[IMG]https://i0.wp.com/mrmondialisation.org/wp-content/uploads/2018/09/default-share-tt-width-1024-height-630-fill-0-crop-1-bgcolor-000000-e1537090457323.png[/IMG] Cela fait plusieurs semaines que je songe à ouvrir un topic dans lequel je relaierai un article sélectionné chaque semaine dans Charlie Hebdo. Parfois injustement décrié pour ses Unes tape à l'oeil, pour qui prend la peine de s'interesser au contenu ce journal recèle d'analyses pertinentes concernant des sujets divers et variés tels que l'écologie, la politique, l'économie, la science,...etc Dans un monde où les médias appartiennent majoritairement à des milliardaires (Martin Bouygues pour le groupe TF1, Bernard Arnaud pour les Échos et le Parisien, Dassault pour Le Figaro, François Pinault pour Le Point, Bolorré pour Canal+, Patrick Drahi pour L'express et Libération, Xavier Niel pour Le Monde,... etc), les journaux indépendants comme Charlie Hebdo sont des raretés aussi précieuses que dignes d'intérêts. Si je prendrais un jour le temps de créer une revue de presse dédiée à ce journal qui partage beaucoup d'opinions communes avec celles portées par Damien Saez, l'initiative lancée dans la dernière édition de Charlie Hebdo mérite à elle seule un topic. Dans sa dernière édition consacrée aux pesticides, Fabrice Nicolino lance un appel national pour un soulèvement pacifique contre les pesticides. Pour choquer l'opinion le journaliste à fait tester les cheveux de ses collègues. Sur 15 journalistes testés, 100% sont porteurs de pesticides avec, en moyenne, 42 types de pesticides différents. Pire, dans ces cheveux, 30 de ces substances analysées sont cancérogènes. Telles que du lindane, un insecticide interdit en France depuis 1998. La pétition lancée par Fabrice Nicolino pourrait être une de plus dans un océan de complaintes inutiles. Mais celle-ci parait très structurée. En plus de l'édition spéciale de Charlie Hebdo et d'un symbole de ralliement (un coquelicot en boutonnière), elle s'accompagne d'un livre-manifeste (!) signé par Fabrice Nicolino et François Veillerette, intitulé [B]Nous voulons des coquelicots[/B] et publié aux éditions Les Liens qui libèrent (LLL). La chanteuse Emily Loizeau prépare de son côté une chanson qui sortira en novembre et soutiendra la cause. Enfin cette mobilisation citoyenne s'annonce durable puisque Nicolino exhorte les gens à se retrouver tout les mois pendant 2 ans sur les places de vos villes et villages. Bref, vous l'aurez compris, cet espace sera dédié à relayer les initiatives autour de ce soulèvement populaire, à débattre, à faire échos aux mobilisations régionales,... "[I]Dans la peinture, dans la poésie, dans la littérature, dans la musique, où qu’on se tourne, l’inspiration humaine fondamentale est la beauté du monde sous toutes ses formes. La bataille que nous menons pour les oiseaux, les abeilles, les libellules, exprime ce qu’est un homme, qui se prosterne devant cette beauté, et la protège. Sinon, que reste-t-il ?[/I]" [IMG]https://reporterre.net/IMG/jpg/appel-a4-v2.jpg[/IMG] https://nousvoulonsdescoquelicots.org
Koolseb Il y a 3 ans



Cela fait plusieurs semaines que je songe à ouvrir un topic dans lequel je relaierai un article sélectionné chaque semaine dans Charlie Hebdo. Parfois injustement décrié pour ses Unes tape à l'oeil, pour qui prend la peine de s'interesser au contenu ce journal recèle d'analyses pertinentes concernant des sujets divers et variés tels que l'écologie, la politique, l'économie, la science,...etc
Dans un monde où les médias appartiennent majoritairement à des milliardaires (Martin Bouygues pour le groupe TF1, Bernard Arnaud pour les Échos et le Parisien, Dassault pour Le Figaro, François Pinault pour Le Point, Bolorré pour Canal+, Patrick Drahi pour L'express et Libération, Xavier Niel pour Le Monde,... etc), les journaux indépendants comme Charlie Hebdo sont des raretés aussi précieuses que dignes d'intérêts.

Si je prendrais un jour le temps de créer une revue de presse dédiée à ce journal qui partage beaucoup d'opinions communes avec celles portées par Damien Saez, l'initiative lancée dans la dernière édition de Charlie Hebdo mérite à elle seule un topic.

Dans sa dernière édition consacrée aux pesticides, Fabrice Nicolino lance un appel national pour un soulèvement pacifique contre les pesticides. Pour choquer l'opinion le journaliste à fait tester les cheveux de ses collègues. Sur 15 journalistes testés, 100% sont porteurs de pesticides avec, en moyenne, 42 types de pesticides différents. Pire, dans ces cheveux, 30 de ces substances analysées sont cancérogènes. Telles que du lindane, un insecticide interdit en France depuis 1998.

La pétition lancée par Fabrice Nicolino pourrait être une de plus dans un océan de complaintes inutiles. Mais celle-ci parait très structurée. En plus de l'édition spéciale de Charlie Hebdo et d'un symbole de ralliement (un coquelicot en boutonnière), elle s'accompagne d'un livre-manifeste (!) signé par Fabrice Nicolino et François Veillerette, intitulé Nous voulons des coquelicots et publié aux éditions Les Liens qui libèrent (LLL). La chanteuse Emily Loizeau prépare de son côté une chanson qui sortira en novembre et soutiendra la cause. Enfin cette mobilisation citoyenne s'annonce durable puisque Nicolino exhorte les gens à se retrouver tout les mois pendant 2 ans sur les places de vos villes et villages.

Bref, vous l'aurez compris, cet espace sera dédié à relayer les initiatives autour de ce soulèvement populaire, à débattre, à faire échos aux mobilisations régionales,...

"Dans la peinture, dans la poésie, dans la littérature, dans la musique, où qu’on se tourne, l’inspiration humaine fondamentale est la beauté du monde sous toutes ses formes. La bataille que nous menons pour les oiseaux, les abeilles, les libellules, exprime ce qu’est un homme, qui se prosterne devant cette beauté, et la protège. Sinon, que reste-t-il ?"



https://nousvoulonsdescoquelicots.org

Ce mercredi 12 septembre, un « groupe de bénévoles sans argent » lance un « immense » Appel à la résistance pour l’interdiction de tous les pesticides. Ses auteurs demandent personnellement aux « amis de Reporterre » de le relayer. L’association Nous voulons des coquelicots est « un groupe de bénévoles sans argent, composé d’une quinzaine de personnes, parmi lesquelles une directrice de crèche (retraitée), des décorateurs, une étudiante, une céramiste, deux paysans, une enseignante, une psychanalyste, des membres d’ONG, deux journalistes ». Elle est présidée par Fabrice Nicolino. Aux lectrices et aux lecteurs de Reporterre L’heure n’est plus à compter les oiseaux, les abeilles, les papillons morts et les humains malades. Le constat a été fait tant de fois, au travers de centaines d’études scientifiques rigoureuses, que discuter encore n’a plus de sens. Il faut se lever. Notre pays est devenu méconnaissable à cause des pesticides. Toutes les politiques ont échoué. Pis : toutes les équipes politiques au pouvoir depuis l’après-guerre ont soutenu le crime et continuent de le faire. La démission de Nicolas Hulot a montré au passage le rôle délétère des lobbies, qui défendent perpétuellement des intérêts financiers au détriment du sort commun. Nous lançons ce 12 septembre 2018 un immense Appel qui doit provoquer un soulèvement pacifique de la société française. Il pourrait durer deux ans et vise à mobiliser au moins cinq millions de soutiens. C’est ambitieux, mais l’objectif l’est, car il s’agit d’obtenir l’interdiction de tous les pesticides (de synthèse) en France. Amis, oui amis de Reporterre, vous devez être au premier rang de cette bagarre. Il faut donc relever la tête, unir toutes les forces disponibles, agir tout de suite. Le pari repose sur l’espoir que la société française reste vivante. Un pays libre garde le droit de refuser ce qu’il ne supporte plus et de l’imposer à ses dirigeants, quels qu’ils soient. N’oublions jamais qu’en vingt ans, des millions de consommateurs se sont détournés, au moins en partie, de l’alimentation farcie de pesticides. C’est sur eux que nous comptons. Qui sommes-nous ? Un groupe de bénévoles sans argent, composé d’une quinzaine de personnes, parmi lesquelles une directrice de crèche (retraitée), des décorateurs, une étudiante, une céramiste, deux paysans, une enseignante, une psychanalyste, des membres d’ONG, deux journalistes. Nous avons créé dans l’urgence une association, Nous voulons des coquelicots, dont le président est Fabrice Nicolino. La vaste campagne qui commence a besoin du soutien de tous, car tous, y compris les journalistes qui en parleront peut-être, sont concernés de la même manière. Chacun, oui chacun, doit trouver la manière sincère et intime de répandre cet Appel, de manière qu’il devienne viral et atteigne le moindre recoin de la société. Pour la raison, évidente pour nous, qu’il n’est pas une parole écologiste ou politique au sens étroit, mais bien un Appel d’humains à tous les autres humains. Pour nous, c’est l’heure, et elle ne repassera pas. Cet Appel se décompose ainsi. D’abord et bien entendu, nous invitons toutes et tous à le signer à l’adresse internet : nousvoulonsdescoquelicots.org. Ce même 12 septembre paraît aux éditions Les Liens qui libèrent (LLL), un livre-manifeste signé par Fabrice Nicolino et François Veillerette, Nous voulons des coquelicots. La chanteuse Emily Loizeau prépare une chanson qui nous accompagnera pendant des mois. Loin d’être un point d’arrivée, l’Appel n’est jamais qu’un départ. Ce n’est pas une pétition, oubliée aussitôt que signée. Il oblige, et veut transformer des milliers de signataires en autant d’acteurs sociaux dont le but sera d’œuvrer à la victoire. Comment ? Nous faisons fabriquer un coquelicot en tissu de récupération dans un atelier de réinsertion, qui servira de cocarde, de bannière et de point de ralliement. Il est muni d’un système d’attache qui permettra de le porter à sa boutonnière et sera vendu, car il s’agit d’un acte de soutien à l’Appel, deux euros. Nous espérons que ce bel objet sera autant porté que la petite main de SOS Racisme il y a trente ans. Pendant toute la durée de l’Appel — deux ans, rappelons-le — et chaque mois, les signataires se retrouveront le même jour et à la même heure sur les places des villes et des villages des lieux où ils habitent. Et tout commence le vendredi 5 octobre à 18 h 30. Pendant ces deux années, à la manière d’un téléthon anti-pesticides, nous souhaitons que des milliers d’événements de toutes tailles et de tous ordres aient lieu en France, pour défendre l’espoir d’un pays enfin débarrassé de ces terribles poisons. Nous donnerons plus tard la liste, déjà importante, des groupes, associations et personnalités qui soutiennent notre grand mouvement démocratique. Nous n’avons sollicité aucun politique, car c’est désormais la société qui parle. Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers. Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans ; la moitié des papillons en vingt ans ; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards ; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde ! Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection. Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides de synthèse en France. Assez de discours, des actes. https://reporterre.net/Nous-voulons-des-coquelicots
Koolseb Il y a 3 ans

Ce mercredi 12 septembre, un « groupe de bénévoles sans argent » lance un « immense » Appel à la résistance pour l’interdiction de tous les pesticides. Ses auteurs demandent personnellement aux « amis de Reporterre » de le relayer.

L’association Nous voulons des coquelicots est « un groupe de bénévoles sans argent, composé d’une quinzaine de personnes, parmi lesquelles une directrice de crèche (retraitée), des décorateurs, une étudiante, une céramiste, deux paysans, une enseignante, une psychanalyste, des membres d’ONG, deux journalistes ». Elle est présidée par Fabrice Nicolino.

