-être prochainement dans une tournée acoustique (en tous cas je l'espère).

Voilà j'avais juste envie de parler de chansons dont on parle moins (enfin je crois).

C'est vrai que Le gaz et Webcam de nos amours ça pourrait être super cool de les avoir sur la prochaine tournée ! En ce qui concerne pleure pas bébé, notre dame mélancolie et toutes les dernières en fait, c'est tôt pour dire qu'on les entends jamais!
Marta012 Il y a 3 ans

C'est vrai que Le gaz et Webcam de nos amours ça pourrait être super cool de les avoir sur la prochaine tournée !
En ce qui concerne pleure pas bébé, notre dame mélancolie et toutes les dernières en fait, c'est tôt pour dire qu'on les entends jamais!

qui je suis d'où je viens, je l'ai découverte y a quelque mois, j'y pensais la dernière fois, mais je n'avais plus le titre en tête donc ton intervention tombe à pic, j'adore les paroles https://www.youtube.com/watch?v=JW-Nciqj9Lk pleure pas bébé, j'avoue que j'étais perplexe :), mais en fait c'est une bonne incarnation de l'amour qui a a rage, de l'amour qui tape du pied, de l'amour régressif.
suffragettes AB Il y a 3 ans

qui je suis d'où je viens, je l'ai découverte y a quelque mois, j'y pensais la dernière fois, mais je n'avais plus le titre en tête donc ton intervention tombe à pic, j'adore les paroles


https://www.youtube.com/watch?v=JW-Nciqj9Lk

pleure pas bébé, j'avoue que j'étais perplexe , mais en fait c'est une bonne incarnation de l'amour qui a a rage, de l'amour qui tape du pied, de l'amour régressif.

Qui je suis d'où je viens, je pense qu'il a fait un one shot car depuis le live du dessus, il a "recyclé" la mélodie pour faire La Lutte en 2013 aux Francofolies ... et il l'a même rechanté sous cette forme sur la tournée 2017 je crois.
Nulie Il y a 3 ans

Qui je suis d'où je viens, je pense qu'il a fait un one shot car depuis le live du dessus, il a "recyclé" la mélodie pour faire La Lutte en 2013 aux Francofolies ... et il l'a même rechanté sous cette forme sur la tournée 2017 je crois.

Par l'occasion, faudrait lui proposer de lui ouvrir une fente nouvelle à la place de son derrière pour qu'on insère une pièce et qu'il dise oui oui oui à toutes nos envies. Une SAEZ-BOX ? futur projet de robotique ! J'dis pas ça pour vous descendre ! J'précise, sur un ton un peu sarcastique ( et ça peut paraître méprisant mais loin de moi cette idée, je m'en excuse d'avance pour ceux/celles qui se sentiront vexé(e)s ) , mais c'qui est chouette c'est la spontanéité de l'artiste à nous livrer son monde intérieur, à ses souhaits. J'ai toujours été horripilé par les criards de titres en concert. J'pense que toutes les chansons ne peuvent pas être faites dans la même disposition. Comme vous savez, notre chère Damien tourne souvent autour des mêmes accords. Ce qui fait la qualité de ses sons, c'est la recherche des arrangements et des arpèges, à mon sens. si j'devais faire un concert, ça m'emmerderai d'être toujours sur les mêmes notes, à force. Puis c'est le choix de l'artiste de nous véhiculer son message. Bien sûr que le gaz est monstrueusement belle, is it ok aussi, faut s'oublier ... Mais pour moi ça touche tellement à l'intime, qu'on peut pas lui demander de se réouvrir les veines de sa souffrance pour contenter un public avide de pathos. Déjà qu'on a du bol, d'une certaine manière, de les avoir sur disque, en studio, bien propre. Moi j'vois pas le gaz en live, pour ne citer qu'elle en exemple, y'a trop d'arrangements sur la chanson, trop de voix doubles qui font l'atmosphère de la chanson. Ce petit tic-tac, cette gratte en accompagnement... C'est pas des chansons réellement pour nous, j'ai ce sentiment, c'est adressé à quelqu'un de spécial, certainement qu'il l'a en tête en la chantant, cette personne. Puis PUTAIN DE L'ESPOIR LES GARS ! CA MANQUE ! J'en peux plus, à titre personnel, de ceux qui rafollent d'la catharsis permanente d'la souffrance que cause l'amour perdu. C'est pas pour rien qu'il a arrêté la tournée VLP. Il s'est mis à chialer à Sédières, pensez pas qu'c'est facile d'contenir toute cette tristesse. A force il va finir par se butter l'pauvre et j'lui souhaite pas et l'avidité de chacun pour se contenter de ses petits kiffs musicaux Y'a des beautés à maintenir en studio et d'autres faites pour le live, c'est indéniable ! Je ne souhaite pas parler en son nom, j'ai ni le droit, ni cette stupidité digne d'la fan-base avide de se contenter d'sa part d'égoïsme, après j'peux pas vous empêcher d'rêver avec votre imaginaire, j'peux que vous inciter à en avoir des rêves et des envies, mais se contenter de ce qu'on nous offre ça permet de ne pas paraître vampires, parfois ... Mais je vous aime quand même malgré mon désaccord les camarades <3 J'préfère juste, personnellement, ne jamais entendre une version live si c'est pour la dénaturer de son axe initial, souhait de l'artisan. " Je ne suis la pute de personne " y'avait pas un truc dis comme ça ? Faites une wish-list commune ;) DÉSOLÉ SI JE CASSE VOTRE DÉLIRE !
AnonymeIl y a 3 ans

Par l'occasion, faudrait lui proposer de lui ouvrir une fente nouvelle à la place de son derrière pour qu'on insère une pièce et qu'il dise oui oui oui à toutes nos envies. Une SAEZ-BOX ? futur projet de robotique !

J'dis pas ça pour vous descendre !

J'précise, sur un ton un peu sarcastique ( et ça peut paraître méprisant mais loin de moi cette idée, je m'en excuse d'avance pour ceux/celles qui se sentiront vexé(e)s ) , mais c'qui est chouette c'est la spontanéité de l'artiste à nous livrer son monde intérieur, à ses souhaits.

J'ai toujours été horripilé par les criards de titres en concert. J'pense que toutes les chansons ne peuvent pas être faites dans la même disposition.
Comme vous savez, notre chère Damien tourne souvent autour des mêmes accords.
Ce qui fait la qualité de ses sons, c'est la recherche des arrangements et des arpèges, à mon sens.

si j'devais faire un concert, ça m'emmerderai d'être toujours sur les mêmes notes, à force.
Puis c'est le choix de l'artiste de nous véhiculer son message.

Bien sûr que le gaz est monstrueusement belle, is it ok aussi, faut s'oublier ...
Mais pour moi ça touche tellement à l'intime, qu'on peut pas lui demander de se réouvrir les veines de sa souffrance pour contenter un public avide de pathos.

Déjà qu'on a du bol, d'une certaine manière, de les avoir sur disque, en studio, bien propre.
Moi j'vois pas le gaz en live, pour ne citer qu'elle en exemple, y'a trop d'arrangements sur la chanson, trop de voix doubles qui font l'atmosphère de la chanson.
Ce petit tic-tac, cette gratte en accompagnement...
C'est pas des chansons réellement pour nous, j'ai ce sentiment, c'est adressé à quelqu'un de spécial, certainement qu'il l'a en tête en la chantant, cette personne.

Puis PUTAIN DE L'ESPOIR LES GARS ! CA MANQUE !
J'en peux plus, à titre personnel, de ceux qui rafollent d'la catharsis permanente d'la souffrance que cause l'amour perdu.

C'est pas pour rien qu'il a arrêté la tournée VLP. Il s'est mis à chialer à Sédières, pensez pas qu'c'est facile d'contenir toute cette tristesse. A force il va finir par se butter l'pauvre et j'lui souhaite pas et l'avidité de chacun pour se contenter de ses petits kiffs musicaux

Y'a des beautés à maintenir en studio et d'autres faites pour le live, c'est indéniable !
Je ne souhaite pas parler en son nom, j'ai ni le droit, ni cette stupidité digne d'la fan-base avide de se contenter d'sa part d'égoïsme, après j'peux pas vous empêcher d'rêver avec votre imaginaire, j'peux que vous inciter à en avoir des rêves et des envies, mais se contenter de ce qu'on nous offre ça permet de ne pas paraître vampires, parfois ...

Mais je vous aime quand même malgré mon désaccord les camarades <3

J'préfère juste, personnellement, ne jamais entendre une version live si c'est pour la dénaturer de son axe initial, souhait de l'artisan.

" Je ne suis la pute de personne " y'avait pas un truc dis comme ça ?


Faites une wish-list commune

DÉSOLÉ SI JE CASSE VOTRE DÉLIRE !

J’suis d’accord avec toi @Churinga mais en même temps c’est lui qui nous les propose à la base les chansons  qui expriment la souffrance de l´amour perdu etc, tu peux pas nous en « vouloir » d’avoir envie,parfois, de les écouter et de s’y perdre. Y a un temps pour tout et ça n’empêche pas d'écouter a côté de ça un gros son rap ou hip hop ou je ne sais quoi, qui bouge et qui est pas déprimant, qui donne la pêche et l´envie de vivre à fond. C’est aussi normal qu’on veuille écouter en live ce qui nous a plu sur album même si on oui tout ne peut pas être jouer en live et oui c’est encore lui qui choisit ce qu’il veut chanter, encore heureux.
Marta012 Il y a 3 ans

J’suis d’accord avec toi @Churinga mais en même temps c’est lui qui nous les propose à la base les chansons  qui expriment la souffrance de l´amour perdu etc, tu peux pas nous en « vouloir » d’avoir envie,parfois, de les écouter et de s’y perdre. Y a un temps pour tout et ça n’empêche pas d'écouter a côté de ça un gros son rap ou hip hop ou je ne sais quoi, qui bouge et qui est pas déprimant, qui donne la pêche et l´envie de vivre à fond.

