[color="teal"][u]Edit @melie :[/u]Pour que ce soit plus simple pour retrouver les paroles d'une chanson, vous avez juste à cliquer sur le titre de la chanson voulue et vous serez envoyé vers le post contenant les paroles. [url="https://www.saezlive.net/topics/view/5625/humanite-les-paroles?page=2#306092"]Humanité[/url] [url="https://www.saezlive.net/topics/view/5625/humanite-les-paroles#305988"]Les guerres des mondes[/url] [url="https://www.saezlive.net/topics/view/5625/humanite-les-paroles?page=2#306327"]La mort[/url] [url="https://www.saezlive.net/topics/view/5625/humanite-les-paroles#306020"]J'envoie[/url] [url="https://www.saezlive.net/topics/view/5625/humanite-les-paroles#304252"]P'tite pute[/url] [url="https://www.saezlive.net/topics/view/5625/humanite-les-paroles#305970"]La belle au bois[/url] [url="https://www.saezlive.net/topics/view/5625/humanite-les-paroles?page=2#306105"]Amour criminel[/url] [url="https://www.saezlive.net/topics/view/5625/humanite-les-paroles#306003"]Elle aimait se faire liker[/url] [url="https://www.saezlive.net/topics/view/5625/humanite-les-paroles#305986"]L'attentat[/url] [url="https://www.saezlive.net/topics/view/5625/humanite-les-paroles?page=2#306188"]Burqa[/url] [url="https://www.saezlive.net/topics/view/5625/humanite-les-paroles?page=2#306176"]Ma religieuse[/url] MàJ : Vous pouvez retrouver toutes les paroles de l'album avec les dernières corrections ici : https://www.saezlive.net/discography/album/12/humanite ------------------------------------------[/color] Voilà les paroles de la nouvelle chanson "P'tite pute" issue de l'album à venir "#humanité " : Sur les photos, moi j’ai la bouche comme un canard, Je fais coin-coin tu sais si tu mets les dollars. J’suis la reine des shampoings, la reine des accessoires, Faut bien vendre aux gamins l’ticket pour l’abattoir. Gueule photoshopée, mettons qu’ça fait rêver, Le peuple aime bien liker quand y s’fait enculer Par tout cet inutile qu’on leur vend par paquets De viande pour des gamines qui veulent vous ressembler. Mes vacances sur des yachts, j’prends mon cul en photo Pour faire bander la terre, pour des millions d’prolos. Je signe des autographes aux gamines sans cerveau D’en haut des tapis rouges, si tu savais, c’est beau. J’trinque au Dom-Pé’ qu’j’me suis fait sur ta gueule Quand j’t’ai fait raquer, oui ton propre cercueil. J’ai rien fait dans la vie qu’vendre mon cul sur la toile, Ouais mais les populaires me prennent pour une étoile. J’suis qu’une p’tite pute sur les réseaux, Une p’tite pute en d’ssous des logos. J’suis qu’une p’tite pute, télé-radio, Prospectus dans les journaux. J’suis qu’une p’tite pute dans les métros, J’suis qu’une p’tite pute pour les blaireaux. J’suis qu’une p’tite putain d’collabo, Une p’tite michto dans l’caniveau. Le monde crève sans abri, des tentes sur des trottoirs. Toi, tu prends des selfies, t’as la larme au regard. Au cœur des vide-ordures, au règne de l’avoir, La planète crève, c’est sûr, j’l’ai tweeté hier soir. J’me balade aux soirées humanitaires, vends l’espoir, Pour sauver les p’tits singes, pour sauver les p’tits noirs. J’fais la colonialiste, la blondasse au Rwanda, Avec ma fondation, j’paie moins d’impôts, tu vois. J’fais des anniversaires, mes amis d’la jet-set Ont la gueule des cimetières, ouais je sais, j’me la pète. Des acteurs, jet privé, qui luttent pour le climat Tant qu’y a des followers pour ma promo, tu vois. Je peux sucer la bite, tu sais, de tous les rois Tant qu’ça fait répéter mon nom dans les médias. Au gré des connections, le cœur déconnecté Avec une plume dans l’cul, ouais les jambes écartées. J’suis qu’une p’tite pute sur les réseaux, Une p’tite pute en d’ssous des logos. J’suis qu’une p’tite pute, télé-radio, Prospectus dans les journaux. J’suis qu’une p’tite pute dans les métros, J’suis qu’une p’tite pute pour les blaireaux. J’suis qu’une p’tite putain d’collabo, Une p’tite michto dans l’caniveau. J’suis qu’une p’tite michto, Une p’tite michto, J’suis qu’une p’tite michto, Une p’tite michto dans l’caniveau. Des robots en DJ, s’en va l’humanité. Pour assumer la merde, t’es sûr tu peux t’cacher. Clé USB branchée, faut juste cliquer sur play, Au gré des VIP, milliardaires, disc-jockeys. Pour faire danser les bœufs qui rêvent célébrité, Millions sur les dance-floors de l’inutilité. En redemande encore le peuple de teubés Au carré VIP du fascisme incarné. Toujours mon téléphone avec moi, comme une conne, Ca m’fait mouiller, tu sais, quand ils disent que j’suis bonne. Des prolos connectés, ouais mon vieux, à la gloire, Mon cul qui fait rêver les cochons d’l’abattoir. Le monde crève et j’le regarde du haut d’mon jet privé, J’regarde crever les rats d’mon ciel photoshopé. Je crois en l’humanité mais tant qu’ça fait rêver, Le peuple aime bien liker quand y s’fait enculer. Tu sais, moi du travail, j’connais pas la sueur, Ouais mais mon pote, moi j’ai des millions d’followers. Viens poser avec moi, le monde te connaitra Tant qu’ça fait faire du blé sur la misère tu vois. A la planète qui crève, réchauffement climatique, La meute assoiffée des fascismes, Amérique. Au cœur des vide-ordures, au règne de l’avoir, La planète crève, c’est sûr, j’l’ai tweeté hier soir. La terre est dev’nue folle quel que soit le challenge, J’ai plus de temps de parole qu’un putain d’prix Nobel. Règne du superficiel, des crétins connectés, Oui, quand moi j’fais la belle, j’ai le monde à mes pieds. J’ai pas l’intelligence, j’ai l’artificiel. Si j’ai pas la vertu, j’ai le virtuel. J’ai pas l’intelligence, j’ai l’artificiel. Si j’ai pas la vertu, j’ai le virtuel. J’suis qu’une p’tite pute sur les réseaux, Une p’tite pute en d’ssous des logos. J’suis qu’une p’tite pute, télé-radio, Prospectus dans les journaux. J’suis qu’une p’tite pute dans les métros, J’suis qu’une p’tite pute pour les blaireaux. J’suis qu’une p’tite putain d’collabo, Une p’tite michto dans l’caniveau. T’es qu’une p’tite michto, Une p’tite michto, Une p’tite michto, oui, Une p’tite michto dans l’caniveau. A la jeunesse qui rêve Toujours plus d’accessoires, A la planète qui crève, Aller ressers à boire A la p’tite michto A la p’tite michto, oui A la p’tite michto A la p’tite michto
pierlou42 Il y a 2 ans

Edit melie :Pour que ce soit plus simple pour retrouver les paroles d'une chanson, vous avez juste à cliquer sur le titre de la chanson voulue et vous serez envoyé vers le post contenant les paroles.

Humanité
Les guerres des mondes
La mort
J'envoie
P'tite pute
La belle au bois
Amour criminel
Elle aimait se faire liker
L'attentat
Burqa
Ma religieuse

MàJ : Vous pouvez retrouver toutes les paroles de l'album avec les dernières corrections ici : https://www.saezlive.net/discography/album/12/humanite

------------------------------------------




Voilà les paroles de la nouvelle chanson "P'tite pute" issue de l'album à venir "#humanité " :

Sur les photos, moi j’ai la bouche comme un canard,
Je fais coin-coin tu sais si tu mets les dollars.
J’suis la reine des shampoings, la reine des accessoires,
Faut bien vendre aux gamins l’ticket pour l’abattoir.

Gueule photoshopée, mettons qu’ça fait rêver,
Le peuple aime bien liker quand y s’fait enculer
Par tout cet inutile qu’on leur vend par paquets
De viande pour des gamines qui veulent vous ressembler.

Mes vacances sur des yachts, j’prends mon cul en photo
Pour faire bander la terre, pour des millions d’prolos.
Je signe des autographes aux gamines sans cerveau
D’en haut des tapis rouges, si tu savais, c’est beau.

J’trinque au Dom-Pé’ qu’j’me suis fait sur ta gueule
Quand j’t’ai fait raquer, oui ton propre cercueil.
J’ai rien fait dans la vie qu’vendre mon cul sur la toile,
Ouais mais les populaires me prennent pour une étoile.


J’suis qu’une p’tite pute sur les réseaux,
Une p’tite pute en d’ssous des logos.
J’suis qu’une p’tite pute, télé-radio,
Prospectus dans les journaux.
J’suis qu’une p’tite pute dans les métros,
J’suis qu’une p’tite pute pour les blaireaux.
J’suis qu’une p’tite putain d’collabo,
Une p’tite michto dans l’caniveau.


Le monde crève sans abri, des tentes sur des trottoirs.
Toi, tu prends des selfies, t’as la larme au regard.
Au cœur des vide-ordures, au règne de l’avoir,
La planète crève, c’est sûr, j’l’ai tweeté hier soir.

J’me balade aux soirées humanitaires, vends l’espoir,
Pour sauver les p’tits singes, pour sauver les p’tits noirs.
J’fais la colonialiste, la blondasse au Rwanda,
Avec ma fondation, j’paie moins d’impôts, tu vois.

J’fais des anniversaires, mes amis d’la jet-set
Ont la gueule des cimetières, ouais je sais, j’me la pète.
Des acteurs, jet privé, qui luttent pour le climat
Tant qu’y a des followers pour ma promo, tu vois.

Je peux sucer la bite, tu sais, de tous les rois
Tant qu’ça fait répéter mon nom dans les médias.
Au gré des connections, le cœur déconnecté
Avec une plume dans l’cul, ouais les jambes écartées.


J’suis qu’une p’tite pute sur les réseaux,
Une p’tite pute en d’ssous des logos.
J’suis qu’une p’tite pute, télé-radio,
Prospectus dans les journaux.
J’suis qu’une p’tite pute dans les métros,
J’suis qu’une p’tite pute pour les blaireaux.
J’suis qu’une p’tite putain d’collabo,
Une p’tite michto dans l’caniveau.
J’suis qu’une p’tite michto,
Une p’tite michto,
J’suis qu’une p’tite michto,
Une p’tite michto dans l’caniveau.


Des robots en DJ, s’en va l’humanité.
Pour assumer la merde, t’es sûr tu peux t’cacher.
Clé USB branchée, faut juste cliquer sur play,
Au gré des VIP, milliardaires, disc-jockeys.

Pour faire danser les bœufs qui rêvent célébrité,
Millions sur les dance-floors de l’inutilité.
En redemande encore le peuple de teubés
Au carré VIP du fascisme incarné.

Toujours mon téléphone avec moi, comme une conne,
Ca m’fait mouiller, tu sais, quand ils disent que j’suis bonne.
Des prolos connectés, ouais mon vieux, à la gloire,
Mon cul qui fait rêver les cochons d’l’abattoir.

Le monde crève et j’le regarde du haut d’mon jet privé,
J’regarde crever les rats d’mon ciel photoshopé.
Je crois en l’humanité mais tant qu’ça fait rêver,
Le peuple aime bien liker quand y s’fait enculer.

Tu sais, moi du travail, j’connais pas la sueur,
Ouais mais mon pote, moi j’ai des millions d’followers.
Viens poser avec moi, le monde te connaitra
Tant qu’ça fait faire du blé sur la misère tu vois.

A la planète qui crève, réchauffement climatique,
La meute assoiffée des fascismes, Amérique.
Au cœur des vide-ordures, au règne de l’avoir,
La planète crève, c’est sûr, j’l’ai tweeté hier soir.

La terre est dev’nue folle quel que soit le challenge,
J’ai plus de temps de parole qu’un putain d’prix Nobel.
Règne du superficiel, des crétins connectés,
Oui, quand moi j’fais la belle, j’ai le monde à mes pieds.

J’ai pas l’intelligence, j’ai l’artificiel.
Si j’ai pas la vertu, j’ai le virtuel.
J’ai pas l’intelligence, j’ai l’artificiel.
Si j’ai pas la vertu, j’ai le virtuel.


J’suis qu’une p’tite pute sur les réseaux,
Une p’tite pute en d’ssous des logos.
J’suis qu’une p’tite pute, télé-radio,
Prospectus dans les journaux.
J’suis qu’une p’tite pute dans les métros,
J’suis qu’une p’tite pute pour les blaireaux.
J’suis qu’une p’tite putain d’collabo,
Une p’tite michto dans l’caniveau.
T’es qu’une p’tite michto,
Une p’tite michto,
Une p’tite michto, oui,
Une p’tite michto dans l’caniveau.

A la jeunesse qui rêve
Toujours plus d’accessoires,
A la planète qui crève,
Aller ressers à boire
A la p’tite michto
A la p’tite michto, oui
A la p’tite michto
A la p’tite michto

Message déplacé depuis la discussion : [Le manifeste] Paroles.

Merci @pierlou42 ! :)
melie Il y a 2 ans

Merci pierlou42 !

Message déplacé depuis la discussion : [Le manifeste] Paroles.

Merci!! :)
poucelina_7 Il y a 2 ans

Merci!!

Message déplacé depuis la discussion : [Le manifeste] Paroles.

La terre est dev’nue folle quel que soit le challenge, J’ai plus de temps de parole qu’un putain d’prix Nobel. Règne du superficiel, des crétins d’honnêteté, c'est pas plutôt ? : La terre est devenue folle quel que soit le challenge, Réduisant le temps de parole d'un putain d’prix Nobel. Règne du superficiel, des crétins connecter
Messina Il y a 2 ans

La terre est dev’nue folle quel que soit le challenge,
J’ai plus de temps de parole qu’un putain d’prix Nobel.
Règne du superficiel, des crétins d’honnêteté,


c'est pas plutôt ? :

La terre est devenue folle quel que soit le challenge,
Réduisant le temps de parole d'un putain d’prix Nobel.
Règne du superficiel, des crétins connecter

Message déplacé depuis la discussion : [Le manifeste] Paroles.

