Le forum de la communauté SaezLive

[quote="Goldo22"][quote="Desfoudres"]En tout cas, ironie du sort, il prend très cher sur Twitter aujourd'hui à cause de cette nouvelle chanson.[/quote] J'ai comme le sentiment qu'il s'en fout... :-P[/quote] Probablement, j'trouve juste ça dommage qu'il ne soit connu par beaucoup que pour ce genre de coups d'éclat, autant tourné en dérision du même coup, et que ses oeuvres plus profondes, celles qui resteront, elles, soient passées sous silence.
Desfoudres Il y a 10 mois

En tout cas, ironie du sort, il prend très cher sur Twitter aujourd'hui à cause de cette nouvelle chanson.

J'ai comme le sentiment qu'il s'en fout...


Probablement, j'trouve juste ça dommage qu'il ne soit connu par beaucoup que pour ce genre de coups d'éclat, autant tourné en dérision du même coup, et que ses oeuvres plus profondes, celles qui resteront, elles, soient passées sous silence.

[quote="Desfoudres"] Probablement, j'trouve juste ça dommage qu'il ne soit connu par beaucoup que pour ce genre de coups d'éclat, autant tourné en dérision du même coup, et que ses oeuvres plus profondes, celles qui resteront, elles, soient passées sous silence.[/quote] C'est peut être aussi, tout simplement, un peu calculé de sa part, ça parlent de lui, de la sortie de son nouvel album et sans que ça vient de lui directement ... il aime peut être qu'on parle de lui aussi ainsi :P
attachiante Il y a 10 mois


Probablement, j'trouve juste ça dommage qu'il ne soit connu par beaucoup que pour ce genre de coups d'éclat, autant tourné en dérision du même coup, et que ses oeuvres plus profondes, celles qui resteront, elles, soient passées sous silence.


C'est peut être aussi, tout simplement, un peu calculé de sa part, ça parlent de lui, de la sortie de son nouvel album et sans que ça vient de lui directement ... il aime peut être qu'on parle de lui aussi ainsi

Et sinon, quelqu'un a relevé le génie quand il fait parler sa guitare sur le dernier [i]J'ai le virtuel[/i] ? Génie ! Génie !
viper82 Il y a 10 mois

Et sinon, quelqu'un a relevé le génie quand il fait parler sa guitare sur le dernier J'ai le virtuel ?
Génie ! Génie !

[quote="Desfoudres"]En tout cas, ironie du sort, il prend très cher sur Twitter aujourd'hui à cause de cette nouvelle chanson.[/quote] Même pas j'regarde ! Dîtes, les belles plumes, nous avons matière à faire une belle chronique là ? professeur @Koolseb en a posé des grandes lignes ... ^^
AnonymeIl y a 10 mois

En tout cas, ironie du sort, il prend très cher sur Twitter aujourd'hui à cause de cette nouvelle chanson.


Même pas j'regarde !
Dîtes, les belles plumes, nous avons matière à faire une belle chronique là ?
professeur Koolseb en a posé des grandes lignes ...


Dire qu'un jour, on a attendu et entendu "Jeunesse lève-toi". Même contexte, sortie d'album. Saez teasait moins, piaillait moins, se plaignait moins. Du coup, nous non plus et ça avait plus de gueule. On ne peut pas être et avoir été il parait. P'tite Pute en démonstration.
Sattsteph Il y a 10 mois

Dire qu'un jour, on a attendu et entendu "Jeunesse lève-toi". Même contexte, sortie d'album. Saez teasait moins, piaillait moins, se plaignait moins. Du coup, nous non plus et ça avait plus de gueule. On ne peut pas être et avoir été il parait. P'tite Pute en démonstration.

[quote="Scylla"][quote="Cappie"] [quote="Koolseb"] [I]Charles Baudelaire se plaint du "torrent insupportable des futilités journalières" qui le conduit à négliger des préoccupations à ses yeux plus importantes. Face à l'incongru torrentiel, que peut le poète ? Baudelaire se laisse aller au spleen.[/I] Je défi quiconque de me dire que l'on ne pourrait pas transposer le nom Damien Saez à celui de Charles Baudelaire dans ce texte. [/quote] Son déferlement de paroles vulgaires, tu le compares vraiment au spleen baudelairien ?[/quote] C'est de la mauvaise foi ? Sinon, dans ce cas-la, on pourrait même mettre Damien Saez au même niveau qu'un Alkpote, c'est ça ?[/quote] Je comprends ni la référence ni ton commentaire.
Cappie Il y a 10 mois





Charles Baudelaire se plaint du "torrent insupportable des futilités journalières" qui le conduit à négliger des préoccupations à ses yeux plus importantes. Face à l'incongru torrentiel, que peut le poète ? Baudelaire se laisse aller au spleen.

Je défi quiconque de me dire que l'on ne pourrait pas transposer le nom Damien Saez à celui de Charles Baudelaire dans ce texte.

Son déferlement de paroles vulgaires, tu le compares vraiment au spleen baudelairien ?


C'est de la mauvaise foi ? Sinon, dans ce cas-la, on pourrait même mettre Damien Saez au même niveau qu'un Alkpote, c'est ça ?


Je comprends ni la référence ni ton commentaire.

Je ne compare pas la poésie de Baudelaire à celle de Saez, je fait simplement un parallèle entre leur état d'esprit, leurs lubies respectives. C'est insensé comme certains ne font même plus l'effort de comprendre le sens d'une simple phrase et se permettent de la distordre à l'envie... [B]Beaudelaire et les petits journaux[/B] [I]Il est impossible de parcourir une gazette quelconque, de n’importe quel jour, ou quel mois, ou quelle année, sans y trouver, à chaque ligne, les signes de la perversité humaine la plus épouvantable, en même temps que les vanteries les plus surprenantes de probité, de bonté, de charité, et les affirmations les plus effrontées, relatives au progrès et à la civilisation. Tout journal, de la première ligne à la dernière, n’est qu’un tissu d’horreurs. Guerres, crimes, vols, impudicités, tortures, crimes des princes, crimes des nations, crimes des particuliers, une ivresse d’atrocité universelle. [/I] Baudelaire était un enfant de la presse. Il avait 15 ans en 1836, quand les premiers quotidiens de grand format et à grand tirage virent le jour, La Presse d’Émile de Girardin et Le Siècle d’Armand Dutacq. Sur quatre pages serrées, avec un roman-feuilleton au rez-de-chaussée de la première page, ils déroulaient les nouvelles de Paris, du pays et de l’étranger, la chronique judiciaire, les faits divers, les cours de la Bourse, tandis que des publicités pour une loterie ou une pommade couvraient la dernière page. Ce fut une révolution technique et morale aussi brutale, aussi troublante que, depuis lors, l’avènement de la radio, de la télévision, d'internet. Quelques années plus tard, ayant atteint l’âge adulte, Baudelaire songea sérieusement à se suicider. À ses amis qui lui demandaient pourquoi, il donnait comme explication la nouvelle presse quotidienne : « Les journaux à grand format me rendent la vie insupportable », leur répétait-il. Les gazettes, comme on disait, provoquaient en lui l’envie de fuir vers « un monde où elles n’ont pas encore fait leur apparition ». Anywhere out of the world : là où il n’y aurait pas eu de journaux. Comme si un jeune homme ou une jeune fille d’aujourd’hui parlait de se tuer à cause d’Internet. Que leur reprochait-il de si grave, au point de vouloir mourir ? Le journal, c’était le symbole même du monde moderne, c’est-à-dire de la décadence spirituelle. Il signifiait la disparition de la poésie, la substitution de l’utile au beau, de la technique à l’art, le culte de la matière, l’abolition de toute transcendance. [I]Et c’est de ce dégoûtant apéritif que l’homme civilisé accompagne son repas de chaque matin. Tout, en ce monde, sue le crime : le journal, la muraille et le visage de l’homme. Je ne comprends pas qu’une main puisse toucher un journal sans une convulsion de dégoût [/I] (I, 705-706). Et pourtant, Baudelaire vécut de la presse. Il qualifiait Sainte-Beuve de « poète-journaliste », sous prétexte que celui-ci était passé des Poésies de Joseph Delorme à la chronique des Lundis , mais lui-même l’a été bien davantage, « poète-journaliste », apprenant son métier dans les « petits journaux », ces feuilles littéraires et satiriques d’avant-garde qui disparaissaient aussi vite qu’elles avaient éclos, mais aussi cherchant à placer ses poèmes en vers ou en prose, ses Salons, ses essais, dans les journaux à grand format, et y parvenant parfois. L’inventeur de la « modernité » a été scandalisé par la presse : elle l’a fasciné et il l’a détestée, mais il n’eut jamais de cesse qu’il y publiât. Il découpait dans la presse et il collectionnait les articles qui illustraient la stupidité de ses contemporains, mais il ne pouvait pas se passer des journaux, des petits et des grands, de les lire, d’y écrire. (Franceinter.fr) Vraiment? Vous ne voyez pas quelques similarités entre les deux bonhommes? Le rejet des nouveaux moyens de communication, de la publicité et de l'indécense qui s'y cache, le dégoût de la décadence spirituelle, la recherche d'écrits "éphémères", les vanteries de charité... et effectivement l'utilisation paradoxale de ces nouveaux moyens d'expression! Et, selon moi, si "P'tite pute" a été diffusé largement sur des canaux comme youtube ce n'est pas anodin. Il utilise les outils de ceux qu'il fustige. Et c'est plutôt compréhensible lorsque l'on veut toucher sa cible, sans forcément chercher à séduire son auditoire.
Koolseb Il y a 10 mois

