Quand je jette à la mer, triste sanglot je crois
Une rose en hiver pour Barbarie et moi
Alors j’avais perdu Pierrot dans les marées
De ces bouquets de fleurs qui finissent enterrés
Que la mort me prenne, qu’elle prenne les miens
Puisque tous les cimetières un jour font des jardins
Quel que soit le chemin j’ai choisi mon destin
Sera celui du cœur, oui celui de l’humain
Et si moi je suis là, si je suis l’enfant lune
Et si toi, comme moi, on t’as volé ta Lune
Avec ma gueule peinte en blanc au vent du désespoir
Moi je tiens point levé mon drapeau rouge et noir
Qu’on veuille nous violer les marchands de fortune
Les tortionnaires du monde, les goudronneurs de dune
Des sourires nous offrons, à la rue, au goudron
Avec nos gueules peintes en blanc, nos regards d’horizons
Nous posons des bouquets à ce pays de croix
Nous cherchons un abri pour Colombine et moi
Avec nos gueules peintes en blanc au vent du désespoir
Pour toujours point levé le drapeau rouge et noir
Et si tombent les roses sur les champs de batailles
Si marchent sur les fleurs les peuples de mitrailles
Eternel est l’espoir, à ton sourire gamin
Pour mener le combat et l’amour en chemin
Avec ta gueule Pierrot, avec ton cœur tango
Quand tu jettes tes roses dans les flots des sanglots
Des enfants de l’usine de ces enfants des mines
à ces enfants du nord, à la chasse au trésor,
Avec ton bouquet de paille, tu cherches Colombine
Pour lui offrir tes roses comme un cœur qui s’incline
T’as la gueule peinte en blanc t’as le cœur liberté
T’as le cœur de l’enfant sûr t’as l’éternité
Pierrot comme un soleil, Pierrot tes fleurs au ciel
Pierrot toi t’as pas vu, oui la gueule des avenues
Pierrot le cœur Venise Pierrot tes yeux Tamisse
Pierrot toi tu t’en fous, Pierrot toi t’es trop fou
Pierrot dans la mitraille, toi tu touches tes étoiles
Pierrot t’as pas la maille avec tes fleurs du mal
Pierrot l’épouvantail dans des jardins cimetières
Toi tu dors sur la paille toi tu remets en terre
Pierrot avec ton bouquet aux mouettes affolé
Pour offrir aux oiseaux tes bouquets en Sanglots
De roses qui ne tiennent pas sous les marées je crois
A trop les arroser sûr qu’on les noie parfois
Pierrot sait pas voler, Pierrot la gravité
du monde laisse ici tous les tombés du nid
Comme toi sur la terre à rêver libertaire
A construire des pays avec ton Barbary
Pierrot avec ton chapeau tu fais peur aux oiseaux
Ta gueule d’épouvantail qui me fait mal aux entrailles
Pierrot, ta Colombine, elle est où ta copine ?
Pierrot y’a qu’à voir tes yeux ça sent trop les ???
Pierrot t’es qu’un charlot, Pierrot t’es mon bateau
Ivre ça tombe bien toi t’as la gueule du vin
Des tristesses au combat des vulgaires ici-bas
Pierrot oué tu peux croire nous qu’on t’oubliera pas
Pierrot comme un poème, Pierrot comme un je t’aime
Pierrot l’humanité qui as perdu sa liberté
Offrir des fleurs au ciel puis des larmes au soleil
Offrir nos cœurs tango pour des Lulu bistrot
Pierrot t’es mon amour, Pierrot qui fait des tours
De la Terre en plastique, Pierrot mon magnifique
Pierrot met des soleils aux laideurs des merveilles
Pierrot ma liberté, Pierrot sait pas danser
Pierrot t’es ridicule, Tu marches comme un pendule
qui sait plus l’heure qu’il est, qu’à l’air un peu trop fait
Pierrot t’es mon oiseau, Pierrot t’es mon bateau
Pierrot dans les cimetières met des fleurs sur la Terre
Pierrot comme un poème, Pierrot comme un je t’aime
Pierrot l’humanité qui as perdu liberté
Offrir des fleurs au ciel puis des larmes au soleil
Offrir nos cœurs tango pour des Lulu bistrot
A nos bières à nos frères aux enfants de la Terre
A nos frangins kepons à nos cœurs révolutionnaires
Au bâtant des tambours puis sur aux mots d’amour
Aux soirées de l’ivresse couteau dans les velours
Aux frangines du soir ouvrières des comptoirs
A mon cœur est cousu mon drapeau rouge et noir
A ceux qui m’ont offert d’aimer la vie sur Terre
Sur à faire des jardins de fleur de nos cimetières © Damien Saez

Compléter les paroles ou signaler une erreur

Lulu

Triple album
Publié le :
10 mars 2017