Aux lectrices et aux lecteurs de Reporterre

L’heure n’est plus à compter les oiseaux, les abeilles, les papillons morts et les humains malades. Le constat a été fait tant de fois, au travers de centaines d’études scientifiques rigoureuses, que discuter encore n’a plus de sens. Il faut se lever. Notre pays est devenu méconnaissable à cause des pesticides. Toutes les politiques ont échoué. Pis : toutes les équipes politiques au pouvoir depuis l’après-guerre ont soutenu le crime et continuent de le faire. La démission de Nicolas Hulot a montré au passage le rôle délétère des lobbies, qui défendent perpétuellement des intérêts financiers au détriment du sort commun.

Nous lançons ce 12 septembre 2018 un immense Appel qui doit provoquer un soulèvement pacifique de la société française. Il pourrait durer deux ans et vise à mobiliser au moins cinq millions de soutiens. C’est ambitieux, mais l’objectif l’est, car il s’agit d’obtenir l’interdiction de tous les pesticides (de synthèse) en France. Amis, oui amis de Reporterre, vous devez être au premier rang de cette bagarre.

Il faut donc relever la tête, unir toutes les forces disponibles, agir tout de suite. Le pari repose sur l’espoir que la société française reste vivante. Un pays libre garde le droit de refuser ce qu’il ne supporte plus et de l’imposer à ses dirigeants, quels qu’ils soient. N’oublions jamais qu’en vingt ans, des millions de consommateurs se sont détournés, au moins en partie, de l’alimentation farcie de pesticides. C’est sur eux que nous comptons.

Qui sommes-nous ? Un groupe de bénévoles sans argent, composé d’une quinzaine de personnes, parmi lesquelles une directrice de crèche (retraitée), des décorateurs, une étudiante, une céramiste, deux paysans, une enseignante, une psychanalyste, des membres d’ONG, deux journalistes. Nous avons créé dans l’urgence une association, Nous voulons des coquelicots, dont le président est Fabrice Nicolino.

La vaste campagne qui commence a besoin du soutien de tous, car tous, y compris les journalistes qui en parleront peut-être, sont concernés de la même manière. Chacun, oui chacun, doit trouver la manière sincère et intime de répandre cet Appel, de manière qu’il devienne viral et atteigne le moindre recoin de la société. Pour la raison, évidente pour nous, qu’il n’est pas une parole écologiste ou politique au sens étroit, mais bien un Appel d’humains à tous les autres humains. Pour nous, c’est l’heure, et elle ne repassera pas.

Cet Appel se décompose ainsi. D’abord et bien entendu, nous invitons toutes et tous à le signer à l’adresse internet : nousvoulonsdescoquelicots.org. Ce même 12 septembre paraît aux éditions Les Liens qui libèrent (LLL), un livre-manifeste signé par Fabrice Nicolino et François Veillerette, Nous voulons des coquelicots. La chanteuse Emily Loizeau prépare une chanson qui nous accompagnera pendant des mois.

Loin d’être un point d’arrivée, l’Appel n’est jamais qu’un départ. Ce n’est pas une pétition, oubliée aussitôt que signée. Il oblige, et veut transformer des milliers de signataires en autant d’acteurs sociaux dont le but sera d’œuvrer à la victoire. Comment ? Nous faisons fabriquer un coquelicot en tissu de récupération dans un atelier de réinsertion, qui servira de cocarde, de bannière et de point de ralliement. Il est muni d’un système d’attache qui permettra de le porter à sa boutonnière et sera vendu, car il s’agit d’un acte de soutien à l’Appel, deux euros. Nous espérons que ce bel objet sera autant porté que la petite main de SOS Racisme il y a trente ans. Pendant toute la durée de l’Appel — deux ans, rappelons-le — et chaque mois, les signataires se retrouveront le même jour et à la même heure sur les places des villes et des villages des lieux où ils habitent. Et tout commence le vendredi 5 octobre à 18 h 30.

Pendant ces deux années, à la manière d’un téléthon anti-pesticides, nous souhaitons que des milliers d’événements de toutes tailles et de tous ordres aient lieu en France, pour défendre l’espoir d’un pays enfin débarrassé de ces terribles poisons. Nous donnerons plus tard la liste, déjà importante, des groupes, associations et personnalités qui soutiennent notre grand mouvement démocratique. Nous n’avons sollicité aucun politique, car c’est désormais la société qui parle.

Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises.

Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers.

Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans ; la moitié des papillons en vingt ans ; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards ; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde !

Non, nous ne voulons plus. À aucun prix. Nous exigeons protection. Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides de synthèse en France. Assez de discours, des actes.

https://reporterre.net/Nous-voulons-des-coquelicots

J'ai l'impression que c'est un faux combat. Tout comme on crie "Big Pharma" à tort pour critiquer les vaccins, on crie "pesticides de synthèse" pour soutenir à tort l'écologie. Je ne peux pas développer ce sujet comme je le voudrais parce que je ne suis pas biologiste, seulement intéressé par cette question, mais les rapports scientifiques (pas uniquement ceux demandés par Monsanto) ne reflètent pas ce qui se passe sur le terrain des pesticides de synthèse. On a l'impression que la communauté scientifique est unanime contre le glyphosate alors que ce n'est pas le cas. Certes il faut être très vigilent avec les pesticides de synthèse mais ils sont potentiellement aussi dangereux que les pesticides naturels. Il faut juste renforcer les études scientifiques et en faire quelque chose quand il y a un consensus qui se crée. Par exemple, dans l'agriculture biologique, on utilise le cuivre comme pesticide naturel mais il est considéré comme plus dangereux que le glyphosate. Tout le monde s'en moque. Beaucoup de monde ne sait même pas qu'on utilise également des pesticides en agriculture biologique. Toutes les photos d'épandage massif de pesticides que l'on voit souvent (même dans cash investigation par exemple) existent également dans l'agriculture biologique par exemple. C'est bien d'attaquer l'ennemi mais tous les moyens ne sont pas bons s'ils sont mensongers. Je suis personnellement favorable à ce qui est le mieux pour l'environnement et pour l'être humain. Mais ce n'est pas parce que c'est bio donc naturel que c'est forcément mieux. Ni forcément pire d'ailleurs. EDIT : ça ne m'empêche pas de critiquer virulemment Big Pharma ou Monsanto. Mais sur des sujets où ils le méritent vraiment.
Estan Il y a 3 ans

J'ai l'impression que c'est un faux combat. Tout comme on crie "Big Pharma" à tort pour critiquer les vaccins, on crie "pesticides de synthèse" pour soutenir à tort l'écologie.

Je ne peux pas développer ce sujet comme je le voudrais parce que je ne suis pas biologiste, seulement intéressé par cette question, mais les rapports scientifiques (pas uniquement ceux demandés par Monsanto) ne reflètent pas ce qui se passe sur le terrain des pesticides de synthèse. On a l'impression que la communauté scientifique est unanime contre le glyphosate alors que ce n'est pas le cas. Certes il faut être très vigilent avec les pesticides de synthèse mais ils sont potentiellement aussi dangereux que les pesticides naturels. Il faut juste renforcer les études scientifiques et en faire quelque chose quand il y a un consensus qui se crée.

Par exemple, dans l'agriculture biologique, on utilise le cuivre comme pesticide naturel mais il est considéré comme plus dangereux que le glyphosate. Tout le monde s'en moque. Beaucoup de monde ne sait même pas qu'on utilise également des pesticides en agriculture biologique. Toutes les photos d'épandage massif de pesticides que l'on voit souvent (même dans cash investigation par exemple) existent également dans l'agriculture biologique par exemple. C'est bien d'attaquer l'ennemi mais tous les moyens ne sont pas bons s'ils sont mensongers.

Je suis personnellement favorable à ce qui est le mieux pour l'environnement et pour l'être humain. Mais ce n'est pas parce que c'est bio donc naturel que c'est forcément mieux. Ni forcément pire d'ailleurs.

EDIT : ça ne m'empêche pas de critiquer virulemment Big Pharma ou Monsanto. Mais sur des sujets où ils le méritent vraiment.

Pour aller dans ton sens @Estan : A dérouler : https://twitter.com/AtheeIV/status/1039507763070558209 http://sciencesfacts.over-blog.com/2018/09/debunk-3-voulons-nous-des-coquelicots.html
melie Il y a 3 ans

Pour aller dans ton sens Estan :
A dérouler :


https://twitter.com/AtheeIV/status/1039507763070558209

http://sciencesfacts.over-blog.com/2018/09/debunk-3-voulons-nous-des-coquelicots.html

Je précise, même si je sais bien que ce n'est pas ton intention melie, que je ne vais dans aucun sens. Je ne suis pour personne, juste pour l'esprit critique. A la limite je suis seulement contre le réchauffement climatique et pour une bonne santé publique et il me semble que le mouvement écologiste se trompe d'ennemi au vu des découvertes scientifiques et biologiques actuelles.
Estan Il y a 3 ans

Je précise, même si je sais bien que ce n'est pas ton intention melie, que je ne vais dans aucun sens. Je ne suis pour personne, juste pour l'esprit critique. A la limite je suis seulement contre le réchauffement climatique et pour une bonne santé publique et il me semble que le mouvement écologiste se trompe d'ennemi au vu des découvertes scientifiques et biologiques actuelles.

[quote]Nous allons subir demain dans les médias la plus gigantesque attaque obscurantiste et anti-science que nous ayons vue depuis fort longtemps. Orchestrée par des marchands, et approuvée par des gens ignorants qui crachent dans la main qui les nourrit[/quote] C’est quand même un comble de dénoncer du « sensationnalisme » par une intro si... sensationnaliste ? oO
idem Il y a 3 ans

Nous allons subir demain dans les médias la plus gigantesque attaque obscurantiste et anti-science que nous ayons vue depuis fort longtemps. Orchestrée par des marchands, et approuvée par des gens ignorants qui crachent dans la main qui les nourrit


C’est quand même un comble de dénoncer du « sensationnalisme » par une intro si... sensationnaliste ?

Ce qu'ils disent ne m'a pas l'air idiot mais effectivement c'est bien maladroit haha C'est difficile de trouver des infos fiables tant les médias traditionnels ont délaissé la question et tant je suis ignorant en média scientifique que l'on peut comprendre sans bac+8 ! ^^
Estan Il y a 3 ans

Ce qu'ils disent ne m'a pas l'air idiot mais effectivement c'est bien maladroit haha

C'est difficile de trouver des infos fiables tant les médias traditionnels ont délaissé la question et tant je suis ignorant en média scientifique que l'on peut comprendre sans bac+8 !

Par essence une mobilisation à forcément un côté extrémiste et caricaturale, on peut voir aussi ces traits dans les mouvements féministes et vegan par exemple, mais pourtant ont-ils tords de croire en un monde idéalisé et se battre pour cela? Il ne me semble pas que ce genre de bataille puisse être brocardée et traité d'obscurantiste comme j'ai pu lire plus haut. J'ai conscience que tout combat, aussi raisonnable qu'il puisse paraître, n'est pas toujours louable. Un exemple, celui de la chasse. Je n'ai jamais pratiqué la chasse mais je comprend bien son rôle indispensable en ce qui concerne la régulation des différentes populations animales. Il y a 2 semaines j'ai tapé un sanglier sur une départementale, ma voiture n'y a pas survécu, l'animal si. Le garagiste m'a expliqué que ce type de collision était en recrudescence et que les assurances rechignaient à rembourser les frais dans ce type d'accident. De façon moins personnelle, j'ai déjà eu l'occasion d'observer des cultures dévastées en l'espace d'une nuit par des hordes de sanglier. Qu'en serait-il si la chasse était interdite? Serait-il possible de conduire encore dans les zones rurales? Les agricultures seraient-ils capable de supporter les lourdes pertes? C'est bien la preuve que la chasse peut avoir ses verrues, ce qui n'empêche pas non plus de fustiger cette pratique lorsqu'elle concerne des espèces en voie de disparition ou qu'elle pollue l'environnement (cf. L'interdiction récente de la consommation de sel de guérande du fait d'une pollution au plomb due a la pratique de la chasse aux volatiles au dessus des marais salants). Évidemment que c'est utopique d'imaginer une interdiction totale des pesticides. Pour autant peut continuer comme ça? Quand on voit que Bayer et Monsanto, avec l'histoire qu'on leur connait, viennent de fusionner, on peut imaginer le pire. Quand on voit qu'en l'espace de 25 ans 80% des insectes volants et 30% des oiseaux ont disparus, ne serait-il pas grand temps d'agir pour restreindre l'usage des pesticides? L'argument du rendement pour justifier l'usage des pesticides est constamment mis en avant, mais même cela est contesté! https://grainesdemane.fr/pesticides-mettre-perte-de-recoltes-de-revenus/
Koolseb Il y a 3 ans

Par essence une mobilisation à forcément un côté extrémiste et caricaturale, on peut voir aussi ces traits dans les mouvements féministes et vegan par exemple, mais pourtant ont-ils tords de croire en un monde idéalisé et se battre pour cela? Il ne me semble pas que ce genre de bataille puisse être brocardée et traité d'obscurantiste comme j'ai pu lire plus haut.

