Le forum de la communauté SaezLive

Je viens de vivre une expérience amoureuse qui se termine dans la confusion et dont j aimerai raconter l histoire à travers des échanges entre personnes concernées par la vie en couple Kanis
Kanis Il y a 4 mois

Je viens de vivre une expérience amoureuse qui se termine dans la confusion et dont j aimerai raconter l histoire à travers des échanges entre personnes concernées par la vie en couple
Kanis

C'est à dire les conflits, l'incompréhension, la mauvaise foi, les envies réelles de meurtre...
AnonymeIl y a 4 mois

C'est à dire les conflits, l'incompréhension, la mauvaise foi, les envies réelles de meurtre...

À nos amours
AnonymeIl y a 4 mois

À nos amours

Les questions qui me viennent à l esprit c est les raisons qui poussent deux etres à vivre ensemble? Pour le sexe ? Pour construire une famille ? Par intérêt intellectuel ? Pour se rassurer ? Ou bien se mettre à l abris du besoin? Quelle est la véritable raison qui donne l envie de vivre ensemble? L amour tout simplement ... Je dois être très loin de la vérité car c est propre à chacun de nous de choisir un / une partenaire pour vivre la vie et les raisons citées dans les questions Malgré tout il n existe pas de modèle uniforme et il existe beaucoup d exemples différents de vie en couple . Comment faire alors s il n existe pas de modèle fixe pour vivre ensemble? Alors les solutions proviennent de la manière dont le couple organise sa vie quotidienne !!! Et peut être les valeurs qu ils veulent partager !! Est un ensemble de règles à définir ! De compromis ? Comment faire le lien entre l amour et le quotidien ? Faut il construire cet amour autour d un foyer ? Le vivre au jour le jour ? Ou bien avoir des objectifs communs ? Etre riche pauvre est ce important ? Dur de se faire une opinion juste de la place de l amour dans un couple lorsque l on commence à calculer ... Et vous qu avez vous a dire??? Bonsoir kanis
Kanis Il y a 4 mois

Les questions qui me viennent à l esprit c est les raisons qui poussent deux etres à vivre ensemble?
Pour le sexe ? Pour construire une famille ? Par intérêt intellectuel ? Pour se rassurer ? Ou bien se mettre à l abris du besoin?
Quelle est la véritable raison qui donne l envie de vivre ensemble? L amour tout simplement ...
Je dois être très loin de la vérité car c est propre à chacun de nous de choisir un / une partenaire pour vivre la vie et les raisons citées dans les questions
Malgré tout il n existe pas de modèle uniforme et il existe beaucoup d exemples différents de vie en couple .
Comment faire alors s il n existe pas de modèle fixe pour vivre ensemble?
Alors les solutions proviennent de la manière dont le couple organise sa vie quotidienne !!!
Et peut être les valeurs qu ils veulent partager !!
Est un ensemble de règles à définir ! De compromis ?
Comment faire le lien entre l amour et le quotidien ?
Faut il construire cet amour autour d un foyer ?
Le vivre au jour le jour ?
Ou bien avoir des objectifs communs ?
Etre riche pauvre est ce important ?
Dur de se faire une opinion juste de la place de l amour dans un couple lorsque l on commence à calculer ...
Et vous qu avez vous a dire???
Bonsoir kanis

Une randonnée, un virage, une soif, un rocher, je m'adosse, puis toi, l'univers, puis nous, puis nôtre Âmour! - Âmour! ineffable... je t'aime. Bonsoir - Machin!
AnonymeIl y a 4 mois

Une randonnée, un virage, une soif, un rocher, je m'adosse, puis toi, l'univers, puis nous, puis nôtre Âmour! - Âmour!
ineffable... je t'aime.
Bonsoir - Machin!

aujourd’hui c est plutôt l aventure mais seul est ce vraiment bien? Si tu ne peux pas partager ton bonheur à quoi cela rime de te sentir heureux ?
Kanis Il y a 4 mois

aujourd’hui c est plutôt l aventure mais seul est ce vraiment bien? Si tu ne peux pas partager ton bonheur à quoi cela rime de te sentir heureux ?

On peut être célibataire sans être seul.e je pense :)
Suzie Il y a 4 mois

On peut être célibataire sans être seul.e je pense

Bonjour kanis Certains diront que les âmes se rencontrent, d'autres que ce sont les danses chimiques. Je pense surtout que l'amour dans la forme du couple créé des dépendances, des besoins, des attentes des frustrations. La racine du mal c'est l'idéalisation de l'autre et le mirage créé en nous d'un cycle naturel de reproduction ( surjoué par la conscience ) J'ai fais une croix dessus pour le temps que ça va durer. Je changerais peut-être d'avis un jour et face à mes contradictions, j'évoluerai. Ce n'est jamais simple, dis toi que les expériences servent à grandir, malgré la douleur de nos petits coeurs. Kanis, on est toujours seul. Seul en nous, dans notre tête. Le bonheur ne doit pas dépendre des autres. Courage à toi pour ta remise sur pied mentale et morale. Te laisses pas aller !
AnonymeIl y a 4 mois

Bonjour kanis
Certains diront que les âmes se rencontrent, d'autres que ce sont les danses chimiques.

Je pense surtout que l'amour dans la forme du couple créé des dépendances, des besoins, des attentes des frustrations.
La racine du mal c'est l'idéalisation de l'autre et le mirage créé en nous d'un cycle naturel de reproduction ( surjoué par la conscience )

J'ai fais une croix dessus pour le temps que ça va durer. Je changerais peut-être d'avis un jour et face à mes contradictions, j'évoluerai.

