Une histoire. Une histoire pleine de saéziennes et de saéziens. De rencontres autour de Damien. De ses concerts. De ses albums. De la passion de lui. Une histoire à épisodes et sans prétention. Juste pour le plaisir de prolonger encore et encore la magie. LULUTE 1- Elle trépignait devant le panneau SNCF, la fille. – Putain, mais c’est affiché où Pontarlier ? – Vous êtes de Pontarlier ? Elle s’est retournée, sourcils froncés, l’air renfrogné. – Oui. Pourquoi ? C’était trop tentant. J’allais sûrement me ramasser une baffe, mais tant pis. C’était vraiment trop tentant. – Et… vous avez montré votre cul dans tout Pontarlier ? Son visage s’est illuminé. – C’est pas vrai ! Un saézien. Ça court pourtant pas les rues. – Un saézien, oui. Un inconditionnel. Plus vraiment tout jeune, mais sûrement encore un peu con. Les larmes lui sont brusquement montées aux yeux. – Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce vous avez ? Qu’est-ce que j’ai dit ? – Non. Rien. C’est pas vous. C’est que… Ses larmes ont redoublé de plus belle. – Excusez-moi. Je suis idiote. – Restez pas là. Venez vous asseoir. Elle s’est laissée entraîner. A posé son sac sur le banc. En a extirpé un paquet de mouchoirs. – C’est que… J’adore mon compagnon. Je l’adore vraiment. Mais il est totalement allergique à Damien. Pire que ça : il le déteste. Si vous saviez comment c’est dur. Parce qu’il est tellement essentiel pour moi notre ours. Ses textes. Ses musiques. Sa voix. Tout. Alors pas pouvoir partager ça avec lui ! Pas pouvoir l’écouter ensemble. Pas pouvoir aller le voir en concert tous les deux. Comme là, l’autre jour, à Clermont. J’ai communié avec la salle, oui, bien sûr, mais sans lui. J’ai communié toute seule, finalement, en fait. Et c’est tout ça qui m’est remonté d’un coup. Qui m’a mis les yeux en marée haute, comme il dit notre Damien. Mais bon, c’est rien. Ça fait rien. Ça va passer. De temps en temps ça m’attrape comme ça. Ça dure jamais bien longtemps. – J’y étais. – Vous y étiez ? Où ça vous étiez ? – À Clermont. Dans la fosse. En plein milieu. – C’est pas vrai ! Et moi, à droite, vers le quinzième rang, pas loin derrière les filles qui ont lu le texte à l’entracte. – Un grand moment. – Ah, pour ça oui alors ! Et il y en a eu des tas de grands moments. D’abord Châtillon. C’est un monument, pour moi, Châtillon. Pour plein de raisons. – Et les enfants paradis ! C’était poignant. – Surtout avec toutes ces petites lumières des briquets partout dans la salle. – Et après quand… Elle a regardé sa montre. Fait la grimace. – Désolée, mais faut que j’y aille. Faut vraiment que j’y aille. Le temps que je trouve mon train. Le bon quai. Tout ça. – On se reverra peut-être, qui sait ? – Peut-être, oui. – À un concert, par exemple. Il y aura une tournée acoustique, l’an prochain. – Je sais, oui. J’ai griffonné mon adresse mail sur un bout de papier arraché en catastrophe à mon agenda. – Si jamais il vous prenait l’envie qu’on y aille ensemble… Faites-moi signe ! Elle l’a enfouie dans sa poche. Les larmes lui sont regrimpées aux yeux. Elle m’a tourné le dos. Et elle s’est éloignée. Sans un mot. Sans un regard en arrière. Et s’est perdue dans la foule. (à suivre)
francois19 Il y a 4 ans

Une histoire. Une histoire pleine de saéziennes et de saéziens. De rencontres autour de Damien. De ses concerts. De ses albums. De la passion de lui. Une histoire à épisodes et sans prétention. Juste pour le plaisir de prolonger encore et encore la magie.

