Le forum de la communauté SaezLive

Que pensez vous du fait que quelqu'un de valide, qui n'est pas malade, pour qui apparemment tout va bien, souhaite à un moment donné de sa vie, à une date que lui prévoit, sans être âgé particulièrement et sans problème de dépression, programmer la fin de sa vie. A un moment donné on peut, je pense, décider de dire stop j'ai assez vécu, je ne suis pour ma part, pas choquée de cela, même bien au contraire. Nous devrions pouvoir décider de notre vie en tout point et pleinement.
AnonymeIl y a 4 mois

Que pensez vous du fait que quelqu'un de valide, qui n'est pas malade, pour qui apparemment tout va bien, souhaite à un moment donné de sa vie, à une date que lui prévoit, sans être âgé particulièrement et sans problème de dépression, programmer la fin de sa vie.
A un moment donné on peut, je pense, décider de dire stop j'ai assez vécu, je ne suis pour ma part, pas choquée de cela, même bien au contraire.
Nous devrions pouvoir décider de notre vie en tout point et pleinement.

Ah quelle bonne idée d’ouvrir ce topic ! LE sujet TABOU de la société, qui malheureusement risque de le rester très longtemps… Déjà que pour la fin de vie des personnes malades on n’a avancé que de 3 cacahuètes en 30 ans… Le droit de disposer de soi ??? « Et depuis quand on sort de table tant que le repas n’est pas fini? » hurle le monde bien-pensant depuis des siècles. Ah le suicide c’est mal, tellement mal que la religion chrétienne s’est très vite emparée du sujet. Si tu te tues, point de salut… Par contre je ne suis pas sûre que l’on puisse avoir envie de programmer sa mort sans que la cause provienne d’une certaine souffrance. Souffrance passée ou présente, angoisse de l’avenir. Le problème est que dans notre société cette souffrance est TOUJOURS considérée comme une maladie, donc on déballe le grand jeu des anti-dépresseurs, anxiolytiques et petits séjours en psychiatrie, jusqu’à ce que l’on obtempère en disant « oh ben non, vous avez raison, finalement je vais rester » En 1982 j’ai acheté le livre « suicide mode d’emploi », qui a ensuite été retiré de la vente car il pouvait constituer une incitation au suicide, et que le dernier chapitre était consacré à des « recettes » pour une mort douce, soit par voie médicamenteuse soit par ingestion de plantes toxiques. Par chance je l’ai encore, et si je dis par chance c’est parce que 9 chapitres sont consacrés à ce thème du suicide et au droit de disposer de sa vie, qui sont d’autant plus passionnants qu’ils ne sont pratiquement jamais abordés par un autre biais que « le suicide c’est mal ». https://fr.wikipedia.org/wiki/Suicide,_mode_d%27emploi
caféine Il y a 4 mois

Ah quelle bonne idée d’ouvrir ce topic !
LE sujet TABOU de la société, qui malheureusement risque de le rester très longtemps…
Déjà que pour la fin de vie des personnes malades on n’a avancé que de 3 cacahuètes en 30 ans…
Le droit de disposer de soi ???
« Et depuis quand on sort de table tant que le repas n’est pas fini? » hurle le monde bien-pensant depuis des siècles.
Ah le suicide c’est mal, tellement mal que la religion chrétienne s’est très vite emparée du sujet. Si tu te tues, point de salut…
Par contre je ne suis pas sûre que l’on puisse avoir envie de programmer sa mort sans que la cause provienne d’une certaine souffrance.
Souffrance passée ou présente, angoisse de l’avenir.
Le problème est que dans notre société cette souffrance est TOUJOURS considérée comme une maladie, donc on déballe le grand jeu des anti-dépresseurs, anxiolytiques et petits séjours en psychiatrie, jusqu’à ce que l’on obtempère en disant « oh ben non, vous avez raison, finalement je vais rester »

En 1982 j’ai acheté le livre « suicide mode d’emploi », qui a ensuite été retiré de la vente car il pouvait constituer une incitation au suicide, et que le dernier chapitre était consacré à des « recettes » pour une mort douce, soit par voie médicamenteuse soit par ingestion de plantes toxiques.
Par chance je l’ai encore, et si je dis par chance c’est parce que 9 chapitres sont consacrés à ce thème du suicide et au droit de disposer de sa vie, qui sont d’autant plus passionnants qu’ils ne sont pratiquement jamais abordés par un autre biais que « le suicide c’est mal ».

https://fr.wikipedia.org/wiki/Suicide,_mode_d%27emploi

Le fait est que oui, le suicide est associé à la psychiatrie, ça me rend dingue. Deux sujets me tiennent à coeur particulièrement celui ci, et celui des gens incarcérés, sujets étroitement liés d'ailleurs, synonyme de souffrance, puisqu'on les force à rester enfermés, sans s'occuper d'eux, et on veille à ce qu'il ne mettent pas fin à leurs jours. Ça s'appelle de la torture, réellement. Mais d'ordre plus générale, même si souffrance il y a, on doit pouvoir aborder cela sans tabou et être maître de sa vie.
AnonymeIl y a 4 mois

