Le forum de la communauté SaezLive

C'est bien sombre tout ça ma chère @Marta012 :(
Alextine Il y a 1 an

C'est bien sombre tout ça ma chère Marta012

T’es beau Dans toutes les tenues, et nu T’es beau.
Marta012 Il y a 1 an

T’es beau
Dans toutes les tenues, et nu
T’es beau.

♫Moi, moi, moi, moi, je n'la crois pas trop Visage pâle, et nom d'animal♫ (Pardon pour cette intervention)
Suzie Il y a 1 an

♫Moi, moi, moi, moi, je n'la crois pas trop
Visage pâle, et nom d'animal♫

(Pardon pour cette intervention)

[quote="Marta012"]T’es beau Dans toutes les tenues, et nu T’es beau.[/quote] Parce que ça m'a fait penser à toi https://www.youtube.com/watch?v=XBTIJ04GBsM <3
zaël Il y a 1 an

T’es beau
Dans toutes les tenues, et nu
T’es beau.


Parce que ça m'a fait penser à toi


https://www.youtube.com/watch?v=XBTIJ04GBsM

<3

https://youtu.be/wEmEsHX5dG4 Désolée, mais c'est la première image qui m'est venue :D
X Il y a 1 an


https://youtu.be/wEmEsHX5dG4
Désolée, mais c'est la première image qui m'est venue

Je préfère Pauline Croze ^^
Marta012 Il y a 1 an

Je préfère Pauline Croze

Le 12, tu sors

Parait qu’il faut fêter sa naissance, chaque année, pour se féliciter d’avoir réussi à vivre jusque-là. Alors c’est maintenant? C’est le moment où « faut fêter ça ». J'vais rien fêter moi, j'ai pas le cœur à ça, puis je l'ai jamais vraiment eu je crois. J'vais pas fêter ça, vous voulez fêter quoi, t'façon, y a rien de gai. Y a pas eu grand-chose de gai dans toutes ses années. Moi j'ai plutôt envie de me planquer. J’ai les pieds mouillés et le cœur froid. Mais je marche sous la pluie et je pourrais continuer des heures ainsi. Je ne crains plus ni l’eau ni le froid. J’ai les pieds mouillés et le cœur froid, et c’est comme ça. Je marche sans destination, il n’y en a pas. Marta c’est pas moi
Marta012 Il y a 1 an

Parait qu’il faut fêter sa naissance, chaque année, pour se féliciter d’avoir réussi à vivre jusque-là.
Alors c’est maintenant? C’est le moment où « faut fêter ça ». J'vais rien fêter moi, j'ai pas le cœur à ça, puis je l'ai jamais vraiment eu je crois. J'vais pas fêter ça, vous voulez fêter quoi, t'façon, y a rien de gai. Y a pas eu grand-chose de gai dans toutes ses années.
Moi j'ai plutôt envie de me planquer.

J’ai les pieds mouillés et le cœur froid. Mais je marche sous la pluie et je pourrais continuer des heures ainsi. Je ne crains plus ni l’eau ni le froid. J’ai les pieds mouillés et le cœur froid, et c’est comme ça. Je marche sans destination, il n’y en a pas.

Marta c’est pas moi

C'est jamais nous que les autres voient. C'est toujours un autre :)
AnonymeIl y a 1 an

C'est jamais nous que les autres voient. C'est toujours un autre

Je la vois passer tous les matins. Souvent elle a les yeux qui brillent. Parfois, elle pleure. Je la vois passer tous les matins,toujours à la même heure. Certains jours elle a froid. D’autres, elle chantonne. Elle a toujours ses écouteurs. Je ne sais pas ce qu’elle écoute mais ça la rend triste. Je ne sais pas où elle va mais ça la rend triste aussi je crois. Elle est comme cachée dans son écharpe, comme protégée, du froid. Du froid dehors et du froid dedans. Je la vois passer tous les matins. Je ne sais pas qui elle est, mais j’ai l’impression de la connaître, tous les jours un peu plus, en la voyant passer. Tous les matins. Je ne lui ai jamais parlé, j’aurais trop peur de la déranger dans ses pensées. Elle est belle quand elle pense. Ça ne dure pas longtemps mais chaque matin je l’attends. J’attends qu’elle passe et je la regarde au loin s'éloigner. Je me demande combien de temps je pourrais la voir passer, combien de matins, combien de chagrins. Je vois du chagrin dans ses yeux, je sens de la nostalgie dans son regard. Parfois elle marche avec entrain, parfois elle a le pas lourd et lent. Dans ces moments j’aurais envie de me lever et d’aller la consoler. Mais je reste assis là par terre, je me fais tout petit. Je la vois passer tous les matins
Marta012 Il y a 1 an