LULUTE


1-

Elle trépignait devant le panneau SNCF, la fille.
– Putain, mais c’est affiché où Pontarlier ?
– Vous êtes de Pontarlier ?
Elle s’est retournée, sourcils froncés, l’air renfrogné.
– Oui. Pourquoi ?
C’était trop tentant. J’allais sûrement me ramasser une baffe, mais tant pis. C’était vraiment trop tentant.
– Et… vous avez montré votre cul dans tout Pontarlier ?
Son visage s’est illuminé.
– C’est pas vrai ! Un saézien. Ça court pourtant pas les rues.
– Un saézien, oui. Un inconditionnel. Plus vraiment tout jeune, mais sûrement encore un peu con.
Les larmes lui sont brusquement montées aux yeux.
– Qu’est-ce qu’il y a ? Qu’est-ce vous avez ? Qu’est-ce que j’ai dit ?
– Non. Rien. C’est pas vous. C’est que…
Ses larmes ont redoublé de plus belle.
– Excusez-moi. Je suis idiote.
– Restez pas là. Venez vous asseoir.
Elle s’est laissée entraîner. A posé son sac sur le banc. En a extirpé un paquet de mouchoirs.
– C’est que… J’adore mon compagnon. Je l’adore vraiment. Mais il est totalement allergique à Damien. Pire que ça : il le déteste. Si vous saviez comment c’est dur. Parce qu’il est tellement essentiel pour moi notre ours. Ses textes. Ses musiques. Sa voix. Tout. Alors pas pouvoir partager ça avec lui ! Pas pouvoir l’écouter ensemble. Pas pouvoir aller le voir en concert tous les deux. Comme là, l’autre jour, à Clermont. J’ai communié avec la salle, oui, bien sûr, mais sans lui. J’ai communié toute seule, finalement, en fait. Et c’est tout ça qui m’est remonté d’un coup. Qui m’a mis les yeux en marée haute, comme il dit notre Damien. Mais bon, c’est rien. Ça fait rien. Ça va passer. De temps en temps ça m’attrape comme ça. Ça dure jamais bien longtemps.
– J’y étais.
– Vous y étiez ? Où ça vous étiez ?
– À Clermont. Dans la fosse. En plein milieu.
– C’est pas vrai ! Et moi, à droite, vers le quinzième rang, pas loin derrière les filles qui ont lu le texte à l’entracte.
– Un grand moment.
– Ah, pour ça oui alors ! Et il y en a eu des tas de grands moments. D’abord Châtillon. C’est un monument, pour moi, Châtillon. Pour plein de raisons.
– Et les enfants paradis ! C’était poignant.
– Surtout avec toutes ces petites lumières des briquets partout dans la salle.
– Et après quand…
Elle a regardé sa montre. Fait la grimace.
– Désolée, mais faut que j’y aille. Faut vraiment que j’y aille. Le temps que je trouve mon train. Le bon quai. Tout ça.
– On se reverra peut-être, qui sait ?
– Peut-être, oui.
– À un concert, par exemple. Il y aura une tournée acoustique, l’an prochain.
– Je sais, oui.
J’ai griffonné mon adresse mail sur un bout de papier arraché en catastrophe à mon agenda.
– Si jamais il vous prenait l’envie qu’on y aille ensemble… Faites-moi signe !
Elle l’a enfouie dans sa poche. Les larmes lui sont regrimpées aux yeux. Elle m’a tourné le dos. Et elle s’est éloignée. Sans un mot. Sans un regard en arrière.
Et s’est perdue dans la foule.

(à suivre)

Elle mets les frissons ton histoire <3
Mhe64 Il y a 4 ans

Elle mets les frissons ton histoire <3

[quote="Mhe64"]Elle mets les frissons ton histoire <3[/quote] Merci d'avoir apprécié, Mhe64. Ça m'encourage à poursuivre cette histoire. Excellente journée à tous.
francois19 Il y a 4 ans

Elle mets les frissons ton histoire <3


Merci d'avoir apprécié, Mhe64.
Ça m'encourage à poursuivre cette histoire.
Excellente journée à tous.