Le fait est que oui, le suicide est associé à la psychiatrie, ça me rend dingue.
Deux sujets me tiennent à coeur particulièrement celui ci, et celui des gens incarcérés, sujets étroitement liés d'ailleurs, synonyme de souffrance, puisqu'on les force à rester enfermés, sans s'occuper d'eux, et on veille à ce qu'il ne mettent pas fin à leurs jours.
Ça s'appelle de la torture, réellement.
Mais d'ordre plus générale, même si souffrance il y a, on doit pouvoir aborder cela sans tabou et être maître de sa vie.

Très bonne idée, effectivement! On en parlait avec des amis pas plus tard que ce weekend, et je trouve ça "scandaleux" que rien n'avance concernant le droit de "disposer de soi" comme le dit si bien @caféine, surtout pour des personnes réduites à l'état de légumes. A partir du moment où la personne choisi, qu'elle a les capacités de choisir aussi, et ce en pleine conscience, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas décider de sa mort.... Sous réserve bien entendu que tout ceci soit cadré et suivi dans le temps... Ça m'a fait penser à une vidéo que j'avais vu passée dans les méandres des internets, j'ai réussi à la retrouver : https://www.youtube.com/watch?v=cC7XVNArDXU&feature=youtu.be Cette personne, en pleine forme et pas si âgée, a décidé de la date de sa mort, elle fera ça en suisse. Je suis pas contre, tout comme toi @Damnée, être libre, ça passe également par choisir la date de sa mort, si c'est cela qu'on veut. Bien que je trouve ce comportement (concernant la personne de la vidéo) un peu égoïste. Mais comme elle le dit si bien, ils s'en sortiront très bien sans elle (elle n'a plus personne "à charge") et ne souhaite pas en devenir une, de charge...
zaël Il y a 4 mois

Très bonne idée, effectivement!

On en parlait avec des amis pas plus tard que ce weekend, et je trouve ça "scandaleux" que rien n'avance concernant le droit de "disposer de soi" comme le dit si bien caféine, surtout pour des personnes réduites à l'état de légumes.

A partir du moment où la personne choisi, qu'elle a les capacités de choisir aussi, et ce en pleine conscience, je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas décider de sa mort.... Sous réserve bien entendu que tout ceci soit cadré et suivi dans le temps...

Ça m'a fait penser à une vidéo que j'avais vu passée dans les méandres des internets, j'ai réussi à la retrouver :


https://www.youtube.com/watch?v=cC7XVNArDXU&feature=youtu.be

Cette personne, en pleine forme et pas si âgée, a décidé de la date de sa mort, elle fera ça en suisse. Je suis pas contre, tout comme toi Damnée, être libre, ça passe également par choisir la date de sa mort, si c'est cela qu'on veut. Bien que je trouve ce comportement (concernant la personne de la vidéo) un peu égoïste. Mais comme elle le dit si bien, ils s'en sortiront très bien sans elle (elle n'a plus personne "à charge") et ne souhaite pas en devenir une, de charge...

Oui @Zaël j'avais pensé à cette femme, également, mais pas que, en créant ce topic et oui il y a la notion d'égoïsme qui ressort de la part des gens qui "restent", ce que je peux comprendre. Je le comprends de la part des proches, mais pas des gens ou de la société en général.
AnonymeIl y a 4 mois

Oui zaël j'avais pensé à cette femme, également, mais pas que, en créant ce topic et oui il y a la notion d'égoïsme qui ressort de la part des gens qui "restent", ce que je peux comprendre.
Je le comprends de la part des proches, mais pas des gens ou de la société en général.

Oui mais les pays comme la Suisse et la Belgique ne pratiquent "le suicide assisté" qu'à des personnes ayant des "invalidités importantes" ou des "souffrances intolérables" Cette femme ne peut pas débarquer là-bas en disant " salut, vous me mettez sur votre planning la semaine prochaine?" :D
caféine Il y a 4 mois

Oui mais les pays comme la Suisse et la Belgique ne pratiquent "le suicide assisté" qu'à des personnes ayant des "invalidités importantes" ou des "souffrances intolérables"
Cette femme ne peut pas débarquer là-bas en disant " salut, vous me mettez sur votre planning la semaine prochaine?"