[quote="Messina"]La terre est dev’nue folle quel que soit le challenge, J’ai plus de temps de parole qu’un putain d’prix Nobel. Règne du superficiel, des crétins d’honnêteté, c'est pas plutôt ? : La terre est devenue folle quel que soit le challenge, Réduisant le temps de parole d'un putain d’prix Nobel. Règne du superficiel, des crétins connecter[/quote] d'accord avec @Messina sur la dernière ligne par contre faudrait peut-être l'écrire "des crétins connectés" par sure du tout sur le "réduisant le temps de parole" faut que je réécoute encore
Eléa Il y a 2 ans

La terre est dev’nue folle quel que soit le challenge,
J’ai plus de temps de parole qu’un putain d’prix Nobel.
Règne du superficiel, des crétins d’honnêteté,


c'est pas plutôt ? :

La terre est devenue folle quel que soit le challenge,
Réduisant le temps de parole d'un putain d’prix Nobel.
Règne du superficiel, des crétins connecter


d'accord avec Messina sur la dernière ligne

par contre faudrait peut-être l'écrire "des crétins connectés"

par sure du tout sur le "réduisant le temps de parole" faut que je réécoute encore

Message déplacé depuis la discussion : [Le manifeste] Paroles.

[quote="Messina"]La terre est dev’nue folle quel que soit le challenge, J’ai plus de temps de parole qu’un putain d’prix Nobel. Règne du superficiel, des crétins d’honnêteté, c'est pas plutôt ? : La terre est devenue folle quel que soit le challenge, Réduisant le temps de parole d'un putain d’prix Nobel. Règne du superficiel, des crétins connecter[/quote] Merci bien, alors pour la première ligne je ne suis pas certain, mais pour "crétins connectés", ça oui, je corrige !
pierlou42 Il y a 2 ans

La terre est dev’nue folle quel que soit le challenge,
J’ai plus de temps de parole qu’un putain d’prix Nobel.
Règne du superficiel, des crétins d’honnêteté,


c'est pas plutôt ? :

La terre est devenue folle quel que soit le challenge,
Réduisant le temps de parole d'un putain d’prix Nobel.
Règne du superficiel, des crétins connecter


Merci bien, alors pour la première ligne je ne suis pas certain, mais pour "crétins connectés", ça oui, je corrige !

Message déplacé depuis la discussion : [Le manifeste] Paroles.

+1 pour : [quote]La terre est dev’nue folle quel que soit le challenge, J’ai plus de temps de parole qu’un putain d’prix Nobel. Règne du superficiel, des crétins connecter[/quote] Merci pour le travail de retranscription :)
blat Il y a 2 ans

+1 pour :

La terre est dev’nue folle quel que soit le challenge,
J’ai plus de temps de parole qu’un putain d’prix Nobel.
Règne du superficiel, des crétins connecter

Merci pour le travail de retranscription

Message déplacé depuis la discussion : [Le manifeste] Paroles.

[quote="blat"]+1 pour : [quote]La terre est dev’nue folle quel que soit le challenge, J’ai plus de temps de parole qu’un putain d’prix Nobel. Règne du superficiel, des crétins connecter[/quote] Merci pour le travail de retranscription :)[/quote] J'aurais écrit: Règne du superficiel, des crétins connect[b]és[/b]
AnonymeIl y a 2 ans

+1 pour :
La terre est dev’nue folle quel que soit le challenge,
J’ai plus de temps de parole qu’un putain d’prix Nobel.
Règne du superficiel, des crétins connecter

Merci pour le travail de retranscription


J'aurais écrit:

Règne du superficiel, des crétins connectés

Message déplacé depuis la discussion : [Le manifeste] Paroles.

Tant qu'on y est dans les fautes : "jet-set" sivouplait, et pas "jet 7" :)
Isa Il y a 2 ans

Tant qu'on y est dans les fautes : "jet-set" sivouplait, et pas "jet 7"

Message déplacé depuis la discussion : [Le manifeste] Paroles.

[color=white]faudrait peut-être écrire connectés et pas connecter si j'écris en blanc vous me lisez mieux ou pas?[/color]
Eléa Il y a 2 ans

faudrait peut-être écrire connectés et pas connecter
si j'écris en blanc vous me lisez mieux ou pas?

Message déplacé depuis la discussion : [Le manifeste] Paroles.

[quote="Eléa"][color=white]faudrait peut-être écrire connectés et pas connecter si j'écris en blanc vous me lisez mieux ou pas?[/color][/quote] Ca a été corrigé par @pierlou42.
melie Il y a 2 ans

faudrait peut-être écrire connectés et pas connecter
si j'écris en blanc vous me lisez mieux ou pas?

Ca a été corrigé par pierlou42.

Message déplacé depuis la discussion : [Le manifeste] Paroles.

[quote="Isa"]Tant qu'on y est dans les fautes : "jet-set" sivouplait, et pas "jet 7" :)[/quote] Bien vu, merci, c'est corrigé :)
pierlou42 Il y a 2 ans

Tant qu'on y est dans les fautes : "jet-set" sivouplait, et pas "jet 7"


Bien vu, merci, c'est corrigé

Message déplacé depuis la discussion : [Le manifeste] Paroles.

[b]La Belle au Bois[/b] La Belle au Bois dormant dans les boites VIP Elle danse comme une étoile qui chercherait la nuit Snape au monde entier son cul en déhanché Qui twerke pour faire bander les bouteilles de Dom Pé Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes A l’aube de 2020, la Belle au Bois dormant Se réveille gueule de bois, prend ses médicaments Chope le dernier métro pour la foire à gogo Pour aller faire la pute dans les soirées de blaireaux Elle connait les videurs, elle vient là tous les soirs C’est la reine des podiums, ouais mon vieux faut la voir Quand elle poste son cul à qui veut bien liker Au gré des pouces levés la jeunesse s’est paumée La Belle au fond des nuit cherche le septième ciel Cherche le paradis au gré des virtuels Alors elle danse encore, alors elle fait la belle Pour mieux poster son corps planqué sous du rimmel Mascara qui coule, non elle ne peut rien y faire Que s’envoyait en l’air pour échapper l’enfer Elle a les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui A qui mettra les voiles avec elle pour une nuit Elle danse sur les podiums, dans les boites VIP Elle danse comme une étoile qui chercherait la nuit Snape au monde entier son cul en déhanché Qui twerke pour faire bander les bouteilles de Dom Pé Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes Elle danse sur des podiums comme on prend de l’opium Elle prend des rails de coke comme on prend du valium MD pour l’ecstasy, des extases de la nuit Kétamine à crédit contre un pipe à minuit Elle gobera tout ce qui bouge tant que ça fait planer Quand le cœur est dans le rouge, c’est d’avoir trop saigné Elle sucera dans les chiottes n’importe quel enculé Taillera des pipes à qui pourra la faire rêver Alors elle chante par cœur, ouais les sons des DJ Elle connait les paroles, elle est triste à pleurer A vouloir être une autre, une étoile à LA Sur son insta elle dit que ça fait mieux en anglais Quand vient le matin, les mascaras tristesse Elle, elle offre son lit à qui lui fera les fesses Mais ma vieille t’as la gueule des décharges à pleurer T’as la gueule des cercueils d’un monde qui fait pitié Elle danse sur les podiums, ouais le monde à ses pieds Elle danse comme une étoile qui aurait trop prié Elle snape au monde entier son cul en déhanché Qui twerke pour faire bander les bouteilles de Dom Pé Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes Mykonos, Ibiza, New-York ou St Tropez Dans le carré des rois les filles aiment bien danser A l’envers, à l’endroit ou vas-y fais tourner Les culs des p’tites tepu au carré VIP Elle danse sur les podiums, ouais le monde à ses pieds Elle gobera tout ce qui bouge tant que ça fait planer Sucera dans les chiottes n’importe quel enculé Taillera des pipes à qui pourra la faire rêver Alors la jeunesse twerke, alors la jeunesse danse Dans les clubs le samedi, direction la souffrance Elle suivra pour la nuit n’importe quelle ambulance Qui l’emmènera plus loin que la piste de danse Jeunesse fait la Belle au gré des virtuels Pour effacer un peu les sanglots du rimmel Célébrité de ceux, célébrité de celles Qui prennent les poudres aux yeux je crois pour l’éternel Jeunesse 2.0, la Belle au Bois dormant A sniffé la Blanche Neige à coup de latte dans les dents Pour mieux monter au ciel, elle a sniffé la Belle Autant de poussière d’étoile qu’une voie lactée dans le ciel Quelles que soient les étoiles qui brillent dans la nuit Les filles aiment mettre les voiles pour une carte de crédit Ce sont les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui Avec qui mettra les voiles avec elle pour une nuit Elle est partie comme ça, comme on prend un taxi Avec un mec blindé dans la limo de la vie Ambulance horizon, ouais la Belle s’est enfuie Pour gagner du pognon, les filles disent toujours oui Quelles que soient les étoiles qui brillent dans la nuit Les filles aiment mettre les voiles pour une carte de crédit Ce sont les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui Avec qui mettra les voiles avec elle pour une nuit Quelles que soient les étoiles qui brillent dans la nuit Les filles aiment mettre les voiles pour une carte de crédit Ce sont les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui Avec qui mettra les voiles avec elle pour une nuit
melie Il y a 2 ans

La Belle au Bois

La Belle au Bois dormant dans les boites VIP
Elle danse comme une étoile qui chercherait la nuit
Snape au monde entier son cul en déhanché
Qui twerke pour faire bander les bouteilles de Dom Pé
Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête
Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète
Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent
Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes

A l’aube de 2020, la Belle au Bois dormant
Se réveille gueule de bois, prend ses médicaments
Chope le dernier métro pour la foire à gogo
Pour aller faire la pute dans les soirées de blaireaux
Elle connait les videurs, elle vient là tous les soirs
C’est la reine des podiums, ouais mon vieux faut la voir
Quand elle poste son cul à qui veut bien liker
Au gré des pouces levés la jeunesse s’est paumée

La Belle au fond des nuit cherche le septième ciel
Cherche le paradis au gré des virtuels
Alors elle danse encore, alors elle fait la belle
Pour mieux poster son corps planqué sous du rimmel
Mascara qui coule, non elle ne peut rien y faire
Que s’envoyait en l’air pour échapper l’enfer
Elle a les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui
A qui mettra les voiles avec elle pour une nuit

Elle danse sur les podiums, dans les boites VIP
Elle danse comme une étoile qui chercherait la nuit
Snape au monde entier son cul en déhanché
Qui twerke pour faire bander les bouteilles de Dom Pé
Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête
Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète
Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent
Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes

Elle danse sur des podiums comme on prend de l’opium
Elle prend des rails de coke comme on prend du valium
MD pour l’ecstasy, des extases de la nuit
Kétamine à crédit contre un pipe à minuit
Elle gobera tout ce qui bouge tant que ça fait planer
Quand le cœur est dans le rouge, c’est d’avoir trop saigné
Elle sucera dans les chiottes n’importe quel enculé
Taillera des pipes à qui pourra la faire rêver

Alors elle chante par cœur, ouais les sons des DJ
Elle connait les paroles, elle est triste à pleurer
A vouloir être une autre, une étoile à LA
Sur son insta elle dit que ça fait mieux en anglais
Quand vient le matin, les mascaras tristesse
Elle, elle offre son lit à qui lui fera les fesses
Mais ma vieille t’as la gueule des décharges à pleurer
T’as la gueule des cercueils d’un monde qui fait pitié

Elle danse sur les podiums, ouais le monde à ses pieds
Elle danse comme une étoile qui aurait trop prié
Elle snape au monde entier son cul en déhanché
Qui twerke pour faire bander les bouteilles de Dom Pé
Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête
Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète
Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent
Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes

Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête
Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète
Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent
Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes
Mykonos, Ibiza, New-York ou St Tropez
Dans le carré des rois les filles aiment bien danser
A l’envers, à l’endroit ou vas-y fais tourner
Les culs des p’tites tepu au carré VIP

Elle danse sur les podiums, ouais le monde à ses pieds
Elle gobera tout ce qui bouge tant que ça fait planer
Sucera dans les chiottes n’importe quel enculé
Taillera des pipes à qui pourra la faire rêver
Alors la jeunesse twerke, alors la jeunesse danse
Dans les clubs le samedi, direction la souffrance
Elle suivra pour la nuit n’importe quelle ambulance
Qui l’emmènera plus loin que la piste de danse
Jeunesse fait la Belle au gré des virtuels
Pour effacer un peu les sanglots du rimmel
Célébrité de ceux, célébrité de celles
Qui prennent les poudres aux yeux je crois pour l’éternel
Jeunesse 2.0, la Belle au Bois dormant
A sniffé la Blanche Neige à coup de latte dans les dents
Pour mieux monter au ciel, elle a sniffé la Belle
Autant de poussière d’étoile qu’une voie lactée dans le ciel

Quelles que soient les étoiles qui brillent dans la nuit
Les filles aiment mettre les voiles pour une carte de crédit
Ce sont les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui
Avec qui mettra les voiles avec elle pour une nuit
Elle est partie comme ça, comme on prend un taxi
Avec un mec blindé dans la limo de la vie
Ambulance horizon, ouais la Belle s’est enfuie
Pour gagner du pognon, les filles disent toujours oui

Quelles que soient les étoiles qui brillent dans la nuit
Les filles aiment mettre les voiles pour une carte de crédit
Ce sont les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui
Avec qui mettra les voiles avec elle pour une nuit
Quelles que soient les étoiles qui brillent dans la nuit
Les filles aiment mettre les voiles pour une carte de crédit
Ce sont les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui
Avec qui mettra les voiles avec elle pour une nuit

