tout est dans le titre ! vos contributions sont les bienvenues :) pour rappel, pour les autres CD de "Messina", ça se passe par ici : [url=http://www.saezlive.net/topics/view/3624/paroles-cd-messine]paroles "Messine"[/url] [url=http://www.saezlive.net/topics/view/3625/paroles-cd-sur-les-quais]paroles "Sur les quais"[/url]
Isa Il y a 9 ans

tout est dans le titre !
vos contributions sont les bienvenues

pour rappel, pour les autres CD de "Messina", ça se passe par ici :
paroles "Messine"
paroles "Sur les quais"

[b]À NOS AMOURS[/b] Tes rêves on a vendus Tes poings ont trop Serrer les clous A quoi tu penses? A nos amours Ces choses que t'as perdues Au loin le couteau Lancé vers le vide immense A nos amours Le siècle est mort Mais puisque brûlent encore Les soleils aux couleurs du sang De nos amours Au coin du feu De tes yeux je me pose Au gré des proses en testament Pour nos amours A nos amours Quand le ciel s'est éteint à bruler trop Quand les alcools mènent la danse De nos amours Quand la sève a quitté la terre Les sanglots noyés les quais des métros De nos amours Quand les tambours fatigués ne battent plus Que l'arrivée d'une autre guerre D'un autre amour A nos fragiles aux horizons pleurantes Il parait que l'océan chante Pour nos amours Pour nos amours A nos amours Tes yeux ont trop mouillé ces navires fous Qui ne savent plus où jeter l'ancre De nos amours Perdu le nord cherche les ports Perdu le temps et les amis d'avant Avant les amours Des miettes bouffées pour des coeurs trop grands Des navires fous sur l'océan De nos amours A nos peines à nos joies A nos discours A nos solitudes à nos rires A nos amours A nos guerres Aux fragiles de nos contours A nos sueurs sur les tambours A nos amours A nos étendards A nous à nos tristes A la force d'aimer toujours A nos amours A Dieu à tes yeux Au brulant du feu A nos tragiques à nos adieux A nos amours (x5)
olired Il y a 9 ans

À NOS AMOURS

Tes rêves on a vendus
Tes poings ont trop
Serrer les clous
A quoi tu penses?
A nos amours

Ces choses que t'as perdues
Au loin le couteau
Lancé vers le vide immense
A nos amours

Le siècle est mort
Mais puisque brûlent encore
Les soleils aux couleurs du sang
De nos amours

Au coin du feu
De tes yeux je me pose
Au gré des proses en testament
Pour nos amours

A nos amours

Quand le ciel s'est éteint à bruler trop
Quand les alcools mènent la danse
De nos amours

Quand la sève a quitté la terre
Les sanglots noyés les quais des métros
De nos amours

Quand les tambours fatigués ne battent plus
Que l'arrivée d'une autre guerre
D'un autre amour

A nos fragiles aux horizons pleurantes
Il parait que l'océan chante
Pour nos amours
Pour nos amours

A nos amours

Tes yeux ont trop mouillé ces navires fous
Qui ne savent plus où jeter l'ancre
De nos amours

Perdu le nord cherche les ports
Perdu le temps et les amis d'avant
Avant les amours

Des miettes bouffées pour des coeurs trop grands
Des navires fous sur l'océan
De nos amours

A nos peines à nos joies
A nos discours
A nos solitudes à nos rires
A nos amours

A nos guerres
Aux fragiles de nos contours
A nos sueurs sur les tambours
A nos amours

A nos étendards
A nous à nos tristes
A la force d'aimer toujours
A nos amours

A Dieu à tes yeux
Au brulant du feu
A nos tragiques à nos adieux
A nos amours (x5)

[b][u]LE GAZ [/u][/b] Tu t’es barré comme ça Comme la fumée d’une clope Qui prend le large et la mer Boire c’est du cyanure Ton image qui se trame Dans le tram moi je traine les boulevards Y a des vagues de toi Et y a moi qui divague à l’âme Comme un peu plus de sel sur la blessure Des amoureux qui s’aiment sur le quai de la guerre Des idées noires Tu t’es barré comme ça Comme un homme a la mer Parti dans la fumée Oui mon cœur échoué Tu t’es barré comme ça Comme un homme a la mer Mais manque à mes cotés Oui l’univers entier Tu t’es tracé dans l’air comme une fuite de gaz T’as laissé l’allumette entre mes mains ordure Et c’est moi qui ai craqué Et mon poing explosé dans le mur Tu t’es tiré comme ça Toi t’as tiré sur moi T’as shooté en plein vol J’ai gouté le bitume Des rivières aux paupières Et la mer qui me laisse l’amertume Tu m’as laissé comme ça Comme un homme à la mer Parti dans la fumée Oui l’univers entier Tu m’as laissé comme ça Comme un homme à la mer Parti dans la fumée Oui mon cœur échoué Oui mon cœur échoué J’ai allumé le gaz mais toi t’as pris le feu Même pas de quoi y brulé la dernière cigarette C’est mon cœur que tu fume C’est la nuit qui s’allume Liberté dans l’effort tu brule mon regard Quand tu montre ton cul Quand tu te mets toute nue Perdue sur les boulevards Tu fais danser la rue Dans les flammes dans les chiottes Toi t’as jeté mon âme C’est toi qui as mis le feu Oui mais c’est moi qui crame J’ai traversé la nuit (…) M’accrocher a mon coup La mélancolie Tu reviendras peut être comme on revient toujours Et mon cœur à la fête en redemandera sans doute Et tu me laisseras comme ça Comme un con sans abri Comme on laisse derrière soi Comme un chien dans la nuit Tu me laisseras comme ça Comme un con sans abri Comme on laisse derrière soi Comme un chien dans la nuit Tu me laisseras comme ça Comme un con sans abri Comme on laisse derrière soi Comme un chien dans la nuit Tu me laisseras comme ça Comme un con sans abri Comme on laisse derrière soi Comme un chien dans la nuit
catseyesss57 Il y a 9 ans

LE GAZ

Tu t’es barré comme ça
Comme la fumée d’une clope
Qui prend le large et la mer
Boire c’est du cyanure
Ton image qui se trame
Dans le tram moi je traine les boulevards
Y a des vagues de toi
Et y a moi qui divague à l’âme
Comme un peu plus de sel sur la blessure
Des amoureux qui s’aiment sur le quai de la guerre
Des idées noires


Tu t’es barré comme ça
Comme un homme a la mer
Parti dans la fumée
Oui mon cœur échoué
Tu t’es barré comme ça
Comme un homme a la mer
Mais manque à mes cotés
Oui l’univers entier


Tu t’es tracé dans l’air comme une fuite de gaz
T’as laissé l’allumette entre mes mains ordure
Et c’est moi qui ai craqué
Et mon poing explosé dans le mur
Tu t’es tiré comme ça
Toi t’as tiré sur moi
T’as shooté en plein vol
J’ai gouté le bitume
Des rivières aux paupières
Et la mer qui me laisse l’amertume


Tu m’as laissé comme ça
Comme un homme à la mer
Parti dans la fumée
Oui l’univers entier
Tu m’as laissé comme ça
Comme un homme à la mer
Parti dans la fumée
Oui mon cœur échoué
Oui mon cœur échoué