[quote="caféine"]Oui mais les pays comme la Suisse et la Belgique ne pratiquent "le suicide assisté" qu'à des personnes ayant des "invalidités importantes" ou des "souffrances intolérables"[/quote] Et bien d'après ce documentaire, et si j'ai bien compris, non. C'est le cas de cette femme en question. [quote="caféine"]Cette femme ne peut pas débarquer là-bas en disant " salut, vous me mettez sur votre planning la semaine prochaine?" :D[/quote] Non, c'est pas aussi simple, elle explique les démarches qu'elle a du faire, etc. Mais elle n'a aucune invalidité! [quote="Damnée"]Je le comprends de la part des proches mais pas des gens ou de la société en général.[/quote] Je ne comprends pas non plus le regard que porte la société en générale sur le suicide. Il y en a pour qui c'est de la lâcheté, un manque de courage, et pour d'autres, c'est tout "simplement" qu'il était dépressif ou bipolaire, alors qu'il y a juste 1000 autres raisons. Le vrai problème là dedans, c'est que l'on vive dans une société qui fait que l'on puisse avoir envie de quitter ce monde.... Mais là, c'est un autre débat.
zaël Il y a 4 mois

Oui mais les pays comme la Suisse et la Belgique ne pratiquent "le suicide assisté" qu'à des personnes ayant des "invalidités importantes" ou des "souffrances intolérables"


Et bien d'après ce documentaire, et si j'ai bien compris, non. C'est le cas de cette femme en question.

Cette femme ne peut pas débarquer là-bas en disant " salut, vous me mettez sur votre planning la semaine prochaine?"


Non, c'est pas aussi simple, elle explique les démarches qu'elle a du faire, etc. Mais elle n'a aucune invalidité!

Je le comprends de la part des proches mais pas des gens ou de la société en général.


Je ne comprends pas non plus le regard que porte la société en générale sur le suicide. Il y en a pour qui c'est de la lâcheté, un manque de courage, et pour d'autres, c'est tout "simplement" qu'il était dépressif ou bipolaire, alors qu'il y a juste 1000 autres raisons.

Le vrai problème là dedans, c'est que l'on vive dans une société qui fait que l'on puisse avoir envie de quitter ce monde.... Mais là, c'est un autre débat.

[quote="zaël"][quote="caféine"]Oui mais les pays comme la Suisse et la Belgique ne pratiquent "le suicide assisté" qu'à des personnes ayant des "invalidités importantes" ou des "souffrances intolérables"[/quote] Et bien d'après ce documentaire, et si j'ai bien compris, non. C'est le cas de cette femme en question. [quote="caféine"]Cette femme ne peut pas débarquer là-bas en disant " salut, vous me mettez sur votre planning la semaine prochaine?" :D[/quote] Non, c'est pas aussi simple, elle explique les démarches qu'elle a du faire, etc. Mais elle n'a aucune invalidité! [quote="Damnée"]Je le comprends de la part des proches mais pas des gens ou de la société en général.[/quote] Je ne comprends pas non plus le regard que porte la société en générale sur le suicide. Il y en a pour qui c'est de la lâcheté, un manque de courage, et pour d'autres, c'est tout "simplement" qu'il était dépressif ou bipolaire, alors qu'il y a juste 1000 autres raisons. Le vrai problème là dedans, c'est que l'on vive dans une société qui fait que l'on puisse avoir envie de quitter ce monde.... Mais là, c'est un autre débat.[/quote] Eh bien cette femme se trompe, ce qui est le cas de beaucoup de personnes, car les conditions sont très mal connues. En voilà quelques unes. Le cas de la Belgique "L'euthanasie est très encadrée chez nos voisins belges : il faut que la pathologie soit incurable, et que la souffrance physique et psychologique soit insupportable pour le patient. Les médecins qui la pratiquent, et le personnel médical qui entourent le malade, ont suivi une formation, baptisée EOL, comme End of Life (fin de la vie). Les médecins suivent le patient pendant plusieurs mois, parfois même plusieurs années, avant l'euthanasie. Il existe une Commission d'évaluation et de contrôle de l'euthanasie" https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/euthanasie-en-belgique-le-recours-pour-les-patients-francais-1507284876 Le cas de la Suisse L’association à but non lucratif Exit, active en Suisse romande, est un autre exemple. Elle compte plus de 26 000 membres, qui peuvent tous voter lors de l’assemblée générale annuelle. Pour adhérer, il faut payer une cotisation annuelle de 40 francs suisses (environ 35 euros), avoir plus de 20 ans et résider en Suisse. L’association offre une assistance au suicide gratuitement à ses membres qui le demandent et qui rencontrent les critères. Les non-résidents et les mineurs sont donc inéligibles. En plus des exigences légales, l’association a défini ses propres conditions d’accès au suicide assisté pour ses membres. Celles-ci incluent notamment : Soit être atteint d’une maladie incurable ou d’une invalidité importante ou avoir des souffrances intolérables ; Soit être atteint de polypathologies invalidantes liées à l’âge. Un médecin-conseil détermine si la personne remplit ou non les critères et, le cas échéant, prescrit une dose létale qui sera apportée par un·e bénévole. http://theconversation.com/fin-de-vie-ce-que-la-suisse-et-le-canada-nous-apprennent-sur-laide-a-mourir-97808 "Le vrai problème là dedans, c'est que l'on vive dans une société qui fait que l'on puisse avoir envie de quitter ce monde.... " Je ne suis pas trop d'accord avec toi, car il y a des envies de mourir imputables à la société dans laquelle on vit (perte d'emploi, divorce, harcèlement, et malheureusement j'en oublie beaucoup...) Et puis il y a des envies de mourir qui ne proviennent que de sa propre vie, sa personnalité, son ressenti... Par exemple les personnes qui s'emmerdent, tout simplement, et qui trouvent que la vie c'est trop long...
caféine Il y a 4 mois