Je la vois passer tous les matins. Souvent elle a les yeux qui brillent. Parfois, elle pleure.
Je la vois passer tous les matins,toujours à la même heure. Certains jours elle a froid.
D’autres, elle chantonne. Elle a toujours ses écouteurs. Je ne sais pas ce qu’elle écoute mais ça la rend triste. Je ne sais pas où elle va mais ça la rend triste aussi je crois.
Elle est comme cachée dans son écharpe, comme protégée, du froid. Du froid dehors et du froid dedans.
Je la vois passer tous les matins.
Je ne sais pas qui elle est, mais j’ai l’impression de la connaître, tous les jours un peu plus, en la voyant passer. Tous les matins.
Je ne lui ai jamais parlé, j’aurais trop peur de la déranger dans ses pensées. Elle est belle quand elle pense. Ça ne dure pas longtemps mais chaque matin je l’attends. J’attends qu’elle passe et je la regarde au loin s'éloigner. Je me demande combien de temps je pourrais la voir passer, combien de matins, combien de chagrins.
Je vois du chagrin dans ses yeux, je sens de la nostalgie dans son regard. Parfois elle marche avec entrain, parfois elle a le pas lourd et lent. Dans ces moments j’aurais envie de me lever et d’aller la consoler. Mais je reste assis là par terre, je me fais tout petit.

Je la vois passer tous les matins

_ Demain tu reviens. Toujours la nuit. Dans la pénombre tu t’installes. Et discrètement, au matin, tu disparais. En un battement de cil, tu n’es plus qu’un souvenir. Demain, tu reviens. *
Marta012 Il y a 1 an

_
Demain tu reviens. Toujours la nuit. Dans la pénombre tu t’installes. Et discrètement, au matin, tu disparais. En un battement de cil, tu n’es plus qu’un souvenir.
Demain, tu reviens.
*

Quand est ce qu’on arrête d’aimer ? Et me dites pas que l’amour c’est beau L’amour des corps, y a qu’ça de vrai, L’amour des corps ne ment pas, Le reste n’est que souffrance du cœur et de l’âme. Le corps quand il parle, est sincère et franc Pas besoin de mots. Mais quand est ce qu’on arrête d’aimer ? Aimer une âme c’est abandonner la sienne. Aimez mon corps, vous le faites bien, Aimez mon corps, vous me faites du bien. Les nuits d’amour sont chaudes mais les souvenirs sont froids. Quand est-ce que ça recommence ?
Marta012 Il y a 1 an

Quand est ce qu’on arrête d’aimer ?
Et me dites pas que l’amour c’est beau
L’amour des corps, y a qu’ça de vrai,
L’amour des corps ne ment pas,
Le reste n’est que souffrance du cœur et de l’âme.
Le corps quand il parle, est sincère et franc
Pas besoin de mots.
Mais quand est ce qu’on arrête d’aimer ?
Aimer une âme c’est abandonner la sienne.
Aimez mon corps, vous le faites bien,
Aimez mon corps, vous me faites du bien.
Les nuits d’amour sont chaudes mais les souvenirs sont froids.

Quand est-ce que ça recommence ?

Le temps passe et puis c’est tout. J’ai donné mon coeur, puis j’ai donné mon corps, j’en suis ressortie pleine de bleus. Les deux fois. Ecchymoses sur les genoux, j’m’en fous. C’est plus facile à supporter, et à cacher. Les bleus à l’âme me tuent. déchirée, rafistolée, mais c’est mal fait ça saigne encore, quand j’appuie dessus. Les blessures au corps me laissent indifférentes, les traces physiques s’estompent, elles. Jusqu’à s’effacer complètement. La peau cicatrise, l’hémorragie s’arrête. Comme si de rien n’était Écoutez les cris dans la nuit. Doux mélange de rage, souffrance, plaisir, tristesse et jouissance. C’est fini. Les bleus sur les genoux j’m’en fous. Le temps passe et puis c’est tout.
Marta012 Il y a 1 an