J'ai conscience que tout combat, aussi raisonnable qu'il puisse paraître, n'est pas toujours louable. Un exemple, celui de la chasse. Je n'ai jamais pratiqué la chasse mais je comprend bien son rôle indispensable en ce qui concerne la régulation des différentes populations animales. Il y a 2 semaines j'ai tapé un sanglier sur une départementale, ma voiture n'y a pas survécu, l'animal si. Le garagiste m'a expliqué que ce type de collision était en recrudescence et que les assurances rechignaient à rembourser les frais dans ce type d'accident. De façon moins personnelle, j'ai déjà eu l'occasion d'observer des cultures dévastées en l'espace d'une nuit par des hordes de sanglier. Qu'en serait-il si la chasse était interdite? Serait-il possible de conduire encore dans les zones rurales? Les agricultures seraient-ils capable de supporter les lourdes pertes? C'est bien la preuve que la chasse peut avoir ses verrues, ce qui n'empêche pas non plus de fustiger cette pratique lorsqu'elle concerne des espèces en voie de disparition ou qu'elle pollue l'environnement (cf. L'interdiction récente de la consommation de sel de guérande du fait d'une pollution au plomb due a la pratique de la chasse aux volatiles au dessus des marais salants).

Évidemment que c'est utopique d'imaginer une interdiction totale des pesticides. Pour autant peut continuer comme ça? Quand on voit que Bayer et Monsanto, avec l'histoire qu'on leur connait, viennent de fusionner, on peut imaginer le pire. Quand on voit qu'en l'espace de 25 ans 80% des insectes volants et 30% des oiseaux ont disparus, ne serait-il pas grand temps d'agir pour restreindre l'usage des pesticides? L'argument du rendement pour justifier l'usage des pesticides est constamment mis en avant, mais même cela est contesté!

https://grainesdemane.fr/pesticides-mettre-perte-de-recoltes-de-revenus/

[quote="Koolseb"]Par essence une mobilisation à forcément un côté extrémiste et caricaturale[/quote]Je m'écarte un peu du sujet juste pour un petit témoignage. La dernière fois qu'on m'a dit que j'étais une extrémiste c'est quand je demandais le respect le plus élémentaire bien que lgbtqi+. Du coup, l'extrémisme des luttes, ça me fait marrer :D
Theo Putnam Il y a 3 ans

Par essence une mobilisation à forcément un côté extrémiste et caricaturale
Je m'écarte un peu du sujet juste pour un petit témoignage. La dernière fois qu'on m'a dit que j'étais une extrémiste c'est quand je demandais le respect le plus élémentaire bien que lgbtqi+. Du coup, l'extrémisme des luttes, ça me fait marrer

[quote="Koolseb"] Si je prendrais un jour le temps de créer une revue de presse dédiée à ce journal qui partage beaucoup d'opinions communes avec celles portées par Damien Saez[/quote] Quelques éléments à apporter sur cette affirmation : Damien Saez dédie presque un album entier à la tragédie mais j'y vois dans son hommage bien plus dans ce paragraphe que dans la volonté de rendre hommage à la rédaction de Charlie : "Charlie, ce sont d’abord des personnes humaines, privées – par bonheur, on s’est aperçu rapidement que dire simplement « Charlie » pour les rassembler faisait bon marché de deux policiers, un agent de maintenance, un malheureux visiteur de ce jour là, et puis aussi de cinq autres personnes, dont quatre juives, tuées les deux jours d’après. Sauf à avoir rompu avec toute humanité en soi, on ne pouvait qu’être frappé de stupeur et d’effroi à la nouvelle de ces assassinats. Mais l’émotion n’a été si considérable que parce qu’il était perceptible à tous que ce qui venait d’être attaqué excédait évidemment les personnes privées. Et voici donc le deuxième sens possible de « Charlie » : Charlie comme métonymie des principes de liberté d’expression, des droits à exprimer sans craindre pour sa sécurité, tels qu’ils sont au cœur de notre forme de vie. On pouvait donc sans doute se sentir Charlie pour l’hommage aux personnes tuées – à la condition toutefois de se souvenir que, des personnes tuées, il y en a régulièrement, Zied et Bouna il y a quelque temps, Rémi Fraisse il y a peu, et que la compassion publique se distribue parfois d’une manière étrange, je veux dire étrangement inégale. On pouvait aussi se sentir Charlie au nom de l’idée générale, sinon d’une certaine manière de vivre en société, du moins d’y organiser la parole, c’est-à-dire au nom du désir de ne pas s’en laisser conter par les agressions qui entreprennent de la nier radicalement. Et l’on pouvait trouver qu’une communauté, qui sait retourner ainsi à l’un de ses dénominateurs communs les plus puissants, fait une démonstration de sa vitalité. Mais les choses deviennent moins simples quand « Charlie » désigne – et c’est bien sûr cette lecture immédiate qui avait tout chance d’imposer sa force d’évidence – quand « Charlie », donc, désigne non plus des personnes privées, ni des principes généraux, mais des personnes publiques rassemblées dans un journal. On peut sans la moindre contradiction avoir été accablé par la tragédie humaine et n’avoir pas varié quant à l’avis que ce journal nous inspirait – pour ma part il était un objet de violent désaccord politique. Si, comme il était assez logique de l’entendre, « Je suis Charlie » était une injonction à s’assimiler au journal Charlie, cette injonction-là m’était impossible. Je ne suis pas Charlie, et je ne pouvais pas l’être, à aucun moment." Je prends cet extrait en témoin parce que je ne peux pas croire que Damien Saez, en véritable anarchiste, pouvait adhérer à la ligne éditoriale pratiquée par l'équipe de Charlie depuis plusieurs années. Ensuite tu dénonces les médias mais justement la suite y répond aussi : "Je le pouvais d’autant moins que cette formule a aussi fonctionné comme une sommation. Et nous avons en quelques heures basculé dans un régime de commandement inséparablement émotionnel et politique. Dès ses premiers moments, la diffusion comme traînée de poudre du « Je suis Charlie » a fait irrésistiblement penser au « Nous sommes tous américains » du journal Le Monde du 12 septembre 2001. Il n’a pas fallu une demi-journée pour que cette réminiscence se confirme, et c’est Libération qui s’est chargé de faire passer le mot d’ordre à la première personne du pluriel : « Nous sommes tous Charlie » — bienvenue dans le monde de l’unanimité décrétée, et malheur aux réfractaires. Et puis surtout célébrons la liberté de penser sous l’écrasement de tout dissensus, en mélangeant subrepticement l’émotion de la tragédie et l’adhésion politique implicite à une ligne éditoriale. " C'est un sujet sensible que de parler de Charlie Hebdo, je trouve très bien le combat contre les pesticides, j'ai juste tilté sur l'idée de créer un topic sur Charlie Hebdo qui est pour moi bien loin des idées progressistes que pourraient défendre Damien Saez dans son combat de tous les jours.
Julien.R Il y a 3 ans


Si je prendrais un jour le temps de créer une revue de presse dédiée à ce journal qui partage beaucoup d'opinions communes avec celles portées par Damien Saez


Quelques éléments à apporter sur cette affirmation :

Damien Saez dédie presque un album entier à la tragédie mais j'y vois dans son hommage bien plus dans ce paragraphe que dans la volonté de rendre hommage à la rédaction de Charlie :

"Charlie, ce sont d’abord des personnes humaines, privées – par bonheur, on s’est aperçu rapidement que dire simplement « Charlie » pour les rassembler faisait bon marché de deux policiers, un agent de maintenance, un malheureux visiteur de ce jour là, et puis aussi de cinq autres personnes, dont quatre juives, tuées les deux jours d’après. Sauf à avoir rompu avec toute humanité en soi, on ne pouvait qu’être frappé de stupeur et d’effroi à la nouvelle de ces assassinats.
Mais l’émotion n’a été si considérable que parce qu’il était perceptible à tous que ce qui venait d’être attaqué excédait évidemment les personnes privées. Et voici donc le deuxième sens possible de « Charlie » : Charlie comme métonymie des principes de liberté d’expression, des droits à exprimer sans craindre pour sa sécurité, tels qu’ils sont au cœur de notre forme de vie.

On pouvait donc sans doute se sentir Charlie pour l’hommage aux personnes tuées – à la condition toutefois de se souvenir que, des personnes tuées, il y en a régulièrement, Zied et Bouna il y a quelque temps, Rémi Fraisse il y a peu, et que la compassion publique se distribue parfois d’une manière étrange, je veux dire étrangement inégale.

On pouvait aussi se sentir Charlie au nom de l’idée générale, sinon d’une certaine manière de vivre en société, du moins d’y organiser la parole, c’est-à-dire au nom du désir de ne pas s’en laisser conter par les agressions qui entreprennent de la nier radicalement. Et l’on pouvait trouver qu’une communauté, qui sait retourner ainsi à l’un de ses dénominateurs communs les plus puissants, fait une démonstration de sa vitalité.

Mais les choses deviennent moins simples quand « Charlie » désigne – et c’est bien sûr cette lecture immédiate qui avait tout chance d’imposer sa force d’évidence – quand « Charlie », donc, désigne non plus des personnes privées, ni des principes généraux, mais des personnes publiques rassemblées dans un journal. On peut sans la moindre contradiction avoir été accablé par la tragédie humaine et n’avoir pas varié quant à l’avis que ce journal nous inspirait – pour ma part il était un objet de violent désaccord politique. Si, comme il était assez logique de l’entendre, « Je suis Charlie » était une injonction à s’assimiler au journal Charlie, cette injonction-là m’était impossible. Je ne suis pas Charlie, et je ne pouvais pas l’être, à aucun moment."

Je prends cet extrait en témoin parce que je ne peux pas croire que Damien Saez, en véritable anarchiste, pouvait adhérer à la ligne éditoriale pratiquée par l'équipe de Charlie depuis plusieurs années.

Ensuite tu dénonces les médias mais justement la suite y répond aussi :

"Je le pouvais d’autant moins que cette formule a aussi fonctionné comme une sommation. Et nous avons en quelques heures basculé dans un régime de commandement inséparablement émotionnel et politique. Dès ses premiers moments, la diffusion comme traînée de poudre du « Je suis Charlie » a fait irrésistiblement penser au « Nous sommes tous américains » du journal Le Monde du 12 septembre 2001. Il n’a pas fallu une demi-journée pour que cette réminiscence se confirme, et c’est Libération qui s’est chargé de faire passer le mot d’ordre à la première personne du pluriel : « Nous sommes tous Charlie » — bienvenue dans le monde de l’unanimité décrétée, et malheur aux réfractaires. Et puis surtout célébrons la liberté de penser sous l’écrasement de tout dissensus, en mélangeant subrepticement l’émotion de la tragédie et l’adhésion politique implicite à une ligne éditoriale. "

C'est un sujet sensible que de parler de Charlie Hebdo, je trouve très bien le combat contre les pesticides, j'ai juste tilté sur l'idée de créer un topic sur Charlie Hebdo qui est pour moi bien loin des idées progressistes que pourraient défendre Damien Saez dans son combat de tous les jours.