Oui mais les pays comme la Suisse et la Belgique ne pratiquent "le suicide assisté" qu'à des personnes ayant des "invalidités importantes" ou des "souffrances intolérables"


Et bien d'après ce documentaire, et si j'ai bien compris, non. C'est le cas de cette femme en question.

Cette femme ne peut pas débarquer là-bas en disant " salut, vous me mettez sur votre planning la semaine prochaine?"


Non, c'est pas aussi simple, elle explique les démarches qu'elle a du faire, etc. Mais elle n'a aucune invalidité!

Je le comprends de la part des proches mais pas des gens ou de la société en général.


Je ne comprends pas non plus le regard que porte la société en générale sur le suicide. Il y en a pour qui c'est de la lâcheté, un manque de courage, et pour d'autres, c'est tout "simplement" qu'il était dépressif ou bipolaire, alors qu'il y a juste 1000 autres raisons.

Le vrai problème là dedans, c'est que l'on vive dans une société qui fait que l'on puisse avoir envie de quitter ce monde.... Mais là, c'est un autre débat.


Eh bien cette femme se trompe, ce qui est le cas de beaucoup de personnes, car les conditions sont très mal connues. En voilà quelques unes.


Le cas de la Belgique
"L'euthanasie est très encadrée chez nos voisins belges : il faut que la pathologie soit incurable, et que la souffrance physique et psychologique soit insupportable pour le patient. Les médecins qui la pratiquent, et le personnel médical qui entourent le malade, ont suivi une formation, baptisée EOL, comme End of Life (fin de la vie). Les médecins suivent le patient pendant plusieurs mois, parfois même plusieurs années, avant l'euthanasie. Il existe une Commission d'évaluation et de contrôle de l'euthanasie"
https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/euthanasie-en-belgique-le-recours-pour-les-patients-francais-1507284876

Le cas de la Suisse
L’association à but non lucratif Exit, active en Suisse romande, est un autre exemple. Elle compte plus de 26 000 membres, qui peuvent tous voter lors de l’assemblée générale annuelle. Pour adhérer, il faut payer une cotisation annuelle de 40 francs suisses (environ 35 euros), avoir plus de 20 ans et résider en Suisse. L’association offre une assistance au suicide gratuitement à ses membres qui le demandent et qui rencontrent les critères. Les non-résidents et les mineurs sont donc inéligibles.

En plus des exigences légales, l’association a défini ses propres conditions d’accès au suicide assisté pour ses membres. Celles-ci incluent notamment :

Soit être atteint d’une maladie incurable ou d’une invalidité importante ou avoir des souffrances intolérables ;

Soit être atteint de polypathologies invalidantes liées à l’âge.

Un médecin-conseil détermine si la personne remplit ou non les critères et, le cas échéant, prescrit une dose létale qui sera apportée par un·e bénévole.
http://theconversation.com/fin-de-vie-ce-que-la-suisse-et-le-canada-nous-apprennent-sur-laide-a-mourir-97808


"Le vrai problème là dedans, c'est que l'on vive dans une société qui fait que l'on puisse avoir envie de quitter ce monde.... "

Je ne suis pas trop d'accord avec toi, car il y a des envies de mourir imputables à la société dans laquelle on vit (perte d'emploi, divorce, harcèlement, et malheureusement j'en oublie beaucoup...)
Et puis il y a des envies de mourir qui ne proviennent que de sa propre vie, sa personnalité, son ressenti...
Par exemple les personnes qui s'emmerdent, tout simplement, et qui trouvent que la vie c'est trop long...