Le temps passe et puis c’est tout.
J’ai donné mon coeur, puis j’ai donné mon corps, j’en suis ressortie pleine de bleus. Les deux fois.
Ecchymoses sur les genoux, j’m’en fous. C’est plus facile à supporter, et à cacher. Les bleus à l’âme me tuent. déchirée, rafistolée, mais c’est mal fait ça saigne encore, quand j’appuie dessus.
Les blessures au corps me laissent indifférentes, les traces physiques s’estompent, elles. Jusqu’à s’effacer complètement. La peau cicatrise, l’hémorragie s’arrête. Comme si de rien n’était
Écoutez les cris dans la nuit. Doux mélange de rage, souffrance, plaisir, tristesse et jouissance.
C’est fini.

Les bleus sur les genoux j’m’en fous. Le temps passe et puis c’est tout.

[b] Lettre à la mer[/b] Je t’aime, malgré notre passé. On aime toujours sa maman quand on est un enfant je crois,quoi qu’il arrive. On pardonne, on est jamais vraiment énervé contre quelqu’un que l’on aime sincèrement. Malgré les pleurs et la colère. Malgré l’incompréhension et le sentiment d’abandon trop souvent ressentis. Mais à côté de ça j’ai connu les bisous, les câlins et l’amour d’une maman. Les 500 bises qu’on se faisait, les câlins dans le manteau tout doux dans lequel je me réfugiais, tes bras que j’embrassais parce que j’aimais ta peau. T’étais mon repère parce que j’etais perdu parmi tout ce monde, dans le monde des grands. Bien sûr j’ai connu ça mais j’ai aussi connu la colère d’une inconnue qui m’disait d’aller dans ma chambre de la laisser tranquille, le mépris d’une inconnue et le sentiment de déranger et du coup de ne jamais être à ma place même pas chez moi. C’est dur de ne pas reconnaître sa mère . Ça t’perturbe un gosse quand il n’a plus de repère pendant une semaine. T’es perdu quand t’as 6 ou 8 ans et qu’elle met la semaine à s’en remettre. Tu comprends pas toi, c’qui lui arrive, tu sais pas pourquoi elle est comme ça. Pourquoi elle est pas normale, pas comme les autres mamans, celles des copines chez qui tu vas? Tu sais pas à 8 ans, tu sauras toujours pas à 11, pourquoi elle fait ça même si tu commence à comprendre c’qu’elle fait en cachette. Et tu sais les effets,tu les connais. Tu sais que quand quelqu’un devient comme ça c’est une autre personnalité qui ressort, c’est plus la même maman . A 6 ans tu sais pas pourquoi elle est bizarre, à 12 tu commence à comprendre quand tu lis l’étiquette de la bouteille que c’est une boisson de grand qui rend les gens méchants . Mais à 10 ans comme à 13ans tu sais rien dire alors tu subis et t’attends. T’attends le retour de maman. Elle revient toujours. T’attends mais t’aimerais comprendre quand même, et comme t’as personne autour de toi de très causant ben t’es face à un mur mais y’a bien quelqu’un qui va savoir te dire quelque chose non? Y’a pas quelqu’un qui va parler qui va un tant soi peu t’expliquer c’qui s’passe ? Y’a deux grands jamais loin mais eux non plus savent pas, mais ils sont là au moins pour pouvoir s’échapper, s’accrocher. C’était pas mon papa mais c’etait un peu mon deuxième papa. Il m’a donné l’amour qu’on avait pas su me donner, et les repères, le modèle. A 17ans t’as envie de savoir alors tu poses des questions mais c’est pas très convaincant on te dit « on a essayé » « c’est compliqué » c’est pas vraiment c’que t’attendais. Du coup tu repars pas plus soulagé, pas aidé. Tant pis tu continue.. c’est la vie c’est comme ça c’est ta vie tu fais avec. T’es pas comme les autres mais bon qui est « comme les autres » au final? C’est quoi être comme les autres, est ce que ça existe même? Puis t’en fais ta force, t’essaie d’en tirer du positif puis hé personne n’est mort. Pas encore. Mais ça fait peur alors n’y pense pas trop fort. Mais y a un jour où quand tu crois que tout est résolu, c’est bon on en souffre plus ça va en fait c’est passé on a grandi c’est bon. On a tous grandi on fait notre vie. Ben c’est quand tu crois que tout va bien que tu t’rends compte que tout c’que t’as enterré faut l’ressortir, ouais parce qu’en fait tout ça ça t’as creusé. T’as grandi comme ça mais t’as grandi avec un trou. Et t’as essayé de le masquer mais aujourd’hui c’est plus possible. Parce qu’aujourd’hui le trou tu tombes dedans parce que mettre juste un voile ça n’à pas suffi c’est pas assez solide. Le voile quand tu pose le bout du pied ça va mais quand tu y va franchement ça tient pas. Pouf t’es au sol tu comprends pas pourquoi. Ben merde qu’est ce que j’fous par terre et pourquoi j’arrive pas à me relever? Les gars je fais quoi? Ah ben t’façon y’a personne. Bon ben si y’a pas d’main pour te relever, ou si tu n’en veux pas, ben tu vas utiliser ta force. On en a tous une suffit d’aller la chercher, ouais faut s’énerver un peu pour ça par contre, faut s’bouger, pour se relever, tout seul comme un grand. Parce que t’es grand maintenant. Et maintenant que tu sais un peu pourquoi c’trou est là tu vas pouvoir trouver de quoi le reboucher, pour reposer les deux pieds et marcher, et marcher, avancer. Arrêter de t’angoisser, arrêter de paniquer. Respirer et marcher.
Marta012 Il y a 1 an