J’ai allumé le gaz mais toi t’as pris le feu
Même pas de quoi y brulé la dernière cigarette
C’est mon cœur que tu fume
C’est la nuit qui s’allume
Liberté dans l’effort tu brule mon regard
Quand tu montre ton cul
Quand tu te mets toute nue
Perdue sur les boulevards
Tu fais danser la rue
Dans les flammes dans les chiottes
Toi t’as jeté mon âme
C’est toi qui as mis le feu
Oui mais c’est moi qui crame
J’ai traversé la nuit
(…)
M’accrocher a mon coup
La mélancolie
Tu reviendras peut être comme on revient toujours
Et mon cœur à la fête en redemandera sans doute
Et tu me laisseras comme ça
Comme un con sans abri
Comme on laisse derrière soi
Comme un chien dans la nuit


Tu me laisseras comme ça
Comme un con sans abri
Comme on laisse derrière soi
Comme un chien dans la nuit
Tu me laisseras comme ça
Comme un con sans abri
Comme on laisse derrière soi
Comme un chien dans la nuit
Tu me laisseras comme ça
Comme un con sans abri
Comme on laisse derrière soi
Comme un chien dans la nuit

Ce n'est pas encore tout à fait cela mais j'entends "J'ai traversé la nuit Et l'amour au vampire M'accrocher à mon cou" Si cela peut aider...
Moi Il y a 9 ans


Ce n'est pas encore tout à fait cela mais j'entends
"J'ai traversé la nuit
Et l'amour au vampire
M'accrocher à mon cou"
Si cela peut aider...

[b] Faut S’oublier[/b] Entre le marteau et l’enclume Entre la rue et la fortune Entre les tristes du trottoir Entre le vent et l’illusoire Entre le goudron et le ciel Les tourtereaux les tourterelles Entre les taxis sur leur terre Entre tes os et puis ma chair Entre nos corps et puis nos cœurs Entre ton rire et puis mes pleurs Entre les chats blancs les chats noirs Entre les verres et les comptoirs Entre l’ivresse et les sanglots Entre les caresses et les crocs Les passants miséricordieux Entre les fois et les bons dieux Entre nos crimes et puis nos cris Et c’est fini les infinis Entre la cuillère et puis la drogue Sur les boulevards vont nos pirogues Entre nous deux Entre les feux Entre les non dits de tes yeux Entre les coups Entre les clous Entre les fous Puis entre nous Entre le printemps et l’hiver Ce qui nous blesse ce qui est cher Entre les fêtes et les défaites Entre les temps et les tempêtes Entre les je t’aime et les mots Qui font chavirer nos bateaux Entre l’océan et la plage Entre la plume et puis la page Faut s’oublier S’évader Se réchauffer Avec des mots d’amour S’oublier Se déchirer S’embrasser Comme au dernier jour Et si ce règne des choses A bouffer jusqu’aux overdoses Oh mais si ces deux là s'en foutent Puisque s’aimer jamais ne coûte Dans la rue aux mauvaises étoiles Sur les avenues bateau sans voile Les ivrognes aiment bien naviguer Comme des soleils au champ de blé Et si nos yeux aiment bien pleurer C’est parce que nous nous aimons nous aimer Faut s’oublier Faut s’évader Faut s’embrasser Comme au dernier jour Faut s’oublier Nous déchirer Nous réchauffer Avec des mots d’amours Entre les deux amants C’est la vie qui s’incline S’ils n’ont pas d’argent C’est la pluie orpheline Et ils font les enfants Qui sauveront le monde Des futurs au présent Puisqu’à chaque seconde Ils se disent des choses Qui font tourner les terres Il y a jamais de pauses A leur chant des mystères Ils sont beaux ils sont laids De leurs cheveux plein de poux Et pourtant qu’ils sont beaux Ceux qui n’ont pas le sou Et si toi tu veux avec moi Oui danser comme eux Sur les toits sans l’abri Avec moi si tu veux Devenir roi du ciel Toi reine d’un jour Au lever du soleil Pour sauver notre amour Faut s’oublier Faut s’évader Faut s’embrasser Comme au premier jour Faut s’oublier Se déchirer Se réchauffer Avec des mots d’amour Faut s’oublier Nous évader S’embrasser Comme au premier jour PS: Merci à tous ceux qui partagent les paroles :)
melie Il y a 9 ans

Faut S’oublier

Entre le marteau et l’enclume
Entre la rue et la fortune
Entre les tristes du trottoir
Entre le vent et l’illusoire
Entre le goudron et le ciel
Les tourtereaux les tourterelles
Entre les taxis sur leur terre
Entre tes os et puis ma chair
Entre nos corps et puis nos cœurs
Entre ton rire et puis mes pleurs
Entre les chats blancs les chats noirs
Entre les verres et les comptoirs
Entre l’ivresse et les sanglots
Entre les caresses et les crocs
Les passants miséricordieux
Entre les fois et les bons dieux
Entre nos crimes et puis nos cris
Et c’est fini les infinis
Entre la cuillère et puis la drogue
Sur les boulevards vont nos pirogues
Entre nous deux
Entre les feux
Entre les non dits de tes yeux
Entre les coups
Entre les clous
Entre les fous
Puis entre nous
Entre le printemps et l’hiver
Ce qui nous blesse ce qui est cher
Entre les fêtes et les défaites
Entre les temps et les tempêtes
Entre les je t’aime et les mots
Qui font chavirer nos bateaux
Entre l’océan et la plage
Entre la plume et puis la page

Faut s’oublier
S’évader
Se réchauffer
Avec des mots d’amour
S’oublier
Se déchirer
S’embrasser
Comme au dernier jour

Et si ce règne des choses
A bouffer jusqu’aux overdoses
Oh mais si ces deux là s'en foutent
Puisque s’aimer jamais ne coûte
Dans la rue aux mauvaises étoiles
Sur les avenues bateau sans voile
Les ivrognes aiment bien naviguer
Comme des soleils au champ de blé
Et si nos yeux aiment bien pleurer
C’est parce que nous nous aimons nous aimer

Faut s’oublier
Faut s’évader
Faut s’embrasser
Comme au dernier jour
Faut s’oublier
Nous déchirer
Nous réchauffer
Avec des mots d’amours

Entre les deux amants
C’est la vie qui s’incline
S’ils n’ont pas d’argent
C’est la pluie orpheline
Et ils font les enfants
Qui sauveront le monde
Des futurs au présent
Puisqu’à chaque seconde
Ils se disent des choses
Qui font tourner les terres
Il y a jamais de pauses
A leur chant des mystères
Ils sont beaux ils sont laids
De leurs cheveux plein de poux
Et pourtant qu’ils sont beaux
Ceux qui n’ont pas le sou
Et si toi tu veux avec moi
Oui danser comme eux
Sur les toits sans l’abri
Avec moi si tu veux
Devenir roi du ciel
Toi reine d’un jour
Au lever du soleil
Pour sauver notre amour

