Le forum de la communauté SaezLive

J'ouvre un nouveau sujet pour continuer la discussion sur le glyphosate commencée dans le topic [url=https://www.saezlive.net/topics/view/4313/les-documentaires-que-vous-conseilleriez-aux-autres?page=8#310579"]Les documentaires que vous conseilleriez aux autres ?[/url]. Je réponds au post de @Koolseb qui se trouve ici : https://www.saezlive.net/topics/view/4313/les-documentaires-que-vous-conseilleriez-aux-autres?page=8#311042 [quote="Koolseb"]@melie le problème c'est que tu défend bec et ongle le glyphosate à chaque fois que le sujet est abordé.[/quote] Tu m'invectives sur le sujet et après tu me reproches de m'exprimer sur le sujet. Et si tu comptes me faire changer d'avis, c'est très mal parti :D [quote="Koolseb"]Quand on connaît l'histoire du chloredécone par exemple (ou des produits que j'ai cités l'autre jour), on sait qu'il faut se méfier des déclarations illustrées d'études plus ou moins rigoureuses qui tendent à faire croire en l'innocuité de produits potentiellement dangereux. Quand je dis que je n'ai pas à regarder loin pour trouver des exemples, je vais encore te le prouver. Une de mes collègues dont le père est agriculteur dans le limousin (comme mon beau-père) m'a appris récemment que son père était atteint de la maladie de Parkinson. Il a eu une retraite anticipé et une pension d'invalidité car sa pathologie à été reconnue maladie professionnelle. Je viens de vérifier sur internet et effectivement la maladie de Parkinson est reconnue maladie professionnelle chez les agriculteurs depuis 2012. Pour quelle raison? L'utilisation des pesticides, pardis! https://www.lemonde.fr/planete/article/2012/05/09/le-lien-entre-la-maladie-de-parkinson-et-les-pesticides-officiellement-reconnu_1698543_3244.html[/quote] Le lien entre pesticides et maladie de Parkinson, il a été établi pas la science. Nous d'accord ? En quoi le fait que certains pesticides seraient un risque pour la santé humaine invaliderait le fait que le glyphosate soit sans risque pour l'humain dans le cas d'un usage normal ? Dans ce cas pourquoi faire confiance en la science montre qu'il y a un risque pour la santé et ne pas lui faire confiance quand elle déclare qu'il n'y a pas de risque ? Et quand il est dit que le glyphosate est sans risque, c'est pas des déclarations sortie de nul part en prenant les études qui arrangent mais d'agences de sécurité sanitaire qui se basent sur des centaines d'études et j'imagine que la qualité des études est vérifiée avant d'être prise pour l'évaluation du produit. Parce que s'il faut se méfier de l'ANSES par exemple, on peut se méfier de toutes les agences sécuritaires comme l'ANSM et je te laisse deviner le boulevard que tu ouvres aux anti-vaccins & co. [quote="Koolseb"]Quand dans le reportage d'envoyé spécial on voit un grand ponte de la recherche qui a publié une étude pour défendre le glyphosate se faire coincer et être obligé de confesser que sa publication à été revue et corrigée par Monsanto avant publication, on se doute bien que c'est parcequ'il y a des choses à cacher. Le mec a déclaré sous serment ne pas avoir de liens avec Monsanto et devant les preuves il finit par avouer que son papier a été lu et corrigé par Monsanto quoi, WTF?!? Si Monsato s'amuse a corrompre des scientifiques, ce n'est tout de même pas innocent. Et c'est sans doute le plus frappant dans cette enquête, c'est la preuve irréfutable du lobbying de Monsanto, si il en fallait pour mettre en doute l'intégrité de cette firme.[/quote] J'imagine que tu fais référence à Kirkland. Il ne s'agissait pas d'une étude mais d'une synthèse. Elle consultable ici : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/10408444.2016.1214677 D'ailleurs il est dit dans le reportage d'Envoyé spécial que c'est une synthèse indépendante alors que c'est marqué noir sur blanc que ça a été financé par Monsanto dans les déclarations d'intérêts. La relecture et les corrections même mineures sont problématiques mais ça ne veut pas dire que le contenu est faux. Des firmes intègres et qui ne font pas de lobbying, ça doit pas courir les rues. Gostwriting, relectures, corrections sont des pratiques condamnables. Est-ce que les Monsanto Papers ont montré que Monsanto a influencé l'évaluation du glyphosate ? La réponse est non : https://fytoweb.be/fr/produits-phytopharmaceutiques/usage/utilisateur-professionnel/glyphosate#monsanto-papers [quote="Koolseb"]Alors certes il ne faut pas noircir le tableau, le glyphosate ne sera jamais aussi nocif que le chloredecone, le gaucho et d'autres daubes de pesticides chimiques, mais on peut tout de même faire preuve d'un principe de précaution envers un produit qui a été classé cancérigène probable par certaines instances.[/quote] Déjà tu entends quoi par pesticides chimiques ? Parce que un pesticide est par définition chimique. Quelles sont ces instances qui classent le glyphosate comme cancérigène probable ? Il y a le CIRC mais il évalue le danger mais pas le risque, qu'elles sont les autres ? (quand on parle du glyphosate, les antis parlent toujours des Monsanto papers mais pas du CIRC gate ou des Portier papers, étrange non ?) Je vois ce qu'il y a de rationnel dans le fait d'avoir un principe de précaution pour le glyphosate alors qu'il est reconnu sans risque pour l'humain par la science.
melie Il y a 2 mois

J'ouvre un nouveau sujet pour continuer la discussion sur le glyphosate commencée dans le topic Les documentaires que vous conseilleriez aux autres ?.
Je réponds au post de Koolseb qui se trouve ici : https://www.saezlive.net/topics/view/4313/les-documentaires-que-vous-conseilleriez-aux-autres?page=8#311042


melie le problème c'est que tu défend bec et ongle le glyphosate à chaque fois que le sujet est abordé.

Tu m'invectives sur le sujet et après tu me reproches de m'exprimer sur le sujet. Et si tu comptes me faire changer d'avis, c'est très mal parti


Quand on connaît l'histoire du chloredécone par exemple (ou des produits que j'ai cités l'autre jour), on sait qu'il faut se méfier des déclarations illustrées d'études plus ou moins rigoureuses qui tendent à faire croire en l'innocuité de produits potentiellement dangereux. Quand je dis que je n'ai pas à regarder loin pour trouver des exemples, je vais encore te le prouver. Une de mes collègues dont le père est agriculteur dans le limousin (comme mon beau-père) m'a appris récemment que son père était atteint de la maladie de Parkinson. Il a eu une retraite anticipé et une pension d'invalidité car sa pathologie à été reconnue maladie professionnelle. Je viens de vérifier sur internet et effectivement la maladie de Parkinson est reconnue maladie professionnelle chez les agriculteurs depuis 2012. Pour quelle raison? L'utilisation des pesticides, pardis!
https://www.lemonde.fr/planete/article/2012/05/09/le-lien-entre-la-maladie-de-parkinson-et-les-pesticides-officiellement-reconnu_1698543_3244.html

Le lien entre pesticides et maladie de Parkinson, il a été établi pas la science. Nous d'accord ? En quoi le fait que certains pesticides seraient un risque pour la santé humaine invaliderait le fait que le glyphosate soit sans risque pour l'humain dans le cas d'un usage normal ? Dans ce cas pourquoi faire confiance en la science montre qu'il y a un risque pour la santé et ne pas lui faire confiance quand elle déclare qu'il n'y a pas de risque ?
Et quand il est dit que le glyphosate est sans risque, c'est pas des déclarations sortie de nul part en prenant les études qui arrangent mais d'agences de sécurité sanitaire qui se basent sur des centaines d'études et j'imagine que la qualité des études est vérifiée avant d'être prise pour l'évaluation du produit. Parce que s'il faut se méfier de l'ANSES par exemple, on peut se méfier de toutes les agences sécuritaires comme l'ANSM et je te laisse deviner le boulevard que tu ouvres aux anti-vaccins & co.

Quand dans le reportage d'envoyé spécial on voit un grand ponte de la recherche qui a publié une étude pour défendre le glyphosate se faire coincer et être obligé de confesser que sa publication à été revue et corrigée par Monsanto avant publication, on se doute bien que c'est parcequ'il y a des choses à cacher. Le mec a déclaré sous serment ne pas avoir de liens avec Monsanto et devant les preuves il finit par avouer que son papier a été lu et corrigé par Monsanto quoi, WTF?!? Si Monsato s'amuse a corrompre des scientifiques, ce n'est tout de même pas innocent. Et c'est sans doute le plus frappant dans cette enquête, c'est la preuve irréfutable du lobbying de Monsanto, si il en fallait pour mettre en doute l'intégrité de cette firme.

J'imagine que tu fais référence à Kirkland. Il ne s'agissait pas d'une étude mais d'une synthèse. Elle consultable ici : https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/10408444.2016.1214677 D'ailleurs il est dit dans le reportage d'Envoyé spécial que c'est une synthèse indépendante alors que c'est marqué noir sur blanc que ça a été financé par Monsanto dans les déclarations d'intérêts. La relecture et les corrections même mineures sont problématiques mais ça ne veut pas dire que le contenu est faux. Des firmes intègres et qui ne font pas de lobbying, ça doit pas courir les rues.
Gostwriting, relectures, corrections sont des pratiques condamnables. Est-ce que les Monsanto Papers ont montré que Monsanto a influencé l'évaluation du glyphosate ? La réponse est non : https://fytoweb.be/fr/produits-phytopharmaceutiques/usage/utilisateur-professionnel/glyphosate#monsanto-papers

Alors certes il ne faut pas noircir le tableau, le glyphosate ne sera jamais aussi nocif que le chloredecone, le gaucho et d'autres daubes de pesticides chimiques, mais on peut tout de même faire preuve d'un principe de précaution envers un produit qui a été classé cancérigène probable par certaines instances.

Déjà tu entends quoi par pesticides chimiques ? Parce que un pesticide est par définition chimique.
Quelles sont ces instances qui classent le glyphosate comme cancérigène probable ? Il y a le CIRC mais il évalue le danger mais pas le risque, qu'elles sont les autres ? (quand on parle du glyphosate, les antis parlent toujours des Monsanto papers mais pas du CIRC gate ou des Portier papers, étrange non ?)
Je vois ce qu'il y a de rationnel dans le fait d'avoir un principe de précaution pour le glyphosate alors qu'il est reconnu sans risque pour l'humain par la science.

Comme il n'y a pas que le glyphosate dans la vie, regardons ce qui se passe du côté du BIO et c'est pas parce que c'est BIO que c'est bon pour la nature et l'homme la preuve : https://sciencepop.fr/2016/10/11/les-pesticides-de-l-agriculture-bio-une-verite-qui-derange/ https://erwanseznec.wordpress.com/2016/09/29/toxiques-naturellement/ Et pour ceux qui n'ont toujours pas compris que tout est chimie et qui opposent "chimique" et "naturel" : https://sciencepop.fr/2016/05/18/chimique-vs-naturel/ édit : Comme dans le reportage d'Envoyé Spécial parle de l'étude de Séralini, je vous partage un petit communiqué de l'époque des Académies des sciences français sur le sujet : http://www.academie-sciences.fr/pdf/rapport/avis1012.pdf?fbclid=IwAR0kCq2LzQLiY8u8aOks_dWmXdGayDHrHWhA4V2kcjyXgD9DSJQlNJ8JJoI Et il y a trois grosses études sur le long terme qui ont été mené en Europe pour confirmer ou infirmer les conclusions de Séralini et c'est sans appel, on ne va pas mourir en mangeant des OGM Les conclusions des trois études (en anglais) : https://www.g-twyst.eu/files/Conclusions-Recommendations/G-TwYSTConclusionsandrecommendations-final.pdf http://www.grace-fp7.eu/sites/default/files/GRACE_Conclusions%20&Recommendations.pdf https://academic.oup.com/toxsci/advance-article/doi/10.1093/toxsci/kfy298/5236972
petit nounours Il y a 2 mois

Comme il n'y a pas que le glyphosate dans la vie, regardons ce qui se passe du côté du BIO et c'est pas parce que c'est BIO que c'est bon pour la nature et l'homme la preuve :
https://sciencepop.fr/2016/10/11/les-pesticides-de-l-agriculture-bio-une-verite-qui-derange/
https://erwanseznec.wordpress.com/2016/09/29/toxiques-naturellement/

Et pour ceux qui n'ont toujours pas compris que tout est chimie et qui opposent "chimique" et "naturel" :
https://sciencepop.fr/2016/05/18/chimique-vs-naturel/

édit : Comme dans le reportage d'Envoyé Spécial parle de l'étude de Séralini, je vous partage un petit communiqué de l'époque des Académies des sciences français sur le sujet :
http://www.academie-sciences.fr/pdf/rapport/avis1012.pdf?fbclid=IwAR0kCq2LzQLiY8u8aOks_dWmXdGayDHrHWhA4V2kcjyXgD9DSJQlNJ8JJoI

Et il y a trois grosses études sur le long terme qui ont été mené en Europe pour confirmer ou infirmer les conclusions de Séralini et c'est sans appel, on ne va pas mourir en mangeant des OGM
Les conclusions des trois études (en anglais) :
https://www.g-twyst.eu/files/Conclusions-Recommendations/G-TwYSTConclusionsandrecommendations-final.pdf
http://www.grace-fp7.eu/sites/default/files/GRACE_Conclusions%20&Recommendations.pdf
https://academic.oup.com/toxsci/advance-article/doi/10.1093/toxsci/kfy298/5236972

Bonsoir, Il me semble que vous vous trompez de définition. La vie est chimique, oui, les composants de l'existence sont atomiques même. Rajoutons à cela l'électrique qui permets aux électrons d'être. Quand nombre de gens étant contre le glyphosate parlent de chimie, ils s'expriment maladroitement. Et vous vous servez de cette maladresse de l'expression pour avancer vos arguments : c'est utiliser la faiblesse de la forme d'un discours sans en percevoir le fond. En réalité, ils évoquent la chimie de synthèse, qui elle, à l'etat naturelle n'existe pas. Dans le cas du glyphosate, n'oublions pas que c'est un biocide. Nous n'avons pas réellement le recul pour évaluer les répercussions d'un usage répété dans les différents écosystèmes, qu'ils soient souterrains ( bactéries dans le sol permettant le transport des éléments vitaux pour les végétaux ), aériens ou aquatiques. Les tests sur les hommes étant interdits, en tant que cobayes pour connaître réellement les répercussions à long terme sur la santé humaine est, de fait, exclue. Les usages recommandés sont un dosage respectif ainsi qu'une protection adapté pour l'épandeur. Se servir d'un exemple sur le biologique pour défendre l'agriculture conventionnelle est une aberration, au pire, une manipulation volontaire. Ce que vous semblez ignorer c'est que les pesticides sont interdits dans l'agriculture biologique, à l'exception de quelques produits ( sulfate de cuivre et soufre par exemple ) Quand vous parlez de nourriture biologiques contenant des pesticides, ils ne sont pas le fait d'utilisations de produits par les producteurs eux-mêmes mais par la contamination involontaire du modèle agricole conventionnel, par voies aériennes majoritairement. Notons que les animaux sont aussi des vecteurs de contamination croisée. Un pesticide est forcément un biocide car il modifie l'état naturel du lieu. Regardez les vignobles bordelais ou du beaujolais : les pollinisateurs ont diminués grandement dans ces régions. Si ces produits tuent la vie, qu'en est-il de l'humain? Je vous pose cette question. Derrière ces usages se cachent d'autres problématiques : les modèles agricoles qui utilisent ces produits sont principalement des monocultures ( qui semblent ignorer le principe de rotation vieux comme le monde ) qui nécessitent indubitablement une mécanisation sur consommatrice d'énergies fossiles. Dans un seul but de rentabilité ( tonnes ) pour fournir de grands groupes distributeurs de marchandises à bas prix ( ne parlons même pas de l'empreinte carbone et des suicides des agriculteurs retrouvés piégés dans ces systèmes d'exploitation. Ou encore des semences stériles dont vous connaissez, j'espère, les principaux acteurs qui ont la main mise sur les brevets de ces semences, résistantes il paraît mais qui nécessitent de l'herbicide ( donc écocide) à outrance ) Pour ce qui est le cas des maladies potentiellement provoquées par ces usages, pourquoi attendre la science ? Des principes de précaution devraient être mis en place par une simple interdiction d'usage. Au bout de quelques années, nous pourrions savoir si l'arrêt à une causalité ou non avec le nombre de maladies déclarées... Ne prenons pas le problème à l'envers donc. J'habite en campagne et connaît bien le secteur agricole pour côtoyer nombres de ses acteurs. La vérité n'est pas visible dans un article de journal, mais bel et bien sur le terrain. Et c'est le cas de le dire. Vous habitez en ville ou êtes syndiqué FNSEA ? Je suis curieux de connaître votre parcours rt vos connaissances pour partager avec férocité ce que je considère comme des aprioris de vos méconnaissances. PS : votre lien sur les pesticides en bio est en erreur 404. De plus il concerne que l'ecocert et non pas l'AB. C'est malhonnête de généraliser à toute la filière biologique.
AnonymeIl y a 2 mois

Bonsoir,

Il me semble que vous vous trompez de définition.