2- Le surlendemain, j’avais un mail. « C’est moi, Ludivine. La fille de la gare de Lyon. Enfin de Pontarlier. La fille d’avant-hier, quoi ! Désolée de faire irruption, comme ça, dans votre boîte aux lettres, mais je tenais absolument à m’excuser. Parce que j’ai été d’une incorrection avec vous ! Je vous ai planté là sans même un au revoir. Le comble de la muflerie ! J’ai honte. D’un autre côté, c’est pas que je veuille me trouver à toute force des excuses, mais j’avais les yeux qu’avaient décidé de se remettre à fuir. Et je m’étais déjà assez donnée en spectacle comme ça, non, vous trouvez pas ? Vous avouerai-je que j’ai pleuré la moitié du voyage ? Comme une fontaine. Comme une désespérée. Parce qu’à cause de vous (ou grâce à vous?), j’avais mis des mots. Et ça fait exister les choses les mots. Ça leur donne de l’épaisseur. De la consistance. Ça peut faire s’apercevoir qu’elles sont insupportables les choses. Elles l’étaient. Elles le sont. Je ne partage pas Damien avec Baptiste. Je ne partage pas l’essentiel avec lui. Ça, c’était dit. Seulement, quand on tire un fil, il y a tout l’écheveau qui suit. Si on partageait pas ça, on partageait quoi alors, lui et moi ? J’ai eu beau chercher. Rien ! J’ai rien trouvé. Absolument rien. Enfin si ! Des broutilles. Et puis le quotidien. Ça, on partage. Et pas qu’un peu ! Les emmerdes de pognon. Les rages de dents. Les nuisances de voisinage. On est complètement englués là-dedans. Dans la routine. Le jour le jour. Tout est plat. Rectiligne. Il y a jamais rien qui dépasse. Même les vacances, elles sont planplan. Même la baise. On le fait, oui. De temps en temps. Par habitude. Par complaisance. Sans véritable plaisir. Sans aucune passion. Et c’est ça, ma vie ? Elle passe. Elle passe et il y a rien à mettre dedans. Rien qui vaille la peine. Vous vous souvenez des tableaux des concerts ? Ana Moreau. Évidemment que vous vous souvenez. Comment on pourrait oublier ça ? « Je suis pas malheureuse, mais qu’est-ce que je suis pas heureuse ! » qu’elle dit. Eh ben, voilà ! C’est exactement ça. C’est exactement moi. Et il y en a des milliers, des nanas, je suis sûre, qui ressentent la même chose. Seulement elles le disent pas. Seulement elles en parlent pas. Elles laissent croire. Elles se font croire. Elles ont un mec. Plus ou moins du boulot. Alors tout baigne. Elles sont les plus heureuses du monde. Ben, voyons ! Vaudrait mieux pas aller gratter. Cela étant, elles font ce qu’elles veulent, hein ! Elles pensent ce qu’elles veulent. Mais moi, j’veux pas, moi ! J’ai trente balais, merde ! Je veux qu’elle soit pleine ma vie. Toute remplie. Qu’elle me déborde de partout. Qu’elle soit, tiens, comme un concert de Damien qui s’arrêterait pas. Qui me mettrait le cœur à feu et à sang. Dont je me réveillerais jamais. Je rêve, hein ? Peut-être. Et puis peut-être pas. Mais si, je rêve. Parce que concrètement, qu’est-ce que je peux faire ? Quitter Baptiste ? Ça va m’avancer à quoi ? Est-ce que ma vie va en devenir, d’un seul coup, plus lumineuse pour autant ? Et je vais mettre quoi dedans ? Un autre amour ? Un vrai, cette fois. Oui, au début. Et puis après ça va s’étioler. Ça s’étiole toujours. Ou bien alors ça a pas le temps d’en arriver là. Ça se casse la figure au bout de quinze jours et t’en prends plein la gueule. Non, elle est pas là la solution. Sauf que je sais pas où elle est et que je sais même pas s’il y en a une. Alors si t’as une idée, toi, je suis preneuse. Hésite pas ! Pourquoi je te raconte tout ça ? Je te connais à peine. C’est tout juste si on a échangé vingt mots dans un hall de gare. Peut-être parce que tu aimes Damien et que ça, moi, ça m’inspire tout de suite confiance. Oui. sûrement même. Bon, mais je te laisse. Tu as certainement beaucoup mieux à faire que d’écouter mes élucubrations. LULUTE (C’est le petit surnom que je me donne en secret. Inutile que je te précise pourquoi.) » Je n’ai pas tardé à lui répondre. « Mais si, Lulute, il y a quelque chose dans ta vie. Mais si ! Il y a Damien. C’est pas rien, avoue, quand même ! C’est énorme. Vis-le à plein. Sans te torturer les neurones avec ce que tu voudrais qui s’y trouve d’autre. Dont tu n’as pas la moindre idée de ce que ça peut bien être. Ça viendra à son heure. Quand ce sera mûr. Ça s’imposera avec évidence. Pour le moment Damien, Damien et encore Damien. Elle est là la joie de vivre. Écoute-le , ! Réécoute-le ! Entre en contact avec d’autres passionnés. Parle avec eux ! Sors avec eux ! Échange avec eux ! Porte-la à incandescence ta passion pour lui. Ne t’en laisse pas détourner. Par quoi que ce soit. Tu m’as confié ton admiration pour Châtillon. Eh, bien va là-bas. Sur place. Baigne-toi dans l’atmosphère qui l’a façonné. Qui a contribué à le faire devenir ce qu’il est. Tu ne le regretteras pas, tu verras. Pour ma part, j’y suis déjà allé quatre fois. Avec toujours autant d’émotion. Et, rien que d’en parler… Il faut que j’y retourne. Il faut absolument que j’y retourne. J’y serai samedi. Et si toi aussi, non ? En laissant faire le hasard. C’est pas si grand, Châtillon. Bonne journée. À bientôt ? Julien (à suivre)
francois19 Il y a 4 ans