Lettre à la mer

Je t’aime, malgré notre passé. On aime toujours sa maman quand on est un enfant je crois,quoi qu’il arrive. On pardonne, on est jamais vraiment énervé contre quelqu’un que l’on aime sincèrement. Malgré les pleurs et la colère. Malgré l’incompréhension et le sentiment d’abandon trop souvent ressentis. Mais à côté de ça j’ai connu les bisous, les câlins et l’amour d’une maman. Les 500 bises qu’on se faisait, les câlins dans le manteau tout doux dans lequel je me réfugiais, tes bras que j’embrassais parce que j’aimais ta peau. T’étais mon repère parce que j’etais perdu parmi tout ce monde, dans le monde des grands. Bien sûr j’ai connu ça mais j’ai aussi connu la colère d’une inconnue qui m’disait d’aller dans ma chambre de la laisser tranquille, le mépris d’une inconnue et le sentiment de déranger et du coup de ne jamais être à ma place même pas chez moi. C’est dur de ne pas reconnaître sa mère . Ça t’perturbe un gosse quand il n’a plus de repère pendant une semaine. T’es perdu quand t’as 6 ou 8 ans et qu’elle met la semaine à s’en remettre. Tu comprends pas toi, c’qui lui arrive, tu sais pas pourquoi elle est comme ça. Pourquoi elle est pas normale, pas comme les autres mamans, celles des copines chez qui tu vas? Tu sais pas à 8 ans, tu sauras toujours pas à 11, pourquoi elle fait ça même si tu commence à comprendre c’qu’elle fait en cachette. Et tu sais les effets,tu les connais. Tu sais que quand quelqu’un devient comme ça c’est une autre personnalité qui ressort, c’est plus la même maman . A 6 ans tu sais pas pourquoi elle est bizarre, à 12 tu commence à comprendre quand tu lis l’étiquette de la bouteille que c’est une boisson de grand qui rend les gens méchants . Mais à 10 ans comme à 13ans tu sais rien dire alors tu subis et t’attends. T’attends le retour de maman. Elle revient toujours. T’attends mais t’aimerais comprendre quand même, et comme t’as personne autour de toi de très causant ben t’es face à un mur mais y’a bien quelqu’un qui va savoir te dire quelque chose non? Y’a pas quelqu’un qui va parler qui va un tant soi peu t’expliquer c’qui s’passe ? Y’a deux grands jamais loin mais eux non plus savent pas, mais ils sont là au moins pour pouvoir s’échapper, s’accrocher. C’était pas mon papa mais c’etait un peu mon deuxième papa. Il m’a donné l’amour qu’on avait pas su me donner, et les repères, le modèle.
A 17ans t’as envie de savoir alors tu poses des questions mais c’est pas très convaincant on te dit « on a essayé » « c’est compliqué » c’est pas vraiment c’que t’attendais. Du coup tu repars pas plus soulagé, pas aidé. Tant pis tu continue.. c’est la vie c’est comme ça c’est ta vie tu fais avec. T’es pas comme les autres mais bon qui est « comme les autres » au final? C’est quoi être comme les autres, est ce que ça existe même? Puis t’en fais ta force, t’essaie d’en tirer du positif puis hé personne n’est mort. Pas encore. Mais ça fait peur alors n’y pense pas trop fort.
Mais y a un jour où quand tu crois que tout est résolu, c’est bon on en souffre plus ça va en fait c’est passé on a grandi c’est bon. On a tous grandi on fait notre vie. Ben c’est quand tu crois que tout va bien que tu t’rends compte que tout c’que t’as enterré faut l’ressortir, ouais parce qu’en fait tout ça ça t’as creusé. T’as grandi comme ça mais t’as grandi avec un trou. Et t’as essayé de le masquer mais aujourd’hui c’est plus possible. Parce qu’aujourd’hui le trou tu tombes dedans parce que mettre juste un voile ça n’à pas suffi c’est pas assez solide. Le voile quand tu pose le bout du pied ça va mais quand tu y va franchement ça tient pas. Pouf t’es au sol tu comprends pas pourquoi. Ben merde qu’est ce que j’fous par terre et pourquoi j’arrive pas à me relever? Les gars je fais quoi? Ah ben t’façon y’a personne. Bon ben si y’a pas d’main pour te relever, ou si tu n’en veux pas, ben tu vas utiliser ta force. On en a tous une suffit d’aller la chercher, ouais faut s’énerver un peu pour ça par contre, faut s’bouger, pour se relever, tout seul comme un grand. Parce que t’es grand maintenant.
Et maintenant que tu sais un peu pourquoi c’trou est là tu vas pouvoir trouver de quoi le reboucher, pour reposer les deux pieds et marcher, et marcher, avancer. Arrêter de t’angoisser, arrêter de paniquer. Respirer et marcher.