La vie est chimique, oui, les composants de l'existence sont atomiques même. Rajoutons à cela l'électrique qui permets aux électrons d'être.

Quand nombre de gens étant contre le glyphosate parlent de chimie, ils s'expriment maladroitement. Et vous vous servez de cette maladresse de l'expression pour avancer vos arguments : c'est utiliser la faiblesse de la forme d'un discours sans en percevoir le fond.

En réalité, ils évoquent la chimie de synthèse, qui elle, à l'etat naturelle n'existe pas.

Dans le cas du glyphosate, n'oublions pas que c'est un biocide. Nous n'avons pas réellement le recul pour évaluer les répercussions d'un usage répété dans les différents écosystèmes, qu'ils soient souterrains ( bactéries dans le sol permettant le transport des éléments vitaux pour les végétaux ), aériens ou aquatiques.

Les tests sur les hommes étant interdits, en tant que cobayes pour connaître réellement les répercussions à long terme sur la santé humaine est, de fait, exclue.

Les usages recommandés sont un dosage respectif ainsi qu'une protection adapté pour l'épandeur.

Se servir d'un exemple sur le biologique pour défendre l'agriculture conventionnelle est une aberration, au pire, une manipulation volontaire.

Ce que vous semblez ignorer c'est que les pesticides sont interdits dans l'agriculture biologique, à l'exception de quelques produits ( sulfate de cuivre et soufre par exemple )

Quand vous parlez de nourriture biologiques contenant des pesticides, ils ne sont pas le fait d'utilisations de produits par les producteurs eux-mêmes mais par la contamination involontaire du modèle agricole conventionnel, par voies aériennes majoritairement. Notons que les animaux sont aussi des vecteurs de contamination croisée.

Un pesticide est forcément un biocide car il modifie l'état naturel du lieu. Regardez les vignobles bordelais ou du beaujolais : les pollinisateurs ont diminués grandement dans ces régions. Si ces produits tuent la vie, qu'en est-il de l'humain?
Je vous pose cette question.

Derrière ces usages se cachent d'autres problématiques : les modèles agricoles qui utilisent ces produits sont principalement des monocultures ( qui semblent ignorer le principe de rotation vieux comme le monde ) qui nécessitent indubitablement une mécanisation sur consommatrice d'énergies fossiles. Dans un seul but de rentabilité ( tonnes ) pour fournir de grands groupes distributeurs de marchandises à bas prix ( ne parlons même pas de l'empreinte carbone et des suicides des agriculteurs retrouvés piégés dans ces systèmes d'exploitation. Ou encore des semences stériles dont vous connaissez, j'espère, les principaux acteurs qui ont la main mise sur les brevets de ces semences, résistantes il paraît mais qui nécessitent de l'herbicide ( donc écocide) à outrance )

Pour ce qui est le cas des maladies potentiellement provoquées par ces usages, pourquoi attendre la science ? Des principes de précaution devraient être mis en place par une simple interdiction d'usage.

Au bout de quelques années, nous pourrions savoir si l'arrêt à une causalité ou non avec le nombre de maladies déclarées...
Ne prenons pas le problème à l'envers donc.

J'habite en campagne et connaît bien le secteur agricole pour côtoyer nombres de ses acteurs.
La vérité n'est pas visible dans un article de journal, mais bel et bien sur le terrain. Et c'est le cas de le dire.

Vous habitez en ville ou êtes syndiqué FNSEA ? Je suis curieux de connaître votre parcours rt vos connaissances pour partager avec férocité ce que je considère comme des aprioris de vos méconnaissances.

PS : votre lien sur les pesticides en bio est en erreur 404. De plus il concerne que l'ecocert et non pas l'AB. C'est malhonnête de généraliser à toute la filière biologique.

Perso je n'ai pas (ou plus) la patience d'expliquer à ceux qui font exprès de ne pas comprendre ou semblant de ne pas voir. Les négationistes du bon sens et de la raison. Quel brio @papillondanslatoile . Bravo et merci.
Koolseb Il y a 2 mois

Perso je n'ai pas (ou plus) la patience d'expliquer à ceux qui font exprès de ne pas comprendre ou semblant de ne pas voir. Les négationistes du bon sens et de la raison. Quel brio @papillondanslatoile . Bravo et merci.

Je suis d'accord, tu as résumé ce qui me "chagrinait" et il faut être sur le terrain et ne pas généraliser avec des études scientifiques qui peuvent finalement aller dans le sens que l'on souhaite, il y en a tellement. Et a t-on besoin de la science ou avoir simplement du bon sens. J'avoue que je suis très étonnée de certains points de vue sur ce sujet, ce n'est pas une critique.
Damnée Il y a 2 mois

Je suis d'accord, tu as résumé ce qui me "chagrinait" et il faut être sur le terrain et ne pas généraliser avec des études scientifiques qui peuvent finalement aller dans le sens que l'on souhaite, il y en a tellement.
Et a t-on besoin de la science ou avoir simplement du bon sens.
J'avoue que je suis très étonnée de certains points de vue sur ce sujet, ce n'est pas une critique.

[quote="papillondanslatoile"]Dans le cas du glyphosate, n'oublions pas que c'est un biocide. Nous n'avons pas réellement le recul pour évaluer les répercussions d'un usage répété dans les différents écosystèmes, qu'ils soient souterrains ( bactéries dans le sol permettant le transport des éléments vitaux pour les végétaux ), aériens ou aquatiques.[/quote] L'écotoxicité du glyphosate est connu et étudié. Son effet est limité sur l'environnement. [quote="papillondanslatoile"]Les tests sur les hommes étant interdits, en tant que cobayes pour connaître réellement les répercussions à long terme sur la santé humaine est, de fait, exclue.[/quote] Je me demande comment iels ont pu faire cette étude alors : https://academic.oup.com/jnci/article-abstract/110/5/509/4590280?redirectedFrom=fulltext [quote="papillondanslatoile"]Se servir d'un exemple sur le biologique pour défendre l'agriculture conventionnelle est une aberration, au pire, une manipulation volontaire.[/quote] Et diaboliser les pesticides de synthèse sans preuve pour promouvoir le bio, c'est pas de la manipulation ? [quote="papillondanslatoile"]Ce que vous semblez ignorer c'est que les pesticides sont interdits dans l'agriculture biologique, à l'exception de quelques produits ( sulfate de cuivre et soufre par exemple )[/quote] Faux : http://www.itab.asso.fr/activites/guide-intrants.php [quote="papillondanslatoile"]Un pesticide est forcément un biocide car il modifie l'état naturel du lieu. Regardez les vignobles bordelais ou du beaujolais : les pollinisateurs ont diminués grandement dans ces régions. Si ces produits tuent la vie, qu'en est-il de l'humain? Je vous pose cette question.[/quote] Personne n'a dit que les intrants n'avaient pas d'impact sur l'environnement. Les pesticides sont loin d'être la première cause de la disparition des pollinisateurs et parmi les pesticides responsables, on trouve des pesticides utilisés en bio comme le spinosade. Pour savoir l'effet sur l'humain, il suffit de consulter les agences sanitaires sur la toxicité de ses produits. [quote="papillondanslatoile"]Derrière ces usages se cachent d'autres problématiques : les modèles agricoles qui utilisent ces produits sont principalement des monocultures ( qui semblent ignorer le principe de rotation vieux comme le monde ) qui nécessitent indubitablement une mécanisation sur consommatrice d'énergies fossiles. Dans un seul but de rentabilité ( tonnes ) pour fournir de grands groupes distributeurs de marchandises à bas prix ( ne parlons même pas de l'empreinte carbone et des suicides des agriculteurs retrouvés piégés dans ces systèmes d'exploitation. Ou encore des semences stériles dont vous connaissez, j'espère, les principaux acteurs qui ont la main mise sur les brevets de ces semences, résistantes il paraît mais qui nécessitent de l'herbicide ( donc écocide) à outrance )[/quote] On est comment sur la consommation d'énergie fossile quand un agriculteur passe sa journée à labourer ? Niveau empreinte carbone l'agriculture bio est loin d'être exemplaire : https://www.mynewsdesk.com/uk/chalmers/pressreleases/organic-food-worse-for-the-climate-2813280 http://alerte-environnement.fr/2017/10/17/et-si-lagriculture-bio-menacait-la-planete/ D'ailleurs une initiative a été mise en place pour réduire les émissions de CO2, 4 pour 1000 : https://www.4p1000.org/fr mais pour cela on a besoin des pesticides de synthèse, en particulier du glyphosate pour l'agriculture de conservation des sols. [quote="papillondanslatoile"]Pour ce qui est le cas des maladies potentiellement provoquées par ces usages, pourquoi attendre la science ? Des principes de précaution devraient être mis en place par une simple interdiction d'usage. Au bout de quelques années, nous pourrions savoir si l'arrêt à une causalité ou non avec le nombre de maladies déclarées... Ne prenons pas le problème à l'envers donc.[/quote] Y'a pas besoin d'interdire un produit pour savoir s'il est la cause d'une maladie. Et c'est pas attendre la science, c'est utiliser la méthode scientifique pour prendre des décisions rationnelles. [quote="Koolseb"]Les négationistes du bon sens et de la raison.[/quote] Faut pas confondre "utiliser la raison" et "avoir raison".
melie Il y a 2 mois

Dans le cas du glyphosate, n'oublions pas que c'est un biocide. Nous n'avons pas réellement le recul pour évaluer les répercussions d'un usage répété dans les différents écosystèmes, qu'ils soient souterrains ( bactéries dans le sol permettant le transport des éléments vitaux pour les végétaux ), aériens ou aquatiques.
@papillondanslatoile

L'écotoxicité du glyphosate est connu et étudié. Son effet est limité sur l'environnement.

Les tests sur les hommes étant interdits, en tant que cobayes pour connaître réellement les répercussions à long terme sur la santé humaine est, de fait, exclue.
@papillondanslatoile

Je me demande comment iels ont pu faire cette étude alors : https://academic.oup.com/jnci/article-abstract/110/5/509/4590280?redirectedFrom=fulltext

Se servir d'un exemple sur le biologique pour défendre l'agriculture conventionnelle est une aberration, au pire, une manipulation volontaire.
@papillondanslatoile

Et diaboliser les pesticides de synthèse sans preuve pour promouvoir le bio, c'est pas de la manipulation ?

Ce que vous semblez ignorer c'est que les pesticides sont interdits dans l'agriculture biologique, à l'exception de quelques produits ( sulfate de cuivre et soufre par exemple )
@papillondanslatoile

Faux : http://www.itab.asso.fr/activites/guide-intrants.php

Un pesticide est forcément un biocide car il modifie l'état naturel du lieu. Regardez les vignobles bordelais ou du beaujolais : les pollinisateurs ont diminués grandement dans ces régions. Si ces produits tuent la vie, qu'en est-il de l'humain?
Je vous pose cette question.
@papillondanslatoile

Personne n'a dit que les intrants n'avaient pas d'impact sur l'environnement. Les pesticides sont loin d'être la première cause de la disparition des pollinisateurs et parmi les pesticides responsables, on trouve des pesticides utilisés en bio comme le spinosade. Pour savoir l'effet sur l'humain, il suffit de consulter les agences sanitaires sur la toxicité de ses produits.

Derrière ces usages se cachent d'autres problématiques : les modèles agricoles qui utilisent ces produits sont principalement des monocultures ( qui semblent ignorer le principe de rotation vieux comme le monde ) qui nécessitent indubitablement une mécanisation sur consommatrice d'énergies fossiles. Dans un seul but de rentabilité ( tonnes ) pour fournir de grands groupes distributeurs de marchandises à bas prix ( ne parlons même pas de l'empreinte carbone et des suicides des agriculteurs retrouvés piégés dans ces systèmes d'exploitation. Ou encore des semences stériles dont vous connaissez, j'espère, les principaux acteurs qui ont la main mise sur les brevets de ces semences, résistantes il paraît mais qui nécessitent de l'herbicide ( donc écocide) à outrance )
@papillondanslatoile

On est comment sur la consommation d'énergie fossile quand un agriculteur passe sa journée à labourer ?
Niveau empreinte carbone l'agriculture bio est loin d'être exemplaire :
https://www.mynewsdesk.com/uk/chalmers/pressreleases/organic-food-worse-for-the-climate-2813280
http://alerte-environnement.fr/2017/10/17/et-si-lagriculture-bio-menacait-la-planete/
D'ailleurs une initiative a été mise en place pour réduire les émissions de CO2, 4 pour 1000 : https://www.4p1000.org/fr mais pour cela on a besoin des pesticides de synthèse, en particulier du glyphosate pour l'agriculture de conservation des sols.

Pour ce qui est le cas des maladies potentiellement provoquées par ces usages, pourquoi attendre la science ? Des principes de précaution devraient être mis en place par une simple interdiction d'usage.

Au bout de quelques années, nous pourrions savoir si l'arrêt à une causalité ou non avec le nombre de maladies déclarées...
Ne prenons pas le problème à l'envers donc.
@papillondanslatoile

Y'a pas besoin d'interdire un produit pour savoir s'il est la cause d'une maladie. Et c'est pas attendre la science, c'est utiliser la méthode scientifique pour prendre des décisions rationnelles.


Les négationistes du bon sens et de la raison.

Faut pas confondre "utiliser la raison" et "avoir raison".