[quote="Koolseb"]Evidemment que c'est utopique d'imaginer une interdiction totale des pesticides. Pour autant peut continuer comme ça? Quand on voit que Bayer et Monsanto, avec l'histoire qu'on leur connait, viennent de fusionner, on peut imaginer le pire.[/quote] Ce sont deux combats différents. Combattre les pratiques douteuses de Monsanto et combattre les pesticides de synthèse. Même si les deux combats ont l'air proches, le premier revient à lutter contre une multinationale aux pratiques douteuses, l'autre contre les laboratoires de recherche et la science. D'où le cri d'alerte des scientifiques qui sont attaqués parce que l'on semble se tromper de cible.
Estan Il y a 3 ans

Evidemment que c'est utopique d'imaginer une interdiction totale des pesticides. Pour autant peut continuer comme ça? Quand on voit que Bayer et Monsanto, avec l'histoire qu'on leur connait, viennent de fusionner, on peut imaginer le pire.

Ce sont deux combats différents. Combattre les pratiques douteuses de Monsanto et combattre les pesticides de synthèse.

Même si les deux combats ont l'air proches, le premier revient à lutter contre une multinationale aux pratiques douteuses, l'autre contre les laboratoires de recherche et la science.

D'où le cri d'alerte des scientifiques qui sont attaqués parce que l'on semble se tromper de cible.

[quote="Julien.R"]C'est un sujet sensible que de parler de Charlie Hebdo, je trouve très bien le combat contre les pesticides, j'ai juste tilté sur l'idée de créer un topic sur Charlie Hebdo qui est pour moi bien loin des idées progressistes que pourraient défendre Damien Saez dans son combat de tous les jours.[/quote] Ou comment résumer un journal hebdomadaire à quelques caricatures osées. Comment mettre sur le même plan des tirs de kalach et des dessins de presse. Comment promouvoir l'obscurantisme au détriment de la liberté d'expression. Et effectivement, que tu veuilles le nier ou non, Damien Saez à écrit une ôde à ce sujet qu'il t'es difficile de traiter: " Nos crayons comme un poing levé contre des balles Pour montrer à l’obscurité qui tient la flamme Resserre les rangs puis taille la mine à ton crayon Dis Petit Prince, dis, redessine-moi l’horizon Des libertés qui font la vie de nos bistrots Des sourires que nous tirent tous nos potes au pinceau Tous les gamins du monde charbons sur du papier Dessineront toujours ton visage, Ô Liberté ! Ici, oui mon ami, que c’est pas l’ignorance Jamais qui sera le drapeau de notre France À l’encre du crayon, à l’encre de ma plume À l’encre de nos yeux, au combat sous l’enclume Menacés mais libres toujours et contre tout Que rien jamais ne mettra ma France à genoux Tous les gamins du monde charbons sur du papier Dessineront toujours ton visage, Liberté À ceux qui plieront jamais sous la tyrannie Que nous sommes tous les enfants du même pays Ce n’est pas mon pays ce soir qu'on assassine... etc" Merci de renforcer mon desir d'ouvrir un topic pour relayer les articles très pertinents que publie ce journal. Et merci a toi de ne pas palabrer sur le journal qui publie cette initiative (initiative diffusée par moulte autres médias) mais sur l'initiative en elle même. Il me semble qu'il y a un sujet intitulé Charlie Hebdo pour poursuivre ce type de débat, et je me ferais un plaisir d'y participer. Merci.
Koolseb Il y a 3 ans

C'est un sujet sensible que de parler de Charlie Hebdo, je trouve très bien le combat contre les pesticides, j'ai juste tilté sur l'idée de créer un topic sur Charlie Hebdo qui est pour moi bien loin des idées progressistes que pourraient défendre Damien Saez dans son combat de tous les jours.


Ou comment résumer un journal hebdomadaire à quelques caricatures osées. Comment mettre sur le même plan des tirs de kalach et des dessins de presse. Comment promouvoir l'obscurantisme au détriment de la liberté d'expression. Et effectivement, que tu veuilles le nier ou non, Damien Saez à écrit une ôde à ce sujet qu'il t'es difficile de traiter:

" Nos crayons comme un poing levé contre des balles
Pour montrer à l’obscurité qui tient la flamme

Resserre les rangs puis taille la mine à ton crayon
Dis Petit Prince, dis, redessine-moi l’horizon
Des libertés qui font la vie de nos bistrots
Des sourires que nous tirent tous nos potes au pinceau

Tous les gamins du monde charbons sur du papier
Dessineront toujours ton visage, Ô Liberté !
Ici, oui mon ami, que c’est pas l’ignorance
Jamais qui sera le drapeau de notre France

À l’encre du crayon, à l’encre de ma plume
À l’encre de nos yeux, au combat sous l’enclume
Menacés mais libres toujours et contre tout
Que rien jamais ne mettra ma France à genoux

Tous les gamins du monde charbons sur du papier
Dessineront toujours ton visage, Liberté
À ceux qui plieront jamais sous la tyrannie
Que nous sommes tous les enfants du même pays

Ce n’est pas mon pays ce soir qu'on assassine... etc"

Merci de renforcer mon desir d'ouvrir un topic pour relayer les articles très pertinents que publie ce journal. Et merci a toi de ne pas palabrer sur le journal qui publie cette initiative (initiative diffusée par moulte autres médias) mais sur l'initiative en elle même. Il me semble qu'il y a un sujet intitulé Charlie Hebdo pour poursuivre ce type de débat, et je me ferais un plaisir d'y participer. Merci.

Je suis charlie = je ne veux pas qu'on tue pour un dessin C'est tout C'est simple Le reste c'est merdique
Theo Putnam Il y a 3 ans

Je suis charlie = je ne veux pas qu'on tue pour un dessin
C'est tout
C'est simple

Le reste c'est merdique

[quote="Koolseb"]Il ne me semble pas que ce genre de bataille puisse être brocardée et traité d'obscurantiste comme j'ai pu lire plus haut.[/quote] Ca repose quand même plus sur des croyances que sur la science. Si tu as les études qui prouvent leur propos, je les veux bien. [quote="Koolseb"]Évidemment que c'est utopique d'imaginer une interdiction totale des pesticides. Pour autant peut continuer comme ça? Quand on voit que Bayer et Monsanto, avec l'histoire qu'on leur connait, viennent de fusionner, on peut imaginer le pire. Quand on voit qu'en l'espace de 25 ans 80% des insectes volants et 30% des oiseaux ont disparus, ne serait-il pas grand temps d'agir pour restreindre l'usage des pesticides? L'argument du rendement pour justifier l'usage des pesticides est constamment mis en avant, mais même cela est contesté![/quote] Sauf que cette initiative des coquelicots ne veut pas l'interdiction de tous les pesticides mais uniquement ceux de synthèse. On peut se demander pourquoi ? Est-ce qu'il y a un but derrière ? Est-ce que tous les pesticides de synthèse sont réellement un danger ? Quid des pesticides "naturels" ?
melie Il y a 3 ans

Il ne me semble pas que ce genre de bataille puisse être brocardée et traité d'obscurantiste comme j'ai pu lire plus haut.

Ca repose quand même plus sur des croyances que sur la science. Si tu as les études qui prouvent leur propos, je les veux bien.

Évidemment que c'est utopique d'imaginer une interdiction totale des pesticides. Pour autant peut continuer comme ça? Quand on voit que Bayer et Monsanto, avec l'histoire qu'on leur connait, viennent de fusionner, on peut imaginer le pire. Quand on voit qu'en l'espace de 25 ans 80% des insectes volants et 30% des oiseaux ont disparus, ne serait-il pas grand temps d'agir pour restreindre l'usage des pesticides? L'argument du rendement pour justifier l'usage des pesticides est constamment mis en avant, mais même cela est contesté!

Sauf que cette initiative des coquelicots ne veut pas l'interdiction de tous les pesticides mais uniquement ceux de synthèse. On peut se demander pourquoi ? Est-ce qu'il y a un but derrière ? Est-ce que tous les pesticides de synthèse sont réellement un danger ? Quid des pesticides "naturels" ?

[quote="Koolseb"]Damien Saez à écrit une ôde à ce sujet qu'il t'es difficile de traiter:[/quote] Texte qui peut tout aussi bien faire penser à : "Charlie comme métonymie des principes de liberté d’expression, des droits à exprimer sans craindre pour sa sécurité, tels qu’ils sont au cœur de notre forme de vie." J'ose espérer que Damien Saez ne fait pas qu'une lecture dans ses chansons et qu'on peut y voir un peu plus loin que "Charlie faisait des dessins, donc quand il dit dessin, il parle des mecs de Charlie tués parce qu'ils dessinaient". Un peu d'historique sur Charlie Hebdo : https://www.acrimed.org/Charlie-Hebdo-et-nous Tu as l'avant Val et l'après. Et lis vraiment, ne survole pas, tu as pas mal de clés pour comprendre mon étonnement sur un Damien Saez défenseur de Charlie
Julien.R Il y a 3 ans

Damien Saez à écrit une ôde à ce sujet qu'il t'es difficile de traiter:


Texte qui peut tout aussi bien faire penser à :

"Charlie comme métonymie des principes de liberté d’expression, des droits à exprimer sans craindre pour sa sécurité, tels qu’ils sont au cœur de notre forme de vie."

J'ose espérer que Damien Saez ne fait pas qu'une lecture dans ses chansons et qu'on peut y voir un peu plus loin que "Charlie faisait des dessins, donc quand il dit dessin, il parle des mecs de Charlie tués parce qu'ils dessinaient".

Un peu d'historique sur Charlie Hebdo : https://www.acrimed.org/Charlie-Hebdo-et-nous
Tu as l'avant Val et l'après. Et lis vraiment, ne survole pas, tu as pas mal de clés pour comprendre mon étonnement sur un Damien Saez défenseur de Charlie

[quote="Julien.R"] Un peu d'historique sur Charlie Hebdo : https://www.acrimed.org/Charlie-Hebdo-et-nous [/quote] Voilà un article simple et clair. Du coup je comprends pourquoi un de mes cousins ne lit plus "que" Siné Hebdo. Perso je n'en lis aucun des deux,déjà que je mets 3 mois pour lire (et comprendre) Le Monde Diplomatique ;)
caféine Il y a 3 ans


Un peu d'historique sur Charlie Hebdo : https://www.acrimed.org/Charlie-Hebdo-et-nous

Voilà un article simple et clair.
Du coup je comprends pourquoi un de mes cousins ne lit plus "que" Siné Hebdo.
Perso je n'en lis aucun des deux,déjà que je mets 3 mois pour lire (et comprendre) Le Monde Diplomatique

[quote="caféine"][quote="Julien.R"] Un peu d'historique sur Charlie Hebdo : https://www.acrimed.org/Charlie-Hebdo-et-nous [/quote] Voilà un article simple et clair. Du coup je comprends pourquoi un de mes cousins ne lit plus "que" Siné Hebdo. Perso je n'en lis aucun des deux,déjà que je mets 3 mois pour lire (et comprendre) Le Monde Diplomatique ;)[/quote] Siné Hebdo <3 <3 <3
beru79 Il y a 3 ans


Un peu d'historique sur Charlie Hebdo : https://www.acrimed.org/Charlie-Hebdo-et-nous

Voilà un article simple et clair.
Du coup je comprends pourquoi un de mes cousins ne lit plus "que" Siné Hebdo.
Perso je n'en lis aucun des deux,déjà que je mets 3 mois pour lire (et comprendre) Le Monde Diplomatique