Ce n'est jamais simple, dis toi que les expériences servent à grandir, malgré la douleur de nos petits coeurs.

Kanis, on est toujours seul. Seul en nous, dans notre tête. Le bonheur ne doit pas dépendre des autres.

Courage à toi pour ta remise sur pied mentale et morale. Te laisses pas aller !

Oui je vais faire mon chemin seul même si cela a très peu de sens pour le moment , pourtant je peux sentir de l amour dans mon cœur . Portant Un souffle chaud revient à chaque souvenirs ensemble à des images d un autre univers ou je suis heureux et puis l incompréhensible division de prendre deux chemins opposés La vie est courte et on peut passer toute sa vie à rechercher l âme qui donnera du sens à la vie Dans le temps présent il y a peu d options , ce même temps nous est compté désormais alors soit l humanité sort de sa folie soit il faut sortir du système pour ne plus être complice de sa destruction. L amour est à mon avis la solution à tout . Partager créer et se grandir Kanis
Kanis Il y a 4 mois

Oui je vais faire mon chemin seul même si cela a très peu de sens pour le moment , pourtant je peux sentir de l amour dans mon cœur .
Portant Un souffle chaud revient à chaque souvenirs ensemble à des images d un autre univers ou je suis heureux et puis l incompréhensible division de prendre deux chemins opposés
La vie est courte et on peut passer toute sa vie à rechercher l âme qui donnera du sens à la vie
Dans le temps présent il y a peu d options , ce même temps nous est compté désormais alors soit l humanité sort de sa folie soit il faut sortir du système pour ne plus être complice de sa destruction.
L amour est à mon avis la solution à tout . Partager créer et se grandir
Kanis

Rebonjour kanis. Oui, l'amour est la solution il me semble à toute chose ! Mais le couple n'est pas tout l'amour. J'espère que tu trouveras les réponses à tes questionnements, gardes la foi en l'humanité, ne perds jamais ce trésor. Les épreuves sur notre chemin peuvent nous servir à grandir, alors après la tempête, comme l'arbre, même si tu as perdu tes plus belles branches, continues de croître. Penses à ces souvenirs heureux, le bonheur est là, mais ne regrette jamais. La vie est perpétuelle évolution, ta force pour faire pousser les nouveaux rameaux, même si tu es dans la solitude un certain temps, elle est en toi. Cultive la! Tu vas croître de plus belle. La vie dure, bien que parfois courte. Essaimes la force de vie ! Tu sais que l'univers te le rendra d'une manière ou d'une autre. Je t'envois ce message sur les ondes, du positif ami inconnu mais que j'aime ! De l'amour universel pour ton âme et ton coeur.
AnonymeIl y a 4 mois

Rebonjour kanis.
Oui, l'amour est la solution il me semble à toute chose ! Mais le couple n'est pas tout l'amour.

J'espère que tu trouveras les réponses à tes questionnements, gardes la foi en l'humanité, ne perds jamais ce trésor.

Les épreuves sur notre chemin peuvent nous servir à grandir, alors après la tempête, comme l'arbre, même si tu as perdu tes plus belles branches, continues de croître. Penses à ces souvenirs heureux, le bonheur est là, mais ne regrette jamais. La vie est perpétuelle évolution, ta force pour faire pousser les nouveaux rameaux, même si tu es dans la solitude un certain temps, elle est en toi. Cultive la! Tu vas croître de plus belle. La vie dure, bien que parfois courte.
Essaimes la force de vie ! Tu sais que l'univers te le rendra d'une manière ou d'une autre.

Je t'envois ce message sur les ondes, du positif ami inconnu mais que j'aime ! De l'amour universel pour ton âme et ton coeur.

Merci pour vos messages ça aide un peu , pourtant je crois que la vie est faite pour être partagée, seul depuis 10 ans je connais c est routine du boulot dodo et rebellotte le lendemain Et cela aussi a été très négatif pour l épanouissement personnel Je n idéalise personne mais mon cœur peut ressentir la bonté dans une âme et cela est plus précieux que l argent et tout le reste Le temps passe et je souhaite regarder en arrière non pas pour voir ce que j ai acquis mais bien le bonheur que j ai partagé Lorsque l on sent au plus profond de son cœur tan s amour et de joie on ne peut pas l imaginer perdu à jamais Chacun d entre nous est un monde à part entière le mien est une porte ouverte aux belles âmes et seul cela ne marche pas Je n aime pas vivre seul c est un monde sans lumière ou tu parle dans le vent , même les belles choses s effacent et n ont plus de saveur Je me souvient d un soir ou je voyais mon ami s occuper de ses enfants faire à manger donner des directives pour mettre la table se laver des mains , j en ai pleuré des larmes de joie pour lui et de profonde tristesse pour moi Maintenant il doit partager ses enfants une semaine sur deux et j ai remarqué un vide dans son regard 15 années à tout faire pour eux seul mais tous ensemble et maintenant il se retrouve vraiment seul sans vraiment le vouloir Je suis un peu comme lui sépare de ceux qu on aime Kanis
Kanis Il y a 4 mois