C’est aussi normal qu’on veuille écouter en live ce qui nous a plu sur album même si on oui tout ne peut pas être jouer en live et oui c’est encore lui qui choisit ce qu’il veut chanter, encore heureux.

Il y'a beaucoup de musiques de Saez que j'apprécie énormément mais qui malheureusement ne sont pas reprises en live: Je pense notamment à "il y'a ton sourire" C'est la première musique de Saez que j'ai découverte. Je la trouve sublime. Elle reste une de mes préférée à ce jour. https://www.youtube.com/watch?v=fjOOEen3u6g Il y'en a d'autres évidemment comme : - > Des foudres (Les arpèges sont tout simplement magnifiques) -> Boule qui roule (elle est merveilleuse cette musique, tout en douceur, en émotion) -> Varsovie (j'aime beaucoup le texte) -> Que tout est noir (avec les violoncelles, les violons qui accompagnent, c'est super beau) -> Aux encres des amours (reprise une seule fois en live, je trouve dommage)
AnonymeIl y a 3 ans

Il y'a beaucoup de musiques de Saez que j'apprécie énormément mais qui malheureusement ne sont pas reprises en live:

Je pense notamment à "il y'a ton sourire"

C'est la première musique de Saez que j'ai découverte. Je la trouve sublime.
Elle reste une de mes préférée à ce jour.


https://www.youtube.com/watch?v=fjOOEen3u6g

Il y'en a d'autres évidemment comme :

- > Des foudres (Les arpèges sont tout simplement magnifiques)

-> Boule qui roule (elle est merveilleuse cette musique, tout en douceur, en émotion)

-> Varsovie (j'aime beaucoup le texte)

-> Que tout est noir (avec les violoncelles, les violons qui accompagnent, c'est super beau)

-> Aux encres des amours (reprise une seule fois en live, je trouve dommage)

[quote="Marta012"]J’suis d’accord avec toi @Churinga mais en même temps c’est lui qui nous les propose à la base les chansons  qui expriment la souffrance de l´amour perdu etc, tu peux pas nous en « vouloir » d’avoir envie,parfois, de les écouter et de s’y perdre. Y a un temps pour tout et ça n’empêche pas d'écouter a côté de ça un gros son rap ou hip hop ou je ne sais quoi, qui bouge et qui est pas déprimant, qui donne la pêche et l´envie de vivre à fond. C’est aussi normal qu’on veuille écouter en live ce qui nous a plu sur album même si on oui tout ne peut pas être jouer en live et oui c’est encore lui qui choisit ce qu’il veut chanter, encore heureux.[/quote] Si il n'existe pas les lives ces chansons-ci, c'est certainement qu'il a une raison ... C'qui est pas normal, c'est qu'on se retrouve encore et toujours avec une fan-base qui veut que consommer ses propres souhaits, j'entends très bien et comprends l'envie de vouloir entendre certaines chansons particulières, PARCEQU'ELLES VOUS PARLENT A VOUS DANS VOTRE INTIMITE, mais tu peux pas "demander" à un artiste de travestir son art et ses souhaits pour plaire à son public... Si tu me parles de Rap pour m'amadouer, c'est raté ! :) J'vous en veux pas de vouloir les écouter et de vous y perdre. J'vous en veux d'en vouloir toujours plus et d'être jamais rassasié. tiens un copié collé pour vous prouvez que vous savez pas vous contenter de ce que vous avez ... toujours plus, toujours plus ... " SaezLive © 2002-2017 243 concerts, dont 154 enregistrés, dans 167 lieux différents. 2938626 téléchargements depuis le 29 mars 2010. 6223 fichiers, soit plus de 106 Go de données et plus de 457 heures de musique. 5386 membres qui ont partagé 3881 photos, 2016 vidéos et 466 compte-rendus. 244154 messages échangés sur le forum dans 3232 sujets. " GRATOS FREE DOWNLOAD PAS DE DROITS REVERSES 106Go... 457 heures de musique. Et ça voudrait pour se contenter de ses petites envies propres, 5 minutes en plus d'une chanson qu'ils aiment. J'trouve juste ça un peu rempli d'avidité. Vous pouvez avoir vos envies, bien sûr, j'ai jamais réfuté ça, j'suis pas fasciste au point de vouloir vous l'interdire, j'ai aucun droit ni aucune prise sur personne ! Et c'est pas mon propos. J'dis ça pour que vous réfléchissiez, juste, sur votre rapport aux oeuvres. On sait plus se contenter de ce qu'on a, sans trouver une raison idiote de ne pas savoir se contenter de ce qu'on a pas. Tu suis ma logique ? c'est pas parcequ'il te les propose ces chansons qu'elles doivent impérativement avoir une existence en dehors de ses contextes, c'est à dire des enregistrements sur CD. Comme tous ces lives pas sur CD, c'est la même logique. Ça râle pour avoir des exclus live sur CD et dès que ça sort en Cd on est pas forcément satisfait en plus.. " ah je préferais en live ou autre " Chacun peut avoir son avis, aucun souci là dessus, juste, j'ai l'impression qu'jamais personne est jamais content, on se focalise toujours sur ce qu'il nous manque C'est pas toi que je vise Marta, y'a aucune attaque personnelle. Ma réaction vaut et prévaut pour tous ceux qui en ont jamais assez, surtout. C'est la logique du consommateur roi, presque ! Ça me dépasse. Si un jour il boycotte Saezlive, ce que je n'espère pas, car c'est quand même un gros kiff d'apprécier un artiste qui laisse ses pirates en ligne sans soucis et qui le sait ... Y'a comme une adéquation entre l'envie de faire passer son message et de laisser la porte ouverte pour qu'il passe. Alors soyons heureux d'avoir TOUT ce qu'on a déjà ... On peut fantasmer, rêver, avoir des envies. Mais j'trouve ça ingrat un peu, c'est juste ça.
AnonymeIl y a 3 ans

J’suis d’accord avec toi @Churinga mais en même temps c’est lui qui nous les propose à la base les chansons  qui expriment la souffrance de l´amour perdu etc, tu peux pas nous en « vouloir » d’avoir envie,parfois, de les écouter et de s’y perdre. Y a un temps pour tout et ça n’empêche pas d'écouter a côté de ça un gros son rap ou hip hop ou je ne sais quoi, qui bouge et qui est pas déprimant, qui donne la pêche et l´envie de vivre à fond.

C’est aussi normal qu’on veuille écouter en live ce qui nous a plu sur album même si on oui tout ne peut pas être jouer en live et oui c’est encore lui qui choisit ce qu’il veut chanter, encore heureux.


Si il n'existe pas les lives ces chansons-ci, c'est certainement qu'il a une raison ...

C'qui est pas normal, c'est qu'on se retrouve encore et toujours avec une fan-base qui veut que consommer ses propres souhaits, j'entends très bien et comprends l'envie de vouloir entendre certaines chansons particulières, PARCEQU'ELLES VOUS PARLENT A VOUS DANS VOTRE INTIMITE, mais tu peux pas "demander" à un artiste de travestir son art et ses souhaits pour plaire à son public...

Si tu me parles de Rap pour m'amadouer, c'est raté !

J'vous en veux pas de vouloir les écouter et de vous y perdre. J'vous en veux d'en vouloir toujours plus et d'être jamais rassasié.

tiens un copié collé pour vous prouvez que vous savez pas vous contenter de ce que vous avez ... toujours plus, toujours plus ...

" SaezLive © 2002-2017

243 concerts, dont 154 enregistrés, dans 167 lieux différents.
2938626 téléchargements depuis le 29 mars 2010.
6223 fichiers, soit plus de 106 Go de données et plus de 457 heures de musique.
5386 membres qui ont partagé 3881 photos, 2016 vidéos et 466 compte-rendus.
244154 messages échangés sur le forum dans 3232 sujets. "

GRATOS FREE DOWNLOAD PAS DE DROITS REVERSES

106Go... 457 heures de musique.
Et ça voudrait pour se contenter de ses petites envies propres, 5 minutes en plus d'une chanson qu'ils aiment.

J'trouve juste ça un peu rempli d'avidité.
Vous pouvez avoir vos envies, bien sûr, j'ai jamais réfuté ça, j'suis pas fasciste au point de vouloir vous l'interdire, j'ai aucun droit ni aucune prise sur personne ! Et c'est pas mon propos.
J'dis ça pour que vous réfléchissiez, juste, sur votre rapport aux oeuvres.
On sait plus se contenter de ce qu'on a, sans trouver une raison idiote de ne pas savoir se contenter de ce qu'on a pas.
Tu suis ma logique ?

c'est pas parcequ'il te les propose ces chansons qu'elles doivent impérativement avoir une existence en dehors de ses contextes, c'est à dire des enregistrements sur CD.

Comme tous ces lives pas sur CD, c'est la même logique.
Ça râle pour avoir des exclus live sur CD et dès que ça sort en Cd on est pas forcément satisfait en plus..
" ah je préferais en live ou autre "
Chacun peut avoir son avis, aucun souci là dessus, juste, j'ai l'impression qu'jamais personne est jamais content, on se focalise toujours sur ce qu'il nous manque

C'est pas toi que je vise Marta, y'a aucune attaque personnelle.
Ma réaction vaut et prévaut pour tous ceux qui en ont jamais assez, surtout.


C'est la logique du consommateur roi, presque !

Ça me dépasse.

Si un jour il boycotte Saezlive, ce que je n'espère pas, car c'est quand même un gros kiff d'apprécier un artiste qui laisse ses pirates en ligne sans soucis et qui le sait ...
Y'a comme une adéquation entre l'envie de faire passer son message et de laisser la porte ouverte pour qu'il passe.