[quote="melie"][b]La Belle au Bois[/b] La Belle au Bois dormant dans les boites VIP Elle danse comme une étoile qui chercherait la nuit Snape au monde entier son cul en déhanché Qui twerke pour faire bander les bouteilles de Dom Pé Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes A l’aube de 2020, la Belle au Bois dormant Se réveille gueule de bois, prend ses médicaments Chope le dernier métro pour la foire à gogo Pour aller faire la pute dans les soirées de blaireaux Elle connait les videurs, elle vient là tous les soirs C’est la reine des podiums, ouais mon vieux faut la voir Quand elle poste son cul à qui veut bien liker Au gré des pouces levés la jeunesse s’est paumée La Belle au fond des nuit cherche le septième ciel Cherche le paradis au gré des virtuels Alors elle danse encore, alors elle fait la belle Pour mieux poster son corps planqué sous du rimmel Mascara qui coule, non elle ne peut rien y faire Que s’envoyait en l’air pour échapper l’enfer Elle a les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui A qui mettra les voiles avec elle pour une nuit Elle danse sur les podiums, dans les boites VIP Elle danse comme une étoile qui chercherait la nuit Snape au monde entier son cul en déhanché Qui twerke pour faire bander les bouteilles de Dom Pé Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes Elle danse sur des podiums comme on prend de l’opium Elle prend des rails de coke comme on prend du valium MD pour l’ecstasy, des extases de la nuit Kétamine à crédit contre un pipe à minuit Elle gobera tout ce qui bouge tant que ça fait planer Quand le cœur est dans le rouge, c’est d’avoir trop saigné Elle sucera dans les chiottes n’importe quel enculé Taillera des pipes à qui pourra la faire rêver Alors elle chante par cœur, ouais les sons des DJ Elle connait les paroles, elle est triste à pleurer A vouloir être une autre, une étoile à LA Sur son insta elle dit que ça fait mieux en anglais Quand vient le matin, les mascaras tristesse Elle, elle offre son lit à qui lui fera les fesses Mais ma vieille t’as la gueule des décharges à pleurer T’as la gueule des cercueils d’un monde qui fait pitié Elle danse sur les podiums, ouais le monde à ses pieds Elle danse comme une étoile qui aurait trop prié Elle snape au monde entier son cul en déhanché Qui twerke pour faire bander les bouteilles de Dom Pé Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes Mykonos, Ibiza, New-York ou St Tropez Dans le carré des rois les filles aiment bien danser A l’envers, à l’endroit ou vas-y fais tourner Les culs des p’tites tepu au carré VIP Elle danse sur les podiums, ouais le monde à ses pieds Elle gobera tout ce qui bouge tant que ça fait planer Sucera dans les chiottes n’importe quel enculé Taillera des pipes à qui pourra la faire rêver Alors la jeunesse twerke, alors la jeunesse danse Dans les clubs le samedi, direction la souffrance Elle suivra pour la nuit n’importe quelle ambulance Qui l’emmènera plus loin que la piste de danse Jeunesse fait la Belle au gré des virtuels Pour effacer un peu les sanglots du rimmel Célébrité de ceux, célébrité de celles Qui prennent les poudres aux yeux je crois pour l’éternel Jeunesse 2.0, la Belle au Bois dormant A sniffé la Blanche Neige à coup de latte dans les dents Pour mieux monter au ciel, elle a sniffé la Belle En tant de poussière d’étoile qu’une voie lactée dans le ciel Quelles que soient les étoiles qui brillent dans la nuit Les filles aiment mettre les voiles pour une carte de crédit Ce sont les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui Avec qui mettra les voiles avec elle pour une nuit Elle est partie comme ça, comme on prend un taxi Avec un nouveau plan B dans la limo de la vie Ambulance horizon, ouais la Belle s’est enfuie Pour gagner du pognon, les filles disent toujours oui Quelles que soient les étoiles qui brillent dans la nuit Les filles aiment mettre les voiles pour une carte de crédit Ce sont les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui Avec qui mettra les voiles avec elle pour une nuit Quelles que soient les étoiles qui brillent dans la nuit Les filles aiment mettre les voiles pour une carte de crédit Ce sont les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui Avec qui mettra les voiles avec elle pour une nuit[/quote] Impressionnant ! Je pense juste que "Pour mieux monter au ciel, elle a sniffé la Belle En tant de poussière d’étoile qu’une voie lactée dans le ciel" à la place de "En tant", il dit plutôt "Autant" !
Léo Ch Il y a 2 ans

La Belle au Bois

La Belle au Bois dormant dans les boites VIP
Elle danse comme une étoile qui chercherait la nuit
Snape au monde entier son cul en déhanché
Qui twerke pour faire bander les bouteilles de Dom Pé
Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête
Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète
Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent
Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes

A l’aube de 2020, la Belle au Bois dormant
Se réveille gueule de bois, prend ses médicaments
Chope le dernier métro pour la foire à gogo
Pour aller faire la pute dans les soirées de blaireaux
Elle connait les videurs, elle vient là tous les soirs
C’est la reine des podiums, ouais mon vieux faut la voir
Quand elle poste son cul à qui veut bien liker
Au gré des pouces levés la jeunesse s’est paumée

La Belle au fond des nuit cherche le septième ciel
Cherche le paradis au gré des virtuels
Alors elle danse encore, alors elle fait la belle
Pour mieux poster son corps planqué sous du rimmel
Mascara qui coule, non elle ne peut rien y faire
Que s’envoyait en l’air pour échapper l’enfer
Elle a les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui
A qui mettra les voiles avec elle pour une nuit

Elle danse sur les podiums, dans les boites VIP
Elle danse comme une étoile qui chercherait la nuit
Snape au monde entier son cul en déhanché
Qui twerke pour faire bander les bouteilles de Dom Pé
Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête
Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète
Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent
Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes

Elle danse sur des podiums comme on prend de l’opium
Elle prend des rails de coke comme on prend du valium
MD pour l’ecstasy, des extases de la nuit
Kétamine à crédit contre un pipe à minuit
Elle gobera tout ce qui bouge tant que ça fait planer
Quand le cœur est dans le rouge, c’est d’avoir trop saigné
Elle sucera dans les chiottes n’importe quel enculé
Taillera des pipes à qui pourra la faire rêver

Alors elle chante par cœur, ouais les sons des DJ
Elle connait les paroles, elle est triste à pleurer
A vouloir être une autre, une étoile à LA
Sur son insta elle dit que ça fait mieux en anglais
Quand vient le matin, les mascaras tristesse
Elle, elle offre son lit à qui lui fera les fesses
Mais ma vieille t’as la gueule des décharges à pleurer
T’as la gueule des cercueils d’un monde qui fait pitié

Elle danse sur les podiums, ouais le monde à ses pieds
Elle danse comme une étoile qui aurait trop prié
Elle snape au monde entier son cul en déhanché
Qui twerke pour faire bander les bouteilles de Dom Pé
Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête
Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète
Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent
Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes

Jeunesse 2.0, samedi soir fait la fête
Rails de coke, fais tourner aux quatre coins de la planète
Dans le monde de la nuit faut voir comme ils s’la pètent
Pour poster leur vie de merde planquée sous des paillettes
Mykonos, Ibiza, New-York ou St Tropez
Dans le carré des rois les filles aiment bien danser
A l’envers, à l’endroit ou vas-y fais tourner
Les culs des p’tites tepu au carré VIP

Elle danse sur les podiums, ouais le monde à ses pieds
Elle gobera tout ce qui bouge tant que ça fait planer
Sucera dans les chiottes n’importe quel enculé
Taillera des pipes à qui pourra la faire rêver
Alors la jeunesse twerke, alors la jeunesse danse
Dans les clubs le samedi, direction la souffrance
Elle suivra pour la nuit n’importe quelle ambulance
Qui l’emmènera plus loin que la piste de danse
Jeunesse fait la Belle au gré des virtuels
Pour effacer un peu les sanglots du rimmel
Célébrité de ceux, célébrité de celles
Qui prennent les poudres aux yeux je crois pour l’éternel
Jeunesse 2.0, la Belle au Bois dormant
A sniffé la Blanche Neige à coup de latte dans les dents
Pour mieux monter au ciel, elle a sniffé la Belle
En tant de poussière d’étoile qu’une voie lactée dans le ciel

Quelles que soient les étoiles qui brillent dans la nuit
Les filles aiment mettre les voiles pour une carte de crédit
Ce sont les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui
Avec qui mettra les voiles avec elle pour une nuit
Elle est partie comme ça, comme on prend un taxi
Avec un nouveau plan B dans la limo de la vie
Ambulance horizon, ouais la Belle s’est enfuie
Pour gagner du pognon, les filles disent toujours oui

Quelles que soient les étoiles qui brillent dans la nuit
Les filles aiment mettre les voiles pour une carte de crédit
Ce sont les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui
Avec qui mettra les voiles avec elle pour une nuit
Quelles que soient les étoiles qui brillent dans la nuit
Les filles aiment mettre les voiles pour une carte de crédit
Ce sont les yeux qui chialent mais le cul qui dit oui
Avec qui mettra les voiles avec elle pour une nuit


Impressionnant !

Je pense juste que "Pour mieux monter au ciel, elle a sniffé la Belle
En tant de poussière d’étoile qu’une voie lactée dans le ciel" à la place de "En tant", il dit plutôt "Autant" !

humanité il y aura des drones à la place des curés nous marierons des clones nous vendrons des bébés nous choisirons les gènes des bruns ou bien des blonds en mètres carrés sûr nous vendrons l'horizon nous parquerons les pauvres en troupeaux d'illettrés nous les calibrerons dans du béton armé nous leurs vendrons des dieux puisqu'ils aiment bien prier ouais le cul en arrière à genoux tête baissée nous ferons des églises icônes pixellisées nous ferons synagogues nous ferons des mosquées nous marierons les tristes nous marierons les gays sur le chemin du christ s'en va l'humanité sur tous les continents quelque soit le drapeau au napalm nous saurons oui dompter les ghettos nous les ferons sourire oui face à l'échafaud qu'ils en diront merci à leurs propres bourreaux nous regarderons fier les banquises se noyer nous marquerons au fer les chants des révoltés au fond des océans nous ferons nucléaire jusqu'à la fin des temps nous pourrirons la terre nous mettrons du goudron aux ailes des goélands sur des lits de pognon dormiront nos enfants si toujours par derrière le peuple est consentant jusqu'au fond du cimetière numérique testament du cœur de cet humain violé par les progrès qu'ils ne servent à rien ou juste à faire du blé demain tu verras bien nous diront aux bébés qu'il est mieux ou de continuer à ramper ??? Ou juste pour danser ouais le cul en arrière peuple à genoux prières sur des satellitaires humanité de selfies d'animaux suicidaires ??? nous garderons en laisse toujours les ignorants nous ferons parquer les vieux par leurs propres enfants nous ferons croire les pieux et même les non croyants nous ferons des milliards qui rêvent de milliardaires nous ferons l'esclavage de l'homme par son frère nous ferons le paradis pour leur vendre l'enfer pour supporter la croix de leur vie sur la terre nous ferons quelques riches pour gouverner la meute nous leur vendrons du rêve pour éviter l'émeute nous mettrons dans des camps ceux qui n'ont de richesse que la mauvaise étoile de ceux qu'on tient en laisse nous créerons les malades pour nos pharmaceutiques nous ferons du potable au parfum des toxiques de tous les champs de fleurs nous ferons du plastique ??? empire des décadences décadence de l'empire ??? de ce siècle éclairé par les lumières du vide les néons de l'humain ont le cœur apatride aux hurlements divins sont des valkyries seras-tu avec moi dans le grand incendie quand les hordes de feu viendront tendre les bras toi dis-moi quoi de mieux que mourir avec toi quand la terre s'éteindra que mourir que mourir avec toi que mourir avec toi que mourir que mourir avec toi que mourir avec toi que mourir ... J'ai du mal pour la suite ! N'hésitez pas à corriger ou à compléter...
Alain57 Il y a 2 ans

humanité

il y aura des drones à la place des curés
nous marierons des clones nous vendrons des bébés
nous choisirons les gènes des bruns ou bien des blonds
en mètres carrés sûr nous vendrons l'horizon

nous parquerons les pauvres en troupeaux d'illettrés
nous les calibrerons dans du béton armé
nous leurs vendrons des dieux puisqu'ils aiment bien prier
ouais le cul en arrière à genoux tête baissée

nous ferons des églises icônes pixellisées
nous ferons synagogues nous ferons des mosquées
nous marierons les tristes nous marierons les gays
sur le chemin du christ s'en va l'humanité

sur tous les continents quelque soit le drapeau
au napalm nous saurons oui dompter les ghettos
nous les ferons sourire oui face à l'échafaud
qu'ils en diront merci à leurs propres bourreaux

nous regarderons fier les banquises se noyer
nous marquerons au fer les chants des révoltés
au fond des océans nous ferons nucléaire
jusqu'à la fin des temps nous pourrirons la terre

nous mettrons du goudron aux ailes des goélands
sur des lits de pognon dormiront nos enfants
si toujours par derrière le peuple est consentant
jusqu'au fond du cimetière numérique testament

du cœur de cet humain violé par les progrès
qu'ils ne servent à rien ou juste à faire du blé
demain tu verras bien nous diront aux bébés
qu'il est mieux ou de continuer à ramper

???
Ou juste pour danser ouais le cul en arrière
peuple à genoux prières sur des satellitaires
humanité de selfies d'animaux suicidaires

???
nous garderons en laisse toujours les ignorants
nous ferons parquer les vieux par leurs propres enfants
nous ferons croire les pieux et même les non croyants

nous ferons des milliards qui rêvent de milliardaires
nous ferons l'esclavage de l'homme par son frère
nous ferons le paradis pour leur vendre l'enfer
pour supporter la croix de leur vie sur la terre

nous ferons quelques riches pour gouverner la meute
nous leur vendrons du rêve pour éviter l'émeute
nous mettrons dans des camps ceux qui n'ont de richesse
que la mauvaise étoile de ceux qu'on tient en laisse

nous créerons les malades pour nos pharmaceutiques
nous ferons du potable au parfum des toxiques
de tous les champs de fleurs nous ferons du plastique
???

empire des décadences décadence de l'empire
???
de ce siècle éclairé par les lumières du vide
les néons de l'humain ont le cœur apatride

aux hurlements divins sont des valkyries
seras-tu avec moi dans le grand incendie
quand les hordes de feu viendront tendre les bras
toi dis-moi quoi de mieux que mourir avec toi

quand la terre s'éteindra
que mourir
que mourir avec toi
que mourir avec toi
que mourir
que mourir avec toi
que mourir avec toi
que mourir

...

J'ai du mal pour la suite ! N'hésitez pas à corriger ou à compléter...

[quote="Léo Ch"]Je pense juste que "Pour mieux monter au ciel, elle a sniffé la Belle En tant de poussière d’étoile qu’une voie lactée dans le ciel" à la place de "En tant", il dit plutôt "Autant" ![/quote] C'est corrigé ;)
melie Il y a 2 ans

Je pense juste que "Pour mieux monter au ciel, elle a sniffé la Belle
En tant de poussière d’étoile qu’une voie lactée dans le ciel" à la place de "En tant", il dit plutôt "Autant" !