Merci pour vos messages ça aide un peu , pourtant je crois que la vie est faite pour être partagée, seul depuis 10 ans je connais c est routine du boulot dodo et rebellotte le lendemain
Et cela aussi a été très négatif pour l épanouissement personnel
Je n idéalise personne mais mon cœur peut ressentir la bonté dans une âme et cela est plus précieux que l argent et tout le reste
Le temps passe et je souhaite regarder en arrière non pas pour voir ce que j ai acquis mais bien le bonheur que j ai partagé
Lorsque l on sent au plus profond de son cœur tan s amour et de joie on ne peut pas l imaginer perdu à jamais
Chacun d entre nous est un monde à part entière le mien est une porte ouverte aux belles âmes et seul cela ne marche pas
Je n aime pas vivre seul c est un monde sans lumière ou tu parle dans le vent , même les belles choses s effacent et n ont plus de saveur
Je me souvient d un soir ou je voyais mon ami s occuper de ses enfants faire à manger donner des directives pour mettre la table se laver des mains , j en ai pleuré des larmes de joie pour lui et de profonde tristesse pour moi
Maintenant il doit partager ses enfants une semaine sur deux et j ai remarqué un vide dans son regard
15 années à tout faire pour eux seul mais tous ensemble et maintenant il se retrouve vraiment seul sans vraiment le vouloir
Je suis un peu comme lui sépare de ceux qu on aime
Kanis

Je crois qu'il faut déjà être bien avec soi-même avant d'être bien à 2 et ne pas attendre trop du couple. La routine par exemple est là, seul ou à deux. Pour le couple, certains attendent de la complémentarité, de la fusion, de la complicité, de la confiance, de la liberté... Attendre de l'autre de donner un sens à sa vie me paraît déjà très ambitieux. Comme dans les autres aspects de la vie, il faut vivre heureux dans le présent avec son partenaire et se préparer à l'avenir si on souhaite construire vraiment (vivre ensemble, enfants...). L'amour ne se calcule pas et se vit, mais la raison ne doit pas être trop loin. De toutes façons, nous ne sommes jamais sûrs que cela va marcher (par contre, on peut voir si cela ne va pas le faire), des surprises vont arriver, des compromis sont forcément à faire et les personnes changent dans le temps. Effectivement, célibataire ne veut pas forcément dire être seul et donc ne pas avoir de partage. De plus, l'amour ne se réserve pas au couple mais aussi aux ami(e)s, famille... Il faut par contre faire le tri et aller plutôt vers les gens bienveillants et si possible positifs. Et vivre à fond les petits moments de bonheur, bien loin de l'aspect matériel. A nos amours !
Phymor Il y a 4 mois

Je crois qu'il faut déjà être bien avec soi-même avant d'être bien à 2 et ne pas attendre trop du couple. La routine par exemple est là, seul ou à deux. Pour le couple, certains attendent de la complémentarité, de la fusion, de la complicité, de la confiance, de la liberté... Attendre de l'autre de donner un sens à sa vie me paraît déjà très ambitieux.

Comme dans les autres aspects de la vie, il faut vivre heureux dans le présent avec son partenaire et se préparer à l'avenir si on souhaite construire vraiment (vivre ensemble, enfants...). L'amour ne se calcule pas et se vit, mais la raison ne doit pas être trop loin. De toutes façons, nous ne sommes jamais sûrs que cela va marcher (par contre, on peut voir si cela ne va pas le faire), des surprises vont arriver, des compromis sont forcément à faire et les personnes changent dans le temps.

Effectivement, célibataire ne veut pas forcément dire être seul et donc ne pas avoir de partage. De plus, l'amour ne se réserve pas au couple mais aussi aux ami(e)s, famille... Il faut par contre faire le tri et aller plutôt vers les gens bienveillants et si possible positifs. Et vivre à fond les petits moments de bonheur, bien loin de l'aspect matériel.

A nos amours !

https://youtu.be/ZywHVw_WIaA
AnonymeIl y a 4 mois


https://youtu.be/ZywHVw_WIaA

[quote="Meduse"]https://youtu.be/ZywHVw_WIaA[/quote] <3 mouais vive le célibat :)
suffragettes AB Il y a 4 mois


https://youtu.be/ZywHVw_WIaA
@Meduse


<3
mouais vive le célibat

C'est quoi le secret en fait? Tu sais, ce qui te permets de résister à la routine, aux peurs, aux doutes, à tout ça.... J'y croyais moi, je pense qu'on croit tous au grand amour, quand on rencontre LA personne. Pourquoi cette personne finit-elle par ne plus apparaitre comme La seule et l'unique à nos yeux? Qu'est ce qui fait que tout d'un coup, le filtre d'amour n'agit plus? Que les papillons disparaissent, que le doute et les peurs s'installent....? C'est moi le problème ? Mais surtout, comment ils font les autres, ceux qui traversent tout ça, les tempêtes, le filtre qui diminue, qui devient gris, l'intensité qui s'efface... Ils le remplacent par quoi?
zaël Il y a 3 mois

C'est quoi le secret en fait? Tu sais, ce qui te permets de résister à la routine, aux peurs, aux doutes, à tout ça....

J'y croyais moi, je pense qu'on croit tous au grand amour, quand on rencontre LA personne. Pourquoi cette personne finit-elle par ne plus apparaitre comme La seule et l'unique à nos yeux?

Qu'est ce qui fait que tout d'un coup, le filtre d'amour n'agit plus? Que les papillons disparaissent, que le doute et les peurs s'installent....? C'est moi le problème ?

Mais surtout, comment ils font les autres, ceux qui traversent tout ça, les tempêtes, le filtre qui diminue, qui devient gris, l'intensité qui s'efface... Ils le remplacent par quoi?