Je ne compare pas la poésie de Baudelaire à celle de Saez, je fait simplement un parallèle entre leur état d'esprit, leurs lubies respectives. C'est insensé comme certains ne font même plus l'effort de comprendre le sens d'une simple phrase et se permettent de la distordre à l'envie...



Beaudelaire et les petits journaux

Il est impossible de parcourir une gazette quelconque, de n’importe quel jour, ou quel mois, ou quelle année, sans y trouver, à chaque ligne, les signes de la perversité humaine la plus épouvantable, en même temps que les vanteries les plus surprenantes de probité, de bonté, de charité, et les affirmations les plus effrontées, relatives au progrès et à la civilisation.
Tout journal, de la première ligne à la dernière, n’est qu’un tissu d’horreurs. Guerres, crimes, vols, impudicités, tortures, crimes des princes, crimes des nations, crimes des particuliers, une ivresse d’atrocité universelle.


Baudelaire était un enfant de la presse. Il avait 15 ans en 1836, quand les premiers quotidiens de grand format et à grand tirage virent le jour, La Presse d’Émile de Girardin et Le Siècle d’Armand Dutacq. Sur quatre pages serrées, avec un roman-feuilleton au rez-de-chaussée de la première page, ils déroulaient les nouvelles de Paris, du pays et de l’étranger, la chronique judiciaire, les faits divers, les cours de la Bourse, tandis que des publicités pour une loterie ou une pommade couvraient la dernière page. Ce fut une révolution technique et morale aussi brutale, aussi troublante que, depuis lors, l’avènement de la radio, de la télévision, d'internet.

Quelques années plus tard, ayant atteint l’âge adulte, Baudelaire songea sérieusement à se suicider. À ses amis qui lui demandaient pourquoi, il donnait comme explication la nouvelle presse quotidienne : « Les journaux à grand format me rendent la vie insupportable », leur répétait-il. Les gazettes, comme on disait, provoquaient en lui l’envie de fuir vers « un monde où elles n’ont pas encore fait leur apparition ». Anywhere out of the world : là où il n’y aurait pas eu de journaux. Comme si un jeune homme ou une jeune fille d’aujourd’hui parlait de se tuer à cause d’Internet.

Que leur reprochait-il de si grave, au point de vouloir mourir ? Le journal, c’était le symbole même du monde moderne, c’est-à-dire de la décadence spirituelle. Il signifiait la disparition de la poésie, la substitution de l’utile au beau, de la technique à l’art, le culte de la matière, l’abolition de toute transcendance.

Et c’est de ce dégoûtant apéritif que l’homme civilisé accompagne son repas de chaque matin. Tout, en ce monde, sue le crime : le journal, la muraille et le visage de l’homme.
Je ne comprends pas qu’une main puisse toucher un journal sans une convulsion de dégoût
(I, 705-706).

Et pourtant, Baudelaire vécut de la presse. Il qualifiait Sainte-Beuve de « poète-journaliste », sous prétexte que celui-ci était passé des Poésies de Joseph Delorme à la chronique des Lundis , mais lui-même l’a été bien davantage, « poète-journaliste », apprenant son métier dans les « petits journaux », ces feuilles littéraires et satiriques d’avant-garde qui disparaissaient aussi vite qu’elles avaient éclos, mais aussi cherchant à placer ses poèmes en vers ou en prose, ses Salons, ses essais, dans les journaux à grand format, et y parvenant parfois.

L’inventeur de la « modernité » a été scandalisé par la presse : elle l’a fasciné et il l’a détestée, mais il n’eut jamais de cesse qu’il y publiât. Il découpait dans la presse et il collectionnait les articles qui illustraient la stupidité de ses contemporains, mais il ne pouvait pas se passer des journaux, des petits et des grands, de les lire, d’y écrire.


(Franceinter.fr)


Vraiment? Vous ne voyez pas quelques similarités entre les deux bonhommes? Le rejet des nouveaux moyens de communication, de la publicité et de l'indécense qui s'y cache, le dégoût de la décadence spirituelle, la recherche d'écrits "éphémères", les vanteries de charité... et effectivement l'utilisation paradoxale de ces nouveaux moyens d'expression! Et, selon moi, si "P'tite pute" a été diffusé largement sur des canaux comme youtube ce n'est pas anodin. Il utilise les outils de ceux qu'il fustige. Et c'est plutôt compréhensible lorsque l'on veut toucher sa cible, sans forcément chercher à séduire son auditoire.

Ahaha trop bien ce son, ne serait-ce que pour voir le "monde twitter" s'affoler. De la redite ? Et bien tant mieux vu comme ça fait bouger les fourmis sur les réseaux. Cette chanson n'a destination que de crier dans les bouchons d'oreilles des gens aveuglés. J'adore. J'espère que le bruit ira jusqu'aux politiques, ou a un bien pensant qui voudra dire son p'tit mot et montrer Saez du doigt comme un monstre pour s'afficher et se faire aimer. Qu'est ce qu'ils peuvent dire comme connerie les gens sur twitter, surtout qu'ils ne lisent pas les paroles, ou alors ne les comprennent pas, ce qui serait plus grave. Ou alors ces paroles les gênes, parce qu'ils s'y retrouvent, non pas en tant que "p'tite pute" mais comme donneur de vues et d'importance à ces 'p'tite pute" et donc de puissance... Quand je lis les critiques (très pertinentes) de ce forum sur la maladresse des mots employés, et que je vois au contraire des "journalistes" dire n'importe quoi, je comprends et je félicite la provocation de cette chanson.
Scuti Il y a 10 mois

Ahaha trop bien ce son, ne serait-ce que pour voir le "monde twitter" s'affoler. De la redite ? Et bien tant mieux vu comme ça fait bouger les fourmis sur les réseaux. Cette chanson n'a destination que de crier dans les bouchons d'oreilles des gens aveuglés. J'adore.

J'espère que le bruit ira jusqu'aux politiques, ou a un bien pensant qui voudra dire son p'tit mot et montrer Saez du doigt comme un monstre pour s'afficher et se faire aimer. Qu'est ce qu'ils peuvent dire comme connerie les gens sur twitter, surtout qu'ils ne lisent pas les paroles, ou alors ne les comprennent pas, ce qui serait plus grave. Ou alors ces paroles les gênes, parce qu'ils s'y retrouvent, non pas en tant que "p'tite pute" mais comme donneur de vues et d'importance à ces 'p'tite pute" et donc de puissance...