Tu sais on t'impose la vie, et à notre tour on l'impose à nos enfants, parfois, je trouve ça terrible d'ailleurs d'imposer un tel truc, quand ça n'a pas de si grande valeur, à nos yeux. Mais simplement on peut décider de sa mort, c'est juste un équilibre
AnonymeIl y a 4 mois

Tu sais on t'impose la vie, et à notre tour on l'impose à nos enfants, parfois, je trouve ça terrible d'ailleurs d'imposer un tel truc, quand ça n'a pas de si grande valeur, à nos yeux.
Mais simplement on peut décider de sa mort, c'est juste un équilibre

[quote="Damnée"]Tu sais on t'impose la vie, et à notre tour on l'impose à nos enfants, je trouve ça terrible d'ailleurs d'imposer un tel truc, quand ça n'a pas de si grande valeur, à nos yeux. Mais simplement on peut décider de sa mort, c'est juste un équilibre[/quote] Eh bien comment dire? Comme tu le demandais au début du topic, une personne qui ne souffre ni moralement, ni psychiquement et qui souhaite programmer sa mort car elle estime avoir assez vécu ou pour toute autre raison, ça ne me gêne en aucun cas et je revendique ce droit. Par contre, il vaut mieux se rendre compte de cela AVANT d'avoir des enfants. C'est déjà une telle douleur de perdre ses parents, si en plus c'est une volonté de leur part, ça me paraît insoutenable... Comment se construire avec un parent qui, sans désespoir particulier, tire son chapeau et quitte la scène? Comment vivre, tout simplement?
caféine Il y a 4 mois

Tu sais on t'impose la vie, et à notre tour on l'impose à nos enfants, je trouve ça terrible d'ailleurs d'imposer un tel truc, quand ça n'a pas de si grande valeur, à nos yeux.
Mais simplement on peut décider de sa mort, c'est juste un équilibre

Eh bien comment dire?
Comme tu le demandais au début du topic, une personne qui ne souffre ni moralement, ni psychiquement et qui souhaite programmer sa mort car elle estime avoir assez vécu ou pour toute autre raison, ça ne me gêne en aucun cas et je revendique ce droit.
Par contre, il vaut mieux se rendre compte de cela AVANT d'avoir des enfants.
C'est déjà une telle douleur de perdre ses parents, si en plus c'est une volonté de leur part, ça me paraît insoutenable...
Comment se construire avec un parent qui, sans désespoir particulier, tire son chapeau et quitte la scène?
Comment vivre, tout simplement?

[quote="caféine"][quote="Damnée"]Tu sais on t'impose la vie, et à notre tour on l'impose à nos enfants, je trouve ça terrible d'ailleurs d'imposer un tel truc, quand ça n'a pas de si grande valeur, à nos yeux. Mais simplement on peut décider de sa mort, c'est juste un équilibre[/quote] Par contre, il vaut mieux se rendre compte de cela AVANT d'avoir des enfants. C'est déjà une telle douleur de perdre ses parents, si en plus c'est une volonté de leur part, ça me paraît insoutenable... Comment se construire avec un parent qui, sans désespoir particulier, tire son chapeau et quitte la scène? Comment vivre, tout simplement?[/quote] Ce qu'il y a c'est qu'il ne faut impérativement pas leur transmettre ce, comment dire, mal de vivre Cependant une fois les enfants grands et équilibrés, du coup, pourquoi pas. Si non moi ça va bien :D
AnonymeIl y a 4 mois

Tu sais on t'impose la vie, et à notre tour on l'impose à nos enfants, je trouve ça terrible d'ailleurs d'imposer un tel truc, quand ça n'a pas de si grande valeur, à nos yeux.
Mais simplement on peut décider de sa mort, c'est juste un équilibre

Par contre, il vaut mieux se rendre compte de cela AVANT d'avoir des enfants.
C'est déjà une telle douleur de perdre ses parents, si en plus c'est une volonté de leur part, ça me paraît insoutenable...
Comment se construire avec un parent qui, sans désespoir particulier, tire son chapeau et quitte la scène?
Comment vivre, tout simplement?

Ce qu'il y a c'est qu'il ne faut impérativement pas leur transmettre ce, comment dire, mal de vivre
Cependant une fois les enfants grands et équilibrés, du coup, pourquoi pas.
Si non moi ça va bien

[quote="Damnée"] Ce qu'il y a c'est qu'il ne faut impérativement pas leur transmettre ce, comment dire, mal de vivre Cependant une fois les enfants grands et équilibrés, du coup, pourquoi pas. Si non moi ça va bien :D[/quote] C'est incroyable le nombre de conneries que tu es capable d'écrire en une seule journée :D
caféine Il y a 4 mois


Ce qu'il y a c'est qu'il ne faut impérativement pas leur transmettre ce, comment dire, mal de vivre
Cependant une fois les enfants grands et équilibrés, du coup, pourquoi pas.
Si non moi ça va bien

C'est incroyable le nombre de conneries que tu es capable d'écrire en une seule journée

Et tout ça rien que pour dépasser @Suzie dans la catégorie des plus bavards en plus :D
caféine Il y a 4 mois

Et tout ça rien que pour dépasser Suzie dans la catégorie des plus bavards en plus

Une fois que je l'aurai dépassée je pars :D
AnonymeIl y a 4 mois

Une fois que je l'aurai dépassée je pars

Ah ben dans ce cas-là il va falloir te supporter longtemps :D
caféine Il y a 4 mois

Ah ben dans ce cas-là il va falloir te supporter longtemps

Un retard d'album de Saez me semble maintenant habituel donc pas la peine de programmer vos fins de vie vendredi en cas de non sortie de l'album... à Dieu.
Phymor Il y a 4 mois

Un retard d'album de Saez me semble maintenant habituel donc pas la peine de programmer vos fins de vie vendredi en cas de non sortie de l'album... à Dieu.