"Vivre la vie c'est la solution à la vie" Merci Franck Lopvet
Marta012 Il y a 1 an

"Vivre la vie c'est la solution à la vie"
Merci Franck Lopvet

J'peux pas écrire. Et le matin j'peux pas me lever. Le matin j'peux pas me lever, j'peux pas affronter la journée, tout ce qui fait une journée. En milieu de journée ça va, et plus la journée file, plus j'ai peur. J'ai peur de rentrer, j'ai peur de mon appartement, j'ai peur du lendemain. Du lendemain matin, du réveil. De la boule au ventre, de l'envie de pleurer. J'ai peur d'avoir peur. J'ai peur de vivre. J'ai peur de la solitude qui envahit mon corps tout entier, du désespoir, qui me mange. A chaque épreuve un peu plus. On m'fait une pichenette et moi j'tombe par terre, j'suis KO. Comment on éteint la machine? Toujours ça se répète, et toujours on m'abandonne ou on ne veut plus de moi, d'un seul coup, pour rien et sans rien dire. Quand est-ce que ça a commencé? Aucune idée, si je pouvais rejouer le film, revoir et comprendre... "- Va jouer dans ta chambre -Mais pourquoi, je regarde la télé là -Monte -Mais pourquoi, tu fais rien là, t'as pas besoin du salon, ya personne? Pourquoi tu veux me faire monter alors que je regarde sagement l'écran, je dis rien, je demande rien, j'suis juste assise là, j'te demande rien. -Monte! - D'accord..." C'est violent de partir sans rien dire, de s'effacer complètement comme si rien n'avait jamais existé. Comme si chaque instant n'avait jamais existé. Jamais. Mais je sais qu'il est là quelque part dans la ville, je peux le croiser, il peut me croiser, croiser mon regard. Et voir. La cruauté du geste, la violence de ses actions, de ses non-dits, tout. L'humiliation et l'irrespect. Il me fout par terre, il pourrait au moins avoir un regard, faire semblant d'être désolé, au moins. Je sais pas, je mets n'importe quelle explication, puisque j'en ai pas, que je n'en aurais jamais, vraiment jamais, un vrai jamais, de plus jamais. Il n'existe plus, je n'existe plus. Donc je monte dans ma chambre. Et c'est tout.
Marta012 Il y a 1 an

J'peux pas écrire. Et le matin j'peux pas me lever. Le matin j'peux pas me lever, j'peux pas affronter la journée, tout ce qui fait une journée. En milieu de journée ça va, et plus la journée file, plus j'ai peur. J'ai peur de rentrer, j'ai peur de mon appartement, j'ai peur du lendemain. Du lendemain matin, du réveil. De la boule au ventre, de l'envie de pleurer. J'ai peur d'avoir peur. J'ai peur de vivre. J'ai peur de la solitude qui envahit mon corps tout entier, du désespoir, qui me mange. A chaque épreuve un peu plus. On m'fait une pichenette et moi j'tombe par terre, j'suis KO. Comment on éteint la machine?