2-

Le surlendemain, j’avais un mail.
« C’est moi, Ludivine. La fille de la gare de Lyon. Enfin de Pontarlier. La fille d’avant-hier, quoi ! Désolée de faire irruption, comme ça, dans votre boîte aux lettres, mais je tenais absolument à m’excuser. Parce que j’ai été d’une incorrection avec vous ! Je vous ai planté là sans même un au revoir. Le comble de la muflerie ! J’ai honte. D’un autre côté, c’est pas que je veuille me trouver à toute force des excuses, mais j’avais les yeux qu’avaient décidé de se remettre à fuir. Et je m’étais déjà assez donnée en spectacle comme ça, non, vous trouvez pas ?
Vous avouerai-je que j’ai pleuré la moitié du voyage ? Comme une fontaine. Comme une désespérée. Parce qu’à cause de vous (ou grâce à vous?), j’avais mis des mots. Et ça fait exister les choses les mots. Ça leur donne de l’épaisseur. De la consistance. Ça peut faire s’apercevoir qu’elles sont insupportables les choses. Elles l’étaient. Elles le sont. Je ne partage pas Damien avec Baptiste. Je ne partage pas l’essentiel avec lui. Ça, c’était dit. Seulement, quand on tire un fil, il y a tout l’écheveau qui suit. Si on partageait pas ça, on partageait quoi alors, lui et moi ? J’ai eu beau chercher. Rien ! J’ai rien trouvé. Absolument rien. Enfin si ! Des broutilles. Et puis le quotidien. Ça, on partage. Et pas qu’un peu ! Les emmerdes de pognon. Les rages de dents. Les nuisances de voisinage. On est complètement englués là-dedans. Dans la routine. Le jour le jour. Tout est plat. Rectiligne. Il y a jamais rien qui dépasse. Même les vacances, elles sont planplan. Même la baise. On le fait, oui. De temps en temps. Par habitude. Par complaisance. Sans véritable plaisir. Sans aucune passion. Et c’est ça, ma vie ? Elle passe. Elle passe et il y a rien à mettre dedans. Rien qui vaille la peine. Vous vous souvenez des tableaux des concerts ? Ana Moreau. Évidemment que vous vous souvenez. Comment on pourrait oublier ça ? « Je suis pas malheureuse, mais qu’est-ce que je suis pas heureuse ! » qu’elle dit. Eh ben, voilà ! C’est exactement ça. C’est exactement moi. Et il y en a des milliers, des nanas, je suis sûre, qui ressentent la même chose. Seulement elles le disent pas. Seulement elles en parlent pas. Elles laissent croire. Elles se font croire. Elles ont un mec. Plus ou moins du boulot. Alors tout baigne. Elles sont les plus heureuses du monde. Ben, voyons ! Vaudrait mieux pas aller gratter. Cela étant, elles font ce qu’elles veulent, hein ! Elles pensent ce qu’elles veulent. Mais moi, j’veux pas, moi ! J’ai trente balais, merde ! Je veux qu’elle soit pleine ma vie. Toute remplie. Qu’elle me déborde de partout. Qu’elle soit, tiens, comme un concert de Damien qui s’arrêterait pas. Qui me mettrait le cœur à feu et à sang. Dont je me réveillerais jamais.
Je rêve, hein ? Peut-être. Et puis peut-être pas.
Mais si, je rêve. Parce que concrètement, qu’est-ce que je peux faire ? Quitter Baptiste ? Ça va m’avancer à quoi ? Est-ce que ma vie va en devenir, d’un seul coup, plus lumineuse pour autant ? Et je vais mettre quoi dedans ? Un autre amour ? Un vrai, cette fois. Oui, au début. Et puis après ça va s’étioler. Ça s’étiole toujours. Ou bien alors ça a pas le temps d’en arriver là. Ça se casse la figure au bout de quinze jours et t’en prends plein la gueule. Non, elle est pas là la solution. Sauf que je sais pas où elle est et que je sais même pas s’il y en a une. Alors si t’as une idée, toi, je suis preneuse. Hésite pas !
Pourquoi je te raconte tout ça ? Je te connais à peine. C’est tout juste si on a échangé vingt mots dans un hall de gare. Peut-être parce que tu aimes Damien et que ça, moi, ça m’inspire tout de suite confiance. Oui. sûrement même.
Bon, mais je te laisse. Tu as certainement beaucoup mieux à faire que d’écouter mes élucubrations.

LULUTE (C’est le petit surnom que je me donne en secret. Inutile que je te précise pourquoi.) »


Je n’ai pas tardé à lui répondre.
« Mais si, Lulute, il y a quelque chose dans ta vie. Mais si ! Il y a Damien. C’est pas rien, avoue, quand même ! C’est énorme. Vis-le à plein. Sans te torturer les neurones avec ce que tu voudrais qui s’y trouve d’autre. Dont tu n’as pas la moindre idée de ce que ça peut bien être. Ça viendra à son heure. Quand ce sera mûr. Ça s’imposera avec évidence. Pour le moment Damien, Damien et encore Damien. Elle est là la joie de vivre. Écoute-le , ! Réécoute-le ! Entre en contact avec d’autres passionnés. Parle avec eux ! Sors avec eux ! Échange avec eux ! Porte-la à incandescence ta passion pour lui. Ne t’en laisse pas détourner. Par quoi que ce soit. Tu m’as confié ton admiration pour Châtillon. Eh, bien va là-bas. Sur place. Baigne-toi dans l’atmosphère qui l’a façonné. Qui a contribué à le faire devenir ce qu’il est. Tu ne le regretteras pas, tu verras. Pour ma part, j’y suis déjà allé quatre fois. Avec toujours autant d’émotion. Et, rien que d’en parler… Il faut que j’y retourne. Il faut absolument que j’y retourne. J’y serai samedi. Et si toi aussi, non ? En laissant faire le hasard. C’est pas si grand, Châtillon.
Bonne journée.
À bientôt ?

Julien

(à suivre)

La magie des rencontres
Titane Il y a 4 ans

La magie des rencontres

Votre fanatisme m'impressionnera toujours.
AnonymeIl y a 4 ans

Votre fanatisme m'impressionnera toujours.

lulute est juste en manque de turlute
clem15700 Il y a 4 ans

lulute est juste en manque de turlute

Oh j'aime bien cette histoire moi. C'est joli.
Alextine Il y a 4 ans

Oh j'aime bien cette histoire moi. C'est joli.

Oui laissez-nous intacte notre fiction de la semaine. Ne l'égratignez pas de trop ! C'est quand même plus magique que le topic des licornes ! ;)
idem Il y a 4 ans

Oui laissez-nous intacte notre fiction de la semaine. Ne l'égratignez pas de trop ! C'est quand même plus magique que le topic des licornes !

Merci à vous tous de vos lectures et de vos appréciations. Et rendez-vous tout prochainement à Châtillon avec Lulute et Julien.
francois19 Il y a 4 ans

Merci à vous tous de vos lectures et de vos appréciations.
Et rendez-vous tout prochainement à Châtillon avec Lulute et Julien.