Quand je lis les critiques (très pertinentes) de ce forum sur la maladresse des mots employés, et que je vois au contraire des "journalistes" dire n'importe quoi, je comprends et je félicite la provocation de cette chanson.




Le coup de génie en fait. Le mec se met au niveau des "p'tites putes", chante un son spécialement pour elles, ça ne leur plaît pas, c'est inadmissible. Un max de pub, et une dénonciation simple. L'évidence crachée au visage. Sans oublier le "caprice" : si j'ai pas mon million de like, on sort pas le disque. En gros, une chanson provoc' qui lui fait sa pub et qui dénonce. Coup de génie. Bon, si le reste de l'album est au même niveau ma théorie s'écroule :) Mais plus j'écoute la chanson, plus les mots me semblent choisis EXPRÈS POUR être maladroits, puérils, bancals, "à la p'tite pute des réseaux" quoi... La musique, je la trouve pas mauvaise. Différente de ce qu'il fait d'habitude. Et c'est ce que j'aime chez lui. Le "différent de d'habitude"...
Zleilndka Il y a 10 mois

Le coup de génie en fait. Le mec se met au niveau des "p'tites putes", chante un son spécialement pour elles, ça ne leur plaît pas, c'est inadmissible. Un max de pub, et une dénonciation simple. L'évidence crachée au visage.

Sans oublier le "caprice" : si j'ai pas mon million de like, on sort pas le disque.

En gros, une chanson provoc' qui lui fait sa pub et qui dénonce. Coup de génie.

Bon, si le reste de l'album est au même niveau ma théorie s'écroule

Mais plus j'écoute la chanson, plus les mots me semblent choisis EXPRÈS POUR être maladroits, puérils, bancals, "à la p'tite pute des réseaux" quoi...

La musique, je la trouve pas mauvaise. Différente de ce qu'il fait d'habitude. Et c'est ce que j'aime chez lui. Le "différent de d'habitude"...

[quote="Zleilndka"]Le coup de génie en fait. Le mec se met au niveau des "p'tites putes", chante un son spécialement pour elles, ça ne leur plaît pas, c'est inadmissible. Un max de pub, et une dénonciation simple. L'évidence crachée au visage. Sans oublier le "caprice" : si j'ai pas mon million de like, on sort pas le disque. En gros, une chanson provoc' qui lui fait sa pub et qui dénonce. Coup de génie. Bon, si le reste de l'album est au même niveau ma théorie s'écroule :) Mais plus j'écoute la chanson, plus les mots me semblent choisis EXPRÈS POUR être maladroits, puérils, bancals, "à la p'tite pute des réseaux" quoi... La musique, je la trouve pas mauvaise. Différente de ce qu'il fait d'habitude. Et c'est ce que j'aime chez lui. Le "différent de d'habitude"...[/quote] Je croise tous mes doigts, même les orteils, pour que tu aies raison ;)
caféine Il y a 10 mois

Le coup de génie en fait. Le mec se met au niveau des "p'tites putes", chante un son spécialement pour elles, ça ne leur plaît pas, c'est inadmissible. Un max de pub, et une dénonciation simple. L'évidence crachée au visage.

Sans oublier le "caprice" : si j'ai pas mon million de like, on sort pas le disque.

En gros, une chanson provoc' qui lui fait sa pub et qui dénonce. Coup de génie.

Bon, si le reste de l'album est au même niveau ma théorie s'écroule

Mais plus j'écoute la chanson, plus les mots me semblent choisis EXPRÈS POUR être maladroits, puérils, bancals, "à la p'tite pute des réseaux" quoi...

La musique, je la trouve pas mauvaise. Différente de ce qu'il fait d'habitude. Et c'est ce que j'aime chez lui. Le "différent de d'habitude"...

Je croise tous mes doigts, même les orteils, pour que tu aies raison

[quote="Koolseb"] Moi même à la première écoute de "P'tite Pute", j'ai été frappé par la redondance de la rhétorique et du thème abordé. Mais on peut comprendre que ce sujet constitue une des obsessions actuelles de Saez. Les artistes sont ainsi, nombreux sont les peintres par exemple qui exécutent des variations, des séries de peintures sur le même thème. Si tu as la chance de visiter un jour le musée Picasso de Barcelone, tu pourras observer le travail de l'artiste cubiste sur l'oeuvre de Velasquez intitulé "Les ménines". 58 toiles réalisées de la main de Picasso en l'espace de 6 mois, de format et de style variés, toute sur le même sujet, représentant et interprétant tout ou partie de l'oeuvre originale de Velasquez. Les artistes sont des obsédés vous dis-je![/quote] 'Soir @Koolseb Je peux comprendre que certain thèmes abordés par un artiste puissent être obsessionnelles, j'suis même d'accord sur l'idée. Mais il y a bien des milliers de façons d'aborder un thème. Si il y a redondance dans la rhétorique et le thème abordé, apparemment pour pas mal de membres elle est aussi musicale et là je peux entendre que ça puisse faire beaucoup. Le parallèle entre « Les Ménines » et les 58 toiles réalisées en 6 mois me semble un peu bancal dans le sens ou il ne peut pas s'appliquer en toutes circonstances. Comme tu l'as signifié c'est une série, réalisé en 6 mois. Là entre le thème, le champ lexicale et la musique, on peut parler d'années. C'est pas comme si on parlait d'un seul et même album et de la volonté de l'artiste de respecter une cohérence d'univers. Si j'ouvre un roman graphique d'un auteur que j'aime beaucoup (dans l'idée que ça ne soit pas une série) , et que je constate que graphiquement c'est pareil, que la narration est la même et que le thème est le même, heu … bon j'sais pas comment je réagirais mais là aussi j'me poserai des questions. (sur l'artiste). C'est pas comparable avec des chansons, ni avec une série de tableaux. Mais oui je serai frustré. Là ou je veux en venir c'est que la recherche de nouveaux horizons, (comme j'ai pu le lire plus haut) éviter la redondance (c'est le mot à combattre pour un artiste) ça doit être un combat quotidien, c'est même le propre d'un artiste, d'aller toujours chercher plus loin pour ne pas s'enfermer dans un carcan dans quelque chose de trop facile, de trop évident pour soi, même si certains thèmes peuvent revenir, bien sûr ! C'est se nourrir, c'est bénéfique, c'est épanouissant et si c'est sincère et fait avec passion et rigueur j'pense que ça tape dans le mile. Je l'entends quasi quotidiennement de la part d'auteurs, d'illustrateurs, de peintres, de graphistes de profs de camarades … Parceque ça peut passer pour de la fainéantise (ce qui n'est pas vraiment méchant mais c'est un piège à éviter et tout artiste peut avoir tendance à s'y engouffrer) ou pire, de l'arrivisme. « je sais que ça marche, que je suis bon la dedans, allez j'y reste, je tente ça va passer crème ! » et l'entre deux du j'me rend même pas compte … Mais alors là … :/ Après il peut y avoir aussi une autre hypothèse. C'est pourquoi je ne suis pas venu ici pour « râler » (comme disent certains ici), même si je suis un peu de cet avis (thème, champ lexical, musique trop redondant) c'est que c'était volontaire, que c'était réfléchi et qu'il avait cette volonté, pour une raison qui lui appartient et qu'on découvrira peut être avec l'album. Parcequ'un album est un ensemble et que en effet prendre une chanson toute seule comme ça sortie de l'ouvrage ça perd de son sens. Mais j'sais pas, j'ai un doute. Peut être parecque je ressens ça depuis le Manifeste. [quote="Koolseb"] Ce que je remarque c'est que de plus en plus de monde évaluent les productions de Saez comme s'il recevaient un costume sur-mesure. Il faudrait que l'artiste livre des chansons qui conviennent exactement à chacun d'entre nous. Ne pas critiquer vos réseaux préféré, ne pas faire d'impardonnable affront aux fan de mangas, ne pas employer de mots outranciers, ne pas railler les gens tatoués, ne pas employer de mots a connotation sexuelle ou genrée, faire des vers en alexandrins, des jeux de mots à la Devos, faire plutot comme ci mais pas comme ça... Parfois j'en suis a me demander si les gens ne se croient pas chez Subway franchement! Ou dans une cantine d'écoliers capricieux... Il ne faut pas oublier que la musique est un art. On ne peut pas être en total accord avec un artiste, surtout quand il s'agit d'oeuvres florissantes comme celles de Saez. On parlait de Baudelaire tout à l'heure, lui comme les autres artistes morts ont un immense avantage sur les artistes contemporains: leur oeuvre est achevée. On y pioche leurs chefs d'oeuvres et leurs oeuvres quelconques passent sous silence. Dans 50 ans, le mélomane sera heureux de trouver dans la discographie de Saez de fabuleuses perles sans prendre garde à ses morceaux baclés. Il prendra alors l'artiste pour un génie, certainement pas pour le vieu con déclinant que certains fustigent aujourd'hui. Mais le problème est sociétale, il s'agit de juger dans l'instant, a l'emporte pièce, comme on swipe sur Tinder.[/quote] Mais si certains ressentent quelque chose en écoutant une chanson, comment peuvent ils aller à l'encontre de se ressenti ? C'est un truc très personnel ça. Si en plus ils sont nombreux, c'est plus à l'artiste de se poser des questions, si toutefois ça le gêne. Et puis c'est le jeu non ? Une critique négative peut quand même être ultra positive si on sait la recevoir et quoi en faire. J'ai pas lu grand chose de vraiment méchant. Vieux con … il se disait bien jeune et con. Ça vaaaa ya pire. J'suis sûr qu'il y plein d'amour derrières ces critiques que je trouve souvent constructives. Pardon pour cette immense réponse mais j'ai eu un peu de mal à la lecture de certains termes. Belle soirée.
latent Il y a 10 mois