Alors soyons heureux d'avoir TOUT ce qu'on a déjà ...
On peut fantasmer, rêver, avoir des envies.

Mais j'trouve ça ingrat un peu, c'est juste ça.

[quote="Churinga"]Par l'occasion, faudrait lui proposer de lui ouvrir une fente nouvelle à la place de son derrière pour qu'on insère une pièce et qu'il dise oui oui oui à toutes nos envies. Une SAEZ-BOX ? futur projet de robotique ! J'dis pas ça pour vous descendre ! J'précise, sur un ton un peu sarcastique ( et ça peut paraître méprisant mais loin de moi cette idée, je m'en excuse d'avance pour ceux/celles qui se sentiront vexé(e)s ) , mais c'qui est chouette c'est la spontanéité de l'artiste à nous livrer son monde intérieur, à ses souhaits. J'ai toujours été horripilé par les criards de titres en concert. J'pense que toutes les chansons ne peuvent pas être faites dans la même disposition. Comme vous savez, notre chère Damien tourne souvent autour des mêmes accords. Ce qui fait la qualité de ses sons, c'est la recherche des arrangements et des arpèges, à mon sens. si j'devais faire un concert, ça m'emmerderai d'être toujours sur les mêmes notes, à force. Puis c'est le choix de l'artiste de nous véhiculer son message. Bien sûr que le gaz est monstrueusement belle, is it ok aussi, faut s'oublier ... Mais pour moi ça touche tellement à l'intime, qu'on peut pas lui demander de se réouvrir les veines de sa souffrance pour contenter un public avide de pathos. Déjà qu'on a du bol, d'une certaine manière, de les avoir sur disque, en studio, bien propre. Moi j'vois pas le gaz en live, pour ne citer qu'elle en exemple, y'a trop d'arrangements sur la chanson, trop de voix doubles qui font l'atmosphère de la chanson. Ce petit tic-tac, cette gratte en accompagnement... C'est pas des chansons réellement pour nous, j'ai ce sentiment, c'est adressé à quelqu'un de spécial, certainement qu'il l'a en tête en la chantant, cette personne. Puis PUTAIN DE L'ESPOIR LES GARS ! CA MANQUE ! J'en peux plus, à titre personnel, de ceux qui rafollent d'la catharsis permanente d'la souffrance que cause l'amour perdu. C'est pas pour rien qu'il a arrêté la tournée VLP. Il s'est mis à chialer à Sédières, pensez pas qu'c'est facile d'contenir toute cette tristesse. A force il va finir par se butter l'pauvre et j'lui souhaite pas et l'avidité de chacun pour se contenter de ses petits kiffs musicaux Y'a des beautés à maintenir en studio et d'autres faites pour le live, c'est indéniable ! Je ne souhaite pas parler en son nom, j'ai ni le droit, ni cette stupidité digne d'la fan-base avide de se contenter d'sa part d'égoïsme, après j'peux pas vous empêcher d'rêver avec votre imaginaire, j'peux que vous inciter à en avoir des rêves et des envies, mais se contenter de ce qu'on nous offre ça permet de ne pas paraître vampires, parfois ... Mais je vous aime quand même malgré mon désaccord les camarades <3 J'préfère juste, personnellement, ne jamais entendre une version live si c'est pour la dénaturer de son axe initial, souhait de l'artisan. " Je ne suis la pute de personne " y'avait pas un truc dis comme ça ? Faites une wish-list commune ;) DÉSOLÉ SI JE CASSE VOTRE DÉLIRE ![/quote] si ça c'est pas de l'espoir, dis moi c'est quoi?! :) Je cite "Dans nos yeux qui s’enfuient Comme un matin de pluie Quand du ciel à la terre Vont les gouttes de pluie Pleurant dans les cimetières Vont les cours de nos vies Vont les mélancolies Et les enfants qui jouent Et les enfants qui crient Comme un alléluia Vous rappelle à la vie Comme un matin de pluie Sautent à pieds joints dans l’eau Sautent dans l’infini L’infini des sanglots De ce ciel qui vous dit Oui sa mélancolie" "Non, rien ne meurt Rien, jamais ne mourra" Moi je préfère quand il chante l'amour perdu dans sa dimension métaphysique et non personnelle, quoiqu'il n'y a rien de plus universel et de moins personnel que l'amour. "si", "les matins de pluie", "les matins de neige", "les amours mortes", "les magnifiques", point de complaisance là-dedans, juste la poésie de la vérité, des chansons immenses, et j'ai une grande reconnaissance envers Saez pour trouver les mots justes. Je parlerais + de mélancolie que de souffrance en ce qui concerne l'amour perdu. Tant qu'il y a de la vie, y a de l'espoir! Ce qui n'est pas le cas, dans "le cimetière des amours" je te le concède car lorsqu'on sort de la métaphore et que l'autre n'existe plus alors oui on peut parler de souffrance j'imagine. Et puis chialer ça ne veut pas forcément dire être triste, mais se retrouver sur le siège des émotions, on est jamais si vivant que quand on chiale, c'est justement quand on chiale, qu'on s'aperçoit que l'amour n'est pas perdu parfois :), oui les pleurs sont parfois synonyme d'espoir et non de tristesse, tiens ça alors! Il y a tant de façon d'aimer et de pleurer. Saez est un interprète de l'amour, son monde intérieur n'est qu'un point de départ, comme il l'a dit en live "il n'est qu'un vecteur". Définition de "interpréter": Expliquer, chercher à rendre compréhensible ce qui est dense, compliqué, ambigu. Peut-être que pendant VLP son oeuvre était plus orientée vers le "personnel", quoiqu'on puisse en douter je cite " "Quand je serai parti qui lira mes poèmes ? Un autre romantique qui se verra en moi, Il se dira sans doute: "Oh c'est beau comme il l'aime! " Mais qu'il sache que je n'ai jamais aimé que moi; Qu'au lit ou dans le coeur l'égoïsme est la mère des générosités" Sa narration baigne aujourd'hui clairement dans l'universel et le métaphysique, y a qu'à écouter "pierrot" pour s'en rendre compte! L'artiste ne dévoile SON monde intérieur de manière égoïste qu'en apparence, en réalité il lève le voile généreusement sur LE monde intérieur en le couvrant de mots bien choisis, et c'est là son génie, sa transcendance! L'immanence au service de la transcendance et non de l'égo! Voilà pour la légitimité des criards de titres en concert!
suffragettes AB Il y a 3 ans

Par l'occasion, faudrait lui proposer de lui ouvrir une fente nouvelle à la place de son derrière pour qu'on insère une pièce et qu'il dise oui oui oui à toutes nos envies. Une SAEZ-BOX ? futur projet de robotique !

J'dis pas ça pour vous descendre !

J'précise, sur un ton un peu sarcastique ( et ça peut paraître méprisant mais loin de moi cette idée, je m'en excuse d'avance pour ceux/celles qui se sentiront vexé(e)s ) , mais c'qui est chouette c'est la spontanéité de l'artiste à nous livrer son monde intérieur, à ses souhaits.

J'ai toujours été horripilé par les criards de titres en concert. J'pense que toutes les chansons ne peuvent pas être faites dans la même disposition.
Comme vous savez, notre chère Damien tourne souvent autour des mêmes accords.
Ce qui fait la qualité de ses sons, c'est la recherche des arrangements et des arpèges, à mon sens.

si j'devais faire un concert, ça m'emmerderai d'être toujours sur les mêmes notes, à force.
Puis c'est le choix de l'artiste de nous véhiculer son message.

Bien sûr que le gaz est monstrueusement belle, is it ok aussi, faut s'oublier ...
Mais pour moi ça touche tellement à l'intime, qu'on peut pas lui demander de se réouvrir les veines de sa souffrance pour contenter un public avide de pathos.

Déjà qu'on a du bol, d'une certaine manière, de les avoir sur disque, en studio, bien propre.
Moi j'vois pas le gaz en live, pour ne citer qu'elle en exemple, y'a trop d'arrangements sur la chanson, trop de voix doubles qui font l'atmosphère de la chanson.
Ce petit tic-tac, cette gratte en accompagnement...
C'est pas des chansons réellement pour nous, j'ai ce sentiment, c'est adressé à quelqu'un de spécial, certainement qu'il l'a en tête en la chantant, cette personne.

Puis PUTAIN DE L'ESPOIR LES GARS ! CA MANQUE !
J'en peux plus, à titre personnel, de ceux qui rafollent d'la catharsis permanente d'la souffrance que cause l'amour perdu.

C'est pas pour rien qu'il a arrêté la tournée VLP. Il s'est mis à chialer à Sédières, pensez pas qu'c'est facile d'contenir toute cette tristesse. A force il va finir par se butter l'pauvre et j'lui souhaite pas et l'avidité de chacun pour se contenter de ses petits kiffs musicaux

Y'a des beautés à maintenir en studio et d'autres faites pour le live, c'est indéniable !
Je ne souhaite pas parler en son nom, j'ai ni le droit, ni cette stupidité digne d'la fan-base avide de se contenter d'sa part d'égoïsme, après j'peux pas vous empêcher d'rêver avec votre imaginaire, j'peux que vous inciter à en avoir des rêves et des envies, mais se contenter de ce qu'on nous offre ça permet de ne pas paraître vampires, parfois ...

Mais je vous aime quand même malgré mon désaccord les camarades <3

J'préfère juste, personnellement, ne jamais entendre une version live si c'est pour la dénaturer de son axe initial, souhait de l'artisan.

" Je ne suis la pute de personne " y'avait pas un truc dis comme ça ?