L'amour n'existe pas, c'est un leurre, quelque chose qu'on se créer pour échapper à l'enfer du quotidien. Juste à un moment donné le quotidien reprend son droit. On a déjà du mal avec nos propres démons alors si en plus on doit se taper ceux de l'autre, sachant que de toute façon on est toujours seul même à deux, voir plus à deux.
AnonymeIl y a 3 mois

L'amour n'existe pas, c'est un leurre, quelque chose qu'on se créer pour échapper à l'enfer du quotidien.
Juste à un moment donné le quotidien reprend son droit.
On a déjà du mal avec nos propres démons alors si en plus on doit se taper ceux de l'autre, sachant que de toute façon on est toujours seul même à deux, voir plus à deux.

[quote="Damnée"]L'amour n'existe pas, c'est un leurre[/quote] Suis absolument pas d'accord, bien entendu que ça existe, l'amour d'un autre, l'amour pour un enfant, un parent, l'amour de soi parfois, il est partie intégrante de nos vies et de nos psychismes, et quand on est en bonne relation avec soi-même, alors il peut s'exprimer pleinement et irradier autour de soi. L'amour est subtile et communicatif, tout autant que la haine, qui se conjugue à peu près de la même manière...
Rosenrot Il y a 3 mois

L'amour n'existe pas, c'est un leurre


Suis absolument pas d'accord, bien entendu que ça existe, l'amour d'un autre, l'amour pour un enfant, un parent, l'amour de soi parfois, il est partie intégrante de nos vies et de nos psychismes, et quand on est en bonne relation avec soi-même, alors il peut s'exprimer pleinement et irradier autour de soi. L'amour est subtile et communicatif, tout autant que la haine, qui se conjugue à peu près de la même manière...

L'amour pour un enfant, parent, amis oui mais je veux croire que dans un couple c'est un leurre ça m'aide ... et je ne suis pas en bon terme, mais pas du tout avec moi même.
AnonymeIl y a 3 mois

L'amour pour un enfant, parent, amis oui mais je veux croire que dans un couple c'est un leurre ça m'aide ... et je ne suis pas en bon terme, mais pas du tout avec moi même.

[quote="Damnée"]et je ne suis pas en bon terme, mais pas du tout avec moi même.[/quote] Tout part de là, c'est très compliqué d'être bien avec les autres quand on ne l'est pas avec soi... Un exemple parlant réside dans l'expression "faire l'amour", il s'agit ni plus ni moins de relation sexuelle tout bêtement, dont on peut vérifier l'intensité émotionnelle avec et sans sentiment amoureux. Sans, il faut faire appel à ses fantasmes et au plaisir du stupre, avec, peu besoin d'artifice, le moment se suffit. Je vulgarise un peu mais on est pas loin.
Rosenrot Il y a 3 mois

et je ne suis pas en bon terme, mais pas du tout avec moi même.

Tout part de là, c'est très compliqué d'être bien avec les autres quand on ne l'est pas avec soi...
Un exemple parlant réside dans l'expression "faire l'amour", il s'agit ni plus ni moins de relation sexuelle tout bêtement, dont on peut vérifier l'intensité émotionnelle avec et sans sentiment amoureux. Sans, il faut faire appel à ses fantasmes et au plaisir du stupre, avec, peu besoin d'artifice, le moment se suffit. Je vulgarise un peu mais on est pas loin.

Oui et tu sais que les fantasmes il est bon de les réaliser parfois ça peut amener une nouvelle complicité ...
AnonymeIl y a 3 mois

Oui et tu sais que les fantasmes il est bon de les réaliser parfois ça peut amener une nouvelle complicité ...

Je ne remet pas du tout en cause l'amour. Et puis il peut tellement prendre de formes différentes (ça rejoint ce que disait @Rosenrot ) : l'amour que l'on a pour sa famille, ses amis, ses enfants... Dans un couple, cet amour évolue, on est tous je pense d'accord pour dire que l'amour fusionnel et charnel a sa période. Ce que j'arrive pas à comprendre, c'est comment faire durer le couple. Je n'ai peut être pas encore trouvé la personne, ou simplement, je ne suis pas faite pour vivre en couple, qu'est ce que j'en sais? Ou alors, peut être qu'on arrive tous à un moment où on accepte, on a des enfants, des amis communs, et on fait avec. On aime la personne mais d'une manière différente, plus sage. Mais putain, qu'est ce que je trouve ça chiant. @Damnée : je pense que l'autre peut beaucoup t'aider avec tes propres démons. En tout cas, ça m'a beaucoup aidé à une période. J'en ai encore, mais certains ont trouvé de l'apaisement grâce à cette personne, et je l'en remercierait jamais assez je pense.
zaël Il y a 3 mois

Je ne remet pas du tout en cause l'amour. Et puis il peut tellement prendre de formes différentes (ça rejoint ce que disait Rosenrot ) : l'amour que l'on a pour sa famille, ses amis, ses enfants...

Dans un couple, cet amour évolue, on est tous je pense d'accord pour dire que l'amour fusionnel et charnel a sa période. Ce que j'arrive pas à comprendre, c'est comment faire durer le couple. Je n'ai peut être pas encore trouvé la personne, ou simplement, je ne suis pas faite pour vivre en couple, qu'est ce que j'en sais?

Ou alors, peut être qu'on arrive tous à un moment où on accepte, on a des enfants, des amis communs, et on fait avec. On aime la personne mais d'une manière différente, plus sage. Mais putain, qu'est ce que je trouve ça chiant.

Damnée : je pense que l'autre peut beaucoup t'aider avec tes propres démons. En tout cas, ça m'a beaucoup aidé à une période. J'en ai encore, mais certains ont trouvé de l'apaisement grâce à cette personne, et je l'en remercierait jamais assez je pense.