Moi même à la première écoute de "P'tite Pute", j'ai été frappé par la redondance de la rhétorique et du thème abordé. Mais on peut comprendre que ce sujet constitue une des obsessions actuelles de Saez. Les artistes sont ainsi, nombreux sont les peintres par exemple qui exécutent des variations, des séries de peintures sur le même thème. Si tu as la chance de visiter un jour le musée Picasso de Barcelone, tu pourras observer le travail de l'artiste cubiste sur l'oeuvre de Velasquez intitulé "Les ménines". 58 toiles réalisées de la main de Picasso en l'espace de 6 mois, de format et de style variés, toute sur le même sujet, représentant et interprétant tout ou partie de l'oeuvre originale de Velasquez. Les artistes sont des obsédés vous dis-je!


'Soir Koolseb

Je peux comprendre que certain thèmes abordés par un artiste puissent être obsessionnelles, j'suis même d'accord sur l'idée.
Mais il y a bien des milliers de façons d'aborder un thème.
Si il y a redondance dans la rhétorique et le thème abordé, apparemment pour pas mal de membres elle est aussi musicale et là je peux entendre que ça puisse faire beaucoup.

Le parallèle entre « Les Ménines » et les 58 toiles réalisées en 6 mois me semble un peu bancal dans le sens ou il ne peut pas s'appliquer en toutes circonstances.
Comme tu l'as signifié c'est une série, réalisé en 6 mois.
Là entre le thème, le champ lexicale et la musique, on peut parler d'années. C'est pas comme si on parlait d'un seul et même album et de la volonté de l'artiste de respecter une cohérence d'univers.

Si j'ouvre un roman graphique d'un auteur que j'aime beaucoup (dans l'idée que ça ne soit pas une série) , et que je constate que graphiquement c'est pareil, que la narration est la même et que le thème est le même, heu … bon j'sais pas comment je réagirais mais là aussi j'me poserai des questions. (sur l'artiste).
C'est pas comparable avec des chansons, ni avec une série de tableaux.
Mais oui je serai frustré.

Là ou je veux en venir c'est que la recherche de nouveaux horizons, (comme j'ai pu le lire plus haut) éviter la redondance (c'est le mot à combattre pour un artiste) ça doit être un combat quotidien, c'est même le propre d'un artiste, d'aller toujours chercher plus loin pour ne pas s'enfermer dans un carcan dans quelque chose de trop facile, de trop évident pour soi, même si certains thèmes peuvent revenir, bien sûr !
C'est se nourrir, c'est bénéfique, c'est épanouissant et si c'est sincère et fait avec passion et rigueur j'pense que ça tape dans le mile.

Je l'entends quasi quotidiennement de la part d'auteurs, d'illustrateurs, de peintres, de graphistes de profs de camarades …

Parceque ça peut passer pour de la fainéantise (ce qui n'est pas vraiment méchant mais c'est un piège à éviter et tout artiste peut avoir tendance à s'y engouffrer) ou pire, de l'arrivisme. « je sais que ça marche, que je suis bon la dedans, allez j'y reste, je tente ça va passer crème ! »
et l'entre deux du j'me rend même pas compte … Mais alors là …

Après il peut y avoir aussi une autre hypothèse. C'est pourquoi je ne suis pas venu ici pour « râler » (comme disent certains ici), même si je suis un peu de cet avis (thème, champ lexical, musique trop redondant) c'est que c'était volontaire, que c'était réfléchi et qu'il avait cette volonté, pour une raison qui lui appartient et qu'on découvrira peut être avec l'album.
Parcequ'un album est un ensemble et que en effet prendre une chanson toute seule comme ça sortie de l'ouvrage ça perd de son sens.
Mais j'sais pas, j'ai un doute. Peut être parecque je ressens ça depuis le Manifeste.




Ce que je remarque c'est que de plus en plus de monde évaluent les productions de Saez comme s'il recevaient un costume sur-mesure. Il faudrait que l'artiste livre des chansons qui conviennent exactement à chacun d'entre nous. Ne pas critiquer vos réseaux préféré, ne pas faire d'impardonnable affront aux fan de mangas, ne pas employer de mots outranciers, ne pas railler les gens tatoués, ne pas employer de mots a connotation sexuelle ou genrée, faire des vers en alexandrins, des jeux de mots à la Devos, faire plutot comme ci mais pas comme ça... Parfois j'en suis a me demander si les gens ne se croient pas chez Subway franchement! Ou dans une cantine d'écoliers capricieux...

Il ne faut pas oublier que la musique est un art. On ne peut pas être en total accord avec un artiste, surtout quand il s'agit d'oeuvres florissantes comme celles de Saez. On parlait de Baudelaire tout à l'heure, lui comme les autres artistes morts ont un immense avantage sur les artistes contemporains: leur oeuvre est achevée. On y pioche leurs chefs d'oeuvres et leurs oeuvres quelconques passent sous silence. Dans 50 ans, le mélomane sera heureux de trouver dans la discographie de Saez de fabuleuses perles sans prendre garde à ses morceaux baclés. Il prendra alors l'artiste pour un génie, certainement pas pour le vieu con déclinant que certains fustigent aujourd'hui. Mais le problème est sociétale, il s'agit de juger dans l'instant, a l'emporte pièce, comme on swipe sur Tinder.



Mais si certains ressentent quelque chose en écoutant une chanson, comment peuvent ils aller à l'encontre de se ressenti ? C'est un truc très personnel ça. Si en plus ils sont nombreux, c'est plus à l'artiste de se poser des questions, si toutefois ça le gêne.
Et puis c'est le jeu non ? Une critique négative peut quand même être ultra positive si on sait la recevoir et quoi en faire.
J'ai pas lu grand chose de vraiment méchant. Vieux con … il se disait bien jeune et con. Ça vaaaa ya pire.

J'suis sûr qu'il y plein d'amour derrières ces critiques que je trouve souvent constructives.

Pardon pour cette immense réponse mais j'ai eu un peu de mal à la lecture de certains termes.

Belle soirée.

J avais pas vu qu elle avait posté hier. Suis sûr qu'elle provoque notre Damien. https://www.public.fr/News/Nabilla-en-montre-trop-dans-un-maillot-de-bain-trop-petit-1498875 Et je viens de capter que cette fille est bizarrement faite.
flush Il y a 10 mois

J avais pas vu qu elle avait posté hier. Suis sûr qu'elle provoque notre Damien.

https://www.public.fr/News/Nabilla-en-montre-trop-dans-un-maillot-de-bain-trop-petit-1498875

Et je viens de capter que cette fille est bizarrement faite.