C'est corrigé

Comme une bonbonne en bas d'chez toi J'pourrais bien faire « miaou » tu vois J'pourrais tout faire péter comme ça J'pourrais finir terrorista J'pourrais c'est sûr crever ton chat J'pourrais bouffer d'la mort aux rats J'pourrais bien faire n'importe quoi Fallait pas m'chercher fallait pas Arrête de m'regarder comme ça J'pourrais bien faire un attentat J'pourrais bien m'faire « boom-boom » je crois J'pourrais bien m'faire Hiroshima J'pourrais bien tout péter comme ça Comme une chanson Mano Negra Arrête de m'regarder comme ça J'pourrais bien faire un attentat Tu m'as laissé en bas d'chez toi Ouais putain comme un chèque en bois Comme une descente MDMA Comme une redescente en para Comme un chaton qui aurait trop froid Un loup qui vire au chihuahua Moi j't'ai appelé tu réponds pas Tu dois faire ta pute en réssoi Tu dois faire miauler tous les chats Les sans poils et les angoras Faire miauler les matous comme ça À tantinet cocu zarma T'as vu la gueule de ton insta' ? Avec tes pauv' photos en lopesa Tu sais à l'envers, à l'endroit Tu peux bien faire miaou je crois À vendre ta chatte chez les bourgeois Contre un p'tit gramme de mort aux rats J'ai tout c'qui peut passer par là Chez les 9.2 chez les 9.3 Tailler des pipes à qui voudra Tu peux bien faire n'importe quoi Contre un p'tit exta en extra Toi t'as trop dealer ta teucha Arrête de m'regarder comme ça J'te jure j'vais débarquer chez toi Comme un chien j'vais crever ton chat J'vais lui filer d'la mort aux rats Pour tous les rads en bas d'chez toi Moi j'vais tout faire péter tu vois À coups d'clé d'douze à coups d'clé d'bras Ça va mal finir toi et moi Vas-y ouais m'regarde pas comme ça À braquer tes couteaux sur moi Mais qu'est-ce t'attends vas-y plante-moi T'as pas les couilles arrache-toi d'là Toi t'y peux rien allez chiale pas T'es qu'une gonzesse c'est juste comme ça Tu brasses de l'air vas-y ferme là Remballe la viande et rentre chez toi T'es comme un virus Ebola Un cancer qui chopperait l'sida Toi t'es comme une aiguille dans l'bras J't'ai tellement dans la peau tu vois J'pourrais t'laisser tomber comme ça D'en haut d'une tour t'attendre en bas J'pourrais m'finir en bas d'chez toi J'pourrais m'finir chez les paras Putain j'deviens cinglé je crois J'pourrais bien m'taper un lama J'pourrais bien m'taper un putois Ou bien ta sœur c'est toi qui vois J'pourrais finir terrorista Dans la jungle venezuela J'pourrais prendre un couteau comme ça Pour t'faire la coupe à l'iroquois Arrête de m'regarder comme ça J'pourrais bien faire un attentat J'pourrais bien m'faire « boom-boom » je crois J'pourrais bien m'faire Hiroshima J'pourrais bien tout péter comme ça Comme une chanson Mano Negra Arrête de m'regarder comme ça J'pourrais bien faire un attentat J'pourrais bien faire un attentat J'pourrais bien m'faire Hiroshima J'pourrais bien faire un attentat J'pourrais bien faire un attentat
Alain57 Il y a 2 ans

Comme une bonbonne en bas d'chez toi
J'pourrais bien faire « miaou » tu vois
J'pourrais tout faire péter comme ça
J'pourrais finir terrorista

J'pourrais c'est sûr crever ton chat
J'pourrais bouffer d'la mort aux rats
J'pourrais bien faire n'importe quoi
Fallait pas m'chercher fallait pas

Arrête de m'regarder comme ça
J'pourrais bien faire un attentat
J'pourrais bien m'faire « boom-boom » je crois
J'pourrais bien m'faire Hiroshima

J'pourrais bien tout péter comme ça
Comme une chanson Mano Negra
Arrête de m'regarder comme ça
J'pourrais bien faire un attentat

Tu m'as laissé en bas d'chez toi
Ouais putain comme un chèque en bois
Comme une descente MDMA
Comme une redescente en para

Comme un chaton qui aurait trop froid
Un loup qui vire au chihuahua
Moi j't'ai appelé tu réponds pas
Tu dois faire ta pute en réssoi

Tu dois faire miauler tous les chats
Les sans poils et les angoras
Faire miauler les matous comme ça
À tantinet cocu zarma

T'as vu la gueule de ton insta' ?
Avec tes pauv' photos en lopesa
Tu sais à l'envers, à l'endroit
Tu peux bien faire miaou je crois

À vendre ta chatte chez les bourgeois
Contre un p'tit gramme de mort aux rats
J'ai tout c'qui peut passer par là
Chez les 9.2 chez les 9.3

Tailler des pipes à qui voudra
Tu peux bien faire n'importe quoi
Contre un p'tit exta en extra
Toi t'as trop dealer ta teucha

Arrête de m'regarder comme ça
J'te jure j'vais débarquer chez toi
Comme un chien j'vais crever ton chat
J'vais lui filer d'la mort aux rats

Pour tous les rads en bas d'chez toi
Moi j'vais tout faire péter tu vois
À coups d'clé d'douze à coups d'clé d'bras
Ça va mal finir toi et moi

Vas-y ouais m'regarde pas comme ça
À braquer tes couteaux sur moi
Mais qu'est-ce t'attends vas-y plante-moi
T'as pas les couilles arrache-toi d'là

Toi t'y peux rien allez chiale pas
T'es qu'une gonzesse c'est juste comme ça
Tu brasses de l'air vas-y ferme là
Remballe la viande et rentre chez toi

T'es comme un virus Ebola
Un cancer qui chopperait l'sida
Toi t'es comme une aiguille dans l'bras
J't'ai tellement dans la peau tu vois

J'pourrais t'laisser tomber comme ça
D'en haut d'une tour t'attendre en bas
J'pourrais m'finir en bas d'chez toi
J'pourrais m'finir chez les paras

Putain j'deviens cinglé je crois
J'pourrais bien m'taper un lama
J'pourrais bien m'taper un putois
Ou bien ta sœur c'est toi qui vois

J'pourrais finir terrorista
Dans la jungle venezuela
J'pourrais prendre un couteau comme ça
Pour t'faire la coupe à l'iroquois

Arrête de m'regarder comme ça
J'pourrais bien faire un attentat
J'pourrais bien m'faire « boom-boom » je crois
J'pourrais bien m'faire Hiroshima

J'pourrais bien tout péter comme ça
Comme une chanson Mano Negra
Arrête de m'regarder comme ça
J'pourrais bien faire un attentat

J'pourrais bien faire un attentat
J'pourrais bien m'faire Hiroshima
J'pourrais bien faire un attentat
J'pourrais bien faire un attentat


La Guerre des Mondes. C’est la rosée contre la pluie, C’est quand vous parle l’infini, C’est la sagesse contre folie, C’est l’orthographe de nos écrits. C’est tes cheveux contre le vent, C’est nos adieux, c’est nos printemps, C’est l’élan contre gravité : Enfant qui apprend à marcher. C’est papillon contre lumière, C’est l’horizon de l’éphémère, C’est la vie contre funéraire, C’est quand on écrit sur la pierre. Les mots contre l’inexistence, Des sanglots contre les souffrances, C’est la tendresse face aux violences, Le coeur tristesse face à l’absence. Ce sont nos mains serrés, mon frère... Ce sont nos destins sur la terre, C’est le coeur qui bat quel que soit, La caresse ou bien le combat. C’est la lutte contre Soumission, C’est poing levé contre Oppression, C’est la rage contre la machine, L’avenir contre l’origine. C’est l’hirondelle contre fusille, C’est ton étoile contre la nuit, C’est la meute contre l’insoumis, C’est l’écriture des infinis... L’univers contre leur pognon, Sûr, c’est le blouse des rebellions, C’est le chant des champs de coton, C’est l’esclave face à l’horizon... Je crois se sont les guerres des mondes, C’est la beauté contre l’immonde, C’est l’accessoire contre l’essentiel, C’est le gasoil contre le ciel. C’est Connaissance contre Prière, C’est la pollution contre l’air, C’est la Tendresse contre la Guerre, Délicatesse contre vulgaire. C’est le Savoir contre Bêtise, C’est la mémoire des matières grises, Littéraire contre Scientifique, L’Humain faces aux technologies. C’est la richesse contre précaire, C’est la tristesse humanitaire, C’est l’Horizon face au Néant, L’Education contre Ignorance. Liberté contre Puritain, L’Humanité contre les chiens, La Pensée contre la Croyance, Métaphysique contre Science. C’est Créateur contre Esclavage, Identité contre Clonage, C’est poing levé contre les drones, Unicité contre les clones. C’est Clochard contre Limousine, C’est des grattes-ciel contre les ruines, C’est la Vie contre les cimetières... Qu’on voudrait faire de notre terres. C’est s’aimer contre la Violence, C’est tenir face à la Démence, C’est solidarité toujours.. C’est chuchoter des mots D’amour. C’est partage contre possession, Aux guerres des civilisations, C’est Coeur-Pur contre Pourriture, Tu sais, qu’importe la blessure. C’est l’enfant contre Société, Espoir contre Désespéré, C’est Liberté contre Prison, Humanité contre Horizon... Ce sont les loups chassants la nuit, Ce sont les coyotes mi-souris, C’est mon coeur indien dans la transe, C’est le chemin des pénitences De l’âme du corps avec toi... C’est ma peau contre l’au-delà, Les frontières de l’inaccessible, Ce sont les voix de l’invisible. Ce sont les fantômes qui plongent, Autour des flammes incandescentes, Et tes yeux dans mes Nuits-Soleil, C’est quand l’instant fuit l’éternel... Ce sont l’esprit de nos morts, Quand la vie respire encore... Ce sont les siècles à bout de bras, Ce sont les coeurs faces au Combat. Le primitif nous tend la main, Le Grand Nord sera mon chemin, Arizona, l’inaccouchante... J’ai des guerriers face à brulante. Je bois le venin du serpent, Comme on boit le sang du Divin. Au nom du Fils spirituel, Des sacrifices au nom du Ciel... Prêcheur de ceux qui vont sans dieux, Le coeur à bout de bras les cieux, Si mon âme soeur est la lumière, Repose en moi les Univers. Nos coeurs face aux Apocalypses, Mais dit-moi... Quand viendra l’éclipse ? C’est la Terre face aux Mortuaires, C’est ton Sourire face à l’Enfer… Des troupeaux d’agneaux condamnés, Aux couteaux qui viennent écorchés, Le corps de Dieu en sacrifice, A ceux qui prient au nom du Fils. Dieu me parle et me dit : "Fils de Dieu... est-tu l’âme ? « Oui mon Père, je suis l’âme Fils de la chair qui s’abandonne, Aux plaisirs de toucher les cimes, Je serai l’Aigle face aux Abîmes... Aux horizons dans les brumoirs, Humanité dans les mouroirs… Que le serpent mordent les femmes ! Qu’elles offrent leur coeur face à flamme ! "La vois-tu qui viens des pénombres ? Ouais qui fait danser les ombres ?…. C’est la Mort !!!---- C’est la Mort !!!!---- C’est La Mort !!!!!--- C’est la Mooooort !!!! --- C’est la Mooooorttttt,--- C’est la Moooooooort !!!!!! — La Mort : Allez viens, allez viens, allez viens, allez viens !
Ame Mélancolique Il y a 2 ans

La Guerre des Mondes.

C’est la rosée contre la pluie,
C’est quand vous parle l’infini,
C’est la sagesse contre folie,
C’est l’orthographe de nos écrits.

C’est tes cheveux contre le vent,
C’est nos adieux, c’est nos printemps,
C’est l’élan contre gravité :
Enfant qui apprend à marcher.

C’est papillon contre lumière,
C’est l’horizon de l’éphémère,
C’est la vie contre funéraire,
C’est quand on écrit sur la pierre.

Les mots contre l’inexistence,
Des sanglots contre les souffrances,
C’est la tendresse face aux violences,
Le coeur tristesse face à l’absence.

Ce sont nos mains serrés, mon frère...
Ce sont nos destins sur la terre,
C’est le coeur qui bat quel que soit,
La caresse ou bien le combat.

C’est la lutte contre Soumission,
C’est poing levé contre Oppression,
C’est la rage contre la machine,
L’avenir contre l’origine.

C’est l’hirondelle contre fusille,
C’est ton étoile contre la nuit,
C’est la meute contre l’insoumis,
C’est l’écriture des infinis...

L’univers contre leur pognon,
Sûr, c’est le blouse des rebellions,
C’est le chant des champs de coton,
C’est l’esclave face à l’horizon...

Je crois se sont les guerres des mondes,
C’est la beauté contre l’immonde,
C’est l’accessoire contre l’essentiel,
C’est le gasoil contre le ciel.

C’est Connaissance contre Prière,
C’est la pollution contre l’air,
C’est la Tendresse contre la Guerre,
Délicatesse contre vulgaire.

C’est le Savoir contre Bêtise,
C’est la mémoire des matières grises,
Littéraire contre Scientifique,
L’Humain faces aux technologies.

C’est la richesse contre précaire,
C’est la tristesse humanitaire,
C’est l’Horizon face au Néant,
L’Education contre Ignorance.

Liberté contre Puritain,
L’Humanité contre les chiens,
La Pensée contre la Croyance,
Métaphysique contre Science.

C’est Créateur contre Esclavage,
Identité contre Clonage,
C’est poing levé contre les drones,
Unicité contre les clones.

C’est Clochard contre Limousine,
C’est des grattes-ciel contre les ruines,
C’est la Vie contre les cimetières...
Qu’on voudrait faire de notre terres.

C’est s’aimer contre la Violence,
C’est tenir face à la Démence,
C’est solidarité toujours..
C’est chuchoter des mots D’amour.

C’est partage contre possession,
Aux guerres des civilisations,
C’est Coeur-Pur contre Pourriture,
Tu sais, qu’importe la blessure.

C’est l’enfant contre Société,
Espoir contre Désespéré,
C’est Liberté contre Prison,
Humanité contre Horizon...

Ce sont les loups chassants la nuit,
Ce sont les coyotes mi-souris,
C’est mon coeur indien dans la transe,
C’est le chemin des pénitences

De l’âme du corps avec toi...
C’est ma peau contre l’au-delà,
Les frontières de l’inaccessible,
Ce sont les voix de l’invisible.

Ce sont les fantômes qui plongent,
Autour des flammes incandescentes,
Et tes yeux dans mes Nuits-Soleil,
C’est quand l’instant fuit l’éternel...

Ce sont l’esprit de nos morts,
Quand la vie respire encore...
Ce sont les siècles à bout de bras,
Ce sont les coeurs faces au Combat.