[quote="zaël"]C'est quoi le secret en fait? Tu sais, ce qui te permets de résister à la routine, aux peurs, aux doutes, à tout ça....[/quote] Alors le secret c'est peut-être qu'il n'y a pas de secret :p L'idée c'est pas tellement d'éviter la routine, les peurs, les doutes, c'est surtout les accepter (et se dire que les "couples parfaits" sont des menteurs ahah) pour recréer en permanence un nouvel équilibre. Après y'a des trucs qui peuvent aider comme partager des moments, et créer des choses ensemble quand on en a envie (travaux, voyages, enfants, jeux, sorties, chacun son truc).. et quand on en a moins envie, savoir se recentrer sur soi et faire des trucs rien que pour soi, ce qui permet parfois (pas tout le temps) de raviver l'envie de faire des trucs avec l'autre. En gros écouter ses envies. S'autoriser à penser à la rupture parce que si le couple est fait pour durer, il résistera même à ça. Et ne jamais se forcer sauf pour un truc : la co-mmu-ni-ca-tion :D
idem Il y a 3 mois

C'est quoi le secret en fait? Tu sais, ce qui te permets de résister à la routine, aux peurs, aux doutes, à tout ça....

Alors le secret c'est peut-être qu'il n'y a pas de secret
L'idée c'est pas tellement d'éviter la routine, les peurs, les doutes, c'est surtout les accepter (et se dire que les "couples parfaits" sont des menteurs ahah) pour recréer en permanence un nouvel équilibre.

Après y'a des trucs qui peuvent aider comme partager des moments, et créer des choses ensemble quand on en a envie (travaux, voyages, enfants, jeux, sorties, chacun son truc).. et quand on en a moins envie, savoir se recentrer sur soi et faire des trucs rien que pour soi, ce qui permet parfois (pas tout le temps) de raviver l'envie de faire des trucs avec l'autre.

En gros écouter ses envies. S'autoriser à penser à la rupture parce que si le couple est fait pour durer, il résistera même à ça. Et ne jamais se forcer sauf pour un truc : la co-mmu-ni-ca-tion

[quote="idem"] (et se dire que les "couples parfaits" sont des menteurs ahah) .[/quote] Oui, je crois que c'est surtout ça mon problème ^^ . Je dois sortir de mon monde "idéaliste" peut être, et arrêter d'être une éternelle insatisfaite. "S'autoriser à penser à la rupture" : c'est beau ça. Je le garde :) [quote="idem"]Et ne jamais se forcer sauf pour un truc : la co-mmu-ni-ca-tion :D[/quote] Ha ça, je ne peux que plussoyer.
zaël Il y a 3 mois

(et se dire que les "couples parfaits" sont des menteurs ahah) .


Oui, je crois que c'est surtout ça mon problème . Je dois sortir de mon monde "idéaliste" peut être, et arrêter d'être une éternelle insatisfaite. "S'autoriser à penser à la rupture" : c'est beau ça. Je le garde

Et ne jamais se forcer sauf pour un truc : la co-mmu-ni-ca-tion
Ha ça, je ne peux que plussoyer.

Tu donnes pas des cours @idem ? T'as l'air de maitriser le sujet !
blat Il y a 3 mois

Tu donnes pas des cours idem ? T'as l'air de maitriser le sujet !

- Respect- - Complicité - - Communication- - NO jalousie ( et non, l' autre ne t' appartient pas ) - Liberté -
AnonymeIl y a 3 mois


- Respect-
- Complicité -
- Communication-
- NO jalousie ( et non, l' autre ne t' appartient pas )
- Liberté -

Méditation labyrinthique sur les chemins de l’amour "Déjà, au départ du labyrinthe, ne pas confondre amour et attachement. L’amour est de l’ordre des sentiments, des émois, des ressentis profonds, l’attachement est plutôt de l’ordre de la relation et des manques que nous portons. […] Si je suis (du verbe suivre) la voie de l’amour, je peux enfin commencer à entendre que dans l’amour je suis (du verbe être) dans un mouvement qui me pousse vers l’autre. Ce mouvement se transforme très tôt en parcours parsemé d’émerveillements et d’inquiétudes, d’enthousiasmes et de désespoirs, d’élans et de doutes, de découvertes et de remises en cause troublantes ou douloureuses. Mouvement dont l’impulsion de départ (même si je l’ignore) est faite (peut-être) d’attachement précoces, de fixations, d’attirances éphémères, d’identifications durables, de rapprochements, de désirs et peut être aussi d’errances incertaines. Ce chemin peut me conduire à remonter loin, en amont de ma vie et de mon histoire, pour retrouver les sources et les ancrages de l’amour que je sens avoir à un moment donné en moi. Un amour que je peux éprouver en direction de l’autre et qui se révélera à moi de façon imprévisible et totalement involontaire. La source de l’amour, ce qui lui donnera de l’énergie et donc un mouvement pour sortir de moi et aller vers l’autre, me paraît être dans l’amour de soi. C’est l’amour de soi, me semble-t-il, qui permet, qui autorise le don d’aimer. Et donc d’offrir à l’autre non seulement ce sentiment (qu’il accueillera ou pas, qui rejoindra le sien ou non), mais aussi de lui proposer la totalité de ma personne, de mon corps, de mes pensées, de mes rêves ou de mes projets. Mais le donner en amour, cette offrande gratuite, n’est possible, bien sûr, que si mon propre besoin d’aimer n’est pas impérialiste ou même terroriste, au point que je veuille imposer mon amour à l’autre. Ou si je suis (du verbe être) plutôt dans la demande et parfois l’exigence, si mon besoin d’être aimé est un gouffre sans fond, s’il est immense et ne sert qu’à tenter de combler l’infini de mes manques, alors je suis prisonnier de la dépendance à ce besoin et je risque de rendre l’autre dépendant de mes attentes. Dans cette situation, nous sommes loin, très loin de l’amour. Nous sommes dans l’un des labyrinthes de l’amour, piégés dans les zones obscures d’une aventure qui nous échappe. Quand le désir de la présence de l’autre dans la proximité et l’unicité nous persécute, au point d’envahir son espace intime, je risque de ne pouvoir aimer dans le donner, car je serai trop enfermé dans le prendre. Les labyrinthes de l’amour ont ceci de particulier qu’il n’est pas possible de rebrousser chemin dans l’une ou l’autre voie suivie, il faut aller jusqu’au bout et affronter tous ses désirs ou tous ses démons, rencontrer ses manques et se heurter à ses insuffisances. Quand je suis (du verbe suivre) la voie de l’engagement et qu’il y a le possible d’une réciprocité, va se greffer au-delà de l’amour une qualité de relation qui pourra le nourrir et le vivifier dans le temps. Il arrive aussi, dans ces labyrinthes, que les sentiments se sédimentent dans des ancrages profonds et deviennent les points d’appui d’un attachement qui nous retient, la force (ou le poids) d’un autre sentiment qui nous lie, nous contraint aussi. Ce qui nous confirmera que l’amour nous engage plus loin et plus profond que nous ne pouvions l’imaginer, ou simplement le concevoir, au tout début d’un amour." La plume de Jacques Salomé, qui fut un bon guide pour moi à travers certains de ses livres.
AnonymeIl y a 3 mois