[quote="caféine"] Eh bien cette femme se trompe, ce qui est le cas de beaucoup de personnes, car les conditions sont très mal connues. En voilà quelques unes. Le cas de la Suisse L’association à but non lucratif Exit, active en Suisse romande, est un autre exemple. Elle compte plus de 26 000 membres, qui peuvent tous voter lors de l’assemblée générale annuelle. Pour adhérer, il faut payer une cotisation annuelle de 40 francs suisses (environ 35 euros), avoir plus de 20 ans et résider en Suisse. L’association offre une assistance au suicide gratuitement à ses membres qui le demandent et qui rencontrent les critères. Les non-résidents et les mineurs sont donc inéligibles.[/quote] Mais elle ne peut pas se tromper puisque sa mort est déjà programmée! J'ai trouvé ce lien, qui décrit une association en Suisse qui est "l'un des rares pays d'Europe à autoriser le suicide assisté. Mais seule une association, nommée Dignitas, ouvre cette pratique aux étrangers". https://www.francetvinfo.fr/societe/euthanasie/en-suisse-l-aide-au-suicide-plutot-que-l-euthanasie_154365.html [quote="caféine"] "Le vrai problème là dedans, c'est que l'on vive dans une société qui fait que l'on puisse avoir envie de quitter ce monde.... " Je ne suis pas trop d'accord avec toi, car il y a des envies de mourir imputables à la société dans laquelle on vit (perte d'emploi, divorce, harcèlement, et malheureusement j'en oublie beaucoup...) Et puis il y a des envies de mourir qui ne proviennent que de sa propre vie, sa personnalité, son ressenti... Par exemple les personnes qui s'emmerdent, tout simplement, et qui trouvent que la vie c'est trop long...[/quote] Je suis pas sure que ça soit complétement imputable à la société. Le fait que quelqu'un harcèle une personne vient bien du fait que l'on évolue dans un milieu où le harcèlement (sexuel par exemple), est en partie le résultat de croyances, culture, éducation, etc etc. Après, la rupture amoureuse, c'est vrai que pour le coup, la société n'est que très peu impliquée dans une histoire comme ça.... Mais on est tous dans une forme de solitude qui fait que certaines personnes, à mon avis, se trouvent souvent seules face à leur problème, et se tournent donc plus "facilement" vers le suicide. C'est ça que je trouve triste en fait. Je suis persuadée qui si il y avait un peu plus de bienveillance entre nous, il y aurait déjà beaucoup moins de suicides. Après, pour ce qui est des personnes qui ne sont tout simplement pas "faites" pour vivre ( et je te rejoins là dessus), quand c'est du au ressenti personnel, à la personnalité, au vécu, aux traumas, et bien... Qu'on les laisse partir en paix. [quote="caféine"] Par contre, il vaut mieux se rendre compte de cela AVANT d'avoir des enfants. C'est déjà une telle douleur de perdre ses parents, si en plus c'est une volonté de leur part, ça me paraît insoutenable... Comment se construire avec un parent qui, sans désespoir particulier, tire son chapeau et quitte la scène? Comment vivre, tout simplement?[/quote] +1 ( A part si ils décident de ça lorsqu'ils sont assez âgés et que leurs enfants se sont déjà construits et n'ont plus "besoin" d'eux).
zaël Il y a 4 mois


Eh bien cette femme se trompe, ce qui est le cas de beaucoup de personnes, car les conditions sont très mal connues. En voilà quelques unes.
Le cas de la Suisse
L’association à but non lucratif Exit, active en Suisse romande, est un autre exemple. Elle compte plus de 26 000 membres, qui peuvent tous voter lors de l’assemblée générale annuelle. Pour adhérer, il faut payer une cotisation annuelle de 40 francs suisses (environ 35 euros), avoir plus de 20 ans et résider en Suisse. L’association offre une assistance au suicide gratuitement à ses membres qui le demandent et qui rencontrent les critères. Les non-résidents et les mineurs sont donc inéligibles.