Siné Hebdo <3 <3 <3

[quote="beru79"][quote="caféine"][quote="Julien.R"] Un peu d'historique sur Charlie Hebdo : https://www.acrimed.org/Charlie-Hebdo-et-nous [/quote] Voilà un article simple et clair. Du coup je comprends pourquoi un de mes cousins ne lit plus "que" Siné Hebdo. Perso je n'en lis aucun des deux,déjà que je mets 3 mois pour lire (et comprendre) Le Monde Diplomatique ;)[/quote] Siné Hebdo <3 <3 <3[/quote] Le bonjour à Cossonay ;)
caféine Il y a 3 ans


Un peu d'historique sur Charlie Hebdo : https://www.acrimed.org/Charlie-Hebdo-et-nous

Voilà un article simple et clair.
Du coup je comprends pourquoi un de mes cousins ne lit plus "que" Siné Hebdo.
Perso je n'en lis aucun des deux,déjà que je mets 3 mois pour lire (et comprendre) Le Monde Diplomatique


Siné Hebdo <3 <3 <3

Le bonjour à Cossonay

[quote="caféine"][quote="beru79"][quote="caféine"][quote="Julien.R"] Un peu d'historique sur Charlie Hebdo : https://www.acrimed.org/Charlie-Hebdo-et-nous [/quote] Voilà un article simple et clair. Du coup je comprends pourquoi un de mes cousins ne lit plus "que" Siné Hebdo. Perso je n'en lis aucun des deux,déjà que je mets 3 mois pour lire (et comprendre) Le Monde Diplomatique ;)[/quote] Siné Hebdo <3 <3 <3[/quote] Le bonjour à Cossonay ;)[/quote] Merci bien et le bonjour à je ne sais où ;-)
beru79 Il y a 3 ans


Un peu d'historique sur Charlie Hebdo : https://www.acrimed.org/Charlie-Hebdo-et-nous

Voilà un article simple et clair.
Du coup je comprends pourquoi un de mes cousins ne lit plus "que" Siné Hebdo.
Perso je n'en lis aucun des deux,déjà que je mets 3 mois pour lire (et comprendre) Le Monde Diplomatique


Siné Hebdo <3 <3 <3

Le bonjour à Cossonay


Merci bien et le bonjour à je ne sais où

[quote="caféine"]Perso je n'en lis aucun des deux,déjà que je mets 3 mois pour lire (et comprendre) Le Monde Diplomatique ;)[/quote] On est au cœur de la discussion avec Koolseb, le Monde Diplo de Serge Halimi, Acrimed fait partie de la même famille, et il y a un fort clivage entre la ligne édito de Charlie et celle du Monde diplo.
Julien.R Il y a 3 ans

Perso je n'en lis aucun des deux,déjà que je mets 3 mois pour lire (et comprendre) Le Monde Diplomatique


On est au cœur de la discussion avec Koolseb, le Monde Diplo de Serge Halimi, Acrimed fait partie de la même famille, et il y a un fort clivage entre la ligne édito de Charlie et celle du Monde diplo.

Il est intéressant votre débat mais totalement hors sujet. Quelqu'un aurait des documents critiques (positif comme négatif) sur "Nous voulons des coquelicots" ? Je ne trouve que des articles qui relaient l'information.
Estan Il y a 3 ans

Il est intéressant votre débat mais totalement hors sujet.

Quelqu'un aurait des documents critiques (positif comme négatif) sur "Nous voulons des coquelicots" ? Je ne trouve que des articles qui relaient l'information.

Pour fermer la parenthèse qui n'a que trop durée sur Charlie Hebdo, sachez que les journalistes de ce journal ont eux au moins l'intelligence d'avoir des opinions sincères, assumées et pas forcément de concert avec la ligne éditoriale. Il y a peu, plusieurs journalistes du journal ont publiés des articles à l'opinion divergente concernant la PMA, c'est ce qui est intéressant les débats d'idées. En tant que lecteur, je ne suis évidemment pas d'accord avec tout les chroniqueurs ni avec tout les articles. Malheureusement ce monde est devenu d'une effroyable binarité: il faut tout classer, soit du côté du bien soit du côté du mal. C'est d'une bêtise et d'une rigidité d'esprit effroyable, mais c'est la réalité de notre société aux aboies. Chacune de vos remarques acerbes sur ce journal me motive d'avantage à ouvrir une revue de presse qui lui sera consacré. Et je peux vous assurer que certains d'entre vous seront surpris de découvrir la qualité et la pertinence de certains papiers qui y sont publiés. Bref, revenons en enfin au sujet du topic. Je travaille dans le domaine scientifique mais pas du tout dans le giron de l'agronomie. Je ne suis donc en rien un spécialiste des pesticides, je trouvais simplement l'initiative belle et louable. Je trouve toutefois lamentable que cet appel à la mobilisation soit dénigré car il ne concerne que les pesticides de synthèse et pas les pesticides dit naturels. C'est comme si le slogan de SOS Racisme "Touche pas à mon pote" était décridibilisé car il ne soutient que la lutte contre le racisme et n'englobe pas la stigmatisation que subissent les roux ou les albinos. C'est absurde mais c'est exactement ce qu'il se déroule sous nos yeux... Pour tenter de répondre à vos questions @melie et @estan, voici le billet du principal intéressé publié récemment sur son blog: [B]Les lobbyistes sont là[/B] Amis et lecteurs de Planète sans visa, il me semble qu’il faut serrer les dents et se concentrer sur ce qui compte vraiment. Le Grand Appel des Coquelicots est d’ores et déjà un magnifique succès (https://nousvoulonsdescoquelicots.org), mais il se heurte comme de juste au lobby des pesticides. Dans le nouveau livre (Nous voulons des coquelicots, LLL) que nous consacrons aux pesticides, François Veillerette et moi-même montrons à quel point il est organisé, et dangereux. D’autant plus dangereux qu’il est blessé, et sur la défensive. Je vous conjure de faire face, sans surenchère, mais sans faiblir un instant. Lisez donc la suite. Un lecteur vient de m’envoyer ceci : [B]de Sylvain, coucou Fabrice.[/B] Bravo pour ton appel que je signe et partage autour de moi. En parallèle je discute (sur FB) avec des personnes qui remettent en cause la pertinence de cette appel, en particulier sur 3 points : 1/ Ton appel visent uniquement les pesticides de synthèse. Quid des pesticides “bio” qui semblent eux aussi être dangereux pour l’environnement. 2/ Beaucoup me ressorte l’argument que tout est poison et que c’est la dose qui fait que quelque chose n’est pas poison. 3/ Pas de pesticide ? OK mais alors comment va t-on nourrir la planète ? Sur ce point, je leurs sors les arguments de Marc Dufumier, mais ça n’a pas l’air de les convaincre. Ainsi, je me retrouve le cul entre 2 chaises : _D’abord l’envie de défendre mordicus le contenu de cet appel mais avec un manque cruel d’arguments pour le faire n’étant pas spécialiste du sujet. _et le sentiment un peu coupable de penser que parmi les arguments brandis par les détracteurs de l’appel il y a peut être de choses vraies. 3 exemples d’articles que j’ai reçu, et qui, j’avoue, peuvent un peu faire vaciller les convictions que j’ai et qui sont porté par ton appel : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2613 https://www.agriculture-environnement.fr/2014/01/23/jardinage-bio-et-pesticides915 http://www.forumphyto.fr/2016/11/30/alimentation-10-000-fois-plus-de-pesticides-naturels-que-de-residus-de-pesticides-de-synthese/ Salut à toi 🙂 Ma réponse, Cher Sylvain, Tu perds hélas ton temps et ton énergie, car ces arguments circulent en boucle à l’initiative directe ou indirecte du lobby. Il faut comprendre comment cela fonctionne. Ce lobby dispose de fonds sans limite ou presque et appointe un nombre x de faux débatteurs – à mon sens et pour l’heure entre 15 et 20 personnes – qui écument les réseaux sociaux et organisent des « dialogues » à la manière dont une araignée – dieu que j’aime pourtant cet animal – dialogue avec ses proies. Le tout est fortement documenté, ainsi qu’on a pu voir en septembre 2017 dans le journal Le Monde, qui décrivait les coulisses des Monsanto Papers. Cette firme agrochimique entretient un authentique cabinet noir qui organise la ruine de la réputation des scientifiques – et des journalistes – qui lui déplaisent. Et fait endosser par des scientifiques corrompus – oui, cela existe aussi – des articles rédigés en fait par ses services commerciaux. Il est temps d’ouvrir les yeux en grand. On ne peut dire abstraitement que l’industrie des pesticides est devenue criminelle. Il faut aussi apprendre ensemble à considérer ses manœuvres concrètes. Je vais vous donner un exemple concret. Un certain Emmanuel Grenier tweete sans jamais s’arrêter des messages comme : « Article hallucinant de #Nicolino dans @Charlie_hebdo Il demande carrément de mettre fin à l’indépendance des scientifiques de l’Anses_fr. Il veut que les scientifiques obéissent à Macron. C’est plus Nicolino, c’est Nicolyssenko ». Bon, c’est grotesque, mais le sieur s’adresse à son camp rétréci et entend mobiliser ses maigres troupes. Il ne s’agit jamais que de disqualifier. Ainsi, ce n’est pas Nicolino qui signe le papier sur l’Anses de cette semaine, mais Charlie tout entier. L’article ne vise pas « les scientifiques », fussent-ils de l’Anses, mais son directeur Roger Genet, accusé d’être un militant propesticides. Quant à obéir à Macron, hum ? C’est grotesque, mais éclairant. Car Grenier – et tous ses compères, comme Rivière-Weckstein – appartient à un groupe très identifié de lobbyistes professionnels. Admirateurs sans complexe des nitrates, du nucléaire, des pesticides, négateurs jusques et y compris du trou dans la couche d’ozone. Grenier a été l’une des chevilles ouvrières de l’« Institut de l’Environnement », créé en 1999 pour réhabiliter les nitrates. À l’initiative de très gros de l’agro-industrie bretonne, comme Doux, Gourvennec ou Bernard Salaison. Cet « Institut » a même organisé au Sénat un colloque – les 13 et 14 novembre 2000 – pour réhabiliter les pauvres nitrates. Parmi les contributeurs, Emmanuel Grenier, qui signait une intervention mêlant l’interdiction du DDT, le plomb, la couche d’ozone, l’arrêt de Superphénix, et un sombre complot. Et Grenier était, aux dernières nouvelles, le trésorier de l’Association des journalistes de l’environnement (http://aje-environnement.org/presentation-2). Pas mal, non ? Si vous voulez en savoir plus et diffuser, lisez donc cela et vous m’en direz des nouvelles. Et voyez plutôt d’où viennent ces si graves gens : La préhistoire de messieurs Grenier et Rivière-Weckstein. Fabrice Nicollino A ce billet un lecteur répond: "Belle envolé Mr Nicolino et surtout belle langue de bois…….3 questions (disont 2 car la 3 éme est un peut farfelus bien que pas vide de sens…) et 0 réponses !! Sylvain vas etre bien aidé avec ca pour argumenter… cordialement" Auquel il rétorque: "Les lobbyistes essaient d’entraîner vers au un autre débat, qui n’aura pas lieu avec moi. j’ai écrit deux livres sur le sujet, signé des dizaines d’articles, et l’Appel est là, qui veut sauver le vivant, les oiseaux, la santé. Le reste n’est que diversion. Fabrice Nicolino" Vous l'aurez compris, Nicolino dénonce le travail de sape des lobbyiste. Belle illustration, la première attaque qui a fusé sur ce topic à été étayée par un message d'un illustre inconnu via Twitter! La ou le dernier des pinpin avec un ton professoral peut discréditer en 3 clics n'importe quel papier d'éminents spécialistes. Et le gogo applaudit... Vivement l'album #Humanité dans lequel Saez poursuivra son portrait au vitriol des réseaux (a)sociaux, ça devient urgent de lutter contre ce fléau de la désinformation en 280 caractères...
Koolseb Il y a 3 ans

Pour fermer la parenthèse qui n'a que trop durée sur Charlie Hebdo, sachez que les journalistes de ce journal ont eux au moins l'intelligence d'avoir des opinions sincères, assumées et pas forcément de concert avec la ligne éditoriale. Il y a peu, plusieurs journalistes du journal ont publiés des articles à l'opinion divergente concernant la PMA, c'est ce qui est intéressant les débats d'idées. En tant que lecteur, je ne suis évidemment pas d'accord avec tout les chroniqueurs ni avec tout les articles. Malheureusement ce monde est devenu d'une effroyable binarité: il faut tout classer, soit du côté du bien soit du côté du mal. C'est d'une bêtise et d'une rigidité d'esprit effroyable, mais c'est la réalité de notre société aux aboies. Chacune de vos remarques acerbes sur ce journal me motive d'avantage à ouvrir une revue de presse qui lui sera consacré. Et je peux vous assurer que certains d'entre vous seront surpris de découvrir la qualité et la pertinence de certains papiers qui y sont publiés.