Méditation labyrinthique sur les chemins de l’amour

"Déjà, au départ du labyrinthe, ne pas confondre amour et attachement. L’amour est de l’ordre des sentiments, des émois, des ressentis profonds, l’attachement est plutôt de l’ordre de la relation et des manques que nous portons. […]
Si je suis (du verbe suivre) la voie de l’amour, je peux enfin commencer à entendre que dans l’amour je suis (du verbe être) dans un mouvement qui me pousse vers l’autre. Ce mouvement se transforme très tôt en parcours parsemé d’émerveillements et d’inquiétudes, d’enthousiasmes et de désespoirs, d’élans et de doutes, de découvertes et de remises en cause troublantes ou douloureuses. Mouvement dont l’impulsion de départ (même si je l’ignore) est faite (peut-être) d’attachement précoces, de fixations, d’attirances éphémères, d’identifications durables, de rapprochements, de désirs et peut être aussi d’errances incertaines.

Ce chemin peut me conduire à remonter loin, en amont de ma vie et de mon histoire, pour retrouver les sources et les ancrages de l’amour que je sens avoir à un moment donné en moi. Un amour que je peux éprouver en direction de l’autre et qui se révélera à moi de façon imprévisible et totalement involontaire.

La source de l’amour, ce qui lui donnera de l’énergie et donc un mouvement pour sortir de moi et aller vers l’autre, me paraît être dans l’amour de soi. C’est l’amour de soi, me semble-t-il, qui permet, qui autorise le don d’aimer. Et donc d’offrir à l’autre non seulement ce sentiment (qu’il accueillera ou pas, qui rejoindra le sien ou non), mais aussi de lui proposer la totalité de ma personne, de mon corps, de mes pensées, de mes rêves ou de mes projets.

Mais le donner en amour, cette offrande gratuite, n’est possible, bien sûr, que si mon propre besoin d’aimer n’est pas impérialiste ou même terroriste, au point que je veuille imposer mon amour à l’autre. Ou si je suis (du verbe être) plutôt dans la demande et parfois l’exigence, si mon besoin d’être aimé est un gouffre sans fond, s’il est immense et ne sert qu’à tenter de combler l’infini de mes manques, alors je suis prisonnier de la dépendance à ce besoin et je risque de rendre l’autre dépendant de mes attentes. Dans cette situation, nous sommes loin, très loin de l’amour. Nous sommes dans l’un des labyrinthes de l’amour, piégés dans les zones obscures d’une aventure qui nous échappe. Quand le désir de la présence de l’autre dans la proximité et l’unicité nous persécute, au point d’envahir son espace intime, je risque de ne pouvoir aimer dans le donner, car je serai trop enfermé dans le prendre.

Les labyrinthes de l’amour ont ceci de particulier qu’il n’est pas possible de rebrousser chemin dans l’une ou l’autre voie suivie, il faut aller jusqu’au bout et affronter tous ses désirs ou tous ses démons, rencontrer ses manques et se heurter à ses insuffisances. Quand je suis (du verbe suivre) la voie de l’engagement et qu’il y a le possible d’une réciprocité, va se greffer au-delà de l’amour une qualité de relation qui pourra le nourrir et le vivifier dans le temps.
Il arrive aussi, dans ces labyrinthes, que les sentiments se sédimentent dans des ancrages profonds et deviennent les points d’appui d’un attachement qui nous retient, la force (ou le poids) d’un autre sentiment qui nous lie, nous contraint aussi. Ce qui nous confirmera que l’amour nous engage plus loin et plus profond que nous ne pouvions l’imaginer, ou simplement le concevoir, au tout début d’un amour."

La plume de Jacques Salomé, qui fut un bon guide pour moi à travers certains de ses livres.

