Le forum de la communauté SaezLive

Ce topic est une alternative au topic du [url=https://www.saezlive.net/topics/view/5739/le-feminisme]féminisme[/url]. Vous pouvez parler ici de ce que subissent les femmes et les hommes, par exemple, dans le cadre de violences sexuelles, de violences conjugales, de stéréotypes de genre... Il ne sera pas toléré que ce lieu soit utilisé pour régler ses comptes par rapport à ce qui peut se dire dans le topic du féminisme.
blat Il y a 16 jours

Ce topic est une alternative au topic du féminisme.

Vous pouvez parler ici de ce que subissent les femmes et les hommes, par exemple, dans le cadre de violences sexuelles, de violences conjugales, de stéréotypes de genre...

Il ne sera pas toléré que ce lieu soit utilisé pour régler ses comptes par rapport à ce qui peut se dire dans le topic du féminisme.

bon ben je vais citer la phrase d'albatros sur le topic sexisme et exercer mon droit de réponse, il ne s'agit pas de régler des comptes avec albatros, juste d'établir des nuances sur l'influence des mœurs sur la sexualité des hommes et des femmes. Il peut être intéressant d'évoquer ici l'inégalité des hommes et des femmes vis à vis de la sexualité, il semblerait que dans nos sociétés judéo-chrétiennes, il y ait encore des progrès à faire pour que les femmes n'aient pas à vivre leur sexualité de manière coupable et puisse affirmer leur désir avec autant de légèreté que les hommes, c'est à dire de manière décomplexée. Déjà évoqué ici le livre d'onfray à ce sujet "théorie du corps amoureux" qui montre le poids des conventions sur le désir féminin, malheureusement, la sexualité chez la femme peut rimer avec culpabilité, le stéréotype de la pécheresse, d'eve, de la fille facile etc. Et certains hommes sont encore très vieux jeu dans leur conception du désir féminin, et je faisais donc l'hypothèse que ces hommes là sont des mauvais coups, car ils n'autorisent pas l'expression du désir féminin. Hypothèse car nul ne peut se targuer d'avoir effectuer des recensements exhaustifs :), dieu merci j'ai été gaté dans ma liberté d'expression pendant pas mal d'année, après j'ai découvert lors de mon célibat que ça existait. Je cite donc la phrase d'albatros: " Je ne vois pas comment on peut être un mauvais coup, s'il y a une attirance réelle sur le plan physique. " Sors de l'aspect perf. Un mauvais coup c'est un homme égoïste, et qui se contrefout du désir de la femme, un homme qui n'aime pas que la femme prenne d'initiative, un homme un tantinet macho peut-être. J'ose espérer qu'ils sont rares :). Je ne parle pas de performance ou de technique donc, mais d'une absence totale d'ouverture d'esprit, le mauvais coup ne va pas s'enquérir du désir de l'autre, ou autoriser chez l'autre la même fougue que la sienne, un mauvais coup censure le désir de l'autre en quelque sorte et n'écoute que le sien. Après bien sûr dans le partage, les deux désirs s'expriment, et en général c'est plutôt rare que l'on arrive au septième ciel à la même heure :) et ça on dirait que c'est pas acquis pour ceux qui n'ont pas la bonne définition du partage :) ...et donc j'ai trouvé les nuances établies par valérie robert dans l'interview sur la drague anti-féministe sur l'expression " se faire baiser" plutôt pertinentes :). et je conclurais de nouveau par cette fulgurance de valery robert: " Je pense qu’il faut faire évoluer nos représentations en termes de sexualité et commencer à comprendre que les femmes peuvent être des « sujets sexuels » au même titre que les hommes."
suffragettes AB Il y a 16 jours

bon ben je vais citer la phrase d'albatros sur le topic sexisme et exercer mon droit de réponse, il ne s'agit pas de régler des comptes avec albatros, juste d'établir des nuances sur l'influence des mœurs sur la sexualité des hommes et des femmes.

Il peut être intéressant d'évoquer ici l'inégalité des hommes et des femmes vis à vis de la sexualité, il semblerait que dans nos sociétés judéo-chrétiennes, il y ait encore des progrès à faire pour que les femmes n'aient pas à vivre leur sexualité de manière coupable et puisse affirmer leur désir avec autant de légèreté que les hommes, c'est à dire de manière décomplexée.

Déjà évoqué ici le livre d'onfray à ce sujet "théorie du corps amoureux" qui montre le poids des conventions sur le désir féminin, malheureusement, la sexualité chez la femme peut rimer avec culpabilité, le stéréotype de la pécheresse, d'eve, de la fille facile etc. Et certains hommes sont encore très vieux jeu dans leur conception du désir féminin, et je faisais donc l'hypothèse que ces hommes là sont des mauvais coups, car ils n'autorisent pas l'expression du désir féminin. Hypothèse car nul ne peut se targuer d'avoir effectuer des recensements exhaustifs , dieu merci j'ai été gaté dans ma liberté d'expression pendant pas mal d'année, après j'ai découvert lors de mon célibat que ça existait.

Je cite donc la phrase d'albatros:

" Je ne vois pas comment on peut être un mauvais coup, s'il y a une attirance réelle sur le plan physique. "

Sors de l'aspect perf. Un mauvais coup c'est un homme égoïste, et qui se contrefout du désir de la femme, un homme qui n'aime pas que la femme prenne d'initiative, un homme un tantinet macho peut-être. J'ose espérer qu'ils sont rares .

Je ne parle pas de performance ou de technique donc, mais d'une absence totale d'ouverture d'esprit, le mauvais coup ne va pas s'enquérir du désir de l'autre, ou autoriser chez l'autre la même fougue que la sienne, un mauvais coup censure le désir de l'autre en quelque sorte et n'écoute que le sien. Après bien sûr dans le partage, les deux désirs s'expriment, et en général c'est plutôt rare que l'on arrive au septième ciel à la même heure et ça on dirait que c'est pas acquis pour ceux qui n'ont pas la bonne définition du partage ...et donc j'ai trouvé les nuances établies par valérie robert dans l'interview sur la drague anti-féministe sur l'expression " se faire baiser" plutôt pertinentes .

et je conclurais de nouveau par cette fulgurance de valery robert:

" Je pense qu’il faut faire évoluer nos représentations en termes de sexualité et commencer à comprendre que les femmes peuvent être des « sujets sexuels » au même titre que les hommes."