Bref, revenons en enfin au sujet du topic.
Je travaille dans le domaine scientifique mais pas du tout dans le giron de l'agronomie. Je ne suis donc en rien un spécialiste des pesticides, je trouvais simplement l'initiative belle et louable. Je trouve toutefois lamentable que cet appel à la mobilisation soit dénigré car il ne concerne que les pesticides de synthèse et pas les pesticides dit naturels. C'est comme si le slogan de SOS Racisme "Touche pas à mon pote" était décridibilisé car il ne soutient que la lutte contre le racisme et n'englobe pas la stigmatisation que subissent les roux ou les albinos. C'est absurde mais c'est exactement ce qu'il se déroule sous nos yeux...

Pour tenter de répondre à vos questions melie et Estan, voici le billet du principal intéressé publié récemment sur son blog:

Les lobbyistes sont là

Amis et lecteurs de Planète sans visa, il me semble qu’il faut serrer les dents et se concentrer sur ce qui compte vraiment. Le Grand Appel des Coquelicots est d’ores et déjà un magnifique succès (https://nousvoulonsdescoquelicots.org), mais il se heurte comme de juste au lobby des pesticides. Dans le nouveau livre (Nous voulons des coquelicots, LLL) que nous consacrons aux pesticides, François Veillerette et moi-même montrons à quel point il est organisé, et dangereux. D’autant plus dangereux qu’il est blessé, et sur la défensive. Je vous conjure de faire face, sans surenchère, mais sans faiblir un instant. Lisez donc la suite.

Un lecteur vient de m’envoyer ceci :

de Sylvain,

coucou Fabrice.


Bravo pour ton appel que je signe et partage autour de moi.

En parallèle je discute (sur FB) avec des personnes qui remettent en cause la pertinence de cette appel, en particulier sur 3 points :
1/ Ton appel visent uniquement les pesticides de synthèse. Quid des pesticides “bio” qui semblent eux aussi être dangereux pour l’environnement.
2/ Beaucoup me ressorte l’argument que tout est poison et que c’est la dose qui fait que quelque chose n’est pas poison.
3/ Pas de pesticide ? OK mais alors comment va t-on nourrir la planète ? Sur ce point, je leurs sors les arguments de Marc Dufumier, mais ça n’a pas l’air de les convaincre.

Ainsi, je me retrouve le cul entre 2 chaises :
_D’abord l’envie de défendre mordicus le contenu de cet appel mais avec un manque cruel d’arguments pour le faire n’étant pas spécialiste du sujet.
_et le sentiment un peu coupable de penser que parmi les arguments brandis par les détracteurs de l’appel il y a peut être de choses vraies.

3 exemples d’articles que j’ai reçu, et qui, j’avoue, peuvent un peu faire vaciller les convictions que j’ai et qui sont porté par ton appel :
http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2613

https://www.agriculture-environnement.fr/2014/01/23/jardinage-bio-et-pesticides915

http://www.forumphyto.fr/2016/11/30/alimentation-10-000-fois-plus-de-pesticides-naturels-que-de-residus-de-pesticides-de-synthese/

Salut à toi 🙂

Ma réponse,

Cher Sylvain,

Tu perds hélas ton temps et ton énergie, car ces arguments circulent en boucle à l’initiative directe ou indirecte du lobby. Il faut comprendre comment cela fonctionne. Ce lobby dispose de fonds sans limite ou presque et appointe un nombre x de faux débatteurs – à mon sens et pour l’heure entre 15 et 20 personnes – qui écument les réseaux sociaux et organisent des « dialogues » à la manière dont une araignée – dieu que j’aime pourtant cet animal – dialogue avec ses proies. Le tout est fortement documenté, ainsi qu’on a pu voir en septembre 2017 dans le journal Le Monde, qui décrivait les coulisses des Monsanto Papers.

Cette firme agrochimique entretient un authentique cabinet noir qui organise la ruine de la réputation des scientifiques – et des journalistes – qui lui déplaisent. Et fait endosser par des scientifiques corrompus – oui, cela existe aussi – des articles rédigés en fait par ses services commerciaux. Il est temps d’ouvrir les yeux en grand. On ne peut dire abstraitement que l’industrie des pesticides est devenue criminelle. Il faut aussi apprendre ensemble à considérer ses manœuvres concrètes.

Je vais vous donner un exemple concret. Un certain Emmanuel Grenier tweete sans jamais s’arrêter des messages comme : « Article hallucinant de #Nicolino dans @Charlie_hebdo Il demande carrément de mettre fin à l’indépendance des scientifiques de l’Anses_fr. Il veut que les scientifiques obéissent à Macron. C’est plus Nicolino, c’est Nicolyssenko ».

Bon, c’est grotesque, mais le sieur s’adresse à son camp rétréci et entend mobiliser ses maigres troupes. Il ne s’agit jamais que de disqualifier. Ainsi, ce n’est pas Nicolino qui signe le papier sur l’Anses de cette semaine, mais Charlie tout entier. L’article ne vise pas « les scientifiques », fussent-ils de l’Anses, mais son directeur Roger Genet, accusé d’être un militant propesticides. Quant à obéir à Macron, hum ?

C’est grotesque, mais éclairant. Car Grenier – et tous ses compères, comme Rivière-Weckstein – appartient à un groupe très identifié de lobbyistes professionnels. Admirateurs sans complexe des nitrates, du nucléaire, des pesticides, négateurs jusques et y compris du trou dans la couche d’ozone. Grenier a été l’une des chevilles ouvrières de l’« Institut de l’Environnement », créé en 1999 pour réhabiliter les nitrates. À l’initiative de très gros de l’agro-industrie bretonne, comme Doux, Gourvennec ou Bernard Salaison. Cet « Institut » a même organisé au Sénat un colloque – les 13 et 14 novembre 2000 – pour réhabiliter les pauvres nitrates. Parmi les contributeurs, Emmanuel Grenier, qui signait une intervention mêlant l’interdiction du DDT, le plomb, la couche d’ozone, l’arrêt de Superphénix, et un sombre complot. Et Grenier était, aux dernières nouvelles, le trésorier de l’Association des journalistes de l’environnement (http://aje-environnement.org/presentation-2). Pas mal, non ?

Si vous voulez en savoir plus et diffuser, lisez donc cela

et vous m’en direz des nouvelles. Et voyez plutôt d’où viennent ces si graves gens : La préhistoire de messieurs Grenier et Rivière-Weckstein.

Fabrice Nicollino


A ce billet un lecteur répond:

"Belle envolé Mr Nicolino et surtout belle langue de bois…….3 questions (disont 2 car la 3 éme est un peut farfelus bien que pas vide de sens…) et 0 réponses !! Sylvain vas etre bien aidé avec ca pour argumenter…
cordialement"

Auquel il rétorque:

"Les lobbyistes essaient d’entraîner vers au un autre débat, qui n’aura pas lieu avec moi. j’ai écrit deux livres sur le sujet, signé des dizaines d’articles, et l’Appel est là, qui veut sauver le vivant, les oiseaux, la santé. Le reste n’est que diversion.

Fabrice Nicolino"


Vous l'aurez compris, Nicolino dénonce le travail de sape des lobbyiste. Belle illustration, la première attaque qui a fusé sur ce topic à été étayée par un message d'un illustre inconnu via Twitter! La ou le dernier des pinpin avec un ton professoral peut discréditer en 3 clics n'importe quel papier d'éminents spécialistes. Et le gogo applaudit... Vivement l'album #Humanité dans lequel Saez poursuivra son portrait au vitriol des réseaux (a)sociaux, ça devient urgent de lutter contre ce fléau de la désinformation en 280 caractères...

[quote="Koolseb"]Je travaille dans le domaine scientifique mais pas du tout dans le giron de l'agronomie.[/quote] Pour quelqu'un qui travaille dans le domaine scientifique, ça te dérange pas que la science soit absente de cette initiative ? [quote="Koolseb"]Je trouve toutefois lamentable que cet appel à la mobilisation soit dénigré car il ne concerne que les pesticides de synthèse et pas les pesticides dit naturels.[/quote] Elle est surtout dénigrée parce que la science est absente. [quote="Koolseb"]A ce billet un lecteur répond: "Belle envolé Mr Nicolino et surtout belle langue de bois…….3 questions (disont 2 car la 3 éme est un peut farfelus bien que pas vide de sens…) et 0 réponses !! Sylvain vas etre bien aidé avec ca pour argumenter… cordialement"[/quote] J'ai pensé la même chose :D [quote="Koolseb"]Vous l'aurez compris, Nicollino montré du doigt l'action des lobbyiste.[/quote] On peut parler du lobby bio derrière cette initiative ? Et puis cette façon de ne parler que des lobbies au lieu de répondre aux questions, on dirait des anti-vaccins avec big pharma. [quote="Koolseb"]Belle illustration, la première attaque qui a fusé sur ce topic à été illustré par un message d'un illustre inconnu via Twitter![/quote] Parce qu'il faut être connu pour être critique ? Il dit qu'il est anti-bio mais de là à dire qu'il est lobbyiste et qu'il fait de la désinformation, ça va ptêt un peu loin, non ?
melie Il y a 3 ans

Je travaille dans le domaine scientifique mais pas du tout dans le giron de l'agronomie.

Pour quelqu'un qui travaille dans le domaine scientifique, ça te dérange pas que la science soit absente de cette initiative ?

Je trouve toutefois lamentable que cet appel à la mobilisation soit dénigré car il ne concerne que les pesticides de synthèse et pas les pesticides dit naturels.

Elle est surtout dénigrée parce que la science est absente.

A ce billet un lecteur répond:

"Belle envolé Mr Nicolino et surtout belle langue de bois…….3 questions (disont 2 car la 3 éme est un peut farfelus bien que pas vide de sens…) et 0 réponses !! Sylvain vas etre bien aidé avec ca pour argumenter…
cordialement"

J'ai pensé la même chose

Vous l'aurez compris, Nicollino montré du doigt l'action des lobbyiste.

On peut parler du lobby bio derrière cette initiative ?
Et puis cette façon de ne parler que des lobbies au lieu de répondre aux questions, on dirait des anti-vaccins avec big pharma.

Belle illustration, la première attaque qui a fusé sur ce topic à été illustré par un message d'un illustre inconnu via Twitter!

Parce qu'il faut être connu pour être critique ? Il dit qu'il est anti-bio mais de là à dire qu'il est lobbyiste et qu'il fait de la désinformation, ça va ptêt un peu loin, non ?