Bon texte, cela dit y a un petit coté "qui se donne l'air" qui me dérange, et qui me fait un peu trop penser aux tableaux, que je n'ai pas aimé pour la même raison. Mais c'est mon avis, continue, c'est bon !
AnonymeIl y a 4 ans

Bon texte, cela dit y a un petit coté "qui se donne l'air" qui me dérange, et qui me fait un peu trop penser aux tableaux, que je n'ai pas aimé pour la même raison. Mais c'est mon avis, continue, c'est bon !

Plutôt sympa en effet ces textes ! Il y a quelque chose. J'étais à Châtillon dimanche tiens, c'est joli et paisible Châtillon avec pas mal de soleil et d'eau.
Nulie Il y a 4 ans

Plutôt sympa en effet ces textes ! Il y a quelque chose.
J'étais à Châtillon dimanche tiens, c'est joli et paisible Châtillon avec pas mal de soleil et d'eau.

S'agissant de Châtillon, et histoire de se mettre dans l'ambiance, j'ai reposté hier, sur FB, (100% Saez), un enregistrement de Cedric Toinard, réalisé à Dijon en 2013. Damien y parle longuement, sur scène, de Châtillon, de Nelly et de Bruno. Et des photos permettent de bien visualiser les lieux. S'il y en a que ça intéresse…
francois19 Il y a 4 ans

S'agissant de Châtillon, et histoire de se mettre dans l'ambiance, j'ai reposté hier, sur FB, (100% Saez), un enregistrement de Cedric Toinard, réalisé à Dijon en 2013. Damien y parle longuement, sur scène, de Châtillon, de Nelly et de Bruno. Et des photos permettent de bien visualiser les lieux. S'il y en a que ça intéresse…

Moui, m'enfin ça fait à peu près 4 ans que c'est sur SaezLive ;) https://www.saezlive.net/events/view/253/3-avril-2013-zenith-dijon
Isa Il y a 4 ans

Moui, m'enfin ça fait à peu près 4 ans que c'est sur SaezLive
https://www.saezlive.net/events/view/253/3-avril-2013-zenith-dijon

Désolé… Mais comme je suis de surgissement récent sur SL, je n'ai pas encore eu le temps d'aller fouiner dans les malles au grenier, ni de déplacer les bonne bouteilles à la cave pour voir ce qui se cache derrière. ;)
francois19 Il y a 4 ans

Désolé…
Mais comme je suis de surgissement récent sur SL, je n'ai pas encore eu le temps d'aller fouiner dans les malles au grenier, ni de déplacer les bonne bouteilles à la cave pour voir ce qui se cache derrière.

Je veux bien me charger des bonnes bouteilles à la cave si besoin ;)
Alextine Il y a 4 ans

Je veux bien me charger des bonnes bouteilles à la cave si besoin

[quote="Alextine"]Je veux bien me charger des bonnes bouteilles à la cave si besoin ;)[/quote] Arsouille! ;)
francois19 Il y a 4 ans

Je veux bien me charger des bonnes bouteilles à la cave si besoin


Arsouille!

[quote="francois19"]Désolé… Mais comme je suis de surgissement récent sur SL, je n'ai pas encore eu le temps d'aller fouiner dans les malles au grenier, ni de déplacer les bonne bouteilles à la cave pour voir ce qui se cache derrière. ;)[/quote] C'est bien pour ça que je le signalais (et puis un peu d'auto-promo n'a jamais fait de mal ^^ )
Isa Il y a 4 ans

Désolé…
Mais comme je suis de surgissement récent sur SL, je n'ai pas encore eu le temps d'aller fouiner dans les malles au grenier, ni de déplacer les bonne bouteilles à la cave pour voir ce qui se cache derrière.

C'est bien pour ça que je le signalais (et puis un peu d'auto-promo n'a jamais fait de mal )

[quote="francois19"][quote="Alextine"]Je veux bien me charger des bonnes bouteilles à la cave si besoin ;)[/quote] Arsouille! ;)[/quote] C'est dur ! D'ailleurs Est-ce que ça se dit pour une femme ?
Alextine Il y a 4 ans

Je veux bien me charger des bonnes bouteilles à la cave si besoin


Arsouille!


C'est dur ! D'ailleurs Est-ce que ça se dit pour une femme ?

[quote="francois19"]Merci à vous tous de vos lectures et de vos appréciations. Et rendez-vous tout prochainement à Châtillon avec Lulute et Julien.[/quote] Salut Hâte de lire la suite.... j'en ai eu des frissons, ma situation est tellement proche de celle ta Lulute, (en plus vieille et avec des enfants !) .... Merci [quote="clem15700"]lulute est juste en manque de turlute[/quote] Ah c'est ça je me disais bien qu'il me manquait quelque chose .... ;-)
Petit.jour Il y a 4 ans

Merci à vous tous de vos lectures et de vos appréciations.
Et rendez-vous tout prochainement à Châtillon avec Lulute et Julien.

Salut
Hâte de lire la suite.... j'en ai eu des frissons, ma situation est tellement proche de celle ta Lulute, (en plus vieille et avec des enfants !) .... Merci

lulute est juste en manque de turlute

Ah c'est ça je me disais bien qu'il me manquait quelque chose ....