Ouais, Grand MR , Merci Meduse pour le partage :-)
AnonymeIl y a 3 mois

Ouais,
Grand MR ,


Merci Meduse pour le partage

[quote="Meduse"]Ce qui nous confirmera que l’amour nous engage plus loin et plus profond que nous ne pouvions l’imaginer, ou simplement le concevoir[/quote] Tout à fait d'accord avec ça, et j'irais même au delà, avec les années, voire possiblement dû à une certaine intensité des sentiments, à la manière des particules intriquées, une espèce de connexion, de fusion, se développe et permet de ressentir l'état de l'autre, parfois même avant qu'il n'en ait lui-même conscience. Ça fait d'ailleurs un peu flipper car en cas de rupture, c'est une "chose" presque essentielle à sa vie, que l'on perd.
Rosenrot Il y a 3 mois

Ce qui nous confirmera que l’amour nous engage plus loin et plus profond que nous ne pouvions l’imaginer, ou simplement le concevoir
@Meduse

Tout à fait d'accord avec ça, et j'irais même au delà, avec les années, voire possiblement dû à une certaine intensité des sentiments, à la manière des particules intriquées, une espèce de connexion, de fusion, se développe et permet de ressentir l'état de l'autre, parfois même avant qu'il n'en ait lui-même conscience.
Ça fait d'ailleurs un peu flipper car en cas de rupture, c'est une "chose" presque essentielle à sa vie, que l'on perd.

[quote="Meduse"]Méditation labyrinthique sur les chemins de l’amour Mais le donner en amour, cette offrande gratuite, n’est possible, bien sûr, que si mon propre besoin d’aimer n’est pas impérialiste ou même terroriste, au point que je veuille imposer mon amour à l’autre. Ou si je suis (du verbe être) plutôt dans la demande et parfois l’exigence, si mon besoin d’être aimé est un gouffre sans fond, s’il est immense et ne sert qu’à tenter de combler l’infini de mes manques, alors je suis prisonnier de la dépendance à ce besoin et je risque de rendre l’autre dépendant de mes attentes. Dans cette situation, nous sommes loin, très loin de l’amour. Nous sommes dans l’un des labyrinthes de l’amour, piégés dans les zones obscures d’une aventure qui nous échappe. Quand le désir de la présence de l’autre dans la proximité et l’unicité nous persécute, au point d’envahir son espace intime, je risque de ne pouvoir aimer dans le donner, car je serai trop enfermé dans le prendre. [/quote] <3 donner et ne pas prendre. un élan vers une personne que l'on préfère à toute autre. une recherche d'harmonie savoir que le couple peut être l'enfer et être bien seul mais souhaiter voir quelqu'un en particulier, un truc au fond de soi qui insiste, qui ramène toujours au même endroit, comme une conviction, comme retrouver la foi :) alors qu'on se pensait athée. tout cela ressemble à de l'amour. A un couple? c'est une autre histoire. parce-que le couple ressemble vite bien souvent + à l'enfer qu'à l'amour, en tout cas faut être sûr de ne pas tomber sur le diable :) "Pardonnez-moi, vous tous qui vous liez les mains Vous qui pensez qu'à deux vous ferez mieux le chemin Vous qui pensez que l'autre vous sauvera la peau Alors que de votre âme il fera des lambeaux En amour, que l'on soit le plus grand des guerriers Ou la triste brebis qui cherche le berger On finit tous à terre à chercher les morceaux Au bord du précipice à deux pas du grand saut A deux pas du tombeau " mouhaha :)
suffragettes AB Il y a 3 mois

Méditation labyrinthique sur les chemins de l’amour

Mais le donner en amour, cette offrande gratuite, n’est possible, bien sûr, que si mon propre besoin d’aimer n’est pas impérialiste ou même terroriste, au point que je veuille imposer mon amour à l’autre. Ou si je suis (du verbe être) plutôt dans la demande et parfois l’exigence, si mon besoin d’être aimé est un gouffre sans fond, s’il est immense et ne sert qu’à tenter de combler l’infini de mes manques, alors je suis prisonnier de la dépendance à ce besoin et je risque de rendre l’autre dépendant de mes attentes. Dans cette situation, nous sommes loin, très loin de l’amour. Nous sommes dans l’un des labyrinthes de l’amour, piégés dans les zones obscures d’une aventure qui nous échappe. Quand le désir de la présence de l’autre dans la proximité et l’unicité nous persécute, au point d’envahir son espace intime, je risque de ne pouvoir aimer dans le donner, car je serai trop enfermé dans le prendre.

@Meduse



<3

donner et ne pas prendre.
un élan vers une personne que l'on préfère à toute autre.
une recherche d'harmonie
savoir que le couple peut être l'enfer et être bien seul mais souhaiter voir quelqu'un en particulier, un truc au fond de soi qui insiste, qui ramène toujours au même endroit, comme une conviction, comme retrouver la foi alors qu'on se pensait athée.
tout cela ressemble à de l'amour. A un couple? c'est une autre histoire.
parce-que le couple ressemble vite bien souvent + à l'enfer qu'à l'amour, en tout cas faut être sûr de ne pas tomber sur le diable

"Pardonnez-moi, vous tous qui vous liez les mains
Vous qui pensez qu'à deux vous ferez mieux le chemin
Vous qui pensez que l'autre vous sauvera la peau
Alors que de votre âme il fera des lambeaux
En amour, que l'on soit le plus grand des guerriers
Ou la triste brebis qui cherche le berger
On finit tous à terre à chercher les morceaux
Au bord du précipice à deux pas du grand saut
A deux pas du tombeau " mouhaha