Bonjour melie, vos réponses sont intéressantes. Il y a une contradiction dans votre propos sur le glyphosate que je vais me permettre de souligner. Comment un produit peut-il être à la fois connu et étudié ? S'il continue à être étudié, c'est bien que son éco-toxicité n'est pas connu réellement ( ou du moins, il ne l'est que partiellement, donc pas complétement ) Ses effets sont limités, pourriez-vous précisé plus en détails ? Car vous pouvez faire plus de mille tests en laboratoire, sans étude sur le terrain en prenant en compte tous les facteurs environnementaux est une idiotie sans nom, vu que ce produit est utilisé en plein air sur des éco-systemes très diversifiés et complexes. Et même avec une étude sur le terrain il serait impossible de connaître toutes ses répercussions : il y a trop de facteurs imprévisibles. La faune et la flore sont en mouvement perpétuel ( animaux; échanges chimiques racinaires, aériens, pollen ) Les échanges air/sol également, les infiltrations de ces produits dans les couches profondes du sol, pouvant aller jusqu'aux cours d'eaux, ruisseaux, rivières, sources, jusqu'à des résurgences de nappes phréatiques. Vous semblez ignorer ou oublier le facteur vent qui peut amener ce produit auprès de populations plus sensibles par exemple. Les traitements en général ne peuvent être épandus qu'en dessous d'un certain seuil kilométrique/h , mais vous savez pertinemment que rares sont ceux qui se régulent à attendre que la météo change quand leur culture est en péril. Dans le cas du glyphosate, il suffirait juste de changer la technique cultural pour le désherbage des adventices avec du matériel spécifique plus adapté au type de culture. Donc. Son éco-toxicité est limité car cette même science qui permet son étude est elle aussi limitée. Pardon de l'inexactitude de mes propos sur les cobayes humains. Je parlais de la loi française, je ne l'ai pas spécifié. A vous lire vous semblez heureux que l'on puisse utiliser des humains comme cobayes pour des produits avec une éco-toxicité reconnue ( vos dires ), je suppose que vous pourriez utiliser les mêmes arguments pour défendre d'autres substances, même toxiques ou potentiellement dangereuses pour la vie, pour faire valoir vos arguments en ayant l'impression d'avoir raison. ( je vous renvoi à votre dernière phrase ) Ce test sur a peu près 50000personnes, j'y reviens. Connaissez vous les tranches d'âge ? Je suppose que pour être cobaye, il faut être majeur, non ? Nous ne connaissons ni le sexe des personnes, ni l'âge donc. Des femmes enceintes, des nourrissons, des personnes âgées ? Il me semble qu'ils sont exclus de cette étude. Généraliser une étude sur 50000 personnes à des millions d'humains pouvant être en contact avec ces chimies de synthèses est faire preuve d'un manque d'intelligence sans nom. Étude menée en 2017 si je comprends bien. Car je ne suis pas bilingue, vous semblez l'être. Si c'est bien 2017, deux années c'est court, non, pour connaître les répercussions sur le long terme ? Pour l'usage de pesticides en agriculture biologique, autant pour moi. J'ai écris des bêtises. Mais j'ajouterai plusieurs choses: Une autorisation d'usage n'est pas une obligation. Tout comme en conventionnel d'ailleurs. Ce qui est dingue d'ailleurs, c'est que Google facilite la tâche à trouver la liste de produits pour l'agriculture biologique. Pas si facile de trouver celle pour l'agriculture conventionnelle. Mais bon, on sait pertinemment que la liste est plus longue. En ratio, le conventionnel a à sa disposition plus de possibilités, in facto, de produire des aliments pollués par l'usage de produits. Ça c'est utiliser sa raison. Je ne tape pas spécifiquement sur l'agriculture conventionnelle. On peut être agriculteur en conventionnel et être droit dans ses bottes. L'un n'empêche pas l'autre, comme en bio ou conventionnel il peut y avoir des abus. De là à généraliser et à mettre le bio sur le même niveau que le conventionnel, c'est être aveugle et reprocher au borgne Il faut distinguer les produits de prévention et le curatif. Les herbicides et les insecticides. C'est important de ne pas tout mettre dans le même lot. Je réitère mon propos dans mon premier message, c'est le modèle agricole de la monoculture qui appauvrit le sol et modifie l'écosystème, ce qui pousse les agriculteurs à utiliser de plus en plus de produits pour que le sol soit productif, quand par leurs usages ils le rendent de plus en plus stériles et se retrouvent avec des adventices résistantes et invasives. Pour les pesticides responsables de la disparition des pollinisateurs ( il n'y a pas que les abeilles. Rappelons la charpentière, la domestique, l'osmie, le syrphe, le bourdon, la cétoine, le bombyle ou encore le lepture... ) je dirais tous : tous sont des biocides, donc c'est logique. Pointer du doigt un seul pesticide utilisé en biologique pour dédouaner tous les autres c'est se mentir. La nature n'a pas attendu la créations des labels biologiques pour en prendre plein la tronche. Ça fait des années et des années que l'alarme sonne. Niveau empreinte carbone, soyons raisonnables. Le marché majoritaire c'est le conventionnel. C'est lui qui participe le plus. C'est mathématique. Bien sûr que le bio a aussi sa part de responsabilité, mais ne vous déplaise, elle est moins grande. Le bio entraîne dans ses sillons ( vous remarquerez mes jeux de mots ) l'idéologie des circuits courts, du local. Je ne dis pas que le conventionnel en est exempt pour autant, juste le bio prend racine de plus en plus dans cette logique-ci de distribution. ( comparez les étales en grande surface. Le bio n'est pas majoritaire. Le conventionnel prends beaucoup plus de place, avec des produits venant d'Asie/Amérique du sud) quand il existe des productions françaises et/ou européennes. ) C'est le rôle des commerçants de proposer des aliments produits au plus près et du consommateur d'arrêter de vouloir acheter à tout prix des aliments qui viennent de l'autre bout de la planète. Excusez moi, mais si, nous attendons la science. Je vais glisser vers le sujet du pharmaceutique. L'affaire médiator aurait pu être évité. Ce médicament, s'il représentait un potentiel danger aurait dû être banni et ne jamais être mis sur le marché ( car le fond de tous les maux du monde sont là : l'argent roi dirige et la vie avec toutes ses branche passent après... ) Science sans conscience n'est que ruine de l'âme Il paraît...
AnonymeIl y a 2 mois

Bonjour melie, vos réponses sont intéressantes.

Il y a une contradiction dans votre propos sur le glyphosate que je vais me permettre de souligner.

Comment un produit peut-il être à la fois connu et étudié ?

S'il continue à être étudié, c'est bien que son éco-toxicité n'est pas connu réellement ( ou du moins, il ne l'est que partiellement, donc pas complétement )

Ses effets sont limités, pourriez-vous précisé plus en détails ?
Car vous pouvez faire plus de mille tests en laboratoire, sans étude sur le terrain en prenant en compte tous les facteurs environnementaux est une idiotie sans nom, vu que ce produit est utilisé en plein air sur des éco-systemes très diversifiés et complexes.

Et même avec une étude sur le terrain il serait impossible de connaître toutes ses répercussions : il y a trop de facteurs imprévisibles. La faune et la flore sont en mouvement perpétuel ( animaux; échanges chimiques racinaires, aériens, pollen )
Les échanges air/sol également, les infiltrations de ces produits dans les couches profondes du sol, pouvant aller jusqu'aux cours d'eaux, ruisseaux, rivières, sources, jusqu'à des résurgences de nappes phréatiques.

Vous semblez ignorer ou oublier le facteur vent qui peut amener ce produit auprès de populations plus sensibles par exemple.
Les traitements en général ne peuvent être épandus qu'en dessous d'un certain seuil kilométrique/h , mais vous savez pertinemment que rares sont ceux qui se régulent à attendre que la météo change quand leur culture est en péril.

Dans le cas du glyphosate, il suffirait juste de changer la technique cultural pour le désherbage des adventices avec du matériel spécifique plus adapté au type de culture.

Donc. Son éco-toxicité est limité car cette même science qui permet son étude est elle aussi limitée.

Pardon de l'inexactitude de mes propos sur les cobayes humains. Je parlais de la loi française, je ne l'ai pas spécifié.

A vous lire vous semblez heureux que l'on puisse utiliser des humains comme cobayes pour des produits avec une éco-toxicité reconnue ( vos dires ), je suppose que vous pourriez utiliser les mêmes arguments pour défendre d'autres substances, même toxiques ou potentiellement dangereuses pour la vie, pour faire valoir vos arguments en ayant l'impression d'avoir raison. ( je vous renvoi à votre dernière phrase )

Ce test sur a peu près 50000personnes, j'y reviens. Connaissez vous les tranches d'âge ?
Je suppose que pour être cobaye, il faut être majeur, non ?

Nous ne connaissons ni le sexe des personnes, ni l'âge donc.
Des femmes enceintes, des nourrissons, des personnes âgées ?

Il me semble qu'ils sont exclus de cette étude. Généraliser une étude sur 50000 personnes à des millions d'humains pouvant être en contact avec ces chimies de synthèses est faire preuve d'un manque d'intelligence sans nom.

Étude menée en 2017 si je comprends bien. Car je ne suis pas bilingue, vous semblez l'être.

Si c'est bien 2017, deux années c'est court, non, pour connaître les répercussions sur le long terme ?



Pour l'usage de pesticides en agriculture biologique, autant pour moi. J'ai écris des bêtises.
Mais j'ajouterai plusieurs choses:

Une autorisation d'usage n'est pas une obligation. Tout comme en conventionnel d'ailleurs.

Ce qui est dingue d'ailleurs, c'est que Google facilite la tâche à trouver la liste de produits pour l'agriculture biologique. Pas si facile de trouver celle pour l'agriculture conventionnelle.

Mais bon, on sait pertinemment que la liste est plus longue.

En ratio, le conventionnel a à sa disposition plus de possibilités, in facto, de produire des aliments pollués par l'usage de produits. Ça c'est utiliser sa raison.

Je ne tape pas spécifiquement sur l'agriculture conventionnelle. On peut être agriculteur en conventionnel et être droit dans ses bottes. L'un n'empêche pas l'autre, comme en bio ou conventionnel il peut y avoir des abus. De là à généraliser et à mettre le bio sur le même niveau que le conventionnel, c'est être aveugle et reprocher au borgne

Il faut distinguer les produits de prévention et le curatif. Les herbicides et les insecticides.

C'est important de ne pas tout mettre dans le même lot.

Je réitère mon propos dans mon premier message, c'est le modèle agricole de la monoculture qui appauvrit le sol et modifie l'écosystème, ce qui pousse les agriculteurs à utiliser de plus en plus de produits pour que le sol soit productif, quand par leurs usages ils le rendent de plus en plus stériles et se retrouvent avec des adventices résistantes et invasives.



Pour les pesticides responsables de la disparition des pollinisateurs ( il n'y a pas que les abeilles. Rappelons la charpentière, la domestique, l'osmie, le syrphe, le bourdon, la cétoine, le bombyle ou encore le lepture... ) je dirais tous : tous sont des biocides, donc c'est logique.
Pointer du doigt un seul pesticide utilisé en biologique pour dédouaner tous les autres c'est se mentir. La nature n'a pas attendu la créations des labels biologiques pour en prendre plein la tronche. Ça fait des années et des années que l'alarme sonne.

Niveau empreinte carbone, soyons raisonnables. Le marché majoritaire c'est le conventionnel. C'est lui qui participe le plus. C'est mathématique. Bien sûr que le bio a aussi sa part de responsabilité, mais ne vous déplaise, elle est moins grande.
Le bio entraîne dans ses sillons ( vous remarquerez mes jeux de mots ) l'idéologie des circuits courts, du local. Je ne dis pas que le conventionnel en est exempt pour autant, juste le bio prend racine de plus en plus dans cette logique-ci de distribution. ( comparez les étales en grande surface. Le bio n'est pas majoritaire. Le conventionnel prends beaucoup plus de place, avec des produits venant d'Asie/Amérique du sud) quand il existe des productions françaises et/ou européennes. )

C'est le rôle des commerçants de proposer des aliments produits au plus près et du consommateur d'arrêter de vouloir acheter à tout prix des aliments qui viennent de l'autre bout de la planète.

Excusez moi, mais si, nous attendons la science. Je vais glisser vers le sujet du pharmaceutique.
L'affaire médiator aurait pu être évité. Ce médicament, s'il représentait un potentiel danger aurait dû être banni et ne jamais être mis sur le marché ( car le fond de tous les maux du monde sont là : l'argent roi dirige et la vie avec toutes ses branche passent après... )

Science sans conscience n'est que ruine de l'âme
Il paraît...

[quote="papillondanslatoile"]Comment un produit peut-il être à la fois connu et étudié ? S'il continue à être étudié, c'est bien que son éco-toxicité n'est pas connu réellement ( ou du moins, il ne l'est que partiellement, donc pas complétement )[/quote] Pour être connu, il doit être étudier. Et s'il y a assez de connaissances pour conclure rien n'empêche de continuer la recherche et cela n'invalide pas les connaissances déjà obtenues. [quote="papillondanslatoile"]Ses effets sont limités, pourriez-vous précisé plus en détails ?[/quote] De ce que j'ai lu et qui fait consensus scientifique, en usage normal, toxicité faible pour oiseaux et mammifères, toxicité très faible pour les micro-organismes du sol, pas de toxicité pour les insectes, organismes aquatiques. [quote="papillondanslatoile"]Car vous pouvez faire plus de mille tests en laboratoire, sans étude sur le terrain en prenant en compte tous les facteurs environnementaux est une idiotie sans nom, vu que ce produit est utilisé en plein air sur des éco-systemes très diversifiés et complexes. Et même avec une étude sur le terrain il serait impossible de connaître toutes ses répercussions : il y a trop de facteurs imprévisibles. La faune et la flore sont en mouvement perpétuel ( animaux; échanges chimiques racinaires, aériens, pollen ) Les échanges air/sol également, les infiltrations de ces produits dans les couches profondes du sol, pouvant aller jusqu'aux cours d'eaux, ruisseaux, rivières, sources, jusqu'à des résurgences de nappes phréatiques.[/quote] Tu crois sérieusement que les scientifiques se contentent que de tests in vitro, qu'ils ne font pas de tests dans des conditions réelles ? [quote="papillondanslatoile"]Vous semblez ignorer ou oublier le facteur vent qui peut amener ce produit auprès de populations plus sensibles par exemple. Les traitements en général ne peuvent être épandus qu'en dessous d'un certain seuil kilométrique/h , mais vous savez pertinemment que rares sont ceux qui se régulent à attendre que la météo change quand leur culture est en péril.[/quote] Donc parce que des personnes font un mauvais usage d'un produit, il faut rendre responsable le produit ? Que ça change le risque en usage normal ? Je doute que les agriculteurs ne respectant pas les usages soient si nombreux. [quote="papillondanslatoile"]Dans le cas du glyphosate, il suffirait juste de changer la technique cultural pour le désherbage des adventices avec du matériel spécifique plus adapté au type de culture.[/quote] La solution est le labour, c'est ça ? [quote="papillondanslatoile"]Donc. Son éco-toxicité est limité car cette même science qui permet son étude est elle aussi limitée.[/quote] Non. [quote="papillondanslatoile"]Pardon de l'inexactitude de mes propos sur les cobayes humains. Je parlais de la loi française, je ne l'ai pas spécifié. A vous lire vous semblez heureux que l'on puisse utiliser des humains comme cobayes pour des produits avec une éco-toxicité reconnue ( vos dires ), je suppose que vous pourriez utiliser les mêmes arguments pour défendre d'autres substances, même toxiques ou potentiellement dangereuses pour la vie, pour faire valoir vos arguments en ayant l'impression d'avoir raison. ( je vous renvoi à votre dernière phrase ) Ce test sur a peu près 50000personnes, j'y reviens. Connaissez vous les tranches d'âge ? Je suppose que pour être cobaye, il faut être majeur, non ? Nous ne connaissons ni le sexe des personnes, ni l'âge donc. Des femmes enceintes, des nourrissons, des personnes âgées ? Il me semble qu'ils sont exclus de cette étude. Généraliser une étude sur 50000 personnes à des millions d'humains pouvant être en contact avec ces chimies de synthèses est faire preuve d'un manque d'intelligence sans nom. Étude menée en 2017 si je comprends bien. Car je ne suis pas bilingue, vous semblez l'être. Si c'est bien 2017, deux années c'est court, non, pour connaître les répercussions sur le long terme ?[/quote] Dans l'étude que j'ai posté, il n'y a pas de cobaye oO . Tu dis qu'on ne peut pas connaître les répercussions sur la santé humaine parce que les tests sur les humains sont interdits. Pas besoin de cobaye pour évaluer les effets à long terme sur la santé humaine et cette étude en est un exemple. Il s'agit d'une étude épidémiologique qui a suivi, pendant 20 ans, plus de 54 000 agriculteurs/épandeurs, parmi eux près de 45 000 utilisent du glyphosate. La conclusion est qu'il n'y a pas de lien entre glyphosate et cancer. Et généraliser, à des millions personnes ce n'est pas manquer d'intelligence. Faut se renseigner sur ce que sont les statistiques et l'épidémiologie. [quote="papillondanslatoile"]Ce qui est dingue d'ailleurs, c'est que Google facilite la tâche à trouver la liste de produits pour l'agriculture biologique. Pas si facile de trouver celle pour l'agriculture conventionnelle.[/quote] Bizarre ça, je tape "liste pesticide autorisé en France" et le premier lien donné est celui là : https://www.ecophyto-pro.fr/fiches/fiche/4/produits_reglementes_bases_de_donnees_et_catalogues_officiels/n:304 C'était très difficile :/ [quote="papillondanslatoile"]De là à généraliser et à mettre le bio sur le même niveau que le conventionnel, c'est être aveugle et reprocher au borgne[/quote] Je vois pas pourquoi on ne pourrait pas critiquer les pratiques agricoles, quelles qu'elles soient, sur un même niveau. P'têt arrêter d'être manichéen avec le conventionnel d'un côté et le bio de l'autre [quote="papillondanslatoile"]Je réitère mon propos dans mon premier message, c'est le modèle agricole de la monoculture qui appauvrit le sol et modifie l'écosystème, ce qui pousse les agriculteurs à utiliser de plus en plus de produits pour que le sol soit productif, quand par leurs usages ils le rendent de plus en plus stériles et se retrouvent avec des adventices résistantes et invasives.[/quote] Puisque visiblement c'est ce qui doit remplacer le glyphosate, je te conseille de te renseigner sur le labour et ses effets sur le sol et la fertilité. [quote="papillondanslatoile"]Pointer du doigt un seul pesticide utilisé en biologique pour dédouaner tous les autres c'est se mentir.[/quote] Je dédouane pas les autres pesticides. C'est juste pour dire qu'en bio aussi il y a utilisation de pesticides et ils ne sont pas moins toxiques que les pesticides de synthèse. Quand faut blâmer les pesticides de synthèse y'a du monde, dès lors qu'il faut parler de ceux utilisés en bio, bizarrement ça joue les aveugles. [quote="papillondanslatoile"]Niveau empreinte carbone, soyons raisonnables. Le marché majoritaire c'est le conventionnel. C'est lui qui participe le plus. C'est mathématique. Bien sûr que le bio a aussi sa part de responsabilité, mais ne vous déplaise, elle est moins grande.[/quote] Il n'est pas question de marché mais de pratique agricole. Et les études scientifiques montrent que l'agriculture bio émet plus de CO2 que le conventionnel. Deal with it ! Les causes sont multiples : utilisation de fumier, le labour, utilisation plus importante de gasoil, déforestation... [quote="papillondanslatoile"]Excusez moi, mais si, nous attendons la science.[/quote] La science a déjà fait son boulot et a donné ses conclusions, il est temps de les prendre en compte. [quote="papillondanslatoile"]Je vais glisser vers le sujet du pharmaceutique. L'affaire médiator aurait pu être évité. Ce médicament, s'il représentait un potentiel danger aurait dû être banni et ne jamais être mis sur le marché ( car le fond de tous les maux du monde sont là : l'argent roi dirige et la vie avec toutes ses branche passent après... )[/quote] Sans la méthode scientifique, Irène Frachon n'aurait pas pu montrer le lien entre le médiator et la valvulopathie cardiaque. La même méthode est utilisée pour le glyphosate mais comme les conclusions ne vous plaisent pas, vous niez leurs existences. C'est juste hypocrite.
melie Il y a 2 mois

Comment un produit peut-il être à la fois connu et étudié ?