Faites une wish-list commune

DÉSOLÉ SI JE CASSE VOTRE DÉLIRE !
@Churinga


si ça c'est pas de l'espoir, dis moi c'est quoi?! Je cite

"Dans nos yeux qui s’enfuient
Comme un matin de pluie
Quand du ciel à la terre
Vont les gouttes de pluie
Pleurant dans les cimetières
Vont les cours de nos vies
Vont les mélancolies
Et les enfants qui jouent
Et les enfants qui crient
Comme un alléluia
Vous rappelle à la vie
Comme un matin de pluie
Sautent à pieds joints dans l’eau
Sautent dans l’infini
L’infini des sanglots
De ce ciel qui vous dit
Oui sa mélancolie"

"Non, rien ne meurt
Rien, jamais ne mourra"

Moi je préfère quand il chante l'amour perdu dans sa dimension métaphysique et non personnelle, quoiqu'il n'y a rien de plus universel et de moins personnel que l'amour. "si", "les matins de pluie", "les matins de neige", "les amours mortes", "les magnifiques", point de complaisance là-dedans, juste la poésie de la vérité, des chansons immenses, et j'ai une grande reconnaissance envers Saez pour trouver les mots justes. Je parlerais + de mélancolie que de souffrance en ce qui concerne l'amour perdu. Tant qu'il y a de la vie, y a de l'espoir! Ce qui n'est pas le cas, dans "le cimetière des amours" je te le concède car lorsqu'on sort de la métaphore et que l'autre n'existe plus alors oui on peut parler de souffrance j'imagine.
Et puis chialer ça ne veut pas forcément dire être triste, mais se retrouver sur le siège des émotions, on est jamais si vivant que quand on chiale, c'est justement quand on chiale, qu'on s'aperçoit que l'amour n'est pas perdu parfois , oui les pleurs sont parfois synonyme d'espoir et non de tristesse, tiens ça alors! Il y a tant de façon d'aimer et de pleurer.
Saez est un interprète de l'amour, son monde intérieur n'est qu'un point de départ, comme il l'a dit en live "il n'est qu'un vecteur". Définition de "interpréter": Expliquer, chercher à rendre compréhensible ce qui est dense, compliqué, ambigu.
Peut-être que pendant VLP son oeuvre était plus orientée vers le "personnel", quoiqu'on puisse en douter je cite "

"Quand je serai parti qui lira mes poèmes ?
Un autre romantique qui se verra en moi,
Il se dira sans doute: "Oh c'est beau comme il l'aime! "
Mais qu'il sache que je n'ai jamais aimé que moi;
Qu'au lit ou dans le coeur l'égoïsme est la mère des générosités"

Sa narration baigne aujourd'hui clairement dans l'universel et le métaphysique, y a qu'à écouter "pierrot" pour s'en rendre compte! L'artiste ne dévoile SON monde intérieur de manière égoïste qu'en apparence, en réalité il lève le voile généreusement sur LE monde intérieur en le couvrant de mots bien choisis, et c'est là son génie, sa transcendance! L'immanence au service de la transcendance et non de l'égo! Voilà pour la légitimité des criards de titres en concert!

On s'éloigne du sujet initial un peu, les surveillants vous nous tirer à vue ! :) Mais pour te répondre, @suffragettes AB : Encore heureux qu'il y a une pointe d'espoir, sinon on frôlerai l'apoplexie, si c'était vain. Dans sa forme mélancolique, il y a une note d'espoir. J'ai pas dis qu'il n'y en avais pas du tout ! Cf. les enfants lunes qui est quand même, il me semble, vachement plus enjouée sur la totalité de la chanson que sur deux trois bouts de phrases dans une chanson complète. C'que j'trouve un peu dommage, après, c'est son personnage principal je trouve, celui d'être attablé à la mélancolie. C'est pour ça que ça me dérange de plus en plus, de chanter l'amour perdu. Il est jamais perdu l'amour, c'est la possession que tu t'en fais qui te fais souffrir... Si tu aimes quelqu'un, t'as pas à avoir cette possessivité. J'l'ai dis ailleurs, je ne sais plus où. Puis si tu aimes vraiment, tu es capable de t'aimer toi, et de ne pas souffrir d'une perte de relation, il me semble. J'ai pas l'impression qu'il s'aime réellement t'sais, quand je l'entends chanter sa mélancolie et son côté désespéré. Après c'est une interprétation personnelle et invérifiable, faussée certainement . Puis d'un côté j'ai pas envie de vérifier, c'est un pan privé de sa vie qui ne m'intéresse pas, mais je ressens un gros manque d'estime de soi dans ses sons. Ouvrir les plaies ça permet de mieux recoudre, il paraît. J'ai le sentiment qu'il fait la paix avec lui-même de plus en plus, dans son rapport à l'autre. J'vois beaucoup plus de "lumières" dans certains de ces sons, qu'avant. Dans la majorité des chansons citées par nos camarades du fofo, qu'ils aimeraient entendre, j'ai pas l'sentiment que ce sont les plus jouasses, donc ça répond ( dans mon interprétation ) plus à un besoin de saigner et de se complaire dans ses propres douleurs ... J'l'ai beaucoup écouté le monsieur à une époque, je connais avec le recul du temps, l'état dans lequel j'étais et c'était pas dans l'espoir. Quand t'écoutes Varsovie, quand on perd son amour, que tout est noir... j'vois pas en quoi y'a d'l'espoir, j'vois pas qu'elle est l'étincelle d'espoir que tu alimentes. hormis contempler ses propres douleurs et les faire résonner et ressurgir par les vibrations de sa voix qui parlent à nos âmes semblables d'une sensibilité universelle. Chialer ouais c'est faire sortir sa souffrance, mais faut lui donner chair et corps pour passer par le prisme des pleurs. Quand tu chiales sur une chanson, c'est qu'elle l'alimente, cette souffrance, p'tet qu'elle va te la faire exprimer, mais c'est pas parceque tu chiales que t'en es soigné, c'est pas un médicament à mon sens. Le meilleur médicament, pour moi, face à tout ça, c'est de la faire disparaître, de sourire face à elle, de relativiser, et de pas se complaire dans les chialements. Bien sûr que ça soulage. C'est l'cerveau qui se libère du poids que ça fait sur l'esprit, sur l'âme. Comme tu dis, il y a mille façons d’interpréter les pleurs, l'espoir aussi... ! Son monde intérieur, ça peut être le monde intérieur de beaucoup d'autres gens. On est influencé, tous, par des siècles d'histoire, de pensées, de philosophies, de dogmes, de poésies, d'images, de symboles ... J'ai tendance à penser que son talent c'est cette capacité à être universaliste dans ses textes, oui, mais il passe par soi avant toute chose. J'ai la croyance, un peu étrange, de penser que la voix est un catalyseur des émotions, des sentiments. C'pas pour rien qu'on a des artistes qui rentrent en résonance avec nous, avec notre état intérieur. Tout dépend de toi où tu en es dans ta vie, tes expériences. C'est comme les goûts et les couleurs, pour recevoir les mots d'un autre, on a pas tous les mêmes récepteurs, la même sensibilité. Pleins de gens n'aiment pas SAEZ. Faut pas prendre pour argent comptant sa sensibilité comme celle qui prévaut sur les autres. En quoi ça légitime les criards en concert ? j'te suis pas ? Ça reste des individus qui veulent entendre la chanson pour eux... pour leur égo, parceque ça ricoche avec eux. Il gueule pas une chanson pour leur voisin, ou alors c'est qu'la nature humaine a des pans que je crois voir et que tu ne vois pas comme moi :) Et personnellement, j'ai toujours eu du mal à lire l'avis de quelqu'un qui légitime ses propos en citant des propos de quelqu'un d'autre ... ça me rappelle la méthode Langelin un peu tiens ( paix à toi mon frérot si tu passes par là ! ) On peut interpréter les paroles de l'autre, mais tant qu'on a pas les mots de l'autre, on peut se masturber cérébralement pour construire un raisonnement, mais il est p'tet faussé, et ce dès le départ par notre compréhension tronqué du message. Non ? ;)
AnonymeIl y a 3 ans

On s'éloigne du sujet initial un peu, les surveillants vous nous tirer à vue !

Mais pour te répondre, @suffragettes AB :

Encore heureux qu'il y a une pointe d'espoir, sinon on frôlerai l'apoplexie, si c'était vain.

Dans sa forme mélancolique, il y a une note d'espoir. J'ai pas dis qu'il n'y en avais pas du tout ! Cf. les enfants lunes qui est quand même, il me semble, vachement plus enjouée sur la totalité de la chanson que sur deux trois bouts de phrases dans une chanson complète.

C'que j'trouve un peu dommage, après, c'est son personnage principal je trouve, celui d'être attablé à la mélancolie.

C'est pour ça que ça me dérange de plus en plus, de chanter l'amour perdu. Il est jamais perdu l'amour, c'est la possession que tu t'en fais qui te fais souffrir... Si tu aimes quelqu'un, t'as pas à avoir cette possessivité. J'l'ai dis ailleurs, je ne sais plus où. Puis si tu aimes vraiment, tu es capable de t'aimer toi, et de ne pas souffrir d'une perte de relation, il me semble.

J'ai pas l'impression qu'il s'aime réellement t'sais, quand je l'entends chanter sa mélancolie et son côté désespéré. Après c'est une interprétation personnelle et invérifiable, faussée certainement .
Puis d'un côté j'ai pas envie de vérifier, c'est un pan privé de sa vie qui ne m'intéresse pas, mais je ressens un gros manque d'estime de soi dans ses sons. Ouvrir les plaies ça permet de mieux recoudre, il paraît. J'ai le sentiment qu'il fait la paix avec lui-même de plus en plus, dans son rapport à l'autre.

J'vois beaucoup plus de "lumières" dans certains de ces sons, qu'avant.

Dans la majorité des chansons citées par nos camarades du fofo, qu'ils aimeraient entendre, j'ai pas l'sentiment que ce sont les plus jouasses, donc ça répond ( dans mon interprétation ) plus à un besoin de saigner et de se complaire dans ses propres douleurs ...