[quote="suffragettes AB"][quote="Meduse"]Méditation labyrinthique sur les chemins de l’amour Mais le donner en amour, cette offrande gratuite, n’est possible, bien sûr, que si mon propre besoin d’aimer n’est pas impérialiste ou même terroriste, au point que je veuille imposer mon amour à l’autre. Ou si je suis (du verbe être) plutôt dans la demande et parfois l’exigence, si mon besoin d’être aimé est un gouffre sans fond, s’il est immense et ne sert qu’à tenter de combler l’infini de mes manques, alors je suis prisonnier de la dépendance à ce besoin et je risque de rendre l’autre dépendant de mes attentes. Dans cette situation, nous sommes loin, très loin de l’amour. Nous sommes dans l’un des labyrinthes de l’amour, piégés dans les zones obscures d’une aventure qui nous échappe. Quand le désir de la présence de l’autre dans la proximité et l’unicité nous persécute, au point d’envahir son espace intime, je risque de ne pouvoir aimer dans le donner, car je serai trop enfermé dans le prendre. [/quote] <3 donner et ne pas prendre. un élan vers une personne que l'on préfère à toute autre. une recherche d'harmonie savoir que le couple peut être l'enfer et être bien seul mais souhaiter voir quelqu'un en particulier, un truc au fond de soi qui insiste, qui ramène toujours au même endroit, comme une conviction, comme retrouver la foi :) alors qu'on se pensait athée. tout cela ressemble à de l'amour. A un couple? c'est une autre histoire. parce-que le couple ressemble vite bien souvent + à l'enfer qu'à l'amour, en tout cas faut être sûr de ne pas tomber sur le diable :) "Pardonnez-moi, vous tous qui vous liez les mains Vous qui pensez qu'à deux vous ferez mieux le chemin Vous qui pensez que l'autre vous sauvera la peau Alors que de votre âme il fera des lambeaux En amour, que l'on soit le plus grand des guerriers Ou la triste brebis qui cherche le berger On finit tous à terre à chercher les morceaux Au bord du précipice à deux pas du grand saut A deux pas du tombeau " mouhaha :)[/quote] C'est la vision désenchantée, une version possible et fréquente du couple, n'empêche qu'on a de cesse de convoiter dans nos vies cette alliance, ainsi cela doit bien correspondre à quelque chose ? L'humain à toujours été fasciné par la quête du graal, c'en est une, et j'ai envie d'y croire pour ma part, mais il faut beaucoup de maturité et déposer au vestiaire son égocentrisme pour que ça match, c'est souvent là que le bât blesse. La vie est usante, un combat de chaque jour, et comme pour toute lutte, c'est plus facile à plusieurs que seul, la chose devient moins vaine et prend du sens, non ?
Rosenrot Il y a 3 mois

Méditation labyrinthique sur les chemins de l’amour

Mais le donner en amour, cette offrande gratuite, n’est possible, bien sûr, que si mon propre besoin d’aimer n’est pas impérialiste ou même terroriste, au point que je veuille imposer mon amour à l’autre. Ou si je suis (du verbe être) plutôt dans la demande et parfois l’exigence, si mon besoin d’être aimé est un gouffre sans fond, s’il est immense et ne sert qu’à tenter de combler l’infini de mes manques, alors je suis prisonnier de la dépendance à ce besoin et je risque de rendre l’autre dépendant de mes attentes. Dans cette situation, nous sommes loin, très loin de l’amour. Nous sommes dans l’un des labyrinthes de l’amour, piégés dans les zones obscures d’une aventure qui nous échappe. Quand le désir de la présence de l’autre dans la proximité et l’unicité nous persécute, au point d’envahir son espace intime, je risque de ne pouvoir aimer dans le donner, car je serai trop enfermé dans le prendre.

@Meduse



<3

donner et ne pas prendre.
un élan vers une personne que l'on préfère à toute autre.
une recherche d'harmonie
savoir que le couple peut être l'enfer et être bien seul mais souhaiter voir quelqu'un en particulier, un truc au fond de soi qui insiste, qui ramène toujours au même endroit, comme une conviction, comme retrouver la foi alors qu'on se pensait athée.
tout cela ressemble à de l'amour. A un couple? c'est une autre histoire.
parce-que le couple ressemble vite bien souvent + à l'enfer qu'à l'amour, en tout cas faut être sûr de ne pas tomber sur le diable

"Pardonnez-moi, vous tous qui vous liez les mains
Vous qui pensez qu'à deux vous ferez mieux le chemin
Vous qui pensez que l'autre vous sauvera la peau
Alors que de votre âme il fera des lambeaux
En amour, que l'on soit le plus grand des guerriers
Ou la triste brebis qui cherche le berger
On finit tous à terre à chercher les morceaux
Au bord du précipice à deux pas du grand saut
A deux pas du tombeau " mouhaha

C'est la vision désenchantée, une version possible et fréquente du couple, n'empêche qu'on a de cesse de convoiter dans nos vies cette alliance, ainsi cela doit bien correspondre à quelque chose ?
L'humain à toujours été fasciné par la quête du graal, c'en est une, et j'ai envie d'y croire pour ma part, mais il faut beaucoup de maturité et déposer au vestiaire son égocentrisme pour que ça match, c'est souvent là que le bât blesse. La vie est usante, un combat de chaque jour, et comme pour toute lutte, c'est plus facile à plusieurs que seul, la chose devient moins vaine et prend du sens, non ?