Donc ton idée c'est quoi @melie? On encourage les monocultures de 300 hectares? On dit aux ouvriers communaux de balancer des litres de glyphosate sur les trottoirs, dans les fossés et les allées des cimetières pour éviter l'outrage de la moindre herbe folle? On vaporise joyeusement l'atmosphère de néonicotinoïdes pour bien buter abeilles et bourdons? La critique est facile, l'art un peu plus la laborieux. Curieux de voir ce que tu proposes pour défendre la santé de notre planète... A moins que tu n'aies pas encore remarqué que quelque chose ne tournait plus très rond? Pourtant il y a des petits signes qui sont effarants. Quand j'était tout gamin il y a 25 ans, je me rappel très bien qu'après le moindre petit trajet nocturne, le parchoc et le capot de la Renault 11 de mes parents étaient maculés de moucherons et papillons de nuits. Aujourd'hui après 3h de route de nuit en pleine cambrousse, à peine quelques moucherons écrasés sur le pare-brise... ça n'interpelle personne ce genre de chose? Quand des études avancent que 80% des insectes ont disparus en 25 ans, ce n'est malheureusement pas du vent... Ce qui est triste @melie c'est que tu reprends l'argumentaire des "anti" sans même t'interroger ne serais-ce qu'une seconde sur leur pertinence. L'appel qui figure en préambule du topic c'est un tiers d'une des 20 pages du Charlie Hebdo spéciale Pesticides de la semaine dernière. Cette édition était bourrée d'articles relatant les études scientifiques ayant mis en évidence les effets néfastes des pesticides, les relations entre Bayer et Monsanto, une pleine page pour expliquer la mascarade de l'Anses et de son DG Roger Genet,... De plus Nicolino à pris le soin de compléter son appel d'un livre-manifeste dans lequel le pan scientifique est loin d'être éludé. L'as tu seulement lu avant d'affirmer avec virulence que l'auteur de l'appel ne s'est pas intéressé à cet aspect???
Koolseb Il y a 3 ans

Donc ton idée c'est quoi melie? On encourage les monocultures de 300 hectares? On dit aux ouvriers communaux de balancer des litres de glyphosate sur les trottoirs, dans les fossés et les allées des cimetières pour éviter l'outrage de la moindre herbe folle? On vaporise joyeusement l'atmosphère de néonicotinoïdes pour bien buter abeilles et bourdons? La critique est facile, l'art un peu plus la laborieux. Curieux de voir ce que tu proposes pour défendre la santé de notre planète... A moins que tu n'aies pas encore remarqué que quelque chose ne tournait plus très rond? Pourtant il y a des petits signes qui sont effarants. Quand j'était tout gamin il y a 25 ans, je me rappel très bien qu'après le moindre petit trajet nocturne, le parchoc et le capot de la Renault 11 de mes parents étaient maculés de moucherons et papillons de nuits. Aujourd'hui après 3h de route de nuit en pleine cambrousse, à peine quelques moucherons écrasés sur le pare-brise... ça n'interpelle personne ce genre de chose? Quand des études avancent que 80% des insectes ont disparus en 25 ans, ce n'est malheureusement pas du vent...

Ce qui est triste melie c'est que tu reprends l'argumentaire des "anti" sans même t'interroger ne serais-ce qu'une seconde sur leur pertinence. L'appel qui figure en préambule du topic c'est un tiers d'une des 20 pages du Charlie Hebdo spéciale Pesticides de la semaine dernière. Cette édition était bourrée d'articles relatant les études scientifiques ayant mis en évidence les effets néfastes des pesticides, les relations entre Bayer et Monsanto, une pleine page pour expliquer la mascarade de l'Anses et de son DG Roger Genet,...
De plus Nicolino à pris le soin de compléter son appel d'un livre-manifeste dans lequel le pan scientifique est loin d'être éludé. L'as tu seulement lu avant d'affirmer avec virulence que l'auteur de l'appel ne s'est pas intéressé à cet aspect???

Allant dans le sens des arguments de @Koolseb, je pense que cette initiative politique -au sens noble du terme j'entends- par des habitant-es est née d'observations, de réflexions puis de propositions d'actions après enrichissement par des données scientifiques principalement biologiques. Mais en effet ces personnes ne sont pas à l'origine des études scientifiques qu'elles référencent dans le livre-manifeste proposé. À te lire @melie il n'y aurait que des biologistes pour être capable de s'indigner des pesticides de synthèse ainsi que de proposer d'autres manières d'organiser la production des aliments? Le rôle de la science est de montrer les mécanismes précédés des causes, suivis des conséquences concernant des phénomènes précis, suivant des protocoles déterminés. Ces personnes ne conduisent pas des études elles cherchent à mettre en exergue les conséquences démontrées par celles déjà faites. Elles veulent proposer une alimentation sans ces pesticides de synthèse par l'action politique. Répartition des rôles dirais-je. La manière de s'alimenter n'est pas que scientifique, elle est personnelle et collective. Donc au contraire de ton argumentation, je crois sincèrement que cet appel montre la carence en sciences biologiques au sein des institutions de pouvoir pour l'organisation du territoire. À fortiori la carence en science est présente partout, en premier lieu dans les écoles. Dans les esprits d'un grand nombre d'entre nous elle est horriblement absente. La preuve en est de ton commentaire qui n'a pas l'air de révéler tes connaissances sur ce qu'est la science en elle-même. Il manque de science, de philosophie de la science à tous les niveaux sur tous les territoires. Je suis étudiant en médecine depuis quelques années et frustré quasiment à toutes les discussions auxquelles je participe autant philosophiques que politiques, aussi absente parmi les actions militantes fréquentes auxquelles je prends part. Nous manquons de rigueur partout et nous en sommes ni responsables ni coupables. Aidons les en apportant donc de la "science" au lieu de d'écrire avec nos doigts plein de pesticides. (Brin d'humour). Pour finir, cet appel peut permettre directement à des scientifiques de réaliser de nouvelles études, car sans indignation citoyenne en fait qui va initier des recherches sur ce type de cas précis ?
remi3211 Il y a 3 ans

Allant dans le sens des arguments de Koolseb, je pense que cette initiative politique -au sens noble du terme j'entends- par des habitant-es est née d'observations, de réflexions puis de propositions d'actions après enrichissement par des données scientifiques principalement biologiques. Mais en effet ces personnes ne sont pas à l'origine des études scientifiques qu'elles référencent dans le livre-manifeste proposé.

À te lire melie il n'y aurait que des biologistes pour être capable de s'indigner des pesticides de synthèse ainsi que de proposer d'autres manières d'organiser la production des aliments?
Le rôle de la science est de montrer les mécanismes précédés des causes, suivis des conséquences concernant des phénomènes précis, suivant des protocoles déterminés.
Ces personnes ne conduisent pas des études elles cherchent à mettre en exergue les conséquences démontrées par celles déjà faites. Elles veulent proposer une alimentation sans ces pesticides de synthèse par l'action politique.
Répartition des rôles dirais-je.
La manière de s'alimenter n'est pas que scientifique, elle est personnelle et collective.

Donc au contraire de ton argumentation, je crois sincèrement que cet appel montre la carence en sciences biologiques au sein des institutions de pouvoir pour l'organisation du territoire. À fortiori la carence en science est présente partout, en premier lieu dans les écoles. Dans les esprits d'un grand nombre d'entre nous elle est horriblement absente.
La preuve en est de ton commentaire qui n'a pas l'air de révéler tes connaissances sur ce qu'est la science en elle-même.

Il manque de science, de philosophie de la science à tous les niveaux sur tous les territoires.
Je suis étudiant en médecine depuis quelques années et frustré quasiment à toutes les discussions auxquelles je participe autant philosophiques que politiques, aussi absente parmi les actions militantes fréquentes auxquelles je prends part.
Nous manquons de rigueur partout et nous en sommes ni responsables ni coupables.

Aidons les en apportant donc de la "science" au lieu de d'écrire avec nos doigts plein de pesticides. (Brin d'humour).

Pour finir, cet appel peut permettre directement à des scientifiques de réaliser de nouvelles études, car sans indignation citoyenne en fait qui va initier des recherches sur ce type de cas précis ?

[quote="Koolseb"]Je trouve toutefois lamentable que cet appel à la mobilisation soit dénigré car il ne concerne que les pesticides de synthèse et pas les pesticides dit naturels. C'est comme si le slogan de SOS Racisme "Touche pas à mon pote" était décrédibilisé car il ne soutient que la lutte contre le racisme et n'englobe pas la stigmatisation que subissent les roux ou les albinos. C'est absurde mais c'est exactement ce qu'il se déroule sous nos yeux...[/quote] Ce n'est pas pour ça qu'on le critique du tout. Melie et moi ne remettons pas du tout en cause le réchauffement climatique ni l'urgence à agir. Je suis ni pro bio ni anti (je suis vegan et je mangeais bio jusqu'à très peu car je pensais que c'était le mieux pour l'environnement, aujourd'hui j'en doute mais je ne dis pas que le non bio est mieux, juste peut être équivalent mais je suis en phase de recherche à ce sujet), je demande juste à ce qu'on fasse attention de bien vérifier que tous les pesticides de synthèse soient supprimés parce qu'ils sont nocifs (environnement ou/et santé) et non parce qu'ils sont de synthèse. On défend tous la même chose que ce soit Melie, vous et moi !
Estan Il y a 3 ans

Je trouve toutefois lamentable que cet appel à la mobilisation soit dénigré car il ne concerne que les pesticides de synthèse et pas les pesticides dit naturels. C'est comme si le slogan de SOS Racisme "Touche pas à mon pote" était décrédibilisé car il ne soutient que la lutte contre le racisme et n'englobe pas la stigmatisation que subissent les roux ou les albinos. C'est absurde mais c'est exactement ce qu'il se déroule sous nos yeux...


Ce n'est pas pour ça qu'on le critique du tout.
Melie et moi ne remettons pas du tout en cause le réchauffement climatique ni l'urgence à agir.
Je suis ni pro bio ni anti (je suis vegan et je mangeais bio jusqu'à très peu car je pensais que c'était le mieux pour l'environnement, aujourd'hui j'en doute mais je ne dis pas que le non bio est mieux, juste peut être équivalent mais je suis en phase de recherche à ce sujet), je demande juste à ce qu'on fasse attention de bien vérifier que tous les pesticides de synthèse soient supprimés parce qu'ils sont nocifs (environnement ou/et santé) et non parce qu'ils sont de synthèse. On défend tous la même chose que ce soit Melie, vous et moi !

LES PESTICIDES La vrai "peste" [I]Par Antonio Fischetti (Charlie Hebdo, 19/09/2018)[/I] Il y a eu deux études scientifiques sur les pesticides. La première montrait la contamination de la population française. La seconde, leur impact sur la santé. Mais tout le monde continue comme si de rien n’était. Cela fait plusieurs générations que nous ingurgitons tous des pesticides. Et pourtant, il aura fallu attendre 2013 pour voir la première grande étude scientifique française sur le sujet. On la doit à Santé publique France, prestigieux organisme de recherche. Les scientifiques ont analysé les taux de pesticides contenus dans le sang et les urines d’ « environ 400 personnes âgées de 18 à 74 ans ». On ne va pas détailler ici les chiffres d’un rapport de 177 pages ([I]1[/I]). Mais le constat peut se résumer en une phrase : le corps des Français contient de très nombreux pesticides. Et de toutes sortes. Même, dit le rapport, « des pesticides de la famille des organochlorés, aujourd’hui interdits, mais rémanents dans l’environnement et dans l’organisme humain ». En somme, vous avez beau manger bio, vous n’échappez pas aux pesticides, car ceux qui ont été dispersés sur les cultures se répandent dans l’environnement (air, eau, sol), et même les plus rigoureux consommateurs bio en ingèrent malgré eux. Étonnamment, les femmes sont souvent plus contaminées que les hommes, ce qui pourrait s’expliquer par des différences de métabolisme. Santé publique France continue aujourd'hui les investigations, nous apprend Sébastien Denys, directeur du département Santé environnement: "Nous sommes actuellement en train de mener une étude sur imprégnation par les pesticides sur 2000 adultes et 1000 enfants. Les résultats seront publiés l'an prochain. Mais nous avons déjà constaté une surexposition des femmes enceintes par rapport à d'autres pays, notamment par les réthrinoïdes, qui sont des insecticides domestiques." Bref, même la chasse aux moustiques et aux mites n'est pas sans danger. Malheureusement, cette étude ne tire aucune conclusion sur la dangerosité des pesticides. Sur ce plan, c'est un véritable gouffre scientifique. Cependant, on peut en avoir une idée en lisant le rapport ([I]2[/I]) de l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale), paru lui aussi en 2013, et qui synthétise l'ensemble des travaux scientifiques sur le sujet. Hypocondriaques, ne lisez pas ce qui suit. Car ce rapport nous apprend que l'exposition aux pesticides favorise de très nombreuses maladies: leucémies, tumeurs cérébrales, maladies de Parkinson et d'Alzheimer... Et bien d'autres encore, dont je vous épargne la liste par charité. Les pesticides affectent aussi la santé mentale, car ils entraînent "une grande fréquence de troubles anxieux et dépressifs", ce qui "pourrait, dans une certaine mesure, contribuer à expliquer les excès de suicides en milieu agricole observés dans de nombreux pays... Soulignons que ce ne sont pas de farouches militant écolos qui écrivent ça, mais des scientifiques qui ont généralement pour habitude de redoubler de prudence dans leurs écrits. Ces deux études auraient dû secouer le monde politique. Et pourtant, rien n'a suivi. Pas de débat public, pas de loi, rien... Si nous mangeons des pommes sans vers, mais qui nous filent le cancer, la belle affaire. Il serait temps de réaliser que les vrais "nuisibles", ce sont davantage les pesticides que cette prétendue "peste" - vers, pucerons,...- qu'ils veulent éradiquer. [I]1. Rapport de l'institut de veille sanitaire (ancien nom de Santé publique France): "Exposition de la population française aux substances chimiques de l'environnement. Tome 2" (2013) 2."Pesticides. Effets sur la santé". Expertise collective de l'INSERM. Les éditions Inserm (2013).[/I]
Koolseb Il y a 3 ans