J'l'ai beaucoup écouté le monsieur à une époque, je connais avec le recul du temps, l'état dans lequel j'étais et c'était pas dans l'espoir. Quand t'écoutes Varsovie, quand on perd son amour, que tout est noir... j'vois pas en quoi y'a d'l'espoir, j'vois pas qu'elle est l'étincelle d'espoir que tu alimentes. hormis contempler ses propres douleurs et les faire résonner et ressurgir par les vibrations de sa voix qui parlent à nos âmes semblables d'une sensibilité universelle.

Chialer ouais c'est faire sortir sa souffrance, mais faut lui donner chair et corps pour passer par le prisme des pleurs. Quand tu chiales sur une chanson, c'est qu'elle l'alimente, cette souffrance, p'tet qu'elle va te la faire exprimer, mais c'est pas parceque tu chiales que t'en es soigné, c'est pas un médicament à mon sens.
Le meilleur médicament, pour moi, face à tout ça, c'est de la faire disparaître, de sourire face à elle, de relativiser, et de pas se complaire dans les chialements. Bien sûr que ça soulage. C'est l'cerveau qui se libère du poids que ça fait sur l'esprit, sur l'âme.

Comme tu dis, il y a mille façons d’interpréter les pleurs, l'espoir aussi... !

Son monde intérieur, ça peut être le monde intérieur de beaucoup d'autres gens. On est influencé, tous, par des siècles d'histoire, de pensées, de philosophies, de dogmes, de poésies, d'images, de symboles ...
J'ai tendance à penser que son talent c'est cette capacité à être universaliste dans ses textes, oui, mais il passe par soi avant toute chose.

J'ai la croyance, un peu étrange, de penser que la voix est un catalyseur des émotions, des sentiments.
C'pas pour rien qu'on a des artistes qui rentrent en résonance avec nous, avec notre état intérieur. Tout dépend de toi où tu en es dans ta vie, tes expériences. C'est comme les goûts et les couleurs, pour recevoir les mots d'un autre, on a pas tous les mêmes récepteurs, la même sensibilité.

Pleins de gens n'aiment pas SAEZ. Faut pas prendre pour argent comptant sa sensibilité comme celle qui prévaut sur les autres.

En quoi ça légitime les criards en concert ?
j'te suis pas ?
Ça reste des individus qui veulent entendre la chanson pour eux... pour leur égo, parceque ça ricoche avec eux. Il gueule pas une chanson pour leur voisin, ou alors c'est qu'la nature humaine a des pans que je crois voir et que tu ne vois pas comme moi

Et personnellement, j'ai toujours eu du mal à lire l'avis de quelqu'un qui légitime ses propos en citant des propos de quelqu'un d'autre ... ça me rappelle la méthode Langelin un peu tiens ( paix à toi mon frérot si tu passes par là ! )
On peut interpréter les paroles de l'autre, mais tant qu'on a pas les mots de l'autre, on peut se masturber cérébralement pour construire un raisonnement, mais il est p'tet faussé, et ce dès le départ par notre compréhension tronqué du message.

Non ?

[quote="Churinga"]On s'éloigne du sujet initial un peu, les surveillants vous nous tirer à vue ! :) Mais pour te répondre, @suffragettes AB : Encore heureux qu'il y a une pointe d'espoir, sinon on frôlerai l'apoplexie, si c'était vain. Dans sa forme mélancolique, il y a une note d'espoir. J'ai pas dis qu'il n'y en avais pas du tout ! Cf. les enfants lunes qui est quand même, il me semble, vachement plus enjouée sur la totalité de la chanson que sur deux trois bouts de phrases dans une chanson complète. C'que j'trouve un peu dommage, après, c'est son personnage principal je trouve, celui d'être attablé à la mélancolie. C'est pour ça que ça me dérange de plus en plus, de chanter l'amour perdu. Il est jamais perdu l'amour, c'est la possession que tu t'en fais qui te fais souffrir... Si tu aimes quelqu'un, t'as pas à avoir cette possessivité. J'l'ai dis ailleurs, je ne sais plus où. Puis si tu aimes vraiment, tu es capable de t'aimer toi, et de ne pas souffrir d'une perte de relation, il me semble. J'ai pas l'impression qu'il s'aime réellement t'sais, quand je l'entends chanter sa mélancolie et son côté désespéré. Après c'est une interprétation personnelle et invérifiable, faussée certainement . Puis d'un côté j'ai pas envie de vérifier, c'est un pan privé de sa vie qui ne m'intéresse pas, mais je ressens un gros manque d'estime de soi dans ses sons. Ouvrir les plaies ça permet de mieux recoudre, il paraît. J'ai le sentiment qu'il fait la paix avec lui-même de plus en plus, dans son rapport à l'autre. J'vois beaucoup plus de "lumières" dans certains de ces sons, qu'avant. Dans la majorité des chansons citées par nos camarades du fofo, qu'ils aimeraient entendre, j'ai pas l'sentiment que ce sont les plus jouasses, donc ça répond ( dans mon interprétation ) plus à un besoin de saigner et de se complaire dans ses propres douleurs ... J'l'ai beaucoup écouté le monsieur à une époque, je connais avec le recul du temps, l'état dans lequel j'étais et c'était pas dans l'espoir. Quand t'écoutes Varsovie, quand on perd son amour, que tout est noir... j'vois pas en quoi y'a d'l'espoir, j'vois pas qu'elle est l'étincelle d'espoir que tu alimentes. hormis contempler ses propres douleurs et les faire résonner et ressurgir par les vibrations de sa voix qui parlent à nos âmes semblables d'une sensibilité universelle. Chialer ouais c'est faire sortir sa souffrance, mais faut lui donner chair et corps pour passer par le prisme des pleurs. Quand tu chiales sur une chanson, c'est qu'elle l'alimente, cette souffrance, p'tet qu'elle va te la faire exprimer, mais c'est pas parceque tu chiales que t'en es soigné, c'est pas un médicament à mon sens. Le meilleur médicament, pour moi, face à tout ça, c'est de la faire disparaître, de sourire face à elle, de relativiser, et de pas se complaire dans les chialements. Bien sûr que ça soulage. C'est l'cerveau qui se libère du poids que ça fait sur l'esprit, sur l'âme. Comme tu dis, il y a mille façons d’interpréter les pleurs, l'espoir aussi... ! Son monde intérieur, ça peut être le monde intérieur de beaucoup d'autres gens. On est influencé, tous, par des siècles d'histoire, de pensées, de philosophies, de dogmes, de poésies, d'images, de symboles ... J'ai tendance à penser que son talent c'est cette capacité à être universaliste dans ses textes, oui, mais il passe par soi avant toute chose. J'ai la croyance, un peu étrange, de penser que la voix est un catalyseur des émotions, des sentiments. C'pas pour rien qu'on a des artistes qui rentrent en résonance avec nous, avec notre état intérieur. Tout dépend de toi où tu en es dans ta vie, tes expériences. C'est comme les goûts et les couleurs, pour recevoir les mots d'un autre, on a pas tous les mêmes récepteurs, la même sensibilité. Pleins de gens n'aiment pas SAEZ. Faut pas prendre pour argent comptant sa sensibilité comme celle qui prévaut sur les autres. En quoi ça légitime les criards en concert ? j'te suis pas ? Ça reste des individus qui veulent entendre la chanson pour eux... pour leur égo, parceque ça ricoche avec eux. Il gueule pas une chanson pour leur voisin, ou alors c'est qu'la nature humaine a des pans que je crois voir et que tu ne vois pas comme moi :) Et personnellement, j'ai toujours eu du mal à lire l'avis de quelqu'un qui légitime ses propos en citant des propos de quelqu'un d'autre ... ça me rappelle la méthode Langelin un peu tiens ( paix à toi mon frérot si tu passes par là ! ) On peut interpréter les paroles de l'autre, mais tant qu'on a pas les mots de l'autre, on peut se masturber cérébralement pour construire un raisonnement, mais il est p'tet faussé, et ce dès le départ par notre compréhension tronqué du message. Non ? ;)[/quote] Pleurer sur une chanson ce n'est pas se complaire, ni s'accrocher à ses symptômes, et pas forcément faire ressortir de la souffrance, c'est être cueilli, retrouver le chemin des émotions, pierrot avec son pétrin sémantique attendrît les âmes. Dans une dispute tu peux insulter à mort ton partenaire, si tu finis par pleurer (même de nerf), tu es grillé, tes larmes effacent ta parole ordurière, et au final tu l'as oins (ouiiiinn :)), espoir de la purification. Quant à l'amour perdu, à part si la personne est réellement morte, il n'est jamais vraiment perdu, nous sommes d'accord, ce qui compte de toute façon c'est d'aimer pas d'être aimé, partant de ce principe là, la grille de lecture de la possessivité n'entre pas en ligne de compte. De toute façon l'amour se déplace, donc perdu quelque part, retrouvé autre part de quelque manière que ce soit, peut parfois revenir au point de départ, repartir, mourir, renaître je ne le conçois pas comme quelque chose de figé et de localisé ni d'ancré dans une relation unique. Comme dit un humoriste "ma femme ça fait 10 ans que je suis avec j'ai dû l'aimer trois semaines" :). Les criards dans les concerts incarnent l'écho transcendantal de l'oeuvre :) (comprenne qui pourra cette formule masturbatoire), l'oeuvre en rencontrant la pluralité des égos décloisonne l'intime du coeur, en cela elle démontre que non même pas un artiste n'est propriétaire des mots. Ne soyons pas possessifs avec eux. Ce qui compte c'est ce qui est dit, pas qui le dit, la parole poétique c'est comme l'amour ça se déplace en permanence. Comment dire, le monde intérieur n'est qu'une chaîne de signifiants dont nous sommes tous les maillons, c'est comme ça que le verbe se fait chair. Et quand quelqu'un les charrie bien alors on a l'impression que c'est Dieu qui nous parle au creux de l'oreille, c'est ça la transcendance :). Mouais je sais j'ai un rapport au langage un peu trop mystique, faut faire gaffe parfois avec moi, à quinze ans j'ai lu l'histoire d'une âme de sainte thérèse de lisieux. Je suis devenu athée mais parfois je rechute lol.
suffragettes AB Il y a 3 ans

On s'éloigne du sujet initial un peu, les surveillants vous nous tirer à vue !