Toujours ça se répète, et toujours on m'abandonne ou on ne veut plus de moi, d'un seul coup, pour rien et sans rien dire. Quand est-ce que ça a commencé? Aucune idée, si je pouvais rejouer le film, revoir et comprendre...
"- Va jouer dans ta chambre
-Mais pourquoi, je regarde la télé là
-Monte
-Mais pourquoi, tu fais rien là, t'as pas besoin du salon, ya personne? Pourquoi tu veux me faire monter alors que je regarde sagement l'écran, je dis rien, je demande rien, j'suis juste assise là, j'te demande rien.
-Monte!
- D'accord..."


C'est violent de partir sans rien dire, de s'effacer complètement comme si rien n'avait jamais existé. Comme si chaque instant n'avait jamais existé. Jamais. Mais je sais qu'il est là quelque part dans la ville, je peux le croiser, il peut me croiser, croiser mon regard. Et voir. La cruauté du geste, la violence de ses actions, de ses non-dits, tout. L'humiliation et l'irrespect. Il me fout par terre, il pourrait au moins avoir un regard, faire semblant d'être désolé, au moins. Je sais pas, je mets n'importe quelle explication, puisque j'en ai pas, que je n'en aurais jamais, vraiment jamais, un vrai jamais, de plus jamais. Il n'existe plus, je n'existe plus.

Donc je monte dans ma chambre. Et c'est tout.

« Le vent nous portera » Même si ça s’efface, ça fait partie d’un tout, ça fait partie de nous Je crois que c’est ça que je voulais écrire ?
Marta012 Il y a 1 an

« Le vent nous portera »
Même si ça s’efface, ça fait partie d’un tout, ça fait partie de nous

Je crois que c’est ça que je voulais écrire ?

Putain Ça m'rend ouf. C'que tu fais ça m'rend ouf. C'que t'as pas fait aussi, surtout. Putain tu l'as laissée rentrer et pas moi quoi. Putain t'es con quand même t'as loupé un truc. T'as tout bousillé. Tu m'as toute bousillée, bien joué. Maintenant j'suis là avec mes 50E qui partent en fumée sur mon pauv' balcon. Putain ça craint. Elle doit bien prendre soin de toi. Tant mieux va. Moi j'aime pas qu'on prenne soin de moi ça m'fait peur. Et j'sais pas le faire toute seule, J'sais pas me protéger alors je fonce comme ça. Si j'dois crever bah ok.
Marta012 Il y a 6 mois

Putain Ça m'rend ouf. C'que tu fais ça m'rend ouf. C'que t'as pas fait aussi, surtout. Putain tu l'as laissée rentrer et pas moi quoi. Putain t'es con quand même t'as loupé un truc. T'as tout bousillé. Tu m'as toute bousillée, bien joué. Maintenant j'suis là avec mes 50E qui partent en fumée sur mon pauv' balcon. Putain ça craint.
Elle doit bien prendre soin de toi. Tant mieux va. Moi j'aime pas qu'on prenne soin de moi ça m'fait peur. Et j'sais pas le faire toute seule, J'sais pas me protéger alors je fonce comme ça.
Si j'dois crever bah ok.

