Un soir de décembre.... yobou84 — 12 décembre 2012 à 20h15

11 décembre 2012 @ Bataclan (Paris)

Il est 20h quand Damien rentre sur scène. Une précision inhabituelle pour un soir inhabituel ? Ta tournée s’achève sur un sentiment mitigé. Entre concerts avortés et maux de dos, tu as réussi à envoyer quelques pépites !! Quel Damien nous fixe ce soir de ces yeux malicieux ? L’écorché détestable qui n’a pas réussi à embraser la Loraine ou le poète contaminant dont les échos magistraux raisonnent encore dans l’oasis sarthois ?
La guitare sur les genoux, assis face à tes actionnaires d’un soir, tu parais être ailleurs…mais tes chansons sonnent justes, comme d’habitude, … les meurtrières, rois demains… tu nous fais voyager dans tes jours étranges, et tu nous amènes avec toi. Les bals des lycées et les histoires d’amour d’un macchabé satyre s’élèvent sous la canopée parisienne faisant pleurer le siècle mort. Et si la voix n’est pas aussi envolée que d’habitude, l’atmosphère de Saint-Pétersbourg envahie alors le bataclan et les flocons semblent glisser sur nous, faisant frissonner nos peaux et réchauffer nos cœurs. Le silence règne encore, entrecoupé de timides clappements de mains quand, pendus à tes lèvres, nous acceptons l’invitation. Le voyage est trop beau et que sonnent les tocsins…
Putain ! Messine !! C’est l’escale ! Les diables envahissent nos corps et nos âmes exorcisées s’échouent sur le parquet ! Ça y est, toi aussi tu t’éclates !! Tu souris, tu le sais que c’est le dernier alors tu t’envoies en l’air avec nous !! Et c’est la fin des mondes!! Quelle ironie, un 12 décembre…. Elle s’engouffre dans nos êtres et la magie opère. De Betty à Marie, elles sont toutes couturières, elles sont toutes au bar du port à danser, à danser, à danser !!!!!!!! Mais s’il y a bien plus qu’un fil de soie entre nous, Damien, il ne reste que toi ! Que toi, pour t’enivrer encore plus comme pour mieux affronter ce pays d’enculé. Tu craches ton discours, violent, au rythme d’une Marilyn, résonnant sur les trottoirs de Voltaire. Le gourou des proses a encore frappé et, sous nos yeux ébahis, tu dérives sur l’océan d’accusations d’un fils de France réveillé !
La rythmique est rodée aujourd’hui et le plaisir est bien là, partagé et ne souffrant plus d’aucune résistance. Tu reviens encore pour vivre cette magie des rencontres. Cette magie, ces rencontres…elle est belle ta définition. Le petit prince a bien grandit et nous, aussi !! Putain, 13 ans !
Enfin la voix déjà perdue, surement accrochée tout en haut d’une verge d’argent sentant la polémique, tu nous livre le clap de fin ! Le clap d’un calme ruisseau où tu marchais, gamin. Le clap d’un calme ruisseau où tu apprenais, enfant. Le calme d’un calme ruisseau où tu devenais Damien. Chatillon, je ne connais pas, mais j’y ai fait un beau voyage un soir de décembre, et c’est superbe !
Tu nous as finalement offert le poète détestable qui se perd autant dans ces discours révoltés que dans ces bourbons à répétition. Ça tombe bien, c’est celui-là que nous étions venus chercher ! Encore une fois, c’était beau, Damien ! C’était bon et ça fait toujours autant de bien ! Merci !

Fils de pauvres yobou84 — 29 novembre 2012 à 16h45

28 novembre 2012 @ La Carène (Brest)

Toi, tu le savais que tu n'avais rien à prouver. Au moment de monter sur scène, la douleur encore présente, tu voulais revenir nous voir, tu voulais nous faire rêver, tu nous voulais évadés dans tes proses, oubliés dans ton monde.
On a tout oublié Damien ! Tout ! Ton corps vacillant et ton regard triste, tes braillements maîtrisés qui prônent les meurtrières à ceux qui sont en laisse ! On a tout oublié !

"Désolé pour hier, quand le corps dit stop...C'est ça de vieillir !".
On te pardonne tout à toi notre roi d'aujourd'hui. Plus rien n'est noir depuis que tu es apparu. Quand, souriant, grinçant, sadique, tu envoyais valser le "Lève-toi" lancé par un fou dans la nuit : "Va à l’hôpital toi, 2 jours, putain ! 2 jours de merde !"

Ah il est loin le temps des amours où tu pouvais encore baiser sur ta tombe ! En tout cas, le bal est bien lancé ! Et tes éclats de rire commentant tes propres écritures. "Tu voulais le médiocre, et moi j'en avais pas...Putain le mec perché qui a écrit ça...Tu voulais l'univers et moi, j'avais que moi... L'univers, non mais attends..."
Plein d’auto dérision, scotché à ta chaise, ton acoustique a pendant 45 minutes emmené tout le port dans tes eaux ! Bercés par tes cordes que tu pinces merveilleusement, nous sommes envoûtés et même si "on a pas la tune", les 2 minutes de pause que tu demandes avant de revenir faire du "bruit" nous semblent interminables !

Et te revoilà, toi, et à nos bras tendus, tu vas vendre tes sourires ! Et tu les lâches les décibels ! Alors tant pis Messine, tant pis Roubaix, tant pis Venise, ce soir la mer est à Brest !! Et nous, nous sommes échoués sur ta magie, ton courage et ton envie. ça transpire, Damien, ça pue le concert d'anthologie ! ça réveille les corps et purge les esprits ! On y est là ! Putain qu'elle est bonne Marguerite quand elle est secouée comme ça par tes musiciens ! Il la ballade sur toute la scène, dans toute la salle ! Il me semble presque que la capitale bretonne s'est arrêtée de respirer, pendue à tes lèvres, perdue into the wild !! Et si ces putains de patron virent les couturières, elles peuvent venir s'oublier dans ton show majestueux !

Et tu repars...encore une fois...mais ce n'est pas la fin des mondes !! Non non ! Tu accuses juste Marie et Marilyn de ne pas faire que du nouveau ! De nous envoyer à la gueule ces beaux classiques que tu maîtrises tellement bien ! Ton lumbago semble s'être évanoui dans le brouillard de Queven quand depuis 2h nous voyageons !!
Allez Fils de France, le fils de Rimbaud est de retour et cette cuvée a un goût de magie, un gout de bonheur !

Alors tu y crois toi ?? A défier l'impossible, tu as défini un possible, celui d'un concert magistral ! Plein de souffrances et de finesse ! Plein de sourires et de grimaces ! Plein de coups de gueule et de mercis !

C'était tout toi Damien ça ! C'était beau, c'était bon !! Putain que ça fait du bien !!

Merci