Mais pour te répondre, @suffragettes AB :

Encore heureux qu'il y a une pointe d'espoir, sinon on frôlerai l'apoplexie, si c'était vain.

Dans sa forme mélancolique, il y a une note d'espoir. J'ai pas dis qu'il n'y en avais pas du tout ! Cf. les enfants lunes qui est quand même, il me semble, vachement plus enjouée sur la totalité de la chanson que sur deux trois bouts de phrases dans une chanson complète.

C'que j'trouve un peu dommage, après, c'est son personnage principal je trouve, celui d'être attablé à la mélancolie.

C'est pour ça que ça me dérange de plus en plus, de chanter l'amour perdu. Il est jamais perdu l'amour, c'est la possession que tu t'en fais qui te fais souffrir... Si tu aimes quelqu'un, t'as pas à avoir cette possessivité. J'l'ai dis ailleurs, je ne sais plus où. Puis si tu aimes vraiment, tu es capable de t'aimer toi, et de ne pas souffrir d'une perte de relation, il me semble.

J'ai pas l'impression qu'il s'aime réellement t'sais, quand je l'entends chanter sa mélancolie et son côté désespéré. Après c'est une interprétation personnelle et invérifiable, faussée certainement .
Puis d'un côté j'ai pas envie de vérifier, c'est un pan privé de sa vie qui ne m'intéresse pas, mais je ressens un gros manque d'estime de soi dans ses sons. Ouvrir les plaies ça permet de mieux recoudre, il paraît. J'ai le sentiment qu'il fait la paix avec lui-même de plus en plus, dans son rapport à l'autre.

J'vois beaucoup plus de "lumières" dans certains de ces sons, qu'avant.

Dans la majorité des chansons citées par nos camarades du fofo, qu'ils aimeraient entendre, j'ai pas l'sentiment que ce sont les plus jouasses, donc ça répond ( dans mon interprétation ) plus à un besoin de saigner et de se complaire dans ses propres douleurs ...

J'l'ai beaucoup écouté le monsieur à une époque, je connais avec le recul du temps, l'état dans lequel j'étais et c'était pas dans l'espoir. Quand t'écoutes Varsovie, quand on perd son amour, que tout est noir... j'vois pas en quoi y'a d'l'espoir, j'vois pas qu'elle est l'étincelle d'espoir que tu alimentes. hormis contempler ses propres douleurs et les faire résonner et ressurgir par les vibrations de sa voix qui parlent à nos âmes semblables d'une sensibilité universelle.

Chialer ouais c'est faire sortir sa souffrance, mais faut lui donner chair et corps pour passer par le prisme des pleurs. Quand tu chiales sur une chanson, c'est qu'elle l'alimente, cette souffrance, p'tet qu'elle va te la faire exprimer, mais c'est pas parceque tu chiales que t'en es soigné, c'est pas un médicament à mon sens.
Le meilleur médicament, pour moi, face à tout ça, c'est de la faire disparaître, de sourire face à elle, de relativiser, et de pas se complaire dans les chialements. Bien sûr que ça soulage. C'est l'cerveau qui se libère du poids que ça fait sur l'esprit, sur l'âme.

Comme tu dis, il y a mille façons d’interpréter les pleurs, l'espoir aussi... !

Son monde intérieur, ça peut être le monde intérieur de beaucoup d'autres gens. On est influencé, tous, par des siècles d'histoire, de pensées, de philosophies, de dogmes, de poésies, d'images, de symboles ...
J'ai tendance à penser que son talent c'est cette capacité à être universaliste dans ses textes, oui, mais il passe par soi avant toute chose.

J'ai la croyance, un peu étrange, de penser que la voix est un catalyseur des émotions, des sentiments.
C'pas pour rien qu'on a des artistes qui rentrent en résonance avec nous, avec notre état intérieur. Tout dépend de toi où tu en es dans ta vie, tes expériences. C'est comme les goûts et les couleurs, pour recevoir les mots d'un autre, on a pas tous les mêmes récepteurs, la même sensibilité.

Pleins de gens n'aiment pas SAEZ. Faut pas prendre pour argent comptant sa sensibilité comme celle qui prévaut sur les autres.

En quoi ça légitime les criards en concert ?
j'te suis pas ?
Ça reste des individus qui veulent entendre la chanson pour eux... pour leur égo, parceque ça ricoche avec eux. Il gueule pas une chanson pour leur voisin, ou alors c'est qu'la nature humaine a des pans que je crois voir et que tu ne vois pas comme moi

Et personnellement, j'ai toujours eu du mal à lire l'avis de quelqu'un qui légitime ses propos en citant des propos de quelqu'un d'autre ... ça me rappelle la méthode Langelin un peu tiens ( paix à toi mon frérot si tu passes par là ! )
On peut interpréter les paroles de l'autre, mais tant qu'on a pas les mots de l'autre, on peut se masturber cérébralement pour construire un raisonnement, mais il est p'tet faussé, et ce dès le départ par notre compréhension tronqué du message.

Non ?
@Churinga


Pleurer sur une chanson ce n'est pas se complaire, ni s'accrocher à ses symptômes, et pas forcément faire ressortir de la souffrance, c'est être cueilli, retrouver le chemin des émotions, pierrot avec son pétrin sémantique attendrît les âmes.
Dans une dispute tu peux insulter à mort ton partenaire, si tu finis par pleurer (même de nerf), tu es grillé, tes larmes effacent ta parole ordurière, et au final tu l'as oins (ouiiiinn ), espoir de la purification.
Quant à l'amour perdu, à part si la personne est réellement morte, il n'est jamais vraiment perdu, nous sommes d'accord, ce qui compte de toute façon c'est d'aimer pas d'être aimé, partant de ce principe là, la grille de lecture de la possessivité n'entre pas en ligne de compte. De toute façon l'amour se déplace, donc perdu quelque part, retrouvé autre part de quelque manière que ce soit, peut parfois revenir au point de départ, repartir, mourir, renaître je ne le conçois pas comme quelque chose de figé et de localisé ni d'ancré dans une relation unique. Comme dit un humoriste "ma femme ça fait 10 ans que je suis avec j'ai dû l'aimer trois semaines" .
Les criards dans les concerts incarnent l'écho transcendantal de l'oeuvre (comprenne qui pourra cette formule masturbatoire), l'oeuvre en rencontrant la pluralité des égos décloisonne l'intime du coeur, en cela elle démontre que non même pas un artiste n'est propriétaire des mots.
Ne soyons pas possessifs avec eux. Ce qui compte c'est ce qui est dit, pas qui le dit, la parole poétique c'est comme l'amour ça se déplace en permanence.
Comment dire, le monde intérieur n'est qu'une chaîne de signifiants dont nous sommes tous les maillons, c'est comme ça que le verbe se fait chair. Et quand quelqu'un les charrie bien alors on a l'impression que c'est Dieu qui nous parle au creux de l'oreille, c'est ça la transcendance . Mouais je sais j'ai un rapport au langage un peu trop mystique, faut faire gaffe parfois avec moi, à quinze ans j'ai lu l'histoire d'une âme de sainte thérèse de lisieux. Je suis devenu athée mais parfois je rechute lol.

[quote="samoht"]Ma putain du showbiz (une de mes préférées du dernier, tellement actuelle et plus profonde que ce que j'ai pu lire ici, la fin est tellement jouissive)[/quote]Comme quoi on n'a pas tous le même ressenti, la fin de la chanson moi j'y entend un viol...
AnonymeIl y a 3 ans

Ma putain du showbiz (une de mes préférées du dernier, tellement actuelle et plus profonde que ce que j'ai pu lire ici, la fin est tellement jouissive)
Comme quoi on n'a pas tous le même ressenti, la fin de la chanson moi j'y entend un viol...