LES PESTICIDES
La vrai "peste"

Par Antonio Fischetti (Charlie Hebdo, 19/09/2018)


Il y a eu deux études scientifiques sur les pesticides. La première montrait la contamination de la population française. La seconde, leur impact sur la santé. Mais tout le monde continue comme si de rien n’était.

Cela fait plusieurs générations que nous ingurgitons tous des pesticides. Et pourtant, il aura fallu attendre 2013 pour voir la première grande étude scientifique française sur le sujet. On la doit à Santé publique France, prestigieux organisme de recherche. Les scientifiques ont analysé les taux de pesticides contenus dans le sang et les urines d’ « environ 400 personnes âgées de 18 à 74 ans ». On ne va pas détailler ici les chiffres d’un rapport de 177 pages (1). Mais le constat peut se résumer en une phrase : le corps des Français contient de très nombreux pesticides. Et de toutes sortes. Même, dit le rapport, « des pesticides de la famille des organochlorés, aujourd’hui interdits, mais rémanents dans l’environnement et dans l’organisme humain ». En somme, vous avez beau manger bio, vous n’échappez pas aux pesticides, car ceux qui ont été dispersés sur les cultures se répandent dans l’environnement (air, eau, sol), et même les plus rigoureux consommateurs bio en ingèrent malgré eux. Étonnamment, les femmes sont souvent plus contaminées que les hommes, ce qui pourrait s’expliquer par des différences de métabolisme.

Santé publique France continue aujourd'hui les investigations, nous apprend Sébastien Denys, directeur du département Santé environnement: "Nous sommes actuellement en train de mener une étude sur imprégnation par les pesticides sur 2000 adultes et 1000 enfants. Les résultats seront publiés l'an prochain. Mais nous avons déjà constaté une surexposition des femmes enceintes par rapport à d'autres pays, notamment par les réthrinoïdes, qui sont des insecticides domestiques."
Bref, même la chasse aux moustiques et aux mites n'est pas sans danger.
Malheureusement, cette étude ne tire aucune conclusion sur la dangerosité des pesticides. Sur ce plan, c'est un véritable gouffre scientifique.

Cependant, on peut en avoir une idée en lisant le rapport (2) de l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale), paru lui aussi en 2013, et qui synthétise l'ensemble des travaux scientifiques sur le sujet. Hypocondriaques, ne lisez pas ce qui suit. Car ce rapport nous apprend que l'exposition aux pesticides favorise de très nombreuses maladies: leucémies, tumeurs cérébrales, maladies de Parkinson et d'Alzheimer... Et bien d'autres encore, dont je vous épargne la liste par charité. Les pesticides affectent aussi la santé mentale, car ils entraînent "une grande fréquence de troubles anxieux et dépressifs", ce qui "pourrait, dans une certaine mesure, contribuer à expliquer les excès de suicides en milieu agricole observés dans de nombreux pays... Soulignons que ce ne sont pas de farouches militant écolos qui écrivent ça, mais des scientifiques qui ont généralement pour habitude de redoubler de prudence dans leurs écrits.

Ces deux études auraient dû secouer le monde politique. Et pourtant, rien n'a suivi. Pas de débat public, pas de loi, rien... Si nous mangeons des pommes sans vers, mais qui nous filent le cancer, la belle affaire. Il serait temps de réaliser que les vrais "nuisibles", ce sont davantage les pesticides que cette prétendue "peste" - vers, pucerons,...- qu'ils veulent éradiquer.



1. Rapport de l'institut de veille sanitaire (ancien nom de Santé publique France): "Exposition de la population française aux substances chimiques de l'environnement. Tome 2" (2013)

2."Pesticides. Effets sur la santé". Expertise collective de l'INSERM. Les éditions Inserm (2013).

Je préviens j'suis crevée alors pas sûre d'être bien claire dans ce que je raconte ^^ Je nie pas l'impact environnemental de l'agriculture et oui, il faut agir pour l'environnement, il faut changer les choses. Mais il ne faut pas suivre aveuglément le premier qui propose une solution. Non, je n'ai pas lu le bouquin, ni l'édition de Charlie sur ce sujet. Je pensais naïvement qu'on retrouverait toute l'information sur le site : https://nousvoulonsdescoquelicots.org pour qu'on puisse se faire son propre avis sur cette solution d'interdire les pesticides de synthèse avant de signer l'appel. Je doute qu'en entendant parler de cette initiative, les gens se précipitent en librairie mais se retrouve sur le site face à ce texte : [img]https://reporterre.net/IMG/jpg/appel-a4-v2.jpg[/img] qui, je trouve, surfe sur la peur et diabolise les pesticides de synthèse et où il faut croire sur parole à ce qui est dit. J'ai plus l'impression qu'on fait appel à l'émotionnel qu'à la raison. Pour ce type d'initiative, je trouve ça gênant et je doute que ce ne soit pas fait exprès. Non, il n'y a pas que les scientifiques qui doivent s'emparer du sujet et donner des solutions. C'est pas un sujet que j'ai pu creuser mais de ce que j'ai lu à droite à gauche, c'est plus compliqué que le conventionnel est responsable de tous les maux de la terre et le bio c'est la panacée. Analysons les pratiques, les produits utilisés et faisons des choix en fonction des données, mettons en avant les meilleures pratiques...
melie Il y a 3 ans

Je préviens j'suis crevée alors pas sûre d'être bien claire dans ce que je raconte

Je nie pas l'impact environnemental de l'agriculture et oui, il faut agir pour l'environnement, il faut changer les choses. Mais il ne faut pas suivre aveuglément le premier qui propose une solution.

Non, je n'ai pas lu le bouquin, ni l'édition de Charlie sur ce sujet. Je pensais naïvement qu'on retrouverait toute l'information sur le site : https://nousvoulonsdescoquelicots.org pour qu'on puisse se faire son propre avis sur cette solution d'interdire les pesticides de synthèse avant de signer l'appel. Je doute qu'en entendant parler de cette initiative, les gens se précipitent en librairie mais se retrouve sur le site face à ce texte :

qui, je trouve, surfe sur la peur et diabolise les pesticides de synthèse et où il faut croire sur parole à ce qui est dit. J'ai plus l'impression qu'on fait appel à l'émotionnel qu'à la raison. Pour ce type d'initiative, je trouve ça gênant et je doute que ce ne soit pas fait exprès.

Non, il n'y a pas que les scientifiques qui doivent s'emparer du sujet et donner des solutions. C'est pas un sujet que j'ai pu creuser mais de ce que j'ai lu à droite à gauche, c'est plus compliqué que le conventionnel est responsable de tous les maux de la terre et le bio c'est la panacée. Analysons les pratiques, les produits utilisés et faisons des choix en fonction des données, mettons en avant les meilleures pratiques...

Dans l'édition spéciale Pesticides de Charlie Hebdo, Fabrice Nicolino à signalé que la pétition en question se voulait volontairement minimaliste, dans le soucis de ne pas s'adresser qu'aux experts et de toucher le plus grand nombre. Et quand on sait l'énergie depensée à la rédaction d'un journal entier consacré au sujet et d'un livre-manifeste, on ne peut pas lui reprocher de verser dans la vulgarisation scientifique. Toute les semaines ce journaliste rédige une pleine page sur le thème de l'écologie. Si je ne suis pas fan de son style d'écriture, les sujets abordés, leurs développements et les illustrations des informations données semblent très pertinentes. Par exemple, dès l'intronisation de Nicolas Hulot au Ministère de l'écologie, il avait expliqué comment les entraves des lobbystes l'empêcheraient d'avoir les coudées franches et l'amèneraient à rapidement quitter ses fonctions. Autre exemple frappant, il y a plusieurs années il avait relayé les études alarmantes concernant le triclosan, un biocide (antibactérien et antifongique à large spectre) que l'on trouve dans nombre de produits d'usage (cosmétique, dentifrice,...). Le triclosan serait responsable de résistances bacteriennes, perturbateur endocrinien, cancérigène potentiel, proinflammatoire, allergisant et fragiliserait le microbiote intestinal. Malgré les signaux d'alertes, on trouve toujours ce poison dans des produits d'hygiène, comme dans le dentifrice blockbuster de la marque Colgate. Les papiers alarmants sur ce composé se multiplient, les gens continuent d'en ingérer en toute ignorance. Et dans cette tentative de lancement d'alerte de Nicolino, on peut difficilement incriminer le lobby du bio qui s'en prendrait a la pauvre firme Colgate...
Koolseb Il y a 3 ans

Dans l'édition spéciale Pesticides de Charlie Hebdo, Fabrice Nicolino à signalé que la pétition en question se voulait volontairement minimaliste, dans le soucis de ne pas s'adresser qu'aux experts et de toucher le plus grand nombre. Et quand on sait l'énergie depensée à la rédaction d'un journal entier consacré au sujet et d'un livre-manifeste, on ne peut pas lui reprocher de verser dans la vulgarisation scientifique.

Toute les semaines ce journaliste rédige une pleine page sur le thème de l'écologie. Si je ne suis pas fan de son style d'écriture, les sujets abordés, leurs développements et les illustrations des informations données semblent très pertinentes. Par exemple, dès l'intronisation de Nicolas Hulot au Ministère de l'écologie, il avait expliqué comment les entraves des lobbystes l'empêcheraient d'avoir les coudées franches et l'amèneraient à rapidement quitter ses fonctions. Autre exemple frappant, il y a plusieurs années il avait relayé les études alarmantes concernant le triclosan, un biocide (antibactérien et antifongique à large spectre) que l'on trouve dans nombre de produits d'usage (cosmétique, dentifrice,...). Le triclosan serait responsable de résistances bacteriennes, perturbateur endocrinien, cancérigène potentiel, proinflammatoire, allergisant et fragiliserait le microbiote intestinal. Malgré les signaux d'alertes, on trouve toujours ce poison dans des produits d'hygiène, comme dans le dentifrice blockbuster de la marque Colgate. Les papiers alarmants sur ce composé se multiplient, les gens continuent d'en ingérer en toute ignorance. Et dans cette tentative de lancement d'alerte de Nicolino, on peut difficilement incriminer le lobby du bio qui s'en prendrait a la pauvre firme Colgate...