Mais elle ne peut pas se tromper puisque sa mort est déjà programmée! J'ai trouvé ce lien, qui décrit une association en Suisse qui est "l'un des rares pays d'Europe à autoriser le suicide assisté. Mais seule une association, nommée Dignitas, ouvre cette pratique aux étrangers".

https://www.francetvinfo.fr/societe/euthanasie/en-suisse-l-aide-au-suicide-plutot-que-l-euthanasie_154365.html


"Le vrai problème là dedans, c'est que l'on vive dans une société qui fait que l'on puisse avoir envie de quitter ce monde.... "

Je ne suis pas trop d'accord avec toi, car il y a des envies de mourir imputables à la société dans laquelle on vit (perte d'emploi, divorce, harcèlement, et malheureusement j'en oublie beaucoup...)
Et puis il y a des envies de mourir qui ne proviennent que de sa propre vie, sa personnalité, son ressenti...
Par exemple les personnes qui s'emmerdent, tout simplement, et qui trouvent que la vie c'est trop long...


Je suis pas sure que ça soit complétement imputable à la société. Le fait que quelqu'un harcèle une personne vient bien du fait que l'on évolue dans un milieu où le harcèlement (sexuel par exemple), est en partie le résultat de croyances, culture, éducation, etc etc.

Après, la rupture amoureuse, c'est vrai que pour le coup, la société n'est que très peu impliquée dans une histoire comme ça.... Mais on est tous dans une forme de solitude qui fait que certaines personnes, à mon avis, se trouvent souvent seules face à leur problème, et se tournent donc plus "facilement" vers le suicide. C'est ça que je trouve triste en fait. Je suis persuadée qui si il y avait un peu plus de bienveillance entre nous, il y aurait déjà beaucoup moins de suicides.

Après, pour ce qui est des personnes qui ne sont tout simplement pas "faites" pour vivre ( et je te rejoins là dessus), quand c'est du au ressenti personnel, à la personnalité, au vécu, aux traumas, et bien... Qu'on les laisse partir en paix.


Par contre, il vaut mieux se rendre compte de cela AVANT d'avoir des enfants.
C'est déjà une telle douleur de perdre ses parents, si en plus c'est une volonté de leur part, ça me paraît insoutenable...
Comment se construire avec un parent qui, sans désespoir particulier, tire son chapeau et quitte la scène?
Comment vivre, tout simplement?


+1 ( A part si ils décident de ça lorsqu'ils sont assez âgés et que leurs enfants se sont déjà construits et n'ont plus "besoin" d'eux).

Il pleut tu m'envois ton bouquin caféine
AnonymeIl y a 4 mois

Il pleut tu m'envois ton bouquin caféine

https://www.20minutes.fr/societe/2440615-20190131-vincent-lambert-justice-valide-procedure-arret-soins Quel acharnement .... énième décision
AnonymeIl y a 4 mois

https://www.20minutes.fr/societe/2440615-20190131-vincent-lambert-justice-valide-procedure-arret-soins
Quel acharnement .... énième décision

http://www.slate.fr/story/170868/empecher-tentatives-suicide-sauver-vie-geste-individuel-depression Pas vraiment de réponse loin d'être d'accord avec tout mais bon (article qui date de décembre 2018)
AnonymeIl y a 4 mois

http://www.slate.fr/story/170868/empecher-tentatives-suicide-sauver-vie-geste-individuel-depression
Pas vraiment de réponse loin d'être d'accord avec tout mais bon

(article qui date de décembre 2018)

[quote="zaël"] Mais elle ne peut pas se tromper puisque sa mort est déjà programmée! J'ai trouvé ce lien, qui décrit une association en Suisse qui est "l'un des rares pays d'Europe à autoriser le suicide assisté. Mais seule une association, nommée Dignitas, ouvre cette pratique aux étrangers". https://www.francetvinfo.fr/societe/euthanasie/en-suisse-l-aide-au-suicide-plutot-que-l-euthanasie_154365.html [/quote] @zaël je prends enfin le temps de te répondre... Je dois dire que ton lien sur Dignitas m'a scotchée et que tu as tout à fait raison, ce qui est une très bonne nouvelle pour les personnes qui souhaitent s'en aller et qui n'ont recours en France qu'à des méthodes de suicide très violentes :( J'avais fait des recherches il y a quelques années pour un vieil ami qui a 94 ans, qui ne souffre d'aucune pathologie, mais qui n'a plus envie de vivre, il n'a plus aucune envie de rien du tout en fait, et le fait de ne pas être malade l'angoisse encore plus car il se dit que sa vie peut durer encore des années, alors qu'il trouve déjà ça très long... Du coup, après mes recherches, j'avais cassé ses espoirs de pouvoir mourir dignement en Belgique ou en Suisse. Son état psychologique ne fait qu'empirer tellement il se fait chier, c'est ce qu'il répète tout le temps "je m'emmerde, je veux mourir" Argh et maintenant qu'est-ce que je fais? Je débarque chez lui comme une fleur avec un dossier de Dignitas à remplir???? Je me rends compte que je n'ai que de la gueule et que je ne suis pas encore vraiment prête à l'aider... Pour les personnes que ça intéresse voilà, je mets le lien de Dignitas http://www.dignitas.ch/images/stories/pdf/so-funktioniert-dignitas-f.pdf
caféine Il y a 4 mois