Faut s’oublier
Faut s’évader
Faut s’embrasser
Comme au premier jour
Faut s’oublier
Se déchirer
Se réchauffer
Avec des mots d’amour
Faut s’oublier
Nous évader
S’embrasser
Comme au premier jour


PS: Merci à tous ceux qui partagent les paroles

[u][b]La Fin des Mondes[/b][/u] Des dettes pour les nations Les sourires du pognon Sur les quais Des villes épuisées Toi tu cherches du blé Pour tout payer Une vie à crédit T'as le coeur dans la suie Morne plaine Non, c'est pas Waterloo C'est les quais des métros Oui c'est la chaîne Des abonnements aux choses T' as vu qu'est ce que ça cause aux gens la merde Pour des printemps sans roses Ils peuvent vendre mes proses Je les emmerde Quelques maîtres banquiers pour des millions de noyés Dans les métros Tous ces gens qui ont des rêves Ces gens qui ne soulèvent que la croix sur leur dos Pour vivre, faut payer Pour s'aimer, faut payer Pour mourir, faut payer Puis faut des assurances pour bien nourrir la panse Du souffre spéculé Eh bien, qu'ils crèvent tous puisqu'ils en veulent encore du cours des Chines Ici même l'espoir à le goût, il faut croire, du règne des machines Si c'est la fin des mondes Si c'est l'enfer Si t'as le coeur qui tombe Plus bas que terre Si c'est la mort des rêves Si tout n'est que poussière Tu sais bien quand on crève Qui nous attend, les vers Dis, t'es pas révolté De voir nos terres Toujours le champ de blés La culture des misères Quai des métros, j'vois des bateaux Dis comment sécher nos sanglots S'évader au lever du jour pour nos amours au long des flots Des navires sur les champs de blés J entends crier l'humanité Allez viens, on va s'faire une bière pour exploser nos découverts Doigt levé alors qu'à quarante Ces univers au fond des fentes J'emmerde Wall Street et les autres Dit dieu le pognon, tous les apôtres On vend nos paumes à crédit aux financiers aux boîtes de nuits Puisque nos chairs sont aux enchères, qu'on a baisé la terre C'est la guerre mon amour Aux vagues important des pays Aux grands patrons du tout pourri À mon amour dans son caddie Aux licenciés dans l'incendie Au viol collectif des cultures Au nucléaire dans la nature Aux fils des décimant des campagnes et les enfants à nos compagnes Aux laissés sur les bas côtés Ok, c'est des cours des marchés Au grès des chômeurs, des enclaves et nos amours au fond des caves Aux dictatures de nos réseaux, ta vie de merde sur des photos Aux politiques donnons leurs culs, travailler plus, travailler plus Au peuple dansant, pauvres cons, tous à bander pour du pognon Pour des tyrans de la finance, pour des guignols dans la danse Des collabos communiquant, des transactions au Codiscent Il faudra leur couper les couilles et puis tant pis s'ils sont cool Histoire de financer les fleurs Qui seront là pour un meilleur Tant pis s'il faut tout détruire, si la terre il faut reconstruire Camarade banquier tu peux mourir, moi je pisserai sur ta tombe Et j'y ferai l'amour à ma blonde Fuck you (...?...), fuck you C'est la guerre mon amour
darkjak Il y a 9 ans

La Fin des Mondes

Des dettes pour les nations
Les sourires du pognon
Sur les quais
Des villes épuisées
Toi tu cherches du blé
Pour tout payer
Une vie à crédit
T'as le coeur dans la suie
Morne plaine
Non, c'est pas Waterloo
C'est les quais des métros
Oui c'est la chaîne
Des abonnements aux choses
T' as vu qu'est ce que ça cause aux gens la merde
Pour des printemps sans roses
Ils peuvent vendre mes proses
Je les emmerde
Quelques maîtres banquiers pour des millions de noyés
Dans les métros
Tous ces gens qui ont des rêves
Ces gens qui ne soulèvent que la croix sur leur dos
Pour vivre, faut payer
Pour s'aimer, faut payer
Pour mourir, faut payer
Puis faut des assurances pour bien nourrir la panse
Du souffre spéculé
Eh bien, qu'ils crèvent tous puisqu'ils en veulent encore du cours des Chines
Ici même l'espoir à le goût, il faut croire, du règne des machines

Si c'est la fin des mondes
Si c'est l'enfer
Si t'as le coeur qui tombe
Plus bas que terre
Si c'est la mort des rêves
Si tout n'est que poussière
Tu sais bien quand on crève
Qui nous attend, les vers
Dis, t'es pas révolté
De voir nos terres
Toujours le champ de blés
La culture des misères

Quai des métros, j'vois des bateaux
Dis comment sécher nos sanglots
S'évader au lever du jour pour nos amours au long des flots
Des navires sur les champs de blés
J entends crier l'humanité
Allez viens, on va s'faire une bière pour exploser nos découverts
Doigt levé alors qu'à quarante
Ces univers au fond des fentes
J'emmerde Wall Street et les autres
Dit dieu le pognon, tous les apôtres
On vend nos paumes à crédit aux financiers aux boîtes de nuits
Puisque nos chairs sont aux enchères, qu'on a baisé la terre

C'est la guerre mon amour

Aux vagues important des pays
Aux grands patrons du tout pourri
À mon amour dans son caddie
Aux licenciés dans l'incendie
Au viol collectif des cultures
Au nucléaire dans la nature
Aux fils des décimant des campagnes et les enfants à nos compagnes
Aux laissés sur les bas côtés
Ok, c'est des cours des marchés
Au grès des chômeurs, des enclaves et nos amours au fond des caves
Aux dictatures de nos réseaux, ta vie de merde sur des photos
Aux politiques donnons leurs culs, travailler plus, travailler plus
Au peuple dansant, pauvres cons, tous à bander pour du pognon
Pour des tyrans de la finance, pour des guignols dans la danse
Des collabos communiquant, des transactions au Codiscent
Il faudra leur couper les couilles et puis tant pis s'ils sont cool
Histoire de financer les fleurs
Qui seront là pour un meilleur
Tant pis s'il faut tout détruire, si la terre il faut reconstruire
Camarade banquier tu peux mourir, moi je pisserai sur ta tombe
Et j'y ferai l'amour à ma blonde

Fuck you (...?...), fuck you
C'est la guerre mon amour

@darkjak pour " La fin des mondes " Eh bien, qu'ils crèvent tous puisqu'ils en veulent encore du cours des Chines" => puisqu'ils en veulent encore du courbe échine "Allez viens, on va s'faire une bière pour exploser nos découverts Doigt levé alors qu'à quarante " => doigt levé à leur CAC 40 après je me plante peut être, mais à part ces deux passages, bravo et merci de prendre le temps de poster les textes, et puis chapeau à celui ou celle qui trouvera les paroles en anglais...
AnonymeIl y a 9 ans

darkjak pour " La fin des mondes


" Eh bien, qu'ils crèvent tous puisqu'ils en veulent encore du cours des Chines"

=> puisqu'ils en veulent encore du courbe échine


"Allez viens, on va s'faire une bière pour exploser nos découverts
Doigt levé alors qu'à quarante "

=> doigt levé à leur CAC 40

après je me plante peut être, mais à part ces deux passages, bravo et merci de prendre le temps de poster les textes, et puis chapeau à celui ou celle qui trouvera les paroles en anglais...