On peut faire une dé-rencontre? Ben non on peut pas ça existe pas. Une fois qu on s'est rencontré c'est pour la vie. On peut pas ne plus connaître quelqu'un enfin, alors pourquoi tu me connais plus? On pourrait se re rencontrer,ah ouais ça ça serait vachement chouette. On recommence à zero. On refait. Tout pareil, tu vois même tout pareil j'veux bien. Tout pareil et tout aussi triste je veux bien, pour pouvoir te re rencontrer. Parce que te rencontrer c'est si beau que je peux souffrir encore et toute ma vie. Pour te rencontrer toujours et vivre ça a l'infini. Te rencontrer à l'infini. Et t'aimer.
Marta012 Il y a 5 mois

On peut faire une dé-rencontre? Ben non on peut pas ça existe pas. Une fois qu on s'est rencontré c'est pour la vie. On peut pas ne plus connaître quelqu'un enfin, alors pourquoi tu me connais plus? On pourrait se re rencontrer,ah ouais ça ça serait vachement chouette. On recommence à zero. On refait. Tout pareil, tu vois même tout pareil j'veux bien. Tout pareil et tout aussi triste je veux bien, pour pouvoir te re rencontrer. Parce que te rencontrer c'est si beau que je peux souffrir encore et toute ma vie. Pour te rencontrer toujours et vivre ça a l'infini. Te rencontrer à l'infini. Et t'aimer.

C'est moi la belle au bois qui fait la pute en soirée Merci maman merci papa
Marta012 Il y a 4 mois

C'est moi la belle au bois qui fait la pute en soirée
Merci maman merci papa

J'croyais que la vie s'ouvrait à moi mais t'en veux pas. J'ai cru que c'était là mais toi t'en veux pas T'as même pas menti donc j't'en veux pas Je t'en voudrais de m'avoir brisée mais j'y arrive pas.
Marta012 Il y a 2 mois


J'croyais que la vie s'ouvrait à moi mais t'en veux pas. J'ai cru que c'était là mais toi t'en veux pas
T'as même pas menti donc j't'en veux pas

Je t'en voudrais de m'avoir brisée mais j'y arrive pas.

Meme quand je range le matos je suis obligee de le ressortir alors que j'étais couchée. Alors que jme leve dans 5h. Et jveux pas louper le train.mais jfais tout pour. C'est quoi? Jveux me prouver quoi là ? Je cherche à m'en vouloir? Mais jusqu'à quand? Jusqua quand je vais me flageller comme ca? Quand est ce que j'arrêterai de me faire mal. Jattends ptet qu'un autre le fasse. Quand c'est moi ca fait meme plus rien. Je ressens plus rien, j'ai le coeur froid. Ya qu'toi qui peut le rechauffer. Ya que toi qui a su. Ptet que jveux plus dormir jveux plus rêver C'est nul j'effacerai ça demain
Marta012 Il y a 2 mois

Meme quand je range le matos je suis obligee de le ressortir alors que j'étais couchée. Alors que jme leve dans 5h. Et jveux pas louper le train.mais jfais tout pour. C'est quoi? Jveux me prouver quoi là ?
Je cherche à m'en vouloir? Mais jusqu'à quand? Jusqua quand je vais me flageller comme ca? Quand est ce que j'arrêterai de me faire mal. Jattends ptet qu'un autre le fasse. Quand c'est moi ca fait meme plus rien. Je ressens plus rien, j'ai le coeur froid. Ya qu'toi qui peut le rechauffer. Ya que toi qui a su.
Ptet que jveux plus dormir jveux plus rêver

C'est nul j'effacerai ça demain

Peut-être qu'un jour on se verra. Mais ma vie te plairait pas. C'est comme si j'osais pas te faire entrer dans ma vie. Je l'aime pas alors pourquoi tu l'aimerais toi? toi qui en plus n'est pas dans ma tête, tu n'as pas les réponses.Si même moi j'les ai pas. Pourquoi toi tu les aurais? pourquoi toi j'te laisserais entrer, pourquoi toi? si j'ai pas cette réponse j'peux pas peut être qu'un jour on se rencontrera
Marta012 Il y a 1 mois

Peut-être qu'un jour on se verra. Mais ma vie te plairait pas. C'est comme si j'osais pas te faire entrer dans ma vie. Je l'aime pas alors pourquoi tu l'aimerais toi? toi qui en plus n'est pas dans ma tête, tu n'as pas les réponses.Si même moi j'les ai pas. Pourquoi toi tu les aurais? pourquoi toi j'te laisserais entrer, pourquoi toi? si j'ai pas cette réponse j'peux pas
peut être qu'un jour on se rencontrera