Tout droit sortie d'un cartoon [url=https://pix.blizzart.net/image/1542825657][img]https://pix.blizzart.net/image/1542825657/medium.jpg[/img][/url] [url=https://pix.blizzart.net/image/1542825788][img]https://pix.blizzart.net/image/1542825788/medium.jpg[/img][/url]
AnonymeIl y a 10 mois

Tout droit sortie d'un cartoon


[quote="flush"] Et je viens de capter que cette fille est bizarrement faite.[/quote] Elle est bizarrement REfaite. C'est pas sympa pour son chirurgien @flush. Mais, on est hors sujet, non ?
éoline Il y a 10 mois



Et je viens de capter que cette fille est bizarrement faite.

Elle est bizarrement REfaite. C'est pas sympa pour son chirurgien flush.
Mais, on est hors sujet, non ?

Une amie a posté sur Facebook : " Il commence à faire froid… Fini les décolletés jusqu'au nombril et les pt'tites robes à raz la salle de jeux…. Il va falloir séduir avec la personnalité… Certaines vont avoir du mal…" "P'tite pute" s' aligne parfaitement là-dessus . Je pense que notre artisan des mots est réellement Triste d'assister à cette pauvreté de l'intelligence si j'ose dire… La Personnalité est clairement mise en avant dans ce titre . Enfin plutôt la NON Personnalité. La décadence du genre humain. On te balance n'importe quel rêve au goût du fric, paillettes etc etc et toi, jeunesse tu tombes dans le piège. Un piège presque mortel puisque ta propre personnalité ne se révèle pas. Quoi de plus triste que suivre ces " pt'ites putes de réseaux en tout genre"? Elles , elles s'en foutent de ta gueule, Jeunesse … Elles s' enrichissent sur ta gueule et Toi, jeunesse, tu ne le vois pas tellement ta propre personnalité est sous tombe . Bref, Jeunesse, oui, lève- toi! Il est temps et surtout montre ta Propre Personnalité .
AnonymeIl y a 10 mois

Une amie a posté sur Facebook : " Il commence à faire froid… Fini les décolletés jusqu'au nombril et les pt'tites robes à raz la salle de jeux…. Il va falloir séduir avec la personnalité… Certaines vont avoir du mal…"

"P'tite pute" s' aligne parfaitement là-dessus .

Je pense que notre artisan des mots est réellement Triste d'assister à cette pauvreté de l'intelligence si j'ose dire…

La Personnalité est clairement mise en avant dans ce titre .

Enfin plutôt la NON Personnalité.

La décadence du genre humain. On te balance n'importe quel rêve au goût du fric, paillettes etc etc et toi, jeunesse tu tombes dans le piège. Un piège presque mortel puisque ta propre personnalité ne se révèle pas.

Quoi de plus triste que suivre ces " pt'ites putes de réseaux en tout genre"?

Elles , elles s'en foutent de ta gueule, Jeunesse … Elles s' enrichissent sur ta gueule et Toi, jeunesse, tu ne le vois pas tellement ta propre personnalité est sous tombe .

Bref, Jeunesse, oui, lève- toi! Il est temps et surtout montre ta Propre Personnalité .


[quote="éoline"][quote="flush"] Et je viens de capter que cette fille est bizarrement faite.[/quote] Elle est bizarrement REfaite. C'est pas sympa pour son chirurgien @flush. Mais, on est hors sujet, non ?[/quote] Non. Pourquoi elle est sexiste ma remarque?
flush Il y a 10 mois



Et je viens de capter que cette fille est bizarrement faite.

Elle est bizarrement REfaite. C'est pas sympa pour son chirurgien flush.
Mais, on est hors sujet, non ?


Non.
Pourquoi elle est sexiste ma remarque?

[quote="flush"][quote="éoline"][quote="flush"] Et je viens de capter que cette fille est bizarrement faite.[/quote] Elle est bizarrement REfaite. C'est pas sympa pour son chirurgien @flush. Mais, on est hors sujet, non ?[/quote] Non. Pourquoi elle est sexiste ma remarque?[/quote] Je n'ai pas dit ça C'est juste qu'on s'éloigne du sujet du topic
éoline Il y a 10 mois



Et je viens de capter que cette fille est bizarrement faite.

Elle est bizarrement REfaite. C'est pas sympa pour son chirurgien flush.
Mais, on est hors sujet, non ?


Non.
Pourquoi elle est sexiste ma remarque?

Je n'ai pas dit ça
C'est juste qu'on s'éloigne du sujet du topic

[quote="Cygne noir"]Une amie a posté sur Facebook : " Il commence à faire froid… Fini les décolletés jusqu'au nombril et les pt'tites robes à raz la salle de jeux…. Il va falloir séduir avec la personnalité… Certaines vont avoir du mal…" "P'tite pute" s' aligne parfaitement là-dessus . Je pense que notre artisan des mots est réellement Triste d'assister à cette pauvreté de l'intelligence si j'ose dire… La Personnalité est clairement mise en avant dans ce titre . Enfin plutôt la NON Personnalité. La décadence du genre humain. On te balance n'importe quel rêve au goût du fric, paillettes etc etc et toi, jeunesse tu tombes dans le piège. Un piège presque mortel puisque ta propre personnalité ne se révèle pas. Quoi de plus triste que suivre ces " pt'ites putes de réseaux en tout genre"? Elles , elles s'en foutent de ta gueule, Jeunesse … Elles s' enrichissent sur ta gueule et Toi, jeunesse, tu ne le vois pas tellement ta propre personnalité est sous tombe . Bref, Jeunesse, oui, lève- toi! Il est temps et surtout montre ta Propre Personnalité .[/quote] Exactement. Il est grand temps de remettre le fond sur le devant de la scène dans cette société où seul la forme prime. Réhabiliter le fond, la part humaine, l'âme, le coeur à la place de tous ses artifices superficiels qui détruisent le monde à petit feu. Jeunesse lève-toi !
Ame Mélancolique Il y a 10 mois

Une amie a posté sur Facebook : " Il commence à faire froid… Fini les décolletés jusqu'au nombril et les pt'tites robes à raz la salle de jeux…. Il va falloir séduir avec la personnalité… Certaines vont avoir du mal…"

"P'tite pute" s' aligne parfaitement là-dessus .

Je pense que notre artisan des mots est réellement Triste d'assister à cette pauvreté de l'intelligence si j'ose dire…

La Personnalité est clairement mise en avant dans ce titre .

Enfin plutôt la NON Personnalité.

La décadence du genre humain. On te balance n'importe quel rêve au goût du fric, paillettes etc etc et toi, jeunesse tu tombes dans le piège. Un piège presque mortel puisque ta propre personnalité ne se révèle pas.

Quoi de plus triste que suivre ces " pt'ites putes de réseaux en tout genre"?

Elles , elles s'en foutent de ta gueule, Jeunesse … Elles s' enrichissent sur ta gueule et Toi, jeunesse, tu ne le vois pas tellement ta propre personnalité est sous tombe .

Bref, Jeunesse, oui, lève- toi! Il est temps et surtout montre ta Propre Personnalité .
@Cygne noir


Exactement. Il est grand temps de remettre le fond sur le devant de la scène dans cette société où seul la forme prime.

Réhabiliter le fond, la part humaine, l'âme, le coeur à la place de tous ses artifices superficiels qui détruisent le monde à petit feu. Jeunesse lève-toi !