[b]Fin des mondes[/b][size=20][/size] Des dettes pour les nations Les sourires du pognon Sur les quais  Des villes épuisées Toi tu cherches du blé Pour te payer  Une vie à crédit T'as le coeur dans la suie Morne plaine Non c'est pas Waterloo C'est les quais des métros Ouais c'est la chaîne Des abonnements aux choses T'as vu qu'est c'que ça cause Aux gens la merde Pour des printemps sans roses Ils peuvent vendre mes proses Je les emmerde Quelques maîtres banquiers Pour des millions de noyés Dans les métros Tous ces gens qui ont des rêves Ces gens qui ne soulèvent  Que la croix sur leur dos Pour vivre faut payer Pour s'aimer faut payer Pour mourir faut payer Puis faut des assurances Pour bien nourrir la panse Du souffre spéculé Et bien qu'ils crèvent tous Puisqu'ils en veulent encore du courbe-échine Ici même l'espoir  A le goût il faut croire Du règne des machines Si c'est la fin des mondes Si c'est l'enfer Si t'as le cœur qui tombe Plus bas que terre Si c'est la mort des rêves Si tout n'est que poussière Tu le sais quand on crève Qu'il nous attend, les vers Dis t'es pas révolté De voir nos terres Toujours en champs de blé La culture des misères Quai des métros J'vois des bateaux Dis comment sècher nos sanglots S'évader au lever du jour Pour nos amours le long des flots Des navires sur des champs de blé J'entends crier l'humanité Allez viens on va s'faire une bière Pour exploser nos découverts Doigt levé à leur CAC 40 Ces univers au fond des fentes J'emmerde Wall Street et les autres Dits Dieu, pognon, tous les apôtres On vend nos bonheurs à crédit Des financiers aux boîtes de nuits Puisque nos chairs sont aux enchères Qu'on a baisé la Terre C'est la guerre mon amour(x3) / Wall Street(?) Aux vagues emportant des pluies Aux grands patrons du tout pourri A mon amour dans son caddie Aux licenciés dans l'incendie Aux viols collectifs des cultures Au nucléaire dans la nature Aux fils des ciments des campagnes A nos enfants à nos compagnes Aux laissés sur le bas-côté Aux blessés des cours des marchés Au gré des chômeurs des enclaves A nos amours au fond des caves Aux dictatures de nos réseaux Ta vie de merde sur des poteaux Aux politiques, doigt dans leur cul Travailler plus, travailler plus Au peuple dansant pauvre con Tous à bander pour du pognon Pour des p'tits rois de la finance Pour des guignols menant la danse Des collabos aux communicants Des transactions aux connaissants Il faudra leur couper les couilles Et puis tant pis s'ils sont [...] Ils sauront faire pousser les fleurs Qui sait demain pour un meilleur Tant pis s'il faut tout détruire Sénateurs il faut reconstruire Camarade banquier tu peux mourir Moi je pisserai sur ta tombe Puis j'lui ferai l'amour à ma blonde Fu*k you Goldman Sachs fu*k you / Wall Street C'est la guerre mon amour Merci Sindy! NB: Je sais qu'il manque un "c" à "fuk" mais si je le mets, ça me m'écrit ....Merci aux modos de faire quelque chose. :-)
FANOU Il y a 9 ans

Fin des mondes

Des dettes pour les nations
Les sourires du pognon
Sur les quais 
Des villes épuisées
Toi tu cherches du blé
Pour te payer 
Une vie à crédit
T'as le coeur dans la suie
Morne plaine
Non c'est pas Waterloo
C'est les quais des métros
Ouais c'est la chaîne
Des abonnements aux choses
T'as vu qu'est c'que ça cause
Aux gens la merde
Pour des printemps sans roses
Ils peuvent vendre mes proses
Je les emmerde

Quelques maîtres banquiers
Pour des millions de noyés
Dans les métros
Tous ces gens qui ont des rêves
Ces gens qui ne soulèvent 
Que la croix sur leur dos

Pour vivre faut payer
Pour s'aimer faut payer
Pour mourir faut payer
Puis faut des assurances
Pour bien nourrir la panse
Du souffre spéculé
Et bien qu'ils crèvent tous
Puisqu'ils en veulent encore du courbe-échine
Ici même l'espoir 
A le goût il faut croire
Du règne des machines

Si c'est la fin des mondes
Si c'est l'enfer
Si t'as le cœur qui tombe
Plus bas que terre
Si c'est la mort des rêves
Si tout n'est que poussière
Tu le sais quand on crève
Qu'il nous attend, les vers
Dis t'es pas révolté
De voir nos terres
Toujours en champs de blé
La culture des misères

Quai des métros
J'vois des bateaux
Dis comment sècher nos sanglots
S'évader au lever du jour
Pour nos amours le long des flots
Des navires sur des champs de blé
J'entends crier l'humanité
Allez viens on va s'faire une bière
Pour exploser nos découverts
Doigt levé à leur CAC 40
Ces univers au fond des fentes
J'emmerde Wall Street et les autres
Dits Dieu, pognon, tous les apôtres
On vend nos bonheurs à crédit
Des financiers aux boîtes de nuits
Puisque nos chairs sont aux enchères
Qu'on a baisé la Terre

C'est la guerre mon amour(x3) / Wall Street(?)

Aux vagues emportant des pluies
Aux grands patrons du tout pourri
A mon amour dans son caddie
Aux licenciés dans l'incendie
Aux viols collectifs des cultures
Au nucléaire dans la nature
Aux fils des ciments des campagnes
A nos enfants à nos compagnes
Aux laissés sur le bas-côté
Aux blessés des cours des marchés
Au gré des chômeurs des enclaves
A nos amours au fond des caves
Aux dictatures de nos réseaux
Ta vie de merde sur des poteaux
Aux politiques, doigt dans leur cul
Travailler plus, travailler plus
Au peuple dansant pauvre con
Tous à bander pour du pognon
Pour des p'tits rois de la finance
Pour des guignols menant la danse
Des collabos aux communicants
Des transactions aux connaissants
Il faudra leur couper les couilles
Et puis tant pis s'ils sont [...]
Ils sauront faire pousser les fleurs
Qui sait demain pour un meilleur
Tant pis s'il faut tout détruire
Sénateurs il faut reconstruire
Camarade banquier tu peux mourir
Moi je pisserai sur ta tombe
Puis j'lui ferai l'amour à ma blonde

Fu*k you Goldman Sachs fu*k you / Wall Street

C'est la guerre mon amour


Merci Sindy!

NB: Je sais qu'il manque un "c" à "fuk" mais si je le mets, ça me m'écrit ....Merci aux modos de faire quelque chose.