07- Je l'ai regardé et je me suis demandé s'il s'approchait, qu'est-ce que je ferais? J'ai envie de ce sentiment qui nous prend, quand la personne s'approche et qu'on en a à la fois peur et envie. Ce petit instant fébrile, très furtif mais si fort. Ce sentiment qui prend le cœur, qui accélère le pouls. L'envie mêlée à la peur, quel mélange fort, pétillant, exaltant. Ce sentiment me manque et j'ai pensé à l'éventualité qu'il puisse exister, cet après-midi. C'est venu dans ma tête le temps d'une minute, deux. Puis j'ai rangé ça à l'abri
Marta012 Il y a 1 mois

07- Je l'ai regardé et je me suis demandé s'il s'approchait, qu'est-ce que je ferais? J'ai envie de ce sentiment qui nous prend, quand la personne s'approche et qu'on en a à la fois peur et envie. Ce petit instant fébrile, très furtif mais si fort. Ce sentiment qui prend le cœur, qui accélère le pouls. L'envie mêlée à la peur, quel mélange fort, pétillant, exaltant. Ce sentiment me manque et j'ai pensé à l'éventualité qu'il puisse exister, cet après-midi. C'est venu dans ma tête le temps d'une minute, deux. Puis j'ai rangé ça à l'abri

C'est tellement enivrant...c'est si bon...une grande bouffée d'euphorie.
Pelican bleu Il y a 1 mois

C'est tellement enivrant...c'est si bon...une grande bouffée d'euphorie.

Je note tout ce qui vient, pour pas que ça parte à jamais. Je vais relire et je vais pas me reconnaitre, encore. Mais c'est moi qui parle tout de même. On dira discernement alterné je crois que non, c’est même l’inverse c’est l’inspiration qui vient c’est pas du faux. C’est ici qu’il faut venir piocher pour débloquer, trouver des réponses, ou un chemin tout du moins. Ce truc je veux le vivre tout le temps ça veut dire que je me trouve. Là je ressors de moi, de dans quoi je me suis cachée, profondément, loin loin pour qu’on me trouve pas, qu’on me fasse pas de mal. Cachée tout au fond. Cachée protégée de ? de l’extérieur, de tout, de ce qui fait mal ce qui fait peur quand on est une petite fille, j’étais terrorisée j’ai voulu cacher ça, et faire comme si ça me faisait pas peur, je laisse sortir la colère mais elle sait pas bien sortir du coup ça explose à l’intérieur. Ça en sort que des miettes. Des miettes de peur ça fait surement moins mal mais ça dure plus longtemps. J'croyais avoir enlevé le pansement d’un coup sec
Marta012 Il y a 1 mois

Je note tout ce qui vient, pour pas que ça parte à jamais. Je vais relire et je vais pas me reconnaitre, encore. Mais c'est moi qui parle tout de même. On dira discernement alterné je crois que non, c’est même l’inverse c’est l’inspiration qui vient c’est pas du faux. C’est ici qu’il faut venir piocher pour débloquer, trouver des réponses, ou un chemin tout du moins. Ce truc je veux le vivre tout le temps ça veut dire que je me trouve. Là je ressors de moi, de dans quoi je me suis cachée, profondément, loin loin pour qu’on me trouve pas, qu’on me fasse pas de mal. Cachée tout au fond. Cachée protégée de ?
de l’extérieur, de tout, de ce qui fait mal ce qui fait peur quand on est une petite fille, j’étais terrorisée j’ai voulu cacher ça, et faire comme si ça me faisait pas peur, je laisse sortir la colère mais elle sait pas bien sortir du coup ça explose à l’intérieur. Ça en sort que des miettes. Des miettes de peur ça fait surement moins mal mais ça dure plus longtemps.
J'croyais avoir enlevé le pansement d’un coup sec

<3 Comment ai-je pu passer à côté de ce topic ? Saisie par ce dernier texte, j'ai remonté le temps grâce (ça c'est pour moi) et dans(ça c'est pour toi) tes écrits. J'aime beaucoup le parcours qui s'y dessine, comme un soleil noir dont la gangue craquellerait pour ne laisser plus passer que la lumière. Merci de nous laisser assister à cela.
Ema Il y a 1 mois

<3
Comment ai-je pu passer à côté de ce topic ? Saisie par ce dernier texte, j'ai remonté le temps grâce (ça c'est pour moi) et dans(ça c'est pour toi) tes écrits. J'aime beaucoup le parcours qui s'y dessine, comme un soleil noir dont la gangue craquellerait pour ne laisser plus passer que la lumière. Merci de nous laisser assister à cela.