[quote="caféine"][quote="Zleilndka"]Le coup de génie en fait. Le mec se met au niveau des "p'tites putes", chante un son spécialement pour elles, ça ne leur plaît pas, c'est inadmissible. Un max de pub, et une dénonciation simple. L'évidence crachée au visage. Sans oublier le "caprice" : si j'ai pas mon million de like, on sort pas le disque. En gros, une chanson provoc' qui lui fait sa pub et qui dénonce. Coup de génie. Bon, si le reste de l'album est au même niveau ma théorie s'écroule :) Mais plus j'écoute la chanson, plus les mots me semblent choisis EXPRÈS POUR être maladroits, puérils, bancals, "à la p'tite pute des réseaux" quoi... La musique, je la trouve pas mauvaise. Différente de ce qu'il fait d'habitude. Et c'est ce que j'aime chez lui. Le "différent de d'habitude"...[/quote] Je croise tous mes doigts, même les orteils, pour que tu aies raison ;)[/quote] J'ai du mal à imaginer qu'il puisse nous sortir un cd complet de textes bateaux quand on voit la richesse des textes récents publiés sur CcC. Je pense que c'est une vraie attaque dans le but de faire du bruit, sans faire d'esprit avec les "simples d'esprits"... D'où l'intérêt d'en faire une chanson porte-étendard. La comm' est faite, c'est le moins qu'on puisse dire... La chanson me fait un peu penser à "pleure pas bébé" dans son écriture, dans laquelle il interprète un camé simplet qui a du mal à s'exprimer, mais le cœur pour. Je trouve cette chanson très intéressante et surtout très sincère. J'ai entendu beaucoup de personnes adorer cette chanson, peut-être l'ont-ils vécu. J'ai un ami qui est tombé très bas dans la drogue, ses capacités actuelles ne lui donneraient guère la possibilité d'écrire beaucoup mieux qu'avec des mots aussi simples. Mais justes. Ecouter en live, la fin notamment. J'espère ne pas me tromper, vraiment ! J'y crois à ce #humanité. D'ailleurs, une bonne partie des autres titres peuvent dissimuler de la poésie... "Humanité" "Les guerres des mondes" "La mort" "J'envoie" "La belle au bois" "Amour criminel", ça m'intéresse vraiment...
Zleilndka Il y a 10 mois

Le coup de génie en fait. Le mec se met au niveau des "p'tites putes", chante un son spécialement pour elles, ça ne leur plaît pas, c'est inadmissible. Un max de pub, et une dénonciation simple. L'évidence crachée au visage.

Sans oublier le "caprice" : si j'ai pas mon million de like, on sort pas le disque.

En gros, une chanson provoc' qui lui fait sa pub et qui dénonce. Coup de génie.

Bon, si le reste de l'album est au même niveau ma théorie s'écroule

Mais plus j'écoute la chanson, plus les mots me semblent choisis EXPRÈS POUR être maladroits, puérils, bancals, "à la p'tite pute des réseaux" quoi...

La musique, je la trouve pas mauvaise. Différente de ce qu'il fait d'habitude. Et c'est ce que j'aime chez lui. Le "différent de d'habitude"...

Je croise tous mes doigts, même les orteils, pour que tu aies raison


J'ai du mal à imaginer qu'il puisse nous sortir un cd complet de textes bateaux quand on voit la richesse des textes récents publiés sur CcC. Je pense que c'est une vraie attaque dans le but de faire du bruit, sans faire d'esprit avec les "simples d'esprits"... D'où l'intérêt d'en faire une chanson porte-étendard. La comm' est faite, c'est le moins qu'on puisse dire...

La chanson me fait un peu penser à "pleure pas bébé" dans son écriture, dans laquelle il interprète un camé simplet qui a du mal à s'exprimer, mais le cœur pour. Je trouve cette chanson très intéressante et surtout très sincère. J'ai entendu beaucoup de personnes adorer cette chanson, peut-être l'ont-ils vécu. J'ai un ami qui est tombé très bas dans la drogue, ses capacités actuelles ne lui donneraient guère la possibilité d'écrire beaucoup mieux qu'avec des mots aussi simples. Mais justes. Ecouter en live, la fin notamment.

J'espère ne pas me tromper, vraiment ! J'y crois à ce #humanité. D'ailleurs, une bonne partie des autres titres peuvent dissimuler de la poésie... "Humanité" "Les guerres des mondes" "La mort" "J'envoie" "La belle au bois" "Amour criminel", ça m'intéresse vraiment...

Donc à t'entendre @latent, il faudrait que Saez, l'artiste, change sa façon profonde de penser, son être et ses convictions, parceque certains spectateurs défendent les réseaux sociaux, aime faire signer des autographes à des greluches et sont d'avantage choqués par la vulgarité et l'indecence de la description plutôt que de l'etat de fait bien réel qui est décrit. Ok ok. Ça en dit long sur la société dans laquelle on baigne, celle du politiquement correct. Ou un dessin dans un canard, un mot de travers dans une chanson, déclenchent des deferlements d'indignation tandis que les indignés se complaisent dans une société cupide, individualiste, superficielle et vulgaire à souhait sans que cela ne soit en mesure d'émouvoir quiconque. L'obscénité, elle n'est certainement pas dans le camp de Saez. Lorsque l'on veux décrire l'horreur, on utilise un langage terrifiant. Lorsque l'on veux définir la volupté, on utilise le romantisme. Lorsque l'on souhaite évoquer l'indécence, cela ne parrait pas abérant d'utiliser la vulgarité. Surtout si l'on souhaite être audible par les personnes visées. Pour ce qui est de la redondance et des variations autour d'un thème, j'ai pris l'exemple de Picasso qui a réalisé ses 58 toiles sur les Ménines en 6 mois seulement, mais j'aurais pu tout aussi bien prendre pour exemples Monet ou Pissarro. Pendant 2 ans, Monet ayant peint à 30 reprises la façade de Notre Dame de Rouen. Tandis que Pissarro louait des appartements dans Paris et pendant 3 années à peint frénétiquement plus de 60 toiles a partir des mêmes angles de vue représentant la rue Saint Honoré, le boulevard de l'Opéra, le jardin des Tuileries ou le Louvre. Peut être que Saez avait envie de marteler son message mais peut être aussi qu'il n'était simplement pas satisfait de son morceau Ma Putain du show Biz, qu'il a souhaité améliorer la forme et surtout la portée d'un titre qu'il jugeait pas assez efficace et trop confidentiel. Et pour le coup, il a tapé dans le mille! Il ne faut pas perdre de vue le but premier de l'art: provoquer des émotions certes, mais aussi inviter le spectateur à réagir, à se questionner sur un sujet.
Koolseb Il y a 10 mois

Donc à t'entendre latent, il faudrait que Saez, l'artiste, change sa façon profonde de penser, son être et ses convictions, parceque certains spectateurs défendent les réseaux sociaux, aime faire signer des autographes à des greluches et sont d'avantage choqués par la vulgarité et l'indecence de la description plutôt que de l'etat de fait bien réel qui est décrit. Ok ok.

Ça en dit long sur la société dans laquelle on baigne, celle du politiquement correct. Ou un dessin dans un canard, un mot de travers dans une chanson, déclenchent des deferlements d'indignation tandis que les indignés se complaisent dans une société cupide, individualiste, superficielle et vulgaire à souhait sans que cela ne soit en mesure d'émouvoir quiconque. L'obscénité, elle n'est certainement pas dans le camp de Saez. Lorsque l'on veux décrire l'horreur, on utilise un langage terrifiant. Lorsque l'on veux définir la volupté, on utilise le romantisme. Lorsque l'on souhaite évoquer l'indécence, cela ne parrait pas abérant d'utiliser la vulgarité. Surtout si l'on souhaite être audible par les personnes visées.

Pour ce qui est de la redondance et des variations autour d'un thème, j'ai pris l'exemple de Picasso qui a réalisé ses 58 toiles sur les Ménines en 6 mois seulement, mais j'aurais pu tout aussi bien prendre pour exemples Monet ou Pissarro. Pendant 2 ans, Monet ayant peint à 30 reprises la façade de Notre Dame de Rouen. Tandis que Pissarro louait des appartements dans Paris et pendant 3 années à peint frénétiquement plus de 60 toiles a partir des mêmes angles de vue représentant la rue Saint Honoré, le boulevard de l'Opéra, le jardin des Tuileries ou le Louvre.