@FANOU : quand j'édite ton post pour rajouter le "c" à "fuck", ça met des **** pareil. du coup j'ai mis un * à la place du "c", je pense que tout le monde comprendra quand même ^^
Isa Il y a 9 ans

FANOU : quand j'édite ton post pour rajouter le "c" à "fuck", ça met des **** pareil. du coup j'ai mis un * à la place du "c", je pense que tout le monde comprendra quand même

Alors on n'a pas le droit de poster des gros mots! ;-)
FANOU Il y a 9 ans

Alors on n'a pas le droit de poster des gros mots!

ben faut croire que non, tonton Blat a dû mettre des filtres pour qu'on reste polis ^^
Isa Il y a 9 ans

ben faut croire que non, tonton Blat a dû mettre des filtres pour qu'on reste polis

[b]Les Echoués[/b] Ils s’éteignent un matin Dans le battant des foules Ils ont le regard du vin Quand parfois leurs yeux coulent Ils n’ont pas de couleur Pas de drapeau tendu Alors ils trainent un peu Comme des bateaux perdus Ils ont l’habit du pauvre Et le regard du roi Ils n’ont pas de parti Que leur gueule fatiguée Dire qu’il y avait un temps Le populaire chantait Ils n’ont pas d’espérance N’ont pas de poing levé Sous les drapeaux ça danse Le peuple bon marché Ils n’ont pas la fortune Et quand ils ont trop bu Ils n’ont guère que leur main Pour se pisser dessus Les échoués (x 2) Faut qu’on nous mise sur les cotés Y a plus la place sur les marchés A ton regard perdu On voit l’humanité Les échoués le soir Tu les verrais danser Ceux qui font le trottoir N’ont pas le cœur usé Et s'il y a plus de soleil Dans leur levé du jour Il faut croire ici que nos règnes Ont bouffé nos amours Les échoués (x3)
melie Il y a 9 ans

Les Echoués

Ils s’éteignent un matin
Dans le battant des foules
Ils ont le regard du vin
Quand parfois leurs yeux coulent
Ils n’ont pas de couleur
Pas de drapeau tendu
Alors ils trainent un peu
Comme des bateaux perdus

Ils ont l’habit du pauvre
Et le regard du roi
Ils n’ont pas de parti
Que leur gueule fatiguée
Dire qu’il y avait un temps
Le populaire chantait
Ils n’ont pas d’espérance
N’ont pas de poing levé
Sous les drapeaux ça danse
Le peuple bon marché
Ils n’ont pas la fortune
Et quand ils ont trop bu
Ils n’ont guère que leur main
Pour se pisser dessus

Les échoués (x 2)

Faut qu’on nous mise sur les cotés
Y a plus la place sur les marchés
A ton regard perdu
On voit l’humanité

Les échoués le soir
Tu les verrais danser
Ceux qui font le trottoir
N’ont pas le cœur usé
Et s'il y a plus de soleil
Dans leur levé du jour
Il faut croire ici que nos règnes
Ont bouffé nos amours

Les échoués (x3)

[b]In To The Wild[/b] Et si on tentait l’Alaska Pour redevenir homme Au milieu des loups Sentir l’eau du ruisseau Entre les doigts Si on quittait tout demain L’aliénation à tout cet inutile Si nous partions main dans la main In to the wild (x2) Si nous faisions comme lui Celui qui a tout quitté Pour les ours blancs Pour regarder l’immaculée conception Redevenir pour un moment Celui qu’on a été un jour Le jour où nous n’étions qu'élan Qui apprend à marcher In to the wild (x4) Tu les as vus nos quotidiens Nos portables et les câbles Qui nous lient au cœur de l’humain Les connexions dans leur cerveau On a l’air de quoi toi et moi Là perdus dans la fourmilière Comme un poisson cherche de l’air Des feux qui font plus de lumière Si on fait pas l’Alaska C’est qu’on aura trouvé en route Un coin pour se poser nos âmes Un petit bout du monde Qui sera rien que toi et moi Qui sera notre bout d’étoile Celui que rien n’enlèvera Celui qui fait qu’on tient In to the wild (x12) Je sais qu’on ne partira jamais Que c’est bon de penser Que l’univers est possible Puisse que tout ici Nous est impossible Il nous suffira de la route Et du jour qui se lève Pour donner lumière à nos nuits Et l’univers aux infinis
melie Il y a 9 ans

In To The Wild

Et si on tentait l’Alaska
Pour redevenir homme
Au milieu des loups
Sentir l’eau du ruisseau
Entre les doigts
Si on quittait tout demain
L’aliénation à tout cet inutile
Si nous partions main dans la main

In to the wild (x2)

Si nous faisions comme lui
Celui qui a tout quitté
Pour les ours blancs
Pour regarder l’immaculée conception
Redevenir pour un moment
Celui qu’on a été un jour
Le jour où nous n’étions qu'élan
Qui apprend à marcher

In to the wild (x4)

Tu les as vus nos quotidiens
Nos portables et les câbles
Qui nous lient au cœur de l’humain
Les connexions dans leur cerveau
On a l’air de quoi toi et moi
Là perdus dans la fourmilière
Comme un poisson cherche de l’air
Des feux qui font plus de lumière
Si on fait pas l’Alaska
C’est qu’on aura trouvé en route
Un coin pour se poser nos âmes
Un petit bout du monde
Qui sera rien que toi et moi
Qui sera notre bout d’étoile
Celui que rien n’enlèvera
Celui qui fait qu’on tient

In to the wild (x12)

Je sais qu’on ne partira jamais
Que c’est bon de penser
Que l’univers est possible
Puisse que tout ici
Nous est impossible
Il nous suffira de la route
Et du jour qui se lève
Pour donner lumière à nos nuits
Et l’univers aux infinis

Le Gaz j'entend : ... J'ai traversé la nuit Et l'amour rend pire Accroché à mon coup La mélancolie ... In to the wild j'entend : ... Celui qu’on a été un jour Le jour où nous n’étions qu'[b][i]élan[/i][/b] Qui apprend à marcher ...
Vigo Il y a 9 ans

Le Gaz j'entend :

...
J'ai traversé la nuit
Et l'amour rend pire
Accroché à mon coup
La mélancolie
...

In to the wild j'entend :

...
Celui qu’on a été un jour
Le jour où nous n’étions qu'élan
Qui apprend à marcher
...

Salut à tous, [b]Fin des mondes[/b], A la fin, pour les quelques paroles en anglais, il dit: [i]Fu*k you Goldman Sachs, Fu*k you[/i] Remplacer les * par des "c" car si je l'écris en entier cela ne passe pas sur le forum.
le corsaire Il y a 9 ans

Salut à tous,

Fin des mondes,

A la fin, pour les quelques paroles en anglais, il dit:

Fu*k you Goldman Sachs, Fu*k you

Remplacer les * par des "c" car si je l'écris en entier cela ne passe pas sur le forum.