[quote="suffragettes AB"] Pleurer sur une chanson ce n'est pas se complaire, ni s'accrocher à ses symptômes, et pas forcément faire ressortir de la souffrance, c'est être cueilli, retrouver le chemin des émotions, pierrot avec son pétrin sémantique attendrît les âmes. Dans une dispute tu peux insulter à mort ton partenaire, si tu finis par pleurer (même de nerf), tu es grillé, tes larmes effacent ta parole ordurière, et au final tu l'as oins (ouiiiinn :)), espoir de la purification. Quant à l'amour perdu, à part si la personne est réellement morte, il n'est jamais vraiment perdu, nous sommes d'accord, ce qui compte de toute façon c'est d'aimer pas d'être aimé, partant de ce principe là, la grille de lecture de la possessivité n'entre pas en ligne de compte. De toute façon l'amour se déplace, donc perdu quelque part, retrouvé autre part de quelque manière que ce soit, peut parfois revenir au point de départ, repartir, mourir, renaître je ne le conçois pas comme quelque chose de figé et de localisé ni d'ancré dans une relation unique. Comme dit un humoriste "ma femme ça fait 10 ans que je suis avec j'ai dû l'aimer trois semaines" :). Les criards dans les concerts incarnent l'écho transcendantal de l'oeuvre :) (comprenne qui pourra cette formule masturbatoire), l'oeuvre en rencontrant la pluralité des égos décloisonne l'intime du coeur, en cela elle démontre que non même pas un artiste n'est propriétaire des mots. Ne soyons pas possessifs avec eux. Ce qui compte c'est ce qui est dit, pas qui le dit, la parole poétique c'est comme l'amour ça se déplace en permanence. Comment dire, le monde intérieur n'est qu'une chaîne de signifiants dont nous sommes tous les maillons, c'est comme ça que le verbe se fait chair. Et quand quelqu'un les charrie bien alors on a l'impression que c'est Dieu qui nous parle au creux de l'oreille, c'est ça la transcendance :). Mouais je sais j'ai un rapport au langage un peu trop mystique, faut faire gaffe parfois avec moi, à quinze ans j'ai lu l'histoire d'une âme de sainte thérèse de lisieux. Je suis devenu athée mais parfois je rechute lol.[/quote] J’entends tout ce que tu dis :) Je ne suis juste pas entièrement d’accord avec tes propos. C’est drôle que tu parles de pétrin sémantique, c’est mon ancien métier … Comme la pâtisserie, dans lepétrin, y’a la connaissance des ingrédients et le dosage pour respecter les recettes, que ça fonctionne bien lors de la cuisson, comme les pleurs, quand l’eau s’évapore. Y’a des processus à connaître. Mais je ferme cette petit digression;) Avec la sémantique, je suis content que tu en viennes, il y a deux propos, après c’est moi qui distingues schématiquement ça, bien que ce soit beaucoup plus complexe et complet, mais n’était pas linguiste, je simplifie, peut-être avec de légères faussetés. Il y aurait le signifiant et le signifié :pour moi le signifiant, c’est le mot en lui-même, le signifié c’est là où ce mot tend à être et à prendre son sens, ce qu’il désigne ( Faut que Bréal vienne nous éclairer ) . Le signifiant, j’vois ça comme le contenant, le signifié lui serait une sorte de contenu et par les constructions mentales qu’on en fait, c’est variable et toujours propice à des interprétions personnelles. C’est là que je viens à Pierrot, déjà, chacun ayant une sensibilité propre, il est possible que ça ne ricoche pas avec l’intériorité et la psyché de tous, que ça ne parle pas, ou moins, ou plus. Mais après c’est la force des mots, ou leur faiblesse dans certains cas ( c’est lié, si il y a force il y a faiblesse – l’un existe car l’autre est existant ) qui fait l’universalité des propos, ou non, que l’on peut ressentir à une échelle individuelle. J’ai très peu pleuré dans ma vie, toujours à des moments réellement difficiles. J’suis du genre à tout retenir et à tout lâcher, j’ai une contenance assez grande, qui parfois me pèse et quand ça se déverse c’est plus une avalanche qu’une petite coulée de neige dans une pente abrupte. Là c’est plus des années de neige accumulée qui te tombe dessus:D C’est pour cela, que j’ai un rapport aux pleurs assez difficile, je suis peut-être assez dur. Je ne parle pas de force d’esprit ou de force d’âme, je sais qu’il est bon d’exprimer ses émotions, car comme tu le dis, ça permet de se purifier, d’une certaine manière, de la lourdeur de ces pensées qui nous parasite la psyché . Pleurer peut-être une forme de repenti, oui, dans ton exemple c’est assez clair et compréhensible. J’pense, au passage, qu’il y a plusieurs manières de voir les pleurs, mais on tombera d’accord pour dire que c’est un truc qui passe par soi seulement, bien que des fois ça peut être influé par d’autres. Pour moi, SAEZ, dans ses chansons il est dans la possessivité de l’Amour. Quand j’entends «  quand on perd son amour c’est l’amour qui nous perd » je pense que cette phrase prévaut à être prise dans deux sens possibles, qui vont dans mon sens et également dans le tiens. J’ai Cf. une chanson, j’aime pas trop faire ça, je m’en sers pour appuyer mon propos, je ne déclare pas détenir une sacro-sainte vérité imminente. Et ce qui me dérange un peu avec certains de ces titres, il n’est pas attristé en somme de ne plus avoir d’amour lui, mais qu’on ne l’aime plus lui, j’vois ça comme ça, parce que c’est comme si il avait besoin du prisme de l’autre pour se sentir aimer, comme un miroir. Après c’est de la fornication mentale ce que je dis, ça n’a qu’un aspect théorique et j’envisage pas que ce soit juste, in facto. On est d’accord sur la capacité de l’amour à se mouvoir et à changer de forme, l’Amour avec un grand A, il me semble, n’est pas à voir comme une donnée finie, y’a plusieurs Amours possible. Faut juste retenir qu’il est gouverné par la bienveillance, pour « l’objet » aimé. SAEZ j’entends plutôt son égoïsme complaisant dans ses textes, mais après c’est pas tant un tort, à chacun sa manière d’être et d’écrire, et comme j’ai dis, ce ne sont que des théories un peu fumeuses avec comme seules bases un ressenti personnel que j’ai en écoutant certains de ses textes. Pour les criards de l’oeuvre je comprend pas eheh j’suis largué sur un atoll. [quote="suffragettes AB"] l'oeuvre en rencontrant la pluralité des égos décloisonne l'intime du coeur, en cela elle démontre que non même pas un artiste n'est propriétaire des mots. [/quote] Là dessus, je ne peux que être d’accord. Les mots sont un vecteur monstrueusement puissant. Les mots une fois lancés appartiennent à l’interprétation des autres, bien qu’en parlant en terme de droits, seulement, y’a quand même une «  propriété » dite, intellectuelle ;) Je te rejoins également. Ce qui compte, c’est pas tant l’auteur, mais le message qui est véhiculé. ( c’est pour ça que j’adore le rap en fait, j’trouve que ce genre musical a su, pas dans son ensemble malheureusement, mais ça c’est toujours pareil, à garder le sens du message et à diviser là, pour le coup, de l’espoir, pas celui qui fait pleurer, mais celui de la rage ) Cf dans un son de la sista ( désolé pour ça ) «  quand y’a pas l’amour, y’a pas la rage » Pour la transcendance, j’vois plus ça comme une forme de justesse, du coup, qui avoisine de très près le concept philosophique de la vérité. Eheh, c’est pas moi qui vais te contredire sur le rapport au langage, j’suis un peu là dedans aussi, j’suis convaincu qu’il y a un code qu’on a perdu avec l’usage du temps. La pensée est créatrice, comme la parole, comme l’écriture, au même titre.Artaud était vachement porté sur une écriture un peu mystique, il a eu une grosse phase chrétienne dans sa vie, c’est qu’il avait réussi à percer une certaine vérité, pour lui, présente dans le divin… ON EST PAS FOUS ON EST QUE DES ÂMES SENSIBLES
AnonymeIl y a 3 ans



Pleurer sur une chanson ce n'est pas se complaire, ni s'accrocher à ses symptômes, et pas forcément faire ressortir de la souffrance, c'est être cueilli, retrouver le chemin des émotions, pierrot avec son pétrin sémantique attendrît les âmes.
Dans une dispute tu peux insulter à mort ton partenaire, si tu finis par pleurer (même de nerf), tu es grillé, tes larmes effacent ta parole ordurière, et au final tu l'as oins (ouiiiinn ), espoir de la purification.
Quant à l'amour perdu, à part si la personne est réellement morte, il n'est jamais vraiment perdu, nous sommes d'accord, ce qui compte de toute façon c'est d'aimer pas d'être aimé, partant de ce principe là, la grille de lecture de la possessivité n'entre pas en ligne de compte. De toute façon l'amour se déplace, donc perdu quelque part, retrouvé autre part de quelque manière que ce soit, peut parfois revenir au point de départ, repartir, mourir, renaître je ne le conçois pas comme quelque chose de figé et de localisé ni d'ancré dans une relation unique. Comme dit un humoriste "ma femme ça fait 10 ans que je suis avec j'ai dû l'aimer trois semaines" .
Les criards dans les concerts incarnent l'écho transcendantal de l'oeuvre (comprenne qui pourra cette formule masturbatoire), l'oeuvre en rencontrant la pluralité des égos décloisonne l'intime du coeur, en cela elle démontre que non même pas un artiste n'est propriétaire des mots.
Ne soyons pas possessifs avec eux. Ce qui compte c'est ce qui est dit, pas qui le dit, la parole poétique c'est comme l'amour ça se déplace en permanence.
Comment dire, le monde intérieur n'est qu'une chaîne de signifiants dont nous sommes tous les maillons, c'est comme ça que le verbe se fait chair. Et quand quelqu'un les charrie bien alors on a l'impression que c'est Dieu qui nous parle au creux de l'oreille, c'est ça la transcendance . Mouais je sais j'ai un rapport au langage un peu trop mystique, faut faire gaffe parfois avec moi, à quinze ans j'ai lu l'histoire d'une âme de sainte thérèse de lisieux. Je suis devenu athée mais parfois je rechute lol.



J’entends tout ce que tu dis

Je ne suis juste pas entièrement d’accord avec tes propos.

C’est drôle que tu parles de pétrin sémantique, c’est mon ancien métier …
Comme la pâtisserie, dans lepétrin, y’a la connaissance des ingrédients et le dosage pour respecter les recettes, que ça fonctionne bien lors de la cuisson, comme les pleurs, quand l’eau s’évapore.
Y’a des processus à connaître.

Mais je ferme cette petit digression;)

Avec la sémantique, je suis content que tu en viennes, il y a deux propos, après c’est moi qui distingues schématiquement ça, bien que ce soit beaucoup plus complexe et complet, mais n’était pas linguiste, je simplifie, peut-être avec de légères faussetés.
Il y aurait le signifiant et le signifié :pour moi le signifiant, c’est le mot en lui-même, le signifié c’est là où ce mot tend à être et à prendre son sens, ce qu’il désigne ( Faut que Bréal vienne nous éclairer ) .
Le signifiant, j’vois ça comme le contenant, le signifié lui serait une sorte de contenu et par les constructions mentales qu’on en fait, c’est variable et toujours propice à des interprétions personnelles.
C’est là que je viens à Pierrot, déjà, chacun ayant une sensibilité propre, il est possible que ça ne ricoche pas avec l’intériorité et la psyché de tous, que ça ne parle pas, ou moins, ou plus. Mais après c’est la force des mots, ou leur faiblesse dans certains cas ( c’est lié, si il y a force il y a faiblesse – l’un existe car l’autre est existant ) qui fait l’universalité des propos, ou non, que l’on peut ressentir à une échelle individuelle.