Le primitif nous tend la main,
Le Grand Nord sera mon chemin,
Arizona, l’inaccouchante...
J’ai des guerriers face à brulante.

Je bois le venin du serpent,
Comme on boit le sang du Divin.
Au nom du Fils spirituel,
Des sacrifices au nom du Ciel...

Prêcheur de ceux qui vont sans dieux,
Le coeur à bout de bras les cieux,
Si mon âme soeur est la lumière,
Repose en moi les Univers.

Nos coeurs face aux Apocalypses,
Mais dit-moi... Quand viendra l’éclipse ?
C’est la Terre face aux Mortuaires,
C’est ton Sourire face à l’Enfer…

Des troupeaux d’agneaux condamnés,
Aux couteaux qui viennent écorchés,
Le corps de Dieu en sacrifice,
A ceux qui prient au nom du Fils.

Dieu me parle et me dit :
"Fils de Dieu... est-tu l’âme ? «
Oui mon Père, je suis l’âme
Fils de la chair qui s’abandonne,
Aux plaisirs de toucher les cimes,
Je serai l’Aigle face aux Abîmes...

Aux horizons dans les brumoirs,
Humanité dans les mouroirs…
Que le serpent mordent les femmes !
Qu’elles offrent leur coeur face à flamme !

"La vois-tu qui viens des pénombres ?
Ouais qui fait danser les ombres ?….

C’est la Mort !!!----
C’est la Mort !!!!----
C’est La Mort !!!!!---
C’est la Mooooort !!!! ---
C’est la Mooooorttttt,---
C’est la Moooooooort !!!!!! —


La Mort : Allez viens, allez viens, allez viens, allez viens !






[b]Elle aimait se faire liker[/b] Elle aimait se faire liker pour allumer le monde entier Elle aimait se faire YouPorner pour des milliards de connectés Elle aimait se faire shooter le cul pis surtout son portrait Elle aimait se faire péter son pétard trop bien roulé Elle aimait me faire tirer dessus, oui sûr, comme un pompier Elle aimait tout faire sauter comme une p’tite bombe au cul bombé Elle aimait faire exploser mon cœur et surtout ma CB Sur tous les comptoirs en soirée, elle aimait se faire shooter Des shots au bar pour oublier Des shots au bar Elle aimait se faire liker pour allumer le monde entier Elle aimait tout faire péter comme une p’tite bombe au cul bombé Elle aimait se faire payer pour la nuit ou pour une tournée Elle aimait se faire défoncer son corps, cœur désenchanté Elle aimait se faire monter dans les chiottes ou dans les greniers Elle aimait se faire baiser dans les backrooms des bars clandés Elle aimait se faire doigter dans les bagnoles décapotées Elle aimait se faire sauter sur les genoux ou les godemichets Elle aimait faire exploser mon cœur et surtout ma CB Sur tous les comptoirs en soirée, elle aimait se faire shooter Des shots au bar pour oublier Des shots au bar Elle aimait se faire liker pour allumer le monde entier Elle aimait tout faire péter comme une p’tite bombe au cul bombé Elle aimait se faire payer pour la nuit ou pour une tournée Elle aimait se faire défoncer son corps, cœur désenchanté Comme un pétard trop bien roulé Dans tous les sens on fait tourner Comme un pétard trop bien roulé Fais tourner, fais tourner, fais tourner En amour faut pas s’attacher Ou alors juste les poignés En amour faut savoir cracher Dans les filles faut savoir pleurer Quand elle était jambes écartées Moi c’est le monde que j’y voyais Elle avait les yeux bandés Quand elle me dit qu’elle m’aimait Elle aimait être attachée Elle aimait bien déshabiller Des menottes à ses poignés Me faire bander les yeux bandés Elle aimait être étouffée La tête en bas sur l’oreiller Elle m’écrivait en secret Qu’elle chantait plus quand elle saignait Elle aimait me faire pleurer mon sexe sur mon cœur blessé Sur mon visage désabusé, je crois bien qu’elle aimait pisser Elle aimait se faire tirer la chatte comme un pétard mouillé Elle aimait se faire prier à genoux, à genoux, à genoux Elle aimait se faire liker pour allumer le monde entier Elle aimait se faire fesser quand tu sais la confesser Elle aimait se faire lécher comme une religieuse qui a péché Elle aimait se faire frapper la chatte pour la faire chialer Elle aimait se faire liker pour allumer le monde entier Elle aimait tout faire péter de son pétard trop bien roulé Elle aimait se faire sauter comme une p’tite bombe au cul bombé Elle aimait se faire exploser dans tous les sens on fait tourner Comme un pétard trop bien roulé Dans tous les sens on fait tourner Comme un pétard Comme un pétard Comme un pétard Trop bien roulé
melie Il y a 2 ans

Elle aimait se faire liker

Elle aimait se faire liker pour allumer le monde entier
Elle aimait se faire YouPorner pour des milliards de connectés
Elle aimait se faire shooter le cul pis surtout son portrait
Elle aimait se faire péter son pétard trop bien roulé
Elle aimait me faire tirer dessus, oui sûr, comme un pompier
Elle aimait tout faire sauter comme une p’tite bombe au cul bombé
Elle aimait faire exploser mon cœur et surtout ma CB
Sur tous les comptoirs en soirée, elle aimait se faire shooter

Des shots au bar pour oublier
Des shots au bar

Elle aimait se faire liker pour allumer le monde entier
Elle aimait tout faire péter comme une p’tite bombe au cul bombé
Elle aimait se faire payer pour la nuit ou pour une tournée
Elle aimait se faire défoncer son corps, cœur désenchanté
Elle aimait se faire monter dans les chiottes ou dans les greniers
Elle aimait se faire baiser dans les backrooms des bars clandés
Elle aimait se faire doigter dans les bagnoles décapotées
Elle aimait se faire sauter sur les genoux ou les godemichets
Elle aimait faire exploser mon cœur et surtout ma CB
Sur tous les comptoirs en soirée, elle aimait se faire shooter

Des shots au bar pour oublier
Des shots au bar

Elle aimait se faire liker pour allumer le monde entier
Elle aimait tout faire péter comme une p’tite bombe au cul bombé
Elle aimait se faire payer pour la nuit ou pour une tournée
Elle aimait se faire défoncer son corps, cœur désenchanté

Comme un pétard trop bien roulé
Dans tous les sens on fait tourner
Comme un pétard trop bien roulé
Fais tourner, fais tourner, fais tourner

En amour faut pas s’attacher
Ou alors juste les poignés
En amour faut savoir cracher
Dans les filles faut savoir pleurer
Quand elle était jambes écartées
Moi c’est le monde que j’y voyais
Elle avait les yeux bandés
Quand elle me dit qu’elle m’aimait
Elle aimait être attachée
Elle aimait bien déshabiller
Des menottes à ses poignés
Me faire bander les yeux bandés
Elle aimait être étouffée
La tête en bas sur l’oreiller
Elle m’écrivait en secret
Qu’elle chantait plus quand elle saignait
Elle aimait me faire pleurer mon sexe sur mon cœur blessé
Sur mon visage désabusé, je crois bien qu’elle aimait pisser
Elle aimait se faire tirer la chatte comme un pétard mouillé
Elle aimait se faire prier à genoux, à genoux, à genoux
Elle aimait se faire liker pour allumer le monde entier
Elle aimait se faire fesser quand tu sais la confesser
Elle aimait se faire lécher comme une religieuse qui a péché
Elle aimait se faire frapper la chatte pour la faire chialer
Elle aimait se faire liker pour allumer le monde entier
Elle aimait tout faire péter de son pétard trop bien roulé
Elle aimait se faire sauter comme une p’tite bombe au cul bombé
Elle aimait se faire exploser dans tous les sens on fait tourner

Comme un pétard trop bien roulé
Dans tous les sens on fait tourner
Comme un pétard
Comme un pétard
Comme un pétard
Trop bien roulé

[quote="melie"][b]Elle aimait se faire liker[/b] Elle aimait se faire liker pour allumer le monde entier Elle aimait se faire e-porner pour des milliards de connectés [/quote] c'est pas plutôt : Elle aimait se faire YouPorner ? [quote="melie"][b]Elle aimait se faire liker[/b] Elle aimait se faire tirer ??? comme un pompier [/quote] Elle aimait me faire tirer dessus comme un pompier [quote="melie"][b]Elle aimait se faire liker[/b] Des ??? pour oublier Des ??? [/quote] Des shots au bar pour oublier Des shots au bar [quote="melie"][b]Elle aimait se faire liker[/b] Elle aimait se faire monter dans les chiottes, dans les greniers Elle aimait faire exploser mon cœur et surtout ma CB [/quote] Elle aimait se faire monter dans les chiottes "ou" dans les greniers Elle aimait faire exploser mon cœur "puis" surtout ma CB
Messina Il y a 2 ans

Elle aimait se faire liker


Elle aimait se faire liker pour allumer le monde entier
Elle aimait se faire e-porner pour des milliards de connectés


c'est pas plutôt :
Elle aimait se faire YouPorner
?

Elle aimait se faire liker


Elle aimait se faire tirer ??? comme un pompier


Elle aimait me faire tirer dessus comme un pompier

Elle aimait se faire liker


Des ??? pour oublier
Des ???



Des shots au bar pour oublier
Des shots au bar




Elle aimait se faire liker


Elle aimait se faire monter dans les chiottes, dans les greniers


Elle aimait faire exploser mon cœur et surtout ma CB



Elle aimait se faire monter dans les chiottes "ou" dans les greniers


Elle aimait faire exploser mon cœur "puis" surtout ma CB

La guerre des mondes C’est la rosée contre la pluie C’est quand vous parle l’infini C’est la sagesse contre folie C’est l’orthographe de nos écrits C’est tes cheveux contre le vent C’est nos adieux c’est nos printemps C’est l’élan contre gravité L’enfant qui apprend à marcher C’est papillon contre lumière C’est l’horizon de l’éphémère C’est la vie contre funéraire C’est quand on écrit sur la pierre Les mots contre l’inexistence Des sanglots contre la souffrance C’est la tendresse face aux violences Le cœur tristesse face à l’absence Ce sont nos mains serrées mon frère Ce sont nos destins sur la terre C’est le cœur qui bat Quels que soient la caresse Ou bien le combat C’est la lutte contre soumission C’est poings levés contre oppression C’est la rage contre la machine L’avenir contre l’origine C’est l’hirondelle contre fusil C’est ton étoile contre la nuit C’est la meute contre l’insoumis C’est l’écriture des infinis L’univers contre leur pognon Sûr c’est le blues des rebellions C’est le chant des champs de coton C’est l’esclave face à l’horizon Je crois ce sont les guerres des mondes C’est la beauté contre l’immonde C’est l’accessoire contre essentiel C’est le gazole contre le ciel C’est connaissance contre prière C’est la pollution contre l’air C’est la tendresse contre la guerre La délicatesse contre vulgaire C’est le savoir contre bêtise C’est la mémoire des matières grises Littéraires contre scientifiques L’humain face au technologique C’est la richesse contre précaire C’est la tristesse humanitaire C’est l’horizon face au néant L’éducation contre ignorant Liberté contre puritains L’humanité contre les chiens La pensée contre la croyance Métaphysique contre sciences C’est créateur contre esclavage L’identité contre clonage C’est poings levés contre les drones L’unicité contre les clones C’est clochards contre limousines C’est les gratte ciel contre les ruines C’est la vie contre les cimetières Qu’on voudrait faire de notre terre C’est s’aimer contre la violence C’est tenir face à la démence C’est solidarité toujours C’est chuchoter des mots d’amour C’est partage contre possession Aux guerres des civilisations C’est cœur pur contre pourriture Tu sais qu’importe la blessure C’est l’enfant contre société L’espoir contre désespéré C’est liberté contre prison L’humanité contre horizon Ce sont les loups chassant la nuit Ce sont les coyotes Missouri C’est mon cœur indien dans la transe C’est le chemin des pénitences De l’âme du corps avec toi C’est ma peau contre l’au-delà Des frontières de l’inaccessible Ce sont les voix de l’invisible Ce sont les fantômes qui dansent Autour des flammes incandescentes De tes yeux dans les nuits soleil C’est quand l’instant fait l’éternel Ce sont les esprits de nos morts C’est quand la vie respire encore Ce sont les siècles à bout de bras Ce sont les cœurs face au combat Le primitif me tend la main Le grand nord sera mon chemin Arizona inacouchante Je vais guerrier face aux brûlantes Je bois le venin du serpent Comme on boit le sang du divin Au nom du fils spirituel des sacrifices au nom du ciel Prêcheur de ceux qui vont sans dieux Le cœur à bout de bras les cieux Si mon âme sœur est la lumière Repose en moi les univers Nos Cœur face aux apocalypses Mais dis-moi quand viendra l’éclipse C’est la terre face au mortuaire C’est ton sourire face à l’enfer Des troupeaux d’agneaux condamnés Aux couteaux qui viennent écorcher Le corps de dieu en sacrifice Ceux qui prient au nom du fils Dieu me parle et me dit Fils de dieu, es-tu l’homme ? Oui mon père, je suis l’homme Fils de la chair qui s’abandonne Au plaisir de toucher les cimes Je serai l’aigle face aux abîmes Aux horizons dans les brûmoirs L’humanité dans les mouroirs Que les serpents mordent les femmes Qu’ils offrent leur cœur à la flamme La vois-tu qui vient des pénombres Vois-tu qui fait danser les ombres ? C’est la mort C’est la mort C’est la mort C’est la mort C’est la mort C’est la mort C’est la mort C’est la mort La vois-tu ? allez viens allez viens allez viens pas sure de ce qu'il dit après Arizona "inaccouchante" ? edit: je viens juste de voir qu'une autre version a été postée plus haut, tant pis ije laisse la mienne car il y a quelques divergences
Eléa Il y a 2 ans

La guerre des mondes

C’est la rosée contre la pluie
C’est quand vous parle l’infini
C’est la sagesse contre folie
C’est l’orthographe de nos écrits
C’est tes cheveux contre le vent
C’est nos adieux c’est nos printemps
C’est l’élan contre gravité
L’enfant qui apprend à marcher
C’est papillon contre lumière
C’est l’horizon de l’éphémère
C’est la vie contre funéraire
C’est quand on écrit sur la pierre
Les mots contre l’inexistence
Des sanglots contre la souffrance
C’est la tendresse face aux violences
Le cœur tristesse face à l’absence
Ce sont nos mains serrées mon frère
Ce sont nos destins sur la terre
C’est le cœur qui bat
Quels que soient la caresse
Ou bien le combat
C’est la lutte contre soumission
C’est poings levés contre oppression
C’est la rage contre la machine
L’avenir contre l’origine
C’est l’hirondelle contre fusil
C’est ton étoile contre la nuit
C’est la meute contre l’insoumis
C’est l’écriture des infinis
L’univers contre leur pognon
Sûr c’est le blues des rebellions
C’est le chant des champs de coton
C’est l’esclave face à l’horizon