Pour Marie vous entendez bien ceci? (Paroels d'un live qui était deja dans le livret) [b]Marie [/b] Me laisse pas, Marie Dans ce triste bistrot Au cœur de la tempête J’ai trop mal à la tête Me laisse pas, Marie Entouré de cadavres Enterré d'horizons Qui ressemblent à des murs, elle est où l'aventure ? Et puis dis pas qu'c'est fini, Marie Qu’on a plus rien à se dire Qu'y a plus rien à écrire Qu’y a plus rien à chanter Plus rien à découvrir Que t'as perdu l'envie Et qu't'as envie d't'enfuir Qu’t'as perdu ton sourire, que t'as plus qu'des soupirs Ca s'perd pas un sourire Ca s'oublie seulement Avec le temps T'es trop jolie, Marie Bien plus jolie que Paris, Marie Bien plus belle que la nuit Plus jolie qu'Arletty Plus jolie qu'les enfants du paradis Et puis t'es si bonne, Marie Avec tes seins qui pointent Comme les cathédrales, on dirait Notre-Dame On dirait les pyramides Mais j'suis pas pharaon tu sais Moi j'fais que des chansons pas gaies Et tu le dis si bien Que c'est pas un métier De chanter l'horizon Et puis qu’il faut une maison, mais y’a pas besoin de maison Quand on n'a l'horizon Quand on n'a l'horizon Si tu veux, Marie J’me trouverai un boulot J'serai banquier s'il le faut Et j'te gagnerai du fric Et on ira en Amérique Dans la cale d’un bateau Clandestins, réfugiés Aller jusqu'à Broadway Parce que t'aimes bien danser Parce que j'aime bien chanter Parce que j'aime regarder Ta jupe qui fait tourner Mon monde entier Dans les rues aux lumières Sûr qu'on pourra se refaire Sûr qu'on pourra se refaire Réveilles-toi Marie Le bistrot va fermer Pis c'est nous les maudits Pis c'est nous les pourris Pis c'est nous les paumés Réveilles-toi Marie Dis pourquoi tu dis rien Dis pourquoi tu sens rien Toi tu restes de marbre Pis dis pas qu'c'est fini, Marie Pis dis pas qu'j'suis fini, Marie Que j'suis là comme un con à parler aux statues Auxquelles j'ai jamais cru Allez, salut Marie Y’a mon cœur qui frémit Y’a Broadway qui nous sourit Allez, salue Marie Y'a Broadway qui nous sourit Dans mon coeur y'a l’envie Y'a Broadway à Paris
Cretch Il y a 9 ans

Pour Marie vous entendez bien ceci? (Paroels d'un live qui était deja dans le livret)


Marie

Me laisse pas, Marie
Dans ce triste bistrot
Au cœur de la tempête
J’ai trop mal à la tête
Me laisse pas, Marie
Entouré de cadavres
Enterré d'horizons
Qui ressemblent à des murs, elle est où l'aventure ?
Et puis dis pas qu'c'est fini, Marie
Qu’on a plus rien à se dire
Qu'y a plus rien à écrire
Qu’y a plus rien à chanter
Plus rien à découvrir
Que t'as perdu l'envie
Et qu't'as envie d't'enfuir
Qu’t'as perdu ton sourire, que t'as plus qu'des soupirs
Ca s'perd pas un sourire
Ca s'oublie seulement
Avec le temps
T'es trop jolie, Marie
Bien plus jolie que Paris, Marie
Bien plus belle que la nuit
Plus jolie qu'Arletty
Plus jolie qu'les enfants du paradis
Et puis t'es si bonne, Marie
Avec tes seins qui pointent
Comme les cathédrales, on dirait Notre-Dame
On dirait les pyramides
Mais j'suis pas pharaon tu sais
Moi j'fais que des chansons pas gaies
Et tu le dis si bien
Que c'est pas un métier
De chanter l'horizon
Et puis qu’il faut une maison, mais y’a pas besoin de maison
Quand on n'a l'horizon
Quand on n'a l'horizon
Si tu veux, Marie
J’me trouverai un boulot
J'serai banquier s'il le faut
Et j'te gagnerai du fric
Et on ira en Amérique
Dans la cale d’un bateau
Clandestins, réfugiés
Aller jusqu'à Broadway
Parce que t'aimes bien danser
Parce que j'aime bien chanter
Parce que j'aime regarder
Ta jupe qui fait tourner
Mon monde entier
Dans les rues aux lumières
Sûr qu'on pourra se refaire
Sûr qu'on pourra se refaire
Réveilles-toi Marie
Le bistrot va fermer
Pis c'est nous les maudits
Pis c'est nous les pourris
Pis c'est nous les paumés
Réveilles-toi Marie
Dis pourquoi tu dis rien
Dis pourquoi tu sens rien
Toi tu restes de marbre
Pis dis pas qu'c'est fini, Marie
Pis dis pas qu'j'suis fini, Marie
Que j'suis là comme un con à parler aux statues
Auxquelles j'ai jamais cru
Allez, salut Marie
Y’a mon cœur qui frémit
Y’a Broadway qui nous sourit
Allez, salue Marie
Y'a Broadway qui nous sourit
Dans mon coeur y'a l’envie
Y'a Broadway à Paris

je crois bien que la seconde partie de la chanson a été modifiée pour le CD, mais je laisse les transcripteurs experts te donner plus d'infos ^^
Isa Il y a 9 ans

je crois bien que la seconde partie de la chanson a été modifiée pour le CD, mais je laisse les transcripteurs experts te donner plus d'infos

[quote="le corsaire" date="2012-09-19 08:48:35"]Salut à tous, [b]Fin des mondes[/b], A la fin, pour les quelques paroles en anglais, il dit: [i]Fu*k you Goldman Sachs, Fu*k you[/i] Remplacer les * par des "c" car si je l'écris en entier cela ne passe pas sur le forum.[/quote] Ah merci pour Godman Sachs parce que j'ai cherché! Sinon tu es obligé de mettre des * moi aussi ça me fait pareil. ;-)
FANOU Il y a 9 ans

Salut à tous,

Fin des mondes,

A la fin, pour les quelques paroles en anglais, il dit:

Fu*k you Goldman Sachs, Fu*k you

Remplacer les * par des "c" car si je l'écris en entier cela ne passe pas sur le forum.


Ah merci pour Godman Sachs parce que j'ai cherché! Sinon tu es obligé de mettre des * moi aussi ça me fait pareil.