S'il continue à être étudié, c'est bien que son éco-toxicité n'est pas connu réellement ( ou du moins, il ne l'est que partiellement, donc pas complétement )
@papillondanslatoile

Pour être connu, il doit être étudier. Et s'il y a assez de connaissances pour conclure rien n'empêche de continuer la recherche et cela n'invalide pas les connaissances déjà obtenues.

Ses effets sont limités, pourriez-vous précisé plus en détails ?
@papillondanslatoile

De ce que j'ai lu et qui fait consensus scientifique, en usage normal, toxicité faible pour oiseaux et mammifères, toxicité très faible pour les micro-organismes du sol, pas de toxicité pour les insectes, organismes aquatiques.

Car vous pouvez faire plus de mille tests en laboratoire, sans étude sur le terrain en prenant en compte tous les facteurs environnementaux est une idiotie sans nom, vu que ce produit est utilisé en plein air sur des éco-systemes très diversifiés et complexes.

Et même avec une étude sur le terrain il serait impossible de connaître toutes ses répercussions : il y a trop de facteurs imprévisibles. La faune et la flore sont en mouvement perpétuel ( animaux; échanges chimiques racinaires, aériens, pollen )
Les échanges air/sol également, les infiltrations de ces produits dans les couches profondes du sol, pouvant aller jusqu'aux cours d'eaux, ruisseaux, rivières, sources, jusqu'à des résurgences de nappes phréatiques.
@papillondanslatoile

Tu crois sérieusement que les scientifiques se contentent que de tests in vitro, qu'ils ne font pas de tests dans des conditions réelles ?

Vous semblez ignorer ou oublier le facteur vent qui peut amener ce produit auprès de populations plus sensibles par exemple.
Les traitements en général ne peuvent être épandus qu'en dessous d'un certain seuil kilométrique/h , mais vous savez pertinemment que rares sont ceux qui se régulent à attendre que la météo change quand leur culture est en péril.
@papillondanslatoile

Donc parce que des personnes font un mauvais usage d'un produit, il faut rendre responsable le produit ? Que ça change le risque en usage normal ? Je doute que les agriculteurs ne respectant pas les usages soient si nombreux.

Dans le cas du glyphosate, il suffirait juste de changer la technique cultural pour le désherbage des adventices avec du matériel spécifique plus adapté au type de culture.
@papillondanslatoile

La solution est le labour, c'est ça ?

Donc. Son éco-toxicité est limité car cette même science qui permet son étude est elle aussi limitée.
@papillondanslatoile

Non.

Pardon de l'inexactitude de mes propos sur les cobayes humains. Je parlais de la loi française, je ne l'ai pas spécifié.

A vous lire vous semblez heureux que l'on puisse utiliser des humains comme cobayes pour des produits avec une éco-toxicité reconnue ( vos dires ), je suppose que vous pourriez utiliser les mêmes arguments pour défendre d'autres substances, même toxiques ou potentiellement dangereuses pour la vie, pour faire valoir vos arguments en ayant l'impression d'avoir raison. ( je vous renvoi à votre dernière phrase )

Ce test sur a peu près 50000personnes, j'y reviens. Connaissez vous les tranches d'âge ?
Je suppose que pour être cobaye, il faut être majeur, non ?

Nous ne connaissons ni le sexe des personnes, ni l'âge donc.
Des femmes enceintes, des nourrissons, des personnes âgées ?

Il me semble qu'ils sont exclus de cette étude. Généraliser une étude sur 50000 personnes à des millions d'humains pouvant être en contact avec ces chimies de synthèses est faire preuve d'un manque d'intelligence sans nom.

Étude menée en 2017 si je comprends bien. Car je ne suis pas bilingue, vous semblez l'être.

Si c'est bien 2017, deux années c'est court, non, pour connaître les répercussions sur le long terme ?
@papillondanslatoile

Dans l'étude que j'ai posté, il n'y a pas de cobaye . Tu dis qu'on ne peut pas connaître les répercussions sur la santé humaine parce que les tests sur les humains sont interdits. Pas besoin de cobaye pour évaluer les effets à long terme sur la santé humaine et cette étude en est un exemple. Il s'agit d'une étude épidémiologique qui a suivi, pendant 20 ans, plus de 54 000 agriculteurs/épandeurs, parmi eux près de 45 000 utilisent du glyphosate. La conclusion est qu'il n'y a pas de lien entre glyphosate et cancer. Et généraliser, à des millions personnes ce n'est pas manquer d'intelligence. Faut se renseigner sur ce que sont les statistiques et l'épidémiologie.

Ce qui est dingue d'ailleurs, c'est que Google facilite la tâche à trouver la liste de produits pour l'agriculture biologique. Pas si facile de trouver celle pour l'agriculture conventionnelle.
@papillondanslatoile

Bizarre ça, je tape "liste pesticide autorisé en France" et le premier lien donné est celui là : https://www.ecophyto-pro.fr/fiches/fiche/4/produits_reglementes_bases_de_donnees_et_catalogues_officiels/n:304 C'était très difficile

De là à généraliser et à mettre le bio sur le même niveau que le conventionnel, c'est être aveugle et reprocher au borgne
@papillondanslatoile

Je vois pas pourquoi on ne pourrait pas critiquer les pratiques agricoles, quelles qu'elles soient, sur un même niveau. P'têt arrêter d'être manichéen avec le conventionnel d'un côté et le bio de l'autre

Je réitère mon propos dans mon premier message, c'est le modèle agricole de la monoculture qui appauvrit le sol et modifie l'écosystème, ce qui pousse les agriculteurs à utiliser de plus en plus de produits pour que le sol soit productif, quand par leurs usages ils le rendent de plus en plus stériles et se retrouvent avec des adventices résistantes et invasives.
@papillondanslatoile

Puisque visiblement c'est ce qui doit remplacer le glyphosate, je te conseille de te renseigner sur le labour et ses effets sur le sol et la fertilité.

Pointer du doigt un seul pesticide utilisé en biologique pour dédouaner tous les autres c'est se mentir.
@papillondanslatoile

Je dédouane pas les autres pesticides. C'est juste pour dire qu'en bio aussi il y a utilisation de pesticides et ils ne sont pas moins toxiques que les pesticides de synthèse. Quand faut blâmer les pesticides de synthèse y'a du monde, dès lors qu'il faut parler de ceux utilisés en bio, bizarrement ça joue les aveugles.

Niveau empreinte carbone, soyons raisonnables. Le marché majoritaire c'est le conventionnel. C'est lui qui participe le plus. C'est mathématique. Bien sûr que le bio a aussi sa part de responsabilité, mais ne vous déplaise, elle est moins grande.
@papillondanslatoile

Il n'est pas question de marché mais de pratique agricole. Et les études scientifiques montrent que l'agriculture bio émet plus de CO2 que le conventionnel. Deal with it ! Les causes sont multiples : utilisation de fumier, le labour, utilisation plus importante de gasoil, déforestation...

Excusez moi, mais si, nous attendons la science.
@papillondanslatoile

La science a déjà fait son boulot et a donné ses conclusions, il est temps de les prendre en compte.

Je vais glisser vers le sujet du pharmaceutique.
L'affaire médiator aurait pu être évité. Ce médicament, s'il représentait un potentiel danger aurait dû être banni et ne jamais être mis sur le marché ( car le fond de tous les maux du monde sont là : l'argent roi dirige et la vie avec toutes ses branche passent après... )
@papillondanslatoile

Sans la méthode scientifique, Irène Frachon n'aurait pas pu montrer le lien entre le médiator et la valvulopathie cardiaque. La même méthode est utilisée pour le glyphosate mais comme les conclusions ne vous plaisent pas, vous niez leurs existences. C'est juste hypocrite.

Bonsoir, excusez moi d'avance, si je suis un peu dispatché dans mes pensées. Je suis légèrement ivre. Tout d'abord, je commencerai par cette expérience que vous avez partagé : Comme vous l'avez remarqué, je n'avais pas compris que c'était les agriculteurs eux-mêmes qui testaient les produits. Savez-vous plus en détail l'encadrement de ces tests ? Étaient-ils pourvus de matériel de protection lors du contact de ce produit ? Si oui, cela fausse grandement la donne, car en contact direct, hors principe d'usages et recommandations, nous n'avons donc aucune certitude se l'impact de la santé humaine, à court, moyen et long terme. Chaque corps humain est différent et les résistances à ces produits sont injustement la même entre les individus, en cas de contact direct avec la substance, ou "indirect", par exemple les résidus qui peuvent se retrouver sur et dans l'aliment. Je comprend vos arguments et les respecte. Je ne suis juste pas d'accord, car au delà de l'utilisateur du produit ( qui est le premier concerné ) il y a ceux qui se retrouvent vers le final de la chaîne surtout. ( les individus qui récoltent, ceux qui conditionnent, ceux qui mettent en rayon, avec tri souvent nécessaire et les consommateurs : je vous avoue, c'est surtout ceux-ci qui m'inquiète, car, les agriculteurs eux sont informés de la toxicité des produits qu'ils épandent, ils peuvent se référer aux étiquettes alors que le consommateur nage dans un manque informatif. ) Les consommateurs eux n'ont pas facilité d'accès à ces informations et n'ont que l'origine ( fort peu précise ), le calibre et l'aspect visuel du produit. Revenons à l'écotoxicité du glyphosate. Pourriez vous me transmettre vos sources ? Quand vous parlez l'écotoxicité faible, c'est sur du court, moyen ou long terme ? Il est simple de faire des tests en milieu naturel et de s'arrêter au court terme. C'est l'option de la facilité scientifique il me semble. En milieu naturel il est impossible de connaître la réelle éco-toxicité d'un produit sur le long terme. Il faudrait suivre la faune et la flore d'une manière constante, pucer chaque insecte, chaque mammifère qui est en contact avec ce produit pour connaître avec exactitude ses effets. On parle de plusieurs générations animales et végétales et comme je l'ai souligné, bien trop de facteurs échappent à l'entendement humain, la vie est en perpétuel mouvement... Je me permets de reprendre l'exemple du médiator, pour votre justification sur étudié/connu. Les tests fait en amont n'ont pas descellés la dangerosité. Des études à venir ou en cours peuvent très bien invalider les connaissances que nous avons actuellement. Vous parlez de consensus, et ce n'est rien d'autre que ce mot là : il se peut que nos connaissances soient faussées, partiellement. Je retournerai votre question : si le produit est un écocide pourquoi continuer à l'autoriser? Vous ne connaissez pas me travail du sol. Ça se voit... Le labour c'est l'action de retourner la terre. Principalement pour l'ameublir. Ne déformez pas mes propos : je parle de désherbage mécanisé et non pas de labour. La houe maraîchère par exemple ne retourne pas le sol, elle permet de désherber. Ça existe sur les engins motorisés. N'ayez pas cette vision manichéenne : vous vous servez d'un argument d'une agriculture sensée pour défendre une agriculture chimique de synthèse qui empoisonne à petits feux la totalité des écosystèmes. J'ai rarement lu ça... Restreindre 50000 individus à des millions c'est restreindre le champ des possibles, si. C'est comme les sondages. Ce ne sont que des tendances, des échantillons. Ce n'est en rien reprensatif de la totalité. Bizarrement, j'ai tapé agriculture conventionnelle et il me renvoi sur le bio. Les joies de Google ! Pourrais-je avoir les sources de vos études scientifiques sur le bio + émetteur de co2? Comptent-ils le nombre, pour le ratio en comparaison avec le conventionnel et le transport ? Quand j'écris de ne pas mettre sur le même niveau, je parle de quantitatif. Combien d'hectares en bio contre combien en conventionnel ? L'agriculture c'est de l'agriculture, forcément. Vous croyez que les agriculteurs conventionnel n'utilisent pas le labour? Vous connaissez les techniques culturales pour la pomme de terre ? Comparons les superficies en France alors selon les cultures entre bio/conventionnel, vous savez pertinemment que le conventionnel, en hectares, est plus important. Et ça nécessite du labour comme cette culture est butée ou chaussée, préférez le terme qui vous arrange. Mais non je l'ai dis. Bien sûr qu'il peut exister en bio des toxicités dans les produits également. Arrêtez de m'accuser de manichéisme quand je reconnais les torts, possibles, des deux côtés. Le problème de l'agriculture est son aspect intensif. Bio ou conventionnel. C'est ça qui entraîne une mécanisation consommatrice d'énergies fossiles et d'intrants chimiques en tout genre. Et non la science n'a pas fait son boulot vu qu'elle bosse encore dessus. Vous vous contredisez. Elle n'aura jamais fini son boulot tant qu'on cherchera à défendre des produits toxiques plutôt qu'appliquer des politiques d'interdictions préventives pour accélérer les recherches sur des solutions alternatives. Je ne nie pas les conclusions scientifiques. Je ne comprend pas que la science soit au service de l'industrie chimique, juste.
AnonymeIl y a 2 mois

Bonsoir, excusez moi d'avance, si
je suis un peu dispatché dans mes pensées.
Je suis légèrement ivre.

Tout d'abord, je commencerai par cette expérience que vous avez partagé :

Comme vous l'avez remarqué, je n'avais pas compris que c'était les agriculteurs eux-mêmes qui testaient les produits.

Savez-vous plus en détail l'encadrement de ces tests ?

Étaient-ils pourvus de matériel de protection lors du contact de ce produit ?

Si oui, cela fausse grandement la donne, car en contact direct, hors principe d'usages et recommandations, nous n'avons donc aucune certitude se l'impact de la santé humaine, à court, moyen et long terme.

Chaque corps humain est différent et les résistances à ces produits sont injustement la même entre les individus, en cas de contact direct avec la substance, ou "indirect", par exemple les résidus qui peuvent se retrouver sur et dans l'aliment.

Je comprend vos arguments et les respecte. Je ne suis juste pas d'accord, car au delà de l'utilisateur du produit ( qui est le premier concerné ) il y a ceux qui se retrouvent vers le final de la chaîne surtout.
( les individus qui récoltent, ceux qui conditionnent, ceux qui mettent en rayon, avec tri souvent nécessaire et les consommateurs : je vous avoue, c'est surtout ceux-ci qui m'inquiète, car, les agriculteurs eux sont informés de la toxicité des produits qu'ils épandent, ils peuvent se référer aux étiquettes alors que le consommateur nage dans un manque informatif. )

Les consommateurs eux n'ont pas facilité d'accès à ces informations et n'ont que l'origine ( fort peu précise ), le calibre et l'aspect visuel du produit.





Revenons à l'écotoxicité du glyphosate.
Pourriez vous me transmettre vos sources ?

Quand vous parlez l'écotoxicité faible, c'est sur du court, moyen ou long terme ?
Il est simple de faire des tests en milieu naturel et de s'arrêter au court terme. C'est l'option de la facilité scientifique il me semble.

En milieu naturel il est impossible de connaître la réelle éco-toxicité d'un produit sur le long terme.