Je crois ce sont les guerres des mondes
C’est la beauté contre l’immonde
C’est l’accessoire contre essentiel
C’est le gazole contre le ciel
C’est connaissance contre prière
C’est la pollution contre l’air
C’est la tendresse contre la guerre
La délicatesse contre vulgaire
C’est le savoir contre bêtise
C’est la mémoire des matières grises
Littéraires contre scientifiques
L’humain face au technologique
C’est la richesse contre précaire
C’est la tristesse humanitaire
C’est l’horizon face au néant
L’éducation contre ignorant
Liberté contre puritains
L’humanité contre les chiens
La pensée contre la croyance
Métaphysique contre sciences
C’est créateur contre esclavage
L’identité contre clonage
C’est poings levés contre les drones
L’unicité contre les clones
C’est clochards contre limousines
C’est les gratte ciel contre les ruines
C’est la vie contre les cimetières
Qu’on voudrait faire de notre terre
C’est s’aimer contre la violence
C’est tenir face à la démence
C’est solidarité toujours
C’est chuchoter des mots d’amour
C’est partage contre possession
Aux guerres des civilisations
C’est cœur pur contre pourriture
Tu sais qu’importe la blessure
C’est l’enfant contre société
L’espoir contre désespéré
C’est liberté contre prison
L’humanité contre horizon
Ce sont les loups chassant la nuit
Ce sont les coyotes Missouri
C’est mon cœur indien dans la transe
C’est le chemin des pénitences
De l’âme du corps avec toi
C’est ma peau contre l’au-delà
Des frontières de l’inaccessible
Ce sont les voix de l’invisible
Ce sont les fantômes qui dansent
Autour des flammes incandescentes
De tes yeux dans les nuits soleil
C’est quand l’instant fait l’éternel
Ce sont les esprits de nos morts
C’est quand la vie respire encore
Ce sont les siècles à bout de bras
Ce sont les cœurs face au combat
Le primitif me tend la main
Le grand nord sera mon chemin
Arizona inacouchante
Je vais guerrier face aux brûlantes
Je bois le venin du serpent
Comme on boit le sang du divin
Au nom du fils spirituel
des sacrifices au nom du ciel
Prêcheur de ceux qui vont sans dieux
Le cœur à bout de bras les cieux
Si mon âme sœur est la lumière
Repose en moi les univers
Nos Cœur face aux apocalypses
Mais dis-moi quand viendra l’éclipse
C’est la terre face au mortuaire
C’est ton sourire face à l’enfer
Des troupeaux d’agneaux condamnés
Aux couteaux qui viennent écorcher
Le corps de dieu en sacrifice
Ceux qui prient au nom du fils
Dieu me parle et me dit
Fils de dieu, es-tu l’homme ?
Oui mon père, je suis l’homme
Fils de la chair qui s’abandonne
Au plaisir de toucher les cimes
Je serai l’aigle face aux abîmes
Aux horizons dans les brûmoirs
L’humanité dans les mouroirs
Que les serpents mordent les femmes
Qu’ils offrent leur cœur à la flamme
La vois-tu qui vient des pénombres
Vois-tu qui fait danser les ombres ?
C’est la mort
C’est la mort
C’est la mort
C’est la mort
C’est la mort
C’est la mort
C’est la mort
C’est la mort
La vois-tu ?
allez viens
allez viens
allez viens

pas sure de ce qu'il dit après Arizona "inaccouchante" ?

edit: je viens juste de voir qu'une autre version a été postée plus haut, tant pis ije laisse la mienne car il y a quelques divergences

[quote="Eléa"]La guerre des mondes C’est la rosée contre la pluie C’est quand vous parle l’infini C’est la sagesse contre folie C’est l’orthographe de nos écrits C’est tes cheveux contre le vent C’est nos adieux c’est nos printemps C’est l’élan contre gravité L’enfant qui apprend à marcher C’est papillon contre lumière C’est l’horizon de l’éphémère C’est la vie contre funéraire C’est quand on écrit sur la pierre Les mots contre l’inexistence Des sanglots contre la souffrance C’est la tendresse face aux violences Le cœur tristesse face à l’absence Ce sont nos mains serrées mon frère Ce sont nos destins sur la terre C’est le cœur qui bat Quels que soient la caresse Ou bien le combat C’est la lutte contre soumission C’est poings levés contre oppression C’est la rage contre la machine L’avenir contre l’origine C’est l’hirondelle contre fusil C’est ton étoile contre la nuit C’est la meute contre l’insoumis C’est l’écriture des infinis L’univers contre leur pognon Sûr c’est le blues des rebellions C’est le chant des champs de coton C’est l’esclave face à l’horizon Je crois ce sont les guerres des mondes C’est la beauté contre l’immonde C’est l’accessoire contre essentiel C’est le gazole contre le ciel C’est connaissance contre prière C’est la pollution contre l’air C’est la tendresse contre la guerre La délicatesse contre vulgaire C’est le savoir contre bêtise C’est la mémoire des matières grises Littéraires contre scientifiques L’humain face au technologique C’est la richesse contre précaire C’est la tristesse humanitaire C’est l’horizon face au néant L’éducation contre ignorant Liberté contre puritains L’humanité contre les chiens La pensée contre la croyance Métaphysique contre sciences C’est créateur contre esclavage L’identité contre clonage C’est poings levés contre les drones L’unicité contre les clones C’est clochards contre limousines C’est les gratte ciel contre les ruines C’est la vie contre les cimetières Qu’on voudrait faire de notre terre C’est s’aimer contre la violence C’est tenir face à la démence C’est solidarité toujours C’est chuchoter des mots d’amour C’est partage contre possession Aux guerres des civilisations C’est cœur pur contre pourriture Tu sais qu’importe la blessure C’est l’enfant contre société L’espoir contre désespéré C’est liberté contre prison L’humanité contre horizon Ce sont les loups chassant la nuit Ce sont les coyotes Missouri C’est mon cœur indien dans la transe C’est le chemin des pénitences De l’âme du corps avec toi C’est ma peau contre l’au-delà Des frontières de l’inaccessible Ce sont les voix de l’invisible Ce sont les fantômes qui dansent Autour des flammes incandescentes De tes yeux dans les nuits soleil C’est quand l’instant fait l’éternel Ce sont les esprits de nos morts C’est quand la vie respire encore Ce sont les siècles à bout de bras Ce sont les cœurs face au combat Le primitif me tend la main Le grand nord sera mon chemin Arizona inacouchante Je vais guerrier face aux brûlantes Je bois le venin du serpent Comme on boit le sang du divin Au nom du fils spirituel des sacrifices au nom du ciel Prêcheur de ceux qui vont sans dieux Le cœur à bout de bras les cieux Si mon âme sœur est la lumière Repose en moi les univers Nos Cœur face aux apocalypses Mais dis-moi quand viendra l’éclipse C’est la terre face au mortuaire C’est ton sourire face à l’enfer Des troupeaux d’agneaux condamnés Aux couteaux qui viennent écorcher Le corps de dieu en sacrifice Ceux qui prient au nom du fils Dieu me parle et me dit Fils de dieu, es-tu l’homme ? Oui mon père, je suis l’homme Fils de la chair qui s’abandonne Au plaisir de toucher les cimes Je serai l’aigle face aux abîmes Aux horizons dans les brûmoirs L’humanité dans les mouroirs Que les serpents mordent les femmes Qu’ils offrent leur cœur à la flamme La vois-tu qui vient des pénombres Vois-tu qui fait danser les ombres ? C’est la mort C’est la mort C’est la mort C’est la mort C’est la mort C’est la mort C’est la mort C’est la mort La vois-tu ? allez viens allez viens allez viens pas sure de ce qu'il dit après Arizona "inaccouchante" ?[/quote] Je l'avais déjà retranscrite, mais c'est mieux trop que pas assez héhé :) Sinon pour inaccouchante j'ai aussi trouvé pareil. J'avais hésité avec hymne un coup chante, mais je me suis dit que non. Après ce mot "inaccouchante" en vrai il existe pas dans les dico, mais il a peut être inventé un mot, un néologisme, Comme "brumoir " qui existe pas non plus.
Ame Mélancolique Il y a 2 ans

La guerre des mondes

C’est la rosée contre la pluie
C’est quand vous parle l’infini
C’est la sagesse contre folie
C’est l’orthographe de nos écrits
C’est tes cheveux contre le vent
C’est nos adieux c’est nos printemps
C’est l’élan contre gravité
L’enfant qui apprend à marcher
C’est papillon contre lumière
C’est l’horizon de l’éphémère
C’est la vie contre funéraire
C’est quand on écrit sur la pierre
Les mots contre l’inexistence
Des sanglots contre la souffrance
C’est la tendresse face aux violences
Le cœur tristesse face à l’absence
Ce sont nos mains serrées mon frère
Ce sont nos destins sur la terre
C’est le cœur qui bat
Quels que soient la caresse
Ou bien le combat
C’est la lutte contre soumission
C’est poings levés contre oppression
C’est la rage contre la machine
L’avenir contre l’origine
C’est l’hirondelle contre fusil
C’est ton étoile contre la nuit
C’est la meute contre l’insoumis
C’est l’écriture des infinis
L’univers contre leur pognon
Sûr c’est le blues des rebellions
C’est le chant des champs de coton
C’est l’esclave face à l’horizon


Je crois ce sont les guerres des mondes
C’est la beauté contre l’immonde
C’est l’accessoire contre essentiel
C’est le gazole contre le ciel
C’est connaissance contre prière
C’est la pollution contre l’air
C’est la tendresse contre la guerre
La délicatesse contre vulgaire
C’est le savoir contre bêtise
C’est la mémoire des matières grises
Littéraires contre scientifiques
L’humain face au technologique
C’est la richesse contre précaire
C’est la tristesse humanitaire
C’est l’horizon face au néant
L’éducation contre ignorant
Liberté contre puritains
L’humanité contre les chiens
La pensée contre la croyance
Métaphysique contre sciences
C’est créateur contre esclavage
L’identité contre clonage
C’est poings levés contre les drones
L’unicité contre les clones
C’est clochards contre limousines
C’est les gratte ciel contre les ruines
C’est la vie contre les cimetières
Qu’on voudrait faire de notre terre
C’est s’aimer contre la violence
C’est tenir face à la démence
C’est solidarité toujours
C’est chuchoter des mots d’amour
C’est partage contre possession
Aux guerres des civilisations
C’est cœur pur contre pourriture
Tu sais qu’importe la blessure
C’est l’enfant contre société
L’espoir contre désespéré
C’est liberté contre prison
L’humanité contre horizon
Ce sont les loups chassant la nuit
Ce sont les coyotes Missouri
C’est mon cœur indien dans la transe
C’est le chemin des pénitences
De l’âme du corps avec toi
C’est ma peau contre l’au-delà
Des frontières de l’inaccessible
Ce sont les voix de l’invisible
Ce sont les fantômes qui dansent
Autour des flammes incandescentes
De tes yeux dans les nuits soleil
C’est quand l’instant fait l’éternel
Ce sont les esprits de nos morts
C’est quand la vie respire encore
Ce sont les siècles à bout de bras
Ce sont les cœurs face au combat
Le primitif me tend la main
Le grand nord sera mon chemin
Arizona inacouchante
Je vais guerrier face aux brûlantes
Je bois le venin du serpent
Comme on boit le sang du divin
Au nom du fils spirituel
des sacrifices au nom du ciel
Prêcheur de ceux qui vont sans dieux
Le cœur à bout de bras les cieux
Si mon âme sœur est la lumière
Repose en moi les univers
Nos Cœur face aux apocalypses
Mais dis-moi quand viendra l’éclipse
C’est la terre face au mortuaire
C’est ton sourire face à l’enfer
Des troupeaux d’agneaux condamnés
Aux couteaux qui viennent écorcher
Le corps de dieu en sacrifice
Ceux qui prient au nom du fils
Dieu me parle et me dit
Fils de dieu, es-tu l’homme ?
Oui mon père, je suis l’homme
Fils de la chair qui s’abandonne
Au plaisir de toucher les cimes
Je serai l’aigle face aux abîmes
Aux horizons dans les brûmoirs
L’humanité dans les mouroirs
Que les serpents mordent les femmes
Qu’ils offrent leur cœur à la flamme
La vois-tu qui vient des pénombres
Vois-tu qui fait danser les ombres ?
C’est la mort
C’est la mort
C’est la mort
C’est la mort
C’est la mort
C’est la mort
C’est la mort
C’est la mort
La vois-tu ?
allez viens
allez viens
allez viens

pas sure de ce qu'il dit après Arizona "inaccouchante" ?


Je l'avais déjà retranscrite, mais c'est mieux trop que pas assez héhé
Sinon pour inaccouchante j'ai aussi trouvé pareil.

J'avais hésité avec hymne un coup chante, mais je me suis dit que non.
Après ce mot "inaccouchante" en vrai il existe pas dans les dico, mais il a peut être inventé un mot, un néologisme,
Comme "brumoir " qui existe pas non plus.

[quote="Messina"][quote="melie"][b]Elle aimait se faire liker[/b] Elle aimait se faire liker pour allumer le monde entier Elle aimait se faire e-porner pour des milliards de connectés [/quote] c'est pas plutôt : Elle aimait se faire YouPorner ? [quote="melie"][b]Elle aimait se faire liker[/b] Elle aimait se faire tirer ??? comme un pompier [/quote] Elle aimait me faire tirer dessus comme un pompier [quote="melie"][b]Elle aimait se faire liker[/b] Des ??? pour oublier Des ??? [/quote] Des shots au bar pour oublier Des shots au bar [quote="melie"][b]Elle aimait se faire liker[/b] Elle aimait se faire monter dans les chiottes, dans les greniers [/quote] Elle aimait se faire monter dans les chiottes "ou" dans les greniers[/quote] C'est corrigé. Merci ! :)
melie Il y a 2 ans

Elle aimait se faire liker


Elle aimait se faire liker pour allumer le monde entier
Elle aimait se faire e-porner pour des milliards de connectés


c'est pas plutôt :
Elle aimait se faire YouPorner
?