[quote="Alextine"][quote="francois19"][quote="Alextine"]Je veux bien me charger des bonnes bouteilles à la cave si besoin ;)[/quote] Arsouille! ;)[/quote] C'est dur ! D'ailleurs Est-ce que ça se dit pour une femme ?[/quote] Mais non, c'est pas dur! Tout est dans le ton de la voix. ;)
francois19 Il y a 4 ans

Je veux bien me charger des bonnes bouteilles à la cave si besoin


Arsouille!


C'est dur ! D'ailleurs Est-ce que ça se dit pour une femme ?


Mais non, c'est pas dur! Tout est dans le ton de la voix.

[quote="Petit.jour"][quote="francois19"]Merci à vous tous de vos lectures et de vos appréciations. Et rendez-vous tout prochainement à Châtillon avec Lulute et Julien.[/quote] Salut Hâte de lire la suite.... j'en ai eu des frissons, ma situation est tellement proche de celle ta Lulute, (en plus vieille et avec des enfants !) .... Merci [quote="clem15700"]lulute est juste en manque de turlute[/quote] Ah c'est ça je me disais bien qu'il me manquait quelque chose .... ;-)[/quote] Eh bien justement, là voilà, la suite. En espérant qu'elle continuera à te parler
francois19 Il y a 4 ans

Merci à vous tous de vos lectures et de vos appréciations.
Et rendez-vous tout prochainement à Châtillon avec Lulute et Julien.

Salut
Hâte de lire la suite.... j'en ai eu des frissons, ma situation est tellement proche de celle ta Lulute, (en plus vieille et avec des enfants !) .... Merci

lulute est juste en manque de turlute

Ah c'est ça je me disais bien qu'il me manquait quelque chose ....


Eh bien justement, là voilà, la suite. En espérant qu'elle continuera à te parler

3- J’étais sûr que c’était là que je la trouverais. Certain. Sur le banc juste en face de la Douix. Absorbée dans sa contemplation. – Lulute… Elle a tourné la tête, m’a tout de suite lancé. – Je voulais pas venir, tu sais ! – Ça tombe bien. Moi non plus. Elle m’a coulissé un regard de côté. – Menteur ! – Pas tant que toi! – N’empêche que c’est une belle connerie. – Parce que ? – Attends ! Attends ! On écoute d’abord Châtillon. Tu connais les paroles ? Par cœur ? Toutes ? Jusqu’au bout ? Oui ? On chante avec lui alors. Ce qu’on a fait. Avec infiniment d’émotion. Les yeux mi-clos. Elle a soupiré. – Qu’est-ce que c’est beau ! On recommence ? On a recommencé. Et puis on s’est tus. Un long silence. Juste la rumeur du ruisseau. Et le chant des grives. Un très long silence. Qu’elle a fini par rompre. – Tu sais, j’y suis déjà venue sur ce banc. – Avec Baptiste ? – Oh, non. Non. J’étais pas encore avec à l’époque. Non. En avril 2013 c’était. Le lendemain du Zénith de Dijon. Dans la file d’attente je l’avais rencontré le type. On avait sympathisé. Fait le concert ensemble. Chanté. Dansé. Crié. Après, au-dehors, on avait attendu Damien jusque tard dans la nuit. En parlant. De Châtillon, entre autres. Où ça nous a brusquement toqués d’aller, comme ça, d’un coup. On y est arrivés au petit matin. On s’est posés sur ce banc. Où il m’ a dit plein de choses. Qu’il avait toujours rêvé d’une fille comme moi. Que je lui mettais le cœur à l’envers. Qu’avant de me rencontrer il savait pas ce que c’était qu’être amoureux. Qu’il en était tout retourné. Et j’allais pas le décevoir au moins ? Après, on s’est promenés, longtemps, main dans la main. Et que je te jette des regards enamourés. Et que je te roule, tous les dix mètres, des baisers passionnés. Bref, au final on s’est retrouvés à l’hôtel. Où on a passé toute l’après-midi. Et la nuit d’après. Au matin, on s’est juré de se revoir. Bientôt. Très vite. Le plus tôt possible. Il me dirait. En attendant, il m’appellerait. Tous les jours. Promis, juré. Il ne l’a pas fait. Ni le lendemain ni le surlendemain ni le jour d’après. Il m’avait laissé un 06. C’est moi qu’ai fini par appeler. Il était pipeau le numéro. Je lui en ai voulu, mais voulu ! Pas tellement de m’avoir prise pour une conne. Je suis pas née de la dernière pluie : je le sais bien que les mecs, ils sont prêts à nous sortir n’importe quelles sornettes pour nous tirer. Et même que, souvent, ils y croient eux-mêmes. Du moins tant qu’ils nous ont pas eues. Après, c’est autre chose. Après, tout se dégonfle. De toute façon, j’avais pas eu le temps de m’investir vraiment. C’était allé tellement vite. Et puis, je le connaissais à peine, moi, ce type. Non, là où je lui en ai voulu, c’est d’avoir utilisé Damien pour arriver à ses fins. On n’y touche pas à Damien. C’est sacré, Damien. T’imagines ? Si ça tombe, cet espèce d’immonde petit salaud, il en a strictement rien à battre de lui. Il se pointe à ses concerts juste pour se lever des nanas. Ce serait bien le genre à ça. Mais ce qui m’a fait le plus mal… Tu sais ce qui m’a fait le plus mal ? C’est qu’il m’a sali Châtillon. Il me l’a gâché. C’était mythique pour moi Châtillon. L’endroit qui avait fait Damien. Des images. Des émotions. Des ressentis. Qui l’avaient marqué à tout jamais. Son épicentre. Je m’étais fait une véritable fête du jour où j’y viendrais pour la première fois. Un peu comme une espèce de communion avec lui. Et il m’a tout bousillé, l’autre ! C’est pour ça que j’hésitais tant à venir ce matin. Si c’était pour que t’en rajoutes une couche ! Et puis je me suis dit que peut-être au contraire finalement. Parce que toi, tu l’apprécies vraiment, Damien. Tu l’aimes vraiment. J’en suis sûre. Toi, j’ai confiance. Alors avec toi, si ça tombe, ça allait réparer. Effacer tout ça. Et c’est ce qui est en train de se passer. D’ailleurs… Elle a brièvement levé les yeux sur moi. – D’ailleurs, si j’osais, je te demanderais bien quelque chose… – Eh, bien, vas-y ! – C’est pas facile, pour une femme, de demander ça à un homme. – Essaie quand même. Son portable a sonné. – Et zut ! Baptiste… (à suivre)
francois19 Il y a 4 ans