[b]Marie[/b][size=20][/size]   Me laisse pas Marie Dans ce triste bistrot Au milieu des tempêtes J'ai trop mal à la tête Me laisse pas Marie Enterré de cadavres Enterré d'horizons Qui ressemblent à des murs Elle est où l'aventure? Puis dis pas qu'c'est fini Marie Qu’on a plus rien à se dire, pis qu'c'est tant pis Qu'y a plus rien à écrire Qu’y a plus rien à chanter Plus rien à découvrir Que t'as perdu l'envie, toi Mais qu't'as l'envie d't'enfuir Qu’t'as perdu ton sourire Que t'as plus qu'des soupirs Ca s'perd pas un sourire Ca s'oublie seulement Avec le temps T'es trop jolie Marie Bien plus jolie que Paris Marie Bien plus belle que la nuit Plus jolie qu'Arletty Plus jolie qu'les enfants du paradis Et puis t'es si bonne Marie Avec tes seins qui pointent Comme des cathédrales Qu'on dirait Notre-Dame On dirait les pyramides Mais j'suis pas pharaon tu sais Moi j'fais que des chansons pas gaies Puis tu le dis si bien Que c'est pas un métier De chanter l'horizon Puis qu’il faut une maison Y a pas besoin de maison Quand on a l'horizon Mais si tu veux, Marie J’me trouverai un boulot J'serai banquier s'il le faut Puis j''te gagnerai du fric Puis on ira en Amérique Dans la cale d’un bateau Nous les désespérés Nous les hommes échoués  Aller jusqu'à Broadway Parce que t'aimes bien danser Parce que j'aime bien chanter Parce que j'aime bien t'aimer Parce que j'aime bien pleurer Parce que t'aimes bien danser Parce que j'aime bien chanter Parce que j'aime regarder Ta jupe qui fait tourner mon monde entier Dans la ville aux lumières Sûr qu'on pourra se refaire Des amours à bouffer Mon monde entier Réveille toi Marie Le bistrot va fermer Puis c'est même plus un bistrot C'est même pas un radeau À peine un cimetière  Réveilles-toi Marie Le jour va se lever Puis c'est nous les maudits Puis c'est nous les pourris Puis c'est nous les paumés Allez vas-y Marie Me dis pas qu'c'est fini Marie Que j'suis là comme un con à parler aux statues Auxquelles j'ai jamais cru Allez salut Marie Y’a mon cœur qui frémit Et trop de temps perdu À parler aux statues Allez salut Marie Y’a Broadway qui m'sourit Marie Dans mon coeur y'a l’envie Y'a Broadway à Paris Allez salut Marie Y’a Broadway qui m'sourit Marie Dans mon coeur y'a l’envie Y'a Broadway à Paris Y'a Broadway à Paris
FANOU Il y a 9 ans

Marie
 

Me laisse pas Marie
Dans ce triste bistrot
Au milieu des tempêtes
J'ai trop mal à la tête
Me laisse pas Marie
Enterré de cadavres
Enterré d'horizons
Qui ressemblent à des murs
Elle est où l'aventure?
Puis dis pas qu'c'est fini Marie
Qu’on a plus rien à se dire, pis qu'c'est tant pis
Qu'y a plus rien à écrire
Qu’y a plus rien à chanter
Plus rien à découvrir
Que t'as perdu l'envie, toi
Mais qu't'as l'envie d't'enfuir
Qu’t'as perdu ton sourire
Que t'as plus qu'des soupirs
Ca s'perd pas un sourire
Ca s'oublie seulement
Avec le temps

T'es trop jolie Marie
Bien plus jolie que Paris Marie
Bien plus belle que la nuit
Plus jolie qu'Arletty
Plus jolie qu'les enfants du paradis
Et puis t'es si bonne Marie
Avec tes seins qui pointent
Comme des cathédrales
Qu'on dirait Notre-Dame
On dirait les pyramides
Mais j'suis pas pharaon tu sais
Moi j'fais que des chansons pas gaies
Puis tu le dis si bien
Que c'est pas un métier
De chanter l'horizon
Puis qu’il faut une maison
Y a pas besoin de maison
Quand on a l'horizon

Mais si tu veux, Marie
J’me trouverai un boulot
J'serai banquier s'il le faut
Puis j''te gagnerai du fric
Puis on ira en Amérique
Dans la cale d’un bateau
Nous les désespérés
Nous les hommes échoués 
Aller jusqu'à Broadway
Parce que t'aimes bien danser
Parce que j'aime bien chanter
Parce que j'aime bien t'aimer
Parce que j'aime bien pleurer
Parce que t'aimes bien danser
Parce que j'aime bien chanter
Parce que j'aime regarder
Ta jupe qui fait tourner mon monde entier
Dans la ville aux lumières
Sûr qu'on pourra se refaire
Des amours à bouffer
Mon monde entier

Réveille toi Marie
Le bistrot va fermer
Puis c'est même plus un bistrot
C'est même pas un radeau
À peine un cimetière 
Réveilles-toi Marie
Le jour va se lever
Puis c'est nous les maudits
Puis c'est nous les pourris
Puis c'est nous les paumés
Allez vas-y Marie
Me dis pas qu'c'est fini Marie
Que j'suis là comme un con à parler aux statues
Auxquelles j'ai jamais cru
Allez salut Marie
Y’a mon cœur qui frémit
Et trop de temps perdu
À parler aux statues
Allez salut Marie
Y’a Broadway qui m'sourit Marie
Dans mon coeur y'a l’envie
Y'a Broadway à Paris
Allez salut Marie
Y’a Broadway qui m'sourit Marie
Dans mon coeur y'a l’envie
Y'a Broadway à Paris
Y'a Broadway à Paris

Hello, Dans Into the wild, j'entends: Redevenir pour un moment Celui qu’on a été un jour Le jour où nous n’étions [b]qu'élan[/b] Qui apprend à marcher et [b]Tu les as vus nos[/b] quotidien Les portables et les câbles Qui nous lient au cœur de l’humain
Popo Il y a 9 ans

Hello,

Dans Into the wild, j'entends:


Redevenir pour un moment
Celui qu’on a été un jour
Le jour où nous n’étions qu'élan
Qui apprend à marcher

et

Tu les as vus nos quotidien
Les portables et les câbles
Qui nous lient au cœur de l’humain

@vigo et @popo: merci pour vos contributions. :)
melie Il y a 9 ans

Vigo et Popo: merci pour vos contributions.

[Mode analyse à 2 ronds ON] Je viens de comprendre le titre de la chanson "le gaz" ! C'est du [b]gaz lacrymogène[/b] dont il parle, parce que moi elle me fait chialer cette chanson... [Mode analyse à 2 ronds OFF] Je suis déjà sorti -> []
Goldo22 Il y a 9 ans

[Mode analyse à 2 ronds ON]

Je viens de comprendre le titre de la chanson "le gaz" ! C'est du gaz lacrymogène dont il parle, parce que moi elle me fait chialer cette chanson...

[Mode analyse à 2 ronds OFF]

Je suis déjà sorti -> []

Comme je ne sais pas si catseyesss57 va éditer les paroles de Le Gaz, je les reposte avec quelques différences. [b]Le Gaz [/b] Tu t’es barrée comme ça Comme la fumée d’une clope Qui prend le large et la mer Boire c’est du cyanure Ton image qui se trame Dans le train moi je traine les boulevards Y a des vagues de toi Et y a moi qui divague à l’âme Comme un peu plus de sel sur la blessure Des amoureux qui s’aiment sur le quai de la guerre Des idées noires Tu t’es barrée comme ça Comme un homme à la mer Parti dans la fumée Oui mon cœur échoué Tu t’es barrée comme ça Comme un homme à la mer Mais manque à mes cotés Oui l’univers entier Tu t’es tracée dans l’air comme une fuite de gaz T’as laissé l’allumette entre mes mains ordure Et c’est moi qui ai craqué Et mon poing explosé dans le mur Tu t’es tirée comme ça Toi t’as tiré sur moi T’as shooté en plein vol J’ai gouté le bitume Des rivières aux paupières Et la mer qui me laisse l’amertume Tu m’as laissé comme ça Comme un homme à la mer Parti dans la fumée Oui l’univers entier Tu m’as laissé comme ça Comme un homme à la mer Parti dans la fumée Oui mon cœur échoué Oui mon cœur échoué J’ai allumé le gaz mais toi t’as pris le feu Même pas de quoi me bruler la dernière cigarette C’est mon cœur que tu fumes C’est la nuit qui s’allume Liberté dans l’effort tu brules mon regard Quand tu montres ton cul Quand tu te mets toute nue Perdue sur les boulevards Tu fais danser la rue Dans les flammes dans les chiottes Toi t’as jeté mon âme C’est toi qui as mis le feu Oui mais c’est moi qui crame J’ai traversé la nuit Et l’amour en vampire Accroché à mon cou La mélancolie Tu reviendras peut être car on revient toujours Et mon cœur à la fête en redemandera sans doute Tu me laisseras comme ça Comme un con sans abri Comme on laisse derrière soi Comme un chien dans la nuit Tu me laisseras comme ça Comme un con sans abri Comme on laisse derrière soi Comme un chien dans la nuit Tu me laisseras comme ça Comme un con sans abri Comme on laisse derrière soi Comme un chien dans la nuit Tu me laisseras comme ça Comme un con sans abri Comme on laisse derrière soi Comme un chien dans la nuit
melie Il y a 9 ans