Peut être que Saez avait envie de marteler son message mais peut être aussi qu'il n'était simplement pas satisfait de son morceau Ma Putain du show Biz, qu'il a souhaité améliorer la forme et surtout la portée d'un titre qu'il jugeait pas assez efficace et trop confidentiel. Et pour le coup, il a tapé dans le mille!
Il ne faut pas perdre de vue le but premier de l'art: provoquer des émotions certes, mais aussi inviter le spectateur à réagir, à se questionner sur un sujet.

Quand il écrit de la poésie, beaucoup moins de personnes relaient...
Zleilndka Il y a 10 mois

Quand il écrit de la poésie, beaucoup moins de personnes relaient...

Depuis sa sortie je l'ai écouté deux fois, j'ai pas réussi à la réécouter. Le taux de misogynie est trop élevé pour que ça soit supportable.
melie Il y a 10 mois

Depuis sa sortie je l'ai écouté deux fois, j'ai pas réussi à la réécouter. Le taux de misogynie est trop élevé pour que ça soit supportable.

[quote="melie"]Depuis sa sortie je l'ai écouté deux fois, j'ai pas réussi à la réécouter. Le taux de misogynie est trop élevé pour que ça soit supportable.[/quote] N importe quoi. La femme qui sommeille en moi ne se sent aucunement visée ou concernée par ce qu'il décrit, combat ou le désole.
flush Il y a 10 mois

Depuis sa sortie je l'ai écouté deux fois, j'ai pas réussi à la réécouter. Le taux de misogynie est trop élevé pour que ça soit supportable.


N importe quoi.
La femme qui sommeille en moi ne se sent aucunement visée ou concernée par ce qu'il décrit, combat ou le désole.

[quote="Koolseb"]Donc à t'entendre @latent, il faudrait que Saez, l'artiste, change sa façon profonde de penser, son être et ses convictions, parceque certains spectateurs défendent les réseaux sociaux, aime faire signer des autographes à des greluches et sont d'avantage choqués par la vulgarité et l'indecence de la description plutôt que de l'etat de fait bien réel qui est décrit. Ok ok. Ça en dit long sur la société dans laquelle on baigne, celle du politiquement correct. Ou un dessin dans un canard, un mot de travers dans une chanson, déclenchent des deferlements d'indignation tandis que les indignés se complaisent dans une société cupide, individualiste, superficielle et vulgaire à souhait sans que cela ne soit en mesure d'émouvoir quiconque. L'obscénité, elle n'est certainement pas dans le camp de Saez. Lorsque l'on veux décrire l'horreur, on utilise un langage terrifiant. Lorsque l'on veux définir la volupté, on utilise le romantisme. Lorsque l'on souhaite évoquer l'indécence, cela ne parrait pas abérant d'utiliser la vulgarité. Surtout si l'on souhaite être audible par les personnes visées. [/quote] Plutôt qu'essayer de m'entendre tu aurais pu essayer de me lire ? Parcequ'à aucun moment je n'ai fait référence au message de fond que porte Saez dans cette chanson. Mon rebond portait sur autre chose en fait. J'ai même bien fait exprès de ne pas faire référence à ça et à ces critiques pour éviter un hs. Mais bon tu plonges dedans tout seul. Délire total. [quote="Koolseb"] Pendant 2 ans, Monet ayant peint à 30 reprises la façade de Notre Dame de Rouen. [/quote] Dans ce cas précis on parle bien d'un projet distinct, oui, en effet, comme stipulé dans ma première réponse en fait ! Là aussi tu ne lis pas ou mal. [quote="Koolseb"] Tandis que Pissarro louait des appartements dans Paris et pendant 3 années à peint frénétiquement plus de 60 toiles a partir des mêmes angles de vue représentant la rue Saint Honoré, le boulevard de l'Opéra, le jardin des Tuileries ou le Louvre. [/quote] Idem en fait. Aaaaah mais aurais tu fais un focus sur le temps ? parceque je parle d'années ? On dirait bien, sauf que rien à voir. [quote="Koolseb"] Peut être que Saez avait envie de marteler son message mais peut être aussi qu'il n'était simplement pas satisfait de son morceau Ma Putain du show Biz, qu'il a souhaité améliorer la forme et surtout la portée d'un titre qu'il jugeait pas assez efficace et trop confidentiel. Et pour le coup, il a tapé dans le mille! [/quote] Dans l'idée donc que la redondance soit volontaire et justifiée alors peut être ? ça me dit quelque chose ... ça rejoins pas un peu l'idée de ce que j'ai pu dire plus haut ? Ah bah si en fait. [quote="Koolseb"] Il ne faut pas perdre de vue le but premier de l'art: provoquer des émotions certes, mais aussi inviter le spectateur à réagir, à se questionner sur un sujet.[/quote] Ahah "le but premier de l'art c'est ça" "un artiste c'est ça" ... Et vive la théorie !
latent Il y a 10 mois

Donc à t'entendre latent, il faudrait que Saez, l'artiste, change sa façon profonde de penser, son être et ses convictions, parceque certains spectateurs défendent les réseaux sociaux, aime faire signer des autographes à des greluches et sont d'avantage choqués par la vulgarité et l'indecence de la description plutôt que de l'etat de fait bien réel qui est décrit. Ok ok.

Ça en dit long sur la société dans laquelle on baigne, celle du politiquement correct. Ou un dessin dans un canard, un mot de travers dans une chanson, déclenchent des deferlements d'indignation tandis que les indignés se complaisent dans une société cupide, individualiste, superficielle et vulgaire à souhait sans que cela ne soit en mesure d'émouvoir quiconque. L'obscénité, elle n'est certainement pas dans le camp de Saez. Lorsque l'on veux décrire l'horreur, on utilise un langage terrifiant. Lorsque l'on veux définir la volupté, on utilise le romantisme. Lorsque l'on souhaite évoquer l'indécence, cela ne parrait pas abérant d'utiliser la vulgarité. Surtout si l'on souhaite être audible par les personnes visées.


Plutôt qu'essayer de m'entendre tu aurais pu essayer de me lire ?
Parcequ'à aucun moment je n'ai fait référence au message de fond que porte Saez dans cette chanson.
Mon rebond portait sur autre chose en fait.
J'ai même bien fait exprès de ne pas faire référence à ça et à ces critiques pour éviter un hs.
Mais bon tu plonges dedans tout seul.
Délire total.




Pendant 2 ans, Monet ayant peint à 30 reprises la façade de Notre Dame de Rouen.


Dans ce cas précis on parle bien d'un projet distinct, oui, en effet, comme stipulé dans ma première réponse en fait !
Là aussi tu ne lis pas ou mal.



Tandis que Pissarro louait des appartements dans Paris et pendant 3 années à peint frénétiquement plus de 60 toiles a partir des mêmes angles de vue représentant la rue Saint Honoré, le boulevard de l'Opéra, le jardin des Tuileries ou le Louvre.


Idem en fait.


Aaaaah mais aurais tu fais un focus sur le temps ? parceque je parle d'années ?
On dirait bien, sauf que rien à voir.



Peut être que Saez avait envie de marteler son message mais peut être aussi qu'il n'était simplement pas satisfait de son morceau Ma Putain du show Biz, qu'il a souhaité améliorer la forme et surtout la portée d'un titre qu'il jugeait pas assez efficace et trop confidentiel. Et pour le coup, il a tapé dans le mille!


Dans l'idée donc que la redondance soit volontaire et justifiée alors peut être ?
ça me dit quelque chose ... ça rejoins pas un peu l'idée de ce que j'ai pu dire plus haut ?

Ah bah si en fait.


Il ne faut pas perdre de vue le but premier de l'art: provoquer des émotions certes, mais aussi inviter le spectateur à réagir, à se questionner sur un sujet.


Ahah "le but premier de l'art c'est ça" "un artiste c'est ça" ...

Et vive la théorie !

plus je l'écoute, et plus je trouve que quand même, musicalement, le refrain est entrainant!
AnonymeIl y a 10 mois

plus je l'écoute, et plus je trouve que quand même, musicalement, le refrain est entrainant!

"C'est pas parcequ'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison! (Coluche) Réfléchit la dessus @latent, ça t'aidera, parce qu'une grande partie de ta critique repose la dessus. Je sais que c'est en vogue d'avoir un avis de foule plutôt que d'avoir une réflexion personnelle et indépendante, mais c'est bien d'enlever ses oeillères de temps à autres. Il faut respecter l'artiste et ses oeuvres, dont il est le seul maître. Et s'efforcer de se mettre dans sa peau et de comprendre sa psychologie plutot que de baisser la tête, boucher ses oreilles et se hâter de mettre sa tête au bout d'une pique. Et puis au vue de la seconde moitié du dernier morceau, il faut être franchement malhonnête pour dire qu'il n'a pas innové musicalement et rythmiquement.
Koolseb Il y a 10 mois

"C'est pas parcequ'ils sont nombreux à avoir tort qu'ils ont raison! (Coluche)

Réfléchit la dessus latent, ça t'aidera, parce qu'une grande partie de ta critique repose la dessus. Je sais que c'est en vogue d'avoir un avis de foule plutôt que d'avoir une réflexion personnelle et indépendante, mais c'est bien d'enlever ses oeillères de temps à autres.

Il faut respecter l'artiste et ses oeuvres, dont il est le seul maître. Et s'efforcer de se mettre dans sa peau et de comprendre sa psychologie plutot que de baisser la tête, boucher ses oreilles et se hâter de mettre sa tête au bout d'une pique.

Et puis au vue de la seconde moitié du dernier morceau, il faut être franchement malhonnête pour dire qu'il n'a pas innové musicalement et rythmiquement.

Ce qui est particulièrement drôle quand même, c'est que certain(e)s internautes en désaccord avec cette chanson vont jusqu'à chercher les réseaux sociaux de l'artiste juste pour poster leurs opinions au vu des personnes qui le suivent. On vous à jamais dit que lorsque quelque chose nous déplaît, que l'on aime pas quelque chose ou que l'on est en désaccord, on peut juste l'ignorer ? Enfin, c'est vrai qu'avec Twitter et la parole facile derrière son écran à exprimer tout ce qu'on pense sans même avoir de filtre, c'est plutôt facile. "Blablabla, tu crois que Damien à un filtre sur ce qu'il écrit dans cette chanson" - Pour avoir suivi le type depuis assez longtemps, ça ne dérangeais personne quand il disait qu'il faut pendre le banquier, lui "couper les couilles" - Pour parler misogynie dans le monde connecté, y'a du monde. Et pour continuer la mauvaise foi, il est vrai que Saez est redondant dans ses thèmes, mais à l'époque des P'tit Sous, ça ne dérangeait personne qu'il chante "Des p'tites gamines en planche à pain, pour aller vendre un p'tit parfum, à des gamines qui rêvent de rien, que d's'habiller comme des putains".
Scylla Il y a 10 mois

Ce qui est particulièrement drôle quand même, c'est que certain(e)s internautes en désaccord avec cette chanson vont jusqu'à chercher les réseaux sociaux de l'artiste juste pour poster leurs opinions au vu des personnes qui le suivent. On vous à jamais dit que lorsque quelque chose nous déplaît, que l'on aime pas quelque chose ou que l'on est en désaccord, on peut juste l'ignorer ? Enfin, c'est vrai qu'avec Twitter et la parole facile derrière son écran à exprimer tout ce qu'on pense sans même avoir de filtre, c'est plutôt facile.

"Blablabla, tu crois que Damien à un filtre sur ce qu'il écrit dans cette chanson" - Pour avoir suivi le type depuis assez longtemps, ça ne dérangeais personne quand il disait qu'il faut pendre le banquier, lui "couper les couilles" - Pour parler misogynie dans le monde connecté, y'a du monde. Et pour continuer la mauvaise foi, il est vrai que Saez est redondant dans ses thèmes, mais à l'époque des P'tit Sous, ça ne dérangeait personne qu'il chante "Des p'tites gamines en planche à pain, pour aller vendre un p'tit parfum, à des gamines qui rêvent de rien, que d's'habiller comme des putains".

Si y a plein de petites phrases comme ça dans ses chansons qui me "gênaient" (c'est entre guillemets, c'est pas si grave) un peu. Mais on connaît tous.tes son talent y a pas de problème, je répète chacun.e peut quand même donner son avis en tout cas ici, c'est pas si grave
AnonymeIl y a 10 mois

Si y a plein de petites phrases comme ça dans ses chansons qui me "gênaient" (c'est entre guillemets, c'est pas si grave) un peu.
Mais on connaît tous.tes son talent y a pas de problème, je répète chacun.e peut quand même donner son avis en tout cas ici, c'est pas si grave

[quote="Damnée"]Si y a plein de petites phrases comme ça dans ses chansons qui me "gênaient" (c'est entre guillemets, c'est pas si grave) un peu. Mais on connaît tous.tes son talent y a pas de problème, je répète chacun.e peut quand même donner son avis en tout cas ici, c'est pas si grave[/quote] Et je suis entièrement d'accord à ce propos. Enfin, pour moi, entre la pochette de J'Accuse et ce morceau, je n'y vois pas beaucoup de différence. Peut-être manquerais-je de sensibilité ? C'est peut-être le cas. Je comprends l'idée émise par le texte, néanmoins, il est vrai que la forme n'est pas des meilleures.
Scylla Il y a 10 mois

Si y a plein de petites phrases comme ça dans ses chansons qui me "gênaient" (c'est entre guillemets, c'est pas si grave) un peu.
Mais on connaît tous.tes son talent y a pas de problème, je répète chacun.e peut quand même donner son avis en tout cas ici, c'est pas si grave
@Damnée


Et je suis entièrement d'accord à ce propos. Enfin, pour moi, entre la pochette de J'Accuse et ce morceau, je n'y vois pas beaucoup de différence. Peut-être manquerais-je de sensibilité ? C'est peut-être le cas. Je comprends l'idée émise par le texte, néanmoins, il est vrai que la forme n'est pas des meilleures.

[quote="Koolseb"] Pour ce qui est de la redondance et des variations autour d'un thème, j'ai pris l'exemple de Picasso qui a réalisé ses 58 toiles sur les Ménines en 6 mois seulement, mais j'aurais pu tout aussi bien prendre pour exemples Monet ou Pissarro. Pendant 2 ans, Monet ayant peint à 30 reprises la façade de Notre Dame de Rouen. Tandis que Pissarro louait des appartements dans Paris et pendant 3 années à peint frénétiquement plus de 60 toiles a partir des mêmes angles de vue représentant la rue Saint Honoré, le boulevard de l'Opéra, le jardin des Tuileries ou le Louvre. [/quote] looool, j'en ai lu des arguments de fan prêts à tout pour défendre leur idole mais là ça va trop loin dans le ridicule. Je te rassure nul besoin d'étaler ta culture et d'invoquer des noms qui n'ont rien à faire là pour défendre P'tite pute, chanson atroce à tous les niveaux qu'on espère bien rapidement mise sous le tapis.
Art Core Il y a 10 mois


Pour ce qui est de la redondance et des variations autour d'un thème, j'ai pris l'exemple de Picasso qui a réalisé ses 58 toiles sur les Ménines en 6 mois seulement, mais j'aurais pu tout aussi bien prendre pour exemples Monet ou Pissarro. Pendant 2 ans, Monet ayant peint à 30 reprises la façade de Notre Dame de Rouen. Tandis que Pissarro louait des appartements dans Paris et pendant 3 années à peint frénétiquement plus de 60 toiles a partir des mêmes angles de vue représentant la rue Saint Honoré, le boulevard de l'Opéra, le jardin des Tuileries ou le Louvre.


looool, j'en ai lu des arguments de fan prêts à tout pour défendre leur idole mais là ça va trop loin dans le ridicule. Je te rassure nul besoin d'étaler ta culture et d'invoquer des noms qui n'ont rien à faire là pour défendre P'tite pute, chanson atroce à tous les niveaux qu'on espère bien rapidement mise sous le tapis.