Mais elle ne peut pas se tromper puisque sa mort est déjà programmée! J'ai trouvé ce lien, qui décrit une association en Suisse qui est "l'un des rares pays d'Europe à autoriser le suicide assisté. Mais seule une association, nommée Dignitas, ouvre cette pratique aux étrangers".

https://www.francetvinfo.fr/societe/euthanasie/en-suisse-l-aide-au-suicide-plutot-que-l-euthanasie_154365.html

zaël je prends enfin le temps de te répondre...
Je dois dire que ton lien sur Dignitas m'a scotchée et que tu as tout à fait raison, ce qui est une très bonne nouvelle pour les personnes qui souhaitent s'en aller et qui n'ont recours en France qu'à des méthodes de suicide très violentes
J'avais fait des recherches il y a quelques années pour un vieil ami qui a 94 ans, qui ne souffre d'aucune pathologie, mais qui n'a plus envie de vivre, il n'a plus aucune envie de rien du tout en fait, et le fait de ne pas être malade l'angoisse encore plus car il se dit que sa vie peut durer encore des années, alors qu'il trouve déjà ça très long...
Du coup, après mes recherches, j'avais cassé ses espoirs de pouvoir mourir dignement en Belgique ou en Suisse.
Son état psychologique ne fait qu'empirer tellement il se fait chier, c'est ce qu'il répète tout le temps "je m'emmerde, je veux mourir"
Argh et maintenant qu'est-ce que je fais?
Je débarque chez lui comme une fleur avec un dossier de Dignitas à remplir????
Je me rends compte que je n'ai que de la gueule et que je ne suis pas encore vraiment prête à l'aider...
Pour les personnes que ça intéresse voilà, je mets le lien de Dignitas

http://www.dignitas.ch/images/stories/pdf/so-funktioniert-dignitas-f.pdf

Pas de problème @caféine, Ginette passe d'abord, c'est bien normal!! ;) Tu n'as pas "que de la gueule" je pense, c'est complètement humain de se poser ce genre de question, et ça doit être très délicat de se retrouver à la place de celui qui aide quelqu’un à mourir, bien que ce soit son désir le plus profond... Je ne saurais vraiment pas quoi faire à ta place! Je pense que c'est une question à se poser et qui demande un certains temps de réflexion.... Prends le temps de réfléchir, ça te paraitra peut être plus clair dans quelques temps... Et peut être que lui même se ravisera lorsque qu'il se rendra compte que c'est possible maintenant.
zaël Il y a 4 mois

Pas de problème caféine, Ginette passe d'abord, c'est bien normal!!

Tu n'as pas "que de la gueule" je pense, c'est complètement humain de se poser ce genre de question, et ça doit être très délicat de se retrouver à la place de celui qui aide quelqu’un à mourir, bien que ce soit son désir le plus profond... Je ne saurais vraiment pas quoi faire à ta place!

Je pense que c'est une question à se poser et qui demande un certains temps de réflexion.... Prends le temps de réfléchir, ça te paraitra peut être plus clair dans quelques temps... Et peut être que lui même se ravisera lorsque qu'il se rendra compte que c'est possible maintenant.

J'ai recherché des trucs sur le courant antinataliste (d'ailleurs je ne sais pas si c'est sérieux ou une connerie) suite à une actu, d'un indien qui veut attaquer ses parents en justice, parce qu'ils l'ont mis au monde (bon c'est drôle ... ou pas). https://www.vice.com/fr/article/xydb7a/antinatalisme-philosophie-extinction-race-humaine « J'ai l'impression que la plupart des membres ont une image positive du suicide, si on peut le dire ainsi », affirme Kenqwi. « Le consensus est le suivant : comme nous ne pouvons pas choisir notre naissance, nous pouvons au moins choisir la raison et l'instant de notre mort ». Tiens c'est un peu (beaucoup) la phrase que j'ai écrite l'autre jour dans ce même topic, donc je le mets là :D
AnonymeIl y a 4 mois

J'ai recherché des trucs sur le courant antinataliste (d'ailleurs je ne sais pas si c'est sérieux ou une connerie) suite à une actu, d'un indien qui veut attaquer ses parents en justice, parce qu'ils l'ont mis au monde (bon c'est drôle ... ou pas).

https://www.vice.com/fr/article/xydb7a/antinatalisme-philosophie-extinction-race-humaine
« J'ai l'impression que la plupart des membres ont une image positive du suicide, si on peut le dire ainsi », affirme Kenqwi. « Le consensus est le suivant : comme nous ne pouvons pas choisir notre naissance, nous pouvons au moins choisir la raison et l'instant de notre mort ».

Tiens c'est un peu (beaucoup) la phrase que j'ai écrite l'autre jour dans ce même topic, donc je le mets là