Il faudrait suivre la faune et la flore d'une manière constante, pucer chaque insecte, chaque mammifère qui est en contact avec ce produit pour connaître avec exactitude ses effets. On parle de plusieurs générations animales et végétales et comme je l'ai souligné, bien trop de facteurs échappent à l'entendement humain, la vie est en perpétuel mouvement...

Je me permets de reprendre l'exemple du médiator, pour votre justification sur étudié/connu. Les tests fait en amont n'ont pas descellés la dangerosité.
Des études à venir ou en cours peuvent très bien invalider les connaissances que nous avons actuellement. Vous parlez de consensus, et ce n'est rien d'autre que ce mot là : il se peut que nos connaissances soient faussées, partiellement.

Je retournerai votre question : si le produit est un écocide pourquoi continuer à l'autoriser?

Vous ne connaissez pas me travail du sol. Ça se voit...
Le labour c'est l'action de retourner la terre. Principalement pour l'ameublir.
Ne déformez pas mes propos : je parle de désherbage mécanisé et non pas de labour. La houe maraîchère par exemple ne retourne pas le sol, elle permet de désherber. Ça existe sur les engins motorisés. N'ayez pas cette vision manichéenne : vous vous servez d'un argument d'une agriculture sensée pour défendre une agriculture chimique de synthèse qui empoisonne à petits feux la totalité des écosystèmes.

J'ai rarement lu ça...

Restreindre 50000 individus à des millions c'est restreindre le champ des possibles, si. C'est comme les sondages. Ce ne sont que des tendances, des échantillons. Ce n'est en rien reprensatif de la totalité.

Bizarrement, j'ai tapé agriculture conventionnelle et il me renvoi sur le bio. Les joies de Google !


Pourrais-je avoir les sources de vos études scientifiques sur le bio + émetteur de co2?
Comptent-ils le nombre, pour le ratio en comparaison avec le conventionnel et le transport ?

Quand j'écris de ne pas mettre sur le même niveau, je parle de quantitatif. Combien d'hectares en bio contre combien en conventionnel ?
L'agriculture c'est de l'agriculture, forcément.

Vous croyez que les agriculteurs conventionnel n'utilisent pas le labour? Vous connaissez les techniques culturales pour la pomme de terre ? Comparons les superficies en France alors selon les cultures entre bio/conventionnel, vous savez pertinemment que le conventionnel, en hectares, est plus important. Et ça nécessite du labour comme cette culture est butée ou chaussée, préférez le terme qui vous arrange.

Mais non je l'ai dis. Bien sûr qu'il peut exister en bio des toxicités dans les produits également.

Arrêtez de m'accuser de manichéisme quand je reconnais les torts, possibles, des deux côtés.

Le problème de l'agriculture est son aspect intensif. Bio ou conventionnel. C'est ça qui entraîne une mécanisation consommatrice d'énergies fossiles et d'intrants chimiques en tout genre.

Et non la science n'a pas fait son boulot vu qu'elle bosse encore dessus. Vous vous contredisez. Elle n'aura jamais fini son boulot tant qu'on cherchera à défendre des produits toxiques plutôt qu'appliquer des politiques d'interdictions préventives pour accélérer les recherches sur des solutions alternatives.

Je ne nie pas les conclusions scientifiques. Je ne comprend pas que la science soit au service de l'industrie chimique, juste.

[quote="papillondanslatoile"]Revenons à l'écotoxicité du glyphosate. Pourriez vous me transmettre vos sources ? [/quote] [quote="papillondanslatoile"]Pourrais-je avoir les sources de vos études scientifiques sur le bio + émetteur de co2?[/quote] J'vais pas m'amuser à faire des recherches pour donner des sources si c'est pour qu'elles ne soient pas lues. Encore moins envie quand je vois le dénigrement de la science.
melie Il y a 2 mois

Revenons à l'écotoxicité du glyphosate.
Pourriez vous me transmettre vos sources ?
@papillondanslatoile


Pourrais-je avoir les sources de vos études scientifiques sur le bio + émetteur de co2?
@papillondanslatoile


J'vais pas m'amuser à faire des recherches pour donner des sources si c'est pour qu'elles ne soient pas lues. Encore moins envie quand je vois le dénigrement de la science.

Bonjour, moi qui pensait avoir une réponse concise, me voilà fort déçu...pour un espace débat, c'est fort restreint comme manière de procéder. Je lis vos sources, sachez-le, bien que je sois en désaccord, non pas tout le temps. Le guide bio sur ses intrants autorisés est en xlsx. Par contre l'anglais ce n'est pas mon fort. Moi aussi je peux faire comme vous et dire qu'il existe des preuves scientifiques, sans les montrer. Ce qui n'apporte aucune preuve concrète. Je critique l'utilisation de la science à ses fins telles que je les ai décrites, non la science en elle même. Encore heureux que l'on puisse critiquer les processus... J'attends toujours vos informations sur ces tests en lien avec les agriculteurs. Car c'est fort bancal, comme j'ai souligné, s'ils utilisent du matériel de protection. Quelles conséquences pour les suivants de la chaîne de production ?
AnonymeIl y a 2 mois

Bonjour, moi qui pensait avoir une réponse concise, me voilà fort déçu...pour un espace débat, c'est fort restreint comme manière de procéder.

Je lis vos sources, sachez-le, bien que je sois en désaccord, non pas tout le temps. Le guide bio sur ses intrants autorisés est en xlsx.
Par contre l'anglais ce n'est pas mon fort.

Moi aussi je peux faire comme vous et dire qu'il existe des preuves scientifiques, sans les montrer. Ce qui n'apporte aucune preuve concrète.

Je critique l'utilisation de la science à ses fins telles que je les ai décrites, non la science en elle même. Encore heureux que l'on puisse critiquer les processus...

J'attends toujours vos informations sur ces tests en lien avec les agriculteurs. Car c'est fort bancal, comme j'ai souligné, s'ils utilisent du matériel de protection. Quelles conséquences pour les suivants de la chaîne de production ?

Bien sûr que les agriculteurs utilisent des protections pour l'utilisation du glyphosate puisque c'est en usage normal. Il n'y a aucun risque pour la santé humaine comme le disent les agences sanitaires mondiales comme par exemple l'ANSES, l'EFSA.
melie Il y a 2 mois

Bien sûr que les agriculteurs utilisent des protections pour l'utilisation du glyphosate puisque c'est en usage normal. Il n'y a aucun risque pour la santé humaine comme le disent les agences sanitaires mondiales comme par exemple l'ANSES, l'EFSA.

[quote="melie"]Bien sûr que les agriculteurs utilisent des protections pour l'utilisation du glyphosate puisque c'est en usage normal. Il n'y a aucun risque pour la santé humaine comme le disent les agences sanitaires mondiales comme par exemple l'ANSES, l'EFSA.[/quote] Si tu viens par chez moi @melie, tu ne verras pas beaucoup d'agriculteurs qui mettent les protections préconisées par le fabricant quand ils utilisent du glyphosate. Mon voisin ouvre souvent la fenêtre du tracteur quand il pulvérise parce que sa clim déconne, et son gamin de 5 ans est toujours avec lui les jours où il n'y a pas d'école Oo "Alors mon chou, tu l'aimes bien le parfum de ton papa?".....
caféine Il y a 2 mois

Bien sûr que les agriculteurs utilisent des protections pour l'utilisation du glyphosate puisque c'est en usage normal. Il n'y a aucun risque pour la santé humaine comme le disent les agences sanitaires mondiales comme par exemple l'ANSES, l'EFSA.

Si tu viens par chez moi melie, tu ne verras pas beaucoup d'agriculteurs qui mettent les protections préconisées par le fabricant quand ils utilisent du glyphosate.
Mon voisin ouvre souvent la fenêtre du tracteur quand il pulvérise parce que sa clim déconne, et son gamin de 5 ans est toujours avec lui les jours où il n'y a pas d'école
"Alors mon chou, tu l'aimes bien le parfum de ton papa?".....

S'ils ne respectent pas les précaution d'usage, c'est leur problème et leur responsabilité, le glyphosate n'y ait pour rien.
melie Il y a 2 mois

S'ils ne respectent pas les précaution d'usage, c'est leur problème et leur responsabilité, le glyphosate n'y ait pour rien.

Un produit toxique pour la vie ne devrait pas être autorisé à la vente. Surtout quand il est en lien avec la production alimentaire. https://www.lemonde.fr/planete/article/2017/09/16/glyphosate-l-expertise-europeenne-truffee-de-copies-colles-de-documents-de-monsanto_5186522_3244.html Hulot a souligné l'omniprésence des lobbies... Quand on fait des études, on ne copie/colle pas les informations du fabricant. Étude frelatée ? Fais moi rire : " Exposition aux produits chimiques employés dans l’environnement. Les abeilles peuvent être exposées, comme l’ensemble des organismes vivants, aux divers agents chimiques susceptibles d’être présents dans l’environnement. Dans les zones cultivées, la majeure partie de ces agents chimiques appartient à la catégorie des produits phytopharmaceutiques, encore appelés produits phytosanitaires ou pesticides. Les abeilles sont exposées directement lors de l’application du traitement, mais également via les résidus de pesticides contenus notamment dans les matrices récoltées par les abeilles . " https://www.anses.fr/fr/content/santé-des-abeilles " son rôle " ? Défendre des produits chimiques en plagiant l'innocuité des produits de ceux qui le fabrique. ? La boucle est bouclée. Fnsa : fédération nationale des syndicats de l'assainissement et de la maintenance industrielle. " maintenance industrielle " maintenir, c'est continuer... Forcément qu'ils n'iraient pas contre le glyphosate, ils se retrouveraient fautifs de millions, si ce n'est pas plus, de perte monétaire. Ou comment manger à tous les râteliers : http://v2.fnsa-vanid.org/presentation-generale C'est vrai qu'il faut bien ramasser la merde des entreprises qui générent des déchets dangereux ( pour qui ou quoi d'ailleurs ? ), faut bien faire du chiffre sur la gestion des pollutions, en plus d'autoriser celles-ci !
AnonymeIl y a 2 mois

Un produit toxique pour la vie ne devrait pas être autorisé à la vente.

Surtout quand il est en lien avec la production alimentaire.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2017/09/16/glyphosate-l-expertise-europeenne-truffee-de-copies-colles-de-documents-de-monsanto_5186522_3244.html


Hulot a souligné l'omniprésence des lobbies... Quand on fait des études, on ne copie/colle pas les informations du fabricant.



Étude frelatée ?


Fais moi rire :

"
Exposition aux produits chimiques employés dans l’environnement.
Les abeilles peuvent être exposées, comme l’ensemble des organismes vivants, aux divers agents chimiques susceptibles d’être présents dans l’environnement. Dans les zones cultivées, la majeure partie de ces agents chimiques appartient à la catégorie des produits phytopharmaceutiques, encore appelés produits phytosanitaires ou pesticides. Les abeilles sont exposées directement lors de l’application du traitement, mais également via les résidus de pesticides contenus notamment dans les matrices récoltées par les abeilles . "

https://www.anses.fr/fr/content/santé-des-abeilles

" son rôle " ? Défendre des produits chimiques en plagiant l'innocuité des produits de ceux qui le fabrique. ?

La boucle est bouclée.

Fnsa : fédération nationale des syndicats de l'assainissement et de la maintenance industrielle.

" maintenance industrielle " maintenir, c'est continuer...

Forcément qu'ils n'iraient pas contre le glyphosate, ils se retrouveraient fautifs de millions, si ce n'est pas plus, de perte monétaire.

Ou comment manger à tous les râteliers :

http://v2.fnsa-vanid.org/presentation-generale


C'est vrai qu'il faut bien ramasser la merde des entreprises qui générent des déchets dangereux ( pour qui ou quoi d'ailleurs ? ), faut bien faire du chiffre sur la gestion des pollutions, en plus d'autoriser celles-ci !

[quote="papillondanslatoile"]Un produit toxique pour la vie ne devrait pas être autorisé à la vente. [/quote] Toi qui étais ivre hier, on interdit l'alcool ? [quote="papillondanslatoile"]https://www.lemonde.fr/planete/article/2017/09/16/glyphosate-l-expertise-europeenne-truffee-de-copies-colles-de-documents-de-monsanto_5186522_3244.html Hulot a souligné l'omniprésence des lobbies... Quand on fait des études, on ne copie/colle pas les informations du fabricant. [/quote] L'EFSA ne fait pas d'étude. Les experts se contentent de donner un avis à partir d'études existantes. Ils se sont expliqués, ça change rien à la valeur de leur conclusion. https://www.efsa.europa.eu/fr/topics/topic/glyphosate Et puis Foucart, c'est pas la meilleure référence sur le sujet... [quote="papillondanslatoile"]" Exposition aux produits chimiques employés dans l’environnement. Les abeilles peuvent être exposées, comme l’ensemble des organismes vivants, aux divers agents chimiques susceptibles d’être présents dans l’environnement. Dans les zones cultivées, la majeure partie de ces agents chimiques appartient à la catégorie des produits phytopharmaceutiques, encore appelés produits phytosanitaires ou pesticides. Les abeilles sont exposées directement lors de l’application du traitement, mais également via les résidus de pesticides contenus notamment dans les matrices récoltées par les abeilles . " https://www.anses.fr/fr/content/santé-des-abeilles[/quote] C'est ta preuve que le glyphosate tue les abeilles ? T'as pas plus solide ? Mais peut-on croire l'ANSES ? Parce que vu ce qu'ils disent sur le glyphosate, je sais plus trop quand c'est bon ou pas : https://www.anses.fr/fr/content/avis-de-l%E2%80%99anses-sur-le-caract%C3%A8re-canc%C3%A9rog%C3%A8ne-pour-l%E2%80%99homme-du-glyphosate [quote="papillondanslatoile"]" maintenance industrielle " maintenir, c'est continuer... [/quote] La maintenance consiste à entretenir le matériel pour ne pas qu'il se dégrade, ça veut pas dire maintenir l'industrie oO
melie Il y a 2 mois

Un produit toxique pour la vie ne devrait pas être autorisé à la vente.
@papillondanslatoile

Toi qui étais ivre hier, on interdit l'alcool ?

https://www.lemonde.fr/planete/article/2017/09/16/glyphosate-l-expertise-europeenne-truffee-de-copies-colles-de-documents-de-monsanto_5186522_3244.html


Hulot a souligné l'omniprésence des lobbies... Quand on fait des études, on ne copie/colle pas les informations du fabricant.
@papillondanslatoile

L'EFSA ne fait pas d'étude. Les experts se contentent de donner un avis à partir d'études existantes. Ils se sont expliqués, ça change rien à la valeur de leur conclusion.
https://www.efsa.europa.eu/fr/topics/topic/glyphosate
Et puis Foucart, c'est pas la meilleure référence sur le sujet...

"
Exposition aux produits chimiques employés dans l’environnement.
Les abeilles peuvent être exposées, comme l’ensemble des organismes vivants, aux divers agents chimiques susceptibles d’être présents dans l’environnement. Dans les zones cultivées, la majeure partie de ces agents chimiques appartient à la catégorie des produits phytopharmaceutiques, encore appelés produits phytosanitaires ou pesticides. Les abeilles sont exposées directement lors de l’application du traitement, mais également via les résidus de pesticides contenus notamment dans les matrices récoltées par les abeilles . "

https://www.anses.fr/fr/content/santé-des-abeilles
@papillondanslatoile

C'est ta preuve que le glyphosate tue les abeilles ? T'as pas plus solide ? Mais peut-on croire l'ANSES ? Parce que vu ce qu'ils disent sur le glyphosate, je sais plus trop quand c'est bon ou pas : https://www.anses.fr/fr/content/avis-de-l%E2%80%99anses-sur-le-caract%C3%A8re-canc%C3%A9rog%C3%A8ne-pour-l%E2%80%99homme-du-glyphosate

" maintenance industrielle " maintenir, c'est continuer...
@papillondanslatoile

La maintenance consiste à entretenir le matériel pour ne pas qu'il se dégrade, ça veut pas dire maintenir l'industrie

Sauf que l'alcool que je bois, ça concerne ma seule consommation, rien à voir. Je ne produis pas. Je ne suis pas un des premiers maillons de la chaîne, je suis en bout de course. Je consomme. Et j'ai aucune information sur les teneurs résiduels dans ce que j'achète... Je n'empoisonne ni le sol ni les individus de manière indirecte. Au contraire même, mon corps sert partiellement de filtre. Des experts qui étudient des études ? C'est peu précis. On dirait des journalistes qui font un copier/coller de l'AFP sans vérifier les sources. Faut pas chercher loin : ils disent que les pesticides sont en partie responsables de la disparitions des pollinisateurs et ils déresponsabilisent un d'entre eux. Faut pas être devin pour voir le double language. L'histoire du pyromane pompier! Et bien si, le maintien c'est continuer l'existence de : de la collaboration à l'empoisonnement programmé au nom du profit que génère le progrès. Si l'humanité ne pensait pas en soif d'argent, le principe de précaution serait de mise. Peut-être que la vie humaine vaudrait plus alors que les chiffres : et sans être auto-centré, le vivant en général.
AnonymeIl y a 2 mois

Sauf que l'alcool que je bois, ça concerne ma seule consommation, rien à voir.