Comme je ne sais pas si catseyesss57 va éditer les paroles de Le Gaz, je les reposte avec quelques différences.

Le Gaz

Tu t’es barrée comme ça
Comme la fumée d’une clope
Qui prend le large et la mer
Boire c’est du cyanure
Ton image qui se trame
Dans le train moi je traine les boulevards
Y a des vagues de toi
Et y a moi qui divague à l’âme
Comme un peu plus de sel sur la blessure
Des amoureux qui s’aiment sur le quai de la guerre
Des idées noires

Tu t’es barrée comme ça
Comme un homme à la mer
Parti dans la fumée
Oui mon cœur échoué
Tu t’es barrée comme ça
Comme un homme à la mer
Mais manque à mes cotés
Oui l’univers entier

Tu t’es tracée dans l’air comme une fuite de gaz
T’as laissé l’allumette entre mes mains ordure
Et c’est moi qui ai craqué
Et mon poing explosé dans le mur
Tu t’es tirée comme ça
Toi t’as tiré sur moi
T’as shooté en plein vol
J’ai gouté le bitume
Des rivières aux paupières
Et la mer qui me laisse l’amertume


Tu m’as laissé comme ça
Comme un homme à la mer
Parti dans la fumée
Oui l’univers entier
Tu m’as laissé comme ça
Comme un homme à la mer
Parti dans la fumée
Oui mon cœur échoué
Oui mon cœur échoué


J’ai allumé le gaz mais toi t’as pris le feu
Même pas de quoi me bruler la dernière cigarette
C’est mon cœur que tu fumes
C’est la nuit qui s’allume
Liberté dans l’effort tu brules mon regard
Quand tu montres ton cul
Quand tu te mets toute nue
Perdue sur les boulevards
Tu fais danser la rue
Dans les flammes dans les chiottes
Toi t’as jeté mon âme
C’est toi qui as mis le feu
Oui mais c’est moi qui crame
J’ai traversé la nuit
Et l’amour en vampire
Accroché à mon cou
La mélancolie
Tu reviendras peut être car on revient toujours
Et mon cœur à la fête en redemandera sans doute
Tu me laisseras comme ça
Comme un con sans abri
Comme on laisse derrière soi
Comme un chien dans la nuit

Tu me laisseras comme ça
Comme un con sans abri
Comme on laisse derrière soi
Comme un chien dans la nuit
Tu me laisseras comme ça
Comme un con sans abri
Comme on laisse derrière soi
Comme un chien dans la nuit
Tu me laisseras comme ça
Comme un con sans abri
Comme on laisse derrière soi
Comme un chien dans la nuit

Pour A Nos Amours : Tes rêves on a vendus Tes poings ont trop [b]Serré[/b] les clous A quoi tu penses? A nos amours
melie Il y a 9 ans

Pour A Nos Amours :

Tes rêves on a vendus
Tes poings ont trop
Serré les clous
A quoi tu penses?
A nos amours


bravo et merci a tous pour le boulot!ça nous aide vachement bien a déchiffrer la totalité de ses textes. Et surtout 3-4 jours après la sortie du triple...
thomas Il y a 9 ans

bravo et merci a tous pour le boulot!ça nous aide vachement bien a déchiffrer la totalité de ses textes.
Et surtout 3-4 jours après la sortie du triple...

Quelqu'un aurait une idée pour La Fin des Mondes et "Et puis tant pis s'ils sont [...] Ils sauront faire pousser les fleurs"
Cretch Il y a 9 ans

Quelqu'un aurait une idée pour La Fin des Mondes et

"Et puis tant pis s'ils sont [...]
Ils sauront faire pousser les fleurs"

j'entend : "il faudra leur couper les couilles Et puis tant pis s'ils sont cool Ils sauront faire pousser les fleurs"
kroke Il y a 9 ans

j'entend :

"il faudra leur couper les couilles
Et puis tant pis s'ils sont cool
Ils sauront faire pousser les fleurs"

Bizarrement, suis-je le seul à entendre : "Il faudra leur couper les couilles Et puis tant pis si le sang coule Histoire de faire pousser les fleurs"
Eliae Il y a 9 ans

Bizarrement, suis-je le seul à entendre :

"Il faudra leur couper les couilles
Et puis tant pis si le sang coule
Histoire de faire pousser les fleurs"

oui ca à l'air d'être ca
kroke Il y a 9 ans

oui ca à l'air d'être ca

Bonjour à tous, nouveau sur le forum voici une petite contribution pour [b]Fin des Mondes[/b] j'entends : Tu le sais quand on crève [b]Qui[/b] nous attend [b]?[/b] les vers De voir nos terres Toujours [b]le [/b]champs de blé La culture des misères J'emmerde Wall Street et les autres [b]Du [/b][u]Dieu pognon[/u], tous les apôtres Aux vagues emportant des [b]pays[/b] (référence au tsunami) Aux grands patrons du tout pourri Aux dictatures de nos réseaux Ta vie de merde sur des [b]photos[/b] (référence aux réseaux sociaux?) Tant pis s'il faut tout détruire [b]Si la Terre[/b] il faut reconstruire Moi je pisserai sur ta tombe Puis [b]j'y[/b] ferai l'amour à ma blonde voila, c'est pas grand chose en regard du travail que certains ont fourni, mais si ça peux aider.
syl20 Il y a 9 ans

Bonjour à tous,

nouveau sur le forum voici une petite contribution pour

Fin des Mondes

j'entends :

Tu le sais quand on crève
Qui nous attend ? les vers

De voir nos terres
Toujours le champs de blé
La culture des misères

J'emmerde Wall Street et les autres
Du Dieu pognon, tous les apôtres

Aux vagues emportant des pays (référence au tsunami)
Aux grands patrons du tout pourri

Aux dictatures de nos réseaux
Ta vie de merde sur des photos (référence aux réseaux sociaux?)

Tant pis s'il faut tout détruire
Si la Terre il faut reconstruire

Moi je pisserai sur ta tombe
Puis j'y ferai l'amour à ma blonde

voila, c'est pas grand chose en regard du travail que certains ont fourni, mais si ça peux aider.