3-

J’étais sûr que c’était là que je la trouverais. Certain. Sur le banc juste en face de la Douix. Absorbée dans sa contemplation.
– Lulute…
Elle a tourné la tête, m’a tout de suite lancé.
– Je voulais pas venir, tu sais !
– Ça tombe bien. Moi non plus.
Elle m’a coulissé un regard de côté.
– Menteur !
– Pas tant que toi!
– N’empêche que c’est une belle connerie.
– Parce que ?
– Attends ! Attends ! On écoute d’abord Châtillon. Tu connais les paroles ? Par cœur ? Toutes ? Jusqu’au bout ? Oui ? On chante avec lui alors.
Ce qu’on a fait. Avec infiniment d’émotion. Les yeux mi-clos.
Elle a soupiré.
– Qu’est-ce que c’est beau ! On recommence ?
On a recommencé. Et puis on s’est tus. Un long silence. Juste la rumeur du ruisseau. Et le chant des grives. Un très long silence. Qu’elle a fini par rompre.
– Tu sais, j’y suis déjà venue sur ce banc.
– Avec Baptiste ?
– Oh, non. Non. J’étais pas encore avec à l’époque. Non. En avril 2013 c’était. Le lendemain du Zénith de Dijon. Dans la file d’attente je l’avais rencontré le type. On avait sympathisé. Fait le concert ensemble. Chanté. Dansé. Crié. Après, au-dehors, on avait attendu Damien jusque tard dans la nuit. En parlant. De Châtillon, entre autres. Où ça nous a brusquement toqués d’aller, comme ça, d’un coup. On y est arrivés au petit matin. On s’est posés sur ce banc. Où il m’ a dit plein de choses. Qu’il avait toujours rêvé d’une fille comme moi. Que je lui mettais le cœur à l’envers. Qu’avant de me rencontrer il savait pas ce que c’était qu’être amoureux. Qu’il en était tout retourné. Et j’allais pas le décevoir au moins ? Après, on s’est promenés, longtemps, main dans la main. Et que je te jette des regards enamourés. Et que je te roule, tous les dix mètres, des baisers passionnés. Bref, au final on s’est retrouvés à l’hôtel. Où on a passé toute l’après-midi. Et la nuit d’après. Au matin, on s’est juré de se revoir. Bientôt. Très vite. Le plus tôt possible. Il me dirait. En attendant, il m’appellerait. Tous les jours. Promis, juré. Il ne l’a pas fait. Ni le lendemain ni le surlendemain ni le jour d’après. Il m’avait laissé un 06. C’est moi qu’ai fini par appeler. Il était pipeau le numéro. Je lui en ai voulu, mais voulu ! Pas tellement de m’avoir prise pour une conne. Je suis pas née de la dernière pluie : je le sais bien que les mecs, ils sont prêts à nous sortir n’importe quelles sornettes pour nous tirer. Et même que, souvent, ils y croient eux-mêmes. Du moins tant qu’ils nous ont pas eues. Après, c’est autre chose. Après, tout se dégonfle. De toute façon, j’avais pas eu le temps de m’investir vraiment. C’était allé tellement vite. Et puis, je le connaissais à peine, moi, ce type. Non, là où je lui en ai voulu, c’est d’avoir utilisé Damien pour arriver à ses fins. On n’y touche pas à Damien. C’est sacré, Damien. T’imagines ? Si ça tombe, cet espèce d’immonde petit salaud, il en a strictement rien à battre de lui. Il se pointe à ses concerts juste pour se lever des nanas. Ce serait bien le genre à ça. Mais ce qui m’a fait le plus mal… Tu sais ce qui m’a fait le plus mal ? C’est qu’il m’a sali Châtillon. Il me l’a gâché. C’était mythique pour moi Châtillon. L’endroit qui avait fait Damien. Des images. Des émotions. Des ressentis. Qui l’avaient marqué à tout jamais. Son épicentre. Je m’étais fait une véritable fête du jour où j’y viendrais pour la première fois. Un peu comme une espèce de communion avec lui. Et il m’a tout bousillé, l’autre ! C’est pour ça que j’hésitais tant à venir ce matin. Si c’était pour que t’en rajoutes une couche ! Et puis je me suis dit que peut-être au contraire finalement. Parce que toi, tu l’apprécies vraiment, Damien. Tu l’aimes vraiment. J’en suis sûre. Toi, j’ai confiance. Alors avec toi, si ça tombe, ça allait réparer. Effacer tout ça. Et c’est ce qui est en train de se passer. D’ailleurs…
Elle a brièvement levé les yeux sur moi.
– D’ailleurs, si j’osais, je te demanderais bien quelque chose…
– Eh, bien, vas-y !
– C’est pas facile, pour une femme, de demander ça à un homme.
– Essaie quand même.
Son portable a sonné.
– Et zut ! Baptiste…