J’ai très peu pleuré dans ma vie, toujours à des moments réellement difficiles. J’suis du genre à tout retenir et à tout lâcher, j’ai une contenance assez grande, qui parfois me pèse et quand ça se déverse c’est plus une avalanche qu’une petite coulée de neige dans une pente abrupte. Là c’est plus des années de neige accumulée qui te tombe dessus:D
C’est pour cela, que j’ai un rapport aux pleurs assez difficile, je suis peut-être assez dur. Je ne parle pas de force d’esprit ou de force d’âme, je sais qu’il est bon d’exprimer ses émotions, car comme tu le dis, ça permet de se purifier, d’une certaine manière, de la lourdeur de ces pensées qui nous parasite la psyché . Pleurer peut-être une forme de repenti, oui, dans ton exemple c’est assez clair et compréhensible. J’pense, au passage, qu’il y a plusieurs manières de voir les pleurs, mais on tombera d’accord pour dire que c’est un truc qui passe par soi seulement, bien que des fois ça peut être influé par d’autres.

Pour moi, SAEZ, dans ses chansons il est dans la possessivité de l’Amour. Quand j’entends «  quand on perd son amour c’est l’amour qui nous perd » je pense que cette phrase prévaut à être prise dans deux sens possibles, qui vont dans mon sens et également dans le tiens. J’ai Cf. une chanson, j’aime pas trop faire ça, je m’en sers pour appuyer mon propos, je ne déclare pas détenir une sacro-sainte vérité imminente.
Et ce qui me dérange un peu avec certains de ces titres, il n’est pas attristé en somme de ne plus avoir d’amour lui, mais qu’on ne l’aime plus lui, j’vois ça comme ça, parce que c’est comme si il avait besoin du prisme de l’autre pour se sentir aimer, comme un miroir.

Après c’est de la fornication mentale ce que je dis, ça n’a qu’un aspect théorique et j’envisage pas que ce soit juste, in facto.

On est d’accord sur la capacité de l’amour à se mouvoir et à changer de forme, l’Amour avec un grand A, il me semble, n’est pas à voir comme une donnée finie, y’a plusieurs Amours possible.
Faut juste retenir qu’il est gouverné par la bienveillance, pour « l’objet » aimé. SAEZ j’entends plutôt son égoïsme complaisant dans ses textes, mais après c’est pas tant un tort, à chacun sa manière d’être et d’écrire, et comme j’ai dis, ce ne sont que des théories un peu fumeuses avec comme seules bases un ressenti personnel que j’ai en écoutant certains de ses textes.

Pour les criards de l’oeuvre je comprend pas eheh j’suis largué sur un atoll.

l'oeuvre en rencontrant la pluralité des égos décloisonne l'intime du coeur, en cela elle démontre que non même pas un artiste n'est propriétaire des mots.


Là dessus, je ne peux que être d’accord. Les mots sont un vecteur monstrueusement puissant. Les mots une fois lancés appartiennent à l’interprétation des autres, bien qu’en parlant en terme de droits, seulement, y’a quand même une «  propriété » dite, intellectuelle

Je te rejoins également. Ce qui compte, c’est pas tant l’auteur, mais le message qui est véhiculé. ( c’est pour ça que j’adore le rap en fait, j’trouve que ce genre musical a su, pas dans son ensemble malheureusement, mais ça c’est toujours pareil, à garder le sens du message et à diviser là, pour le coup, de l’espoir, pas celui qui fait pleurer, mais celui de la rage )
Cf dans un son de la sista ( désolé pour ça ) «  quand y’a pas l’amour, y’a pas la rage »

Pour la transcendance, j’vois plus ça comme une forme de justesse, du coup, qui avoisine de très près le concept philosophique de la vérité.

Eheh, c’est pas moi qui vais te contredire sur le rapport au langage, j’suis un peu là dedans aussi, j’suis convaincu qu’il y a un code qu’on a perdu avec l’usage du temps. La pensée est créatrice, comme la parole, comme l’écriture, au même titre.Artaud était vachement porté sur une écriture un peu mystique, il a eu une grosse phase chrétienne dans sa vie, c’est qu’il avait réussi à percer une certaine vérité, pour lui, présente dans le divin…

ON EST PAS FOUS ON EST QUE DES ÂMES SENSIBLES

[quote=""] «  quand y’a pas l’amour, y’a pas la rage » [/quote] <3 un bon baromètre la rage
suffragettes AB Il y a 2 ans

«  quand y’a pas l’amour, y’a pas la rage »



<3 un bon baromètre la rage

"Pleurer peut être une forme de repenti" >> quelle conversation intéressante, je trouve ça vrai j'aime bien cette idée de repentance après faut avoir les ressources pour transformer tout ça et c'est vrai que par la rage on rentre pas là dedans, avec elle c'est le combat qui continue. Après avoir pleuré si le noeud qui était dans ton ventre se réinstalle tout doucement ça sert à rien, sauf sur le moment. Oui et l'amour comme l'amitié, mais c'est pareil, n'est pas une propriété, tout comme les mots des artistes, c'est vrai aussi il volent et virevoltent et nous happent parfois mais ne nous appartiennent pas vraiment, ni à leur auteur. C'est une histoire de dons. Ps : je m'égare, pardon
AnonymeIl y a 2 ans

"Pleurer peut être une forme de repenti"
>> quelle conversation intéressante, je trouve ça vrai
j'aime bien cette idée de repentance après faut avoir les ressources pour transformer tout ça et c'est vrai que par la rage on rentre pas là dedans, avec elle c'est le combat qui continue.
Après avoir pleuré si le noeud qui était dans ton ventre se réinstalle tout doucement ça sert à rien, sauf sur le moment.
Oui et l'amour comme l'amitié, mais c'est pareil, n'est pas une propriété, tout comme les mots des artistes, c'est vrai aussi il volent et virevoltent et nous happent parfois mais ne nous appartiennent pas vraiment, ni à leur auteur.
C'est une histoire de dons.
Ps : je m'égare, pardon

je sais pas si c'était de la repentance, je crois que c'était de l'impuissance avec du recul, puisque cette dispute que j'avais évoqué était en réalité une rupture mais je ne le savais pas encore :), puisqu'elle a été effective quinze jours après lol...mais quelque part elle a aussi eu lieu car j'ai arrêté de combattre et que je me suis avoué vaincue. et dire que j'ai écrit ça "c'est justement quand on chiale, qu'on s'aperçoit que l'amour n'est pas perdu parfois , oui les pleurs sont parfois synonyme d'espoir et non de tristesse" un sketch de se relire en décalage près de deux ans plus tard, comme j'avais l'art de me voiler la face et de m'accrocher à des branches cassées lol, je suis championne parfois vraiment une méga championne dans l'art de me voiler la face mouhaha. en tout cas y a des choses qu'on peut voir très différemment d'une année sur l'autre, ça change avec le temps, ça change comme la vie, ça change comme les partenaires. une histoire de dons, l'amour? oui absolument :), l'amour c'est généreux comme un bouquet de tendresse :)
suffragettes AB Il y a 2 ans

je sais pas si c'était de la repentance, je crois que c'était de l'impuissance avec du recul, puisque cette dispute que j'avais évoqué était en réalité une rupture mais je ne le savais pas encore , puisqu'elle a été effective quinze jours après lol...mais quelque part elle a aussi eu lieu car j'ai arrêté de combattre et que je me suis avoué vaincue.
et dire que j'ai écrit ça
"c'est justement quand on chiale, qu'on s'aperçoit que l'amour n'est pas perdu parfois , oui les pleurs sont parfois synonyme d'espoir et non de tristesse" un sketch de se relire en décalage près de deux ans plus tard, comme j'avais l'art de me voiler la face et de m'accrocher à des branches cassées lol, je suis championne parfois vraiment une méga championne dans l'art de me voiler la face mouhaha.
en tout cas y a des choses qu'on peut voir très différemment d'une année sur l'autre, ça change avec le temps, ça change comme la vie, ça change comme les partenaires.
une histoire de dons, l'amour?
oui absolument , l'amour c'est généreux comme un bouquet de tendresse

Oui quelquefois il faut lâcher les branches cassées (ou les bras cassés) et s'avouer vaincu, dans ce cas là, peut s'avérer salutaire, mais ça oui on ne s'en aperçoit pas tout de suite.
AnonymeIl y a 2 ans

Oui quelquefois il faut lâcher les branches cassées (ou les bras cassés) et s'avouer vaincu, dans ce cas là, peut s'avérer salutaire, mais ça oui on ne s'en aperçoit pas tout de suite.

[quote="Damnée"]Oui quelquefois il faut lâcher les branches cassées (ou les bras cassés) et s'avouer vaincu, dans ce cas là, peut s'avérer salutaire, mais ça oui on ne s'en aperçoit pas tout de suite.[/quote] <3 clair, les bras cassés :) , les lâches, les branquignols, pas un pour rattraper l'autre je te jure :). Plus de temps à perdre avec ces conneries.
suffragettes AB Il y a 2 ans

Oui quelquefois il faut lâcher les branches cassées (ou les bras cassés) et s'avouer vaincu, dans ce cas là, peut s'avérer salutaire, mais ça oui on ne s'en aperçoit pas tout de suite.
@Damnée


<3
clair, les bras cassés , les lâches, les branquignols, pas un pour rattraper l'autre je te jure . Plus de temps à perdre avec ces conneries.