Elle aimait se faire liker


Elle aimait se faire tirer ??? comme un pompier


Elle aimait me faire tirer dessus comme un pompier

Elle aimait se faire liker


Des ??? pour oublier
Des ???



Des shots au bar pour oublier
Des shots au bar




Elle aimait se faire liker


Elle aimait se faire monter dans les chiottes, dans les greniers



Elle aimait se faire monter dans les chiottes "ou" dans les greniers

C'est corrigé. Merci !

je rajoute quelques trucs en gras [quote="Alain57"] qu'ils ne servent à rien ou juste à faire du blé demain tu verras bien nous diront aux bébés qu'il est mieux ou de continuer à ramper [b]ne te mets pas debout, homme de ces millénaires[/b] Ou juste pour danser ouais le cul en arrière peuple à genoux prières sur des satellitaires humanité de selfies d'animaux suicidaires [b]nous ferons danser les noirs ..... par les blancs[/b] nous garderons en laisse toujours les ignorants nous ferons parquer les vieux par leurs propres enfants nous ferons croire les pieux et même les non croyants nous ferons des milliards qui rêvent de milliardaires nous ferons l'esclavage de l'homme par son frère nous ferons le paradis pour leur vendre l'enfer pour supporter la croix de leur vie sur la terre nous ferons quelques riches pour gouverner la meute nous leur vendrons du rêve pour éviter l'émeute nous mettrons dans des camps ceux qui n'ont de richesse que la mauvaise étoile de ceux qu'on tient en laisse nous créerons les malades pour nos pharmaceutiques nous ferons du potable au parfum des toxiques de tous les champs de fleurs nous ferons du plastique [b]de notre terre qui meure, nous ferons l'atomique[/b] empire des décadences décadence de l'empire [b]des prophètes violences pour des ailes de cire[/b] de ce siècle éclairé par les lumières du vide les néons de l'humain ont le cœur apatride r...[/quote]
Eléa Il y a 2 ans

je rajoute quelques trucs en gras


qu'ils ne servent à rien ou juste à faire du blé
demain tu verras bien nous diront aux bébés
qu'il est mieux ou de continuer à ramper

ne te mets pas debout, homme de ces millénaires
Ou juste pour danser ouais le cul en arrière
peuple à genoux prières sur des satellitaires
humanité de selfies d'animaux suicidaires

nous ferons danser les noirs ..... par les blancs
nous garderons en laisse toujours les ignorants
nous ferons parquer les vieux par leurs propres enfants
nous ferons croire les pieux et même les non croyants

nous ferons des milliards qui rêvent de milliardaires
nous ferons l'esclavage de l'homme par son frère
nous ferons le paradis pour leur vendre l'enfer
pour supporter la croix de leur vie sur la terre

nous ferons quelques riches pour gouverner la meute
nous leur vendrons du rêve pour éviter l'émeute
nous mettrons dans des camps ceux qui n'ont de richesse
que la mauvaise étoile de ceux qu'on tient en laisse

nous créerons les malades pour nos pharmaceutiques
nous ferons du potable au parfum des toxiques
de tous les champs de fleurs nous ferons du plastique
de notre terre qui meure, nous ferons l'atomique

empire des décadences décadence de l'empire
des prophètes violences pour des ailes de cire
de ce siècle éclairé par les lumières du vide
les néons de l'humain ont le cœur apatride
r...

[quote="melie"]C'est corrigé. Merci ! :)[/quote] de rien :) par contre pour le reste je comprends pas non plus [quote="melie"][b]Elle aimait se faire liker[/b] Quand elle me dit qu’elle m’aimait Elle aimait être attachée Elle aimait bien ??? ??? Elle aimait se faire ??? confesser Elle aimait se faire lécher comme une religieuse qui a péché Trop bien roulé[/quote] elle aimait bien déshabiller ???????????????????? Elle aimait se faire fesser ??????????? confesser mais perso c'est tout * et je m'auto corrige sur Elle aimait me faire tirer dessus comme un pompier Elle aimait me faire tirer dessus "oui sûr" comme un pompier me semble plus juste
Messina Il y a 2 ans

C'est corrigé. Merci !



de rien

par contre pour le reste je comprends pas non plus



Elle aimait se faire liker


Quand elle me dit qu’elle m’aimait
Elle aimait être attachée
Elle aimait bien ???
???

Elle aimait se faire ??? confesser
Elle aimait se faire lécher comme une religieuse qui a péché


Trop bien roulé


elle aimait bien déshabiller
????????????????????

Elle aimait se faire fesser ??????????? confesser



mais perso c'est tout



* et je m'auto corrige sur

Elle aimait me faire tirer dessus comme un pompier

Elle aimait me faire tirer dessus "oui sûr" comme un pompier

me semble plus juste

[quote="Messina"][quote="melie"][b]Elle aimait se faire liker[/b] Quand elle me dit qu’elle m’aimait Elle aimait être attachée Elle aimait bien ??? ??? Elle aimait se faire ??? confesser Elle aimait se faire lécher comme une religieuse qui a péché Trop bien roulé[/quote] elle aimait bien déshabiller ???????????????????? Elle aimait se faire fesser ??????????? confesser mais perso c'est tout[/quote] J'ai rajouté tes corrections. [quote="Messina"]* et je m'auto corrige sur Elle aimait me faire tirer dessus comme un pompier Elle aimait me faire tirer dessus "oui sûr" comme un pompier me semble plus juste[/quote] Oui, ça a l'air plus correct comme ça.
melie Il y a 2 ans

Elle aimait se faire liker


Quand elle me dit qu’elle m’aimait
Elle aimait être attachée
Elle aimait bien ???
???

Elle aimait se faire ??? confesser
Elle aimait se faire lécher comme une religieuse qui a péché


Trop bien roulé


elle aimait bien déshabiller
????????????????????

Elle aimait se faire fesser ??????????? confesser



mais perso c'est tout

J'ai rajouté tes corrections.


* et je m'auto corrige sur

Elle aimait me faire tirer dessus comme un pompier

Elle aimait me faire tirer dessus "oui sûr" comme un pompier

me semble plus juste

Oui, ça a l'air plus correct comme ça.

c'est bon j'ai trouvé elle aimait bien déshabiller Des menottes à ses poignés Elle aimait se faire fesser quand tu sais la confesser
Messina Il y a 2 ans

c'est bon j'ai trouvé


elle aimait bien déshabiller
Des menottes à ses poignés


Elle aimait se faire fesser quand tu sais la confesser

[quote="Messina"]c'est bon j'ai trouvé elle aimait bien déshabiller Des menottes à ses poignés Elle aimait se faire fesser quand tu sais la confesser[/quote] C'est corrigé ;)
melie Il y a 2 ans

c'est bon j'ai trouvé


elle aimait bien déshabiller
Des menottes à ses poignés


Elle aimait se faire fesser quand tu sais la confesser

C'est corrigé

[b]J'envoie[/b] Miroir, dis-moi mon beau miroir Est-ce que je suis belle dans l’accessoire ? Dans l’infinité numérique Je veux ma photo dans la fabrique Miroir, dis-moi mon beau miroir Dis-moi comment toucher la gloire Au gré des névroses narcissiques J’veux ma photo dans la fabrique J'envoie mes photos à la gym J'envoie ma chatte pour que tu dream J'envoie pour crier liberté J’suis sur la toile, prisonnier J'envoie des bouteilles à la mer J'envoie ouais le cul en arrière J'envoie mes outrages révoltés Quand j’suis sur la plage à bronzer J'envoie des appels au secours J'envoie, sûr, pour trouver l’amour J'envoie pour toucher des millions J'envoie des likes, des connexions J'envoie ce que j’ai bouffé hier J'envoie la photo de ma grand-mère J'envoie des drapeaux pour la paix Anonyme sur mon canapé J'envoie ma gueule pour ma planète Tout le monde sans fout mais t’inquiètes J'envoie même quand j’ai l’air de rien Qu’un tas de fumier dans du crottin J'envoie mes selfies suicidaires J'envoie, sûr, à la terre entière J'envoie comme une humanitaire Sûr envie de tout foutre en l’air J'envoie des textos dans l’abime J'envoie des tweets aux anonymes J'envoie mes points de vue politiques J'envoie, ouais, tant qu’ça fait du fric J'envoie mes outrages révoltés Quand j’suis sur la plage à bronzer J'envoie des putain d’smileys En dessous des photos charniers J'envoie comme une humanitaire Sûr envie de tout foutre en l’air J'envoie mes névroses narcissiques Et puis mon liquide amniotique J'envoie crier liberté J’suis sur la toile, prisonnier J'envoie ma gueule pornographique Dans la grande messe j’suis pathétique J'envoie satellite SOS J'envoie comme un appel détresse J'envoie des mots d’amour parfois J'envoie à qui les recevra Miroir, dis-moi mon beau miroir Est-ce que je suis belle dans l’accessoire ? Dans l’infinité numérique Je veux ma photo dans la fabrique J'envoie satellite SOS J'envoie satellite SOS J'envoie satellite SOS J'envoie satellite SOS J'envoie comme un appel détresse J'envoie des mots d’amour parfois J'envoie à qui les recevra J'envoie des bouteilles à la mer Dans l’océan de nos poussières Dans la fabrique des égo-trips J'envoie mes névroses narcissiques J'envoie comme une mythomaniaque Partout faut chercher son mac Au gré des crèmes dépilatoires Grand règne de nos accessoires J'envoie des feux de pailles féministes Pour nourrir les proxénétismes Au gré des propagandes média J'envoie, ouais, vas savoir pourquoi J'envoie satellite SOS J'envoie comme un appel détresse J'envoie sur le cul en arrière J'envoie des causes humanitaires J'envoie des parfums sans odeur J'envoie sûr à n’importe quelle heure J'en vois qui traverse le ciel J'envoie des lunes ou des soleils J'envoie des étoiles et des cœurs J'envoie des numériques flowers SOS SOS SOS SOS SOS SOS SOS SOS SOS J'envoie satellite SOS J'envoie comme un appel détresse J'envoie satellite SOS J'envoie comme un appel détresse J'envoie mes photos à la gym J'envoie ma chatte pour que tu dream J'envoie ce que j’ai bouffé hier J'envoie la photo de ma grand-mère J'envoie mes vacances sur la côte Où cette fille montre son cul sur des yachts Moi j'envoie des superficiels Intelligence artificielle J'envoie pour crier liberté Quand j’suis sur la toile, prisonnier J'envoie citation en anglais J'envoie mon cerveau atrophié J'envoie mes outrages révoltés Quand j’suis sur la plage à bronzer J'envoie, ouais, des putains de smileys En dessous des photos charniers J'envoie ma gueule pour la planète J'envoie mes samedis soir de fête J'envoie des étoiles et des cœurs J'envoie des numériques flowers Au gré des amours en pixel Pour toucher le septième ciel Moi j’envoie des artificiels Intelligence superficielle J'envoie J'envoie J'envoie des mots d’amour J'envoie J'envoie J'envoie des mots d’amour Envoie ! Envoie ! Envoie !
melie Il y a 2 ans

J'envoie

Miroir, dis-moi mon beau miroir
Est-ce que je suis belle dans l’accessoire ?
Dans l’infinité numérique
Je veux ma photo dans la fabrique

Miroir, dis-moi mon beau miroir
Dis-moi comment toucher la gloire
Au gré des névroses narcissiques
J’veux ma photo dans la fabrique

J'envoie mes photos à la gym
J'envoie ma chatte pour que tu dream
J'envoie pour crier liberté
J’suis sur la toile, prisonnier
J'envoie des bouteilles à la mer
J'envoie ouais le cul en arrière
J'envoie mes outrages révoltés
Quand j’suis sur la plage à bronzer
J'envoie des appels au secours
J'envoie, sûr, pour trouver l’amour
J'envoie pour toucher des millions
J'envoie des likes, des connexions
J'envoie ce que j’ai bouffé hier
J'envoie la photo de ma grand-mère
J'envoie des drapeaux pour la paix
Anonyme sur mon canapé
J'envoie ma gueule pour ma planète
Tout le monde sans fout mais t’inquiètes
J'envoie même quand j’ai l’air de rien
Qu’un tas de fumier dans du crottin
J'envoie mes selfies suicidaires
J'envoie, sûr, à la terre entière
J'envoie comme une humanitaire
Sûr envie de tout foutre en l’air
J'envoie des textos dans l’abime
J'envoie des tweets aux anonymes
J'envoie mes points de vue politiques
J'envoie, ouais, tant qu’ça fait du fric
J'envoie mes outrages révoltés
Quand j’suis sur la plage à bronzer
J'envoie des putain d’smileys
En dessous des photos charniers
J'envoie comme une humanitaire
Sûr envie de tout foutre en l’air
J'envoie mes névroses narcissiques
Et puis mon liquide amniotique
J'envoie crier liberté
J’suis sur la toile, prisonnier
J'envoie ma gueule pornographique
Dans la grande messe j’suis pathétique
J'envoie satellite SOS
J'envoie comme un appel détresse
J'envoie des mots d’amour parfois
J'envoie à qui les recevra

Miroir, dis-moi mon beau miroir
Est-ce que je suis belle dans l’accessoire ?
Dans l’infinité numérique
Je veux ma photo dans la fabrique

J'envoie satellite SOS
J'envoie satellite SOS
J'envoie satellite SOS

J'envoie satellite SOS
J'envoie comme un appel détresse
J'envoie des mots d’amour parfois
J'envoie à qui les recevra
J'envoie des bouteilles à la mer
Dans l’océan de nos poussières
Dans la fabrique des égo-trips
J'envoie mes névroses narcissiques
J'envoie comme une mythomaniaque
Partout faut chercher son mac
Au gré des crèmes dépilatoires
Grand règne de nos accessoires
J'envoie des feux de pailles féministes
Pour nourrir les proxénétismes
Au gré des propagandes média
J'envoie, ouais, vas savoir pourquoi
J'envoie satellite SOS
J'envoie comme un appel détresse
J'envoie sur le cul en arrière
J'envoie des causes humanitaires
J'envoie des parfums sans odeur
J'envoie sûr à n’importe quelle heure
J'en vois qui traverse le ciel
J'envoie des lunes ou des soleils
J'envoie des étoiles et des cœurs
J'envoie des numériques flowers

SOS SOS SOS
SOS SOS SOS
SOS SOS SOS

J'envoie satellite SOS
J'envoie comme un appel détresse

J'envoie satellite SOS
J'envoie comme un appel détresse

J'envoie mes photos à la gym
J'envoie ma chatte pour que tu dream
J'envoie ce que j’ai bouffé hier
J'envoie la photo de ma grand-mère
J'envoie mes vacances sur la côte
Où cette fille montre son cul sur des yachts
Moi j'envoie des superficiels
Intelligence artificielle
J'envoie pour crier liberté
Quand j’suis sur la toile, prisonnier
J'envoie citation en anglais
J'envoie mon cerveau atrophié
J'envoie mes outrages révoltés
Quand j’suis sur la plage à bronzer
J'envoie, ouais, des putains de smileys
En dessous des photos charniers
J'envoie ma gueule pour la planète
J'envoie mes samedis soir de fête
J'envoie des étoiles et des cœurs
J'envoie des numériques flowers
Au gré des amours en pixel
Pour toucher le septième ciel
Moi j’envoie des artificiels
Intelligence superficielle

J'envoie
J'envoie
J'envoie des mots d’amour

J'envoie
J'envoie
J'envoie des mots d’amour

Envoie !
Envoie !
Envoie !