(à suivre)

Merci pour la suite !! C'est fou, en lisant Lulute parler j'ai la voix d'Ana Moreau qui me vient !
Alextine Il y a 4 ans

Merci pour la suite !!
C'est fou, en lisant Lulute parler j'ai la voix d'Ana Moreau qui me vient !

Salut, Oh oui merci pour la suite mais j'en veux encore.... (Je vais passée pour une ado qui aime les histoires d'amours pleinnes de paillettes mais c'est pas grave va me rajeunira comme ça 😊). J'attend la suite avec impatience ... (Oui je suis curieuse et gourmande j'en veux toujours plus ) Moi aussi j'entends Anna Moreau c'est marrant.
Petit.jour Il y a 4 ans

Salut,
Oh oui merci pour la suite mais j'en veux encore.... (Je vais passée pour une ado qui aime les histoires d'amours pleinnes de paillettes mais c'est pas grave va me rajeunira comme ça 😊).
J'attend la suite avec impatience ... (Oui je suis curieuse et gourmande j'en veux toujours plus )
Moi aussi j'entends Anna Moreau c'est marrant.

[quote="Petit.jour"]Salut, Oh oui merci pour la suite mais j'en veux encore.... (Je vais passée pour une ado qui aime les histoires d'amours pleinnes de paillettes mais c'est pas grave va me rajeunira comme ça 😊). J'attend la suite avec impatience ... (Oui je suis curieuse et gourmande j'en veux toujours plus ) Moi aussi j'entends Anna Moreau c'est marrant.[/quote] si tu veux je peut ètre ton lulu brando ^^ aux passage j'aime beaucoup cette histoire avec lulutte j'aimerais bien vivre une chose similaire, j'aimerais tellement trouvé une femme qui a cette passion pour damien
clem15700 Il y a 4 ans

Salut,
Oh oui merci pour la suite mais j'en veux encore.... (Je vais passée pour une ado qui aime les histoires d'amours pleinnes de paillettes mais c'est pas grave va me rajeunira comme ça 😊).
J'attend la suite avec impatience ... (Oui je suis curieuse et gourmande j'en veux toujours plus )
Moi aussi j'entends Anna Moreau c'est marrant.


si tu veux je peut ètre ton lulu brando aux passage j'aime beaucoup cette histoire avec lulutte j'aimerais bien vivre une chose similaire, j'aimerais tellement trouvé une femme qui a cette passion pour damien

Il doit y en avoir un petit paquet ici de femmes passionnées de Damien @clem15700
Alextine Il y a 4 ans

Il doit y en avoir un petit paquet ici de femmes passionnées de Damien clem15700

Alors. Moi personnellement, l'histoire je trouve ça pas trop bien. Par contre tu as le mérite que la narration est pas trop mal... Mais trop de récupérations à mon goût qui font défauts à l'histoire générale. Dommage pour moi
AnonymeIl y a 4 ans

Alors. Moi personnellement, l'histoire je trouve ça pas trop bien. Par contre tu as le mérite que la narration est pas trop mal...
Mais trop de récupérations à mon goût qui font défauts à l'histoire générale.
Dommage pour moi

[quote="Alextine"]Il doit y en avoir un petit paquet ici de femmes passionnées de Damien @clem15700[/quote] ouais :S, Damien ne serait-il pas juste un prétexte parce-que Julien veut pécho lulute ?
bibounie Il y a 4 ans

Il doit y en avoir un petit paquet ici de femmes passionnées de Damien clem15700

ouais , Damien ne serait-il pas juste un prétexte parce-que Julien veut pécho lulute ?

[quote="Isa"]Moui, m'enfin ça fait à peu près 4 ans que c'est sur SaezLive ;) https://www.saezlive.net/events/view/253/3-avril-2013-zenith-dijon[/quote] Mais j'étais passé à côté de ça! :o merci merci ! Va falloir que je me remette à fouiller SL moi ^^
Marta012 Il y a 4 ans

Moui, m'enfin ça fait à peu près 4 ans que c'est sur SaezLive
https://www.saezlive.net/events/view/253/3-avril-2013-zenith-dijon
Mais j'étais passé à côté de ça! merci merci ! Va falloir que je me remette à fouiller SL moi