Je ne produis pas. Je ne suis pas un des premiers maillons de la chaîne, je suis en bout de course. Je consomme. Et j'ai aucune information sur les teneurs résiduels dans ce que j'achète...

Je n'empoisonne ni le sol ni les individus de manière indirecte. Au contraire même, mon corps sert partiellement de filtre.

Des experts qui étudient des études ? C'est peu précis.

On dirait des journalistes qui font un copier/coller de l'AFP sans vérifier les sources.


Faut pas chercher loin : ils disent que les pesticides sont en partie responsables de la disparitions des pollinisateurs et ils déresponsabilisent un d'entre eux. Faut pas être devin pour voir le double language. L'histoire du pyromane pompier!

Et bien si, le maintien c'est continuer l'existence de : de la collaboration à l'empoisonnement programmé au nom du profit que génère le progrès.
Si l'humanité ne pensait pas en soif d'argent, le principe de précaution serait de mise. Peut-être que la vie humaine vaudrait plus alors que les chiffres : et sans être auto-centré, le vivant en général.

[quote="papillondanslatoile"]Des experts qui étudient des études ? C'est peu précis. On dirait des journalistes qui font un copier/coller de l'AFP sans vérifier les sources.[/quote] C'est pas parce que tu ignores en quoi consiste le travail des experts scientifiques au sein des agences sanitaires ou que tu ne comprends pas leur travail que leurs conclusions sont mauvaises, sans valeur. [quote="papillondanslatoile"]Faut pas chercher loin : ils disent que les pesticides sont en partie responsables de la disparitions des pollinisateurs et ils déresponsabilisent un d'entre eux. Faut pas être devin pour voir le double language. L'histoire du pyromane pompier![/quote] Mais oui, bien sûr, c'est ça ! Faut surtout pas chercher quels sont les pesticides responsables de la mortalité des abeilles, c'est forcément tous. :s [quote="papillondanslatoile"]Et bien si, le maintien c'est continuer l'existence de : de la collaboration à l'empoisonnement programmé au nom du profit que génère le progrès.[/quote] #complot #NousSachons [quote="papillondanslatoile"]Si l'humanité ne pensait pas en soif d'argent, le principe de précaution serait de mise. Peut-être que la vie humaine vaudrait plus alors que les chiffres : et sans être auto-centré, le vivant en général.[/quote] Allons y gaiement, bannissons tous les pesticides ! Et tant pis si on ne peut plus nourrir tout le monde, tant pis s'il n'y a plus de sécurité alimentaire, ...
melie Il y a 2 mois

Des experts qui étudient des études ? C'est peu précis.

On dirait des journalistes qui font un copier/coller de l'AFP sans vérifier les sources.
@papillondanslatoile

C'est pas parce que tu ignores en quoi consiste le travail des experts scientifiques au sein des agences sanitaires ou que tu ne comprends pas leur travail que leurs conclusions sont mauvaises, sans valeur.

Faut pas chercher loin : ils disent que les pesticides sont en partie responsables de la disparitions des pollinisateurs et ils déresponsabilisent un d'entre eux. Faut pas être devin pour voir le double language. L'histoire du pyromane pompier!
@papillondanslatoile

Mais oui, bien sûr, c'est ça ! Faut surtout pas chercher quels sont les pesticides responsables de la mortalité des abeilles, c'est forcément tous.

Et bien si, le maintien c'est continuer l'existence de : de la collaboration à l'empoisonnement programmé au nom du profit que génère le progrès.
@papillondanslatoile

#complot #NousSachons

Si l'humanité ne pensait pas en soif d'argent, le principe de précaution serait de mise. Peut-être que la vie humaine vaudrait plus alors que les chiffres : et sans être auto-centré, le vivant en général.
@papillondanslatoile

Allons y gaiement, bannissons tous les pesticides ! Et tant pis si on ne peut plus nourrir tout le monde, tant pis s'il n'y a plus de sécurité alimentaire, ...

[quote="melie"] Allons y gaiement, bannissons tous les pesticides ! Et tant pis si on ne peut plus nourrir tout le monde, tant pis s'il n'y a plus de sécurité alimentaire, ...[/quote] @Melie, je trouve qu'en ce qui concerne ce sujet ton aveuglement est affligeant :(
caféine Il y a 2 mois


Allons y gaiement, bannissons tous les pesticides ! Et tant pis si on ne peut plus nourrir tout le monde, tant pis s'il n'y a plus de sécurité alimentaire, ...

melie, je trouve qu'en ce qui concerne ce sujet ton aveuglement est affligeant

Nourrir le monde ? :o On va pas parler des millions d'humains en sous-nutrition et faire le parallèle avec les tonnes de pertes alimentaire, ça serait indécent... Surtout pour ceux qui crèvent de faim. La sécurité alimentaire, c'est la sécurité des marchés seulement. Y'a qu'à voir l'excédent. C'est même plus de l'aveuglement là. C'est le gêne "eyeless"
AnonymeIl y a 2 mois

Nourrir le monde ?

On va pas parler des millions d'humains en sous-nutrition et faire le parallèle avec les tonnes de pertes alimentaire, ça serait indécent...

Surtout pour ceux qui crèvent de faim.

La sécurité alimentaire, c'est la sécurité des marchés seulement. Y'a qu'à voir l'excédent.

C'est même plus de l'aveuglement là. C'est le gêne "eyeless"

[quote="caféine"][quote="melie"] Allons y gaiement, bannissons tous les pesticides ! Et tant pis si on ne peut plus nourrir tout le monde, tant pis s'il n'y a plus de sécurité alimentaire, ...[/quote] @Melie, je trouve qu'en ce qui concerne ce sujet ton aveuglement est affligeant :([/quote] En quoi je fais preuve d'aveuglement ? Parce que je ne veux pas qu'on prenne de décision sur la base d'idéologie mais plutôt en se basant sur la science, en étant rationnel ? Parce que je trouve que c'est inconscient et dangereux de vouloir interdire un produit par précaution alors qu'il a été démontré qu'il est sans risque ? Parce que je ne pense pas que les produits de synthèse soient forcément risqués pour la santé, l'environnement ? Parce que je ne pense pas qu'il faut agir en faisant n'importe quoi, n'importe comment parce que des entreprises ont des pratiques dégueulasses ? Parce que je ne suis pas adepte des théories du complot disant que l'industrie empoisonne volontairement l'humain pour se faire de la thune ?
melie Il y a 2 mois


Allons y gaiement, bannissons tous les pesticides ! Et tant pis si on ne peut plus nourrir tout le monde, tant pis s'il n'y a plus de sécurité alimentaire, ...

melie, je trouve qu'en ce qui concerne ce sujet ton aveuglement est affligeant

En quoi je fais preuve d'aveuglement ?
Parce que je ne veux pas qu'on prenne de décision sur la base d'idéologie mais plutôt en se basant sur la science, en étant rationnel ?
Parce que je trouve que c'est inconscient et dangereux de vouloir interdire un produit par précaution alors qu'il a été démontré qu'il est sans risque ?
Parce que je ne pense pas que les produits de synthèse soient forcément risqués pour la santé, l'environnement ?
Parce que je ne pense pas qu'il faut agir en faisant n'importe quoi, n'importe comment parce que des entreprises ont des pratiques dégueulasses ?
Parce que je ne suis pas adepte des théories du complot disant que l'industrie empoisonne volontairement l'humain pour se faire de la thune ?

Bonjour, il ne faut pas crier au complotisme dès qu'on a une vision large et opposé à la tienne. Volontaire ou involontaire, l'empoisonnement est réel, rajoutons à cela les politiques de bétonnisation des terres agricoles, arables ou encore les déforestations massives, la destructions des écosystèmes pour installer des monocultures. Tu parles d'idéologie : celle que tu défends, sans peut-être t'en rendre compte, c'est le productif, l'intensif. Des pollutions en tout genre sont générés, pour du confort, avoir de tout dans son assiette en permanence en oubliant les rythmes naturels, accéder à des technologies consommatrices d'énergies en tout genre, sur fond d'obsolescence programmée : c'est le principe des hybrides F1 ogm qui résistent justement aux fameux pesticides que tu défends. Sécurité alimentaire ? Pour peu qu'il y ai un cataclysme majeure, elle est pas belle ta sécurité je trouve. Une sécurité ça serait des grainothèques en grand nombre de variétés adaptés au climat et à la région de culture, qu'on peut semer d'une année à l'autre, qui plus est, résistante de manière naturelle aux parasites et maladies. Je pense à pascal pot qui à force de sélection a réussi à obtenir des graines de tomates qui arrivent à germer sur du gravier et à consommer très peu d'eau ( en comparaison avec des semences standardisés dans les catalogues officiels des grands semenciers qui sont principalement faites pour leur rendement et la possibilité spéculative donc ) Quand on dépossède les agriculteurs de leur savoir ancestral de reproduire et de sélectionner les semences ( % autorisé maximum sur une exploitation ) on comprend vite qu'on enchaîne les agriculteurs à l'achat inévitable de semences ( obligation d'achat et impossibilité de gérer totalement ses productions de A à Z : c'est pas la sécurité alimentaire ça, c'est la sécurité d'un marché financier ) Parlons des semences OGM aussi, tu n'en trouveras pas en AB. Ce n'est pas pour aider l'humanité, loin de là... quand on connaît d'avance les répercussions à venir des changements climatiques ( tu vois je crois la science, je ne la nie pas en bloc), on peut se poser une question sur l'intégrité complète des groupes " pharmacotoxiques" qui vendent une illusion de sécurité. Ils vendent d'ailleurs. C'est pas gratuit. Comme j'ai dis, c'est ce système qui pousse au suicide des agriculteurs... Mais prônons le, oui, c'est bien d'encourager l'assassinat des paysans ! Pour l'aspect rationnel de la science, n'oublions pas qu'elle est faillible. Rien que son mode de financement parfois, ce sont ces mêmes groupes qui " commandent " ( je voudrais une innocuité du glypho svp! A point, merci. C'est où la caisse ? ) des études. Rares sont les employeurs qui enculent leur patrons...surtout quand la survie du labo est en cause. Défendre le rationnel de la science, c'est logique. Mais l'application du rationnel... Mon frère travaille en laboratoire. Ils ont trouvés un nouveau traitement pour empêcher le schystozome de faire ces milliers de morts... Ils n'ont pas eu l'aval. Traitement trop cher. On pense aux morts et au serment d'Hippocrate des financiers qui tiennent les instituts. Là il bosse sur le cancer. Bonne nouvelle, selon le type de cancer, y'a moyen de tester en amont quelle chimiothérapie correspond le mieux, taux de guérison presque doublé. Étonnement ce n'est pas pris en charge par la SS. C'est sûr qu'à 4000boules le test, on ne va pas offrir ça aux pauvres. Surtout qu'une vie humaine rapporte bien plus que 4000 à l'État sur la durée d'une espérance de vie humaine. L'argent dirige, faut arrêter de penser que c'est du complotisme ! En quoi c'est dangereux et inconscient d'interdire des produits ? On parle de transition écologique, à un moment il serait temps de prendre le virage convenablement et arrêter de taper le bord. On est sorti de l'après-guerre. Très bien ce système nous a été très utile, mais il faut aller vers l'avenir maintenant...
AnonymeIl y a 2 mois

Bonjour, il ne faut pas crier au complotisme dès qu'on a une vision large et opposé à la tienne.

Volontaire ou involontaire, l'empoisonnement est réel, rajoutons à cela les politiques de bétonnisation des terres agricoles, arables ou encore les déforestations massives, la destructions des écosystèmes pour installer des monocultures.

Tu parles d'idéologie : celle que tu défends, sans peut-être t'en rendre compte, c'est le productif, l'intensif.

Des pollutions en tout genre sont générés, pour du confort,
avoir de tout dans son assiette en permanence en oubliant les rythmes naturels, accéder à des technologies consommatrices d'énergies en tout genre, sur fond d'obsolescence programmée : c'est le principe des hybrides F1 ogm qui résistent justement aux fameux pesticides que tu défends.

Sécurité alimentaire ?

Pour peu qu'il y ai un cataclysme majeure, elle est pas belle ta sécurité je trouve. Une sécurité ça serait des grainothèques en grand nombre de variétés adaptés au climat et à la région de culture, qu'on peut semer d'une année à l'autre, qui plus est, résistante de manière naturelle aux parasites et maladies.

Je pense à pascal pot qui à force de sélection a réussi à obtenir des graines de tomates qui arrivent à germer sur du gravier et à consommer très peu d'eau ( en comparaison avec des semences standardisés dans les catalogues officiels des grands semenciers qui sont principalement faites pour leur rendement et la possibilité spéculative donc )

Quand on dépossède les agriculteurs de leur savoir ancestral de reproduire et de sélectionner les semences ( % autorisé maximum sur une exploitation ) on comprend vite qu'on enchaîne les agriculteurs à l'achat inévitable de semences ( obligation d'achat et impossibilité de gérer totalement ses productions de A à Z : c'est pas la sécurité alimentaire ça, c'est la sécurité d'un marché financier )

Parlons des semences OGM aussi, tu n'en trouveras pas en AB.

Ce n'est pas pour aider l'humanité, loin de là... quand on connaît d'avance les répercussions à venir des changements climatiques ( tu vois je crois la science, je ne la nie pas en bloc), on peut se poser une question sur l'intégrité complète des groupes " pharmacotoxiques" qui vendent une illusion de sécurité. Ils vendent d'ailleurs. C'est pas gratuit. Comme j'ai dis, c'est ce système qui pousse au suicide des agriculteurs... Mais prônons le, oui, c'est bien d'encourager l'assassinat des paysans !


Pour l'aspect rationnel de la science, n'oublions pas qu'elle est faillible. Rien que son mode de financement parfois, ce sont ces mêmes groupes qui " commandent " ( je voudrais une innocuité du glypho svp! A point, merci. C'est où la caisse ? ) des études.

Rares sont les employeurs qui enculent leur patrons...surtout quand la survie du labo est en cause.

Défendre le rationnel de la science, c'est logique. Mais l'application du rationnel...
Mon frère travaille en laboratoire. Ils ont trouvés un nouveau traitement pour empêcher le schystozome de faire ces milliers de morts... Ils n'ont pas eu l'aval. Traitement trop cher. On pense aux morts et au serment d'Hippocrate des financiers qui tiennent les instituts.

Là il bosse sur le cancer. Bonne nouvelle, selon le type de cancer, y'a moyen de tester en amont quelle chimiothérapie correspond le mieux, taux de guérison presque doublé. Étonnement ce n'est pas pris en charge par la SS. C'est sûr qu'à 4000boules le test, on ne va pas offrir ça aux pauvres. Surtout qu'une vie humaine rapporte bien plus que 4000 à l'État sur la durée d'une espérance de vie humaine. L'argent dirige, faut arrêter de penser que c'est du complotisme !

En quoi c'est dangereux et inconscient d'interdire des produits ? On parle de transition écologique, à un moment il serait temps de prendre le virage convenablement et arrêter de taper le bord. On est sorti de l'après-guerre. Très bien ce système nous a été très utile, mais il faut aller vers l'avenir maintenant...

Rho, ces méchants agriculteurs qui nous empoisonnent avec les pesticides et qui sont à l’origine de nombreux cancers : http://gco.iarc.fr/includes/PAF/figureONE.png source : http://gco.iarc.fr/resources/paf-france_fr.php ha non en fait. En revanche si le principe de précaution avait de l'importance on interdirait l'alcool, le tabac et on forcerait les gens à manger équilibrer mais bon on n’est pas en dictature, on laisse les gens s'intoxiquer avec ce qu'ils veulent même si ça coute un pognon de dingue à la société C'est marrant les gens qui s'acharnent sur le glyphosate, ils se n’acharnent pas autant sur les biocides BIO qui sont tout aussi dangereux pour la nature. comme la bouillie bordelaise dont l'accumulation de cuivre dans les sols les dégradent en attaquant les bactéries et les champignons du sol, ainsi que les vers de terre https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/c-est-le-pesticide-quasi-incontournable-en-agriculture-bio-faut-il-se-mefier-de-la-bouillie-bordelaise-et-du-cuivre-qu-elle-contient_3085587.html on encore le Spinosad qui s'attaque aux abeilles http://www.datapressepremium.com/rmdiff/2005364/CPMortaliteAbeilles.pdf et je ne parle même pas de la Rotenone qui lui a été carrément interdit car trop dangereux https://fr.wikipedia.org/wiki/Rot%C3%A9none Tous les pesticides, BIO ou non peuvent avoir des effets délétères sur la nature ou l’humain, d’où les études et les recherches qui sont faites. Et cela n’est pas pour rien que les pesticides ont des doses max d’emploi (en L/ha/an), des nombre max d’application et des délais d’application avant la récolte. Et faut pas croire qu'il n'y a que les agriculteurs BIO qui se posent des questions sur leur manière de produire et sur la trop grande consommation de pesticides en tout genre. A la Fac, je me souviens qu'on était allé voir un très gros exploitant du secteur qui faisait de l'agriculture raisonnée. Je me souviens qu'ils nous avaient expliqué qu'il avait un épandeur spécifique qui lui permettaient d'être plus précis dans ses épandages et ses dosages et donc d'être plus efficace et en utilisant moins d'intrant. Que le mildiou était cartographié en temps réel donc il savait quand il fallait traiter et qu'au lieu des trois applications systématiques de produit il pouvait n'en mettre que deux. Qu'il réintroduisait les haies parce que c'était bon pour la biodiversité et pour ses cultures. Et il nous a expliqué plein d'autre chose que j'ai oublié. Et en trainant sur le site de l'INRA, j'ai découvert l'agriculture de conservation des sols qui a l'air pas mal aussi pour limiter les intrants http://www.inra.fr/Chercheurs-etudiants/Systemes-agricoles/Tous-les-magazines/Pionnier-en-agriculture-de-conservation-des-sols Bref, il y des solutions multiples pour résoudre la difficile équation de nourrir 10 milliards d'humains et préservant nos sols et les humains et n'en déplaisent aux fanatiques du BIO, les pesticides de synthèse, utilisés de manière résonné et intelligente, font partie de l'équation, on ne pourra pas s'en passer. PS : pour ceux qui disent qu’on ne peut pas trouver la liste des pesticides autorisés en France, j’ai trouvé ça en 2 cliques sur google : https://ephy.anses.fr/ PS2 : j’attends toujours des sources qui prouvent la supériorité du BIO PS3 : le Bio est un lobby comme les autres donc comme les autres il fait le forcing pour ses produits
petit nounours Il y a 2 mois

Rho, ces méchants agriculteurs qui nous empoisonnent avec les pesticides et qui sont à l’origine de nombreux cancers :
http://gco.iarc.fr/includes/PAF/figureONE.png
source : http://gco.iarc.fr/resources/paf-france_fr.php
ha non en fait.
En revanche si le principe de précaution avait de l'importance on interdirait l'alcool, le tabac et on forcerait les gens à manger équilibrer mais bon on n’est pas en dictature, on laisse les gens s'intoxiquer avec ce qu'ils veulent même si ça coute un pognon de dingue à la société

C'est marrant les gens qui s'acharnent sur le glyphosate, ils se n’acharnent pas autant sur les biocides BIO qui sont tout aussi dangereux pour la nature.
comme la bouillie bordelaise dont l'accumulation de cuivre dans les sols les dégradent en attaquant les bactéries et les champignons du sol, ainsi que les vers de terre
https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/c-est-le-pesticide-quasi-incontournable-en-agriculture-bio-faut-il-se-mefier-de-la-bouillie-bordelaise-et-du-cuivre-qu-elle-contient_3085587.html
on encore le Spinosad qui s'attaque aux abeilles
http://www.datapressepremium.com/rmdiff/2005364/CPMortaliteAbeilles.pdf
et je ne parle même pas de la Rotenone qui lui a été carrément interdit car trop dangereux
https://fr.wikipedia.org/wiki/Rot%C3%A9none

Tous les pesticides, BIO ou non peuvent avoir des effets délétères sur la nature ou l’humain, d’où les études et les recherches qui sont faites. Et cela n’est pas pour rien que les pesticides ont des doses max d’emploi (en L/ha/an), des nombre max d’application et des délais d’application avant la récolte.
Et faut pas croire qu'il n'y a que les agriculteurs BIO qui se posent des questions sur leur manière de produire et sur la trop grande consommation de pesticides en tout genre.
A la Fac, je me souviens qu'on était allé voir un très gros exploitant du secteur qui faisait de l'agriculture raisonnée. Je me souviens qu'ils nous avaient expliqué qu'il avait un épandeur spécifique qui lui permettaient d'être plus précis dans ses épandages et ses dosages et donc d'être plus efficace et en utilisant moins d'intrant. Que le mildiou était cartographié en temps réel donc il savait quand il fallait traiter et qu'au lieu des trois applications systématiques de produit il pouvait n'en mettre que deux. Qu'il réintroduisait les haies parce que c'était bon pour la biodiversité et pour ses cultures. Et il nous a expliqué plein d'autre chose que j'ai oublié.
Et en trainant sur le site de l'INRA, j'ai découvert l'agriculture de conservation des sols qui a l'air pas mal aussi pour limiter les intrants
http://www.inra.fr/Chercheurs-etudiants/Systemes-agricoles/Tous-les-magazines/Pionnier-en-agriculture-de-conservation-des-sols
Bref, il y des solutions multiples pour résoudre la difficile équation de nourrir 10 milliards d'humains et préservant nos sols et les humains et n'en déplaisent aux fanatiques du BIO, les pesticides de synthèse, utilisés de manière résonné et intelligente, font partie de l'équation, on ne pourra pas s'en passer.


PS : pour ceux qui disent qu’on ne peut pas trouver la liste des pesticides autorisés en France, j’ai trouvé ça en 2 cliques sur google : https://ephy.anses.fr/
PS2 : j’attends toujours des sources qui prouvent la supériorité du BIO
PS3 : le Bio est un lobby comme les autres donc comme les autres il fait le forcing pour ses produits

Si c'était pour nourrir tout le monde ça se saurait. Hallucinant ce topic (ce qui s'y dit). Tu as bien résumé les choses dans ton dernier post @papillondanslatoile Putain oui et les semences ogm Faucheur volontaire d'ogm ouais Ça me fera pas changer d'avis non plus sur ces salopris de pesticides de toutes sortes. C'est cool n'empêche de se faire traiter d'extrémiste anti pesticides quand dans d'autres causes on se défend d'être extrémiste, c'est pas clair, mais si en fait. Alors qu'on veut que tout le monde puissent vivre femmes, hommes .... abeilles .... et je vous dis pas toute la vie qui foisonne dans la nature mais de moins en moins hélas. Ah oui et puis de manière generale, la science au service du poison, bravo. A part ça non on minimise pas https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/02/04/chlordecone-l-elysee-plaide-le-malentendu-apres-la-declaration-polemique-de-macron_5419206_823448.html Y a qu'a voir le toupet
Damnée Il y a 2 mois

Si c'était pour nourrir tout le monde ça se saurait. Hallucinant ce topic (ce qui s'y dit).
Tu as bien résumé les choses dans ton dernier post @papillondanslatoile
Putain oui et les semences ogm
Faucheur volontaire d'ogm ouais
Ça me fera pas changer d'avis non plus sur ces salopris de pesticides de toutes sortes.
C'est cool n'empêche de se faire traiter d'extrémiste anti pesticides quand dans d'autres causes on se défend d'être extrémiste, c'est pas clair, mais si en fait.
Alors qu'on veut que tout le monde puissent vivre femmes, hommes .... abeilles .... et je vous dis pas toute la vie qui foisonne dans la nature mais de moins en moins hélas.
Ah oui et puis de manière generale, la science au service du poison, bravo.

A part ça non on minimise pas
https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/02/04/chlordecone-l-elysee-plaide-le-malentendu-apres-la-declaration-polemique-de-macron_5419206_823448.html
Y a qu'a voir le toupet

[quote="petit nounours"]Rho, ces méchants agriculteurs qui nous empoisonnent avec les pesticides et qui sont à l’origine de nombreux cancers : http://gco.iarc.fr/includes/PAF/figureONE.png source : http://gco.iarc.fr/resources/paf-france_fr.php ha non en fait[/quote] Juste, je tiens à préciser que je n'ai pas d'avis précis sur la question (pesticides? Pas de pesticides? Un peu de pesticides?) car tout simplement pas assez informée... Mais lorsque tu regardes ce qui se dit dans ces liens, les pesticides à proprement parlé ne sont pas du tout étudiés au niveau du thème "exposition aux substances chimiques", mais seulement l'arsenic et le benzène. Il y a bien l'effet de l'alimentation qui est aussi étudié, mais seulement sous la vision "pas assez de fruits et de légumes consommés" si j'ai bien compris... (L'importance du bio ou pas n'est pas abordée il me semble) Et sur le chapitre "Exposition professionnelle", on parle effectivement de l'exposition aux pesticides, mais pas au glyphosate.... Je cite : "Par ailleurs, plusieurs expositions professionnelles n’ont pas été incluses car aucune donnée d’exposition représentative de la population française n’était disponible. C’est le cas par exemple du glyphosate, des dioxines, ou encore des bitumes oxydés. " Il me semblait juste important de le signaler....
zaël Il y a 2 mois

Rho, ces méchants agriculteurs qui nous empoisonnent avec les pesticides et qui sont à l’origine de nombreux cancers :
http://gco.iarc.fr/includes/PAF/figureONE.png
source : http://gco.iarc.fr/resources/paf-france_fr.php
ha non en fait


Juste, je tiens à préciser que je n'ai pas d'avis précis sur la question (pesticides? Pas de pesticides? Un peu de pesticides?) car tout simplement pas assez informée...

Mais lorsque tu regardes ce qui se dit dans ces liens, les pesticides à proprement parlé ne sont pas du tout étudiés au niveau du thème "exposition aux substances chimiques", mais seulement l'arsenic et le benzène.

Il y a bien l'effet de l'alimentation qui est aussi étudié, mais seulement sous la vision "pas assez de fruits et de légumes consommés" si j'ai bien compris... (L'importance du bio ou pas n'est pas abordée il me semble)

Et sur le chapitre "Exposition professionnelle", on parle effectivement de l'exposition aux pesticides, mais pas au glyphosate.... Je cite : "Par ailleurs, plusieurs expositions professionnelles n’ont pas été incluses car aucune donnée d’exposition représentative de la population française n’était disponible. C’est le cas par exemple du glyphosate, des dioxines, ou encore des bitumes oxydés. "

Il me semblait juste important de le signaler....

[quote="Damnée"]A part ça non on minimise pas https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/02/04/chlordecone-l-elysee-plaide-le-malentendu-apres-la-declaration-polemique-de-macron_5419206_823448.html Y a qu'a voir le toupet[/quote] Pour le glyphosate on écoute pas la science, pour le chlordécone on écoute pas la science. Y'a une cohérence chez le gouvernement.
melie Il y a 2 mois

A part ça non on minimise pas
https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/02/04/chlordecone-l-elysee-plaide-le-malentendu-apres-la-declaration-polemique-de-macron_5419206_823448.html
Y a qu'a voir le toupet

Pour le glyphosate on écoute pas la science, pour le chlordécone on écoute pas la science. Y'a une cohérence chez le gouvernement.

Pour le tabac et l'alcool, si ça coûtait un pognon de dingue, ça ne serait pas autant taxé. Distillation personnelle illégale, pareil pour la culture de tabac. Et pourquoi ? ;) Si c'était interdit à la vente mas autorisé en culture personnelle, ils feraient la gueule les débits de tabac et ceux qui récupèrent l'argent des taxes. Et ces fameux lobbies. La loi de l'argent, rien d'autre. Et si on laissait les gens gérer leurs production au lieu de les faire passer par la case porte-monnaie obligatoire ? Tu sais que la culture de tabac est traitée et pas qu'un peu ? Il faudrait questionner la science sur du tabac non traité et du tabac traité pour voir si ça influe sur le nombre de cancers. La science n'y arriverai pas : encore une preuve qu'elle est limitée ! Pour la bouillie bordelaise, c'est bien connu que ça tue les champignons... ( Et on a pas attendu le label bio pour l'utiliser en conventionnel ) et pourquoi ça tue les champignons, je vous demande ? Parce que c'est son usage en fait... Maladies cryptogramiques ça parle à quelqu'un ici ? Ces maladies sont dûes à des champignons, rien de neuf sous le soleil de l'agriculture... Le cuivre ça tue les champignons. Ce n'est pas pour rien que la tuyauterie dans les hôpitaux est normalement en cuivre pour éviter au maximum les maladies neusocomiales. Pourquoi bordelaise ? Les premiers à s'en servir étaient les viticulteurs bordelais. Contre le mildiou principalement. C'est utilisé en préventif et en curatif. Après c'est toujours pareil : quand t'as du conventionnel sur 20 hectares cultivé et du bio sur 3000m2 cultivé, étonnement la quantité injectée dans le sol n'est pas la même. ;) Moi je n'ai jamais parlé de supériorité du bio. Vous lisez de travers. Je dis que potentiellement le conventionnel, par son mode intensif et de monoculture accroît l'usage de biocides. Comme je l'ai dis aussi le bio n'est pas forcément rose non plus, mais je pense que c'est plus éthique que le conventionnel. C'est pas être fanatique du bio. Vous êtes extrémistes en fait, c'est ça ? Le bio n'est pas un lobby. C'est l'agriculture qui l'est, qu'importe qu'elle soit labellisée ou non. Stigmatiser le bio ce n'est pas une solution. User de sa raison c'est savoir reconnaître qu'il y a des types d'agricultures plus dangereux que d'autres. Des modes de production qui utilisent en quantité bien plus d'écocides que d'autres. Et pour ton tableau, ce n'est pas parce que le tabac et l'alcool est devant que ça prouve que les pesticides de synthèses ne sont pas dangereux. A écouter la science, ça serait bien que chaque pays ait une armée de robots pour se mettre sur la gueule, au cas où. A écouter la science le taylorisme c'était trop cool. À écouter la science c'est pas grave les ondes 3/4g sur la totalité d'une vie humaine. C'est vrai qu'on a eu le temps de tester de la naissance à la mort d'une personne, sur 80 années. J'oubliais que c'est sorti dans les années 40 cette technologie ! A écouter la science l'amiante c'était cool à une époque. On en faisait même des casseroles. À écouter la science le glyphosate est classé potentiellement dangereux. Ou comment noyer le poisson le temps de vendre le stock avant que la vérité éclate.
AnonymeIl y a 2 mois

Pour le tabac et l'alcool, si ça coûtait un pognon de dingue, ça ne serait pas autant taxé.

Distillation personnelle illégale, pareil pour la culture de tabac. Et pourquoi ?

Si c'était interdit à la vente mas autorisé en culture personnelle, ils feraient la gueule les débits de tabac et ceux qui récupèrent l'argent des taxes. Et ces fameux lobbies.

La loi de l'argent, rien d'autre.

Et si on laissait les gens gérer leurs production au lieu de les faire passer par la case porte-monnaie obligatoire ?


Tu sais que la culture de tabac est traitée et pas qu'un peu ?

Il faudrait questionner la science sur du tabac non traité et du tabac traité pour voir si ça influe sur le nombre de cancers.
La science n'y arriverai pas : encore une preuve qu'elle est limitée !

Pour la bouillie bordelaise, c'est bien connu que ça tue les champignons... ( Et on a pas attendu le label bio pour l'utiliser en conventionnel ) et pourquoi ça tue les champignons, je vous demande ?
Parce que c'est son usage en fait... Maladies cryptogramiques ça parle à quelqu'un ici ? Ces maladies sont dûes à des champignons, rien de neuf sous le soleil de l'agriculture...
Le cuivre ça tue les champignons. Ce n'est pas pour rien que la tuyauterie dans les hôpitaux est normalement en cuivre pour éviter au maximum les maladies neusocomiales.

Pourquoi bordelaise ? Les premiers à s'en servir étaient les viticulteurs bordelais. Contre le mildiou principalement. C'est utilisé en préventif et en curatif.

Après c'est toujours pareil : quand t'as du conventionnel sur 20 hectares cultivé et du bio sur 3000m2 cultivé, étonnement la quantité injectée dans le sol n'est pas la même.


Moi je n'ai jamais parlé de supériorité du bio.
Vous lisez de travers.
Je dis que potentiellement le conventionnel, par son mode intensif et de monoculture accroît l'usage de biocides. Comme je l'ai dis aussi le bio n'est pas forcément rose non plus, mais je pense que c'est plus éthique que le conventionnel.

C'est pas être fanatique du bio. Vous êtes extrémistes en fait, c'est ça ?

Le bio n'est pas un lobby. C'est l'agriculture qui l'est, qu'importe qu'elle soit labellisée ou non. Stigmatiser le bio ce n'est pas une solution. User de sa raison c'est savoir reconnaître qu'il y a des types d'agricultures plus dangereux que d'autres. Des modes de production qui utilisent en quantité bien plus d'écocides que d'autres.

Et pour ton tableau, ce n'est pas parce que le tabac et l'alcool est devant que ça prouve que les pesticides de synthèses ne sont pas dangereux.


A écouter la science, ça serait bien que chaque pays ait une armée de robots pour se mettre sur la gueule, au cas où.
A écouter la science le taylorisme c'était trop cool.
À écouter la science c'est pas grave les ondes 3/4g sur la totalité d'une vie humaine.
C'est vrai qu'on a eu le temps de tester de la naissance à la mort d'une personne, sur 80 années.
J'oubliais que c'est sorti dans les années 40 cette technologie !

A écouter la science l'amiante c'était cool à une époque. On en faisait même des casseroles.
À écouter la science le glyphosate est classé potentiellement dangereux. Ou comment noyer le poisson le temps de vendre le stock avant que la vérité éclate.

[quote="papillondanslatoile"]Il faudrait questionner la science sur du tabac non traité et du tabac traité pour voir si ça influe sur le nombre de cancers. La science n'y arriverai pas : encore une preuve qu'elle est limitée ![/quote] Qu'il soit traité ou non, le tabac continuera toujours à dégager des substances toxiques. C'est pas les pesticides qui sont responsables du goudron à ce que je sache. Ce sont tes connaissances en la méthode scientifique qui sont limitées pas la science. [quote="papillondanslatoile"]Pour la bouillie bordelaise, c'est bien connu que ça tue les champignons... ( Et on a pas attendu le label bio pour l'utiliser en conventionnel ) et pourquoi ça tue les champignons, je vous demande ? Parce que c'est son usage en fait... Maladies cryptogramiques ça parle à quelqu'un ici ? Ces maladies sont dûes à des champignons, rien de neuf sous le soleil de l'agriculture... Le cuivre ça tue les champignons. Ce n'est pas pour rien que la tuyauterie dans les hôpitaux est normalement en cuivre pour éviter au maximum les maladies neusocomiales.[/quote] Les vers de terre sont des champignons ? [quote="papillondanslatoile"]Après c'est toujours pareil : quand t'as du conventionnel sur 20 hectares cultivé et du bio sur 3000m2 cultivé, étonnement la quantité injectée dans le sol n'est pas la même. ;)[/quote] Parce qu'avec 3000m² en bio t'as le même rendement qu'avec 20 hectares en conventionnel ? Quand on veut comparer deux choses, on commence par prendre les mêmes bases. [quote="papillondanslatoile"]Je dis que potentiellement le conventionnel, par son mode intensif et de monoculture accroît l'usage de biocides. Comme je l'ai dis aussi le bio n'est pas forcément rose non plus, mais je pense que c'est plus éthique que le conventionnel.[/quote] Y'a pas de monoculture en bio ? Y'a pas d'intensif en bio ? Et le conventionnel, y'a que du monoculture et de l'intensif ? En conventionnel, ils ne cherchent pas à réduire les quantités d'intrants en changeant leur pratiques ? [quote="papillondanslatoile"]A écouter la science l'amiante c'était cool à une époque. On en faisait même des casseroles. [/quote] Dès le début du XXe siècle (peut-être voire la fin du XIXe), la science alertait sur les risques pour la santé de l'amiante. Au passage, l'amiante c'est naturel ;) [quote="papillondanslatoile"]À écouter la science le glyphosate est classé potentiellement dangereux. Ou comment noyer le poisson le temps de vendre le stock avant que la vérité éclate.[/quote] C'est pas parce qu'un produit est dangereux qu'il est risqué. Différence entre danger et risque : [img]http://projetutopia.info/wp-content/uploads/2018/03/Infographie-Danger-et-Risque-600x1024.png[/img]
melie Il y a 2 mois

Il faudrait questionner la science sur du tabac non traité et du tabac traité pour voir si ça influe sur le nombre de cancers.
La science n'y arriverai pas : encore une preuve qu'elle est limitée !
@papillondanslatoile

Qu'il soit traité ou non, le tabac continuera toujours à dégager des substances toxiques. C'est pas les pesticides qui sont responsables du goudron à ce que je sache.
Ce sont tes connaissances en la méthode scientifique qui sont limitées pas la science.

Pour la bouillie bordelaise, c'est bien connu que ça tue les champignons... ( Et on a pas attendu le label bio pour l'utiliser en conventionnel ) et pourquoi ça tue les champignons, je vous demande ?
Parce que c'est son usage en fait... Maladies cryptogramiques ça parle à quelqu'un ici ? Ces maladies sont dûes à des champignons, rien de neuf sous le soleil de l'agriculture...
Le cuivre ça tue les champignons. Ce n'est pas pour rien que la tuyauterie dans les hôpitaux est normalement en cuivre pour éviter au maximum les maladies neusocomiales.
@papillondanslatoile

Les vers de terre sont des champignons ?

Après c'est toujours pareil : quand t'as du conventionnel sur 20 hectares cultivé et du bio sur 3000m2 cultivé, étonnement la quantité injectée dans le sol n'est pas la même.
@papillondanslatoile

Parce qu'avec 3000m² en bio t'as le même rendement qu'avec 20 hectares en conventionnel ? Quand on veut comparer deux choses, on commence par prendre les mêmes bases.

Je dis que potentiellement le conventionnel, par son mode intensif et de monoculture accroît l'usage de biocides. Comme je l'ai dis aussi le bio n'est pas forcément rose non plus, mais je pense que c'est plus éthique que le conventionnel.
@papillondanslatoile

Y'a pas de monoculture en bio ? Y'a pas d'intensif en bio ? Et le conventionnel, y'a que du monoculture et de l'intensif ? En conventionnel, ils ne cherchent pas à réduire les quantités d'intrants en changeant leur pratiques ?

A écouter la science l'amiante c'était cool à une époque. On en faisait même des casseroles.
@papillondanslatoile

Dès le début du XXe siècle (peut-être voire la fin du XIXe), la science alertait sur les risques pour la santé de l'amiante. Au passage, l'amiante c'est naturel

À écouter la science le glyphosate est classé potentiellement dangereux. Ou comment noyer le poisson le temps de vendre le stock avant que la vérité éclate.
@papillondanslatoile

C'est pas parce qu'un produit est dangereux qu'il est risqué.
Différence entre danger et risque :

Pour rester sur le thème du tabac, l'effet cocktail n'est jamais bon. Peut-être que certains résidus de produits ralentissement l'élimination naturelle du goudron ou au contraire, accélère le processus de mutation des cellules ? Je sais reconnaître que mes connaissances sont limitées oui. Peux-tu dire pareil de ton égo ? Et la science est limitée, quoi qu'il en soit, du moins par l'aspect temporel. Elle est très loin d'avoir réponse à tout. J'attends toujours ces tests pour prouver l'innocuité des produits de traitement sur les plants de tabac et la non-aggravation du facteur cancérigène. Des sources à partager ou la science est limitée et n'a pas résolu la question ? Pour le cancer du poumon, un non fumeur peut aussi le développer. Méfions-nous de l'eau qui dort. Pour la bouillie bordelaise, je ne parle que des champignons. Rien à redire là dessus au lieu d'esquiver la réponse ? Connais-tu les cultures qui nécessitent la bouillie bordelaise ? Vas te renseigner si tu ne sais pas, tu vas apprendre pas mal de choses à ce sujet. Tu parlés de rendement quand je parle d'empoisonnement... Merci d'éclairer aussi bien la supercherie de ta pensée ! Si tu lisais mes messages vraiment, je parle aussi des monocultures en bio... Ah si, ils y arrivent, ça s'appelle l'agriculture raisonnée, comme dit plus haut. Tu ne nous apprends rien de neuf sous le ciel de l'agriculture. Raisonnée ne veut pas dire plus saine. Comme tu as dis bio ne veut pas dire plus saine. C'est la même chose. Ça marche pour tout. L'uranium aussi c'est naturel ! Oui, on alertait, mais le mal était déjà fait. Certainement comme les pesticides de synthèse... Sauf qu'on parle pas d'accident d'avion ici ou d'empoisonnement dû à une surconsommation. On parle d'empoisonnement lent. Merci de prendre des exemple concrets qui s'adaptent à ce de quoi on parle et de ne pas détourner le sujet débattu : la toxicité du glyphosate. On a pu faire une étude sur une vie humaine de la naissance à la mort ( 80 années ) en assimilant glyphosate résiduel par nourriture, ou voies aériennes accidentels ? Il faudrait 80 ans... Si on commence aujourd'hui on aura la réponse en 2100. CQFD : on attend la science
AnonymeIl y a 2 mois

Pour rester sur le thème du tabac, l'effet cocktail n'est jamais bon. Peut-être que certains résidus de produits ralentissement l'élimination naturelle du goudron ou au contraire, accélère le processus de mutation des cellules ?

Je sais reconnaître que mes connaissances sont limitées oui. Peux-tu dire pareil de ton égo ?
Et la science est limitée, quoi qu'il en soit, du moins par l'aspect temporel. Elle est très loin d'avoir réponse à tout.

J'attends toujours ces tests pour prouver l'innocuité des produits de traitement sur les plants de tabac et la non-aggravation du facteur cancérigène.

Des sources à partager ou la science est limitée et n'a pas résolu la question ?

Pour le cancer du poumon, un non fumeur peut aussi le développer. Méfions-nous de l'eau qui dort.


Pour la bouillie bordelaise, je ne parle que des champignons. Rien à redire là dessus au lieu d'esquiver la réponse ?

Connais-tu les cultures qui nécessitent la bouillie bordelaise ? Vas te renseigner si tu ne sais pas, tu vas apprendre pas mal de choses à ce sujet.

Tu parlés de rendement quand je parle d'empoisonnement... Merci d'éclairer aussi bien la supercherie de ta pensée !

Si tu lisais mes messages vraiment, je parle aussi des monocultures en bio...

Ah si, ils y arrivent, ça s'appelle l'agriculture raisonnée, comme dit plus haut. Tu ne nous apprends rien de neuf sous le ciel de l'agriculture.
Raisonnée ne veut pas dire plus saine. Comme tu as dis bio ne veut pas dire plus saine. C'est la même chose. Ça marche pour tout.

L'uranium aussi c'est naturel !
Oui, on alertait, mais le mal était déjà fait. Certainement comme les pesticides de synthèse...

Sauf qu'on parle pas d'accident d'avion ici ou d'empoisonnement dû à une surconsommation.

On parle d'empoisonnement lent. Merci de prendre des exemple concrets qui s'adaptent à ce de quoi on parle et de ne pas détourner le sujet débattu : la toxicité du glyphosate.

On a pu faire une étude sur une vie humaine de la naissance à la mort ( 80 années ) en assimilant glyphosate résiduel par nourriture, ou voies aériennes accidentels ?

Il faudrait 80 ans...
Si on commence aujourd'hui on aura la réponse en 2100.
CQFD : on attend la science

[quote="papillondanslatoile"]Et la science est limitée, quoi qu'il en soit, du moins par l'aspect temporel. Elle est très loin d'avoir réponse à tout. [/quote] Non, le temps n'est pas forcément une limite pour la science. Elle n'a pas besoin d'observer à l'échelle d'une vie humaine pour conclure s'il y a un risque ou pas. Et quand la science sait pas, elle le dit et continue son travail. [quote="papillondanslatoile"]J'attends toujours ces tests pour prouver l'innocuité des produits de traitement sur les plants de tabac et la non-aggravation du facteur cancérigène. [/quote] Fais tes propres recherches, si ça t'intéresse tant que ça. [quote="papillondanslatoile"]Des sources à partager ou la science est limitée et n'a pas résolu la question ? [/quote] C'est celui qui affirme qui avance la preuve. [quote="papillondanslatoile"]Tu parlés de rendement quand je parle d'empoisonnement... Merci d'éclairer aussi bien la supercherie de ta pensée ![/quote] Tu parlais de quantité d'intrants utilisés et tu comparais les deux cas. Depuis le début, tu affirmes qu'il y a empoisonnement par les pesticides de synthèse sans avancer de preuves. [quote="papillondanslatoile"]Oui, on alertait, mais le mal était déjà fait. Certainement comme les pesticides de synthèse...[/quote] En fait, tu entends la science que quand elle dit qu'il y a un risque, c'est ça ? Et tu deviens sourd quand elle dit qu'il n'y en a pas ? La science, c'est pas à la carte. [quote="papillondanslatoile"]Sauf qu'on parle pas d'accident d'avion ici ou d'empoisonnement dû à une surconsommation. On parle d'empoisonnement lent. Merci de prendre des exemple concrets qui s'adaptent à ce de quoi on parle et de ne pas détourner le sujet débattu : la toxicité du glyphosate.[/quote] Tu as des preuves d'un risque d'empoisonnement lent ? Ou d'une suspicion ? J'étais dans le sujet : boire un litre de glyphosate pur est dangereux, manger un aliment issu d'une culture où il y a eu une utilisation normale de glyphosate est sans risque. [quote="papillondanslatoile"]On a pu faire une étude sur une vie humaine de la naissance à la mort ( 80 années ) en assimilant glyphosate résiduel par nourriture, ou voies aériennes accidentels ? Il faudrait 80 ans... Si on commence aujourd'hui on aura la réponse en 2100. CQFD : on attend la science[/quote] La science n'a pas besoin de ce type d'étude pour connaître les effets sur la santé humaine de l'absorption de glyphosate à des doses tellement faibles qu'il n'y a pas de risque.
melie Il y a 2 mois

Et la science est limitée, quoi qu'il en soit, du moins par l'aspect temporel. Elle est très loin d'avoir réponse à tout.
@papillondanslatoile

Non, le temps n'est pas forcément une limite pour la science. Elle n'a pas besoin d'observer à l'échelle d'une vie humaine pour conclure s'il y a un risque ou pas. Et quand la science sait pas, elle le dit et continue son travail.

J'attends toujours ces tests pour prouver l'innocuité des produits de traitement sur les plants de tabac et la non-aggravation du facteur cancérigène.
@papillondanslatoile

Fais tes propres recherches, si ça t'intéresse tant que ça.

Des sources à partager ou la science est limitée et n'a pas résolu la question ?
@papillondanslatoile

C'est celui qui affirme qui avance la preuve.

Tu parlés de rendement quand je parle d'empoisonnement... Merci d'éclairer aussi bien la supercherie de ta pensée !
@papillondanslatoile

Tu parlais de quantité d'intrants utilisés et tu comparais les deux cas. Depuis le début, tu affirmes qu'il y a empoisonnement par les pesticides de synthèse sans avancer de preuves.

Oui, on alertait, mais le mal était déjà fait. Certainement comme les pesticides de synthèse...
@papillondanslatoile

En fait, tu entends la science que quand elle dit qu'il y a un risque, c'est ça ? Et tu deviens sourd quand elle dit qu'il n'y en a pas ? La science, c'est pas à la carte.

Sauf qu'on parle pas d'accident d'avion ici ou d'empoisonnement dû à une surconsommation.

On parle d'empoisonnement lent. Merci de prendre des exemple concrets qui s'adaptent à ce de quoi on parle et de ne pas détourner le sujet débattu : la toxicité du glyphosate.
@papillondanslatoile

Tu as des preuves d'un risque d'empoisonnement lent ? Ou d'une suspicion ?
J'étais dans le sujet : boire un litre de glyphosate pur est dangereux, manger un aliment issu d'une culture où il y a eu une utilisation normale de glyphosate est sans risque.

On a pu faire une étude sur une vie humaine de la naissance à la mort ( 80 années ) en assimilant glyphosate résiduel par nourriture, ou voies aériennes accidentels ?

Il faudrait 80 ans...
Si on commence aujourd'hui on aura la réponse en 2100.
CQFD : on attend la science
@papillondanslatoile

La science n'a pas besoin de ce type d'étude pour connaître les effets sur la santé humaine de l'absorption de glyphosate à des doses tellement faibles qu'il n'y a pas de risque.