Ma religieuse Elle a pas grandi au couvent Elle a pas de crucifix qui pend Autour du cou Ma religieuse à moi Elle récite pas les testaments Avant, ni après, ni pensant, Qu'elle s'met à genoux Ma religieuse à moi Elle aime pas trop les enfants de cœur Elle préfère les plans à plusieurs Les plans à trois Ma religieuse à moi Avec les frères puis les bonnes soeurs Avec tous les cœurs travailleurs Sous la burka Ma religieuse à moi Tu la verrais foutre son rimel Comme une madone Quand soudain elle Tend l'autre joue Ma religieuse à moi Qu'elle dit qu'elle en n'a pas assez Qu'au saeziemme ciel faut la monter La mettre à genoux Ma religieuse à moi Tu peux bien tenter d'la voiler Crois-moi que même le bon dieu sait Qu'c'est un bon coup Ma religieuse à moi À vous donner tous les curés À faire pleurer l'archevêché À devenir fou Ma religieuse à moi Des cathédrales ou des mosquées, Des sinagogues, des templiers, Tu la verrais Ma religieuse à moi À faire bander le monde entier Un cul à vous réinventer L'éternité Ma religieuse à moi Y'a pas de christ, pas d'Mahomet Ni dieu qui puisse rivaliser Avec la beauté De ma religieuse à moi Moi c'est la seule qui m'fait prier Moi c'est la seule qui m'fait pleurer Par le robinet Ma religieuse Ma religieuse à moi Ma religieuse à moi elle mute Pas tous les trous Doigt levé haut À toutes les soutanes les bigots Qui voudraient la mettre au fourneau Elle gardera la point levé Contre toutes les communautés Et ceux qui voudraient faire la peau À nos féminines libertés Il est pas né celui qui la voilera Ou lui fera faire des signes de croix Autrement quand elle dit papa Oui mon père allez prends moi Le diable au corps pour y voir dieu Viens on va prier tous les deux Tu sais dans mon église à moi La religion c'est l'plan à trois J'suis pas bouddhiste Moi J'suis bouddha Putain quand elle s'asseoit sur moi Qu'elle me fait tout Ma religieuse à moi Elle dit qu'elle aime bien prendre des doigts Pendant qu'elle fait des signes de croix Quand j'envoie tout Ma religieuse à moi Quand elle boit mes spiritueux Tu sais dans le cul ou dans les yeux Elle a pas froid Ma religieuse à moi Que moi j'en deviens religieux Et puisque que moi je n'ai pour dieu Qu'son cul je crois Ma religieuse à moi Quand elle se donne qu'est-ce qu'elle est bonne Oh non crois moi qu'c'est pas une nonne Ma fille de joie Ma religieuse à moi Crois-moi quand elle me dit mon père Ça veut pas dire fais ta prière En signe de croix Ma religieuse à moi Qu'elle fait juter dans l'bénitier Mon eau bénite pour remplacer Son mascara Ma religieuse à moi Quand elle me fait voir dieu dans sa paire de sein A faire bander St Pierre Ou St Thomas Ma religieuse à moi Parait qu'le peuple son A qui l'affole sur twitter Sur son insta Ma religieuse à moi Parait que partout sur la Terre Tous les peuples font des prières Des signes de croix Ma religieuse à moi Devant moi quand elle s'met à genoux Putain qu'elle me tend l'autre joue Toi tu sais pas Ma religieuse à moi Elle est belle à vous rendre fou Quand elle se met devant vous La chatte en croix Ma religieuse à moi Culturelle ?? T'as vu la France Communautaire fils de dieu Dire qu'y quarante ans ils se cachaient Putain ma vieille vas-y progrès Putain ils commencent à me faire chier Avec leur théâtre d'amputés D'la réflexion tous les troufions De tous les dieux du monde entier Ça croit encore aux contes de fées Et ça vient vous donner des leçons Mon vieux sur comment s'habiller Ouais et puis quoi faudrait bouffer Ceux-là qui en sont à vénérer Bien sûr toujours la tête baissée Pour accepter leur sort de pauvres Perdus dans les mondialisés Comme quoi rien n'est jamais acquis Quelle que soit la modernité Ou qu'on leur permettra de parler Ils viendront toujours me faire chier Société est perdue religion Sur des iPhones prostitution Prise entre peste et choléra Entre bikini et burka Entre Trump et les moyen-âge Putain mon vieux vas-y l'carnage C'est pas l'époque des libertés Putain fais tourner ton tard-pé Dans les cerveaux y'a plus grand chose Pour s'protéger de l'overdose Ou pour retrouver du sacré Y'a-t-il d'autre choix que cacher Au grand déballage de la viande Toujours pour que le peuple bande Faut des codes-barre sur tous les culs De cette humanité vendue Alors moi j'préfère me barrer Tous les dimanches aller prier Mais mon église à moi tu sais Elle a pas la gueule des curés Elle a la gueule des libertés A poil ou pour l'éternité De toutes les nationalités Moi j'veux des putes à mon chevet Qui prient ouais pour ma rédemption Et pt'être ouais même pour du pognon Tu sais moi j'en ai rien à foutre Tant que j'peux balancer mon foutre Aux gueules des anges artificiels Tu sais puisqu'on va pas au ciel Autant l'toucher entre les cuisses Il faut qu'ça passe autant que ça glisse Alors on s'fait rien qu'elle et moi Des prières avec les doigts Loin de leur religion vendue On préfère prier par le cul Loin des arriérés du cerveau Puisqu'elle mouille comme un bateau A traverser des Atlantiques A découvrir des Amériques Allez viens baiser avec moi Tu viendras faire des signes de croix A traverser des Atlantiques A découvrir des Amériques Allez viens t'asseoir sur le roi J'suis pas bouddhiste moi j'suis bouddha Au nom du vice de la chaire Et puis du sein meurtri Sainte meurtrie mère de dieu Je te salue Marie Au nom du vice de la chaire Et puis du sein meurtri Sainte meurtrie mère de dieu Je te salue Mariiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie Je te salue Mariiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie êêêêêêêêêêêêêêê Ma religieuse à moi elle mute Doigt bien haut A toutes les soutanes les pouvoirs Qui voudraient la mettre au fourneau A tous les apôtres ignorants Fils de toutes les communautés Qui voudraient ouais lui faire la peau Elle gardera la point levé Ma religieuse à moi elle mute Doigt bien haut A toutes les soutanes les pouvoirs Qui voudraient la mettre au fourneau A tous les apôtres ignorants Fils de toutes les communautés Qui voudraient ouais lui faire la peau Elle gardera la point levééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééé
boby6 Il y a 2 ans

Ma religieuse

Elle a pas grandi au couvent
Elle a pas de crucifix qui pend
Autour du cou
Ma religieuse à moi

Elle récite pas les testaments
Avant, ni après, ni pensant,
Qu'elle s'met à genoux
Ma religieuse à moi

Elle aime pas trop les enfants de cœur
Elle préfère les plans à plusieurs
Les plans à trois
Ma religieuse à moi

Avec les frères puis les bonnes soeurs
Avec tous les cœurs travailleurs
Sous la burka
Ma religieuse à moi

Tu la verrais foutre son rimel
Comme une madone
Quand soudain elle
Tend l'autre joue
Ma religieuse à moi

Qu'elle dit qu'elle en n'a pas assez
Qu'au saeziemme ciel faut la monter
La mettre à genoux
Ma religieuse à moi

Tu peux bien tenter d'la voiler
Crois-moi que même le bon dieu sait
Qu'c'est un bon coup
Ma religieuse à moi

À vous donner tous les curés
À faire pleurer l'archevêché
À devenir fou
Ma religieuse à moi

Des cathédrales ou des mosquées,
Des sinagogues, des templiers,
Tu la verrais
Ma religieuse à moi

À faire bander le monde entier
Un cul à vous réinventer
L'éternité
Ma religieuse à moi

Y'a pas de christ, pas d'Mahomet
Ni dieu qui puisse rivaliser
Avec la beauté
De ma religieuse à moi

Moi c'est la seule qui m'fait prier
Moi c'est la seule qui m'fait pleurer
Par le robinet
Ma religieuse
Ma religieuse à moi

Ma religieuse à moi elle mute
Pas tous les trous
Doigt levé haut
À toutes les soutanes les bigots
Qui voudraient la mettre au fourneau
Elle gardera la point levé
Contre toutes les communautés
Et ceux qui voudraient faire la peau
À nos féminines libertés
Il est pas né celui qui la voilera
Ou lui fera faire des signes de croix
Autrement quand elle dit papa
Oui mon père allez prends moi
Le diable au corps pour y voir dieu
Viens on va prier tous les deux
Tu sais dans mon église à moi
La religion c'est l'plan à trois

J'suis pas bouddhiste
Moi J'suis bouddha
Putain quand elle s'asseoit sur moi
Qu'elle me fait tout
Ma religieuse à moi

Elle dit qu'elle aime bien prendre des doigts
Pendant qu'elle fait des signes de croix
Quand j'envoie tout
Ma religieuse à moi

Quand elle boit mes spiritueux
Tu sais dans le cul ou dans les yeux
Elle a pas froid
Ma religieuse à moi

Que moi j'en deviens religieux
Et puisque que moi je n'ai pour dieu
Qu'son cul je crois
Ma religieuse à moi

Quand elle se donne qu'est-ce qu'elle est bonne
Oh non crois moi qu'c'est pas une nonne
Ma fille de joie
Ma religieuse à moi

Crois-moi quand elle me dit mon père
Ça veut pas dire fais ta prière
En signe de croix
Ma religieuse à moi

Qu'elle fait juter dans l'bénitier
Mon eau bénite pour remplacer
Son mascara
Ma religieuse à moi

Quand elle me fait voir dieu dans sa paire de sein
A faire bander St Pierre
Ou St Thomas
Ma religieuse à moi

Parait qu'le peuple son
A qui l'affole sur twitter
Sur son insta
Ma religieuse à moi

Parait que partout sur la Terre
Tous les peuples font des prières
Des signes de croix
Ma religieuse à moi

Devant moi quand elle s'met à genoux
Putain qu'elle me tend l'autre joue
Toi tu sais pas
Ma religieuse à moi

Elle est belle à vous rendre fou
Quand elle se met devant vous
La chatte en croix
Ma religieuse à moi


Culturelle ??
T'as vu la France
Communautaire fils de dieu
Dire qu'y quarante ans ils se cachaient
Putain ma vieille vas-y progrès
Putain ils commencent à me faire chier
Avec leur théâtre d'amputés
D'la réflexion tous les troufions
De tous les dieux du monde entier
Ça croit encore aux contes de fées
Et ça vient vous donner des leçons
Mon vieux sur comment s'habiller
Ouais et puis quoi faudrait bouffer
Ceux-là qui en sont à vénérer
Bien sûr toujours la tête baissée
Pour accepter leur sort de pauvres
Perdus dans les mondialisés
Comme quoi rien n'est jamais acquis
Quelle que soit la modernité
Ou qu'on leur permettra de parler
Ils viendront toujours me faire chier
Société est perdue religion
Sur des iPhones prostitution
Prise entre peste et choléra
Entre bikini et burka
Entre Trump et les moyen-âge
Putain mon vieux vas-y l'carnage
C'est pas l'époque des libertés
Putain fais tourner ton tard-pé
Dans les cerveaux y'a plus grand chose
Pour s'protéger de l'overdose
Ou pour retrouver du sacré
Y'a-t-il d'autre choix que cacher
Au grand déballage de la viande
Toujours pour que le peuple bande
Faut des codes-barre sur tous les culs
De cette humanité vendue
Alors moi j'préfère me barrer
Tous les dimanches aller prier
Mais mon église à moi tu sais
Elle a pas la gueule des curés
Elle a la gueule des libertés
A poil ou pour l'éternité
De toutes les nationalités
Moi j'veux des putes à mon chevet
Qui prient ouais pour ma rédemption
Et pt'être ouais même pour du pognon
Tu sais moi j'en ai rien à foutre
Tant que j'peux balancer mon foutre
Aux gueules des anges artificiels
Tu sais puisqu'on va pas au ciel
Autant l'toucher entre les cuisses
Il faut qu'ça passe autant que ça glisse
Alors on s'fait rien qu'elle et moi
Des prières avec les doigts
Loin de leur religion vendue
On préfère prier par le cul
Loin des arriérés du cerveau
Puisqu'elle mouille comme un bateau
A traverser des Atlantiques
A découvrir des Amériques
Allez viens baiser avec moi
Tu viendras faire des signes de croix
A traverser des Atlantiques
A découvrir des Amériques
Allez viens t'asseoir sur le roi
J'suis pas bouddhiste moi j'suis bouddha
Au nom du vice de la chaire
Et puis du sein meurtri
Sainte meurtrie mère de dieu
Je te salue Marie
Au nom du vice de la chaire
Et puis du sein meurtri
Sainte meurtrie mère de dieu
Je te salue Mariiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie
Je te salue Mariiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie

êêêêêêêêêêêêêêê

Ma religieuse à moi elle mute
Doigt bien haut
A toutes les soutanes les pouvoirs
Qui voudraient la mettre au fourneau
A tous les apôtres ignorants
Fils de toutes les communautés
Qui voudraient ouais lui faire la peau
Elle gardera la point levé
Ma religieuse à moi elle mute
Doigt bien haut
A toutes les soutanes les pouvoirs
Qui voudraient la mettre au fourneau
A tous les apôtres ignorants
Fils de toutes les communautés
Qui voudraient ouais lui faire la peau
Elle gardera la point levééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééééé